• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de al.terre.natif



  • al.terre.natif 1er juin 2018 16:58

    @Spartacus

    « on serait en droit de demander aux employer de participer à éponger quand il y a des pertes..... »

    A oui, suis-je bête .. On licencie, pertes ou non d’ailleurs.. Mais on leur demande pas de payer de leur poche. Un axe d’optimisation du capital ?



  • al.terre.natif 1er juin 2018 09:49

    @Armelle

    La théorie du ruissellement... Un classique en capitalisme .... C’est bien pour ça que les plus riches s’enrichissent ... Et que les pauvres sont de plus en plus nombreux ...

    Vous parlez de gâteau a partager ... Si gâteau il y a, vous appelez partage 99% / 1% ????

    C’est bien grâce a ce genre de raisonnement que bientôt du gâteau il ne restera plus rien que des déserts au lieu de dessert ..

    Bon appetit



  • al.terre.natif 1er juin 2018 09:12

    @Spartacus

    « Lui il offre du travail à 170 000 » C’est beau comme vision de monde. Vous critiquez les « gauchistes jaloux », mais avez vous conscience que ce sont ces employés qui créent la richesse de se monsieur et non l’inverse ?? Sans ses employés qui échangent leur temps contre un petite partie de la plus value produite par leur travail, ce monsieur ne serait rien... Il ne faut pas inverser les rôles : la richesse accumulée par un homme n’est pas le fruit de son travail, mais bien de celui de ses employés... (Et accessoirement du travail des employés de ses parents via l’héritage...)



  • al.terre.natif 17 mai 2018 17:32

    @xana
    « Peut-être sous-estime t’on l’effet des défrichements importants dès le Moyen-âge, et la consommation en bois des industries même primitives de l’Ancien Régime. »En fait, depuis le début de l’agriculture sédentaire on déboise à tous va .. ça fait pas loin de 10 000 ans ;) Bon, ils étaient quand même moins efficaces à la hache de pierre que nous avec ça

    « Bah, la Terre a déjà vu disparaître pas mal d’autres espèces, et il y en aura d’autres après nous ! »

    Ca c’est (presque) sûr !


  • al.terre.natif 17 mai 2018 11:36

    @zygzornifle

    sauf que dans l’aquarium si vous mettez 100 tout petits poissons ça passe, 100 requins non ...
    Il faudrait : 
    - soit virer les requins ... (troll : ya encore des guillotines qui traînent ?)
    - soit les aider à prendre moins de place, histoire d’en laisser un peu pour les pus nombreux qui eux n’en prennent que très peu ...

    Vous savez le 1% qui détiens 99% des richesses ? ... l’image du requin leur va bien je trouve ;)


  • al.terre.natif 17 mai 2018 11:29

    @babadjinew
    parfaitement !

    Il ne s’agit plus de savoir comment éviter les pénuries qui arrivent (ce n’est plus possible), mais bien se préparer à leur conséquences...



  • al.terre.natif 17 mai 2018 11:26

    « Le seul « salut » serait la réduction de la pression humaine sur l’environnement, donc une décroissance de population. »

    Ce n’est pas contre vous, mais je n’en peux plus de ce raccourcis : « trop de consommation de ressources » => « on est trop nombreux » ...
    C’est de plus en plus en vogue de dire qu’on est trop nombreux sur Terre, mais ça ne résiste pas à une réflexion de 2 minutes :

    - on consomme / détruit trop de choses, tout le monde (ou presque) est conscient de ça, il y a donc une vraie pression humaine sur la Terre. (indépendemment du débat sur réchauffement lié à l’activité humaine ou non)

    - dire qu’on est trop nombreux implique que nous consommions (à peu prêt) tous la même quantité de ressources, ce qui n’est absolument pas vrai !
    => si nous vivions comme un indien, nous pourrions tout à fait vivre à plus de 10 milliards sur Terre.
    => par contre, si tout le monde vivait comme un occidental, nous serions déjà confronté à des problèmes majeurs. (ne serait-ce que pour le pétrole ...)

    La solution logique du constat « trop de pression humaine » serait donc une « décroissance de la population occidentale » et non une décroissance globale de la population ...
    Pour être moins extrême, peut être qu’il « suffirait » une décroissance de la consommation et non de la population ...

    D’autre part, vous postulez que « la consommation [est] génératrice de richesses », je ne vous rejoins pas du tout sur ce point, ce n’est pas la consommation qui est génératrice de richesse, c’est exactement l’inverse : la consommation détruit et ne produit rien d’autre que des déchets. La richesse est déjà présente sur Terre, et nous ne faisons que l’extraire et la transformer, nous ne créons pas de richesse !

    Enfin, je vous rejoins sur les actions possibles :
    « reforestation, protection des sols, technologies moins polluantes », mais n’est ce pas contradictoire avec votre proposition de « décroissance de population » ?
    En effet, à la vitesse ou nos machines rasent des forêts, n’est-il pas préférable d’utiliser tous les bras disponibles pour :

    - replanter des arbres

    - relancer la vie dans les sols (agriculture nourricière, petites exploitations, beaucoup de main d’oeuvre)

    - travailler à des innovation « low tech »

    - ramasser tout le plastique que notre merveilleuse civilisation sème
    - ... 


     Alors au boulot ! :)


  • al.terre.natif 26 avril 2018 19:22

    @oncle archibald

    « la démocratie est le pire des systèmes, à l’exclusion de tous les autres »

    C’est un phrase de désespoir ... La ZAD (entre autres) tente justement de proposer autre choses que le « moins pire ».

    Vous pensez que la révolte est une mauvaise chose ... Mais sans révolte (et sans violence) pensez vous, que la France et ses institutions que vous chérissez serait ce qu’elles sont aujourd’hui ? Le devoir de mémoire, ce n’est pas seulement se rappeler de la shoa, mais des dérives autoritaires qui l’ont permis, et de la collaboration massive qui l’a laissé se dérouler...

    Bien a vous



  • al.terre.natif 12 février 2018 14:55

    « Quelle valeur est commune à tous du Nebraska aux îles Samoa ? L’argent ! L’argent n’a pas de culture, pas d’idéologie, il n’est pas associé à une noblesse, il existe partout, il est désiré par tout un chacun, il classe avec clarté ceux qui réussissent et ceux qui échouent. »

    => L’argent n’est pas une valeur en soi, mais la représentation symbolique d’une valeur ... ou plutôt d’une dette !
    => Désiré par tous ? peut-être par tous ceux qui considèrent le néo libéralisme comme une évolution positive de la société, comme ça semble être le cas pour vous ... Personnellement, à partir d’un seuil minimum, je ne désire pas plus d’argent !
    => Quant au « classement » clair entre réussite et échec ... quelle aveuglement ! Cette affirmation n’est vraie que lorsque vous placez l’argent au dessus de tout ... et il amène une autre idée que je trouve abjecte : être pauvre (financièrement parlant) signifie que l’on a échoué dans la vie. J’espère que vous avez « réussi » dans votre vie, et qu’avec ou sans rolex vous êtes heureux, car c’est bien ça qui est le plus important à mes yeux, bien plus que la taille du porte-feuille ...

    « Diminution de la quantité, amélioration de la qualité sont les objectifs, tout en conservant aux premiers de cordée la possibilité d’effectuer ce que leur talent leur accorde, leur impose : montrer le chemin qui conduit aux sommets »
    => « Les premiers de cordée » .... sont premiers dans la course à l’argent (ce qui est cohérent avec le reste de votre article), et leurs « talents » ne le sont qu’au regard de leur valeur monétaire ...

    « 1 euro engendré par la société sur 2 finit dans les caisses de l’État »
    => pardon d’être pointilleux, mais 1 euro sur 2 dans les caisses de l’état ... vous comptez avec ou sans la fraude fiscale (et les exonérations, et les crédits d’impôts, et les solutions d’optimisation fiscale ...)

    Je suis profondément attristé pour vous si telle est votre vision du monde. Peut être en changerez vous, je vous le souhaite.Sachez que l’on peux vivre heureux sans courir après l’argent, que l’on peux réussir sans en gagner beaucoup.La valeur commune à tout le monde, du Nebraska aux îles Samoa ? et bien la vie mon vieux, tout simplement (pardon de tant de familiarité :))  !


  • al.terre.natif 14 novembre 2016 20:45

    Votre analyse me semble un peu biaisée, bien que du point de vue strict de cet « érection pestilentielle » (comme disait Coluche), je ne l’ai pas suivie par choix.


    - vous pensez que le gaz de schiste permettra l’autonomie énergétique des états unis ? l’utopie n’est pas toujours à gauche ... renseignez vous, TOUTE notre civilisation est basée sur le pétrole, et il commence à être compliqué de l’extraire.

    - quant à la vision « masochiste de l’homme blanc éternellement coupable de tout », nous ne sommes pas coupables de la misère du monde, mais notre mode de vie ne pourrait être ce qu’il est sans cette misère. Nos légumes viennent de pays où la main d’oeuvre est moins chère, nos vêtements, notre essence, le bois de nos terrasses, nos téléphones ... nos panneaux solaires également...
    Vous pensez que l’immigration est la source de nombre de nos malheurs présents et futurs, en oubliant les causes de cette immigration, qu’elles soient climatiques, guerres (où nos bombes françaises servent bien), ou bien encore pauvreté extrême ...

    Le monde est sur une pente qui ne pourra que descendre, en même temps que descendra l’extraction du pétrole, jusqu’à ce que nous arrivions à nous en passer et vivre avec la nature au lieu d’être contre elle.

    Ce « reset » que vous pensez commencer par cette élection est déjà en cours. Il va falloir s’habituer à vivre plus chichement ;) et surtout sans attente qu’un représentant élu (milliardaire ou non) change les choses à notre place.

    Bonne soirée


  • al.terre.natif 26 juin 2013 11:47

    Votre analyse des causes de ces mouvements sont polluées par cette impression (qui est une certitude chez vous) que l’homme est trop nombreux sur la planète.

    Ce n’est pas la cause de ces révoltes des peuples, mais bien une idée faussement amenée dans de nombreux débats, souvent par les mêmes élites qui se partagent le haut de la pyramide.

    L’humanité ne peut pas grandir indéfiniment en nombre sur une Terre finie, c’est une évidence. Mais juger qu’aujourd’hui elle est déjà trop nombreuse est un point de vue occidental terrible. Car les « trop nombreux » ne seront jamais nous, mais ceux qui « prolifèrent », les tiers-mondistes ...

    Vous faites le jeu des élites par ces affirmations.



  • al.terre.natif 25 juin 2013 16:14

    la résistance passive .... sans violence je comprend, mais passive !

    Non elle doit être active, sinon, comme le dit foufouille, de chez soi c’est bien aussi ... et les moyens d’actions son nombreux. Chacun peut agir avec ses petits moyens.



  • al.terre.natif 25 juin 2013 15:31

    2013 ... souflons sur les braises !

     smiley



  • al.terre.natif 25 juin 2013 15:14

    je ne trouve pas ce chiffre de « plus de 4/5 des forêts défichées le sont pour la culture vivrière » ...

    en revanche, j’ai trouvé ceci :

    « Le couvert forestier, estimé à l’origine à 164 millions d’hectares [...] est actuellement évalué à 90-120 millions d’hectares [...] les forêts de protection représentent 30,5 millions d’hectares, les forêts de conservation 18,9 millions d’hectares, et les forêts de production 64,4 millions d’hectares (l’ensemble équivalant à une superficie totale de 113,8 millions d’hectares). »

    64,4 millions d’hectares de foret de production (palme et autres cultures) donc déjà autant de surface défrichée puis replantée, par l’industrie.

    ce qui laisse, en supposant que les cultures vivrières sont responsable du reste du défrichement (ce qui n’est absolument pas indiqué dans le doc), 164-113.8 = 50.2 millions d’hectares ...

    Donc même avec l’estimation qui va le plus dans votre sens, on arrive à un ratio de 43% pour les vivrières et 57 pour la production forestière ... bien loin des 80% / 20% que vous annoncez ...

    Alors peut être que j’ai raté quelques éléments dans votre source, mais la je ne comprend pas votre raisonnement ...



  • al.terre.natif 24 juin 2013 15:30

    Et dire que certains nous disent que l’on ne PEUT PAS nourrir toute l’humanité ... on serait trop nombreux parait-il ... 

    trop nombreux a jouer le jeu de l’égoïsme, ça c’est sûr !



  • al.terre.natif 24 juin 2013 13:48

    Une tite source pour ces chiffres ?



  • al.terre.natif 21 juin 2013 14:33

    effectivement, décentralisé ca change tout !

    Merci pour le lien, super intéressant

     smiley



  • al.terre.natif 21 juin 2013 14:01

    @morvandiau

    « l’industrie comme l’agriculture entretiennent une relation conflictuelle et antagoniste avec l’environnement mais l’humain ne sait pas vivre ni survivre sans agriculture et sans industrie »

    L’humain peut tout à fait vivre sans industrie. Sans production de bien, je ne crois pas, mais la production de bien ne passe pas que par l’industrie.

    Ce qui pose problème dans l’industrialisation d’un moyen de production, c’est la concentration.

    Concentration des prélèvements sur les ressources naturelles, concentration des déchets, concentration des humains ...

    Et la concentration est contraire à la diversité... L’écologie étant d’abord une question de diversité, elle ne peut pas être pleinement prise en compte par l’industrie. C’est se fourvoyer que de croire que l’industrie peut répondre proprement aux problématiques écologiques.

