• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Luniterre



  • Luniterre 7 juillet 06:47

    Avec le recul du temps et de nouvelles recherches, quelques précisions historiques s’imposent, à propos de cet article.


    Un point sur lequel Joao Aliber a pour l’essentiel raison : « Trotsky était un socialiste de marché. »


    C’est effectivement ce que l’on découvre en étudiant la logique interne de sa pensée économique.


    La meilleure étude sur le sujet est, de plus, l’œuvre d’un trotskyste historique, Michel Raptis, cofondateur, avec Trotsky, de la IVème internationale.


    http://www.lcr-lagauche.be/cm/index.php?view=article&id=879:sur-les-conceptions-economiques-de-leon-trotsky&option=com_content&Itemid=53


    Le paradoxe est donc le fait qu’il soit effectivement considéré comme le leader de l’ « opposition de gauche »....


    C’est pourtant un autre fait bien établi, historiquement...


    Il en ressort donc clairement que cette alliance de Trotsky avec la « gauche » ne devait rien à une communauté d’idées mais tout à une alliance de circonstance contre Staline, et qui obligeait donc Trotsky à dissimuler ses véritables idées derrière un « compromis » avec la « gauche », ce qui rendait le tout incompréhensible et en a assuré la défaite, au final.


    Il en va de même à propos de son affrontement premier avec Boukharine, à l’époque où celui-ci s’était rallié à Staline avec une partie de l’aile « droite » du parti bolchevique. Il combattait formellement les positions effectivement « droitistes » de Boukharine, qui, en réalité, étaient aussi les siennes...


    Anti-stalinisme oblige...


    C’est, sur ce point, ce que l’historien Moshe Lewin, sympathisant trotskyste, expliquait fort bien, en fait, dès 1972 :


     "N. I. Boukharine : Ses idées sur la planification économique et leur actualité"


    https://www.persee.fr/doc/cmr_0008-0160_1972_num_13_4_1890


    L’ébauche d’alliance Trotsky-Boukharine qui a suivi la disgrâce de ce dernier, loin d’être contre nature, était donc à la fois dans la logique de leur communauté d’idées économiques réellement droitistes sur le « socialisme de marché » et de leur anti-stalinisme viscéral, quant au fond.


    La logique interne de la pensée économique de Trotsky a fait, depuis la parution de cet article, l’objet d’un long débat avec le camarade Viriato, qui tente d’en prendre la défense.


    L’ensemble des liens vers ce débat est désormais regroupé à la suite de cet article de présentation :


    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/12/04/le-bloc-et-la-faille/


    Dans un article de 1939, se voulant un résumé du marxisme, Trotsky théorise, en quelque sorte, cette dévotion au marché :


    « En acceptant ou en rejetant les marchan­dises, le marché, arène de l’échange, décide si elles contiennent ou ne contiennent pas de travail socialement nécessaire, détermine ainsi les quantités des différentes espèces de marchandises nécessaires à la société, et, par conséquent, aussi la distribution de la force de travail entre les différentes branches de la production. »


    https://www.marxists.org/francais/trotsky/oeuvres/1939/04/lt19390418b.htm



    Luniterre



  • Luniterre 19 juin 00:36

    @cassini



    Effectivement, le salaire, chez Simca-Chysler-France, était autour de 1600 francs dès l’embauche, et il montait assez vite, plus de 2000 francs, au bout d’un an ou deux, pour un ouvrier OP1.

    Luniterre


  • Luniterre 18 juin 23:15

    @cassini


    "Il serait donc trompeur de laisser entendre qu’une famille moyenne/moyenne inférieure, a fortiori inférieure, ait jamais autrefois vécu de la sorte ; et donc tout à fait fantaisiste d’en déduire que si cela ne se voit pas de nos jours c’est que cela ne se voit plus, suggérant ainsi que cela s’est vu jadis et que par conséquent le niveau de vie a gravement chuté, du moins chez les non-chômeurs."

    On se demande bien quel âge ou quelle mémoire vous avez... !!

    En tant qu’ancien ouvrier chez Chrysler-France à Poissy, (aujourd’hui PSA), au tournant des années 70, je me souviens très bien que si le boulot était extrêmement dur, il y avait moyen, pour ceux qui s’y accrochaient, de se créer assez rapidement un petit patrimoine familial, en habitation principale et secondaire, ce qui est tout à fait impensable aujourd’hui, même sur plusieurs décennies.

    Luniterre


  • Luniterre 7 juin 17:40

    Au Donbass comme en Palestine, au Yémen, en Syrie, un seul mot prévaut :

    Résistance !!


    Moins violente, mais également importante, la bataille de l’opinion publique en Occident, qui peut influer sur le rapport de forces >>>cf Vietnam

    La coupe du monde est, sous ce rapport, une arme à double tranchant...


    Luniterre


  • Luniterre 6 juin 20:59

    Pour ceux qui n’ont pas lu jusqu’au bout,

    répéter la conclusion de l’article semble donc nécessaire :

    Selon l’armée israélienne, elle serait tombée victime d’un « ricochet » ou d’une « balle perdue »... Mais on nous assure que l’enquête continue... Pour tenter de trouver une « explication » qui soit plus convaincante, évidemment... En attendant l’ « oubli médiatique », un crime chassant l’autre...

     

     

    Faisons simplement en sorte de ne pas oublier Razan, son courage, et celui de tout son peuple !

     

    Luniterre




  • Luniterre 6 juin 09:49
    @McGurk



    Une pétition importante existe, et elle a déjà plus de 17 000 signatures :


    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/05/21/une-saison-france-israel-bas-les-masques-culturels-du-crime-sioniste-petition/


    http://annulationfranceisrael.wesign.it/fr



    Au moment même ou Macron accueille Netanyahu il faut continuer à la faire signer, plus que jamais !


    Une initiative peu connue, peu médiatisée, on comprend aisément pourquoi... En tout cas, c’est la seule, actuellement, qui ait pris un essor notable, et il est à souhaiter qu’elle se maintienne tout au long de cette « saison culturelle France-Israël », une honte kollaborationniste avec le sionisme assassin.


    Vendredi 1er Juin, une infirmière secourant les blessés à Gaza a été froidement abattue par un sniper de l’armée israélienne : une balle en plein thorax, tirée un centaine de mètres, autant dire à bout portant, avec le matériel moderne de visée dont disposent ces assassins officiellement appointés par l’État d’Israël !


    Un État qui s’assoie donc sans vergogne sur les « Conventions de Genève », et cela avec le silence complice de tout l’Occident, France en tête...


    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/06/03/infirmiere-assassinee-chaque-jour-plus-ignoble-le-crime-sioniste-permanent/


    Luniterre






  • Luniterre 16 mai 10:20

    Le marxisme n’est pas un dogme. Par conséquent, il n’a rien à « sauvegarder » ou à renier. Le marxisme est d’abord une philosophie, une approche dialectique de la réalité du monde, autant qu’elle puisse se percevoir, avec les connaissances et les données d’une époque.


    Le Capital décrit les bases de fonctionnement du capitalisme industriel, encore « émergent » et en fort développement, à l’époque de Marx.


    Les prémisses du capitalisme financier sont déjà là, également abordées par Marx, mais c’est Hilferding, et surtout Lénine, qui en tireront les conséquences en expliquant la formation de l’impérialisme moderne, encore actuel.


    C’est l’impérialisme qui permet la survie du capitalisme, malgré les cycles de crise.

    C’est donc cet aspect du problème qui avait, nécessairement, échappé en partie à Marx.


    Par contre, la logique interne du capitalisme industriel et son évolution vers l’automatisation et la robotique sont présentes dans l’œuvre de Marx, dès ses débuts, dans le texte aujourd’hui célèbre des Grundrisse.


