• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ZEN

ZEN

Un citoyen, tout simplement....
" Un homme ne se mêlant pas de politique mérite de passer, non pour un citoyen paisible, mais pour un citoyen inutile." [Thucydide]

Tableau de bord

  • Premier article le 14/08/2006
  • Modérateur depuis le 29/09/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 316 15222 11122
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 249 174 75
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions













Derniers commentaires



  • ZEN ZEN 13 septembre 2018 12:21

    @Krokodilo

    Bonjour,
    J’en remets une couche...Bis repetita.

    Ce n’est pas l’anglais qui est à remettre en question, ni même le globish en usage dans les aéroports ou dans certaines transactions internationales (sous -langue que parlent plus ou moins bien nos élites), mais l’anglomanie en vogue, jusque chez mon coiffeur..

     Comme disait Churchill : l« anglais est facile à parler...mal.

    (Ce que l’on peut entendre ou presque)- »C’est aussi indispensable dans un brainstorming que pour un one to one au desk du boss. En effet, si vous ne comprenez pas les résultats du benchmarking sur le B to C offshore, gare au downsizing. Une place dans l’open space, ça se mérite. Vous devez être simply the best. Mais no stress : avec un bon coach, sky is the limit quel que soit votre background. Travaillez straight to the point pendant les jours en day off et vous serez on top.« 

    -«  L’anglais est la langue du vainqueur. »(général Jean Béca)

    - »L’anglais est l’avenir de la francophonie
    " (B.Kouchner)

    -Dans son rapport de 1987/88, le directeur du British Council écrit «  Le véritable or noir de la Grande-Bretagne n’est pas le pétrole de la Mer du Nord mais la langue anglaise . Le défi que nous affrontons est de l’exploiter à fond »




  • ZEN ZEN 8 septembre 2018 10:09

    @L’enfoiré

    Il y eu bien une francomanie, surtout dans certaines cours européennes au 18° siècle notamment
    Mais c’est révolu.
    Il existe encore une petite franco-folie très marginale dans certains milieux snobs de l’Est américain . One touch...


  • ZEN ZEN 7 septembre 2018 17:11

    @JPB73

    On y va, on y va...
    Essayez l’application Google traduction, vous verrez
    Vous pouvez vous faire servir chez un pharmacien japonais sans difficulté.


  • ZEN ZEN 7 septembre 2018 11:56

    Ce n’est pas l’anglais qui est à critiquer, ni même le globish en usage dans les aéroports ou dans certaines transactions internationales (sous -langue que parlent plus ou moins bien nos élites), mais l’anglomanie en vogue, jusque chez mon coiffeur..

    Kroko avait raison : Comme disait Churchill : l« anglais est facile à parler...mal.

    (Ce que l’on peut entendre ou presque)- »C’est aussi indispensable dans un brainstorming que pour un one to one au desk du boss. En effet, si vous ne comprenez pas les résultats du benchmarking sur le B to C offshore, gare au downsizing. Une place dans l’open space, ça se mérite. Vous devez être simply the best. Mais no stress : avec un bon coach, sky is the limit quel que soit votre background. Travaillez straight to the point pendant les jours en day off et vous serez on top.« 

    -«  L’anglais est la langue du vainqueur. »(général Jean Béca)

    - »L’anglais est l’avenir de la francophonie
    " (B.Kouchner)

    -Dans son rapport de 1987/88, le directeur du British Council écrit «  Le véritable or noir de la Grande-Bretagne n’est pas le pétrole de la Mer du Nord mais la langue anglaise . Le défi que nous affrontons est de l’exploiter à fond »



  • ZEN ZEN 7 septembre 2018 10:23

    Bonjour Kroko,


    Il est utile de rappeler qu’une langue n’est pas seulement un outil de communication, souvent utile (Il m’arrive de pratiquer un globish de base dans mes voyages et mes contacts et la langue anglaise a plus d’une richesse, souvent méconnue), mais elle contribue à structurer la pensée , le « génie » d’un peuple.
    Le pire est l’utilisation de l’anglais dans le monde des affaires français, souvent sans nécessité. Dans les instances européennes, elle est plus qu’en déclin, malgré les règles.
Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité