• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de al.terre.natif



  • al.terre.natif 18 octobre 2011 16:17

    « ca légalise le travail au noir, c’est à dire sans charge », mais revenons au début : pourquoi le travail est-il taxé ? car il rapporte. Le SEL ne rapporte pas, car le seul endroit ou vous pouvez dépenser, c’est au SEL, avec les autres .... Vous ne pouvez pas non plus économiser et vous faire un capital de SEL énorme qui vous ferait devenir le riche des SEL ...

    Renseigner vous 5 min ;)

    ... et même, car je vous entends déjà revenir à la charge :) pourquoi le travail au noir est-il prohibé ? : car il évite la participation de l’individu aux charges communes de la société. Bien. Mais, imaginez seulement que l’on puisse donner du temps à la société pour remplir sa part de participation ? Par exemple en travaillant gratuitement pour la commune, ou bien pour l’état, quelques jours par mois, cela suffirait-il de votre point de vue pour avoir le droit de « travailler au noir » (et sans profits financiers) le reste du temps ?



  • al.terre.natif 18 octobre 2011 16:02

    « Car qu’on le veuille ou non, l’atome continue de représenter une source d’énergie non-polluante (c’est en réalité la seule énergie non-polluante capable de générer massivement et en toutes conditions de l’électricité). »

    Je ne reviendrais même pas sur le début de la phrase (rien a dire, on vous a déjà bien repris sur ce sujet), par contre, la seule, justement non. Il existe des pistes prometteuses de nouvelles manières de produire de l’énergie : l’énergie libre.

    Ces nouvelles manières ne sont pas encore tout à fait « commercialisables » (comme si c’était le seule critère), mais elles fonctionnent déjà !

    Et... justement, hasard oblige, le Japon est un des seuls (le seul ?) pays au monde a commercialiser des appareils qui utilisent ces principes d’énergie libre ! Avec le moteur Minato (du nom de l’inventeur), le Japon est bien en avance sur nous et ne peux que montrer que votre combat pour essayer de maintenir cette énergie si dangereuse est vain et dépassé.

    Regarder vers l’avenir que vous voulez maintenant et non plus vers l’avenir que l’on présente comme inévitable !



  • al.terre.natif 18 octobre 2011 15:10

    les organismes de sondages sont à la démocratie ce que les agences de notations sont au capitalisme : une plaie béante qui focalise toute l’attention et tous les soins...



  • al.terre.natif 13 octobre 2011 18:23

    « Super » article ... qui ne relève pas le point le plus ... détestable de ce type de « diner » :

    Comment des gens qui ont des conceptions de la politique différente, vraiment différentes (syndficaliste, patron MEDEF, politique de droite, politique de gauche, ...), peuvent s’entendre suffisament pour se sentir appartenir à une même famille, élite de la Nation ?

    La réponse est simple : car ils s’entendent parfaitement (ou presque) sur la politique à mettre en oeuvre, en tout cas sur 1 point fondamental : aucun ne souhaite que nous changions de gouvernement, de politique, ce qui risquerait de les faire tomber de leurs piedestales.

    Ceci est déjà une très très grave atteinte à la démocratie : oui, car pendant que nous croyons ce que les médias (représentés dans ce siècle) nous disent : que l’opposition conteste, l’opposition s’oppose, .. et bien pendant ce temps, l’opposition se marre, avec les copains du gouvernement... Il n’y a plus de démocratie réelle depuis que les politiques sont copains comme cochons, se considèrent avant tout comme des collègues et non des adversaires.

    Ce n’est pas pour rien que les syndicats sont nommés « Partenaires sociaux » par le partonat et le gouvernement .... ils sont vraiment partenaires, et beaucoup plus liés qu’ils ne veulent bien l’admettre.



