• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Philippe Sage



  • Philippe Sage Philippe Sage 3 mai 2012 17:20

    Je suis d’accord avec vous. Les sondages sont devenus, effectivement, « un outil d’influence » sur l’opinion (et je suis pour leur suppression pure et simple).
    Sans cet outil, je ne suis pas certain que Ségolène Royal aurait été, finalement, désignée candidate par les militants du PS, le 16 novembre 2006. Bon sang, ce qu’elle était mauvaise !
    Je suis encore bien étonné qu’elle ait pu réunir près de 47% des suffrages au second tour de la présidentielle de 2007. Sans doute dut-elle son score à un anti-sarkozysme déjà vivace. Il y avait aussi (pour ce qu’on nomme un peu trop hâtivement) le « peuple de gauche », l’envie d’effacer (en partie) le 21 avril 2002, et 2002 d’une manière générale.

    Vous dites le 1er tour. C’était là qu’il fallait faire un vrai choix.
    Mais, il a été fait. Près de 18% des suffrages exprimés se sont portés sur le FN, plus de 11 sur le Front de Gauche ! C’est pas rien ! Si on y ajoute les scores de Poutou, Arthaud, NDA, ça vous donne plus de 40%. C’est pas négligeable.
    Ne croyez pas que je les mette tous dans le même sac - pas du tout ! - mais c’est tous des anciens représentants du non au TCE de 2005.

    De toutes les façons, vous le savez fort bien, une élection au suffrage universel à DEUX TOURS ne peut pas échapper aux partis dominants. Vous prenez de Gaulle pour un amateur ? Vous pensez bien qu’il a verrouillé cette affaire, et copieux !
    Il en va - malheureusement - de même pour les Législatives. Même si, cette année, elles vont être sportives pour l’UMP...

    Pour le reste, le programme de Hollande est insuffisant. C’est clair. Et le plus dur nous attend. C’est l’évidence même.
    Mais voyez-vous, je préfère un type qui assume ses convictions (Hollande) que celui (Sarkozy) qui n’en a pas. Car il n’en a pas ! Il suit d’abord le modèle anglo-saxon, vante l’Espagne, puis, hop, il change de position, se tourne vers l’Allemagne. Ce type est un suiveur. Il n’innove pas. Il ne crée pas. Ce n’est pas une locomotive. Or, en temps de crises (rappelons que nous sommes en crise depuis 1973, pas depuis 2008) il faut, à la tête de la 5ème puissance mondiale, non un suiveur, mais quelqu’un qui donne une direction, qui impulse, etc.
    Et non quelqu’un qui nous dit : « Ça ne se fait dans aucun pays du monde ! ». C’est indigent. Ce n’est pas au niveau. (à ce propos, les 35 heures n’ont pas été « inventées » par la France, mais ... par les Allemands. A la fin des années 80 et au début des années 90, notamment dans la sidérurgie ..)

    En fait, le sarkozysme n’a jamais existé. Le gaullisme, oui. Le gaullisme, c’était une vision, une idée précise de la France, un moteur. Mais le sarkozysme, non. Et vous verrez qu’une fois qu’il sera « parti », personne ne s’en réclamera. Personne !
    Déjà, c’est un « accident », Sarkozy. Si Juppé n’était pas « tombé » en 2004 (les emplois fictifs, un an d’inéligibilité - 10 en première instance - et 14 mois de prison avec sursis - Game over, Alain !) jamais Sarkozy n’aurait pu avoir sa chance en 2007. Jamais !
    Mais vous me direz, de l’autre côté, pareil. Si DSK n’était pas « tombé » en mai 2011....

    NB : je précise que ce billet est volontairement léger. Il est au second degré. Au minimum.



  • Philippe Sage Philippe Sage 18 avril 2012 12:10

    Ah c’est la règle ! Et vous vous y soumettez, donc, comme un mouton ! C’est du joli !
    Ce que vous appelez « règle » est un instrument pour les cons, les petits, les mesquins, les aigris, les sans-âme, les médiocres, les faibles.
    Donc, s’y adonner, c’est éliminatoire.
    Je ne peux, dès lors, prendre en compte votre prose parsemée de fautes multiples.
    Où tout est mélangé, Le Pen, Mélenchon, Dupont-Aignan.

