• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de passtavie



  • passtavie passtavie 9 août 2014 13:06

    « « en plus pour toi et et moins pour l’autre » ça ne marche pas »

    Si ça marche... ça dépend sur quoi et comment. Pour des choses immatérielles comme de la création musicale ça marche moins que sur du matériel... Par exemple, pour le matériel, l’exploitation de denrées rares.

    Bonjour les fables pour nous endormir. On a tous des moyens limités et donc ces moyens on les dispatches comme on peut, et pour ceux qui sortent un peu la tête de l’eau, un peu comme on veut. Donc il y a toujours concurrence et donc effectivement là aussi « plus pour toi, moins pour moi ».



  • passtavie passtavie 9 août 2014 12:56

    J’aimerais comprendre pourquoi la fonction souligner ne fonctionne pas ?

    Il n’y a rien de plus moral que le capitalisme, mais encore faudrait il en avoir un minimum de notions. 


    Le capitalisme n’est ni moral, ni amoral... C’est juste un système. Par contre qu’il engendre des injustice, que ça soit le plus salaud qui gagne dans ce genre de système. Mais tant que les gens s’en plaindrons sans chercher une alternative, ça sera des paroles en l’air.

    Le capitalisme, c’est l’équité stricte entre tous, le socialisme c’est l’inquiété directiviste, ou la création d’exceptions au droit commun au nom d’une fumisterie « le bien commun », mais les exceptions directivistes ne sont pas le « bien commun ».

    N’importe quoi ! Le capitalisme, l’équité ? Vous rêvez les yeux ouverts ! Les riches propriétaires (on ne sait trop comment) ont une fortune et c’est avec cette fortune qu’ils « donnent » du travail aux « pauvres » qui sont obligés de vendre leur force de travail pour vivre. En dehors d’une nation qui protège les seconds, ceux-ci sont obligés pour survivre d’accepter n’importe quel condition de travail. Ils n’ont pas de chaînes, ou plutôt elles sont invisibles. Pas besoin de violence (quoique pour réprimer des révoltes) juste le fait que la personne n’a rien qui lui permette de travailler et soit obligés de se vendre aux gens qui ont les appareils de production. Il suffit de maintenir les salaires suffisamment bas pour que des générations de gens ne puissent jamais accéder à la possibilité d’être autonomes. Il y a eu ces dernières décennies une période ou il y avait encore moyen de se sortir d’affaire, mais si on retourne aux conditions d’il y a un siècle (ce qui est en train de se passer), alors ça sera le pire système qui existe.
    Le bien commun est nécessaire. Pas de propriété privé c’est l’enfer pour tous, mais tout privé c’est le paradis pour quelques uns et l’enfer pour tout les autres. Il faut un juste équilibre.



    N« avez vous pas à l’école en seconde fait plusieurs dissertations sur les écrits de Karl Marx le théoricien philosophe et »le capital« aucune fois ne vous a t-on fait lire »la route de la servitude" de Hayek ?

     

    Aïe ek est complètement dépassé. Il est juste remis au goût du jour par des gens qui ont tout intérêt à ce que la société fonctionne de travers et surtout à leur avantage. Les amateurs de Ayn Rand la psychopathe perverse, par exemple.

    Dans les livres d’économie vos enfants voient encore Charlot dans les rouages du film « les temps modernes » qui illustre le capitalisme, l’entreprise est présenté comme comme l’esclavage....

    ça dépend de l’entreprise, trop de droits à celle-ci, et c’est l’esclavagisme. Il faut un juste équilibre, on ne peut pas « laisser faire ». Imaginez le laissez faire total dans la société... C’est la chaos, Des meurtres, des vols, de l’escroquerie...

    Toute la formation économique est à charge des entrepreneurs. Les élèvent subissent une scolarité de profs de gauche, qui vous font des dissertations sur Marx sur les réussites du capitalisme.

    C’est pas ce dont j’ai le souvenir. Mais vous pouvez toujours discréditer.


    50 dissertations sur les inégalités de revenus jamais aucune sur les inégalités en droits sociaux. Les inégalités de revenus créent les inégalités en droits (tout court), car la justice est dans bien des domaines payante.
    Exemple de questions au bac 2013 : « Que devons-nous à l’État ? » ou encore de « montrer que les conflits sociaux pouvaient être un facteur de cohésion sociale »SIC.
    Chaque Bac est l’occasion de montrer des graphiques sur les inégalités de revenus....Mais depuis 70 ans aucun graphique des inégalités de droits sociaux n’a croisé l’oeuil d’un scolaire.

    Devrions nous masquer les inégalités de revenus et faire gober que tout est bien dans le meilleur des mondes ? Si c’est pas de propagande ça... Quand aux inégalités de droits sociaux... Il faut arrêter le délire. Celui qui a les moyens va se payer des études dans des écoles de prestige, va se soigner là ou il veut dans des pays à la pointe par exemple, aura plusieurs voitures, maisons, maisons de vacance, une nourriture s’il la veut, saine... Pendant que d’autres devraient ne pas se soigner, par manque de moyens, ne pas scolariser leurs enfants, accepter qu’avec la paye d’un travail à plein temps il ne puisse pas se loger et qu’il vive sous des cartons, à manger des boites pour pauvre (avec toute les merdes possibles imaginables dedans), boire de l’eau impropre à la consommation (car pas de moyens de se payer la potable)... Bref le plus équitable des mondes...




    Depuis 1980, le taux de chômage n’est jamais descendu en dessous de 7,6% de la population active et depuis 20 ans, le taux de chômage des jeunes se situe autour de 25%.

    Regardez les pays ou le taux de chômage est petit... Exemple la Chine avec 4,1 % en 2013. En plus avec la mécanisation de plus en plus performante, forcément la chômage augmente. La mécanisation est une bonne chose... Faudrait-il encore adapter la société au remplacement de la main de l’homme par les machines.


    À l’inverse les pays dits libéraux bénéficient aujourd’hui de relocalisations d’entreprises grâce à leur fiscalité attractive.

    C’est bien ça le problème avec le capitalisme, on est obligé de céder à tout les caprices des nantis pour obtenir d’avoir du travail (à quel prix) ? Et si je vous parle de casser les droits de succession ?

    C’est le cas depuis 2008 en Grande-Bretagne, Suisse, Amérique du Nord, mais les Français ne doivent pas le savoir sous peine que les étatistes et les Marxistes infiltrés dans les services publics perdent leur pouvoirs.

    Comme si les gens de gauche étaient des espions malveillants. Considérer que ceux qui pensent différemment sont « infiltrés » dans l’appareil d’état c’est en quelque sorte estimer qu’il faut les en exclure : moi ça me rappelle l’URSS avec ses méthodes (avoir la carte du parti pour avoir le droit de faire des études par exemple). Et vous êtes libéral ?

    Le libéralisme pourraient éventuellement fonctionner si on enlevait la succession et qu’on permettait à chaque individu de partir sur un pied d’égalité. Donc scolarité gratuite, aide à la création d’entreprise. Etc... Sinon c’est recréer les conditions pour une nouvelle aristocratie.

    En somme un libéralisme... non capitaliste...



  • passtavie passtavie 9 août 2014 12:49
    Il n’y a rien de plus moral que le capitalisme, mais encore faudrait il en avoir un minimum de notions. 

    Le capitalisme n’est ni moral, ni amoral... C’est juste un système. Par contre qu’il engendre des injustice, que ça soit le plus salaud qui gagne dans ce genre de système. Mais tant que les gens s’en plaindrons sans chercher une alternative, ça sera des paroles en l’air.

    Le capitalisme, c’est l’équité stricte entre tous, le socialisme c’est l’inquiété directiviste, ou la création d’exceptions au droit commun au nom d’une fumisterie « le bien commun », mais les exceptions directivistes ne sont pas le « bien commun ».

    N’importe quoi ! Le capitalisme, l’équité ? Vous rêvez les yeux ouverts ! Les riches propriétaires (on ne sait trop comment) ont une fortune et c’est avec cette fortune qu’ils « donnent » du travail aux « pauvres » qui sont obligés de vendre leur force de travail pour vivre. En dehors d’une nation qui protège les seconds, ceux-ci sont obligés pour survivre d’accepter n’importe quel condition de travail. Ils n’ont pas de chaînes, ou plutôt elles sont invisibles. Pas besoin de violence (quoique pour réprimer des révoltes) juste le fait que la personne n’a rien qui lui permette de travailler et soit obligés de se vendre aux gens qui ont les appareils de production. Il suffit de maintenir les salaires suffisamment bas pour que des générations de gens ne puissent jamais accéder à la possibilité d’être autonomes. Il y a eu ces dernières décennies une période ou il y avait encore moyen de se sortir d’affaire, mais si on retourne aux conditions d’il y a un siècle (ce qui est en train de se passer), alors ça sera le pire système qui existe.
    Le bien commun est nécessaire. Pas de propriété privé c’est l’enfer pour tous, mais tout privé c’est le paradis pour quelques uns et l’enfer pour tout les autres. Il faut un juste équilibre.