  • al.terre.natif 11 octobre 2011 17:59

    « En mangeant des fruits et des légumes cultivés là où la concentration de substances polluantes est la plus forte, ben voyons... »

    Et oui ... en effet, tu penses peut être que cet endroit ou tu vie peut être (sinon ou tant de gens vivent) est vraiment malsain, mauvais, et que les légumes qui vont pousser ici seront plus malsain que des légumes arrosés aux pesticides ...
    Mais tu vie en ville ? toi, pas tes légumes, toi, moi, les autres urbains ... si c’est si mauvais pour les légumes ... remet en cause la notion de ville ....
    Sinon, et bien, oui, c’est mieux que de ne rien faire ou d’attendre la révolution devant sa télé (ou son ordi hein, je suis pas sectaire ;))



  • al.terre.natif 11 octobre 2011 17:07

    Mais ... mais pour comprendre ces initiatives, il faut comprendre d’où proviens la situation actuelle ou au moins quel outil mène à cette situation. Je parles de l’argent.
    Le principe de foires d’échange SEL n’est pas, comme vous semblez le penser, de satisfaire son propre pouvoir d’achat en contournant les impôts et taxes, ou bien un lieu génial pour refourguer des objets volés. Non, ce type de rassemblement à une tout autre ambition : ne pas passer par l’argent pour vivre, lorsque ce n’est pas nécessaire... Récupérer un objet que quelqu’un va jeter n’est pas du tout une escroquerie aux impôts. De même échanger un coup de main avec un autre SELidaire, n’est pas un détournement d’argent publique, ni même un manque de responsabilité citoyenne.

    Vous savez quel est le premier impôt ? La TVA !! ne pas payer cet impot en consommant ses propres produits, en faisant de la récupération et de la remise à neuf à partir du vieux n’est pas une esquive à nos devoirs citoyens !

    Vous parlez de maigres retraites, mais une retraité qui manque de moyen et qui participe à un SEL aura plus de chance de trouver un complément matériel, alimentaire, sans être un « poids » supplémentaire pour les autres citoyens de notre pays.

    Quant à votre dernier « mais » sur les fraudeurs qui sont les premiers aux manifs, passons sur le coté « argumentPasTrèsSolide », j’aimerais vous poser une question :
    Pensez vous que quelqu’un qui a décidé de vivre sans argent puisse payer ses impôts en donnant de son temps personnel pour la communauté par exemple ? Non, actuellement ce n’est pas possible. Et pourtant, qu’y aurait-il de mal à ça ?
    Vous courrez (nous courrons) après l’argent, pour vivre (égoïstement d’abord, pour son propre confort, celui des proches) mais aussi pour le reste de notre communauté nationale. Mais pourquoi courir ? Le point de vue de ces personnes que vous décriez (sans les connaître ?) est beaucoup plus reposant, même pour vous : construire et travailler utilement, pour soi, mais aussi la communauté, sans passer par l’intermédiaire de l’argent, ou au moins de n’utiliser cet outil que lorsque c’est indispensable.

    D’en haut viennent les mauvais exemple, donc par définition, il ne faut pas suivre ces exemples. Et d’en haut, on nous encourage (c’est un peu faible comme terme) à ne fonctionner qu’avec l’argent, et toujours avec un argent plus lointain et global !

    Je suis sûr que vous auriez de magnifiques idées constructives, si vous vous penchiez sur ces problématiques avec un oeil nouveau ;)



  • al.terre.natif 11 octobre 2011 16:43

    Merci pour ce condensé d’informations très enrichissantes.
    C’est toujours un grand plaisir d’avoir des informations constructives et alternative dans notre monde saturé d’inutile et de strictement conforme ...

    J’en ajoute quelques unes pour les locaux de bordeaux :
    Terres d’Adeles est une AMAP sur Pessac, qui propose également des petites parcelles dans le cadre de « l’école des jardins » pour cultivateurs en manque de place et de compétences...

    Quant aux commentaires peu constructifs, il suffi de voter en négatif et ne plus y faire attention ;)

    Enfin, lorsque vous dites « Bien sur les « utopistes » n’ont pas encore totalement abandonné l’idée de se passer d’argent », et bien j’ai le plaisir de vous contredire. Bien sûr, ce ne sont que des tentatives plutôt isolées encore, mais qui proposent de vraies alternatives !! Je penses à l’exemple de Mark Boyle qui à passé 1 an sans argent, et qui à écrit un livre depuis « Moneyless Man » (ou « Homme sans argent »), et vie actuellement dans une communauté sans argent appelée « Freeconomy comunity » (ou à peu près « Communauté de l’économie libre »).
    Allez voir son site (en anglais), son expérience est très intéressante.

    Argent : valeur de référence pour tout échange entre être humain. Est devenu la seule valeur utilisable depuis que le temps personnel de chaque être humain s’échange contre l’argent.
    Temps : vraie valeur de référence. Seule valeur vraiment universelle et équitablement répartie entre les êtres humains. Malgré sa répartition équitable, cette valeur est différente entre chaque être humain, en fonction des choix qu’il fait dans sa vie de tous les jours. : chacun à le pouvoir d’augmenter la valeur de son temps par ses actions. Devrait redevenir la seule valeur ayant de l’importance au yeux de chacun (et de tous).



  • al.terre.natif 11 octobre 2011 12:15

    Montebourg est différent des autres ? Non pas vraiment. En effet, il a les dents très longues : comme tout homme « politique », il a une ambition dévorante.
    Il ne souhaite pas redonner le pouvoir au peuple, mais l’avoir pour lui.
    Pour preuve ? => il souhaite être président lui aussi, ou bien avoir un poste enviable dans notre gouvernement ...

    On parlait de faux espoirs il y a quelques années, vers 2007 si je me rappelle bien lorsque NS est arrivée comme un sauveur au pouvoir, qu’il a dit à tous ce qu’ils avaient envie d’entendre, et a fait ce qu’il avait LUI envie de faire... Montebourg ? même combat. Il vous dit ce que vous avez envie d’entendre, ce qui va permettre de vous déresponsabiliser...
    Allez voter ! et attendez ensuite que le travail soit fait par votre champion : exactement la même position que pour notre actuel monarque. On parle de démocratie directe, de changement, de récupération du pouvoir par les peuples. Mais quel est le véritable pouvoir ? Celui qu’a un politique sur 60 M de personnes ? Ou bien le petit pouvoir concret que chacun de nous a au fond de lui ? Le pouvoir des peuples n’a jamais été dans la délégation du pouvoir de chaque citoyen envers un représentant, même un représentant bon et juste. Le pouvoir des peuples est dans les actions concrètes qui sont réalisées par chacun, les actions qui vont dans une direction choisie et pleinement acceptée, personnellement puis collectivement dans le cas d’un peuple.

    La vraie question n’est pas de reprendre le pouvoir, qu’une « élite » conserve jalousement, mais bien de changer de vision du pouvoir, et de se rendre compte du potentiel que nous avons tous au fond de nous. Jamais nous ne pourrons reprendre tout ce qu’on nous a volé. Il nous faut donc construire autre chose, que nous garderons jalousement cette fois : réapprendre l’autonomie alimentaire par exemple nous extrairait de la main terrible des marchés sur notre survie !! (manger fait parti de la survie.)



  • al.terre.natif 6 octobre 2011 11:34

    « Un serpent qui se mort la queue. » .. belle conclusion pour cet article ...
    Chercher le ou les responsables à ce jour n’est pas l’activité primordiale :
    le constat est plus large sur les problèmes qui nous portent à ce genre de situations ... et l’urgence est de trouver, de construire un autre système. De modifier celui ci si vous le voulez, mais aussi d’imaginer autre chose, autrement. La recherche de qui est responsable est utile, mais pensez vous sincèrement que d’identifier les responsables (mais pas coupables ...) nous ferais avancer ? nous éviterais de retomber dans une situation similaire ?
    Je ne crois pas.
    Je vous souhaite bonne chasse si vous vous lancez dans cette course aux coupables, car ils seront nombreux, et peut être même que vous en ferez parti, pour ne pas vous être impliqué assez dans les décisions de vos représentants locaux et nationaux ?



  • al.terre.natif 6 octobre 2011 11:19

    La question n’est pas tant « dois-je agir ou non ? » ou bien encore « dois-je m’indigner ? » mais plutot : que puis-je faire, à mon niveau, avec mes (tout petits) moyens ?

