• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Miville



  • Miville Miville 22 avril 2018 21:12

    @CateaufoncelPersonnellement je trouve que le mot Hexagone remplace déjà très bien et de manière très inclusive ce mot ringard qui est la France. On ne parle pas n’importe quel français mais le français hexagonal qu’on pourrait appeler aussi l’hexagon, mot qui rime avec klingon. En plus le mot hexagone porte en lui la notion du droit du sol pour l’immigrant : quiconque touche ce lieu géométrique est à égalité avec celui qui y est depuis les temps romains.



  • Miville Miville 13 avril 2018 08:42

    @pipiou
    Le marteau, ce n’est pas seulement fait pour enfoncer des clous, c’est fait pour enfoncer des idées justes dans les crânes trop durs et pour en faire éclater certains où la vérité ne pourra jamais entrer comme autant de noix de coco ; la faucille, ce n’est pas seulement fait pour couper du jonc et élaguer des branchettes superflues, c’est fait pour couper les idées fausses qui parasitent les têtes comme autant de poils superflus, c’est fait pour couper les têtes qui ne produisent que des mensonges.



  • Miville Miville 13 avril 2018 08:26

    @François Vesin

    La France c’est effectivement BHL sur le plan philosophique (moderne Voltaire et le Marquis de Sade sur le plan de la philosophie classique), Macron sur le plan politique (il est en tout point semblable à presque tous les chefs d’état de la Troisième République, particulièrement Thiers), et Johnny Hallyday sur le plan musical (Offenbach plus anciennement).


  • Miville Miville 13 avril 2018 08:16

    @Pierre
    Ne t’inquiète pas, Qaddhafi a des héritiers qui sont déjà en train de réorganiser le pays et cette fois-ci ils entendent le faire avec l’ensemble du monde arabe.



  • Miville Miville 23 janvier 2018 17:26

    @Choucas
    Toutes les religions organisées envisagent de rendre leurs membres ou leur clergé propriétaires d’esclaves du monde entier. Si vous voulez l’exemple le plus parfait en ce sens apprenez le Sanskrit et lisez l’ensemble de la doctrine védique qui porte presque intégralement sur le système de castes et la justification des privilèges des classes riches, guerrières ou lettrées, et c’est sans doute sous l’influence sournoise mais puissante de cette prétendue spiritualité que petit à petit les classes lettrées d’occident acceptent comme normales de plus en plus d’inégalités et stoppent l’ascenseur social. En comparaison, le judaïsme talmudique n’est qu’une parodie de système brahmanique, tout comme le yiddish est un parodie d’allemand et l’hébreu une parodie d’arabe, bien que cette parodie ne fasse pas exception. Les églises chrétiennes ont repris à leur compte avec deux fois plus de force toutes les promesses du dieu judaïque de donner en récompense de leur patience présente le pouvoir sur le monde entier dans un avenir plus ou moins rapproché, et dès qu’elles acquièrent des propriétés ou l’oreille des puissants elles ne s’en privent jamais.



  • Miville Miville 13 décembre 2017 03:29

    Pas mal du déjà vu et du réchauffé de l’époque Thatcher. À mon avis les questions de supériorité du public ou du privé sont un faux problème : tout problème d’abus de pouvoir dans un système bureaucratique a pour dual topologique un problème d’abus de monopole dans un système de marché et vice-versa, donc la supériorité de l’un ou de l’autre système n’est jamais absolue et est fonction du type de peuple qui l’applique. La France de par son histoire semble toujours avoir eu avantage à être à mi-chemin entre une économie de marché et une économie d’état, par opposition à la Prusse ou à la Russie dont l’avantage est clairement du côté d’une économie d’état (pour des questions de gestions de ressources) aussi bien que des pays anglo-saxons maritimes dont l’avantage est plus du côté du marché.