    N« avez vous pas à l’école en seconde fait plusieurs dissertations sur les écrits de Karl Marx le théoricien philosophe et »le capital« aucune fois ne vous a t-on fait lire »la route de la servitude" de Hayek ?

    Aïe ek est complètement dépassé. Il est juste remis au goût du jour par des gens qui ont tout intérêt à ce que la société fonctionne de travers et surtout à leur avantage. Les amateurs de Ayn Rand la psychopathe perverse, par exemple.

    Dans les livres d’économie vos enfants voient encore Charlot dans les rouages du film « les temps modernes » qui illustre le capitalisme, l’entreprise est présenté comme comme l’esclavage....

    ça dépend de l’entreprise, trop de droits à celle-ci, et c’est l’esclavagisme. Il faut un juste équilibre, on ne peut pas « laisser faire ». Imaginez le laissez faire total dans la société... C’est la chaos, Des meurtres, des vols, de l’escroquerie...

    Toute la formation économique est à charge des entrepreneurs. Les élèvent subissent une scolarité de profs de gauche, qui vous font des dissertations sur Marx sur les réussites du capitalisme.

    C’est pas ce dont j’ai le souvenir. Mais vous pouvez toujours discréditer.

    50 dissertations sur les inégalités de revenus jamais aucune sur les inégalités en droits sociaux.

    Les inégalités de revenus créent les inégalités en droits (tout court), car la justice est dans bien des domaines payante.
    Exemple de questions au bac 2013 : « Que devons-nous à l’État ? » ou encore de « montrer que les conflits sociaux pouvaient être un facteur de cohésion sociale »SIC.
    Chaque Bac est l’occasion de montrer des graphiques sur les inégalités de revenus....Mais depuis 70 ans aucun graphique des inégalités de droits sociaux n’a croisé l’oeuil d’un scolaire.

    Devrions nous masquer les inégalités de revenus et faire gober que tout est bien dans le meilleur des mondes ? Si c’est pas de propagande ça... Quand aux inégalités de droits sociaux... Il faut arrêter le délire. Celui qui a les moyens va se payer des études dans des écoles de prestige, va se soigner là ou il veut dans des pays à la pointe par exemple, aura plusieurs voitures, maisons, maisons de vacance, une nourriture s’il la veut, saine... Pendant que d’autres devraient ne pas se soigner, par manque de moyens, ne pas scolariser leurs enfants, accepter qu’avec la paye d’un travail à plein temps il ne puisse pas se loger et qu’il vive sous des cartons, à manger des boites pour pauvre (avec toute les merdes possibles imaginables dedans), boire de l’eau impropre à la consommation (car pas de moyens de se payer la potable)... Bref le plus équitable des mondes...



    Depuis 1980, le taux de chômage n’est jamais descendu en dessous de 7,6% de la population active et depuis 20 ans, le taux de chômage des jeunes se situe autour de 25%.

    Regardez les pays ou le taux de chômage est petit... Exemple la Chine avec 4,1 % en 2013. En plus avec la mécanisation de plus en plus performante, forcément la chômage augmente. La mécanisation est une bonne chose... Faudrait-il encore adapter la société au remplacement de la main de l’homme par les machines.

    À l’inverse les pays dits libéraux bénéficient aujourd’hui de relocalisations d’entreprises grâce à leur fiscalité attractive.

    C’est bien ça le problème avec le capitalisme, on est obligé de céder à tout les caprices des nantis pour obtenir d’avoir du travail (à quel prix) ? Et si je vous parle de casser les droits de succession ?

    C’est le cas depuis 2008 en Grande-Bretagne, Suisse, Amérique du Nord, mais les Français ne doivent pas le savoir sous peine que les étatistes et les Marxistes infiltrés dans les services publics perdent leur pouvoirs.

    Comme si les gens de gauche étaient des espions malveillants. Considérer que ceux qui pensent différemment sont « infiltrés » dans l’appareil d’état c’est en quelque sorte estimer qu’il faut les en exclure : moi ça me rappelle l’URSS avec ses méthodes (avoir la carte du parti pour avoir le droit de faire des études par exemple). Et vous êtes libéral ?

    Le libéralisme pourraient éventuellement fonctionner si on enlevait la succession et qu’on permettait à chaque individu de partir sur un pied d’égalité. Donc scolarité gratuite, aide à la création d’entreprise. Etc... Sinon c’est recréer les conditions pour une nouvelle aristocratie.


  • passtavie passtavie 8 août 2014 23:01

    Saint Etienne :
    « Le gouvernement démocratique ne peut subsister longtemps avec l’immense inégalité de fortunes, parce qu’elle produit d’autres inégalités en nombre toujours croissant, et dans une proportion indéfinie : en sorte que, dans un temps plus ou moins éloigné, la nation se trouve divisée en deux classes. Le peuple finit par n’être plus rien, si même il devient de la populace, de la canaille.Alors le gouvernement démocratique est détruit, la république n’existe plus, c’est de l’aristocratie. »



  • passtavie passtavie 8 août 2014 22:54

    Néo-féodalité. De nouveaux seigneurs, de nouveaux serfs.



  • passtavie passtavie 8 août 2014 22:15

    Nous ne sommes pas dans une démocratie mais dans une république. La démocratie était pour certains, au sortir de la révolution,le chaos, la dictature du plus grand nombre sur une minorité (les propriétaires).

    Edouard Alletz :« La vieille démocratie est la puissance du nombre ; les pauvres et les ignorants étant les plus nombreux en toute société, il faut entendre, par cette démocratie, l’autorité de l’imprudence et de la misère ».



  • passtavie passtavie 22 juillet 2014 20:52

    Question : l’entreprise est-elle né avec homo sapiens ?

    En tout cas la structure de l’entreprise telle qu’on la connait est-elle indispensable à la survie humaine ?

    « sans entreprise, on manges pas. nous sommes tous morts quand l’entreprise existait pas »

    Sans entreprise, on ne mange pas : faux, sinon nous n’aurions pas dépassé le stade du singe.
    Nous serions tous morts si l’entreprise n’existait pas : regardez l’histoire. Depuis le tout début.



  • passtavie passtavie 22 juillet 2014 19:00

    Et le Chili, il va comment la Chili ? Surtout depuis que Pinochet est passé par là. Vous savez le grand ami de Thatcher.



  • passtavie passtavie 22 juillet 2014 18:49

    Entreprise ou pas tout le monde a besoin de manger, de s’abriter de s’habiller, etc...

    Peu importe la structure de la société, l’essentiel étant que cela fonctionne. Et je ne vois pas l’intérêt de faire société avec des guignols qui voudront me prendre le fruit de mon travail pour m’en rendre des miettes. Ce n’est pas le créateur que je critique, celui qui veut porter un projet, non, c’est celui qui est tellement gourmand qu’il veut le beurre, l’argent du beurre, la crémière et la boutique aussi.
    S’il n’y avait pas d’entreprise la société se serait organisé autrement, le besoin créant l’organe.



  • passtavie passtavie 22 juillet 2014 18:42

    A moi il me semble que l’entreprise c’est l’histoire d’un gars qui veut créer quelque chose et qui doit fédérer des gus parce que tout seul il serait bien con...
    Ben non, c’est la fable inverse qu’on nous raconte : le surhomme irremplaçable (dont les cimetières sont plein) grâce à qui les « dominés » voués à la déchéance trouvent un sens à leur vie et un peu d’argent (un peu, faut pas abuser, leur travail ne vaut pas le prix qu’on en donne à ces bougres).

    Je n’ai rien contre les créateurs, j’ai quelque chose contre les sangsues. Comprenne qui pourra.



  • passtavie passtavie 21 juillet 2014 18:50

    « côté d’une minorité de boursicoteurs, il y a des investisseurs solides »

     smiley



  • passtavie passtavie 15 juillet 2014 12:34

    Ah le mot communiste... C’est devenu un fourre tout pour discréditer toute critique.
    Soit vous êtes un fâcheux facho, soit un affreux coco. Quand on ne mixe pas rouge-brun.



  • passtavie passtavie 12 juillet 2014 09:27

    C’est la crise ! Les gros s’empiffrent les petits trinquent !





  • passtavie passtavie 10 juillet 2014 12:06

    Récent pas ressent



  • passtavie passtavie 10 juillet 2014 12:04

    http://www.observatoire-pesticides.gouv.fr/upload/bibliotheque/771429144835921363383833009925/ orsb_janv_2001.pdf

    Quelques paragraphes :

    « 

    Concernant les problèmes liés aux pesticides, le manque de données est à nouveau sou-
    ligné, toutefois il est spécifiquement précisé qu’ »une exposition de faible intensité à un
    ensemble de polluants dans l’air, dans l’eau, les aliments, les produits de consommation...peut affecter la qualité globale de la vie ou contribuer considérablement à
    l’asthme, aux allergies, aux intoxications alimentaires, à certains cancers, à la neuro-toxicité et à l’immunosuppression. « 
    Ainsi du point de vue de l’Agence Européenne pour l’Environnement, en terme de perspectives dans les dix années à venir, la pollution de l’eau et la contamination des aliments sont considérés avec la pollution de l’air, les émissions chimiques et l’appauvrisse-
    ment de l’ozone atmosphérique comme les principaux problèmes environnementaux en
    lien avec la santé humaine. »