    Une réponse : s’extraire de ce fonctionnement qui à pour base l’argent !
    L’état va reprendre la partie « Toxique » de Dexia (via la CDC), nous allons devoir payer tout ceci, encore une fois et en plus de notre fantastique dette !
    La solution que je vois : limiter son utilisation de l’argent au maximum. Si vous n’avez pas d’argent, l’état se passera de votre aide pour rembourser les dettes !
    Ce n’est pas responsable ? Si, c’est même la seule manière d’agir de manière responsable : tant que nous continuerons à utiliser l’argent, et donc souvent à chercher à s’enrichir .... on continuera de favoriser ce système ou les plus riches écrasent les autres.
    Le pouvoir des riches viens de l’envie des pauvres de devenir riches à leur tour... C’est cette motivation qui fait tourner le monde, pas l’argent !

    Comme disait Coluche dans un sketch : « Allez ! Va bosser, va ! La France a besoin de toi ! Tu y dira qu’elle m’attende pas, j’vais être en retard aujourd’hui ! » smiley



  • al.terre.natif 5 octobre 2011 15:29


    "L’argent n’est pas un mal, c’est un outil génial. Sa distribution est mauvaise et sa gestion une escroquerie, mais ne jettez pas l’enfant avec l’eau du bain."

    C’est sur ce point que je ne vous rejoins pas tout à fait :
    L’argent, historiquement n’est effectivement qu’un moyen d’échange, un outil. Aujourd’hui nous sommes bien bien loin de cette utilisation de l’argent. Aujourd’hui c’est bien l’argent qui représente la Valeur, sans aucun lien avec la réalité des valeurs de notre monde.
    La valeur qui nous est accessible universellement, c’est le Temps. Et contrairement à la maxime « Le temps c’est de l’argent » (de « Time is money »), l’argent est issu du temps, et le temps, lui, à bien plus de valeur que seulement l’argent ...
    Lorsque nous considérerons cette valeur qui nous est à tous accessible, alors seulement nous pourrons utiliser un outil pour faciliter les échanges de cette valeur. Tant que la valeur de référence sera l’argent, le temps de chacun ne vaudra que son équivalent en argent, c’est à dire n’aura de la valeur que si il est utilisé pour gagner de l’argent.

    J’ai lu votre texte « hommage à l’argent », et pour expliquer plus en avant mon point de vue, voici 2 remarques :

    • "On veut bien, mais aussi longtemps que les moyens de les satisfaire ne seront pas surabondants, il faudra arbitrer en bout de ligne l’allocation des ressources entre besoins équivalents.« 
    Arbitrer l’allocation des ressources est effectivement une nécessité, quelque soit le gouvernement ou le modèle économique.
    •  » il faut bien s’en remettre à des critère et il n’en est pas en théorie de plus équitable que l’argent, puisqu’il est totalement externalisé et ne doit rien à une qualité intrinsèque de la personne même qui conférerait à celle-ci un privilège.« 
    Mais si il existe une autre »théorie« , peut être encore plus équitable : le Temps ! :
    - Le temps est également réparti entre les être humains : chaque jour de vie d’un être humain contient exactement le même nombre de secondes !
    - Le temps défile et se périme donc immédiatement : si on ne fait rien pendant 1h, cette heure ne pourra plus être utilisée, par nous ou bien par quelqu’un d’autre !
    Par contre, chacun de part le monde n’a pas la même durée de vie et donc pas tout à fait le même capital de temps, finalement comme vous le dites à propos de l’argent : il »est injustement distribué« . Mais de même que votre analyse de l’argent, pour moi, le temps est »absolument équitable« , et même »démocratique".

    Voila pourquoi je place le Temps plus haut que l’argent, et que si l’hommage est nécessaire, je penses qu’il reviens de droit au Temps et non à sa représentation moderne incomplète qu’est l’argent.

    et pour revenir au sujet initial, c’est pour cette raison que l’on doit apprendre et construire sans l’argent. Construire un nouveau fonctionnement, dans lequel le Temps et ce qui en est fait est la vraie valeur. Construire, surtout, sans utiliser un outil dont nous avons été dépossédés depuis si longtemps...



