• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de hugo BOTOPO



  • hugo BOTOPO 16 novembre 15:45

    @generation désenchantée

    Il faut éviter un « humanicide » conséquence d’une explosion ou implosion planétaire dont les prémisses se font jour : disparition de nombreuses espèces animales, réduction des ressources fossiles et halieutiques, disparition progressive de la biodiversité de la faune et de la flore, augmentation des pollutions des sols, des rivières, océans et de l’air. Évidemment le comportement des humains, certains plus que d’autres, ne se soucie guère de savoir si c’est assimilable à la planification d’un « humanicide » !
    Cet article, pour éviter un probable « humanicide » préconise une forte réduction volontaire de la population humaine mondiale, progressivement par la réduction du nombre de naissances par planning familial et procédés de contraception. Compte tenu de l’inertie de la démographie naturelle l’objectif de 3Md H ne pourrait être atteint qu’à la fin du siècle, vers 2100.
    J’espère que cet objectif humaniste contribuera à transformer « generation désenchantée » en « generation enchantée ou soulagée »



  • hugo BOTOPO 30 octobre 14:35

    @zygzornifle
    Dans le titre les guillemets de « Des Espoirs » en gestation sous-entendait le terme complémentaire « désespoirs » le seul vraiment réaliste à terme.



  • hugo BOTOPO 25 septembre 15:55

    @Spartacus
    Clinton n’a pas obligé Fanny Mae et Freedy Mac à prendre en charge des prêts pourris (tous ne l’étaient pas) : les négociateurs/vendeurs de prêts, payés à la commission, sont à la fois coupables (et non responsables personnellement et financièrement) de la ruine des trop modestes épargnants et des faillites financières (elles, renflouées par les dépenses publiques : les capitalistes actionnaires sont malades à tout jamais d’avoir accepté les interventions étatiques : qu’il aurait été bon et jouissif de se retrouver ruinés !



  • hugo BOTOPO 25 septembre 15:40

    @Spartacus
    « les individus sont obligés et contraints de travailler à 57% pour l’état »
    est une affirmation qui vaut son pesant de ridicule !

    Les cliniques (propriétaires et personnels), les médecins et spécialistes à dépassements d’honoraires qu’ils s’imposent à eux-mêmes, à leur convenance, travailleraient pour l’état et non pas pour leurs intérêts ! Tous les enseignants rémunérés par l’état ne travailleraient pas en enseignant leurs élèves et leurs étudiants, ils ne feraient qu’éduquer et enseigner l’état !!! Si les études, de la maternelle au supérieur, étaient intégralement payantes par les jeunes ou leurs parents, en payant directement l’état, alors dans ce cas ce ne serait pas une ânerie que de prétendre que les enseignants travaillent uniquement pour l’état !

    « l’individu est né naturellement chômeur »
    Le méchant et vil capitaliste n’est donc pas un individu, ou alors il est né chômeur et transformé par la grâce divine du ou des capitaux qui l’ont élu en être supérieur, en grand-prêtre d’une caste élue de sa divinité. Dans leur grande bonté ils vont fournir le job, aux ouailles reconnaissantes, pour l’intérêt de qui ? Les capitalistes sont donc les grands bienfaiteurs de l’humanité, et s’ils exploitent les humains ce c’est que pour leur bonheur (des humains ou des capitalistes). Et si les capitalistes décident de licencier pour augmenter les profits ou plutôt leurs profits, en laissant le chômeur à la charge de la collectivité publique honnie, ce ne serait que du bonheur pour tous !!! magnifique schéma de pensée !



  • hugo BOTOPO 31 août 14:54

    PAUVRE PETIT FRANÇAIS !
    À sa naissance un bracelet de dettes de 30 000 € à la collectivité ! C’est un cadeau ! Mais OUI !
    Ses parents sont dingues de le mettre au monde !

    En plus, la brave collectivité publique (Nous avec les impôts, TVA, taxes diverses, contributions, charges sociales, impôts locaux...) allons le prendre partiellement en charge (il faut bien en laisser une partie aux parents) : de la conception à la mise sur le marché de l’emploi la ou les collectivités publiques dépenseront entre 200 000 et 250 000 € (selon le niveau final de formation) en dépenses de santé, de primes à la naissance, de diverses allocations familiales et sociales, de réductions d’impôts (quotient familial), de coûts de scolarité, de formation professionnelle, des coûts des équipements municipaux (sports, culture, cantines, bâtiments, transports...) etc...

    À son tour, le jeune, une fois sorti du chômage des jeunes, va contribuer aux financements des charges publiques pour la jeune génération pour des montants sans commune mesure avec l’affectation idiote des 30 000 € de dette publique !!!

    NOTA : le différentiel d’équilibre budgétaire avec l’Allemagne s’explique d’une part par un excédent de naissance en France d’environ 200 000/an (soit 40 à 50 Mds € de dépenses annuelles) et d’autre part, en Allemagne par un déficit des naissances du même ordre, d’où une économie budgétaire du même ordre) ; de plus, chaque année, les 400 000 immigrés de travail, déjà formés dans leurs pays d’origine sont une énorme bénédiction budgétaire pour l’Allemagne et des trous (condamnés par l’Allemagne) dans les budgets de ces pays ! Cet énorme différentiel dû à la démographie ne va pas disparaître avec des ordonnances sur le code du travail !



  • hugo BOTOPO 7 août 15:58

    Dieu-Argent, religion du profit, dogme de l’indépassable loi du marché, mondialisation heureuse, que des psaumes et incantations proférées par les politiques, les économistes, les journalistes, les intellos de tout acabit et au comptoir des bistrots !
    On va droit dans le mur, l’humanité court à sa perte, la planète se dégrade, les espèces sont en voie d’extinction, les catastrophes climatiques vont croître en nombre et en intensité : on est fichu, c’est le suicide de l’humanité ou une révolution généralisée dont le résultat sera comparable !

    C’est du pessimisme exacerbé, du désespoir en pleine croissance, et quelle croissance !
    Tout cela mis en exergue par des petits profiteurs du système, intellos honteux collabos inconscients.

    L’homme a besoin d’espoirs, de sens à donner à sa vie (le bonheur dans un autre monde virtuel ne suffit plus). Il a besoin de combattre, d’être fier de ses résultats, d’apporter sa contribution au bien commun et de partager : rien de tout cela dans les diatribes pessimistes des médias.
    Cessons de nous engluer dans un déclinisme de toutes nos valeurs : agissons à notre niveau sans heurter de front le système qui broie l’humanité. Et ce de deux façons complémentaires :

    - au niveau de notre consommation
    qui enrichit le système. Les réseaux véhiculent un trop grand nombre d’informations qui ne peuvent être toutes censurées. Les consommateurs sont une force de plus en plus pesante : par le « bio », les produits adaptés « sans sucre ajouté, »sans huile de palme«  »à teneur réduite en sel en matières grasses« , cultivés »sans pesticides« , élevés »sans antibiotiques« ...et demain fabriqués »sans esclavage des adultes et des enfants«  !

    - au niveau de l’état d’êtres humains sortis de l’animalité,
    sans soumissions aux religions dominatrices créées par des hommes pour en soumettre d’autres, forgeant son essence dans le respect et la bienveillance des êtres vivants, de la nature, de la planète, dans la solidarité et la justice. Bref soyons un »Homme Orbital" comme présenté dans mon article d’ Agoravox !



  • hugo BOTOPO 5 août 17:03

    @Cateaufoncel
     « le peuple est réceptif à la foi du charbonnier »

    Un peu condescendant pour le peuple !
    Les éléments de la foi dite du charbonnier ont été élaborés par la propagande des intellos du Vatican et des pères de l’Église.
     
    Saint-François d’Assise, n’était pas un intellectuel, un Père de l’Église, un érudit et exégète des textes et dogmes du Christianisme, mais un être épris de fraternité, de pardon, de paix, d’Amour du Christ et des hommes, un être en osmose avec la nature, avec les animaux, avec la terre. Peu lui importait que la terre soit déclarée plate et au centre de l’univers, pour être en communion, en empathie avec le vivant, avec tous ses frères vivant sur la terre. Il fonda, un peu contre l’Église officielle l’ordre des Franciscains. François est mort en 1233.

    Saint Dominique fonda en 1220 l’ordre des dominicains, en phase avec l’Église officielle, un ordre prêcheur de la foi et des dogmes chrétiens. Ses moines sont devenus les accusateurs et juges des tribunaux de l’inquisition, instaurée officiellement en France en 1233 par le pape Grégoire IX ! Dominique est un intellectuel du christianisme et François un homme du peuple : ce dernier peut être considéré comme un précurseur de l’homme orbital !

