• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de ALasverne



  • ALasverne ALasverne 9 juillet 2012 15:01

    Je n’ai pas saisi quelle voie spécifique emprunte l’Occident vers la puissance et le totalitarisme, si celle-ci diffère de celles empruntées dans le passé. Hormis les incarnations déjà connues, - armement, médias - je ne vois pas à quelle modalité moderne et/ou contemporaine de la puissance et du totalitarisme l’auteur fait allusion hormis, je l’ai dit, les incarnations dénoncées un peu partout,.

    Je ne vois pas non plus le rapport direct de cette voie vers la puissance et le totalitarisme avec le caractère anthropologique de la philosophie moderne.



  • ALasverne ALasverne 9 juillet 2012 11:50

    Beaucoup de sociétés, même si les participants à la cotation du Libor sont peu nombreux, sont concernées par le Libor. Et donc beaucoup vont voir leur valeur estimée mise à mal. Petit nbe de fraudeurs => gros dégats.
    Je partage les conclusions de l’auteur sur la connivence, pour le moins, des politiques avec les banquiers. Quant à donner une suite à sa carrière en faisant de l’argent, après avoir fait de la politique, il est certain que cela implique l’impossibilité de sanctionner sévèrement les agissements criminels des banquiers et autres parasites de la finance.
    Bill Clinton poursuit sa carrière de manière juteuse grâce, entre autres, à Lehman Brothers, Citigroup et Freddie Mac qui contribue à sa Fondation et/ou à son porte-monnaie personnel. Pour ne pas citer les sociétés autres, marionnettes des banques. Pour ne pas citer non plus la pléthore d’anciens présidents qui ont choisi de faire de l’argent plutôt que de continuer à servir les peuples qui leur confié de grandes responsabilités.



  • ALasverne ALasverne 8 juillet 2012 19:56

    "il est prévu une assurance-crédit éducation et formation tout-au-long-de-la vie, une sorte de chèque éducation-emploi-maladie-chômage-retraite.
    Le contrat sera bien à durée indéterminé puisque de la naissance à la mort, cela payera la crèche, l’école et la suite, mais ce sera un crédit que l’on remboursera durant les périodes travaillées, cela paiera ainsi les périodes de chômage, de maladie, etc. jusqu’à la retraite."

    On remplacerait donc un CDI par un CDI ad vitam aeternam, sauf qu’il faudrait payer pour ce que nous permettait de nous offrir le CDI réel sans rien devoir à personne, si ce n’est un éventuel crédit.
    Corrélativement, on peut penser que vu le nombre croissant de périodes d’inactivité dans une vie professionnelle, beaucoup ne pourront rembourser. Cela induira-t-il une baisse du salaire ? Devra-t-on travailler sans rien toucher, vu qu’on n’aura pas eu assez de périodes de travail ?

    Par ailleurs, on peut noter que partent également à la poubelle avec ce nouveau statut la possibilité d’un salaire plus élevé - le CDI nouveau alignerait tout le monde au même niveau, si j’ai bien compris - et on ne tiendrait plus compte de la compétence - validée par l’expérience et les diplômes -.

    Bref, ce serait une sorte de salaire indifférencié, indépendant de l’expérience, de l’expertise et de la pénibilité. A ce stade ce salaire ne reconnaît plus du tout ce qui fait aujourd’hui des différences qualitatives : le savoir et les compétences acquises individuellement au travers d’un parcours professionnel.

    Bref, d’un point rémunération ce sera le minimum ; d’une point de vue reconnaissance de la personne dans expérience professionnelle propre, ce sera inexistant et d’un point vue satisfaction des besoins, ce sera une obole.

    Encore une belle avancée UE, sponsorisée par le patronat.



  • ALasverne ALasverne 8 juillet 2012 19:37

    @JL

    Nous sommes sur la même compréhension de l’auteur, ok...

    J’imagine que tu as sciemment choisi tes mots...Ce qui ne règle pas ton cas de Breton d’origine ou pas. De toute façon, à partir du moment où il y a sens, il y a contexte, alors vis ta vie... smiley



  • ALasverne ALasverne 8 juillet 2012 19:26

    @LexVéritas

    Je suis conscient qu’on ne peut plaire à tout le monde et que l’UE à 27 c’est une gigantesque usine à gaz qui nous écrase, ne serait-ce par son propre poids.

