• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jjwaDal

jjwaDal

Un petit bonhomme d'une curiosité exceptionnelle qui considère la recherche de la réalité comme une des plus belles expériences de la vie.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/06/2008
  • Modérateur depuis le 02/08/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 27 3213 1449
1 mois 3 106 342
5 jours 0 12 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 319 248 71
1 mois 15 12 3
5 jours 1 1 0

Ses articles classés par : nombre de réactions













Derniers commentaires



  • jjwaDal jjwaDal 20 octobre 2010 21:07

    @epapel
    Solanki dans son exposé ne visait pas à montrer un couplage entre les températures moyennes globales et les paramètres solaires.
    La remarque est juste, mais d’une part la globalité de l’optimum médiéval est encore débattue (Grudd a épinglé Allègre pour l’avoir méconnu en utilisant sa courbe la plus récente « bidouillée ») et d’autres facteurs ont pu intervenir pour épauler un effet solaire. L’épisode n’est pas décrit d’ailleurs comme un plateau de températures chaudes.
    Par contre le « petit âge glaciaire » semble avoir été planétaire et se superposer assez bien à la courbe. Quand à l’époque plus récente, d’une part on sort de cet épisode indéniable et d’autre part le soleil présente une pente (dans la production de tâches solaires et ce qui va avec) inédite en 7000 ans.
    Il a atteint des sommets. Laissons le redescendre et voyons ce qui se passe. Si la thèse de Solanki est exacte, nous allons vers des décennies éclairantes sur le sujet des liens climat/soleil.



  • jjwaDal jjwaDal 19 octobre 2010 19:28

    @Voltaire
    Il faut relativiser. Il est vrai que le soleil a eu un minimum inconnu à l’ère spatiale mais très commun au 19ième siècle. Je conseille pour les anglicistes une conférence de Solanky à l’AGU (ici) où il mettait en perspective l’activité solaire sur plusieurs échelles de temps.
    Sur 7000 ans on peut dire que le soleil a rarement été aussi « tonique » (en terme de TSI, irradiance solaire totale) qu’au cours du siècle passé. Le graphique le plus explicite est à 19’ et je le mets (capture d’écran).



  • jjwaDal jjwaDal 18 octobre 2010 22:27

    @LeGuss
    Ma vignette est celle que le « huffingtonpost » a choisie pour illustrer la sous-rubrique Iran dans la rubrique « World ».
    C’est juste une piqûre de rappel pour rappeler aux amateurs de lessive cérébrale qu’un seul Etat dans la région dispose de l’arme nucléaire qu’il a pissé sur tous les règlements internationaux en vigueur avec le soutien inconditionnel des USA et que ce n’est pas l’Iran (cherchez bien...). et que l’envie d’aller y casser du G.I. pour verrouiller le pétrole du golfe en totalité démange des cerveaux malades au sein même du « brightest beacon for freedom » dont parlait Bush dans son allocution post 9/11.
    Je gage que vous connaissez l’aphorisme de S. Guitry qui sied fort bien au nez rouge dont vous m’affublez.

    @Joletaxi
    J’ai déjà répondu en partie à cette question. On sait tous qu’une bonne partie des calories dans l’hydrosphère est dans les océans car en gros un m3 d’eau contient 3500 fois plus de calories qu’un m3 d’air à l’altitude zéro (même température).
    L’écart avec un m3 d’air à 1000 ou 5000m est encore plus grand bien sûr.
    Il n’y a pas photo non plus quand on compare l’inertie thermique respective des deux milieux.
    Les océans sont donc une bouillote la nuit et l’hiver et un climatiseur le jour et l’été (pour simplifier).
    Quand à savoir s’ils absorbent ou émettent un flux net de calories et la variation temporelle (sur bien plus que 50 ans) je tire mon chapeau à ceux qui pensent avoir les données. Where’s the missing heat ?



  • jjwaDal jjwaDal 18 octobre 2010 11:05

    « Négationnistes » est un terme grotesque.
    Allez dire ça à Lindzen ou Spencer qui en connaissent bien plus long que vous et moi sur le climat...
    La presse choisit simplement de se focaliser sur cette nouvelle en oubliant à côté la dégringolade (toute aussi indéniable) des températures de surface (SST) de l’océan mondial (qui mécaniquement ne peut que tirer les températures vers le bas avec un temps de latence).
    S’il y a (comme cela semble pouvoir être le cas) une synergie des facteurs refroidissants sur la décennie à venir, il sera intéressant de voir ce que le monde réel (pas celui de nos souhaits ni des simulations « ad hoc ») répond.
    Si la nature répond (je continue à chauffer que ça vous plaise ou non) le rang des sceptiques s’éclaircira peu à peu.
    En attendant on est très loin de pouvoir boucler le bilan des échanges thermiques de la Terre avec son environnement. Dire qu’on a LE coupable dans ces conditions est prématuré.
    Le temps dira.



  • jjwaDal jjwaDal 12 septembre 2010 08:23

    Il est fort aisé de prouver la thèse de pétrole d’origine abiotique et ceux qui affirment que l’essentiel du pétrole (sinon la totalité) provient de cette source peuvent invalider la théorie dominante (végétaux décomposés) en mesurant simplement le rapport des isotopes du carbone dans les hydrocarbures. La vie préfère les isotopes légers pour ses fabrications.
    Si le pétrole de nombreux puits (tous ?) vient du tréfond de la Terre, une petite analyse et on démontre que le rapport C12/C14 n’est pas celui des végétaux qui seraient à l’origine de ce pétrole. Ils n’ont pas jugés utiles de faire la mesure qui trancherait ? Oh, c’est bêta !...

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité