• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de ALasverne



  • ALasverne ALasverne 14 juillet 2012 18:48

    Les élites US semblent encore inspirées par le PNAC et ne prennent pas conscience, ne veulent pas prendre conscience que leur permanente hégémonie ruine le peuple américain. Ce qu’elle soutient, en plus de la domination politique, c’est l’omniprésence économique des multinationales qui sont au principe de la faillite de l’économie US - notamment les banques, les pétroliers et industriels, qui ont capté les profits, détruit les salaires et les couvertures sociales, massivement délocalisé.

    Les faits sont têtus et ces fanatiques sont bien capables de précipiter sur cette réalité qui leur résiste des bombes nucléaires pour ne pas devoir céder et réaliser une sortie « par le haut », selon eux, en appliquant au maximum la doctrine de la destruction créatrice chère à Schumpeter...
    A moins que le plus directement concerné, le peuple américain réussisse à surmonter ses divisions et arrête le massacre en cours.



  • ALasverne ALasverne 14 juillet 2012 18:23

    Oui, bien tourné, bien balancé.



  • ALasverne ALasverne 14 juillet 2012 18:09

    « Les gens ont préféré entre une vie sans privation à une vie modeste et durable »

    Vraiment ?...
    3 600 000 personnes appartiennent à un foyer de travailleurs pauvres, c’es-à-dire disposant
    , après avoir comptabilisé les prestations sociales (primes pour l’emploi, allocations logement, etc.) ou intégré les revenus de leur conjoint, d’un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté, fixé à la moitié du revenu médian.
    50% des salariés gagnent moins de 1650€/mois.
    40% des français ont moins de
    31000€ de patrimoine.



  • ALasverne ALasverne 14 juillet 2012 13:43

    Même au début de ce drame social, la contre-attaque gouvernementale paraît singulièrement faible et sans objectif précis.

    Il y aurait pourtant quelques répliques nouvelles qu’une assemblée à majorité absolue et qu’un Sénat aussi à domination socialiste pourrait facilement et rapidement mettre en oeuvre contre patrons le dénommé Varin et autres patrons-canailles, en cas de licenciement « boursier ».

    Ainsi, un élément efficace serait que le gouvernement vote une loi indiquant qu’après audit d’un plan de licenciement, s’il apparaît sans autre cause réelle et majeure que de faire monter les dividendes et attirer les investisseurs, le PDG devra payer sur sa cassette personnelle un pourcentage à fixer de l’indemnité de licenciement promise par le nouveau plan à mettre en place.

    Pour faire bonne mesure, on pourrait créer une amende « pretium doloris sociale » pour la difficulté, le stress que crée ce genre de plan tant au niveau personnel que collectif, et obliger les actionnaires à payer tous une partie de l’amende.
    Les plans « boursiers » devraient s’en trouver quelque peu diminués...

    Hors, nous entendons sur les radios et télés de caniveaux - toutes côtées en Bourse d’ailleurs - que finalement c’est plutôt une bonne affaire, que ces huit mille salariés jetés dehors.

    L’alibi de ce propos jeté avec un grand élan étant, aujourd’hui comme toujours, la jungle US, et les coups de hache que donna le patronat automobile il y a peu près 4 ans dans les effectifs. Pour retrouver, maintenant, une situation qui serait florissante, avec des voitures qui « s’arrachent comme des petits pains » (entendu sur RMC).

    Par contre ce robinet à communiqués patronaux n’a pas précisé ce que sont devenus les dizaines de milliers de salariés jetés dehors sans ménagement et sans indemnité, ou presque. Comment ont-il survécu dans un marché de l’emploi US en pleine crise ? Les firmes de Détroit en ont-elles repris quelques-uns, ou pas ?...A quel salaire ? Avec quel nouveau statut ?

    Pendant qu’un grand nombre d’états-uniens se sont vus ruinés, jetés à la rue, sont morts de cancers subits ou de suicides, sont devenus fous, alcooliques et ont perdu non seulement leur job du jour au lendemain, mais l’estime d’eux-mêmes, l’ardeur, l’intérêti au travail et parfois leur famille qui n’a pas résisté, les actionnaires et les patrons de ces firmes auto n’ont pas ou presque enregistré de dégonflement de leurs conséquente tirelire, de leur énorme pouvoir d’achat, de leur immense morgue et de leur cruelle arrogance.

    Mais pour les patrons de presse et télé qui reprennent en choeur n’importe quel ânerie patronale, leur comportement abject, leur dynamique consistant à traiter les humains comme les marchandises jetables qu’ils fabriquent serait la bonne solution.



  • ALasverne ALasverne 13 juillet 2012 16:17

    Hollande avait fait plus que promettre, il avait laissé espérer.
    Projet PS 2012 :
    « ...Des salariés revalorisés dans leur travail et sécurisés dans leur parcours professionnel sont une source de richesse – à tous les sens du mot – pour l’entreprise. De même, une conception de l’innovation élargie au champ de l’économie sociale et solidaire s’inscrit dans une vision moderne de l’économie. Autre évidence : ceux qui créent, produisent, consomment, ont besoin de stabilité, d’encouragement, de reconnaissance. C’est pourquoi, à l’échelle globale, la finance doit être maîtrisée, le libre-échange encadré, les monnaies stabilisées... »

    Il faut multiplier et renforcer les rouages de la machine UE qui est en train de nous broyer...Sans moi.



