• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Philippe VERGNES



  • Philippe VERGNES 22 mars 2018 07:49

    @ Shawford,


    « Il n’y a strictement aucune forme d’allegeance, et partant aucun sens à préciser. »

    Rhooo... qu’elle jolie pirouette. smiley Mais vous avez le droit de changer d’avis... hein ? Ne serait-ce que de ne pas avoir d’a priori sur le fond, ni envers l’un ni envers l’autre. Personnellement, c’est tout ce que je demande. Le problème serait plutôt ce que seraient à vos yeux ce que vous qualifiez de scorie, car malheureusement, le harcèlement, et donc ce qui s’y livrent impunément, sont bel et bien un sujet à prendre très au sérieux dans notre société. Que vous qualifiez cela de « scorie » me fait simplement prendre la mesure de l’ampleur de la tâche pour ce que j’appelle, se « dessiller » un peu. D’autant que les harceleurs s’emploient toujours à désigner leurs victimes (proies, cibles ou ennemies) comme étant leur bourreau.

    Dans des groupes à résonance perverse (si vous avez des problèmes avec ce mot dite le moi), comme ici, il y a plusieurs places possibles. D’abord, celle exclusive d’artisan de la résonance et de l’alliance, ensuite celle de complices (trois types : auxiliaire actif, conscient mais non consentant - otage -, inconscient naïf) et enfin celle de victime, proie, cible ou ennemie. La position du complice conscient mais non consentant est particulière, elle est celle d’otage. Bon, je ne développe pas plus ce point-là. Cela me paraît inutile, même si ce sujet est au cœur de cet article.

    L’élément essentiel du harcèlement est l’aveuglement des témoins (complice actif, otage ou naïf) de ce type de situation qui contribue à la perpétuer. Cet aveuglement... c’est l’enfer des véritables victimes qui peut les conduire à une véritable mort psychique, voire au suicide, car le pervers se sert de ses complices comme opercules de défense. Disons que sans public, la perversion n’est rien. Et vous m’excuserez, mais je prends très au sérieux ce genre de phénomène qui ne semble être que des « scories » à vos yeux.

    J’ai éjecté JL de mes articles en raison de ses interminables impostures, car il n’a de cesse de se vanter d’avoir des compétences qu’il n’a jamais eues sur des œuvres qu’il n’a jamais lues et qu’il cherche à avoir absolument raison sur tout en faisant usage de jeux de pouvoir totalement puérils. Et c’est peu dire !

    Si je n’imaginais pas que cela prendrait de telles proportions, cela confirme bien en fin de compte le caractère du personnage : il est seul maître après dieu au royaume agoravoxien et compte bien le rester. Quant au ciseau de ce site, il a finalement son utilité : les pervers ne supportent pas l’expérience de la castration, ça les rend encore plus fou que ce qu’ils sont. smiley


  • Philippe VERGNES 22 mars 2018 01:20

    @ Shawford,


    Bravo pour ce bel effort de recherche, moi-même j’y avais passé du temps sans parvenir à retrouver cette discussion. J’suis pas trop doué non plus pour tout ce qui touche à Internet.

    « Pour ma soi-disant volonté de diffamation quelconque ou ma fidélité aveugle à quiconque... »

    Bon... j’ai écrit « vire » (et non pas « vise ») et j’ai mis ce mot diffamation entre guillemets tout en précisant entre parenthèses que ce mot était entre guillemets (bon... le plus simple, c’est de relire). Si « vise » insinue une volonté, je crois savoir assez bien parler français pour dire que « vire » n’en est pas l’équivalent dans le contexte de ma réponse à votre message de 23:13.

    Pour ce qu’il en serait de ma propre surinterprétation, n’êtes-vous pas le même Schawford qui a pu écrire le 6 décembre 2017 à 12:51 à l’attention de JL ici présent, je cite : « Je serai en tout cas à votre entière disposition désormais quand je serai en ligne sur Agoravox - et que certains fils de commentaires accepteront nos digressions ou bien donc sous vos propres articles, pour échanger avec vous sur toutes les scories éventuelles du discours de PV. »

    Si non... ben, veuillez donc m’en excuser, l’expression « juré fidélité » de ma part était inappropriée. Mais en cas contraire... il faudrait que vous me précisiez quel sens donner à pareille « allégeance » que j’ai synthétisée par l’expression « jurer fidélité » ?

    N’y voyez-là aucune malice de ma part, juste mon côté « pointilleux » concernant le contexte (le fond plus que la forme) dans lequel les choses peuvent avoir été dites ou perçues. Et ce non pas dans une « visée » d’un quelconque règlement de compte (je laisse ça au pervers), mais bien dans le but de pacifier les débats en tenant compte d’une carte qui soit la plus fidèle possible au territoire (bien que cela soit objectivement impossible selon Korzybski, un auteur auquel je suis très attaché et qui est en fait mon fil rouge : Korzybski => Laborit => Morin).


  • Philippe VERGNES 22 mars 2018 00:41

    @ kalachnikov,


    Je n’ai pas lu Nietzche... je n’ai jamais caché mes lacunes question philosophie. C’est en projet, j’ai ses principaux bouquins, mais ils sont encore « vierge ».

    D’ordinaire oui... pour la mémoire, mais par acquit de conscience, je vérifie plutôt deux fois qu’une les infos que je crois avoir compris. J’avais trouvé la discussion vraiment intéressante même si ne possédant pas de « grosses » références philosophiques, je m’instruisais plus qu’autre chose. J’avais noté l’interruption... à regret, car j’avais trouvé votre pensée vraiment bien structurée (et je ne me répéterais jamais assez, c’est ce qui m’intéresse chez les gens avec qui j’échange ici ou dans la vraie vie).

    « Concernant le pn, pour moi c’est juste un phénomène d’adaptation. »

    Oui.. il y a de ça et ce n’est pas pour rien que j’ai souvent insisté sur le fait que, citant Racamier, le plus important à comprendre dans la perversion narcissique, c’est le mouvement qui l’anime et dont elle se nourrit. Sur le p.n. est sa façon d’être en relation avec autrui, j’ai des thèses que l’on m’a demandé d’écrire depuis un bon moment déjà... ce que je n’ai toujours pas fait, car j’ai toujours dit que le jour où je le ferais, je me fâcherais avec de nombreuses victimes qui ne comprendrons pas mon positionnement et prendrons cela comme une « trahison ». De fait, je ne sais toujours pas comment présenter le truc, mais cela rejoint un peu ce que vous dites.

    « Quand vous ou la perchée Mélusine me faites des procès en homosexualité refoulée, en pédophilie, en cantatisme, on a déjà basculé là-dedans. »

    J’en suis bien désolé et je puis vous garantir que cela ne se serait jamais produit en d’autres circonstances, mais j’ai un mythomane paranoïaque sur le dos qui ne me lâche pas depuis 6 ans lorsqu’il s’agit de m’apporter la contradiction sur ce sujet, et je ne souhaitais pas en avoir un second où à propos de l’inceste justement, le premier m’avait déjà fait un foin de tous les diables auparavant. D’où le fait que le sujet ne se prêtait pas trop à un échange « courtois » avec un inconnu qui débarquait sous mes articles pour la première fois. Si j’avais su que vous étiez Lermontov, jamais je n’aurai réagis de la sorte et j’aurais certainement fait preuve de plus de patience et de tolérance à votre encontre que ce que j’ai alors su en faire preuve, mais si je vous ai débloqué, c’est que c’est déjà du passé pour moi.



  • Philippe VERGNES 21 mars 2018 23:47

    @ kalachnikov,


    Cette discussion comme à dater et je l’ai moi-même recherchée pour la relire sans parvenir à la retrouver, ce qu’il m’arrive parfois de faire pour diverses raisons. Auriez-vous le souvenir de l’article en question ? Si ma mémoire ne me fait pas défaut, je crois me souvenir que vous m’y faisiez un genre de réflexion comme quoi j’aurais le même objectif que Freud « d’améliorer le monde » ou un truc dans le genre... bref, maintenant que je sais que vous êtes la même personne que Lermontov, je retrouverais ça pour me le remémorer.


  • Philippe VERGNES 21 mars 2018 23:38

    @ Bonsoir Shawford,


    Kalachnikov a répondu à ma place m’épargnant une longue recherche... ça commence à dater.

    A « minima », on pourrait presque dire que ce genre de propos vire à la « diffamation » (entre guillemets) et sur le coup... c’est vous que ça n’honore pas. Je crois que vous me confondez avec le mytho de service à qui vous avez juré fidélité et qui peut partout se vanter avoir des compétences qu’il n’a jamais eues sur des œuvres qu’il n’a jamais lues. Et qui de plus, peut inventer des citations et les mettre dans la bouche d’auteurs prestigieux simplement... « pour avoir le dernier mot » et clouez le bec à son contradicteur. Une stratégie que même gamin je n’aurais jamais osé employer.


  • Philippe VERGNES 21 mars 2018 23:29

    @ kalachnikov,


    « Vous n’allez pas faire des petits ensembles, c’est bien, on l’a acté. »

    Ce qui serait mieux, c’est que lui aussi puisse l’acter et qu’il me lâche enfin la grappe depuis 6 ans.

