• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de lephénix



  • lephénix lephénix 20 mai 12:05

    @ JL

    vous avez fort bien bouclé la grande boucle de ce « grand renoncement » la surdité à la « question sociale » serait-elle proportionnelle à l’aveuglement productiviste où communient « droite » « gauche » « extrême centre » et pseudo écolo survendant une société plus « verte » que nature ?



  • lephénix lephénix 20 mai 11:01

    @ mmbb

    Justement Audier en parle dans son livre, du productivisme soviétique et de la Chine atelier du monde... difficile de condenser en deux mille mots la matière dense d’un livre de près de mille pages, il est juste possible d’amorcer le débat et de donner envie de le lire... il ne s’agit que de ça, pas d’appeler à veauter pour une liste prétendue « ’écologiste »  qui est à l’écologie ce que l’économisme est à l’économie...



  • lephénix lephénix 20 mai 10:58

    @ Melusine ou la Robe de Saphir

    Merci pour votre lecture attentive !



  • lephénix lephénix 20 mai 10:55

    @ Seraphin Lampion

    la religion industrialiste et l’addiction consumériste : la nouvelle pensée magique qui a pris le relais du culte de l’âme  après la systématique du salut de l’âme, celle du gavage des corps sur fond de « après moi le déluge »... « il ne suffirait de ne pas acheter pour que ça ne se vende pas » (coluche)



  • lephénix lephénix 8 mai 19:05

    @ popov et Legestr glas

    « l’intérêt général » a été sacrifié dans tous les secteurs à des « profits » très « privés »  toujours ceux qui mutualisent les pertes et privatisent les profits...

    le secteur de l’énergie qui aurait pu être le nerf de la paix sera celui de la guerre totale — la preuve par le linky et autres capteurs/court-circuiteurs que l’humain n’est plus le bienvenu chez lui et n’a plus droit de cité...



  • lephénix lephénix 8 mai 14:24

    « cette mise en concurrence n’avait rien d’obligatoire » (Dominique Pani, collectif hydraulique de la cgt)

    « la fonction hydraulique peut être rattachée aux services d’intérêt général qui ne sont pas soumis à la concurrence » (Francis Wurtz, L’Humanité dimanche du 10/1/19)



  • lephénix lephénix 19 avril 20:15

    @ lala rhetorique

    c’est bien « le choix » qui a été fait  celui du remplacement de l’humain par l’automatisation comme l’énergie motrice naturelle et « écologique » du moulin a été remplacée par la machine à vapeur, mille fois plus coûteuse  et comme la réalité de l’ordre planétaire sur lequel se fondaient les sociétés est remplacée par la spatio-temporalité abstraite d’un turbocapitalisme qui se travestit en vert fluo pour achever de consumer ce qui peut l’être dans le chaudron de sa « production de survaleur »....



  • lephénix lephénix 19 avril 14:22

    @ lala rhetorique

    l’essentiel et l’humain ont-ils encore « leur place » dans « l’ordre des choses » qu’on nous réserve ? dans ce système de profit à réalité optionnelle, la variable humaine est évacuée de l’équation et on peut toujours tenter de « négocier » une « offre de service humaine » ou de défendre une « demande humaine d’avenir »... on peut et on doit...



  • lephénix lephénix 19 avril 14:17

    @ Ecométa

    nous pourrions compléter les citations d’Einstein par celle-ci :

    « tout notre progrès technologique est comme une hache dans la main d’un criminel »

    nous en sommes bel et bien là c’est-à-dire pas loin du nulle part en train de nous gober tous crus, après liquidation du « modèle de croissance » fordiste  et face à un « choix de société » qu’il faudra bien savoir formuler ... Vaste programme quand les « décideurs » ont fait le « choix des robots » et de la guidance algorithmique...



  • lephénix lephénix 16 avril 22:44

    @ tuxuhikewi

    effectivement, il s’agit bien de désertion  et de désertification... le désert avance sous nos pas, plus besoin d’élever des murs...



  • lephénix lephénix 16 avril 22:37

    @ samy Levrai

    il s’agit bien de ça : une frontière protège et traverse, noue aussi ce qui sinon serait isolé, donne droit de cité et sens à l’urbanité en préservant une sphère publique autant que possible c’est-à-dire ce qu’une communauté a en partage... mais la grande ’déconstruction« en cours dérobe le sol sous les pieds de tout le monde et fait de ce monde un grand nulle part...donc un enfer pour les plus faibles livrés aux plus »forts"...