  • ALasverne ALasverne 13 juillet 2012 12:31

     Un mois et demi seulement et Hollande, c’est fini. Terrible.
    Ces gens, enfermés dans les palais républicains ne voient ni n’entendent combien ce demi-tour, cette trahison générale au bout de l’horizon va booster les réactions, après l’effondrement programmé des économies UE ruinées par les banques et la politique néo-libérale fanatique des responsables UE.
    On dirait bien que le compte-à-rebours est déclenché et qu’il n’ait pas programmé sur 60 mois. smiley



  • ALasverne ALasverne 13 juillet 2012 12:20

    Peu de chose dans cet article.
    Manque le pourquoi, que la perspective du Congrès ne résume pas. Il faut plutôt se pencher sur la volonté qu’aurait Hollande de faire adopter « la règle d’or » par loi organique.
    Soit exactement ce que voulait faire adopter Sarkozy, à la différence que ce dernier souhaitait une révision constitutionnelle. Moins gourmande en énergie démocratique, la loi organique nécessite cependant une majorité absolue...



  • ALasverne ALasverne 13 juillet 2012 12:14

    S’il se coalise avec les indignés de toute nature, notamment des classes moyennes espagnoles déjà laminées par le krach immobilier et le chômage lancinant, ce mouvement peut faire sauter les fascistes post-franquistes qui ont pris le pouvoir parce qu’une gauche d’opérette a ruiné méthodiquement les espoirs de la population.

    Cela donnerait le coup d’envoi européens pour abattre les murs du cercle de la raison Dogmatique, de la religion néo-libérale UE, pour en finir avec les coupes sanglantes, injustes et absolument ineptes même d’un strict point de néo-libéral, dans nos moyens d’existences et nos solidarités. Nous viendrions fatalament, dans le même temps, à secouer quelques têtes de banquiers comme de responsables UE, jusqu’à les faire tomber elles aussi. Un projet tentant.



  • ALasverne ALasverne 12 juillet 2012 10:21

    Bonne perspective sur ce conflit.
    Le titre, à mon avis, induit un peu en erreur, car on a tendance à penser que la « sauvagerie sociale » est le fait des mineurs et autres manifestants.



  • ALasverne ALasverne 11 juillet 2012 16:28

    Sarkozy n’aurait pas mieux désigné des boucs émissaires. Les exemples cités ne servent qu’un discours à charge complètement à côté des vrais responsabilités.



  • ALasverne ALasverne 11 juillet 2012 16:25

    Ce n’est pas tant que l’Etat devrait faire un geste pour les vieux, c’est qu’ils le leur doit. Ces vieux ont cotisé en travaillant toute leur existence salariée, pour la retraite et leur salaire socialisé a payé les retraites de leurs ainés.
    C’est un lien entre génération,une solidarité en acte absolument d’un point républicain et sociétal que la retraite par répartition.

    Le problème est similaire avec les jeunes générations, pour lesquels l’État, phagocyté par les vampires du Medef, tend à ne plus assurer ses missions fondamentales : un enseignement pour tous de qualité et une insertion sur le marché du travail par un emploi stable, correctement rémunéré et pérenne, qui permette de vivre et de construire un avenir, avec ce que cela implique de projets, d’investissement affectifs et matériels.



  • ALasverne ALasverne 11 juillet 2012 16:13

    A mon niveau, je constate que les étés on aujourd’hui disparu en France, si ce n’est pour la méditerranée. Réchauffement, ou refroidissement, en tous cas il y a un indéniable changement climatique en cours, qu’attestent diverses observations locales sur les migrations des animaux par exemple.
    Mais puisque nous n’en sommes pas (encore) au point de basculement irréversible, il s’agit d’empêcher la catastrophe et non pas, me semble-t-il, chercher à en faire une réussite.



  • ALasverne ALasverne 11 juillet 2012 14:00

    @Citoyenrené

    Ce qui a valu tout ce travail des historiens « en laisse » sur Robespierre, pour le caricaturer, le dénigrer et déformer la réalité de ce qu’il fut et accompli, c’est que, comme Saint Just, il me semble, il était vraiment révolutionnaire, au point de vouloir la citoyenneté, l’égalité même pour les noirs, ce qui, à l’époque, était singulièrement courageux et en avance...
    J’ai écouté une partie du lien que tu as mis, Effectivement intéressant, j’ai appris pas mal de choses...



  • ALasverne ALasverne 11 juillet 2012 12:12

    « Maximilien Robespierre [et Mustafa Kemal Atatürk] sont ce genre de fanatique »

    Les propos et la conduite des affaires de l’Etat par Robespierre ne peuvent conduire à le désigner comme un illuminé fanatique, sauf à reprendre les thèses d’un Baverez qui, lui, présente les caractéristiques les plus voisines d’une dogmatique monomaniaque aux discours propagandistes.

    D’ailleurs, juste après l’auteur reconnaît « L’humanisme qui les caractérise », déclare que ses propos préfiguraient « le socialisme », bref que c’était « un sage dans une cour d’enragés ».
    Dans certains milieux, alléguer que Robespîerre était un « fanatique » revient à montrer patte blanche.



  • ALasverne ALasverne 11 juillet 2012 10:41

    Deux problèmes demeurent, plus graves peut-être que les déclarations toujours dogmatiques et fanatiques de cette idéologue au service des multinationales et d’une vision libertarienne de l’Etat.

    Un, comment se fait-il que cette personne est écoutée et reçue par autre chose qu’un attaché de cabinet, ou autre acteur mineur du gouvernement ? Alors, que les défenseurs des salariés, syndicats et autres, le sont ainsi ?

    Deux. La manager du Medef a été reçue, écoutée, citée et mise en ouvre avec égards et application par Sarkozy durant tout le quinquennat, Les salariés ont subi en première ligne les conséquence des destructions massives d’emploi, de revenus et de statuts opérées par cette politique en laisse. Comment se fait-il qu’il y ait eu encore 48% pour voter pour sa continuation ?...



  • ALasverne ALasverne 10 juillet 2012 19:48

    Tout à fait d’accord. Deux poids, deux mesures, en faveur du privé, alors que nous sommes dans une république laïque. Si certains parents d’élèves ont les moyens de payer pour s’offrir le privilège d’école privées, en délaissant les écoles de la Républiques, qu’ils acceptent aussi la règle de priorité au service public d’éducation pour tous.
    Quant à nos responsables, leur premier devoir est de défendre les valeurs de notre société et non pas de favoriser des enseignements confessionnels. Si ne l’acceptent pas et ne mettent pas en oeuvre tous moyens pour accomplir ce devoir, ils n’ont qu’à aller eux-mêmes travailler dans le privé. Au risque de ne pas bénéficier des confortables conditions que les français leur offrent pour servir les institutions.



  • ALasverne ALasverne 10 juillet 2012 11:16

    Mon message au-dessus était destiné au texte de Prismo Esse - j’avais pas vu le long échange qui suivait et qui me repoussait derrière ;)



  • ALasverne ALasverne 10 juillet 2012 11:14

    Sans doute intéressant ton message...Mais il faut faire des paragraphes, sauter des lignes régulièrement pour un texte sur écran, sinon c’est illisible... smiley



  • ALasverne ALasverne 9 juillet 2012 21:28

    « c’est le discours de N Sarkozy qui a emporté la décision. Plus que M Le Pen, il a permis de lever l’interdit »

    Ca va mieux en le disant. Donc, quelque part, l’auteur a validé la pensée de Sarkozy, et il nous confirme aujourd’hui que ce potentat était bien d’extrême-droite.
    Quant au vote, il a toute légitimité à faire son choix et à l’expliquer.
    A la lecture de cette explication, je dois dire que je préfère les peuples aux nations, cette vieille idée qui fleure bon la monarchie, toujours prête à invoquer des populations abstraites pour les envoyer au casse-piper et s’extasier. Mon dieu que la guerre est jolie...

    Ma conception du politique qui porte un intérêt premier au réel, au peuple et à ce qu’il demande, particulièrement quand il se sent, comme aujourd’hui, contraint, floué, ou ignoré. Sentiments qu’il exprime par les moyens à sa disposition dans les lieux où il évolue. La grève et la manifestation faisant prioritairement partie, avec le bulletin de vote, de ces moyens, qui sont à peu près les seuls pour contrarier un peu les stratégie des décideurs politiques, patronaux, etc.

    Je n’ai jamais vu Marine le Pen et encore moins son père soutenir des salariés en grève, des manifestants ou tout autre expression de ce que les puissants appellent péjorativement « la rue ».



  • ALasverne ALasverne 9 juillet 2012 21:12

    "Le point dur en arrière-plan, c’est la question du financement de notre protection sociale, largement déficitaire, qui impacte lourdement le coût du travail et donc notre compétitivité."

    > Une partie des taxes sur le tabac, destinée à la Sécurité Sociale, n’est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu - 7,8 milliards

    > Une partie des taxes sur l’alcool, destinée à la Sécurité Sociale, n’est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu – 3,5 milliards

    > La partie des primes d’assurances automobiles destinée à la Sécurité Sociale n’est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu – 1,6 milliards

    > La partie de la taxe sur les industries polluantes destinée à la Sécurité Sociale n’est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu – 1,2 milliards

    > La part de TVA destinée à la Sécurité Sociale n’est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu – 2 milliards

    > Retard de paiement à la Sécurité Sociale pour les contrats aidés – 2,1 milliards

    > Retard de paiement par les entreprises – 1,9 milliards

    Chiffres provenant du rapport 2003 sur les comptes de la Sécurité Sociale. On peut penser que la situation ne s’est pas améliorée...