• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de eugene



  • eugene eugene 14 septembre 2016 15:27

    A mon avis, ce questionnaire fait parti d’une démarche commerciale, un truc vieux comme le monde. Jeune, j’avais répondu à une proposition de « commis de librairie ». Premier mensonge, car des 50 pékins qui s’étaient présentés à l’adresse proposée ce matin là, un « coach » a révélé la teneur du vrai boulot : Vendre des encyclopédies en faisant du porte à porte...J’ai participé à cette formation atroce de deux heures, qui vous incitait à n’avoir aucun scrupule, et de prendre l’exemple du camelot en exemple, qui se faisait une petite fortune en roulant les gens....Je suis parti en embarquant son stylo plume pour dire que j’avais compris son message, en compensation, et par esprit de vengeance pour ceux qui s’étaient fait avoir....il s’agissait donc de vendre des parodies d’encyclopédies dans les quartiers les plus populaires, en se faisant passer pour un enquêteur, et en valorisant les futurs clients : « Je suis là pour sonder vos centres d’intérêts... »....Quelques questions de culture générale avaient pour but d’amener cette question perverse, après analyse des données : « Et vous vous sentez capable avec un si piètre résultat d’élever vos enfants ?.... »......Désarroi.....« Heureusement j’ai le produit qu’il vous faut, lavable, payable en mensualités, etc...... »

    La ruse des coquins faits son régal des prétentions à la culture, à la jeunesse, à la beauté, qui ne sont que des vanités, si on les prend au premier degré.
    Le pokémon soi disant nouveau est arrivé. Relisez donc « Pinocchio » ce merveilleux livre de Collodi , un conte philosophique qu’on aurait bien tort de croire réservé aux enfants. 
    Mais enfin on ne lit guère plus dans ce pays des apparences. Pinocchio se fait avoir dans tous les miroirs aux alouettes qui lui sont tendus : La foire aux nigauds, où il est transformé en âne en étant le dernier épisode de dégradation. Avant de renaître dans le ventre de la baleine, de façon métaphorique, avant que Freud et Lacan ne parle de ces choses. La culture est une ile dont les contours sont devenus imprécis. Certains font mauvaise route, et se plantent sur les récifs. Erreur de cap, ou de navigation ?
    Ne surtout pas faire confiance au GPS, mais à science lente des apprentissages qui vous rapprochent des iles de la fortune et du savoir. 


  • eugene eugene 9 septembre 2016 00:06

    @Christian Labrune
    Les corps vieillissent, à l’instar de tout ce qui est à l’oeuvre dans la nature. On n’a pas le choix, c’est la loi du genre, et c’est une grande consolation, et une obligation d’ailleurs de se reformater pour ceux qui ont un peu trop investi dans l’apparence.

    Des temps obscurs sont dans l’éprouvette, dignes du meilleur des mondes, où une société de classe pourra bénéficier des progrés de la médecine pour s’extraire de ce qu’ils pensent être une damnation : Ce vieillissement intolérable pour eux, la négation de leur richesse. Car à quoi bon accumuler si on ne peut enmener ces lingots avec soi ?...Voilà justement pour d’autres la consolatoin, la voix philosophique qui explique leur vie, basée sur le don, le partage. 
     A vingt ans on a le corps qu’on hérite, et à 50 celui qu’on mérite. En short, ou pas.......Pas tout à fait faux, tant les excès et la personnalité de certains se lisent sur leur corps indépendamment de l’attaque du temps....Ce qui fait que certains vieillard sont très beaux, dans un concept de beauté évidemment éloigné des clichés. Je dirais que quelqu’un qui se moque d’ailleurs de son allure, prend dans cette société du spectacle et des égos survitaminés, une sorte de beauté, par son détachement, par la liberté qu’il manifeste ainsi
    . Et c’est souvent un don de l’âge, pour ceux qui ne sont pas cuits au contraire par la vanité. Le refus de vieillir, comble du pathétisme, nous livre dans les contes et nouvelles les caricatures que les enfants comprennent facilement, comme la marâtre de blanche neige. 