  • lephénix lephénix 16 avril 22:25

    @ JL

    merci pour le complément précieux à la compréhension de la grande dépossession qui vient ... et que chacun sent confusément venir...



  • lephénix lephénix 23 mars 10:17

    @ Traroth

    le salaire à vie de Bernard Friot a été « abordé » ici sur av voilà trois ans... et la désargence est bien le sujet de ce « papier »... quand l’obsolescence voire la destruction froidement programmées tiennent lieu de seule « politique » (inavouée...), il faut des capacités de vigilance et d’attention conséquentes pour prendre soin de l’existant construit par nos aïeux (ils ont payé cher pour ça) et prendre soin du vivant... revenu universel, salaire à vie et désargence sont des pistes à explorer pour préserver ce qui peut l’être là où avance le désert par la déshérence, l’abandon honteux des « services publics », les privatisions orchestrées au seul profit d’un « capitalisme »’ de connivence sans « capital » mais qui prospère sur le « capitulisme » général...



  • lephénix lephénix 23 mars 10:06

    @ Spartacus

    la spoliation généralisée en cours sans revenu universel ou autre alternative ce sera encore pire... mais sûrement pas décevant ... pour des néron jouissant du spectacle : celui du brasier qu’ils ont allumé...



  • lephénix lephénix 22 mars 16:18

    @ Perlseb

    la prise de conscience progresse, même chez ceux qui ne veulent pas « se prendre la tête » mais qui sentent « le malaise »... pour les échanges et le noyau de redémarrage, il y a nouveau les systèmes d’échanges locaux (SEL)  sachant que la seule vraie richesse bien comprise de chacun c’est le temps de vie devant soi et la qualité de vie en bonne santé, pourquoi compromettre l’un et l’autre pour des flux monétaires captés sitôt leurs émissions par une parasitocratie qui vit aux dépens du travail des autres ?



  • lephénix lephénix 22 mars 08:26

    @ Ruut

    Bernard Friot propose un salaire inconditionnel pour tous, de 1 à 4, c’est-à-dire de 1500 pour les « moins qualifiés » à 6000 maximum pour les « plus qualifiés », ainsi on pourra resserrer les écarts abyssaux de revenus et en finir avec les inégalités tout en réhabilitant les emplois vraiment « utiles » à tous... on en finirait aussi avec les suicides d’agriculteurs, d’artisans boulangers, de policiers, etc.



  • lephénix lephénix 22 mars 08:21

    @ perlseb

    John Kenneth Galbraith donne une définition du « travail » qui en souligne l’ambivalence : « travail désigne à la fois l’obligation imposée aux uns et la source de prestige et de forte rémunération que désirent ardemment les autres, et dont ils jouissent. User du même mot pour les deux situations est déjà un signe évident d’escroquerie. »

    donc, ceux qui jouissent d’une situation gratifiante, source de plaisir inépuisable qui leur donne un puissant sentiment de leur « importance personnelle » jouissent aussi du « pouvoir » de refuser à d’autres l’accès à ce qui leur assurerait leur subsistance parce qu’il n’y aurait « pas d’argent » ? qui de nos jours ignore le mécanisme de création monétaire ?



  • lephénix lephénix 21 mars 15:13

    @ Attylax

    Paul Ariès propose un tiers du RU en monnaie locale, ce pourrait être une transition vers la désargence... autant expérimenter ce qui est susceptible de marcher que de persévérer dans ce qui nous ruine tous..



  • lephénix lephénix 21 mars 15:11

    @ Ecometa

    il s’agit effectivement d’un arbitrage économique intelligent parce que « gagnant-gagnant » contrairement aux usines à gaz imposant des accords gagnant-perdant« au détriment des mêmes, toujours...

    et la collectivité y trouvera son compte par une véritable irrigation et circulation de richesses (ne parlons pas du »ruissellement"...)



  • lephénix lephénix 21 mars 15:07

    @ Lalau

    effectivement un tel revenu a déjà été instauré en 1795 à Speenhamland pour arracher les pauvres à la misère et donc « sécuriser » la vie sociale mais le patronat des premières manufactures l’a détourné en subvention en n’embauchant que des allocataires, faisant baisser le « coût » du travail et payant donc des salaires de misère.. on peut espérer qu’instruit par l’expérience, un nouveau « dispositif » veillera à ne pas reproduire ce détournement...