    Cette évolution du capitalisme s’est donc poursuivie en parallèle et même en combinaison avec celle de l’impérialisme.


    D’où la distorsion apparente entre le monde de l’ « avenir » tel qu’entrevu par Marx et celui que nous avons réellement connu.


    Sur le plan économique, le point de convergence reste l’horizon, encore lointain mais déjà en vue, de la robotisation totale et ses conséquences sur la survie du système de domination de classe de la bourgeoisie financière.


    C’est le passage irréversible du capitalisme industriel à la société de l’arnaque totale, ou « fake-capitalism », le stade suprême de la société spectaculaire marchande, déjà en gestation depuis la deuxième guerre mondiale, phénomène d’origine US et base idéologique de cet impérialisme.



    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/01/03/la-societe-de-larnaque-un-theme-de-reflexion-pour-2018/



    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/02/20/limperialisme-nest-pas-un-complot-cest-un-systeme-economique-a-la-base-du-capitalisme-mondialise/


    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/03/03/capitalisme-et-imperialisme-sont-les-deux-faces-dune-meme-piece/



    Luniterre






  • Luniterre 13 mai 23:20

    @Aita Pea Pea


    Ici, on a simplement un problème de lecture... !

    « La conscience politique ne peut naître que de la synergie de la nécessité et de l’action militante des avant-gardes conscientes. Encore faut-il qu’elles se construisent elles-même avec une vision réellement claire, et non pas cynique et vaguement humoristique.

    On en est loin, également. »

    « En faire partie » suppose de quelque chose déjà existant, ce qui n’est donc pas encore le cas...

    Et pas plus avec cet article « comique involontaire »...

    Luniterre




  • Luniterre 13 mai 22:09

     L’auteur s’amuse avec de faux paradoxes...

    « La révolution, c’est l’attaque, la réaction, c’est la défense. Il est assez facile de voir que dans la bataille actuelle, c’est la bourgeoisie qui est révolutionnaire et les syndicats qui sont réactionnaires.
    Marx considérait le mouvement ouvrier comme une force de progrès, comme une force révolutionnaire parce que le prolétariat était précisément une classe qui n’avait rien d’autre à perdre que ses chaînes. On ne peut pas en dire autant du prolétariat bourgeois dont les préoccupations sont tournées entièrement sur la défense de privilèges.
    La force de progrès est Macron, les syndicats et l’extrême gauche sont une force réactionnaire. »

    En réalité, il semble donc que l’on a affaire ici à une « relecture » de Marx assez désinvolte, sinon carrément désopilante !

    En effet, une révolution sociale implique une transformation des rapports de production, et donc une classe sociale potentiellement révolutionnaire, c’est à dire susceptible d’opérer une telle transformation révolutionnaire...


    La bourgeoisie a été révolutionnaire du temps de l’émergence du capitalisme comme mode de production lui-même révolutionnaire par rapport au féodalisme et à l’esclavagisme.

    Manifestement, son rôle, sur ce plan, est terminé, surtout, et précisément, dans les métropoles impérialistes, où elle tente simplement de sauver son système en crise.

    Le fait est que le prolétariat ne joue son rôle révolutionnaire que lorsque les nécessités de sa survie matérielle lui imposent de renverser l’ordre social établi pour simplement satisfaire ses besoins sociaux les plus urgents précisément en termes de survie, et non plus en termes d’acquis sociaux à défendre au sein du système.

    Effectivement, on est encore loin de cette situation.

    Dans la mesure où la seule solution « radicale » pour sauver le système est la guerre, cette situation risque néanmoins de surgir assez vite et sans réel préavis !

    Effectivement, encore, le rôle de la « gauche » actuelle, même dite « extrême », est devenu réactionnaire, dans la mesure où cette « gauche » française ne centre pas sa lutte contre l’impérialisme, qui est la vrai cause de toutes les régressions sociales sur la planète.