    1) supprimer les subventions aux partis politiques, aux syndicats et aux médias me semble effectivement relever du bon sens, sauf qu’il est bon que l’état sans les avoir tous ni même la majorité en ait un certain nombre pour faire entendre sa voix.
    2) la propriété personnelle, et notamment la propriété des paysans et des artisans devrait être inaliénable, mais non pas la propriété par les grandes entreprises, notamment multinationales, qui sont de véritables états dans l’état.
    7) certaines grandes entreprises répondant à des besoins publics idéalement administrés par des monopoles (transports publics, universités, recherche spatiale, téléphone) peuvent être nationalisées ou non, mais si elles sont privées, elles doivent se voir pourvues de chartes garantissant au public un important droit de regard, comme cela fut le cas de Bell Canada pendant le gros de son existence. Il se peut peut-être qu’il vaille mieux que la Sorbonne soit d’administration privée, mais privé ne veut pas dire strictement lucratif, et il importe de choisir entre le public et le privé la solution qui sera la moins coûteuse à la clientèle captive, ici l’étudiant modeste.


  • Miville Miville 14 septembre 2017 23:46

    Bon, Tsipras a trahi son électorat sur toute la ligne, beaucoup de personnes et groupes de par le vaste monde ont fait des prières contre lui devant tant de laideur morale, il s’est ramassé subitement avec une condition cardiaque fragile qui l’a poussé à se demander s’il n’avait pas une certaine justice immanente à ses trousses, il s’est donc représenté aux élections, et le voilà qui gagne de nouveau avec le même score ou presque. Un peuple tant soit peu brave et conséquent se voyant trahi si surnaturellement de la sorte, tout particulièrement la base de son propre parti, aurait du voter n’importe quoi, le retour des colonels même, mais pas ce parti. Mais non, il jouit du gros de ses appuis de départ et le peu qu’il a perdu parmi les derniers idéalistes il l’a regagné deux fois parmi les autres partis.


    Alors une seule conclusion logique s’impose : le peuple Grec, dans sa grande majorité et par caractère propre, se reconnaît dans ses élites et éléments les plus mafieux, et compte comme depuis toujours sur des solutions individuelles et malveillantes à base d’illégalité et de criminalité pour se tirer d’affaires en prenant exemple personnel sur ses éléments les plus interlopes et en les portant au pouvoir. La plupart des Grecs même pauvres que j’ai pu connaître à l’étranger brillent par leur affairisme et leur mépris déclaré de toute notion du bien commun. La gauche grecque n’est pas un mouvement de solidarité pour un avenir meilleur collectif, c’est un moyen de tirer son épingle du jeu en se mettant à l’abri des cris de conscience de la morale judéo-chrétienne dont la droite se réclame encore trop. Quand un peuple vote de façon répétée pour des crapules déclarées dans l’espoir de chacun de se mettre du bon côté des forces de l’ombre, ce peuple n’est pas victime, il est complice. Pour votre information, la Grèce est un pays les plus pédophiles du monde dans l’ensemble de sa masse, au point que sa culture n’existerait plus sans cela (c’est le seul aspect qu’il veuille bien retenir de son héritage antique) alors il n’y a rien à faire, aucun espoir. La Grèce n’est n’est le berceau d’aucune espèce de démocratie (personne dans l’ancienne Athènes n’avait droit de vote ou de parole sans avoir reçu une initiation pédophile avant la puberté et pendant l’âge du lycée, ce qui la forme la plus parfaite de totalitarisme) mais du fatalisme, du cynisme rentable, de la combine avec les tyrans de l’heure.

    La Grèce moderne a peu à voir avec la Grèce ancienne et méprise tout particulièrement les Européens qui s’intéressent à elle par idéalisme, tout comme sa minorité d’idéalistes qui tient ce flambeau. Ce n’est pas la première fois que la Grèce subit ce genre de crise de dette, mais bien la quatrième depuis 1820 : le caractère de ce peuple est de refuser de croire en toute notion du bien public national ou international. Si j’étais grec je militerais pour le rattachement de mon pays, ou à défaut de ma petite île, à la Turquie : la farce a assez duré et c’est bien sous les Ottomans que malgré tout les Grecs ont vécu le mieux et même été une ethnie dominante, exploiteuse, et non pas écrasée de cet empire. Le meilleur régime qu’ait connu la Grèce au 20ème siècle est celui des Colonels : la Grèce était dans une crise de dette presque aussi sévère que la présente, contractée par le clan Papandréou, et les Colonels, bien que pro-Américains, signifièrent aux banques US et juives qu’ils n’en paieraient pas un sou et qu’ils enverraient plutôt en camp de concentration tous les responsables politiques de cet endettement. Cela les médias occidentaux de gauche et même de droite de l’époque ne le rapportèrent jamais mais c’est la stricte vérité. Le public occidental a préféré croire sur parole le film Z de Costa-Gravas qui est en fait un bel exercice de haine de soi et de sa nation au mépris de la réalité, ainsi que les discours politiques chantés de ce pédo-criminel ami de Bergé et de Jack Lang qu’est Mikis Theodorakis. Alors pas de pitié : même si je déteste l’UE, je réclame qu’on foute la Grèce à la porte de l’UE après lui avoir confisqué le plus possible de ce qu’elle doit.


  • Miville Miville 14 septembre 2017 22:51

    Il faudrait remplacer Liberté Égalité Fraternité par Rentabilité Flexibilité Compétitivité.



  • Miville Miville 1er octobre 2016 18:58

    Il vous manque des éléments dans ce jugement : les Grecs étaient (et restent aux dernières nouvelles) en majorité plus attachés à l’UE qu’à l’état grec même. Non qu’ils aient honte d’être Grecs mais pour l’immense majorité c’est la fierté d’être issu d’une certaine culture de la ruse extrême, de la magouille, des réseaux de règlements de compte, d’une culture d’absence d’état de droit sauf celui dont on entend tirer profit. Regardez vous-même les communautés grecques qui existent autour et qui tiennent des comptoirs d’épicerie et de fast-food si vous habitez une grande ville, bien dites-vous que c’est la même culture au quotidien partout et que c’est pire en Grèce même : c’est une culture où le désir de contribuer à l’avènement d’une société meilleure voire même à la marche d’une société qui fonctionne bien est perçu comme un péché (par la religion orthodoxe locale autant que par la vieille religion). La Grèce ancienne elle-même ne fut pas le berceau de la démocratie mais du fatalisme, il n’y a pour s’en convaincre qu’à lire les oeuvres qui étaient les plus populaires du vivant même de l’Athènes antique.


    Il est clair qu’avec un tel état d’esprit (dont le plus proche est celui de l’Italie mafieuse du Mezzogiorno, qui d’ailleurs résulte d’un peuplement grec à l’origine) aucune honnêteté n’est possible en politique et que les seules menées de contestation qui s’expriment sont de l’ordre du racket de protection : toute la gauche grecque existe pour faire la politique des mafias locales et des banques mondiales, soit pour exercer du chantage sur les récalcitrants et les dissidents, soit directement, selon le schéma marxiste classique qu’il faut rendre le système capitaliste plus fasciste dans sa façon de faire pour amener le socialisme mondial. Tsipras est un traître selon des critères occidentaux, mais pour beaucoup de Grecs il est un exemple de réussite à imiter, la preuve étant qu’on vote pour lui, précisément par ce que la majorité qui magouille pour survivre s’identifie à sa malhonnêteté et n’attendait pas autre chose.


  • Miville Miville 23 juillet 2016 20:18

    @Alren Vous avez si je comprends bien une réflexion du niveau du Café Starbucks, je reconnais que c’est plus large de vue en termes de latitude et de longitude, mais est-ce plus élevé ?



  • Miville Miville 5 juin 2016 14:33

    Toute une tasse. Want a second cup ?



  • Miville Miville 27 janvier 2016 15:07

    Les Allemands n’auront pas le choix entre l’Islam et les nazisme. Ils n’auront pas le choix que d’embrasser les deux. Les deux livres non religieux favoris de ces migrants sont les Protocoles et Mein Kampf, plusieurs ont choisi l’Allemagne en fonction de sa gloire militaire passée, qui suscite l’admiration dans les pays ayant subi l’oppression anglo-sioniste ou franco-israélite, ou du moins ce qu’ils appellent ainsi. Ces immigrants arrivent maintenant plein de confiance, contrairement à la vague précédente accueillie surtout par la gauche française sioniste. Les Allemands les plus émasculés par l’idéologie de la repentance iront à la rencontre des plus islamistes des réfugiés, pour se donner encore meilleure conscience, et feront l’offre d’abdiquer ce qui leur reste d’identité allemande pour porter le turban et parler l’arabe. Mais les imams des mosquées qui les accueilleront ne tariront pas d’éloges sur le courage guerrier de leurs ancêtres et leurs intimeront l’ordre de lire Mein Kampf en guise de propédeutique au Coran. Ils leur conseilleront au lieu du turban de porter des chemises brunes ou vertes. Ces Allemands islamisés seront les plus nationalistes de tous, nationalistes d’un nazisme et d’un antisémitisme enfin décomplexés. La guerre civile prévue entre Allemands de souche et Immigrés musulmans se transformera en une réédition des Nuits de Cristal. Le gouvernement mettra un stop à toute immigration en provenance de Syrie, mais il sera trop tard.



  • Miville Miville 11 décembre 2015 17:11

    @Garibaldi2


    Quelques uns se sont inoculés le fameux virus devant tout un amphithéâtre à l’Institut Pasteur et ailleurs pour montrer qu’ils ne seraient pas malades. Ils ont perdu leur emploi mais pas la santé. Pour ce qui est du sang transfusé, c’est autre chose : je ne ferais transfuser le sang d’aucun homosexuel, séro-négatif ou séro-positif. 


  • Miville Miville 11 décembre 2015 16:23

    @Fifi Brind_acier


    Les gens de Wall Street et de Jérusalem ne font pas que se moquer de votre avis : ils le fabriquent comme ils fabriquent toutes les modes vestimentaires.


  • Miville Miville 11 décembre 2015 06:25

    @oncle archibald


    Il y aurait une autre façon de dire merde au système démocratique gangrené actuel : voter pour une plateforme visant sans aucune autre forme de broderie à remettre au trône le successeur légitime actuel des Bourbons et à restaurer l’Ancien Régime politique exact d’avant la Révolution, le régime économique exact d’avant Turgot, et le régime de censure intellectuelle catholique d’avant Voltaire. Cela demanderait de se référer à une structure ecclésiastique invalidant le Concile VII et toutes les nominations effectuées par la suite. La montée d’un tel vote de désespoir ferait réfléchir plus d’un républicain sur les conséquences de sa conduite politique méprisable et méprisante à l’endroit du peuple qui jadis se battit pour lui permettre de parler en tant que son représentant responsable.


  • Miville Miville 10 décembre 2015 16:25

    @capobianco


    Oui, je suis d’accord avec vous : un élu qui a fait une promesse formelle pour se faire élire et qui revient dessus soit parce que sa promesse était du vent soit parce qu’il n’avait pas eu en mains toutes les données, devrait normalement être contraint par la loi à démissionner. Mitterrand en 1983 aurait dû se représenter aux élections. Mais connaissant l’électorat et connaissant aussi le personnage qui est un des plus sataniques de l’histoire de France je crois qu’il aurait été élu à plus forte majorité, car dès 1981 le gros de ses électeurs s’identifiait à sa malhonnêteté même comme gage de réussite, la mentalité générale de l’électeur moyen était qu’il allait faire du tort à la France mais que soi on tirerait son épingle du jeu, les seuls dindons de la farce ont été la classe ouvrière proprement dite qui de toute façon votait plus par esprit communautaire pro-arabe. Tsipras en Grèce a commis une trahison plus monstrueuse encore mais il faut croire que cela lui a donné du prestige puisque malgré sa démission il s’est fait réélire par un électorat majoritairement composé de gens plutôt mafieux de fonctionnement, qui ont leur combine, et souhaitent le malheur de l’ensemble pourvu de s’en tirer eux.