    Rien, vous ne connaissez rien. Mais vous n’êtes pas le seul. C’est le cas de la plupart des internautes intervenant par ici. Ah, il faut voir, comme ils t’ont refait le RAID, Merah, la BCRI. Ce sont des spécialistes ! Le terrain, le terrorisme, ils connaissent ! Et c’est pour tous les sujets pareil !
    Et vous qui traitez Lapix d’idiote ! Comme tous les médiocres ! Alors que vous n’avez pas la moitié du quart de son cursus. Vous n’avez pas le bagage. Vous n’avez pas la culture. Lapix c’est pas ma tasse, mais c’est loin d’être une idiote, monsieur !
    Vous êtes comme ceux qui insultent les politiques, leur affublant des qualificatifs grossiers, alors que là, non plus, vous n’avez pas leur niveau. Vous n’êtes pas au niveau. Vous n’êtes pas qualifié. Ni pour juger, ni pour voter.

    Le journalisme, je connais. Vous pas. C’est pas votre affaire. Vous n’y entravez que couic. La presse, vous n’y connaissez rien. Les contraintes, les impératifs, les lignes éditoriales, etc.
    Des journalistes, il y en a dans ce pays. Et des bons. Des honnêtes. Il y en a, oui, qui triment, qui vont au charbon. Et je vais vous dire : on en trouve même à l’AFP !

    Alors vous pouvez pérorer, et voter ensuite. Voter pour une élection pareille, c’est pisser dans un violon. Si vous ne l’avez pas encore compris, alors vous n’avez rien compris.
    Voter ça ne sert à rien, si après on ne se comporte pas en citoyen. Si on n’assiste pas à des conseils municipaux, si on ne va jamais dans un tribunal, si on ne participe pas à la vie de la cité, si jamais on ne va rencontrer son député. Un citoyen qui n’est pas actif et qui vote quand même, ça ne vaut rien. Un citoyen qui vote et qui rentre chez lui, ça ne sert à rien.
    Autant ne pas voter, alors.

    Vous avez la presse qui vous méritez. Mille fois. Moi, je m’en cague. C’est votre affaire, pas la mienne.



  • Philippe Sage Philippe Sage 18 avril 2012 01:45

    J’ajoute que vous êtes un pleutre. Un mesquin de première. Vous jouez donc à ce jeu à la con de +1 et de -1. Dans les commentaires. Oh ne dites pas non, je le vois.
    Moi, je m’en carre. Je ne vous mets pas un -1, voyez (ni un +1 - je ne joue pas à ce truc de nazes), au prétexte que votre commentaire ne me plairait pas. Je vous réponds, c’est plus franc. Vous pigez ?
    Mais vous, vous jouez à ce jeu stupide et - je le redis - mesquin. Vous vautrer dans ce machin, vous discrédite.
    Donc oui, vous êtes méprisable.



  • Philippe Sage Philippe Sage 18 avril 2012 01:39

    Un chien de garde ? Mais bien sûr. Vous ne connaissez pas Halimi. Ni Pierre Carles. Et vous me parlez de chiens de garde .. Drôle !

    Oui, le mépris, quand vous débarquez et dites que vous vous arrêtez à point donné, bouffi d’a priori.
    Ou ai-je glorifié Lapix, monsieur le citoyen averti ?
    Si vous étiez un peu moins paresseux, moins plein de vos « avertitudes », vous auriez lu, une ligne plus bas, ce que j’en pensais, à l’ironie. Mais vous ne savez ni lire, ni écrire. Pourtant c’est clair. Du limpide.
    Déloquez-vous avant de caguer votre camelote partisane.
    Sinon, oui, la réponse, c’est le mépris.
    Et alors ?
    Ça le vaut mille fois, croyez-le.



  • Philippe Sage Philippe Sage 18 avril 2012 01:20

    Ah, Cyril, dit le « citoyen averti » (donc il en vaut deux - c’est terrifiant !), on n’attendait plus que vous, messire !

