• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de Eliane Jacquot



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 31 mars 13:40

    Menaces d’effondrement de certains Etats du continent Africain


    Nul n’est censé ignorer que l’Afrique est confrontée à une explosion démographique , de grandes inégalités de revenus , sur fond d’appareils d’Etat corrompus . Le continent, qui regroupe deux milliards d’habitants subit de plein fouet le dévissage du prix du baril de pétrole , tombé récemment en deçà de 25$(Brent Mer du Nord ), son cours aujourd’hui est de 23,48 $ . L’Afrique sera très vulnérable aux politiques menées par les pays riches tant qu’elle exportera ses matières premières aux cours volatiles en attendant de recevoir en retour des ressources financières aléatoires .

    Dans ce contexte , trois pays , l’Algérie, l’Angola et le Nigéria sont fortement dépendants de la production d’hydrocarbures .

    Avec une économie rentière fondée sur le pétrole qui représente 95% des exportations et plus de 60% des recettes fiscales , la marge de manœuvre de l’Etat Algérien est limitée dans un pays où la situation économique se dégrade inexorablement . Pour équilibrer son budget, le pays aurait besoin d’un baril à 116 $ , au niveau de production actuel . A cela se juxtapose une crise politique et sociale aiguë.

    En Afrique Australe , l’Angola, deuxième producteur de pétrole du continent , qui représente 40% de son PIB , peine toujours à se relever de la chute des cours de l’or noir entamée à l’été 2014 . Bien que puissance politique et militaire régionale, on y observe une grande corruption au niveau des élus et des milieux d’affaires .

    En Afrique de l’Ouest le Nigéria , première puissance et pays le plus peuplé d’Afrique peine à diversifier une économie très dépendante aux revenus pétroliers qui représentent 90% des exportations et les deux tiers des recettes fiscales . Tout en abritant plus de personnes vivant dans l’extrême pauvreté qu’aucune autre nation, une grande criminalité organisée menace le cœur de son système .

    Dans le même temps, la « ruée vers l’Afrique » pour y trouver des marchés et y contrôler les abondantes ressources naturelles est de plus en plus d’actualité . On y retrouve la France, ancienne puissance coloniale , la Russie, la Chine , le Japon, les pays du Golfe persique ...Leurs dirigeants sont-ils conscients que la guerre des prix du pétrole déclenchée par l’Arabie Saoudite lors du week end du 7 mars dernier aura des répercutions dramatiques et non quantifiables sur les pays producteurs , tant qu’elle perdurera ?




  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 14 mars 13:42

    @Pierre

    Merci pour votre description géopolitique très complète sur les fluctuations aberrantes des prix de l’Or Noir , liées aux guerres intestines des nations productrices , qui tient une grande place dans la crise financière actuelle , et ne fait que l’accentuer.

    Pour rester dans la légèreté sur ce sujet ,je vous recommande de feuilleter cette BD. Elle retrace la place centrale de l’industrie pétrolière dans les conflits géopolitiques centraux du 20 ème siècle au travers de la puissance éco et financière de ses majors (les Sept Soeurs ).

    En librairie : la BD « La malédiction du pétrole » (extraits)

    Le pétrole est la première source d’énergie consommée dans le monde (31,4% du mix de 2018 en énergie primaire selon les dernières données de l’AIE(1)). L’histoire de son développement et son import...

    connaissancedesenergies.org



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 13 février 14:04

    @Samson
    Un grand merci à vous.



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 13 février 14:03

    @oncle archibald

    J’ai vu aussi ces deux éblouissantes expos en 2013, dans le cadre de " Marseille, Capitale européenne de la culture . "

    La génération des Monet, , Renoir, , Cézanne, Gauguin , Van Gogh et plus tard Braque , Bonnard , Matisse , Picasso , De Staël ont abordé le Midi en nouvelle terre sacrée . Ce territoire est devenu un véritable atelier à ciel ouvert de part sa grande intensité lumineuse . Lumière verticale, couleurs irradiantes, et sans doute aussi attrait d’une vie plus authentique et sereine , le Midi , ou plutôt tout l’arc méditerranéen , de Collioure à Menton a agit comme un aimant pour les artistes, . Et ce territoire est passé du grand atelier à ciel ouvert imaginé par Van Gogh qui ne verra pas le jour à un véritable laboratoire de la modernité , fauvisme, cubisme et expressionnisme .

    Sous le soleil exactement ...



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 13 février 12:05

    Antonin Artaud a bien décrit la puissance du ressenti face à son œuvre « Il n’y a pas de fantômes dans les tableaux de Van Gogh , pas de visions, pas d’hallucinations . C’est de la vérité torride d’un soleil de deux heures de l’après – midi »

    et aussi 

    « Non, Van Gogh n’était pas fou, , mais ses peintures étaient des feux grégeois, des bombes atomiques, dont l’angle de vision, à côté de toutes les autres peintures qui sévissaient à cette époque, eût été capable de déranger gravement le conformisme larvaire de la bourgeoisie second Empire et des sbires de Thiers, de Gambetta, de Félix Faure, comme ceux de Napoléon III. Car ce n’est pas un certain conformisme de mœurs que la peinture de Van Gogh attaque, mais celui même des institutions. Et même la nature extérieure, avec ses climats, ses marées et ses tempêtes d’équinoxe ne peut plus, après le passage de Van Gogh sur terre, garder la même gravitation. »

     Antonin Artaud, Van Gogh le suicidé de la société



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 25 janvier 14:08

    @Raymond75
    Bonjour, 
    Votre complément est tellement intéressant que je partage le billet dans sa totalité :

    « Quelle Différence entre le système actuel et le système féodal ?

    Comparer notre système socio-économique au système féodal peut paraître exagéré de prime abord. Mais en creusant un peu, il est possible d’entrevoir les similarités entre les deux systèmes.

    Au Moyen-âge, il suffisait aux seigneurs de posséder des terres, acquises par la force ou pas, pour y faire travailler des serfs, contre une rente qui pouvait prendre plusieurs formes : corvées, taille, cens, champart… 

    Depuis le XIXème siècle, les seigneurs existent toujours, mais ils ont pris une nouvelle apparence. Il n’est plus question de conquérir des terres par la guerre, mais de posséder de l’immobilier et des actions de sociétés grâce à la création monétaire. 

    Contrairement à une croyance populaire, ces nouveaux seigneurs ne possèdent pas leur richesse grâce à leur épargne, mais grâce au crédit qui permet de créer de l’argent à partir de rien. Une fois créé, cet argent permet d’acquérir des biens immobiliers, et les joyaux du CAC40. 

    Le jeu est simple pour cette caste : prélever des loyers et des dividendes supérieurs aux intérêts payés au banquiers, qui sont les principaux complices de cette confiscation des richesses. 

    De nos jours, grâce à l’action de la BCE, la caste emprunte à 0%, et touche entre 3 et 5% de rendement en loyers et dividendes. Un jeu à la limite trop facile. Surtout que les vannes du crédit sont grandes ouvertes pour rembourser les anciens crédits par de nouveaux crédits ! 

    Qui sont les serfs dans cette histoire : et bien tous les autres. Tous ceux qui payent des loyers pour leurs logements ou leurs boutiques. Ceux qui payent les intérêts de leurs crédits en tout genre : immobilier, étudiant, consommation (près de 220 milliards d’euros par an !). 

    Ceux qui travaillent et qui voient des actionnaires acheter grâce au crédit “gratuit” des morceaux de leurs sociétés sont aussi les perdants. Quel paradoxe : rémunérer un actionnaire parasite d’un nouveau genre, un privilégié du crédit bancaire, au lieu de rémunérer les actionnaires historiques ou les travailleurs. 

    Même les épargnants sont les dindons de la farce ! Ils voient leur cash perdre de la valeur, puisqu’il ne rapporte plus rien en intérêts…

    Les seigneurs de notre monde moderne sont ceux qui sont le plus proche de la création monétaire. Leurs serfs sont les travailleurs qui créent pourtant la richesse qui engraisse les seigneurs. Et les Kapos sont nos dirigeants successifs qui ne font rien contre cette injustice ! 

    Pour sortir de ce système néo féodal, il faut reprendre la main sur la création monétaire et interdire l’usure.
    Sans cet objectif, l’aliénation des peuples continuera au service de la caste, jusqu’à l’éclatement de la bulle du crédit, et des désordres qui en résulteraient. 

    Anice Lajnef, Décembre 2019




  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 24 janvier 08:25

    Bonjour@Croa

    Il y a en effet un argent qui circule sans rapport avec les vrais richesses .Les banques centrales continuent de faire tourner la planche à billet , associé à des taux de plus en plus bas .Christine Lagarde, récemment nommée à la tète de la BCE s’inscrit dans ce schéma . Cet afflux discontinu de monnaie  provoque des bulles sur quasiment l’ensemble des actifs de la planète.

    Bulle boursière, obligataire, immobilière. 

    On assiste à une implosion de la dette mondiale et des bulles d’actifs ( dette mondiale évaluée à environ de 250 000 milliards de Dollars )



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 23 janvier 21:21

    @sound of

    Je vous remercie et je vous recommande à propos des 1% la lecture du dernier rapport 
    de l’ONG Oxfam sur ce sujet , écrit dans le cadre du Davos 2020 :

    buff.ly/3akrlq9



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 23 janvier 18:12

    Bonjour Jason , 

    Je suis entièrement en accord avec vous.

    J’ai hésité à évoquer les mouvements sociaux , mais je l’ai fait pour exprimer le désarroi des populations face aux états qui perdent leur rôle de médiation du système international . Ils laissent ainsi l’économique et le social dans un étrange face à face . Le politique, en tant que régulateur historique, n’est plus alors au centre du jeu et devient marginal, ce qui me semble très grave pour nos démocraties avancées .

    « dans tous les cas, le monde de la finance sera secouru par les banques centrales et les contribuables paieront une bonne partie de la facture. C’est la seule certitude. »



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 23 janvier 16:47

     Les hedge funds sont des fonds d’investissement d’un type particulier. Il n’existe pas de définition légale, précise et formelle du terme.  La traduction littérale en français est « fonds de couverture », c’est-à-dire se livrant à des placements de protection contre les fluctuations des marchés considérés.

    Une telle définition devrait les faire pencher du côté des fonds sans risque ; or, au contraire il s’agit de fond particulièrement risqués, beaucoup plus risqués que les fonds communs de placement (OPCVM).Ils sont peu ou pas réglementés

    Source https://www.lafinancepourtous.com/decryptages/marches-financiers/acteurs-de-la-finance/hedge-funds/



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 17 janvier 17:18

    @Fergus

    1:Il s’agit d’une accusation trop grave pour ne pas citer le texte intégral publié par sa fille, qui évoque à juste titre des dénonciations calomnieuses , à la suite du délire qui s’est emparé des médias parisiens intellos bobos et de la presse à scandale à propos de l’ « Affaire Matzneff »

    " Pédophiles 

    Françoise Dolto fait depuis peu l’objet d’une attaque sur le net à propos de ses soi-disant prises de position pro pédophiles. Il s’agit d’une malveillance contre laquelle nous sommes impuissants puisque la loi française ne nous permet pas de réplique légale, on a le droit de diffamer les morts. De quoi s’agit il ?

    - D’abord d’un amalgame entre deux pétitions, l’une demandant l’abaissement de la majorité sexuelle que Françoise Dolto avait signée en compagnie de personnes très éminentes. L’autre demandant la libération de pédophiles avérés et condamnés qu’elle n’a bien entendu pas signée. Mais il se trouve que certaines personnes, pro pédophiles notoires, ont signé les deux pétitions. Cette affaire avait déjà été évoquée avec la même confusion il y a quelques années à la radio, j’avais obtenu une droit de réponse sur la même antenne à la même heure un mois plus tard. cf l’article que j’avais écrit dans le monde à ce propos. J’ajoute que tout cela se passait dans les suites à l’époque du suicide de Gabrielle Russier, professeur qui avait entretenu une relation avec un de ses élèves.
    - De citations tirées de leur contexte dans lesquelles Françoise Dolto parle de l’inconscient et non du registre conscient. Cela dénature totalement ses propos bien évidemment.
    - Des extrait d’un interview que j’ai retrouvé annoté de sa main disant que cela ne correspondait pas à ce qu’elle avait dit et que c’était affreux. Mais il est vrai qu’elle n’a pas attaqué les auteurs en justice car cela n’était pas son genre et elle était déjà très malade.