  • Miville Miville 8 décembre 2015 16:39

    @Fifi Brind_acier


    C’est effectivement un parti-leurre en partant, c’est en fait une succursale de l’aile droite des Républicains américains de Reagan. Ils peuvent servir d’épouvantail comme longtemps le fit Reagan avant de prendre le pouvoir. Ils peuvent aussi prendre le pouvoir quand le système le jugera bon. Mais alors ce sera pour passer les mesures du système. Le seul volet qui sera mis en place sera la lutte contre les pauvres, le rétablissement de la peine de mort, et l’imposition de la culture plouc partout. L’immigration continuera à la demande des grands patrons. Sauf qu’au lieu des Arabes et des Noirs assimilés à la délinquance et à la gauche on fera venir des Philippins et des Indiens, de préférence chrétiens fondamentalistes, et qu’on les fera voter à droite contre les programmes sociaux que se sont donnés ces paresseux de Français.

    Mais surtout, l’élection du FN sera le signal donné par l’élite française aux peuples arabes que le peuple français aura commis l’impardonnable absolu et qu’il est de leur devoir d’entrer dans l’ISIS pour envahir le pays militairement.


  • Miville Miville 24 novembre 2015 15:25

    @jaja

    Je n’ai plus aucune patience avec les Marxistes, qui depuis la chute du Mur de Berlin se sont presque tous reconvertis à l’horizon indépassable du néo-libéralisme et absolument tous aux idées les plus mensongères dictées par la rectitude politique. Tous ces guérilleros d’alors auraient par ailleurs été d’encore meilleurs jihadistes aujourd’hui.

    Le régime d’Allende ne pouvait pas armer la population parce que deux prolétaires chiliens sur trois étaient de droite voire d’extrême-droite, voilà le simple fait qui détruit votre argument. Une population mieux armée et entraînée aurait chassé Allende dès les premiers mois de son accession au pouvoir : il l’avait emporté avec seulement 36% des voix grâce à un taux de participation plus faible que prévu. De manière plus générale les gouvernements marxistes sont particulièrement attachés à désarmer les populations plutôt, sauf dans le cadre strict du service militaire qu’ils imposent, alors cessez de faire des rêves en couleur rétrospectifs. Allende cherchait à sévir militairement contre sa population qu’il jugeait réactionnaire, antisémite et nécessitant une rééducation par la force pour laquelle l’armée en place lui semblait préférable à tout mouvement populaire.

    Allende ne pouvait pas prendre l’initiative d’une révolution parce qu’en tant que juif assez snob il était membre en règle de plusieurs réseaux maçonniques ayant leurs chef-lieux aux USA et en Suisse et que son parti socialiste s’inscrivait déjà dans la foulée des révolutions colorées en vue de l’établissement d’un Nouvel Ordre Mondial sioniste, tel était son différend avec le Part Communiste proprement dit. Il prenait ses ordres d’officines occidentales.

    Ce qu’il ne prévit pas en tant qu’initié de grade moyen seulement, c’est que toute la montée bien artificielle de la gauche au Chili était téléguidée depuis Chicago dans le cadre du projet Camelot conçu par Kissinger et quelques autres et signé de Kennedy pour justifier et mettre en place le projet néo-libéral de Friedman. C’est en découvrant n’avoir été que le figurant d’un false flag qu’il s’est suicidé ; de toute façon il devait être éliminé comme le sont tous les idéalistes du marxisme, oxymore s’il en est.



  • Miville Miville 24 novembre 2015 14:10

    @julius 1ER
    J’ai vécu dans les années 1960 (enfant) en Espagne de Franco et en Tchécoslovaquie (ado), je peux vous dire que le vie était autrement meilleure en Espagne qu’en Tchécoslovaquie : en particulier la fraction la plus modeste de la population espagnole qui n’avait par ailleurs encore accédé à aucun moyen de confort moderne mangeait autrement mieux (mieux que depuis l’entrée dans la zone Euro). Elle était certes trop pauvre pour s’offrir le restaurant mais elle cuisinait des paellas les jours de fête, alors que les classes moyennes tchèques n’étaient plus capables de se faire un café chez soi.

