• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de lephénix



  • lephénix lephénix 1er août 2018 12:05

    @bob14

    le « gros coup » est réussi : changer « l’être » de chaque vivant en « être à disposition » au nom de l’universelle ustensilité et de la Dette perpétuelle alimentée par une inépuisable créance sans débiteurs



  • lephénix lephénix 1er août 2018 12:01

    @ Macondo

     se tanner voire de se cuirasser, oui, mais ne pas perdre de vue « l’accroissement de la mobilité latérale » histoire de ne pas finir en « dommage collatéral »...



  • lephénix lephénix 1er août 2018 11:59

    @ Melusine ou La Robe de Saphir

    alors regagnerons nous notre flacon d’absolu pour renouer avec notre essence et précipiter un temps de suaves fragrances ?



  • lephénix lephénix 1er août 2018 11:55

    @ Renaud Bouchard

    merci pour votre retour et pour votre contribution au débat sur agv - idéalement, il faudrait pouvoir penser aussi en ayant « à l’oreille les détonations de notre temps » (sloterdijk)

    cordialement



  • lephénix lephénix 31 juillet 2018 22:39

    @c.baratier

    le livre recensé dit précisément que l’homme ne saurait être tenu pour la mesure de toute chose ni ni le centre d’un monde-machine fantasmé relevant d’un idéal de mécanicité dont il faudra bien faire le deuil, compte tenu de son effondrement en cours...



  • lephénix lephénix 31 juillet 2018 22:31

    @Melusine ou La Robe de Saphir

    belle metaphore que celle de la parfumerie.. pourquoi cette haine des frontières ? elles partagent, comme la porte le seuil elles sont ce que deux entités ont en partage, elles entrelacent les espaces... ah mais elles seraient aussi des freins au dieu Marché ? la purge des marchés gavés de nos liquidités et de notre sueur est imminente....



  • lephénix lephénix 31 juillet 2018 22:24

    @macondo

    ce n’est jamais qu’une piqure de rappel de plus sur du cuir épaissi dont on fait les démissions - de celles qui font tenir le monde tout entier dans un ballon rond qu’on ne peut toucher que du pied, comme s’il brûlait, comme disait qqn...



  • lephénix lephénix 4 juillet 2018 22:18

    @ jean roque

    les spéculatueurs remplissent les fosses communes pas les auges...



  • lephénix lephénix 4 juillet 2018 22:16

    @eddofr

    l’anthropologue russe Yurchak résumait dans le titre de son livre ce qui était arrivé à l’urss et qui nous arrive maintenant : « tout était là pour toujours jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien »...........

    aujourd’hui on pourrait compléter : « plus rien pour personne » sur une planète surexploitée en surchauffe jetée dans le chaudron de la « valorisation ».... tout ça pour continuer la consumation des ressources jusqu’à la dernière goutte....

    alors ce serait l’outil de transition pour appuyer sur la touche « pause »...



  • lephénix lephénix 4 juillet 2018 22:11

    @uqyb

    on pourrait tout aussi bien commencer par se poser la question de pour quoi on existe... pour travailler à tisser et payer la corde qu’on a déjà vendu à crédit pour nous pendre ? « nous sommes là et ce n’était pas nécessaire » comme dirait ricoeur... et puisque nous sommes là sans raison particulière quand bien même ce n’est pas nécessaire ni utile autant réfléchir à se donner les moyens de continuer à vivre du mieux possible avec ce qu’il faut de décélération pour juste se laisser vivre parfois, le temps de réfléchir à la bonne direction...



  • lephénix lephénix 4 juillet 2018 22:00

    @ Ciriaco

    le but c’est de renouer avec un pouvoir de « faire » librement consenti hors de tout bullshit job que nous avons perdu par nos addictions au consumérisme en tout, pas de jouer aux « casos » les uns aux dépends des autres, toujours les mêmes : il s’agit encore d’une « société du travail » puisque le travail humain est la seule source de « création de richesse », mais d’une société du travail qui assure l’enrichissement de tous par la multiplicité des mises en commun, des apports créatifs de chacun, la libération d’une énergie sociale jusqu’alors stérilisée par la contrainte comme celle de faire « valider » sa « créativité » à l’intérieur des bornes de la « création de valeur » (cf marx etc)

    dernier arrêt possible sur l’aire de repos permettant à chacun de devenir créateur de la réalité sociale que nous avons perdue de vue ou dont nous avons délégué la « gestion »...



  • lephénix lephénix 29 juin 2018 15:25

    @Zygzornifle

    bien vu : la privatisation du monde nous prive de monde - à commencer par celui de nos organes - et nous exproprie de notre biosphère....



  • lephénix lephénix 29 juin 2018 15:22

    @Ciriaco

    merci d’avoir pris la peine d’avoir répondu de manière si constructive et argumentée...

    assurément, ce chantier d’un revenu universel interpelle, au bord de la falaise de la « dette » perpétuelle, notre désir d’avenir et donc notre capacité d’avenir qui se brouille alors que l’on inverse le sens des mots et que l’on tourne en dérision des idées qui allaient de soi avant parce qu’habitées comme « justice » « éthique » « équité » etc

    quand se seront dissipées les ultimes chimères, alors peut-être sera-t-il temps encore d’élargir une communauté de vue vers l’essentiel que tout le monde, au fond, ressent...