  • eugene eugene 8 septembre 2016 23:46

    Du short, il faut rendre hommage. Il nous livre à l’allégresse de l’été. Il donne de la beauté aux jambes des femmes, et révèle la puissance des mollets des hommes. Il n’y a pas que le paletot de Rimbaud à être idéal, il y a son short aussi, avec même un trou aux fesses......

    Pendant longtemps je me suis couché de bonne heure, et j’ai porté des shorts. Mes jambes portaient les stigmates de mes jeux dans les cours de récré, et quand un jour au mois d’avril j’ai continué à porter les pantalons, il m’a fallu m’avouer que mon enfance était bien finie...Heureusement des temps joyeux, moins formels sont arrivés. On pouvait s’habiller comme on voulait, et les papys ont un jour abandonné leur uniforme de tergal, se sont un jour habillés comme des adolescents, ou comme ils l’entendaient. 
    La libération des corps s’est faite peu à peu, tout au long du vingtième siècle, et a été potentialisé par le front populaire...Lisez ce formidable livre témoignage de Didier Daeninkx ; hommes et femmes découvrant le sport, la lutte, la camaraderie, des codes communs. 
    Un parfum de bonheur - Albums Beaux Livres - GALLIMARD - Si
    Le chemin a été long, soumis aux attaques des bonnes âmes. Une speakerine fut virée de l’ORTF dans les années 60 pour avoir porté une jupe dévoilant ses genoux. Les années 70 furent truculentes, festives. Gros, gras, petits, mous du bide, vous n’aviez pas besoin de ressembler à des canons pour vous déshabiller, laisser votre corps prendre naturellement ses aises au soleil....Oh, les beaux jours...L’amour entre les hommes ne peut se construire sur la notion de péché, de pudibonderie, de honte...Cette régression est si écœurante qu’elle ne peut que provoquer vous allez voir une bonne dose d’allergie aux voiles, et à cette triste mascarade d’esprits obtus. Gare à la colère des gens simples qui ne voudront jamais tourner le dos aux plaisirs simples, et d’abord à l’esprit des lumières. De tout temps, ces masques et déguisement noirs ont été ceux de la mort, du Ku Klux Klan, des pirates, des chemises noires du fachisme, tristes oripeaux de ceux qui, pleins de fiel, ne savent pas vivre, et font leur petit commerce sur la haine, le clivage la bêtise, la mort au bout du compte.. Vive l’amour, vive la vie, vive le short !


  • eugene eugene 8 septembre 2016 23:16

    @sampiero
    Ces connards ramassent tout ce qui traine dans le caniveau pour le jetter à la tête des gens, et faire leur petit caïd, trouvant une justification à leur passage à l’acte. Tout de même, il semble que le principe de morale et de pudeur soit évoqué, par ces partisans de la tournante en cave d’HLM, mais le chemin est long pour arriver à l’agrégation de philo ...Ceux ci ont raté le charter pour la Syrie et tentent de trouver sur place des compensations, et un petit jihad, entre deux joints, deux tours en BM volée....« Entre deux joints tu pourrais faire quelque chose », nous chantait l’ami Robert Charlebois il y a moultes années.... 

    Ca a donc donné cette charge pudibonde avec justification morale « à l’arrache », comme ils disent, que n’aurait même pas évoqué une vieille grenouille de bénitier bénit par monseigneur Lefèvre, ou l’abbé Dupanloup. 
    Les temps sont durs pour la religion et prometteurs pour la psychiatrie,.Quoique ce genre de soins est destiné aux malades, pas aux crétins et aux psychopathes.


  • eugene eugene 8 septembre 2016 23:05

    @hunter
    Si je parle du rire, c’est parce que je pense que c’est un élément de défense plus efficace que la tentation du discours et de la morale, face à des gens qui font semblant de ne pas comprendre. 

    On ne discute pas avec Hitler, on se fout de sa gueule comme faisait Chaplin.
    Humour= arme fatale contre les paranos et les bas du front. Généralement ils ne supportent pas, ça casse leur déguisement, en coupant court à leurs tentatives de manipulation
     Ca n’empêche évidemment pas de se défendre, et de montrer ses limites et ses muscles.
     