    Plus tard j’ai pu comparer Cuba où j’ai vécu à la fin du régime soviétique (donc avant la crise) et le Chili de l’apogée du régime Pinochet : aucune comparaison : le Chili de Pinochet, malgré la répression économique des intellectuels, avait ouvert l’ascenseur social aux classes paysannes (par l’intermédiaire de l’armée et des forces de l’ordre bien souvent) tandis que rien de tel à Cuba, où l’université était de moins en moins accessible, sans parler que l’intellectuel chilien de gauche était incité d’abord par la police à faire ses bagages et à émigrer (souvent avec le transport fourni ou offert au rabais par l’armée) et objet de répression seulement s’il s’objectait à cette mesure pour continuer à militer, au contraire de Cuba d’où l’émigration en tant que dissident était très sévèrement empêchée.

    L’immense majorité des anciens marxistes chiliens est devenue plus néo-libérale que les anciens fascistes chiliens de la base (qui sont de leur côté plus ouverts aux théories de la conspiration), et dès la fin du régime Pinochet la gauche bobo chilienne était devenue un parti-pris de riches mondialistes. Je n’étais pas là pour le vérifier, mais la gauche espagnole que vainquit Franco avait commencé à mettre en place un état policier de type stalinien particulièrement retors et violent qui ne fut pas pour peu dans le découragement final de beaucoup de Républicains.


    De la même manière au Chili les médias occidentaux, même non marxistes, ont systématiquement occulté le fait que la grande majorité du peuple chilien non-bourgeois, même au plus fort des excès du régime Pinochet, appuyait la droite voire l’extrême-droite plutôt que la gauche dans un rapport de deux à un, ce depuis presque toujours, depuis la seconde guerre mondiale au moins. Elle reprochait plutôt à Pinochet de na pas avoir pris toutes les mesures de droite initialement promises comme l’établissement de corporations de métier héréditaires sur le style de l’Inde ancienne et d’avoir permis trop de développement technologique à l’américaine, si bien que les deux référendums gagnés à 65% par le régime contre le retour du parlementarisme n’étaient nullement des fraudes comme le prétendit la presse occidentale : le gros des votants était plus ou moins lecteur des Protocoles des Sages de Sion et des conspirationnistes de droite espagnole ou américaine et aurait préféré le général Leigh qui était partisan de la restauration de la tutelle de la monarchie espagnole sur le Chili et de l’abrogation de l’indépendance, perçue comme un complot judéo-maçonnique.

    Je n’ai jamais été favorable à ces deux individus, plus détestables encore que je ne l’avais imaginé, que furent Franco et Pinochet, non plus qu’à leurs nombreux sycophantes, mais j’ai compris assez jeune que la presse de gauche et de centre-gauche bien-pensante de Paris était plus totalitaire et mensongère que celle de la droite et de l’extrême-droite, qu’on se faisait moins laver le cerveau en lisant Jours de France que le Nouvel Observateur même si ce dernier était séduisant intellectuellement. Le courants marxistes partout là où ils ont sévi ont rendu à la longue leurs partisans beaucoup plus cyniques et matérialistes (c’était leur but) que leurs adversaires des débuts.


  • Miville Miville 22 novembre 2015 23:00

    @Miville Last but not least, vos armes ne sont plus les plus perfectionnées. La Russie a déjà des bombes EMP plantées dans votre sous-sol, à la commande d’un réseau d’espionnage resté intact depuis le temps du KGB. La Russie ne frappera pas la première mais en tentant de l’empêcher de survivre économiquement comme vous faites elle sera contrainte de vous neutraliser en faisant détonner ces dispositifs. Les bombes EMP détruisent tous les circuits électroniques actifs dans leur rayon d’action. L’entraînement à tirer par écran interposé ne sera plus d’aucun secours. En attendant ce coup de Jarnac final, la Russie aura fait partir la guerre civile dans toutes vos grandes métropoles par les mêmes techniques éprouvées du temps du marxisme, et Dieu sait si vos populations ont maintenant de bonnes raisons de la faire, si bien que votre armée sera trop occupée pour réagir à l’attaque extérieure imprévue.