• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de ALasverne



  • ALasverne ALasverne 25 juillet 2012 09:17

    @bigglop

    Ce qui ne devrait pas ralentir les investigations de la justice concernant les casseroles collées aux fesses du fasciste bling-bling...



  • ALasverne ALasverne 24 juillet 2012 10:51

    @Bigglop

    Sarko au conseil Constitutionnel, un temps peut-être. Avant qu’il ne rejoigne son habitat naturel, la prison.



  • ALasverne ALasverne 24 juillet 2012 10:47

    « très souvent ses analyses sont assorties de considérations subjectives voire idéologiques. »

    Il reprend des analyses que d’autres tiennent mieux, et surtout n’est pas le plus légitime, loin s’en faut, pour les produire, lui qui défend par ailleurs, le primat du chef et l’économie néo-libérale, en bon leader d’extrême-droite qu’il est. 

    Ainsi, le parti dont il est le chef de file, l’UKIP, propose une taxation plus faible pour que l’Angleterre redevienne compétitive sur le plan international et une réduction de l’impôt sur les sociétés...

    Faites ce que je dis, mais surtout pas ce que je fais.



  • ALasverne ALasverne 23 juillet 2012 11:40

    C’est inacceptable Tout simplement signer la « règle d’or » du fasciste bling-bling avec un tag « socialiste » dessus. Une infamie. Contraire à toutes les promesses et à tout ce que peut avoir de gauche, encore, le PS.
    Si Hollande fait ça, l’état de grace sera terminée et Hollandréou devra se préparer au pire. 



  • ALasverne ALasverne 23 juillet 2012 11:35

    Il ne faudrait pas non plus croire que le cours magistral est la panacée.
    La méthode pointée en creux par l’auteur, c’est le constructivisme, une méthode qui consiste à construire un tunnel pavé d’expériences diverses grâce auxquelles l’élève acquiert des bribes de compréhensions successives soigneusement étagées - c’est une petite gnose laïque finalement - qui doivent par se mêler et se transformer en savoir. L’élève a compris. On peut passer à une autre leçon.

    Cette méthode est bien dans son principe. Il faut recourir à des expériences soigneusement hiérarchisées et dosées pour que chaque expérience fournisse une leçon/un résultat. Et chaque résultat donnera un tout plus grand que la somme des parties : un savoir.
    C’est l’enseignement de l’EN, mais aussi celui de nombre de maîtres, de coach.
    L’enseignement magistral est plus direct, plus rapide. Mais il n’a pas la validation du constructivisme. On ne voit pas l’élève manipuler les données et découvrir/redécouvrir leur agencement, puis comprendre. En termes pédagogiques, au niveau primaire et collège, et bien souvent lycée, le cours magistral n’est pas aussi efficace.

    Mais il y a des ministres et un certain Sarkozy et d’autres avant lui qui se sont essuyés les pieds sur l’Éducation, l’École. Donc, réduction de crédits, de postes, relais de toutes les critiques visant à stigmatiser les enseignants et gel des salaires. Toutes difficultés qui ont une incidence sur les contenus et les formes de l’enseignement, in fine.

    Et voilà des enseignements découragés, des programmes surchargés, mal fichus, des profs harassés, des classes bourrées et l’obligation de pallier la misère matérielle et morale de l’École de la République, sabotée par les politiciens au service du Marché, de l’Église et des crétins de tous poils qui voudraient qu’on fabrique un enfant, un ado, un adulte éduqué, comme un fait un burger. Et de préférence qu’on fasse une machine-outil obéissante, française bon teint, et pas concernée par les débats citoyens.



  • ALasverne ALasverne 23 juillet 2012 11:10

    Quand on me montre la lune, je ne regarde pas le doigt.