    « Pour le reste, que soit sous le pseudo Lermontov ou celui de Kalachnikov, vous dites n’importe quoi concernant la question de l’inceste. »

    On ne va pas refaire ce débat ici. La question de l’inceste au regard de l’ethno peut être résolu si l’on se place au niveau de la relation plutôt que de la filiation... et c’est bien ce que fait la notion d’incestuel. L’ethno est importante aussi de même que l’anthropologie et c’est bien à elles que j’ai pu faire référence lorsque j’ai cité Claude-Levis Strauss sur la question de l’inceste qui a montré sur des base ethnologique et anthropologique que la prohibition de l’inceste était une condition de notre socialisation faisant passer l’homme de l’état de nature à celui de culture. Maintenant, que vous ayez une contre opinion à celle qu’avance Claude-Lévis Strauss, cela, je peux l’entendre, mais il faut pouvoir l’argumenter.



  • Philippe VERGNES 21 mars 2018 22:53

    @ alinea,


    Je me suis montré odieux envers kalachnikov pour des raisons que je lui explique dans mon précédent message de 22:46 ci-dessus. Je n’apprécie nullement que l’on s’évertue à de petits jeux de pouvoir avec moi. Ceux qui s’y livrent, je les mets à « dix mètres ». Si j’avais su qu’il était Lermontov, j’aurai eu une toute autre attitude envers lui. C’est l’un des possibles inconvénients que les pseudos sur Internet peuvent générer.


  • Philippe VERGNES 21 mars 2018 22:46

    @ kalachnikov,


    Pas une question de se cacher, juste que j’aurais probablement réagit autrement à votre encontre si je l’avais su avant, car pour moi vous êtes apparu sous mes articles comme un cheveux sur la soupe pour la première fois à propos de la question de l’inceste (et quand je dis comme un cheveux sur la soupe... c’est peu dire lorsque l’on a un parano sur le dos depuis des années). Lermontov, lui, en avait déjà commenté par le passé et m’avait laissé de bons souvenirs de part les argumentations développées. Je vous l’ai dit, je m’attache principalement aux idées, les gens qui les émettent, sur un forum Internet, je ne les connais pas. Si en plus vous utilisez plusieurs pseudos pour répondre à un même auteur, le moins que l’on puisse dire, c’est que ça complique sérieusement les choses pour situer la qualité du commentateur auquel il doit répondre et ce qui bien souvent ne peut s’évaluer que sur le long terme.

    Sur JL et moi, c’est toute la confusion que cherchent à installer les paranoïaques dans leur infatigable entreprise de destruction massive envers leurs victimes, cibles, proies ou ennemies. Dès lors, il n’existe que deux choix possibles (le troisième c’est la mort au bout du chemin... pas une option envisageable) : le combat ou la fuite. Je fuis en ignorant les interventions de JL partout sur ce forum, mais je réponds à ces diffamations, calomnies, interprétations sauvages et délirantes, injures, intarissables disqualifications, etc. qu’il ne manque pas de projeter sur moi puisque il se croit justifié de venir faire la police sur ce site partout où j’apparais. L’inverse n’est jamais vrai si vous observez bien et ce depuis mes premières apparitions sur ce site. Cela porte un nom : c’est du harcèlement et c’est un délit. Loin de moi l’idée de me victimiser, ses attaques ne me touchent pas, j’appelle simplement un chat un chat et ça le fait terriblement « chier ». Nous sommes-là dans l’attitude typique de quelqu’un qui ne recule devant rien pour exercer son pouvoir sur ce forum, et ce bien avant que je n’y apparaisse. « Pouvoir » d’autant plus usurpé qu’il peut se vanter d’avoir des compétences qu’il n’a jamais eues sur des œuvres qu’il n’a jamais lues... et ne jamais en démordre malgré l’évidence des preuves que je lui ai mis sous les yeux (ses propres écrits). Or, vous êtes bien placé pour savoir que je conchie de telles attitudes. Ce sont mes limites. On peut les respecter ou pas, mais si on décide de ne pas les respecter, il ne faut pas ensuite venir jouer les pleureuses si on s’en prend plein la gueule et qu’on ne le supporte pas comme il en prend systématiquement l’habitude puisque je rappelle que cet individu s’est juré de me « chasser de ce site ». D’où mon usage du ciseau à son encontre.


  • Philippe VERGNES 21 mars 2018 22:11

    @ kalachnikov,


    Kalachnikov = Lermontov ???

    Ben m.... ! Si c’est le cas, je suis contrit... smiley


  • Philippe VERGNES 21 mars 2018 22:02

    @ JL,


    Vous vivez dans le confusionnisme le plus total. Le merdier que vous croyez voir chez les autres n’existe que dans votre tête. C’est vous qui dite que vous êtes médiocre et haïssable, pas moi. Cela témoigne de la faible image que vous avez de vous-même et de vos « désirs » de projeter cette image sur autrui. Moi, j’ai toujours dit que je vous plains et il faut un certain talent pour réaliser une mystification aussi réussie. Cependant, cela ne justifie pas qu’on puisse la laisser perdurer, surtout lorsque cet imposteur peut se permettre d’apporter la contradiction à un auteur en mentant effrontément sur des théories dont il ignore tout ou presque... tout en prétendant y connaître.

    Si vous êtes incapable de m’ignorer, c’est que vous êtes dans la quérulence qui soit dit en passant atteste de mon diagnostic. Je n’ai jamais dit que la réconciliation d’une victime avec son p.n. serait d’une quelconque façon souhaitable : le p.n. isole et s’arrange pour que sa proie se fâche avec tout le monde ou que tout le monde tourne le dos à sa proie, soit très exactement l’attitude que vous avez eu ici à l’encontre d’alinea et de Gollum, mais également envers plus d’une dizaine d’intervenants qui commentent mes articles et que vous êtes allé chercher chez d’autres auteurs pour les rabattre vers votre article dont je n’ai cure malgré vos incessantes invitations puisque personnellement, si ce n’est de répondre à vos attaques... je vous ignore.

    Ainsi, le p.n. isolant sa proie, il ne supportera jamais qu’elle se réconcilie avec les personnes envers qui elle était fâchée, bien souvent en raison de ses manigances (d’où l’emploie du terme déliaison dans l’oeuvre de Racamier). Tel est le sens en contexte du mot réconciliation que j’ai employé à propos du p.n. Du fait de cet isolement orchestré par le p.n., le p.n. défait les liens libidinaux pour créer des ligatures ou des relations d’emprise afin que sa proie ne lui échappe pas. C’est toute la nuance qu’apporte Racamier dans ses écrits, si vous l’aviez lu, vous auriez peut-être pu saisir ce genre de subtilité qui vous échappe totalement : le lien n’est pas une ligature. Dans l’un, c’est la pulsion de vie qui prédomine alors que dans le second, c’est la pulsion de mort, d’où la distinction faite chez les successeurs de Racamier entre lien et ligature (cf. Jeanne Defontaine, 2007)

    Quoi qu’il en soit, vos délires interprétatifs qui consistent systématiquement à inverser ou à modifier le sens des phrases ou des mots que j’emploie dans un contexte déterminé ne se retrouvent que chez un seul type de trouble : les paranoïas de caractère.

    Les mots sont polysémiques, Korzybski aurait dit multiordinaux, et leur sens ne peut être déterminé que dans le dialogue et en aucun cas imposé à l’encontre de celui-là même qui les emploie comme vous le faite systématiquement, non seulement avec moi, mais également avec tous les contradicteurs avec qui vous avez maille à partir. Sauf que la plupart d’entre eux n’ont malheureusement pas les connaissances que j’ai pu acquérir en psychopathologie. En gros, vous êtes un chasseur d’ambiguïté... qui crée les ambiguïtés qu’il croient chasser... et c’est sans fin avec vous. C’est votre nature.

    Les seules personnes dangereuses, non pas seulement pour ce site, mais également pour notre démocratie tout entière, ce sont bien les paranoïaques qui mettent en application le principe de la double-pensée de George Orwell.

    Et ce sera mon dernier mot sur ce fil à votre attention, votre irrespect est indécent vis-à-vis de l’auteure de cet article et de certains autres commentateurs que vous avez « hélés »... tout en niant l’avoir fait = paradoxalité = effort pour rendre l’autre fou.



  • Philippe VERGNES 21 mars 2018 19:43
    @ JL,

    Vous confondez « cherche merde » et « fouille merde ». Vous n’avez strictement rien d’un journaliste d’investigation puisque vous pouvez vous vanter d’avoir des compétences que vous n’avez jamais eues sur des œuvres que vous n’avez jamais lues. Seul un imposteur qui cherche la merde pour dissimuler son imposture est capable d’une telle prouesse. En aucun cas elle ne peut être celle d’un « fouille merde » qui révèle une escroquerie ou une imposture puisque la technique d’enfumage que vous utilisez consiste à faire passer la vérité pour mensonge et le mensonge comme une vérité. C’est une constante dans toutes les citations que vous avez utilisé pour m’apporter la contradiction.

    Mais rassurez-vous, je sais pertinemment que les pervers sont fier de leur perversion puisqu’ils n’en strictement aucune conscience.


  • Philippe VERGNES 21 mars 2018 15:03

    @ pemile,


    Peut-être... probablement... certes... je suis plutôt d’accord. Pour autant, nous aurions tous à y gagner en apprenant à métacommuniquer. C’est même ce que nous imposerez la pratique de la Sémantique générale d’A. Korzybski dont je rappelle, au cas où vous l’ignoreriez, qu’elle a largement influencé des chercheurs tels que G. Bateson (le fondateur de l’école de Palo Alto), E. Berne (le fondateur de l’AT - l’Analyse Transactionnelle), Henri Laborit qui s’en est servi dans l’un des ses meilleurs livre La nouvelle grille, Gaston Bachelard, etc. Jacques Lacan s’en serait même inspiré sans jamais y faire une seule fois référence. Ce qui ne m’étonne guère.

    Or la Sémantique générale est bien une méthode de communication à l’attention de tous, peuple et élite, afin que tous nous arrêtions de prendre des vessies pour des lanternes et que nous cessions de croire aux grands délirants pervers qui gouvernent ce monde dans la plus pure insanity (maladie mentale = folie). Et la méthode fonctionne parfaitement bien pour si peu que nous nous y conformions. Sauf que les débiles mentaux qui se partagent le pouvoir et ceux qui espèrent leur part du gâteau (ou leurs complices décérébrés), ne l’entendent pas de cette oreille. Cela va de soi !


  • Philippe VERGNES 21 mars 2018 14:49

    @ Gollum,


    Ok !

    Merci en tout cas pour ce point de vue. Nous n’avons pas tout à fait les mêmes lectures, mais tous les chemins ne mènent-ils pas à Rome ?

    Le point fort de Bateson et de l’école de Palo Alto est la découverte de la propriété de certains paradoxes « schizophrénogènes » : ils tendent à un « effort pour rendre l’autre fou ». Ce qui a entraîné par la suite la découvert d’un système défensif particulier de la psyché humaine appelé « paradoxalité » (Racamier, 1978). Une exemple de cette paradoxalité a été excellemment illustré par la définition de la double-pensée (ou pensée perverse chez Racamier) rapportée par George Orwell dans son roman 1984 :

    « Connaître et ne pas connaître. En pleine conscience et avec une absolue bonne foi, émettre des mensonges soigneusement agencés. Retenir simultanément deux opinions qui s’annulent alors qu’on les sait contradictoires et croire à toutes deux. Employer la logique contre la logique. Répudier la morale alors qu’on se réclame d’elle. Croire en même temps que la démocratie est impossible et que le Parti est gardien de la démocratie. Oublier tout ce qu’il est nécessaire d’oublier, puis le rappeler à sa mémoire quand on en a besoin, pour l’oublier plus rapidement encore. Surtout, appliquer le même processus au processus lui-même. Là était l’ultime subtilité. Persuader consciemment l’inconscient, puis devenir ensuite inconscient de l’acte d’hypnose que l’on vient de perpétrer. La compréhension même du mot « double pensée » impliquait l’emploi de la double pensée. »

    C’est une pensée au fondement de tout système totalitaire qui est fortement ancrée chez les personnalités perverses ou paranoïaques. Importante à connaître et à reconnaître pour les citoyens afin qu’ils puissent prendre des décisions sans être manipulés. Nous en sommes loin, pourtant, de grands auteurs, tels que George Orwell (mais il est loin d’être le seul), nous ont déjà alertés.



  • Philippe VERGNES 21 mars 2018 11:13

    @ Gollum,


    Important à connaître et reconnaître ça : « En plus il ne dit pas toujours totalement des âneries, donc... »

    C’est mon point 2/ du message d’hier à 20:58 : cela rejoint la notion de déni partiel et de délire dans le réel qui va avec en psychopathologie. Un paranoïaque (celui de la paranoïa de caractère que l’on confond avec la psychose paranoïaque ou schizophrénie paranoïde) ne délire que sur certains sujets et pas avec tout le monde... pour être plus précis. Cela entraîne bien des conséquences pour toutes les personnes qui ne sont pas touchées par ce genre de déni et de délire.

    Si toutefois il vous vient d’autres hypothèses au fil de vos réflexions qui viendraient compléter celles évoquées dans mon poste d’hier à 20:58. N’hésiter pas à me la faire connaître... ce mécanisme de contagion psychique est au coeur de certaines recherches à l’heure actuelle, car il y a sur le sujet un véritable changement de paradigme qui s’opère... une prise de conscience... la folie peut être communiquée par certains actes de parole. (Ce que l’on n’a jamais cru jusqu’à présent malgré les recherches qui commencent à abonder en ce sens depuis les découvertes de G. Bateson et de l’école de Palo Alto.)


  • Philippe VERGNES 21 mars 2018 10:48

    @ Self con troll,


    « Pour la rugby-attitude, elle me semble sous-jacente dans certaines de vos interventions. Soyez prudent avec elle, car pour la plupart de vos interlocuteurs elle n’est basée que sur des images télévisuelles, et les valeurs-rugby, qui existent, ont été galvaudées. »

    Je ne peux qu’approuver sur la « rugby attitude ». On m’en fait quelquefois la remarque, mais je suis méditerranéen et cathare, si vous voyez ce que je veux dire. On ne se refait pas. Toulon... j’avais pas peur d’y aller... c’était particulier. J’ai pratiqué ce sport à différents niveaux, le seul qui me manque est celui des sélections nationales... j’étais sur les tablettes comme on dit, mais il arrive parfois que le destin nous réserve quelques bien mauvaises surprises. C’est ainsi. Cela fait parti des apprentissages de la vie Tout n’est pas qu’un long fleuve tranquille. J’ai tout de même eu mon expérience internationale, j’ai joué dans un club qui comportait pas moins de 11 internationaux All-blacks et Samoans... ça vaut pour ce que ça vaut !

    Les valeurs rugby ont été galvaudées... malheureusement. J’en parle assez souvent avec certains « anciens ». Il n’empêche que c’est d’elles que j’ai reçu mon éducation (des valeurs non-galvaudées) et que la tricherie, l’imposture ou l’escroquerie sont exclues de ses valeurs-là. C’est encore plus vrai au pays des All-blacks...

    Le fait de ne pas supporter les faux-culs, les imposteurs et autres escrocs doit être congénital chez moi. Mais il est bien vrai que la prudence me manque à ce niveau-là : j’appelle un chat un chat, un con un con et un imposteur un imposteur... dans la vraie vie ou sur Internet. Ceux qui justement pense pouvoir changer les règles d’Internet par rapport à la vraie vie sont justement ceux qui dans la vraie vie sont des petits impuissants frustrés. Ceux la sont à plaindre ! (De mon point de vue.)

    Ps :
    Merci toutefois pour le conseil : je sais pertinemment que c’est cette prudence qu’il me faudrait acquérir pour évoluer vers plus de « sagesse », mais comme je le dis souvent, je n’ai jamais eu la prétention d’être sage... j’ai encore, je l’espère, suffisamment de temps pour apprendre à l’être.


  • Philippe VERGNES 21 mars 2018 10:14

    @ arthes,


    Vous savez quoi ?

    Je suis nostalgique de ce temps-là pour plusieurs raisons, mais une essentielle... on ne fait pas de quartier aux faux-culs, hypocrites et autres malfaisants de leur espèce dans ce sport : la triche est interdite et « autorégulé ». Si tu triches, t’es tout simplement exclu de l’équation et tu pars jouer aux billes. C’est d’ailleurs bien pour cela que l’une de mes principales passions (avec la pêche et la plongée) a été de pratiquer le rugby, et ce jusqu’à l’autre bout du monde (Nouvelle-Zélande, c’est encore pire là-bas). Le rugby est le seul sport où l’on ne peut tricher, alors qu’il donne une place à tous (petit, grand, gros, maigre, rapide ou lent, etc.), son seul impératif est de ne pas trahir ses coéquipiers. Les imposteurs n’y ont pas leur place. Pour le dire dans le jargons rugbystique : on se la joue pas lorsque l’on doit « stopper » un adversaire qui pèse 110, 120 ou même 135 kg, qui « avance comme un avion » (qui court très vite) et qui arrive avec l’intention de vous faire « exploser » à l’impact. Ceux qui n’ont pas connu ou apprécier ça ne peuvent guère comprendre. L’image de l’autobus qui vous arrive de face et que vous devez stopper métaphorise le problème. C’est à tel point qu’il y a une sérieuse réflexion à l’heure actuelle au niveau des instances internationales, car le rugby est le sport qui enregistre le plus de blessures graves (plus encore que le très spectaculaire football américain et que n’importe quel autre sport de combat).


  • Philippe VERGNES 21 mars 2018 09:55

    @ JL Cherche Merde,


    Menteur un jour menteur toujours !

    Je n’ai jamais « essayé de porter plainte contre vous », si tel avait été le cas, nous nous serions déjà rencontrais, car au contraire de vos accusations calomnieuses, de vos diffamations et de vos délires me concernant, je possède de multiples preuves de ce que j’avance à votre encontre. Je vous ai posé différentes limites que la simple décence présente chez un individu normalement constitué aurait respectées. Ce que personnellement, vous n’avez jamais été en mesure de comprendre. A un tel niveau, le seul moyen d’arrêter un paranoïaque, c’est de le coincer et de lui faire sentir le poids de la loi : toutes vos élucubrations à mon encontre ne sont que délires, calomnies, diffamations, injures, etc. ; toutes mes accusations à votre encontre sont et seront toutes étayées par l’apport de FAITS, exemple (autre que ceux que j’ai déjà pu donner) celui de l’aveu que vous avez pu écrire de me « chasser de ce site ». Votre haine, voilà la nature de votre harcèlement ici. Or, les harceleurs sont tous des lâches et à ce titre, je garde toujours en option le fait de porter plainte contre vous... effectivement. Mais envisager est différent d’essayer et le jour où je le ferais, ce ne sera pas un « essai » et soyez certains que nous nous rencontrerons, car le harcèlement est délit. N’oublier pas dans votre petite tête de dégénéré que ce n’est jamais moi qui vous relance ici ou ailleurs, mais toujours l’inverse qui se produit factuellement (seul niveau de réalité que la justice prend en compte). Et votre harcèlement est bien la raison pour laquelle je vous ai viré de mes articles.