    Ayez la délicatesse de vous relire et ainsi livrer un commentaire sans faute(s) ; elles sont nombreuses, c’est assez épouvantable.
    Déjà que j’aurais la presse que je mérite (mouhahahaha), triple citoyen averti, alors si en plus je dois me fader les analphabètes (c’est Aphatie, oui, qui fait le texte - on reste calme et à distance).

    Alors citoyen averti, paresseux, tu t’es arrêté au paragraphe Lapix ? T’as fait ton petit délire d’averti qu’en vaut pas deux, et tu viens donner la leçon ?
    Mais qui es-tu ? Hein ?
    Tu t’y connais, n’est-ce pas, en technique de déstabilisation ? Non .. Tu recraches ce que tu as lu. Bêtement.
    Laisse-moi rire.

    Je n’ai pas la presse que je mérite, messire ! Mais j’ai le benêt qui se prend pour Cador. Ça vaut son pesant.

    Oh mais, attends ... Dis-moi, tu ne serais pas un partisan ? C’est ça, hein ? Un de ces embrigadés jusqu’au cul ! Salaud va ! Dehors ! Allez ! Du balai ! C’est qui, qui m’a foutu ce con, là, dans ce déluge, ce déclin ! Cet analphabète ! Ce cocu fantastique ! Non mais ...

    C’est pas un citoyen averti de rien, mais de rien de rien, qui va m’apprendre, nom d’un Mélenchon.
    Allez ouste ! A la niche !



  • Philippe Sage Philippe Sage 17 avril 2012 14:21

    @Elisa : Exact ! C’est proprement scandaleux. Pourtant y’avait matière. Un exemple. Quand Sarkozy dit :

    "Il n’a jamais été question de vendre une centrale à monsieur Kadhafi. S’il y a bien dans le monde un chef d’Etat qui n’a pas frayé avec monsieur Kadhafi (...) c’est moi."

    Les journalistes présents dans le studio savent que c’est faux ! Pourquoi ne le reprennent-ils pas ?

    Dans ce cas, plutôt qu’un Libé ou un Mediapart, il vaut mieux se référer au Figaro. Si eux le disent, c’est que c’est vrai :D

    Donc si, il était question de vendre un (ou deux) réacteur(s) nucléaire à la Libye, comme en témoigne cet article en date du 25 juillet 2007 : ICI

    Et ne pas l’avoir rappelé au candidat Sarkozy est une faute.

    Donc, on pose à nouveau la question : A quoi ils servent, ces gens qui se disent journalistes ?



  • Philippe Sage Philippe Sage 5 avril 2012 20:09

    Les jeux sont faits.

    Comme démontré : ICI



  • Philippe Sage Philippe Sage 5 avril 2012 18:10

    @éric : Voilà certainement le commentaire le plus abouti de ce fil. Je vous remercie pour ces arguments. Ce développement. C’est très intéressant.

    Nonobstant, vous le devinerez et comprendrez aisément, et quand bien même votre point de vue serait digne d’intérêt, je ne partage pas, mais du tout, cette vision thatchérienne, voire reaganienne, de la société, de l’État, et de l’économie.

    D’autre part, je crains que pour Sarkozy, les carottes soient définitivement cuite. Comme démontré : ICI.

    Cordialement.



  • Philippe Sage Philippe Sage 5 avril 2012 00:17

    @lebreton : Non mais vous plaisantez ? Vous vous êtes relu ? Ce que vous dîtes sur Cohn-Bendit ! Vous le connaissez ? Pour parler ainsi de cet individu. Qu’est-ce qui vous permet de l’insulter de la sorte et avec une telle violence ? Qu’est-ce qui vous autorise à ? La démocratie d’opinion ? C’est ça ?

    Vous faites le « kéké » parce que vous pensez être invisible sur Internet ? Eh bien détrompez-vous ! Vous êtes tout sauf invisible. Vous êtes repérable à des milles à la ronde.
    Internet n’est pas le passeport pour insulter, et c’est ce que vous faites. Au nom de quoi ?
    Vous n’avez des hommes politiques, des individus publics, qu’une image médiatique. Que ce que l’on a bien voulu vous dire et montrer. Et tel un chien, un gros beauf de compète, vous sautez dessus, Pire qu’un chien même. Un chien, c’est moins stupide et mesquin que vous.

