• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de ZEN



  • ZEN marcel thiriet 13 juillet 2006 15:11

    « Les IA auront les mêmes droits que nous. Et si elles s’avèrent plus aptes que nous à gérer le monde elles le gèreront. Les hommes ne sont en aucune manière le sommet de l’évolution. Ce qui importe c’est que l’aventure de la conscience se poursuive. À long terme, son support matériel importe peu car tout support est destiné à se déliter. Nous savons d’ailleurs que vouloir protéger une espèce à tout-prix est le meilleur moyen de l’affaiblir. J’ai discuté de ce point dans Le peuple des connecteurs. »

    On est en plein délire irrationnel ,assez « New Age » par beaucoup d’aspects,qui mélange tous les points de vue dans la plus grande confusion,qui flatte certes certains affects, mais qui laisse la raison plus que perplexe....

    Puisque vous avez lu Wittgenstein, j’ai retenu de lui : « Ce que l’on ne connait pas, il faut le taire » (Tractatus)



  • ZEN marcel thiriet 13 juillet 2006 15:01

    Adolphos, arrète de jouer avec ton ordi...retourne à l’école !



  • ZEN marcel thiriet 13 juillet 2006 14:51

    Pour éviter le défilé sans fin des idées toutes faites et l’affontement des sempiternels mêmes préjugés, je me permets de suggérer quelques lectures qui changent le regard porté d’ici sur l’Islam :

    1)OLIVIER ROY : « L’islam mondialisé »( seuil) :fine étude d’un grand connaisseur des réseaux islamistes sur les problèmes de l’occidentalisation mal vécue et des crises qui en résultent

    2Maxime RODINSON :(l’indépassable connaisseur de l’Islam):ses études sur « Mahomet , »Les Arabes« , »La fascination de l’Islam",etc...



  • ZEN marcel thiriet 13 juillet 2006 14:16

    Intéressant, mais déjà traité il y a quelques semaines...



  • ZEN marcel thiriet 13 juillet 2006 14:11

    Tout à fait d’accord avec vous pour signaler ce décalage historique, ce qui ne légitime rien, bien sûr. L’Evangile comprend aussi des passages trés violents..



  • ZEN marcel thiriet 13 février 2006 20:54

    Comme dit mon précédent anonyme,les riches,c’est l’espérance des pauvres...Je me croyais au 21° siècle,pas au 19° !...Sortez un peu de cette vieille et inopérante opposition entre riches et pauvres.Faites un peu d’économie,vous sortirez ainsi des propos de café du commerce.



  • ZEN marcel thiriet 13 février 2006 19:05

    Bonjour, Oui,jco,c’est bien là le fond du problème ,les risques futurs engendrés par un capitalisme à courte vue et finalement destructeur et autodestructeur...engendrant désespérance et détresse à grande échelle .L’économie fordienne avait compris que la hausse des salaires était paint béni pour les entreprises à court et à moyen terme...mais allez expliquer cela au 1 pour cent des actionnaires qui détiennent l’essentiel des capitaux ,et en quoi un retraité californien serait ému par la précarité grandissante que génère le système dans lequel il n’est qu’un pion aveugle...



  • ZEN marcel thiriet 12 février 2006 21:52

    Je partage le pessimisme de Petit Vaudois,mais il n’y pas de « diabolisation » à faire ;les mécanismes économiques de l’ultralibéralisme et ses conséquences sont parfaitement analysables et compréhensibles,ce qui peut donner non pas le défaitisme (qui entretient le système),mais la lucidité et le désir de résister.C’est intéressant de lire ce que disent d’anciens zélateurs de ce type de capitalisme,par ex:Joseph E.Stiglitz dans« la grande désillusion »,qui a démisionné de la Banque Mondiale en dénonçant « le fanatisme des marchés » .Autre exemple,plus récent:Jean Peyrelevade ,ancien banquier(« le capitalisme total »)montrant à quoi va aboutir un capitalisme financier devenu fou ...et proposant des remèdes.Il est clair que la politique générale de Bruxelles est grangrénée par le dogmatisme neo-liberal anglo-saxon... Lire l’ouvrage de R.Marc Jennar :« la trahison des élites »(Fayard) ,trés bon connaisseur des mécanismes de décisions européennes, est sur ce point décapant et éclairant. Bon courage !



  • ZEN marcel thiriet 9 février 2006 22:52

    A Eresse. Pauvre parent,mais lucide et finalement plein de bon sens !..Mais combien ne savent pas ,n’imaginent même pas...Je pense que tous les problèmes viennent de là:une absence de structuration de l’esprit par manque de structuration de la langue.Tout le reste en dépend. Pour nos « pédagogues » attitrés,la grammaire est l’ennemie,la contrainte est déconseillée, et une armée d’instit.mal (ou pas du tout )formés (bien« formatés » ?)n’ont pas fini de faire des dégats.Devinez qui en subiront les conséquences les plus lourdes ?...A suivre...Avez-vous lu le livre de Jean-Paul Brighelli ,assez provocateur,parfois simpliste,mais trés efficace :« La fabrique du crétin » ?



  • ZEN marcel thiriet 9 février 2006 22:15

    Le terme de « destruction » me choque,il conviendrait plutôt de parler de dénaturation,car le savoir est devenu un objectif secondaire ou indéfiniment reporté.Je pense que nous évoluons rapidement vers une américanisation du système éducatif,comme le Québec,comme la Suisse, où la maîtrise du savoir(et donc l’accès au pouvoir)sera (de plus en plus)le fait d’une minorité privilégiée (voyez la baisse de la représentation des élèves issus des milieux les moins privilégiés en classe prépa et dans les grandes écoles).Il y une origine politico-économique (neo-libérale,pour faire simple) à cette dérive ,que l’Etat ne fait qu’entériner au lieu de réparer,de contre-carrer(« ouvrir l’école sur la vie » a été longtemps le slogan qui,derriére son apparent bon sens,a consacré l’abandon de toute rigueur et a ouvert la voie aux jargons pédagogiques et aux pontes de la doctrine officielle du « laisser-faire »,qui convient parfaitement aux marchands qui cherchent à s’annexer la jeunesse .Qui dira jamais les dégats opérés par les précheurs de « modernité »,les zélateurs de la pédagogie sans contraintes...Résulats:des terminales (« L » de surcroît !) qui n’ont jamais lu un roman complétement,ou qui avouent avoir horreur de lire,parfaitement prêts à tous les conditionnements...A suivre.



  • ZEN marcel thiriet 9 février 2006 19:20

    J’attends d’en savoir un peu plus sur les analyses, les présupposés et les arrière-pensées de monsieur Lafforgue,avec lequel je suis pour l’instant d’accord,malgré la trop brève présentation..Je veux simplement apporter mon témoignage d’ancien enseignant .J’ai terminé ma carrière en lycée de plus en plus affligé par le niveau moyen des éléves de Terminales qui m’étaient confiés:manque de vocabulaire,logique aberrante,absence de bon sens dans le raisonnement,déficit incroyable de culture minimale,écriture hésitante et maladroite (ne parlons pas des fautes d’orthographe !),attention minimale et épisodique, etc...Bref, des symptômes souvent décrits dans d’excellents ouvrages récents. Les causes ne sont pas qu’institutionnelles,mais la politique scolaire suivie depuis 1972 est bel et bien en cause.Il faudrait du temps pour en bien parler,mais le désintérêt, voire le mépris pour la culture et la réflexion critique me semblent être une caractéristique dominante de beaucoup d’orientations qui ont produit les effets perceptibles aujourd’hui.A suivre...