      « Mais la vraie transcendance ne peut être le produit d’une démarche intellectuelle »
    D’accord avec le fait qu’elle ne peut surtout pas se résumer à çà ; mais une approche intellectuelle, une pincée de rationalisme, dans un chaudron d’humanisme pratique, de fraternité active et vécue, dans l’immense champ du vivant et de l’univers, peut être utile à certains.



  • hugo BOTOPO 4 août 17:46

    @Cateaufoncel
     « Et juste une étape de plus pour la chimère universaliste »

    La chimère universaliste actuelle c’est de vouloir imposer au monde -pour son bien !- un néo-libéralisme mondialisé avec ses dogmes du marché libre, de la maximalisation du profit, de l’exploitation des richesses fossiles et humaines, de l’argent-roi « substantifique moelle » de l’accession au bonheur.
    Admettre que la chimère matérialiste ne suffit pas à combler les aspirations de l’esprit de l’homme vers une transcendance, n’est malheureusement pas universellement partagé !



  • hugo BOTOPO 4 août 17:33

    @zygzornifle
    Les différents ascenseurs, les religions et certaines idéologies, n’élèvent en rien l’homme. Elles restent dans la gestion et la domination horizontale, au sein d’un bordel qu’elles cultivent.



  • hugo BOTOPO 17 juillet 11:30

    @zygzornifle
    Les USA ont de très gros déficits commerciaux : le rééquilibrage de Trump consistera en un forcing de lois ou mesures administratives et d’amendes payées par UE, (plus difficilement par la Chine car les industriels US (Apple.. ;) en ont besoin pour assurer des marges énormes). Donc c’est à la fois rééquilibrage et tout pour leurs gueules



  • hugo BOTOPO 19 juin 16:30

    @Djam
    Bons commentaires !
    Les hommes sont maintenus dans l’infantilisme, certes ! Mais je ne pense pas que la société éducative et médiatique actuelle tende à développer des moyens mentaux de raisonnements, de pensées personnelles, de conscience (sur quels critères ?) Tout au contraire comme l’ont montré les idéologies fascistes et marxistes, comme le font les religions actuelles (avec le droit pour les parents de former et/ou formater leur progéniture selon les prescriptions de leur religion ! ) telles les christianismes, le judaïsme, les islamismes, l’hindouisme, le bouddhisme. Les connexions neurologiques de l’enfant s’en trouvent fortement affectées.

    Quant aux Lumières il y avait une volonté de penser autrement que selon les dogmes de la monarchie et du christianisme ; mais l’ordre prioritaire Liberté, Égalité, puis des décennies plus tard Fraternité, conduit à l’individualisme, à l’égoïsme, avec une faible dose d’altruisme compensatoire.

    Je prends les Lumières avec l’ordre inversé : D’abord Fraternité de tous les humains, (donc) et puis Égalité et enfin Liberté individuelle dans le respect des deux premiers.



  • hugo BOTOPO 16 juin 11:26

    @Spartacus
    Un smic suisse à 2000 € net : bravo, vous devez êtes salarié en Suisse !
    Le smic net n’a pas de sens vu que les cotisations « volontaires » mais obligatoires sont variables « à la demnde du salarié » : le montant de la franchise (dépenses de santé avant le premier remboursement) est fonction du taux de la cotisation choisie, elle varie de 1000 à 4000 Fr suisses.
    Récemment il y a eu une votation pour porter le salaire minimum à 4000 Fr S : il a été rejeté.
    Avec un salaire mensuel de 3000 FrS (environ 2700 €) on vit très difficilement (impossible d’habiter dans une grande ville).

    Pour le niveau de France et même pour les spécialistes conventionnés : beaucoup de Genevois vont se faire soigner en France (médecins et dentistes en particulier).

     Au fait comme c’est si nul de vivre en France et si merveilleux de vivre aux USA et en Suisse, pourquoi restez-vous en France, si ce n’est le cynisme de nous insulter ???



  • hugo BOTOPO 15 juin 18:28

    @Spartacus
    « 50% des salaires ponctionnés par l’état »
    Ces 50% sont gérés paritairement entre syndicats et patronat , avec léger contrôle de l’état : ce dernier garantit les emprunts pour boucher les trous ! toutes les charges sociales (assurances maladies, chômage, retraites.. ne vont pas dans les caisses de l’état.
    L’état protège les cotisants en veillant aux prix des prestations :-aux USA, avec votre libéralisme les dépenses de santé (en direct ou avec assurances privées et la petite part de subventions de medicaid et medicare) représentent 16% du PIB aux USA au lieu de 11% en France : quelle supériorité de la gestion libérale !!! Avec des Madoff pour les retraites !