  • eugene eugene 8 septembre 2016 21:31
    Le burkini, c’est comme de se se balader dans un drapeau noir à tête de mort, de la tête au pied, et faire semblant ensuite de s’étonner qu’on s’étonne, et des réactions d’indignation. Je m’explique :
    Personne n’est dupe, du moins presque personne, moins ceux qui jouent l’innocence indignée, et même il faut oser, la défense de la liberté....Et de ne par voir le problème.....Personne ne prétendrait qu’un drapeau par exemple est un bout de chiffon....Il y a la texture, le port, le concept, l’idée derrière, le symbolique, et l’époque qui font sens...Par exemple le drapeau noir symbolisait les mœurs des pirates de l’île de la tortue. Des gens peu recommandables mais au moins qui n’étaient pas hypocrites, qui ne servaient pas de dieu pour faire leurs exactions...« Ni dieu ni maître » proclamaient ils...Le drapeau noir maintenant, c’est l’icone des bandits de Daesh...Une engeance de pervers qui s’inspirent du fondamentalisme musulman walabite, pour se faire servir, et je justifier......Le burkini, que personne ne connaissait de fraîche date, issu des derniers défilés de mannequins du golf. ( un salon d’apicultrices en tenue)..Dernière invention de ces tarés qui tentent de provoquer et provoquent, c’est le but, à travers ce leurre.....Evidemment politique, mafieux, pervers donc, manipulateur : Tenter de se poser en victime en espérant que la loi fera censure...C’est un peu le piège d’interdire...C’est pas l’envie qui manque, mais regardez comment ces gros parano se régalent ensuite en passant sur le net les images forcément stupides où l’on voit les flics intimer l’ordre à une femme de changer de tenue...
    Burka ou consort...Personne ne connaissait ces tenues de guignols et d’esclaves, encore dans les années 70...Moi qui avait passé un an entre turquie, moyen orient et indes, il avait fallu que j’attende d’être en Afghanistan pour voir dans la campagne quelques uns de ces fantômes.....Ce pays était encore une sorte de moyen age, le même qu’avait traversé .anne marie schwazenbach et Ella Maillard dans les années 30, une époque où deux femmes pouvaient traverser toute l’asie sans se faire emnerder par des grosses mouches à merde..... 
    « La Quête du réel », d’Annemarie Schwarzenbach - Le Monde
    Stupéfaction...L’iran à l’époque même s’il était gouverné par une main de fer, celle du shah, et sa savak, représentait pour les femmes la modernité, l’ouverture, tout comme l’irak, la turquie....Je vous parle d’un monde où un étranger pouvait encore parler à une femme dans un bus....Ce monde bancal a accouché d’une horreur, et l’on voit de petits malins, et de bons manipulateurs, comme l’auteur de cet article sirupeux et plein de sophismes, tenter de prendre le train en marche, espérant que les nouveaux maitres lui donneront un petit rôle, qu’il pourra se servir de sa plume pour être un scripte, un sous fifre des puissant, espérant une retombée de royalties, pour bons services...Il y a toujours des larbins de l’âme...
    L’humour seul peut nous sauver, et relever les jupons des voiles noirs. Alors qu’une bonne bourrasque survienne pour montrer le cul à ce qu’on veut cacher : Mes bons maitres vous serez bien déçu, car c’est la mort et ses tibias et ses rotules qui se cache la dessous. Pas vraiment un bon coup !



  • eugene eugene 7 septembre 2016 21:50

    Deux couples se sont fait agressés à Toulon, par des jeunes des banlieues, au motif que les femmes étaient en short.....Voilà une photo de l’époque, qui nous en dit long sur ce qui se passe dans la tête des soit disant discriminés...Il y a des informations si affligeantes qu’elles sont au delà de toute rationalité, 

    Bien sûr il faut voir au délà de l’anecdote : Petits caïds circonscrivant leur territoire, sautant sur tout ce qui bouge au niveau des infos. Seul le rire peut nous protéger efficacement contre ces timbrés bas du front, une façon de leur montrer notre cul. 