    Ren n’interdit de faire une nouvelle Europe à 6, 8, 12 pays, qui donnera des solidarités et un poid supérieur à notre seul pays. A condition de faire cela dans un tout autre esprit que l’UE ; dans une dynamique de coopération renforcée, avec plus ou moins de fédéralisme, dans la mesure où celui-ci respecte les possibilités, toutes les possibilités que doit avoir chaque peuple de décider et mettre en œuvre sa politique,



  • ALasverne ALasverne 8 juillet 2012 19:20

    Mais je n’ai pas le monopole du coeur... ;)

    "Dites donc, il a du bol le mossieur dont je parle au dessus de pouvoir publier sur le monde / idées des choses... Et qui se concluent par des phrases sur la « dette » qui ressemblent à des ordres adressés aux peuples..."

    Je ne comprends ni à qui, ni à quoi tu fais référence dans cette phrase... Et dans ton post au-dessus le site internet dont on parle c’est forcément un de ceux de l’auteur de l’article...



  • ALasverne ALasverne 8 juillet 2012 10:54

    L’argumentation est correcte mais l’auteur tire la conclusion qu’il faudrait que l’Italie gage son patrimoine national, les merveilles de ses créateurs, ses architectes. Je ne crois pas que vendre un pays à la découpe soit une solution. Je ne crois pas que le peuple italien serait d’accord.
    Il faut dissoudre l’UE, mais pour faire une autre Europe, l’Europe sociale en rassemblant des fonds arrachés de force à la finance - expropriations des biens, taxes financière, etc - pour le secours mutuel des peuples, gouverné par des traités nouveaux, au service et à la main des citoyens.

    L’écroulement inéluctable de l’UE sera un tsunami qui va balayer l’Europe et nous avons besoin d’un plan d’entraide européen qui infuse des fonds, des compétences et des volontés au travers des différents pays, pour donner contenu à la solidarité sans casser la liberté retrouvée après l’UE. C’est l’indépendance et la coexistence pacifique avec une entraide bien comprise qui nous aidera à surmonter le choc.
    Non pas un nationalisme égocentrique et abstrait qui n’a rien à faire des peuples et des nécessaires solidarités, à l’heure où bientôt ceux qui souffrent réellement dans les villes et les campagnes, loin des cabinets ministériels et des stratégies tournant benoitement sur le velours des fauteuils, dans les ors de la république.



  • ALasverne ALasverne 8 juillet 2012 10:34

    Je ne comprends pas non plus...C’est à peu près ce que j’ai dit sur l’article, en des termes peut-être moins connotés (souchiens..). smiley



  • ALasverne ALasverne 7 juillet 2012 18:08

    La société dans son ensemble n’est pas responsable du chômage des jeunes, mais une fraction de décideurs qui ont délibérement détruit l’activité économique et les protections sociales pour favoriser une flexibilité et des profits faramineux pour quelques-uns.
    Les fonctionnaires ne sont pas non plus en cause dans la situation tragique des jeunes, pas plus que les enseignants ne favorisent la « haine du jeune ». Je ne vois nulle démonstration de cela, et ce ne sont des formules aussi lapidaires qu’infondées qui le prouvent. L’auteur désigne du doigt des gens dont les français reconnaissent - sondage après sondage - la valeur, l’application et la nécessité. Sans oublier qu’ils ont vu leurs salaires gelés depuis deux ans et ne constituent pas des « nantis », à l’exception d’une minime fraction d’entre eux, les hauts fonctionnaires.



  • ALasverne ALasverne 7 juillet 2012 17:08

    Je pense que tu connais la parabole de la paille et de la poutre...C’est triste d’être dans un système d’idées si paranoïaque à ton âge. Je ne peux que te conseiller de faire attention à tes fréquentations et d’ouvrir les yeux sur le monde.



  • ALasverne ALasverne 7 juillet 2012 10:21


    On ne peut avoir été un distingué par certaine sarkozyste, connu les plateaux télé du quinquennat monstrueux, et retourner d’un coup la veste pour s’improviser contempteur du socialisme de gouvernement, comme on si on portait l’étendard de la justice sociale de gauche.

    Cet article sonne faux et pour cette raison, enfile les perles avec la lourdeur rhétorique, justement, d’un Jean-Marc Ayrault.



  • ALasverne ALasverne 7 juillet 2012 10:09

    c’est cela, c’est la faute des employeurs, sans eux, pas de travail.
    Je vous laisse dans votre monde mais je reconnais que vous défendez vos idées même si elles me paraissent utopiques, donc peu réalistes .
    Je respecte cela.
    Chacun ses idées, vous connaissez les miennes, je respecte les vôtres.
    Bonne journée.