    "20% de la consommation est prélevée par l’état :
    C’est faux le coefficient moyen de TVA du fait des faibles taux n’est pas de 20% mais de 11%

    57 % du PIB venant de l’état
    c’est évidemment faux  ; c’est de l’intox de caniveau libéral !!!



  • hugo BOTOPO 25 mai 18:26

    @Sozenz
    Actuellement la BCE et les banques se font payer (par amplification de la dette) les intérêts.
    Malgré l’excédent primaire actuel la Grèce et les grecs s’enfoncent.
    Dans ma proposition il n’y a plus d’intérêts à payer à la BCE et aux banques ; seulement du capital à rembourser en euros courants à la BCE : l’effet de l’inflation et d’une maigre croissance diminuera l’importance relative des remboursements. Déjà l’excédent courant est supérieur à un remboursement par annuités constantes sur 50 ans. C’est encore plus facile avec un remboursement progressif, donc plus faible les premières années.

    Pour la BCE qui comptabilise en simples euros dans ses comptes, elle n’a pas à compenser une perte de pouvoir d’achat, vu qu’elle n’achète rien.

    Dans votre solution les gros tas soit se font payer par les Grecs, soit se payeront sur notre dos directement et indirectement (si pertes ou moindre bénéfices, ils payeront moins d’impôts et ils augmenteront leurs taux d’intérêts sur nos emprunts et/ou découverts).

    Êtes vous tellement maso pour préconiser cette solution ?
    À vous lire !



  • hugo BOTOPO 23 mai 20:18

    La GRÈCE peut rembourser sa dette, en totalité mais sous conditions !!!

    Les éléments présentés par ZEN sont pertinents sur trois points :
    - la part énorme de l’accumulation d’intérêts spoliateurs par les marchés financiers ;
    - l’évasion fiscale des plus riches en ne payant pas leur juste part d’impôts ;
    - l’influence néfaste de la baisse de plus de 25% du PIB sur d’une part l’activité dans le pays, donc sa capacité à créer des richesses, et d’autre part sur l’élévation du taux de dette publique ramené au PIB : une baisse de 25% du PIB entraîne de facto une augmentation de 33% du taux d’endettement (à dette constante) ; avec un maintien (ou une très légère baisse) du PIB comme en France, repositionnerait la dette de 180% PIB à 135% PIB se rapprochant du taux de l’Italie !
    La baisse du PIB grec est le résultat des pressions de la Troïka, sans que cela augmente la capacité de remboursement, qui aurait été plus forte avec un PIB maintenu.

    Cependant, dans les négociations la part assassine des taux démentiels a été prise en compte en 2011, avec l’effacement de 107 Md€ par les créanciers (système bancaire privé et de la Troïka) le 27 octobre 2011. On ne sait pas si les ardoises des banques européennes (France et Allemagne) qui se gavaient sur la bête, et qui ont plombé leurs comptes de résultats, avec des pertes, sont incluses dans ces 107 Md€, ou si ce ne sont qu’une part des emprunts du gouvernement grec.
    Cet effort des banques privées ne se fait pas sans compensations : d’abord les facilités énormes d’emprunts à taux nul ou très faible auprès de la BCE, et le maintien de taux d’intérêts assez élevés pour les emprunts de refinancement pour la Grèce. De plus le QE par le rachat d’une partie des emprunts publics sur le marché secondaire a permis d’une part aux banques de vendre à la BCE des emprunts selon une cotation supérieure au nominal (quand un emprunt, quasiment garanti par BCE et États de UE, est à un taux supérieur de 3 à 4% au taux consenti à la France et à l’Allemagne, alors le différentiel de taux intervient dans la valeur des titres) et de conforter leurs fonds propres.
    La Grèce doit payer sur les emprunts rachetés par la BCE les intérêts élevés obtenus sur les marchés financiers par les banques : les rachats de la BCE ne réduisent pas la dette de la Grèce, contrairement aux tous premiers rachats antérieurs au QE lorsque les cours des emprunts grecs sur les marchés secondaires étaient largement sous côtés (par rapport au nominal) : la BCE empochait les intérêts élevés, et a finalement consenti à rembourser ces intérêts une fois que le Gouvernement grec a remboursé les emprunts rachetés en capital et intérêts ! Dans le cadre du QE, cette facilité n’est plus applicable car elle concernerait tous les emprunts rachetés concernant divers dettes gouvernementales européennes. Le QE n’est destiné qu’à améliorer le bilan des banques et leur ratio de fonds propres.

