• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Jean-François Lopez



  • 29 décembre 2006 02:09

    Mais pourquoi diable la réforme de la vie politique devrait-elle commencer par un recensement ? Bien que Tunisien vivant au Qatar, l’auteur semble enfermé dans la logique « à la française » qui veut que les plus nombreux aient raisons, à moins qu’il ne voue une haine intrinsèque au système politique libanais (celà fait deux articles consécutifs où il nous fait part de son espoir de le voir changer). Ce n’a pourtant rien d’universel, regardez rien que les US où celui qui a raison est celui qui a le plus d’Etats pondérés par un coefficient démographique, pas celui qui a le plus d’électeurs en tout.

    Il n’y a absolument rien à recenser au Liban, car il n’y a pas de majorité chrétienne ni de majorité musulmane ; ce n’est pas une question de compter qui est le plus nombreux, c’est une égalité politique indépendante des évolutions démographiques et qui est le sens de la nation libanaise.

    La naturalisation de 320000 syriens en 1994 n’avait pas pour but de modifier l’équilibre confessionel d’ailleurs, elle est le fait du ministre de l’intérieur d’alors (chrétien), qui comme par hasard a inscrit tous les naturalisés dans sa région, où qu’ils vivent, et met gracieusement à leur disposition des autobus les jours d’élection... bref, un simple calcul mesquin de prise de pouvoir d’un homme... qui comme il était ami des syriens a pu agir à sa guise.

    De toute façon, recensement ou pas, il y a des listes électorales sur lesquelles vous pouvez bien voir combien de libanais majeurs sont de chaque communautés, les chiffres ne sont un secret pour personne (et tournent grosso modo autour de 40% chrétiens - 60 % musulmans, avec (surprise...) toujours un peu plus de sunnites que de chiites). Le fait de ne pas faire un recensement signifie juste que le partage du pouvoir au Liban ne sera jamais une question de qui est plus nombreux que l’autre mais un partenariat d’égal à égal entre chrétiens et musulmans, et je ne comprend pas clairement ce que l’auteur de cet article a contre ce système libanais pour vouloir le changer en comptant les gens.

    Je me permet de conseiller à l’auteur la lecture du testament politique de l’iman Shamseddine - défunt président du Conseil Supérieur Chiite, qui lui expliquera le sens et le bien-fondé du système libanais acutel.



  • David Fournié 24 décembre 2006 00:42

    Pro Aoun et Pro PSNS ?

    Voilà bien un mélange étonnant... A ma conaissance, la charte du CPL n’est pas vraiment compatible avec l’inclusion du Liban dans une Grande Syrie...



  • David Fournié 24 décembre 2006 00:38

    Si d’aventure on remettait en question la stricte égalité politique entre musulmans et chrétiens, et la stricte égalité politique entre sunnites et chiites, le Liban ne serait plus le Liban.

    La « laïcité » que vous semblez tant apprécier est en réalité un système qui favorise la victoire du plus nombreux, car les gens agissent toujours en fonction de leur appartenance communautaire. Je vous met au défi de trouver un système véritablement laïque. La France où l’opinion publique rejette l’adhésion de la Turquie à l’UE pour cause de non-christianité ?

    Le système libanais porte au monde le message qu’un pays véritablement ouvert est un pays ou chacun à le droit de vivre selon ses principes et où toutes les composantes participent à la direction du pays sur un mode consensuel.

    D’autre part votre qualification des maronites de « groupe minoritaire » est une preuve de votre déni du sens même de l’existance de l’entité libanaise. Les maronites ne seront jamais une minorité, ni une majorité.



  • David Fournié 18 août 2006 01:04

    Ce que vous mentionnez est le problème du conflit israélo-palestinien. Ce n’est pas celui du Liban. Le Liban demande juste qu’on arrête de le forcer à se battre dans des conflits qui ne sont pas le sien.

    Il existe, je pense, dans certaines parties du monde arabe un dangereux lavage de cerveau qui consiste à faire passer les palestiniens pour le bien absolu... connaissant bien le Maroc, je sais d’expérience que l’opinion publique y est très réceptive, c’est facile quand on n’a jamais eu affaire de près à cette guerre.

    Je tiens à affirmer clairement que :

    1. Leur problème avec Israel ne leur donne pas le droit d’entraîner par la force d’autres pays dans leur guerre, a fortiori encore moins d’assassiner les hommes politiques de ces dits pays pour faciliter les choses (le roi Abdallah Ier et le Président Beshir El Gemayel sont parmi leurs victimes)

    2. La théorie du pays de substituion, développée par Yasser Arafat, est un crime monstrueux. Ce n’est pas parce que leur pays a été envahi qu’ils ont le droit d’envahir un pays innocent à la place.