    Tous ceux qui connaissent son œuvre et sa personne ne sauraient accorder le moindre crédit à ces dénonciations calomnieuses. Françoise Dolto a toujours défendu farouchement la causes des enfants et il est bien évident que défendre les pédophiles ne pouvait faire partie de ses combats. Il s’agit d’une volonté délibérée de lui nuire, pour des raisons que j’ignore, dans laquelle j’ai été instrumentalisée. En effet j’ai en toute bonne fois rappelé au téléphone leur auteur, qui m’avait prévenue de ses intentions, pour tenter de comprendre ce qui l’animait et de lui expliquer la réalité, mais au moment de cet échange je n’avais pas les documents sous les yeux, il en profite pour me décrire comme bredouillante et tombant des nues…cette manière d’utiliser cet échange en dit long sur l’état d’esprit de l’auteur de cette cabale.

    Catherine Dolto »

    2 :On peut aussi consulter sur le même site quelques éléments biographiques à propos d’une grande dame du siècle passé ,dont le travail a fait avancer la connaissance et les thérapies associées sur un ensemble de pathologies infantiles jusque là méconnues , en développant une éthique de la psychanalyse d’enfants .

    Mais sa pensée complexe a donné lieu à toutes les dérives d’interprétation que l’on retrouve aujourd’hui dans les médias .

    http://www.dolto.fr/qui-est-francoise-dolto-une-personnalite-du-vingtieme-siecle.html



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 1er janvier 09:48

    Sylvain Rakotoarison

    Je vous souhaite en retour une année 2020 lumineuse, harmonieuse , et pleine de nouvelles contributions au fil du temps . 



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 20 décembre 2019 17:54

    Je souhaite partager ici quelques remarques personnelles à propos de l’homme .

    La peinture de Nicolas de Staël reflète la trajectoire de son existence . Sa vie se confond avec les déchirements de son siècle . Il est né à l’aube de la première guerre mondiale qui s’achève avec la révolution russe en 1917 marquant une rupture pour ce descendant de la noblesse de Saint-Pétersbourg . On retrouve tout au long de son œuvre le drame de l’enfance , les années d’errance après le déracinement , le dénuement d’une vie de bohème , l’âme slave , ainsi que le regard puissant et mélancolique de ce météore .

    La musique est omniprésente , dans ses gènes comme sur ses toiles . Une analyse psychanalytique de son œuvre ferait sans doute resurgir les traumatismes de l’enfance, la lutte constante entre éros et thanatos ,conduisant chez lui à la victoire finale de la pulsion de mort au terme d’un incessant travail marqué par les soubresauts de la sensibilité et de la passion .« Mais le vertige, j’aime bien cela , moi. J’y tiens parfois à tout prix, en grand. »1954

    Il a laissé plus de 1000 tableaux , autant de dessins, une abondante correspondance et des liens d’amitié durables avec des écrivains, poètes, critiques qui stimulèrent ses recherches et ses hésitations . Il a laissé l’énigme d’une vie menée tambour battant .

    C’est pour l’ensemble de ces raisons que j’aime Nicolas de Staël , sa puissance émotionnelle , sa personnalité extrêmement attachante , son refus hautin de toutes les écoles, à l’encontre des diktats d’une époque qui le sommait de choisir entre abstraction et figuration . Son parcours brille d’un éclat singulier dans l’histoire de l’art du XX ème siècle



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 19 décembre 2019 19:12

    @uleskiserge
    Je suis allée sur votre blog et j’ai découvert entre autre un article très opportun sur France Culture ( Ou l’esprit de fermeture , à mon sens...) 
    http://serge-uleski.over-blog.com/2019/11/france-culture-complaisance-parti-pris-et-censure.html
    Je vous incite à le publier au moment de cette interminable et inappropriée grève de Radio France . 



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 19 décembre 2019 16:24

    @uleskiserge
    Bonjour, 

    Si vous m’aviez lue , vous auriez compris que mon propos est de décrire l’itinéraire d’un artiste, et non pas de porter un jugement sur sa surévaluation le marché de l’Art Contemporain .



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 27 novembre 2019 17:39

    @Eric F

    Bonjour,

    Vous évoquez de nombreux problèmes qui se posent aux jeunes en situation de précarité vis à vis de leurs emplois futurs .

    Je reste pour ma part volontairement au niveau des étudiants évoqués dans ma note et je vous incite à lire cet article sur le thème de l’éducation publié au cours de cette année par l’Observatoire des inégalités et dont les sources sont très sures , ici le Ministère de l’Éducation Nationale . Il souligne ce que nous savions déjà que « Plus on s’élève dans les études supérieures, moins on compte de jeunes des milieux populaires ». Et c’est ceux là qui vivant en dessous du seuil de pauvreté que l’on retrouve dans les centre de distribution des Restos du Cœur , souvent contraints de mettre fin à leurs études sans qualification .

    https://www.inegalites.fr/Les-milieux-populaires-largement-sous-representes-dans-l-enseignement-superieur?id_theme=17



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 27 novembre 2019 14:48

    Merci pour vos remarques et encore

    En 2018, les Restos du Cœur indiquent avoir reçu 30 000 étudiants sur leurs 900 000 bénéficiaires. Constat inquiétant : 51 % des bénéficiaires ont moins de 26 ans et 39 % ont moins de 18 ans. Selon l’Observatoire national de la vie étudiante, 20 % des 18-24 ans vivent sous le seuil de pauvreté. Cette précarité grandissante a été illustrée de manière dramatique début novembre, lorsqu’un jeune étudiant de Lyon s’est immolé par le feu devant le Crous étudiant , « désespéré » par ses conditions de vie.



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 27 novembre 2019 09:02

    @Raymond75
    Bonjour, 
    Je suis entièrement en accord avec vous, il n’y a pas que des salauds chez les riches .En effet, le Rotary et le Lion’s Club mènent en Province des actions remarquables auprès des défavorisés, il est important de le souligner , et c’est une réalité respectable .



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 27 novembre 2019 08:56

    @Samson

    Bonjour

    La protestation impulsée par les Gilets jaunes est un sujet en soi et un autre sujet :

    Voici ce que j’en pense , et je vous conseille de lire un court et percutant essai publié sur ce thème . Il y est question de l’étendue de la fracture qui sépare les « élites » des  gens d’en bas . Je me répète, fracture géographique, économique politique et sociale . Mais surtout fracture culturelle entre ces fameuses élites qui nous gouvernent et tous les autres citoyens . Fracture entre les biens pensants , condescendants ,essentiellement concentrés dans les beaux quartiers parisiens et le parti de l’ordre qui se crispent devant la violence de ceux qui osent enfin s’insurger . Élite politique qui affiche sa légitimité en déniant aux révoltés la capacité de rompre une souveraineté d’origine transcendante portée par le président Macron qui assume et revendique la verticalité du pouvoir .

    " La protestation des Gilets jaunes , c’est une demande de justice, de dignité , d’égalité , portée par une catégorie de Français qu’on n’avait pas l’habitude d’écouter , ni d’entendre " 

    Danièle Sallenave  , Jojo le Gilet Jaune , Tracts Gallimard , 2019



  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 26 novembre 2019 15:30

    @ZenZoe
    Bonjour, un grand merci à vous.
    A quoi aspirent les pauvres, en France comme ailleurs ?
    Une terre, un toit , un travail , aspirations universelles et intemporelles , pour lesquelles des mouvements populaires se lèvent partout à travers le monde .