    Les premières mesures du QE ne concernaient même pas la Grèce, car il fallait des emprunts de bonne facture dont le remboursement ne devrait pas poser problème. Depuis quelques mois les emprunt grecs sont éligibles au QE, qui par statut ne peut concerner qu’un tiers de la dette de chaque pays, au maximum !
    La dette grecque, fin 2016 de 312 Md€ se répartit en :
    - BCE  : 27 Md€
    - FMI  : 21 Md€
    - États européens (en bilatéral)  : 53 Md€ (surtout Allemagne et France)
    - FESF/MES (multilatéral européen) : 131 Md€ (surtout eurozone)
    - Marchés privés (banques) : 50 Md€ en obligations et 15 Md€ en très court terme (prêts relais)
    - divers : le solde

    Les taux d’intérêts sur les différents emprunts vont de 1,5 à 4,6 %, alors que ceux de l’Allemagne sont d’environ 0,5% et ceux de la France inférieurs à 1% : les Grecs sont là pour compenser le manque à gagner des banques. Les États européens, en direct ou en multilatéral, ont emprunté aux banques sur les marchés financiers : ils ne veulent pas que leurs contribuables en soient de leur poche par des taxes et des impôts !

    Il y a même des emprunts à 30 ans avec des taux de l’ordre de 1% !

    Les nouveaux prêts en cours de négociations entre la TroÎka et la Grèce serviront à rembourser une partie des emprunts ci-dessus résumés !

    La question de l’effacement d’une partie de la dette grecque est en cours de discussion chez les dignitaires de la finance européenne et mondiale : par ceux qui n’auront jamais à souffrir des décisions qu’ils vont imposer pour le bonheur des financiers !

    Cet effacement n’est pas nécessaire : les Grecs exangues, sont en excédent primaire (avant la charge de la dette) de l’ordre de 3 à 3,5% du PIB ! Avec un taux de 1% ou moins, comme pour l’Allemagne donneuse de leçons, la charge en intérêts serait inférieure à 1,8% du PIB et il y aurait alors une possibilité de remboursement anticipé, par rapport à un emprunt à 30 ans ou plus. Ou d’investir à nouveau dans les équipements et structures publics qui sont aujourd’hui sacrifiés !

    L’idéal serait un prêt direct de la BCE à taux voisin de zéro, comme le font toutes les banques centrales de plein exercice ! et sur 50 ans !



  • hugo BOTOPO 21 mai 11:37

    @Hubu
    "L’auteur oublie qu’on peux nourrir 10 milliards d’hommes UNIQUEMENT grâce aux énergies fossiles...
    L’auteur connait parfaitement cet ÉLÉMENT de LANGAGE de MONSANTO et autres multinationales de l’agrochimie, des OGM et pesticides, poisons par essence et par nature. C’est effectivement un système basé sur les énergies fossiles d’hydrocarbures. C’est surtout un système de production qui pollue les sols, les stérilisent biologiquement, pollue l’atmosphère et les ressources en eau, détruit industriellement et définitivement chaque jour de la biodiversité. Et qui induit des maladies chez l’homme (et les animaux) : c’est tout bon pour l’industrie pharmacologique et les décès prématurés !
    Vous avez le droit de soutenir vos amis et de préconiser une politique à la UBU, mais surtout ne l’imposez pas à l’humanité.
    Lorsque vous aurez nourri, comme des bestiaux à l’étable ou dans des parcs, vos 10 Md d’humains, qu’en ferez-vous ? Quelle éducation ? quels emplois ? Quelles consommation d’énergies fossiles induites ? etc...

    Une agriculture biologique, d’agro-foresterie, de recyclage des produits organiques par les bactéries, .... permet d’assurer la survie et la régénération de la planète, à la condition d’oeuvre à la lente décroissance démographique.



  • hugo BOTOPO 20 mai 13:13

    Si un problème n’a pas de solutions ou plutôt si on n’en trouve pas c’est qu’il faut le poser autrement dixit Einstein !
    C’est effectivement un problème et par principe ou par aveuglément on ne veut pas voir ce problème ! Les croyances, surtout sur fond de religion, refusent d’aborder les problèmes rationnels.et donc les nient malgré leurs existences !