  • al.terre.natif 5 octobre 2011 09:12

    « Changer pour aller où ? », et bien ou ton coeur te guidera !
    C’est effectivement perturbant de sortir du cadre formaté que l’on nous impose depuis l’enfance (tu auras un bon travail, qui te permettra de gagner honorablement ta vie et de payer honnêtement tes impôts. Avec ce qui reste (d’où la nécessité de gagner toujours plus) tu pourras profiter du système, des produits qu’il te propose à profusion, des « services » également : shopping, télé, vacances, ....
    La destination t’es propre, et c’est pour ça que c’est le seul point ou tu as réellement un pouvoir de décision : que faire des 5 prochaine minutes, des 2h qui suivent, ou bien de cette semaine de vacances que j’ai ...



  • al.terre.natif 4 octobre 2011 16:49

    Razzara, il existe une autre alternative.
    Vous décrivez uniquement deux situations :
    - soit on le peuple est suffisamment nombreux a réclamer le pouvoir (et il peux reprendre ce pouvoir) : sous entendu, le pouvoir est maintenu et on change juste les maîtres ...
    - soit il ne l’est pas assez, et ce sera toujours les élites qui garderont jalousement ce pouvoir.

    Le problème évident : motiver suffisament de personnes, pour atteindre ce « nombre critique ».
    Ces personnes risquent ensuite de se déchirer une fois le pouvoir récupéré (soit dit en passant).
    Une autre façon de prendre le problème : d’où viens le pouvoir des élites que l’on souhaite reprendre en tant que peuple ? Aujourd’hui, ce pouvoir est quasiment exclusivement dans l’argent. Or le vrai pouvoir, exploité tous les jours pour de l’argent, est le temps de chacun et ce qu’il en fait ! Ce pouvoir la, qui est la source de tous les autres pouvoirs, peut être regagné individuellement ! Chaque être humain à le pouvoir de reprendre le contrôle de son temps de vie, de refuser d’échanger 80% de ce temps contre de l’argent pour vivre !

    Je penses donc sincèrement que si petit à petit, chacun, dans ses décisions personnelles, reprend en main son pouvoir (son « capital temps »), celui des élites diminuera d’autant à chaque fois.



  • al.terre.natif 4 octobre 2011 12:16

    "La justice exige que ce transfert du pouvoir ait lieu, mais faut-il le faire dans l’exaltation de la vengeance ? Si on changeait de maîtres, il faudrait que l’on mette beaucoup de soin à s’assurer, d’abord, que la démocratie qui servira de véhicule à ce transfert soit bien authentique et efficace.« 
    La toile que vous décrivez est faite d’argent, de l’argent toujours plus commun et unique (bientôt une monnaie mondiale unique ? (proposée en 2009 par Medvedev) !! La solution pour nous réapproprier cet espace, notre monde finalement, est de fonctionner sans argent  ! (cf. De réinventer chacun petit à petit la fraternité, l’entraide, la production alimentaire pour soi et ses proches !

    Chercher à maintenir un pouvoir mondial et à le transférer intact aux peuples, c’est pure folie. Comme vous le dites, la nature humaine face au pouvoir à toujours été faible. Ce qui la rend absolument faible aujourd’hui, c’est l’argent, qui cristallise et matérialise le pouvoir, permettant à un homme de pouvoir de le transmettre à ses proches. Plus l’argent sera universel, plus le pouvoir de ceux qui le possède sera absolu.

    Le changement »révolutionnaire" véritable sera celui fait dans le coeur de chacun. Acceptant de modifier sa manière de vivre, ses habitudes, pour enfin écouter ses envies profondes, et non celles dont on nous bourre le crane à longueur de journée.

    Un peuple unis ne sera jamais vaincu ! et l’unité d’un peuple se construit individu par individu !



  • al.terre.natif 18 août 2011 13:40

    Mais c’est plus que ça. Le problème n’est pas spécialement la Bourse, il est bien plus large : c’est de notre rapport à l’argent dont il s’agit.



  • al.terre.natif 18 août 2011 11:34

    Sur le soufisme, il existe un petit livre très bien écrit, qui permet de comprendre rapidement les grandes lignes de ce mouvement. C’est un livre plein d’espoir et de force !

    « Le soufisme, coeur de l’Islam » par le Cheikh Khaled Bentounes