    C’est exact, mais le raccourci est tout à fait caricatural, tu devrais faire de la politique...
    Tu repars dans l’univers de tes fantasmes bruns, tu veux dire.
    Moi je reste dans le monde humain, le monde réel, le monde des défavorisés ou l’autre est bien moins l’ennemi, qu’il soit jaune, bleu, noir, ou blanc, que dans les strates supérieures, ou la politesse et la possession cachent l’envie, la jalousie et un rejet mutuel bien plus fort.
    Mes idées, c’est ce qui fonde l’humanité la solidarité et l’entraide. Quand on demande à quelqu’un quel plaisir il a dans l’envie, c’est rarement de détester son voisin black ou sa voisine arabe. C’est aimer et partager. Et malgré les diffcultés réelles de la vie réelle, eh bien on arrive à le faire, mais il faut accepter de se regarder et d’échanger quelques mots déjà. C’est pas avec des films d’horreur dans la tête, qui ne s’appuient sur rien de tangible tant au plan économique que social qu’on peut le faire.
    Tu as tout mon respect, mais pas tes idées. D’ailleurs, je n’appelle pas ça des idées, mais des réactions mal ciblées. In fine, je suis certain que c’est la mondialisation, l’ouverture de la mondialisation avec son incertitude et sa brutalité croissante que tu rejettes au travers de l’Islmamisme. Et celui qui te dit ça a un voisin de palier arabe dans un immeuble de banlieue pauvre.



  • ALasverne ALasverne 7 juillet 2012 09:53

    Bon, pour le chèque on fait tjs pareil ?... ;)



  • ALasverne ALasverne 6 juillet 2012 13:38

    Si je compte le nombre de questions auxquelles toi tu refuses de répondre...

    Quoiqu’il en soit, mis à part pour les racistes profonds et les intoxiqués au néo-nazisme des franges radicales de l’extrême-droite européenne, il faut bien admettre qu’à rebours totalement de ce que tu peux alléguer, les « hordes » sont contraintes et forcées à venir en France, par l’impossibilité de vivre chez eux, par la guerre, l’économie...Ils sont, de ce point de vue-là aussi, comme nous et souhaitent vivre chez eux,, dans leur culture, auprès de ceux qu’ils aiment. Etonnant, non ?....
    Par ailleurs, l’immigration est un bonus économique, elle rapporte plus qu’elle ne coûte à l’État, contrairement à ce que martèlent les frontistes et la droite pop. pour glisser sous le tapis qu’ils sont tout à fait partisans de l’économie de Marché, elle qui écrase ceux qu’ils prétendent - en ayant tjs donné les preuves du contraire - aider et représenter, et soutiennent, les hordes de flics que la droite lance contre les ouvriers qui occupent les usines délocalisées, ou contre quelques femmes et enfants Roms, qu’avec un grand courage la maréchaussée vient molester, et trier comme à l’entrée des camps de la mort. Malheureusement, la fille Le Pen, à ce moment-là, a déclaré qu’elle ne pouvait critiquer le ministre de l’Intérieur qui avait laissé commettre ce genre d’exaction...

    Pour ce qui est du chômage, l’immense majorité des licenciés ne le sont pas pour des raisons de main-d’œuvre immigrée moins chère, mais parce que l’entreprise veut resserrer ses coûts de prod, recentrer son activité ou délocaliser. Déjà Stasi le disait, il y a bien longtemps, mais ça vient d’être confirmé par le rapport 2011 absolument en béton, quand on l’examine de près. Mais j’imagine que tu vas crier au mensonge, au trucage, au complot UMPS pour ces analyses qui balayent tes fantasmes. Pffff.....

    http://issuu.com/smazetier/docs/rapport_de_l_audit_de_la_politique_d_immigr ation__?viewMode=magazine&mode=embed



  • ALasverne ALasverne 5 juillet 2012 19:38

    On sent que la ministre a parlé en s’appuyant surtout sur son expérience personnelle. Et il est vrai qu’un auteur a besoin d’un « pair » pour valider la qualité ou pointer les défauts de son ouvrage.
    De là à dire qu’un auteur n’est rien sans un éditeur, il y a loin. Avancer la proposition inverse et dire qu’un éditeur n’est rien sans les livres qu’il reçoit, serait plus juste sans doute.
    Derrière cette controverse qui nous entraîne à des positions trop tranchées, se profile le Marché, la sanction de la publication, ou pas, qui donne une existence marchande et, socialement, une distinction qui fait passer le manuscrit au rang de livre et l’auteur à celui d’écrivain. Ce n’est pas rien, dans la société où nous vivons qui fait de la distinction une recherche perpétuelle.