  • ALasverne ALasverne 22 juillet 2012 10:14

    "Dans la plupart des systèmes éducatifs, les finalités de l’école et les intentions qui sous-tendent les curricula sont assez honorables. Le point faible, c’est l’immense inégalité de leur réalisation, d’abord dans l’interprétation qui en est faite et détermine le " curriculum réel " (Perrenoud, 1995), ensuite et surtout dans les apprentissages effectifs des élèves. Comme toujours, ce sont les «  héritiers  », les enfants de milieux favorisés qui atteignent les objectifs, quels qu’ils soient."
    http://www.unige.ch/fapse/SSE/teachers/perrenoud/php_main/php_2002/2002_12. html



  • ALasverne ALasverne 21 juillet 2012 10:43

    L’élément fondateur de l’article n’est même ps cité.
    De plus, l’auteur croit intelligent de faire de l’écrit sur un mode parlé. Mode parlé lui-même complètement artificiel puisqu’il mélange le langage soutenu et relâché. Ce qui donne à peu près - avec les mots de « l’auteur » - « Eh, les mecs, quelles modalités doivent prévaloir pour un coït vite fait ? ».
    Précision : c’est pas parce que les images déclenchent une excitation que les hommes aiment le porno et pensent que celui-ci est représentatif de leur relations dites « sexuelles ».



  • ALasverne ALasverne 21 juillet 2012 10:31

    Le plus simple pour ne pas succomber à la violence religieuse monothéiste est de ne pas croire à ces mirages qui n’ont toujours pas de réalité.
    Un monde athée, à la rigueur animiste, voilà un monde qui serait véritablement bien plus près de la coexistence pacifique.



  • ALasverne ALasverne 19 juillet 2012 13:15

    Comme disait Desproges, on ne peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui.

    Il faudrait approuver un texte fait par des ultra-cathos qui ont rêvé de créer 10 000 flics et 20 000 places de prison en plus si jamais les français les installaient à l’Elysée. Manque de chance, DA s’est fait écarter de la manière la plus définitive.
    Cet état policier, cette France de la répression qu’il souhaite - sans aucune conscience de la contradiction de fond entre appeler à la responsabilité, à l’autonomie, à la résistance des peuples, tout en leur promettant un régime autoritaire pour ne pas dire autocratique - , ce n’est pas la mienne. Et on a vu les résultats terribles d’une république mené par un obsédé de la répression au service de la caste.

    Les salariés dés qu’ils ont entamé une révolte contre leur licenciement ont vu débarquer des hordes de flics, au quotidien nous avons subi un harcèlement routier hallucinant et la moindre manifestation s’est transformée en champ de tabassage pour les CRS pire qu’aux USA,, sans parler de l’infect travail qu’ont mené ces gens contre tout ce qui excitait le racisme latent de ce régime monstrueux et de ses dirigeants...

    Décidément non, ce n’est pas avec n’importe quelle bouche qu’on peut appeler au sursaut, et ne c’est pas avec ce genre de rêveur que je combats l’immense prison des peuples que l’UE nous construit.



  • ALasverne ALasverne 18 juillet 2012 14:59

    Je ne le vois pas encore frappé par la misère, notre ami béarnais, avec un patrimoine dont il dit lui-même qu’il est « estimée aujourd’hui à 450 000 euros ». Il n’est pas non plus rejeté au point de ne pas trouver un média national ou local pour recueillir ses propos quand il le juge nécessaire. Et la FNAC propose cinq de ses livres en rayons ; sans doute sa façon à elle de rejeter ce poète maudit.



  • ALasverne ALasverne 18 juillet 2012 11:20

    Entre les menus revers politico-médiatique de Bayrou et la misère, le rejet parental, puis social et enfin éditorial longtemps que vécut le grand écrivain Bukowski, je ne vois strictement aucun rapport, si ce n’est que les noms commencent par la même lettre.



  • ALasverne ALasverne 18 juillet 2012 11:09

    D’accord avec l’idée centrale comme quoi c’est la force qui fait le droit et non le droit qui fait la force. Cependant, l’article est confus et la conclusion laisse perplexe.



  • ALasverne ALasverne 17 juillet 2012 21:47

    Analyse très claire et cohérente dont le plan thèse/antithèse illustre bien l’opposition entre les lumières qu’on nous offre et l’ombre tenace qui nous menace.



  • ALasverne ALasverne 16 juillet 2012 13:16

    Tout cette fortune concentrée et qui se multiplie à une vitesse effarante, alors que leurs détenteurs refusent que soit prélevée même une somme minime au titre de ce que les français payent tous ou presque, c’est-à-dire un impôt légitime qui prenne à chacun selon ses revenus.

    Un motif de perplexité. C’est Challenges qui diffuse ce classement de la honte. Challenges détenu par Perdriel, 247ème fortune mondiale en 2009, 180ème en 2010, et aujourd’hui...