  • lephénix lephénix 27 juin 2018 23:18

    @Ciriaco

    au commencement il y a la volonté politique qui prend acte que le seul moteur jusqu’à présent de la société a été le travail humain et que celui-ci devient de moins en moins indispensable à la « production »... et qu’il « produire » moins....

    déjà cette volonté-là est inexistance quand on entend les discours « travailler plus pour gagner plus » etc et autres intoxications du même tonneau qui ne font pas avancer le débat sur le monde à venir.

    or il s’agit de refaire société sur cette « révolution du travail » qui suit son cours entre précariat robotariat et longues plages de chômage : les richesses sont produites avec de moins en moins de main d’œuvre...

    ensuite il faut que les intéressés à commencer par les « exclus » de l’emploi veuillent bien s’informer du débat sur un revenu d’existence possible et se mettent à le demander - mais le footbusiness semble passionner les masses davantage que l’instauration d’un nouvel outil de justice sociale ou du moins une avancée vers un nouveau compromis social.... alors que notre socle commun se réduit à bientôt moins que rien....

    un revenu universel abouti se situerait un peu au dessus du seuil de pauvreté pour rendre aux allocataires un sentiment de maîtrise de sa vie et il ne coûterait pas plus cher que l’actuel système de protection sociale qui revient à 700 milliards sans couvrir pour autant tous ceux qui en auraient besoin...



  • lephénix lephénix 26 juin 2018 20:23

    @Clark Kent

    chacun a besoin d’un minimum vital de sécurité, ce qui fait que la propriété fait (encore) consensus mais elle est tellement mal défendue qu’il faudra en revenir à d’autres sources de sécurité...

    si des individus se mettent ensemble pour « faire société », cette société devrait juste garantir à chacun sa sécurité et ses « capabilités » selon une bonne vision du Bien commun....

    mais quel forgeron a forgé à ce jour la bonne clé de juste redistribution des richesses et de répartition des risques ?



  • lephénix lephénix 26 juin 2018 20:14

    @Ciriaco

    diverses approches d’un revenu inconditionnel d’existence font l’objet d’expérimentations dans e monde mais elles se résumeraient à cette appellation de « revenu de base » avec ce que ça suppose de « basique » et « minimaliste »...

    d’une part il n’y a pas de vie ni de société digne si les uns manquent du minimum vital garanti et d’autre part il n’y a aucune soutenabilité écologique ni paix sociale donc ni survie globale assurée si les autres pompent allègrement toutes les ressources et tous les avantages, c’est toute la question du plafond et du plancher qui est posée par les « inégalités » et la marchandisation de tout ce qui est vivant, exploitable et privatisable...



  • lephénix lephénix 26 juin 2018 12:12

    @Clark Kent

    le plus vieux métier du monde n’est pas celui que l’on croit : le premier qui prend la parole en s’arrogeant le « droit » (monopole) d’intercesseur entre le ciel et la terre prend le pouvoir sur le groupe si celui-ci y consent... le consentement est fabriqué formaté depuis des millénaires....

    tout bateleur d’estrade qui monte sur une tribune prend le pouvoir en prenant la parole - ou du moins un ascendant sur le groupe pour commencer...avant de finir sa « carrière » de bonimenteur en homocule providentiel toujours joueur de flûte de Hamelin..

    il faut se désintoxiquer de même de l’illusion de la « propriété » en réorganisant l’économie non plus sur la « propriété » mais sur le principe du « commun » donc apprendre à penser l’alternative à la propriété et à la privatisation en dehors du cadre de la propriété... vaste programme...



  • lephénix lephénix 20 juin 2018 23:09

    @Marc Fiterman

    encore faudrait-il que les « citoyens » éclairés s’assurent que nos « responsables » et zélus ont bien fait installer chez eux ce « compteur communicant » dont la réputation est si bien établie désormais...



  • lephénix lephénix 20 juin 2018 22:06

    et son ami bernard Charbonneau disait qu’il faut veiller à avoir les machines de notre société et surtout pas la société de nos machines..



  • lephénix lephénix 20 juin 2018 21:57

    quand l’incendie se sera déclaré chez chacun, personne ne pourra plus dire qu’il n’était pas « au courant »... ...

    le pays est embarqué contre la volonté de ses habitants dans une aventure à haut risque dont l’a facture sera... abyssale ! « sabotage économique » et faillite assurée...

    imagine-t-on s’embarquer dans un charter qui décolle sans assez de kerozene sans système de sécurité ni parachute ou gilet de sauvetage - et sans piste d’atterrissage au bout du voyage ?

    c’est dans un tel « voyage » qu’on embarque les français à l’insu de leur plein gré...