  • eugene eugene 6 septembre 2016 21:51

    Souvent, quand je passe devant les tours Bro- e- rec’h à Hennebont, ancienne prison de la ville, je pense à Marion. Femme sans scrupule, intrigante, en tout cas courageuse. C’est la Poolhan davi bretonne. 

    La reine des bandits assassinee a New Delhi - Libération
    Une histoire dont on fait une légende, bien loin des escrocs ordinaire, et des pervers polymorphes, à la Jerôme Cahuzac. Nous faisons partie d’une génération qui a admiré les exploits de Robin des bois, et de Thierry la Fronde, de Tarzan aussi, justiciers vivant dans la forêt qui cache, qui permet de continuer à vivre comme des enfants, en sa moquant de la loi des grands. 
    Car ces héros ne seront jamais tout à fait des adultes, ne renonçant pas à leur part de rêve et de liberté. Voilà que je m’emballe. Et Rocard, quel était son héros préféré, enfant ? 
    Pas un de ces hobereau lâche et vain, qui font leur coup par dessous, avec l’aide de la loi qu’ils dirigent souvent, une dague cachée souvent dans la manche. 
    Cahuzac, c’est le shérif de Nottingham. C’est Jean sans Terre. 
    Vive Marion la rousse ! 


  • eugene eugene 4 septembre 2016 22:51

    @njama
    Vous avez raison. 

    Les étudiants ont trouvé un temps la parade au loyer trop élevé, prohibitif, sur fond de folie longues études, master plus cinq et six, pour retarder l’entrée sur le marché du travail... : La collocation...
    On loue une grosse maison à quatre. Une bonne opération, pendant un temps : A partir d’une certaine somme, le marché de la location n’existait pas, sauf coup de chance, si vous exigiez un loyer trop élevé...Mais le marché à vite fait d’intégrer ses paradigmes, et a intégré les amateurs de l’auberge espagnole dans leur calcul, pour monter leurs prétentions, ramenant l’opportunité d’ailleurs à des considérations beaucoup moins intéressantes. ...
    D’autant que les démêlées juridiques sont légions en cas de non paiement d’un colocataire.


  • eugene eugene 4 septembre 2016 22:42

    @Vipère
    Un fait : L’état social profite en France aux plus riches, l’état refusant de prendre en compte les différences sociales, se gargarisant d’égalitarisme, alors que cette hypocrisie matoise provoque le contraire, potentialisant un peu plus l’injustice.... Pour la redistribution sociale, il faudrait faire comme dans la plupart des pays européens, c’est à dire l’orienter vers les gens qui en ont besoin véritablement, et donc prendre en compte le montant de salaire des intéressés. 

    Cela donne dans le moins pire les allocations familiales versées uniformément aux couples de médecins, et aux smicards. ( et encore si vous n’avez qu’un gosse c’est peanuts...) au pire, le plus caricatural, les retraites augmentées de 10 % si vous avez eu trois gosses(’ ce qui donne un avantage de 100 euros pour un smicard, et de 1000 euros pour un gros salaire.... potentialisant ainsi les différences)....Le prétexte du gouvernement part sur des bases vérifiées : Les locatifs intègrent dans leur loyer l’allocation logement, font même leur calcul pour l’étudiant.....Il serait juste de privilégier donc ceux qui en ont véritablement besoin, pour contrer cette logique de marché..


  • eugene eugene 4 septembre 2016 10:07

    Du frensh bashing qui ne cache pas sous son voile démagogique la réalité du vécu de l’ostracisme et du clivage, dans les pays anglo saxon.

    - Aux states : Record du monde d’enfermement des minorités, avec presque dix fois plus de place dans les prisons qu’en france, pour 100 000 habitants ; ne soyons pas cruel pour rappeler le sort des blacks ordinaires face à la police.
    - L’Angleterre, qui fait office d’appel d’air en raison de toute réglementation, et qui est à l’origine de la lèpre de Calais, qu’elle nous laisse gérer entièrement, ou peu s’en faut.
    - L’australie, qui elle parque ses réfugiés sur une ile, comme au 19 siècle. Sans doute que les gens ne se mettent pas en birkini dans les camps d’internement.....
    Réfugiés : le camp australien de l’île de Manus jugé « illégal ...