    Dans les économies « émergentes » le rôle des luttes sociales n’est pas davantage « révolutionnaire », tant qu’il ne remet pas en cause l’ordre impérialiste et capitaliste.

    La conscience politique ne peut naître que de la synergie de la nécessité et de l’action militante des avant-gardes conscientes. Encore faut-il qu’elles se construisent elles-même avec une vision réellement claire, et non pas cynique et vaguement humoristique.

    On en est loin, également.

    Luniterre


    ***************

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/02/20/limperialisme-nest-pas-un-complot-cest-un-systeme-economique-a-la-base-du-capitalisme-mondialise/


    ****************************




  • Luniterre 16 avril 19:31

     

    Re-bonjour à tous...


    A BIEN Y RÉFLÉCHIR...


    OU SONT LES PIFS LES PLUS LONGS ??


    Comment Macron, qui parle bientôt mieux l’amerloque que le français, a-t-il pu se gourer à ce point ?


    Réfléchissons-y un peu... Comment Trump, aussi « déjanté » qu’il soit, aurait pu affirmer officiellement que les USA allaient se maintenir « durablement » dans un pays où ils ne sont pas « invités »... ??


    Il est évident que « ISIS »-Daech est le prétexte officiel et « idéal », en réalité, du séjour US en Syrie...


    Autrement dit, tant que l’activité des terroristes peut être « maintenue », par des « aides » directes ou indirecte, la présence US se maintiendra... En réalité, c’est plus que probablement ainsi qu’il faut comprendre le « dès que possible » de la mise au point de la Maison Blanche... On peut supposer que sur l’insistance du fayotage complaisant de Macron, Trump aura tenté de lui faire comprendre cela, avec quelques hésitations et circonlocutions, ce que Macron aura pris pour un effet de son « influence » personnelle et jupitérienne mégalo-lèche botte...


    Évidemment, ce n’est là qu’une hypothèse, mais elle semble tellement cohérente avec le comportement in- « humain » de ces fouteurs de mort que l’on voit difficilement une autre explication, avec en plus, l’orgueil de l’outre « jupitérienne » gonflée de vent et de « gaz mortels » (dans sa tête...). Un vent qui se retourne dans sa figure quand elle se dégonfle... On se demande comment il n’a pas pu s’abstenir d’une telle bourde, si ce n’est, précisément, à la fois à cause de son orgueil et de son incompétence...


    Évidemment, les journalistes, à charge de lui sauver la face, font également mine de ne rien comprendre et « avancent » très hypocritement l’ « hypothèse » d’un « léger malentendu », sinon, sous entendu, d’un improbable problème de langage ou de traduction...


    Dans cette affaire, comme dans bien d’autres, en réalité, les journalistes des « merdias » officiels sont encore ceux qui ont les pifs les plus longs, en fin de compte... A croire qu’ils sont payés au mètre... !


    Luniterre




  • Luniterre 16 avril 15:39

    @roman_garev

    Merci pour cette photo qui vient harmonieusement compléter celle de ce petit article :

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/04/16/le-jour-du-pif-le-plus-long-macron-le-menteur-dementi-par-son-maitre-et-compere/

    Luniterre



  • Luniterre 14 avril 10:09


    Plutôt que de se référer à de fumeux « développements théoriques », le mieux n’est-il pas tout simplement de faire appel au bon sens, précisément «  humain » ??


    Les fonctions respiratoires et circulatoires, chez l’homme comme chez l’animal, sont à la fois des fonctions vitales et des fonctions techniquement simples, du niveau d’une machinerie tout à fait primitive. Pas besoins de beaucoup d’ « intelligence » là-dedans, et le dernier des crétins y arrive aussi bien que le plus grand des génies.


    IA faible ou IA forte, ce n’est donc pas le vrai fond du problème. La vie commence avec l’autonomisation de l’entité considérée, animal, plante ou machine. Le fait d’être auto-réparateur et auto-reproducteur suffit à caractériser la vie, car il pose la base de l’instinct de survie, aussi primitif soit-il.


    A partir de là, le degré de conscience et d’intelligence n’est qu’une affaire d’évolution. C’est la différence entre une huitre et Albert Einstein. Et la notion « supplément d’âme » est véritablement simplement en option, et assez différente de la « simple » intelligence pure, même doublée d’un fort instinct de survie et conscience de soi : voir les mégalos qui nous gouvernent !


    En conclusion évidente,il n’est pas douteux que créer des machines autonomes, auto-réparatrices et auto-reproductrices, et en plus dotées de capacités cognitives pratiquement sans limites, via les interconnexions, et donc évidemment largement supérieures à celles de l’humain, c’est carrément ouvrir la boite de Pandore...


    Continuer à utiliser les machines comme outils au service de l’humanité ou espérer vainement contrôler une IA « forte », et qui deviendra sans limites, tel est l’un des choix de société actuels...


    Pour l’instant, dans notre belle « démocratie mondialisée » il ne semble pas que le simple citoyen ait réellement son mot à dire sur la question, sauf sur Agoravox, mais je doute que cela suffise à réellement régler le problème... De plus on y voit que l’illusion de la supposée supériorité de l’intelligence humaine sur celle de la machine continue d’y faire des ravages !


    Un débat à suivre en tous cas...


    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/12/26/les-aleas-de-lia-de-marx-a-terminator-en-passant-par-benoit-hamon/


    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/01/03/la-societe-de-larnaque-un-theme-de-reflexion-pour-2018/


    EN GUISE DE VŒUX, 4 THÈMES DE RÉFLEXION POUR 2018…


    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/01/13/en-guise-de-voeux-4-themes-de-reflexion-pour-2018/


    Luniterre




  • Luniterre 13 avril 23:28



    Pour mémoire,


    une étude documentée parue à l’époque et qui pose, indirectement, la question des limites du pouvoir réel du Président Zakharchenko.


    https://solydairinfo.wordpress.com/2015/09/21/donetsk-sous-pouchiline-litteralement-une-republique-de-mmm/



    Également sur TML :


    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/09/21/donetsk-sous-pouchiline-litteralement-une-republique-de-mmm/




    Question corollaire d’autres articles mentionnés également en lien, à la suite de :



    http://deonto-famille.org/citoyens/debattre/index.php?topic=2224.0




    Et notamment celui-ci :


    De Paris à Minsk : y’a de l’eau dans le gaz ukrainien !!



    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/de-paris-a-minsk-y-a-de-l-eau-dans-173226


    Pour l’instant la situation reste donc celle d’une guerre larvée permanente, sans issue diplomatique prochaine, et le Donbass a d’autant plus de mérite à continuer sa résistance.


    Tout comme les autres luttes anti-impérialistes, Palestine, Yémen, Syrie, etc... Elle a besoin du soutien de tous les anti-impérialistes et antifascistes.


    Luniterre





  • Luniterre 13 avril 13:36

    Selon Mozgovoï :


    « 
    Nous ne combattons pas pour la RPL (NDLR : République Populaire de Lougansk). Nous combattons pour la Nouvelle Russie, au sein de laquelle doivent se trouver non seulement les deux régions, (NDLR : Donetsk et Lougansk) mais tout le Sud-Est. (NDLR : L’Ukraine russophone)


    Initialement, nous ne nous sommes jamais accommodés de ceux qui ont voulu, de deux régions, faire deux Républiques.


    Et où en est on maintenant, et que faire ensuite ?


    Deux gouvernements, ce sera deux présidents, apparaitra ensuite encore une région-république, et encore un autre gouvernement, et ainsi de suite…


    C’est tout à fait ce qu’on appelle « diviser pour régner ».


    Quand la lutte a commencé, une telle catégorie, comme la Nouvelle Russie, cela n’existait pas.