    Pour moi, un écrivain c’est quelqu’un qui est reconnu, aimé par certains qui aiment et connaissent la littérature, qu’ils soient connaissances, lecteurs critiques de qualité, éditeurs ou gardiens de phare pourvu que l’auteur les respecte dans leur jugement.
    C’est aussi, et bien plus, un parcours de vie où la littérature s’est imposée non pas comme un jeu, mais une nécessité, une façon de compenser les difficultés de vie (résilence). Enfin, c’est de l’exigence, la capacité à reconnaître soi-même quand on se plante, l’amour de la langue et un peu de talent.



  • ALasverne ALasverne 5 juillet 2012 19:13

    Bien, campons sur nos positions, puisque tu le veux ainsi.



  • ALasverne ALasverne 5 juillet 2012 12:52

    « millions de gens qui pensent comme moi ».
    Si tu fais allusion à tous ceux qui ont voté FN, je crois que la très grande partie n’en veut pas particulièrement aux arabes, si j’ai bien compris Alliot ou des sympathisants, encore moins à cet islam imaginaire qui signe la pathologie de toi et tes copains maximalistes tristes.
    Parce qu’ils les côtoient dans les boites pourries ces arabes qui sentent le souffre, boites où ils sont exploités et maltraités comme eux par les patrons, et ça crée des échanges, de la compréhension, puis des liens. De toute façon, même en votant FN, on est pas cons au point de croire que ce sont les étrangers qui mettent la France à genoux, alors que la plupart viennent en charter payé par le Medef et que les délocalisations, les licenciements ont tout à voir avec les bénéfices, et le rendement pour les actionnaires. Sans parler des millions de chômeurs, dont le pourcentage d’étrangers est plutôt rikiki - surtout si on prend une sous-catégorie « arabes », et une autre encore « arabes islamistes chômeurs ». .

    Tu cherches des solutions, mais des solutions à quoi exactement ?...A ton problème avec les ratons ? A l’idée parfaitement contradictoire qu’une Marine le Pen venue de la haute bourgeoisie, fille et héritière d’un papa milliardaire serait la possible voix de miséreux que la télé ignore et les bourgeois exploitent ? A la misère matérielle, la déliquescence des élites, les profits monstrueux du CAC et les échanges boursiers spéculatifs qui représentent en deux jours le montant du PIB français sur un an ?...
    Et tout cela serait parfaitement résolu par un processus victimaire bien ciblé sur les basanés les plus confits en Allah. C’est cela, oui.



  • ALasverne ALasverne 4 juillet 2012 10:52

    Épuisant de voir sans arrêt les mêmes contre-vérités revenir.
    Ce qui coûte aux pays, d’abord, ce sont ceux qui font les lois. Regarde les salaires des ministres et députés, et de n’importe quel élu de commune de plus de 20000 habitants.
    Ensuite, ce sont les actionnaires et les patrons de grandes entreprises et PME qui s’octroient des revenus de confortables à somptuaires. Regarde l’échelle des revenus, du patrimoine qui s’ensuit : entre 2004 et 2010, les 10 % les plus fortunés ont vu leur patrimoine moyen augmenter de 400 000 euros. Les 10 % les moins fortunés ont gagné 114 euros...
    Oui, au manque d’actifs. Mais qui le crée en délocalisant, en réinvestissant les bénéficies en Bourse, en licenciant pour les actionnaires. Le problème c’est le nbe de parasites en France, et le nombre d’aveugles...




  • ALasverne ALasverne 4 juillet 2012 10:33

    Mais de rien, j’en ai plein ma besace. Effectivement, comme Thréard et autres vous êtes plutôt dans l’obsessionnel. Un rien déclenche des éruptions, des grandiloquences matamoresques qui ne déboucheront nulle part, parce qu’elles ne reposent sur rien.



  • ALasverne ALasverne 3 juillet 2012 18:48

    Ce qu’il faudrait également supprimer, c’est la décote, qui démolit le montant des pensions, vu les périodes de chomage/inactivité de plus en plus longues et fréquentes qui frappent les salariés. Rien n’est fait non plus pour les petites retraites qui devraient être exemptées de CSG/CRDS et revalorisées.
    Pour ma part, retraité de l’EN, je constate que devoir payer la CSG/CRDS fait que ma retraite est égale, aujourd’hui, à celle que je touchais trois ans auparavant.