    Dans mon activité de consultant, j’ai aidé plusieurs victimes de harcèlement à monter des dossiers en justice contre leur harceleur : tous ces procès ont été gagnés par les plaignants. TOUS ! Y compris même un qui a été monté à l’encontre d’une collectivité territoriale qui par son réseau avait des accointances avec toutes les administrations de l’Etat. Alors le jour où je déciderais « d’essayer » de porter plainte contre vous, croyez bien que vous en entendrez parler.

    « ... ne croyez vous pas que l’on pourrait dire exactement la même chose de... PV lui-même ? »

    Non pour une toute simple et bonne raison : mon discours reste similaire aux faits, seul niveau de réalité le plus conforme au réel là où le votre n’est que fantaisies, délires, interprétations sauvages, etc. j’en passe des vertes et des pas mûres. Seul niveau également que prend en compte la justice et s’il faut en arriver là pour vous stopper... ben, c’est ce qui sera fait.

    En fait, une telle question témoigne une fois de plus de votre incessante obsession de projeter sur moi la part sombre de vous-même que votre lâcheté se refuse à affronter. Lorsque cela prend des proportions extrêmes comme avec vous, cela s’appelle... paranoïa ! smiley


  • Philippe VERGNES 21 mars 2018 09:16

    @ Self con troll,


    Question Rugby, j’ai connu et joué avec quelques Perpignanais à l’époque où ce club « s’échangeait » quelques joueurs avec celui de Montpellier, dont par exemple l’actuel entraîneur de Clermont-Ferrand, mais bien d’autres encore. C’était un autre temps où le rugby n’était que semi-professionnel et où l’argent ne coulait pas à flot comme aujourd’hui. En ce temps-là, il y avait quelquefois de très rugueuses « mises au point », si vous voyez ce que je veux dire. Et là, pas de place pour les « lâches » et les imposteurs... il fallait pas se la raconter, surtout lorsqu’on voyageait à Toulon par exemple... au contraire de ce que l’on peut observer sur Internet ou l’imposture semble de mise. Mais c’est probablement un effet des temps actuels : nous vivons dans une société d’imposture, il faut donc bien qu’elle se révèle pour que nous la comprenions et que nous l’intégrions.
    Question discussion... ça se discute. J’ai pas d’a priori sur le sujet, mais vous avez bien raison au sujet des interprétations farfelues de ce qu’on dit. Je dois même dire que de ce côté-là, j’en reste « baba » : c’est fou en fait la fréquence des « délires » d’interprétation que l’on peut rencontrer sur Internet.

    Sur l’auto-censure : pourquoi s’auto-censurer ? Et qu’aurait-on à censurer ? L’une des seules auto-censure que je m’impose est liée au respect que je dois à mes contradicteurs et autres intervenants, à la seule condition expresse qu’ils sachent me rendre le respect avec lequel je les traite : je ne respecte pas quelqu’un qui me prive de son respect, car le respect n’est pas un dû, c’est une conquête et ce que ce soit dans la vraie vie ou sur Internet. En cas contraire, je ne me prive pas pour être aussi odieux que ce qu’il ait pu l’être... et forcément, ça dégénère. Mais quelque part, c’est aussi voulu... j’ai toujours dis que ce que l’on nomme en AT les jeux de pouvoir (en psychanalyse la perversion et la paranoïa) était mon sujet d’étude principal selon un abord pluridisciplinaire et ce depuis plus de 25 ans maintenant. Et parfois, pour étudier un phénomène lorsque les théories stagnent et ne vous apportent plus rien... ben, faut mettre les mains dans le cambouis.

    L’adresse de mon site (2010) est présente sous mon profil depuis mon inscription sur Avox en 2012. Comme quoi... entre ce que l’on croit voir et ce qui existe vraiment, il existe parfois un fossé. Ce biais cognitif est présent chez tout le monde... sans exception. Mais chez certains, il est plus fréquent, c’est la que la notion de maladie mentale intervient (j’y reviendrais je pense en préparant un article sur Korzybski, car je suis « scotché » que ce qu’il énonce de façon si simple soit totalement éludé par ceux qui représentent « l’intelligentsia » en France). C’est une donnée fondamentale de notre cerveau. Nul ne peut y échapper, même chez ceux qui se sont entraînés à y remédier, comme je le fais depuis des années à partir du moment où j’eu conscience du phénomène (il y a plus de quinze ans). De telle sorte qu’habituellement, je vérifie à chaque fois les informations que je communique. Ce que ne veux pas dire que je me relis pour corriger mes fautes : je suis fondamentalement et rédibhitoirement bien plus attaché au fond qu’à la forme, le sens en contexte plutôt que les fautes d’’orthographe, au contraire des imposteurs dont l’une des particularités est de privilégier la forme sur le fond.