  • ALasverne ALasverne 16 juillet 2012 13:02

    Un constat légitime, quelques infos et développements intéressants, mais beaucoup trop de longueurs.



  • ALasverne ALasverne 16 juillet 2012 12:55

    @Marco1960

    ’"intellectuel de gauche« , »suffisance« , »esprit tant étriqué« , »oeillères« ,  »bon gauchiste conditionné« , »mépris« , »pseudo supériorité«  »drôle« , »Clownesque« .
     »ridicule".

    Ça va, tu te sens mieux ?



  • ALasverne ALasverne 16 juillet 2012 12:45

    @Dies Irae
    Il faut faire l’effort de préciser à qui l’on parle...



  • ALasverne ALasverne 15 juillet 2012 11:58

    @Marco1960

    Je comprends les propos que vous tenez dans votre réaction mais là n’est pas le sujet monsieur.
    Ben si, justement, c’est tout le sujet. Vous vous tirez une balle dans le pied et vous ne comprenez même ce qu’il vous arrive.

    "Quand je prétends que les gens ont préféré une vie sans privation à une vie modeste durable, d’abord je ne cible bien évidemment pas les foyers vivant en dessous du seuil de pauvreté, qui constituent un tout autre problème, vous êtes simplement hors sujet !!!« 

    Ce que l’on conçoit bien, s’énonce clairement. Et les mots pour le dire...Auraient dû vous venir, si vous y aviez un petit songé. Ça n’a pas été le cas, vous avez répété les âneries genre BFM, ces ratiocinations sans portée autre que culpabiliser la plèbe. Cette pros e de quinzaine commerciale qui remache comme une promo que c’est la misère elle-même qui a toujours vécu au-dessus de ses moyens. Alors qu’elle finit de moins en moins les mois et dort de plus en plus dans la rue avec un boulot.
    N’essayez de vous raccrocher en bredouillant que ce serait moi qui manquerait de »discernement« . C’est pitoyable.

     »Il suffit seulement de lire la progression exponentielle des crédits dans le monde pour s’apercevoir qu’EFFECTIVEMENT, « NOUS » vivons au dessus de nos moyens, et c’est en cela, UNE GENERALITE, un mécanisque pervers dans l’économie !!! voilà tout"

    Vous vous enfoncez. Ce n’est absolument ce que vous avez voulu dire et vous le savez très bien. Et ce n’est pa une généralité, sauf chez les plus pauvres qui ne peuvent faire autrement - les moins pauvres savent ce qu’il leur en coûte de mettre le doigt dans le crédit - et chez les banquiers qui empruntent systématiquement pour replacer à meilleur taux.

    Ce n’est pas non plus la cause réelle des distorsion sociales insupportables, que vous attribuez, malgré vos peu crédibles dénégations, à quelque vice social des gens, comme le ferait un espèce luthérien égaré au XXIème siècle.

    Et gardez les majuscules, ainsi que les guillemets. Ce n’est pas très recommandé d’être redondant quand on est bancal.



  • ALasverne ALasverne 15 juillet 2012 11:36

    "Il y a un réel conditionnement des masses à cette attitude que vous décrivez. Par qui ? pourquoi ? encore un long débat. Mais c’est là qu il faut chercher si l on veut remonter a la source et traiter les vrais maux.« 

    Ce n’est en déformant mes propos que votre raisonnement gagnera en crédibilité.
    Je ne vous ai pas décrit pas une »attitude", qui indiquerait une position choisie et temporaire, de la part des très nombreux français pauvres.
    C’est une situation perenne, comme l’est celle des riches, et de plus d’ailleurs, l’ascenceur social ayant été cassé par cette même caste, classe de fortunés.
    Les pauvres ne choisissent absolument pas d’être pauvres. C’est que montre la sociologie depuis Auguste Comte. C’est non seulement faux, mais assez misérable d’un point de vue moral de raconter encore ces vieux contes destinés à culpabiliser les victimes et préserver les coupables.
    Quant au questionnement que vous accolez à votre raisonnement fallacieux, il n’a aucune valeur, si ce n’est d’ajouter de la fumée pour tenter de cacher l’ineptie de vos élucubrations.