    « 

    Au
    niveau des sols
    , la pollution par les pesticides varie selon la typologie du sol et les
    produits utilisés, cependant, il est important de noter que lors de l’utilisation des pesticides en agriculture une quantité résiduelle du produit atteint le sol pour s’y fixer plus ou
    moins longtemps.
    Les pesticides peuvent être secondairement entraînés en surface par les eaux de ruisselle-
    ment ou en profondeur par les eaux d’infiltration occasionnant des contaminations des
    eaux de surface et/ou des nappes souterraines.
    Parallèlement les matières actives sont transformées en métabolites qui peuvent présenter une toxicité égale voire supérieure à la matière active d’origine. »

    Bref, c’est une étude de 2001 pour la Bretagne.

    Il me faut quelque chose de plus ressent.



  • passtavie passtavie 10 juillet 2014 11:39

    Mais non ! En consommant, en respirant du pesticide on vit plus vieux, c’est prouvé : l’espérance de vie. Bah, j’ai pas compris, c’est parce que quelqu’un a fait le lien entre espérance de vie et pesticides. Non, il voulait dire que l’espérance de vie augmente malgré les pesticides. Oui mais... la médecine n’y est-elle pas pour quelque chose ?

    Tiens cherchons du côté de la santé. Ici des professionnels de la santé parlent de leur inquiétude quant à une possible inversion de l’espérance de vie dû à une mauvaise alimentation (trop carné, trop grasse) :

    http://alimentation-responsable.com/un-constat-inquietant

    Et tiens, un petit plus :

    http://alimentation-responsable.com/ecologie-de-la-nutrition

    qui dit :

    « 

    • L’alimentation devrait être principalement d’origine végétale
    •  L’alimentation devrait provenir d’une agriculture biologique
    •  L’alimentation devrait être produite localement et en respectant le cycle des saisons
    •  Les aliments devraient être les moins transformés possible
    •  Les aliments devraient être emballés et/ou conditionnés écologiquement
    •  Le commerce des denrées alimentaires devrait être équitable
    •  Les aliments devraient être savoureux »

    Bon mais ça ne parle pas trop des pesticides... Alors je vais essayer de trouver des informations sur des études. Mmm... Tiens, la maladie de Parkinson... Bon je vais continuer à chercher des études sur le sujet.



  • passtavie passtavie 10 juillet 2014 09:17

    Il était une fois un boulet qui avait l’obsession des enclumes...
    Il voyait des enclumes partout. Allez savoir pourquoi...



  • passtavie passtavie 9 juillet 2014 16:39

    Recommandation 1 : l’obligation pour les banques de répondre à toute demande de financement sous quinze jours ouvrés.

    Recommandation 2 : l’obligation de justifier oralement les raisons d’un refus de financement

    En cas de refus, un courrier précisant les recours possibles au chef d’entreprise doit également figurer dans le dossier.

    Recommandation 3 : Mettre en place des conseillers clientèle sur le long terme. En effet ces conseillers qui changent d’affectation au même rythme que les ministres c’est pour le moins énervant.

    C’est peut être une façon de demander aux banques de jouer leur rôle plutôt que de jouer au casino ? Moi je ferais l’obligation de justifier par écrit.

    Je ne comprends pas bien votre article. D’abord vous dites :

    « N’en déplaise aux donneurs de leçons, je n’ai pas vocation à suivre les voies tracées. »

    Là vous suscitez ma curiosité

    Ensuite se situe cette petite phrase au milieu d’un paragraphe faisant référence à 1984 :

    « Individualiste disent les oies du troupeau ! »

    N’oppose t-on pas l’individualisme au collectivisme... L’individualisme extrême étant l’individu en opposition au bien commun. Celui qui possède fait ce qu’il veut, même si c’est au détriment de la société. Le collectivisme extrême étant la négation de l’individu ce qui n’est pas forcément mieux.

    Bref un néo-libéral dans l’âme ?



  • passtavie passtavie 8 juillet 2014 19:02

    Merci pépé pour ces données.
    Les chiffres on peut leur faire dire n’importe quoi.
    Il y a des gens qui sont payés à chercher les bons chiffres pour abuser notre perception de la réalité.