    Avec des types comme vous, Internet va vers la régulation« . Vous leur filez tous les arguments dans le dossier qu’ils ne cessent de bâtir (cf : les anglais).

    Avant il y avait ce qu’on nommait la »netiquette". Il semble que ce soit abandonné. Par tous. Et vous gueuleriez, demain, si on vous flique, vous censure, vous coupe le robinet ?
    Pauvre type.




  • Philippe Sage Philippe Sage 4 avril 2012 20:38

    Ah les éléments de langage de l’UMP, j’adore.
    Renseignez-vous au lieu de paraphraser votre Copé. Qui était au commande de la Corrèze avant François Hollande et a plombé ce département ? Hein ? Qui ?

    Juste pour vous :

    Gérard Bonnet reconnaît que "la Corrèze est la collectivité départementale la plus endettée de France« mais »ce que" le ministre de l’Intérieur "Claude Guéant n’a pas précisé, c’est que c’est la droite qui est responsable de cette situation« . »En 2008, quand la gauche est devenue majoritaire au Conseil général et que M. Hollande en a été élu président, le département avait déjà, et de très loin, la dette la plus élevée par habitant", a expliqué le vice-président. 

    « Des mesures de redressement ont été engagées par la majorité de gauche »

    Selon le dernier rapport de la Chambre régionale des comptes du Limousin, cette dette était, fin 2008, de 1.164 euros par habitant, soit "le triple de la moyenne nationale (371 euros)". 

    "L’Etat a apporté en 2011 une dotation de 11,5 millions d’euros à la Corrèze, c’est vrai« , explique l’élu PS, ajoutant qu’un »fonds de soutien" a aussi été versé à six autres départements en difficulté. 

    "Des mesures de redressement ont été engagées par la majorité de gauche dès 2008, en particulier par des économies dans les dépenses de fonctionnement. Ces efforts vont se poursuivre en 2012, mais en respectant des principes d’équité et de justice sociale", poursuit l’élu. 

    Allez Jack, essaie encore !



  • Philippe Sage Philippe Sage 4 avril 2012 20:22

    Vous êtes bien indulgent avec Hollande. Je suis actuellement son meeting, c’est pauvre. Il est clairement dans l’évitement.
    Et alors sa position sur les retraites, c’est certes habile, mais c’est nous prendre un peu pour des gogos, tout de même.
    Non, ça manque d’envergure, de souffle, de vérité aussi.

    Sinon, je crois que vous avez bien mal lu le programme du Front de Gauche. Parce que « plus modéré » que celui de Mitterrand en 1981, non, vraiment je ne crois pas.
    Donc, je vous invite à le lire :

    ICI

    Bon courage ;-D



  • Philippe Sage Philippe Sage 4 avril 2012 20:12

    Je ne vous en veux pas. En fait, je plaisantais (pour « auteur »). ;-D

    Pour le reste, je vote Mélenchon au 1er tour, et si le second oppose Hollande à Sarkozy, c’est tout aussi clair : je mettrai un bulletin blanc dans l’urne du 94.



  • Philippe Sage Philippe Sage 4 avril 2012 20:06

    JackTurf : Vous délirez, monsieur.
    Je ne suis pas, vous l’aurez noté, un pro-Hollande (je vote clairement Mélenchon au 1er) mais il convient de rétablir quelques faits objectifs.

    Hollande n’a pas fait que l’ENA, il a, parallèlement, suivi un cursus HEC et Sciences Po. On peut cracher sur ses écoles, c’est à la mode n’est-ce pas de vomir ses élites, mais vous ne me trouverez pas dans ce camp-là. Tant il est celui des populistes et des démagogues.

    D’autre part, Hollande, me semble-t-il, fut député, président de région, secrétaire d’un parti puissant durant 11 ans, etc.
    Il fut, également, directement associé à toutes les décisions du gouvernement Jospin entre 1995 et 2002.
    Il a connu comme conseiller, entre autres, deux campagnes présidentielles.