  • hugo BOTOPO 25 avril 15:12

    @Samson
    « Aucun doute, toujours et partout, les clercs trahissent...., Si donc des générations de clercs et d’évêques vénaux,.... n’avaient cherchés à justifier leurs prébendes,...

    Pendant les diverses et longues périodes de trahisons du message du Christ, il y avait quelques humains tel François d’Assise (sanctifié par l’Église officielle) et d’autres qui n’avaient que le tort de vivre et rappeler le vrai message du Christ (ayant payé de leur vie, souvent sur le bûcher, condamnés par les dits hommes d’Église), qui ont assuré la pérennité du message du Christ : ce n’étaient pas les remords ou le service minimum des évêques démoniaques qui ont évité au message chrétien de sombrer dans les oubliettes de l’Histoire.
    Le mal, les sollicitations démoniaques, sont inhérents à la Vie : les »Autorités Religieuses« y ont succombé avec une pleine satisfaction et grande jouissance, certains de ses membres s’y sont vautrés leur vie durant, quelques rares se sont repris et amendés.

     »Après sa Résurrection« ..
    .
    D’après les Évangiles »selon les Apôtres« écrits de nombreuses décennies après la mort du Christ, certainement pas par des apôtres/auteurs (ne sachant ni lire ni écrire) et dans le cas où vous admettez par CROYANCE les faits et paroles rapportés, je vous signale que l’action rapportée se situe dans le jardin où Jésus passe la nuit et se recueille avant d’être »cueilli" par les soldats, où Pierre sort son épée pour s’opposer à l’arrestation de son Maître ; son triple reniement ayant lieu dans les annexes de la salle du tribunal avant la mise à mort de Jésus et donc avant sa Résurrection  !!!



  • hugo BOTOPO 24 avril 19:07

    @Samson
    Vous m’avez fait relire par deux fois mon article et je n’y retrouve pas des affirmations ou des suggestions que vous m’attribuez : devant votre générosité et votre plaisir à m’humilier avec une certaine dose d’humour et de cynisme, le champ réel de mes turpitudes intellectuelles est largement suffisant pour exercer vos talents :

    Je n’évoque en aucune façon la conquête et l’expansion spatiales ;
    La réduction « douce et progressive » de la population humaine de la planète est une nécessité déjà appliquée en Europe où le taux de fécondité est inférieur à deux enfants par femme sans politique eugénisme totalitaire ;
    Je ne préconise aucun eugénisme totalitaire, aucune sélection embryonnaire ;
    Votre dernier paragraphe n’a donc rien à voir avec mon article !

    En aucune façon je n’utilise le terme LAÏCITÉ, du fait que ce terme est maintenant dans le panier des intégrismes chrétiens, islamiques, néo-libéraux marchands et autres : en dehors des clercs (de ces intégrismes) tous les autres humains sont des laïcs de différentes cultures (religieuses, spiritualistes, matérialistes, humanistes) souvent manipulés par des propagandes.

    Je n’affirme pas que le Réel, l’Univers, le Cosmos, la Vie, et le Destin sont réduits aux oeillères étroites d’un « Laïcisme » des plus bornés.
    S’ouvrir à la spiritualité et à la transcendance par la FOI après avoir été touché par la GRÂCE,
    Pourquoi pas ? je n’ai rien à y redire : mais il reste à définir pour chacun les notions de grâce et de foi, sans nécessairement faire abstraction de la raison, de la rationalité et de la conscience et sans le carcan d’une religion.

    Dans mon article je m’élève contre les « crimes et mauvais traitements » commis au nom de Dieu et préconisés ou ordonnés par des religions : rien à voir avec votre FOI pour exercer vos talents, votre spiritualité et votre transcendance !



  • hugo BOTOPO 24 avril 18:02

    @Jeekes
    « directement des organismes vivants à la religion »
    Pour les trois principales religions monothéistes dominant le marché de la religiosité, le monde en sa globalité et les organismes et êtres vivants en particulier sont créés par leur DIEU ! Une petite dose d’évolutionnisme est parfois acceptée, sans remettre en cause l’origine « divine » de la Vie.
    Effectivement il ne s’est pas passé grand chose entre les premières positions créationnismes des Religions et de leurs « Églises », et leurs positions actuelles !
    Les organismes vivants primitifs sont indispensables et toujours à l’oeuvre dans les êtres vivants d’aujourd’hui, y compris l’homme.