    3. L’OLP a des crimes de guerre sur les mains. Les familles des victimes libanaises du conflit de Damour vous le diraient mieux que moi.

    La source du problème, c’est que depuis 30 ans le Liban est le terrain de jeu de toutes les guerres du Moyen-Orient ! Si sa souveraineté avait été respectée (ce que n’ont fait ni l’OLP, ni Israel, ni la Syrie), le conflit israélo-palestinien n’aurait pas eu à se jouer sur ses terres !



  • David Fournié 18 août 2006 00:31

    Bonjour,

    je tiens à te remercier pour ce message qui me fait chaud au coeur. Après toutes les insultes dont j’ai été l’objet sur ce forum, ca fait vraiment du bien. Ca fait plaisir de savoir qu’au moins, parmi tous ceux qui ont lu mon article, quelques personnes ont accepté de le prendre sans préjugés et ont pu se forger leur propre opinion de manière indépendante.

    Très cordialement,

    David



  • David Fournié 18 août 2006 00:28

    Donc, selon vous hezbollah tirait des roquettes caché derrière l’usine de lait de Baalbek (200 km au nord de la frontière) ou bien sous le pont de Jounieh (120 km au nord de la frontière).

    Ne pensez-vous pas que vous surestimez la portée de leurs armes ?



  • 17 août 2006 13:38

    Mr Adam,

    Vous pouvez parler tant que vous voulez de la Jordanie, mais comme je vous l’ai dit, je n’en parlerai pas moi, car contrairement à vous je ne donne pas mon avis sur ce que je ne connais pas. C’est une question d’honnêteté intellectuelle.

    Concernant Hezbollah, vous déformez volontairement mes propos pour me faire passer pour un supporter de ce parti, ce qui est loin d’être mon cas (pour tout vous avouer, si je devais donner mon avis personnel sur la politique intérieure libanaise, je pencherais nettement pour les idées du 14 mars). Mes propos demandaient à un libanais de laisser ce débat, qui est une affaire intérieure libanaise, pour un débat entre libanais. Laver le linge sale interne d’un pays devant l’opinion publique internationale n’est jamais bon.



  • 17 août 2006 12:27

    C’est bien moi qui ai écrit le commentaire précédent. J’avais oublié de me logger.



  • David Fournié 16 août 2006 23:22

    C’est quand même bizzarre de faire figurer dans le etc l’une des trois grandes communautés chrétiennes du Liban alors que vous prenez la peine de citer des minorités.



  • David Fournié 16 août 2006 22:14

    PS : Je viens de relire justement votre mention des communautés libanaises. Preuve que c’est plus du recopiage que de la connaissance, vous n’avez pas l’air choqué de l’oubli des grecs-catholiques dans votre énumération.



  • David Fournié 16 août 2006 22:12

    Je vois que vous avez révisé vos livres d’histoire, mais vous auriez du lire aussi les textes et non seulement la chronologie, car vous ne semblez pas vraiment renseigné sur les circonstances des évènements que vous cités.

    Vous avez mentionné la participation du Liban à la guerre israélo-arabe de 1948, dont vous savez qu’elle a été réglée ar un accord d’armistice entre Israel et le Liban en 1949. Vous auriez pu avoir la délicatesse de dire que le Liban était pays neutre dans les guerres de 1953, 1967 et 1973.

    Pour agrémenter un peu votre discours, vous auriez pu mentionner que l’invasion du Liban en 1982 était justifiée par les Israéliens par la tentative d’assassinat de leur ambassadeur à Londres, alors que le groupe palestinien responsable de cette tentative n’a jamais mis les pieds sur le sol libanais.

    Au sujet des accords du Caire, vous auriez du mentionner que les fedayines palestiniens étaient déjà présents en force sur le sol libanais avant d’avoir reçu cette autorisation officielle, prêts à s’imposer par la force. Les accords du Caire ne sont rien de plus qu’une concession arrachée par la force au Liban. Imaginez qu’un pays ennemi obtienne de Jacques Chirac un accord, avec leurs tanks pointant leur canon sur le palais de l’Elysée, considéreriez-vous vraiment cet accord comme voulu par la France, ou plutôt comme imposé par une puissance étrangère ?

    Au sujet des accords de Taif, en marge desquels l’armement de Hezbollah a été toléré, vous auriez pu avoir la délicatesse de mentionner qu’Israel occupait le Liban Sud, ce qui explique qu’il n’était pas possible de refuser à ce parti, représentant la communauté qui est la principale victime de cette occupation, le privilège de continuer à se battre.