    Il n’y a qu’en France qu’on nous sort ce genre d’argument foireux qui consiste à dire que pour être président, il faut avoir été ministre. Obama, aux États-Unis, n’a pas eu une seule expérience ministérielle. Et Sarkozy avoue que pendant ce quinquennat il a « appris ». Appris quoi ? La différence qu’il y a entre un chef d’Etat et un ministre (dixit). Il appris le job, comme on dit.
    Oh, j’allais oublier de Gaulle, tiens ...

    Je ne sais si comme le dit Pie vous militez pour l’UMP, mais si c’est le cas, vous militez fort mal.
    Quant au FN - également cité par Pie - je crois que certaines municipalités ont pu mesurer à quel point les représentants de ce parti maurrassien étaient incompétents, totalement en dehors des réalités, pour ne pas dire foncièrement malhonnêtes (liste non exhaustive). Et dès le scrutin suivant, les électeurs les invitèrent à foutre le camp, et plus vite que ça.



  • Philippe Sage Philippe Sage 4 avril 2012 19:47

    Jean, souvenez-vous que Nicolas Sarkozy était largement en tête dans tous les sondages de second tour de janvier à mai 2007. On a donc déjà vécu une campagne où un favori se dégageait largement et durablement, d’une part, et d’autre part où l’on connaissait son rival probable du second tour (Royal).

    Ce fut le cas, aussi, en 1988. Mitterrand était imbattable.

    Or, il me semble que ces deux campagnes étaient un peu moins « emmerdantes » que celle-ci.

    Sarkozy, on peut le combattre (et j’en suis) on peut le détester pour tout un tas de raison, mais force est de constater qu’en 2007, il avait un projet clair et net. Assez libéral, thatchérien à vrai dire. Donc, on avait un choix, de fait, clair à envisager. Oui ou non à ce projet d’inspiration libéral, qui contentait parfaitement le Medef.
    Ce qui pêchait, c’est la candidate du PS. Sans doute aurait-il mieux valu que ce soit Fabius (qui avait dit « non » au TCE) ou DSK (social-démocrate pragmatique). Malheureusement les militants étaient aveuglés par les sondages, ceux de 2006, indiquant que seule Royal était à même de battre Sarkozy .. Grave erreur.

    Quant à Mélenchon vous dites qu’il peut proposer tout ce qu’il veut, vu qu’il n’a aucune chance de passer ce 1er tour. Il est vrai qu’il n’est pas en situation de se qualifier pour le second. Un point valant 450 000 voix à peu près, avec 12 points de retard dans les intentions de vote à presque deux semaines du 1er tour, c’est mission impossible. Ou alors les sondeurs sont aux fraises. Ce que je ne crois pas. Depuis 2002, ils bétonnent.
    Ce qui ne veut pas dire qu’on aura pas une « petite surprise ». Mais peu importe, puisque les deux favoris seront au rendez-vous.
    Mais tout de même, il ne faut pas minimiser ce que propose Mélenchon. S’il arrivait à dépasser les 15% le 22 avril prochain, il peut peser pour la suite. Et notamment pour les législatives. Et donc, influer d’une certaine façon, sur la politique qui sera menée dans les cinq ans à venir.
    C’est ce qu’il s’est produit en 1981 avec un PCF pas ridicule.

    Pour le reste, oui, Mélenchon est enthousiasmant. Mais ça ne suffit pas pour dire que cette campagne est d’un bon niveau. Elle ne l’est clairement pas.



  • Philippe Sage Philippe Sage 4 avril 2012 19:21

    Mais enfin, je ne vous parle pas de distraction ! C’est justement ce que je déplore.
    Les « petites phrases », c’est de l’ordre de la distraction, par exemple. Dans le sens où ça distrait (donc : cela fait diversion).

    Je ne suis pas blasé, non plus (décidément, vous m’avez bien mal lu) je constate que l’on n’aborde pas les sujets cruciaux. C’est un fait.
    Or, en ces temps que vous précisez de « crises », on est en droit d’attendre autre chose que des acteurs qui ne s’adressent, en vérité, qu’à eux-mêmes. Rappelons que tous, du moins les principaux, avaient annoncé que ce serait une campagne de « vérité ». Vous l’entendez, cette vérité ? Moi pas.
    C’est du survol.