    « il faut trouver un mode de production plus respectueux de notre planète et de ses ressources »

    Si vous cherchez ce moyen dans l’industrie, c’est à dire (encore une fois) la concentration, vous pourrez chercher longtemps !

    Deux problèmes sont parallèles depuis le début de l’industrialisation : la baisse du nombre d’emplois, et le gaspillage des ressources naturelles. Il serait temps de trouver une solution qui réponde à ces deux problématiques. Dans l’agriculture par exemple, une multitude de petits producteurs sera moins dégradant pour la Nature, et créera de nombreux emplois. Mais ceci ne peut se faire qu’au détriment du Capital, ce qui est bien sûr incompatible avec notre modèle de société...

    @Olivier Cabanel

    « si l’industrie s’en mêle (et elle le fait déjà), je laisse faire...c’est toujours ça de pris. »

    Sauf que l’industrie se sert du prétexte de l’écologie, pour poursuivre son but sans fin : faire de l’argent. Le problème est que les « solutions » qu’apportent l’industrie se transforment trop souvent en problèmes plus grave encore ... L’autre problème de la récupération de l’écologie par les industries est de faire perdurer l’idée de « développement » comme étant compatible avec l’écologie (développement durable ... qui ne signifie que gagner toujours plus et durablement)



  • al.terre.natif 21 juin 2013 12:29

    Ecologie ne peut pas fonctionner avec Industrie ... lorsqu’on aura compris ça, tout sera plus simple !



  • al.terre.natif 20 juin 2013 16:52

    « Il faudrait pour cela fixer un prix à altération des équilibres de différentes espèces animales en fonction de leur rareté et de leur capacité à subsister, sans menacer la survie des autres espèces. »

    Quel cynisme ... comme pour les émission carbones, on fixe un prix et ça donne lieu à un marché spécifique, qui permet encore et toujours spéculation et enrichissement de certains tout en évitant soigneusement de régler le problème.

    Vous pensez que fixer des prix permettra de maintenir, voir même d’augmenter la biodiversité, mais qu’est ce qui empêchera une organisation qui a les moyens de continuer de prélever des animaux protégés, puisqu’elle à les sous pour en payer le prix ?

    Imaginez votre système en Afrique : l’ivoire trouvera toujours preneur, quelque soit le prix annoncé ! Votre système permettrait juste de faire échanger toujours plus d’argent.

    Non, la biodiversité ne se monnaie pas .

    Non, l’argent n’est pas la solution à tout les problèmes. Je serais même tenté de penser le contraire, à savoir que c’est l’argent qui entraine ces problèmes de biodiversité ! L’avidité, la croissance et le fait que l’argent peut tout acheter ou presque, en dissociant causes et conséquences.

    « La gratuité n’est pas envisagée ici à cause du refus moral d’envisager la destruction gratuite d’êtres vivants qui ne sont pas dangereusement en surnombre. »

    La moralité invoquée par l’économie pour justifier la non gratuité ... quelle ironie !

    « En effet, hors de ce seuil idéal constant, que les effectifs de l’espèce en question soient insuffisants ou trop élevés, le prix augmenterait plus que proportionnellement à l’évolution de la population, et ce, afin d’encourager un retour au seuil idéal par une réaction des pouvoirs publics et un changement de comportement des acteurs économiques »

    Une faille évidente de votre raisonnement : il suffit de fausser les statistiques sur une espèce pour faire varier artificiellement son prix ... Vous avez certainement une confiance aveugle dans les chiffres, moi non.

    Vous faites votre « métier » d’économiste à chercher des pistes pour que l’argent coule toujours à flot, et ce en oubliant même le sens du mot qui décris votre profession : l’économie.

    Du greenwashing économique en quelque sorte : tous les sujets sont bons pour faire du pognon. Vous devez être de la même école que le patron de Neslté, qui dans une interview disait que l’eau potable est trop précieuse pour qu’elle soit gratuite, en oubliant simplement que ceux qui n’ont pas d’argent n’ont donc plus accès à l’eau potable .... et que ceux qui ont de l’argent continuerons de la gaspiller, c’est d’un cynisme sans bornes.

    J’imagine cependant que dans votre bulle, vous y croyez, et c’est bien triste ...

    « Quand le dernier arbre aura été coupé,
    Quand la dernière rivière aura été polluée,
    Quand le dernier poisson aura été pêché,
    Seulement là vous comprendrez que l’argent ne se mange pas. »

    Sitting Bull