    Enfin, vous mentionnez les vagues d’immigrations auxquelles le Liban a fini par accorder la nationalité. Le fait est qu’il ne souhaite pas l’accorder aux Palestiniens, et vous n’avez aucun droit de critiquer cette décision. Le Liban souverain est libre d’octroyer sa nationalité à qui LUI le souhaite, personne d’autre n’a rien à dire. Vous qui mentionniez justement le nombre de représentants de chaque religions au Liban, vous vous rendez bien compte au vu des chiffres que vous nous rappelez vous-même que la naturalisation de 350 000 palestiniens sunnites n’est dans l’intérêt d’absolument personne. Pour les chrétiens ou les druzes, elle diminuerait encore leur poids. Pour les chiites, elle les rendrait à nouveau minoritaires parmi les musulmans. Pour les sunnites libanais surtout, elle équivaudrait à la perte pour eux de leur place dans la société libanaise ; mécaniquement une part non négligeable de sièges de députés qui leur sont dévolus leur seraient volés par des partis palestiniens.

    Alors, expliquez-moi, au nom de quoi le Liban ferait-il se sacrifice alors qu’au vu du droit international, il est son DROIT le plus strict de réclamer le retour des réfugiés palestiniens.



  • David Fournié 16 août 2006 18:44

    Je n’ai pas conaissance le l’article de Time que vous mentionnez ; désolé si le mien lui ressemble mais je vous garantit que j’ai juste écrit ce que je pensais sans avoir encore lu quoi que ce soit abordant le conflit sous cet angle.



  • David Fournié 16 août 2006 18:16

    Si mon article était adressé à des lecteurs libanais, croyez bien qu’il aurait été très différent de ce qu’il est. Mais mon article, publié sur agoravox.fr, est adressé à des lecteurs français.

    Je ne pense pas que ca aurait apporté grand chose d’« apprendre » à des libanais qu’Israel souhaite leur imposer l’implantation des palestiniens par la force, ils le savaient déjà bien avant moi. Par contre, la plupart des gens en France ignorent cet enjeu fondamental du différent israélo-libanais, et ca ne fait donc que du bien de le leur rappeler.

    Par contre, je ne pense pas qu’ils auraient été particulièrement intéressés d’entrer dans les détails politiques internes libanais, ni que je sois la personne la mieux placée pour en parler. Des journalistes libanais écriront 1000 fois mieux que moi les articles qu’il faut pour placer chacun face à ses responsabilités.



  • David Fournié 16 août 2006 17:33

    Israel peut affirmer autant qu’elle veut qu’elle souhaite un Liban prospère, vous savez très bien qu’en tout cas il est sûr qu’elle ne veut pas reconnaître le droit au retour des réfugiés palestiniens dans les territoires palestiniens.

    Comprenons-nous bien, je ne suis pas là pour défendre les palestiniens ni juger les circonstances dans lesquelles ils ont été déplacés par Israel. Je suis là pour dire que, quelle qu’en soit la justification, le Liban y est complètement étranger, et il est donc inadmissible de le laisser subir ad vitam eternam les conséquences de ce déplacement.

    Et réfléchissez vous aussi : vous affirmez (comme votre gouvernement) qu’Israel souhaite un Liban économiquement prospère. Pourtant vous avez bien vu qu’elle a démoli toutes les infrastructures économiques du Liban. J’ose espérer que vous ne croyez pas sérieusement que les ponts des quartiers touristiques chrétiens au nord de Beirut sont des infrastructures utiles à Hezbollah, ni les usines de maisons préfabriquées et de lait. Ce sont par contre des infrastructures nécessaires à la prospérité économique du Liban.

    Si Israel souhaite un Liban prospère, elle doit commencer par reconnaître ses droits. Ne pas avoir à héberger éternellement les réfugiés palestiniens en est un.



  • David Fournié 16 août 2006 17:20

    Vous ne me forcerez pas à entrer dans ce débat ici. Des choses doivent changer au Liban, une situation où un parti seul peut engager le pays tout entier dans la confrontation n’est pas acceptable, mais ce n’est pas sur un forum de discussion français d’en discuter. Rendez-vous compte que chaque fois que vous critiquez Hezbollah ICI, vous justifiez Israel. Exprimez vos griefs contre ce parti dans un forum libanais, pas ici, s’il vous plaît.