  • eugene eugene 3 septembre 2016 19:31

    Bravo pour cet article, espérons qu’il mobilisera. Dans le Morbihan « le peuple des dunes », a jeté ces connards à la mer. Malheureusement ils ont maintenant jeté leur dévolu sur les cotes du nord. Triste, déplorable, quand on sait que le sable est un des agents de construction de l’espace dunaire, des fonds marins, autre chose que des mètres cubes destinés au BTP. 



  • eugene eugene 3 septembre 2016 19:25

    Parfois le monde nous est intolérable, parfois moins. Je regrette les ailes de ma jeunesse, le stop qui m’envoyait au bout du monde, la moindre expérience était détectable. Mais ce lierre travaille toujours en nous, soulève parfois les tuiles du toit, et alors le soleil nous éblouit. « Si tu ne vis que de rêves, le temps t’épargnera ! »

    Glenmor - Les chemins de la bohèmechantait glenmor, vieux barde breton ignore des merdias français. Mais le texte que je préférais de lui , c’était « La tour de Babel

     » Il était seul à vouloir la chaumière
    il était seul à vouloir y pleurer
    d’ombre et de boue il voulut la lumière
    de terre et d’ennui il voulut Dieu prier
    tudieu quand l’âme est solitude
    l’oeuvre se dore en noblesse et beauté
    ainsi au nom de la multitude
    la richesse grandit les marchands d’épées
    ils étaient trois à vouloir la montagne
    ils furent vingt à vouloir y monter
    au pied du mât que l’on nomme cocagne
    ils furent vingt à vouloir Dieu toucher
    ainsi l’ogre a convié son frère
    pour bâtir en ces lieux un palais de roi
    ainsi leur fallut se faire la guerre
    qui sera valet qui ne servira pas ?
    ils étaient cent au pied de la muraille
    cent et plus que l’orgueil avait habillés
    la tour n’avait point d’ombre et déjà la bataille
    rivait de pleurs et de sang la pierre et le mortier
    tudieu quand l’homme se fait science
    la quête est nouvelle et grand le renom
    ainsi au nom de la tolérance
    la richesse grandit les marchands de canons
    ils étaient mille à vouloir la chaumière
    ils étaient mille à vouloir y pleurer
    ils furent légions à partir en guerre
    pour reprendre à ceux-là la joie d’y demeurer

     



  • eugene eugene 2 septembre 2016 20:02

    La chose n’est pas aisée, comme vous dites. Et c’est pour ça qu’elle existe...Ce voile, ou plutot ces voiles sont des leurres. Ils appartiennent évidemment à une stratégie d’occupation des esprits, en forme de tache d’huile. Il n’y a pas de bonne solution face à ce problème crée de toute pièces, mais peut être y en a t’il de moins mauvaises que d’autres, de plus courageuses, de moins démagogiques. Certains sont tétanisés à l’idée d’interdire....Une stratégie faite pour créer de l’embarras, et faire reculer les moins courageux, les moins clairvoyants, mettre les politique démagogues à la botte.

     Les policiers sont face à une tache impossibles : Les images de leur intervention tournent en boucle sur les réseaux sociaux, et ridiculisent la république, la laïcité. C’est le but recherché, les islamistes jubilent....Regardez : Ils s’en prennent à de faibles femmes....
    Le discours de justification doit donc prendre de la hauteur, dire les choses pour ce qu’elles sont : Ce voile issu des pires états du golfe est le signe de régression que veut imposer quelques fanatiques à quelques pays, et puis à d’autres, se servant du droit à la liberté et à son expression pour l’étrangler ensuite....Alors ne nous trompons pas, si nous défendons la liberté, nous devons mettre un terme et des interdits assumés à ceux qui veulent la liquider demain. Le but étant de faire du monde entier un califat.


  • eugene eugene 29 août 2016 23:42

    @njama
    La dernière tentative de s’accommoder d’un totalitarisme date des années trente, et même si certains ont été conciliants, trouvant monsieur Hitler et ses idées après tout respectables, le résultat n’a pas été probant. L’islamiste radical parti avec ses fusées à ogives en forme de minarets des pays du golf les plus féodaux, tente avec toutes les pièces de l’échiquier dont elle dispose, de pousser son avantage, ses prises. 

    La dedans ces pièces de tissu en forme de cabine de bain, ou de tenue d’apiculteur, dont tout le monde, y compris les musulmans ignoraient l’usage il y a encore une génération, (sauf peut être l’Afghanistan que j’ai parcouru dans les années 70), font sens, et prosélytisme. ..
    Ces vêtements ont une signification et un sens : La confiscation des corps, de la jeunesse, de la beauté, la honte, la peur, le péché, la violence, le refus de la vie, de l’échange, la soumission, transpirent à grosses gouttes à l’intérieur.
    .Le but proclamé ne l’oublions pas, c’est de faire de la terre entière un califat. Objectif débile mais néanmoins on le voit avec daesh, ces gens là ne doutent de rien, n’hésitent pas à mentir comme leur a conseillé le coran pour parvenir à leur fin, et n’hésitent surtout pas d’utiliser la force et et la terreur là où elle peut être exercé. 
    Ailleurs, on fait comme les bigoudenes , un savant ouvrage de dentelle patiente pour parvenir à ses fins. 
    Je me suis bien amusé hier à regarder « Mars attaque » hier soir, Film finalement assez prémonitoire : Tout y est : De la destruction des statues emblématiques par les martiens, j’allais dire les salafistes, comme ils l’ont fait à Bamyan ou à Tambouctou. L’utilisation du mensonge pour séduire les crédules, et finalement leur vulnérabilité à tout ce qui tout à l’art et à la grâce. Les martiens seront en effet détruits par la musique, genre qu’ils ne supporte pas, tout comme les salafistes, on le sait. La grâce, la beauté, les corps nus, voilà tout ce qui les insupporte, ou dont ils veulent récupérer l’énergie pour l’orienter vers les territoires de la mort. 


  • eugene eugene 29 août 2016 23:23

    J’ai pas tout lu, ça me saoule ce prechi précha religieux et hypocrite, qui avance ces pion et cherche à endormir les faibles d’esprit ; juste le début qui donne le ton en bon sophisme : L’auteur s’arrête à la composition du tissu, son étendue, expulsant d’emblée la signification du déguisement, refusant d’analyser son intention, son sens politique ( venant de les islamistes walabites, le pire engeance totalitariste : En vrai tout ce qui est important et fait sens évidemment, ce qu’ont compris pas mal de citoyens de ce pays.

    Il me ferait rigoler avec ses gros godillots et sa soutane sentant le ranci si ce n’était pas si grave, et lourd de sens de de manipulation vers les moutons qu’on égorgera demain.
    C’est un peu comme si , à la fin des années trente, un clampin avait totalement expulsé toute intention politique du salut nazi, se contentant de s’interroger benoîtement, ( ou faisant semblant) pour quelle raison étrange il peut poser problème à certains, ainsi que son exercice dans la rue, lors de meetings, etc..."Ce salut c’est quoi, une main levée en l’air, un salut fraternel à leurs frères de pensée, qui fait sens de compréhension entre un individu et un groupe. Alors que certains bas du front refusent cette expression de la liberté à quelque chose de choquant, etc, etc.........Une fois de plus le parallèle entre les nazis et les islamistes radicaux est évident !


  • eugene eugene 28 août 2016 13:36

    L’auteur, forcément prosélyte, fait semblant de ne pas voir le problème, en soulignant au fluo l’opinion de certains médias étrangers qui l’arrange, et qui ne sont pas concernés d’ailleurs par le totalitarisme islamique, ou comme pour les journaux anglo saxons, qui adorent faire du« french bashing », pour nous faire la morale, sous des propos xénophobes ( à peine voilés).

    Voilà nous dit il en gros pourquoi en comment et pourquoi nous sommes des bas du front, en nous opposant à cette régression, euh non, je veux dire à cette avancée prodigieuse du droit des femmes, que même la ligue des droits de l’homme et du colon ton maître en tout même dans la cabine d’essayage des idées soutient en te faisant passer la burkini plutôt que le string. 