    Sur les choses sérieuses... je n’ai jamais dit qu’arthes aimait les chevaux : je n’en sais rien. Tout est parti d’une de mes boutades personnelles à la suite de l’un de nos échanges où j’ai pu lui dire que SI elle aimait « monter sur ses grands chevaux », ça tombait bien, car moi aussi je les aimais. Et je lui ai ensuite donné la traduction littérale de mon prénom : Philippe = philos et hippos = aime les chevaux. Je n’avais jamais vu le clip d’Ameno d’ERA avant qu’arthes ne le poste ici, mais j’écoutais en boucle son CD lorsque celui-ci est sorti (ça date). J’ai des origines cathares dans ma famille, je comprends mieux ce qui « raisonnait » en moi en voyant ce clip lorsque plus jeune je me passais ce CD en boucle.

    Voilà !

    Ps :
    Pour ce qui est de fantasmer sur le terrain des joutes : j’ai réalisé ce genre de fantasmes si souvent en France et hors de France que je suis passé à d’autre type de « fantasme ».


  • Philippe VERGNES 20 mars 2018 20:58

    @ Gollum,


    « Je comprends maintenant pourquoi il se présente sous son vrai nom (enfin presque) cela lui permet d’éventuellement porter plainte, alors que sous pseudo strict cela serait impossible… »

    J’ignorais ce détail.

    J’utilise aussi Avox... mais pour de tout autres raisons parce tant d’un point de vue matériel (le nombre de vue de mes articles sur mon site dépasse pour largement celui sur Avox, de telle sorte que poster ici me cause quelque part préjudice), ensuite, je m’y écharpe plus que de mesure... et parfois pour de mauvaises raisons (mais à terme, je n’ai pas l’intention de rester indéfiniment sur ce site).

    « Et en plus parano. Le pire c’est qu’il a quelques soutiens ce que je n’arrive pas à comprendre. »

    Voilà bien l’une des raisons de ma présence sur ce site. smiley

    Ne vous formalisez pas : aucun professionnel de santé mentale ne comprend ce « truc ».

    Lorsque je dis à terme... ça veut dire que j’aurais bientôt finalisé le « truc ». Pourquoi un parano obtient-il le soutien de quelques-uns ?

    Plusieurs pistes : 1/ il n’est pas parano avec tout le monde ; 2/ ses délires sont partiels (il ne délire que sur certains sujets) et ne sont donc pas perçus par beaucoup de personnes ; 3/ ses délires sont contagieux (l’un des aspects essentiels à mes yeux que je nomme « psychovirus » dans mes articles, je travaille ça avec plusieurs professionnels d’ailleurs... pas simple à formaliser) ; 4/ il est hyper-convaincant car absolument convaincu de ses interprétations et y croit dur comme fer et très sincèrement ce qui le rend redoutable dans les échanges pour lesquels, à ses yeux, c’est vous le « fou » (le seul moyen de ne pas sombrer dans sa « folie », c’est de rester sur le plan factuel qu’il confond cependant avec le plan subjectif) ; 5/ son mécanisme de défense est totalement verrouillé et s’il cédait, ce serait la décompensation psychotique, or, se défendre de la folie est son principal souci, mais ce faisant, il y succombe (paradoxe) ; etc. (la liste n’est pas exhaustive).



  • Philippe VERGNES 20 mars 2018 18:21

    @ Gollum,


    « Pourtant je n’y allais pas souvent. Juste de temps en temps pour l’asticoter, ne supportant pas le bonhomme, littéralement imbuvable, insultant tout le monde tout en jouant au persécuté… »

    Je crois bien que c’est la première fois que je lis de vous une telle phrase, comme quoi finalement, nous avons tous notre « double obscurs » sur ce site ou ailleurs. Et ceci n’est qu’un simple constat, en aucun cas un reproche. Personnellement, ce qui m’exaspère plutôt ce sont certains comportements. Le bonhomme qu’il y a derrière, ne connaissant pas son histoire, j’évite de le juger même si quelqu’un qui adopte des comportements de pervers... ben, mérite d’être nommé comme tel. Cependant, la personne qu’il y a derrière, en règle général, je la plains... je trouve cela triste que des individus soit limités à ne pas se sentir vivant autrement qu’en détruisant la vie chez autrui, car la plupart du temps, ils n’ont même pas conscience de leurs comportements. (Je ne connais strictement pas la personne que vous évoquez... je lis beaucoup d’article sans les commenter ni même noter le nom de leur auteur, j’ignore donc ce qui peut rendre le bonhomme aussi insupportable que vous le dites...)