    Ce concept a surgi dans le feu de l’action et, progressivement, il grandit toujours de plus en plus, il gagne de plus en plus d’esprits.


    Actuellement, la Nouvelle Russie, ce n’est pas simplement un territoire, c’est d’abord et avant tout, une idée. La liberté et la conscience, c’est, et ce sera, la Nouvelle Russie.


    Nous avons suffisamment de gens de différentes convictions. Je pense qu’il se formera une société complétement différente, avec une mentalité absolument nouvelle.


    Je veux, en premier, que cette mentalité apparaisse, et en deux, qu’elle se démarque de ce qu’il y a au jour d’aujourd’hui. Nouvelle, constructive. On veut créer quelque chose de profondément humain. »


    Алексей Мозговой


    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/05/22/antifascisme-23-mai-10-poemes-dalexei-mozgovoi/


    Voir aussi :


    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/07/14/le-manifeste-social-dalexei-mozgovoi/


    et :

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/05/24/resistance-deux-ans-apres-lassassinat-dalexei-mozgovoi-le-combat-continue/


    Luniterre





  • Luniterre 13 avril 13:33

     

    On a là une peinture assez idyllique et quasi monochromatique de la situation au Donbass... Bien sûr, on espère qu’elle correspond à la réalité, ce qui est certainement le cas, en grande partie, du moins, actuellement.


    Une belle unité des classes sociales moyennes et prolétariennes a également existé en France, dans les rangs de la Résistance. (Où il y avait même quelques bourgeois et aristocrates bien placés à la sortie...)


    Pourquoi-pas ? Que Zakharchenko, un combattant manifestement sincère, ait une autorité à la fois ferme et bienveillante n’est pas ce qui me gêne, bien au contraire, mais plutôt, précisément, les limites d’une telle autorité...


    En son temps, c’est donc la destitution de Pourguine et son remplacement par Pouchiline qui a quelque peu refroidi mon enthousiasme initial... Il est donc difficile d’affirmer que la classe des oligarques n’a plus de représentant dans le pouvoir actuel...


    Peut-être n’est-il qu’un sous fifre dans cette classe et une sorte de « repenti » de son passé pour le moins financièrement douteux... C’est aussi ce qu’on espère, mais il n’en ressort pas moins que l’autorité seule, sans contrôle démocratique réel, ne peut pas garantir durablement l’intérêt commun et l’unité populaire.


    En France, l’unité n’a pas survécu très longtemps à la Libération...


    En URSS, c’est l’autorité qui avait permis l’unité et la victoire contre le fascisme. Mais elle n’a pas empêché la dégénérescence bureaucratique et « nomenklaturiste » qui a mené à la chute... La constitution de 1936, tout à fait démocratique dans son principe, n’a jamais été réellement mise en œuvre, alors que dix ans après la guerre, la reconstruction étant réussie pour l’essentiel, plus rien ne s’y opposait, sauf encore l’ « inertie » intéressée de la bureaucratie khrouchtchévienne...


    Espérons que le Donbass trouve à la fois la voie de son unité, entre les deux républiques actuelles, Donetsk et Lougansk, et celle de sa propre forme de démocratie populaire, fonctionnelle et durable.


    C’était la grande ambition du Commandant Mozgovoï, assassiné en Mai 2015.


    Luniterre

     



  • Luniterre 13 avril 10:54

    @SamAgora95

    .

    « Certains humains fonctionnent sans l’intelligence à laquelle vous faites référence (créativité, sensibilité, etc...), ils font même souvent partie de « l’élite » et occupent des postes importants, notamment dans la fonction publique(présidents, ministres) 


    A terme une machine sera capable de simuler un comportement ’intelligent’ indiscernable de celui d’un humain, nous ne sauront jamais si elle possède une âme, tout comme nous ne sauront jamais si les autres humains que nous côtoyons en sont pourvu. »


    Effectivement, vos résumez là le syndrome de Philippe K. Dick... ! Malheureusement, il semble qu’il en soit mort, d’une certaine façon...


    Et vous posez la seule question vraiment fondamentale sur ce sujet, à terme...


    Comme le souligne fort bien Ch. Labrune, avec qui j’ai pourtant de très gros désaccords politiques, par ailleurs, ce que nous nommons l’ « âme » n’est pas un don octroyé de droit divin mais simplement un produit de l’évolution de l’espèce, et particulièrement, de son évolution culturelle.


    Manifestement, c’est une évolution inégale selon les êtres, comme vous le remarquez, et qui est, en fait, à distinguer de la simple intelligence fonctionnelle, qui peut produire de hauts fonctionnaires ou des cadres techniques très compétents dans leur spécialité, mais à peu près dépourvus d’ « âme », et parfois même, selon les circonstances, de simple bon sens...


    Y-a-t-il un rapport entre « autonomie des machines » et « intelligence artificielle » ? En pratique, à partir du moment où l’ensemble du système productif et ainsi que la plupart des services, peuvent se passer totalement du travail et de l’intervention humaine, et où ils continuent de se développer et de se perfectionner par eux même, on ne voit plus quel est leur rapport réel avec la civilisation humaine...


    Ils auront alors acquis leur propre instinct de survie et constitueront une autre forme de « vie », que cela nous plaise ou non...


    L ’ « intelligence artificielle » ainsi crée par l’homme cessera précisément d’être « artificielle » en prenant place par elle-même dans l’ensemble des écosystèmes, ou de ce qu’il en restera...


    Elle sera une forme de « vie » largement plus puissante que l’humanité, éventuellement encore asservie et dépendante, et, à ce stade, il vaudrait mieux, pour nous, qu’elle ait une « âme » au sens Phil-Dickien du terme, si l’on peut s’accorder sur ce terme, tel que cité en début de post...


    Dans le cas contraire, il ne nous resterait probablement plus qu’à retourner dans les cavernes, avec un peu de chance et quelques artefacts primitifs résiduels...


    Luniterre





  • Luniterre 6 mars 16:25

    et@Ar zen

    Merci pour ces quelques rappels historiques...

    Ceci dit, « chat sur la braise » ou pas, on ne voit absolument pas le rapport entre votre question et le débat actuel entre « Fifi » et moi...

    On sent que vous vouliez poser votre paquet ici, et il y a donc quelques précisions utiles sur le contexte, dedans. Encore merci, donc pour ces infos et rappels complémentaires.

    Luniterre





  • Luniterre 6 mars 14:17

    @antiireac

    Le caviar ?

    Encore un truc russe, non ?

    Agoravox, encore un média sous influence, méfiez vous... !

    Luniterre



  • Luniterre 6 mars 14:10

    @Fifi Brind_acier

    Votre réponse porte en elle même son propre déni :


    "Si la réponse est non, il n’y avait pas d’alternative au Plan Marshall. Les USA étaient le seul pays dont le territoire n’avait pas subit de dégâts. Les USA détestaient de Gaulle, qui le leur rendait bien. S’il y avait eu une alternative, il n’aurait pas utilisé le Plan Marshall."

    De Gaulle était donc un vendu comme un autre, malgré cette « détestation » !!

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/comment-de-gaulle-a-vendu-la-171831


    Autrement dit, vous déniez à un pays comme la France le droit de se reconstruire et de se développer de manière endogène, ce qu’à pourtant réussi à faire l’URSS dans la première décennie d’après-guerre, et malgré les destructions beaucoup plus importantes qu’en France, de plus.

    Le déclin a commencé avec Khrouchtchev, au cours des années 60, et suite à ses « réformes » entreprises fin des années 50.

    Vous révélez ainsi le vide sidéral de votre « indépendantisme »... !

    Luniterre


    PS : ceci dit, l’article ne parle pas d’autarcie, utopique et néfaste, mais d’échanges équitables entre nations indépendantes.