    "Tais toi femme, ton corps est une tentation sans nom pour le mécréant qui rêve de te sauter dessus. En conséquence cache ce sexe ces seins, et le reste, d’ailleurs grâce que burkini tu ne te feras plus piqué par les moustiques.....

     Il oublie curieusement certains médias arabes, qui eux savent de quoi ils parlent, quand ils prennent position en faveur de l’interdiction de cet étendard (de bain)
    Sinon, il est toujours intéressant pour ceux qui sont un peu curieux de l’origine des lois laïques de notre pays, de prendre un peu de hauteur, au lieu de tenter de regarder sous les jupes des filles, et de s’ intéresser aux siècles d’historie, parsemées de guerres de religion, et de massacres sans nom, qui sont à l’origine de notre clairvoyance, et de nos prises de position..Le mot position n’ayant ici aucune connotation à caractère sexuel. ( voilà comment la frustration ajoute au risque de passage à l’acte....) 
    Ceci dit, chacun fait ce qui l’entend chez lui, et les troupeaux de femmes en burkini et en niqab seront bien gardées !
    On le voit, on le sait, les mots niquer et niqab n’ont pas la même origine sémantique.


  • eugene eugene 20 août 2016 13:37

    « Pas de chance » nous dit l’homme sur ses promesses de baisses de chômage. Un aveu du cynisme du bonhomme, caché derrière une attitude débonnaire, sans doute conseillée par sa com : « Faut rompre avec l’attitude garde à vous propre aux discours, prouver que vous êtes redevenu normal...Enfin normal à demi.... » 

    Donc, oublions le bilan, le contenu des gags, tout doit être dans le ton, la seule façon les meubles !"


  • eugene eugene 19 août 2016 23:18

    Les devoirs de vacances, c’est comme le devoir conjugal. Beaucoup se sentent obligé.

     Certains pratiquent de façon moutonnière, en respectant les consignes, et en rentrant dans les cases. 
    Après, disent ils, ils ont passé un bon moment. 
    Et vous, vous avez été où cet été ?
    Et combien de coups ? ( je ne parle pas de ceux qui sonnent à l’horloge du clocher ma chère, évidemment)
    Partir, avant, c’est déjà la prise de tête. 
    Dans le plus beau village de France ?Dans le plus gros parc aquatique ? Traquer le pokémon dans un burkini ?
    Il faut un temps dans la vie pour se défaire des convenances, et des vacances. Après, on est libre, qu’on s’appelle Max ou pas !


  • eugene eugene 19 août 2016 18:49

    Padirac ça laisse toujours sur le cul ! On pourrait y loger un stock de tour effeil et d’arc de triomphes, et même pas mal de Pyramides avec leur petit napoléon dessus...impossible à mettre sous cloche de verre. Dommage, avec la neige ça serait joli. Je suis descendu dans ce truc avec mes deux gosses. Les gosses ça vous donne des yeux supplémentaires, facteur d’extase....Mais je vous parle de l’époque d’avant celle des pokémons et des morts vivants en burkini. je sais tout cela ne nous rajeunit pas. Il me semble que la vie était plus belle qu’aujourd’hui. Ne vous en souvienne ?

    M’enfin, on avait failli se prendre le plafond sur le fleuve au long cours au fond. D’un geste réflexe comme je baissais la tête, en avant de la barque, j’ai repoussé celle ci à l’abri du danger, ce qui a provoqué une remarque acerbe du gondolier, même pas reconnaissant qu’il avait mis tout le monde en danger. Mon gosse m’a félicité tout de même : « T’as sauvé tout le monde ! »...C’est bien de passé pour un héros au yeux de ses gosse au fond du gouffre de Padirac. 
    Presque une aventure interplanétaire. Les grottes c’est étrange, un peu visqueux, les sons résonnent étrangement dans ces cathédrales de silence. J’ai passé un été dans une grotte en Provence, dormant sur des cartons cassés, en bonne compagnie de quelque amis, de grenouilles et de scorpions, à faire les lézards. Dehors le chant des grillons faisait vibrer le ciel.