    Le Liban a trois voisins turbulents, qui sont tous trois des ennemis et lui ont fait du mal, chronologiquement les l’OLP, la Syrie et Israel. Selon ceux auxquels votre famille a été directement confrontée, votre perception de qui est le pire peut varier. Mais sachez bien que pour dénoncer les crimes d’un ennemi, ce n’est pas une méthode acceptable d’ignorer ceux des autres ennemis. Ce n’est pas Israel qui a massacré des chrétiens à Damour, ce n’est pas Israel qui liquide depuis 30 ans au Liban tous les membres des partis qui lui sont défavorables, mais c’est Israel qui a fait endurer aux populations chiites du sud 20 ans d’occupations et d’exactions, et c’est Israel qui vient de tuer 1000 personnes au sud et dans la banlieue sud. Vous devez acceptez la rancune de ces victimes face à Israel, comme ces derniers doivent accepter la votre face à la Syrie. Votre discours du genre « C’est pas Israel qui est mauvais, c’est la Syrie » ne servent à rien. Les deux sont mauvais.



  • David Fournié 16 août 2006 15:31

    Vous dites qu’Israel a quitté le Liban il y a 2 ans. Ne pensez-vous pas que l’avoir occupé pendant 18 ans est une sérieuse violation du droit qui mériterait jugement ?



  • David Fournié 16 août 2006 15:16

    Sébastien,

    un détail d’un de vos posts me laisse supposer que nous nous connaissons personnellement. Ayez le courage de me dire qui vous êtes.

    Concernant mes sources, vous êtes assez grand je pense pour trouver dans Google le texte de la résolution 194 de l’ONU, les textes adoptés par le dialogue national libanais, la consitution du Liban et l’accord de Taif, ainsi que la liste des objectifs bombardés par l’armée israélienne au Liban. Je ne vais pas le faire pour vous. Il ne me semble pas avoir fait référence à autre chose.



  • David Fournié 16 août 2006 15:02

    Quel est le but de votre diatribe ? Justifier que votre pays soit cassé car vous haïssez plus Hezbollah que vous n’aimez le Liban ? Quoi que vous pensiez de lui, tant que 80% des chiites le soutiendront, il sera un partenaire incontournable sur la scène libanaise. Si vous avez des reproches à lui faire, ce qui est légitime, leur place est dans un forum politique libanais, pas ici. Devant l’opinion publique occidentale, ce genre de désaveux ne font que justifier la destruction du Liban par Israel. Rappellez-vous que l’ambassadeur israélien à l’ONU s’est régalé des différents dérapages verbaux libanais pour se justifier...



  • David Fournié 16 août 2006 12:18

    Si vous considérez que c’est lié, celà signifie donc que vous voulez entraîner de force le Liban dans la guerre des autres... C’est précisément ce que tout le monde veut et ce que je dénonce dans mon article.

    Il y a un conflit bilatéral : Israel bombarde le Liban, Hezbollah envoie des roquettes sur Israel, Israel envahit le Liban. Le gouvernement libanais tout entier, ministre de Hezbollah compris, ont juste demandé que soient réglés les différents bilatéraux entre le Liban et Israel : prisonniers libanais, fermes de Shebaa, respect de la souveraineté de l’espace aérien libanais. Ils ont en échange fait la concession consistant à accepter que l’armée libanaise soit la seule présence armée au sud de Litani, et accepté conformément aux exigences d’Israel une force multinationale renforcée.

    Un conflit bilatéral se règle par des concessions bilatérales. Il ne faut pas tomber dans le piège de vouloir lier ce conflit au conflit israélo-palestinien, avec comme arrière-pensée de forcer le Liban à faire des concessions pour régler un conflit qui n’est pas le sien. Le gouvernement libanais, vous l’avez vu, est prêt à un jeu de concession réciproques pour régler son conflit avec Israel. Le conflit israélo-palestinien devra de même un jour ou l’autre se régler par des concessions réciproques, mais ce n’est pas le Liban qui doit encore payer pour régler les guerres des autres. Ca fait 30 ans que celà dure, et c’est assez !!!



  • David Fournié 16 août 2006 11:35

    Règle n°14 : Si vous détruisez le Liban, vous aurez le prix Nobel de la paix....

    Yasser Arafat, Menachem Begin, Shimon Peres, 3 prix Nobel de la paix et 3 criminels de guerre au Liban... Donnons donc aussi le Nobel à Bashar el Assad, Ehud Olmert et Amir Peretz pour compléter ce beau palmarès.

    Ce qui est beau dans toute cette histoire, c’est qu’enfin la coopération est de mise entre les ennemis d’avant. Aujourd’hui, Ehud Olmert aide Bashar el Assad à tenir ses promesses...