    Quant au programme révolutionnaire, vous avez dû rater un épisode, car il existe : c’est celui du Front de Gauche. Il est disponible sur Internet.

    Enfin, il est abracadabrant que le service public ne puisse pas organiser un débat avec tous les candidats du 1er tour. On l’a vécu, je vous le rappelle, avec le référendum pour une constitution européenne en avril 2005. On l’a également vécu à l’occasion des primaires dites citoyennes à l’automne dernier. Alors qu’on ne vienne pas me dire que c’est impossible sous prétexte de cacophonie. Faux argument. C’est juste que les deux « favoris » ne veulent pas y perdre des plumes.
    Or, il me semble légitime, pour un enjeu pareil, que les citoyens aient droit à un débat de 1er tour.

    J’ajoute que si pour vous, la gauche c’est Hollande, et que tout ce qui vous importe c’est que Sarkozy prenne sa retraite, je comprends alors mieux pour quelles raisons cette campagne vous sied. Effectivement, il vous en faut (très) peu pour être satisfait.



  • Philippe Sage Philippe Sage 4 avril 2012 16:41

    Je ne suis pas dans ce truc-là, du « Tous pourris ». Mais alors pas du tout.
    Ce serait plutôt de l’ordre du : « Tous impuissants » (et voulant nous faire croire qu’ils restent puissants).

    Pour le reste, comme je l’ai dit plus haut, je suis très heureux de la campagne que mène Mélenchon. C’est rafraîchissant.



  • Philippe Sage Philippe Sage 4 avril 2012 16:30

    Sisyphe, je vous l’ai déjà dit,, vous n’avez aucune leçon à donner, ni à moi, ni à personne.
    Quand on a choisi, comme vous, un pseudo pareil. Et c’est pourtant vous qui me demandez d’arrêter « de me la péter » ? De « m’écouter écrire » quand comme vous, on se présente, grandiloquent, comme : écrivain public alias Sisyphe ? Vous êtes vraiment grotesque, monsieur le Bobo.
    Et puis vous êtes facile. Sur Internet, n’est-ce pas, tout est facile. On chie son commentaire et hop, on se croit beau.
    Mais vous seriez face à moi, dans la « vraie vie », vous feriez un peu moins votre barbeau.
    D’ailleurs c’est quand vous voulez.

    Et ce sera ma réponse définitive. Vous pourrez continuer à chier vos commentaires, tranquille et facile. Ce sera sans importance. Et d’ailleurs, ça l’est déjà.



  • Philippe Sage Philippe Sage 4 avril 2012 14:17

    Et vous n’avez pas tort :D



  • Philippe Sage Philippe Sage 4 avril 2012 14:12

    Je partage votre enthousiasme...



  • Philippe Sage Philippe Sage 4 avril 2012 13:58

    Nanar M : Vous causez depuis votre meeting, et depuis la rue. Vous êtes bien aimable mais je connais. Merci.
    L’erreur que vous commettez, c’est que vous faites fi de la puissance médiatique et de son impact sur l’immense majorité des électeurs.
    Tant que vous n’aurez pas intégré, assimilé ce paramètre, vous pourrez hurler, crier, jouir, vous n’irez pas très loin.
    C’est une chose de cracher sur les médias (je vous comprends) c’en est une autre de trouver comment les combattre et parvenir à y transposer les meetings, les intérêts, le peuple.
    Le média télévisuel reste surpuissant et sur Internet, et sur la presse. C’est par ce canal que tout est cristallisé. Si vous ne l’avez pas encore compris, si vous refusez de l’admettre et d’en tirer les conclusions qui s’imposent, alors, vous aurez pris du bon temps, mais ça s’arrêtera là.
    Il faut briser cette puissance médiatique. C’est le seul moyen.
    Ou bien, vous pouvez continuez ainsi. A vous borner à dire que médias = merdias. Et vous pensez que ça va changer quoi que ce soit ?
    De deux choses l’une : soit vous êtes bien naïf, soit c’est plus grave. Ou alors, vous êtes juste paresseux. Ce qui n’est guère mieux.