• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > A Marseille, l’Italie c’est nous aussi !

A Marseille, l’Italie c’est nous aussi !

La presse marseillaise ne s'y est pas trompée, pas plus que les inspecteurs mandatés par le gouvernement italien pour contrôler le fonctionnement du Consulat : avec le soutien de la communauté des italiens de l'étranger, la crise de l'Institut Culturel Italien de Marseille a pris, depuis le 17 janvier, une nouvelle dimension.

 On connaîtra au printemps le verdict du Tribunal des prud'hommes saisi par l'équipe enseignante privée d'emploi et de revenu depuis la rentrée de septembre, après la rupture du contrat liant leur employeur officiel - l'association Amerigo Vespucci – à l'ICI de Marseille, son seul et unique client. On connaîtra aussi la teneur du rapport des deux inspecteurs mandatés par la Farnesina, le ministère italien des affaires étrangères, sur le fonctionnement de l'Institut et du Consulat qui en exerce la tutelle.

Mais dans tous les cas, la solidarité joyeuse des quelques 150 manifestants réunis ce glacial 17 janvier sous les fenêtres du Consul Fabrizio Mazza pour une Bella Ciao revisitée, ne laisse aucun doute sur leur volonté d'amplifier encore leur mouvement.

Ils y sont d'autant plus encouragés que leur action en faveur de l'enseignement et de la culture rejoint celle engagée par le Com.it.es (Communauté des Italiens de l'étranger) à l'initiative de ce rassemblement inédit. Son président Gerardo Iandolo dénonce l'autoritarisme du Consul et la situation des personnels depuis son arrivée en 2014. Tout comme Robert Boero, le président de l'Association régionale des Piémontais de Marseille, hébergée au Consulat et que «  le Consul veut mettre à la porte  ». Tout comme la Société italienne de bienfaisance et d'assistance (SIBA), «  une société créée à Marseille en 1864 pour les italiens nécessiteux » rappelle sa présidente Maria-Domenica Picardo, qui fait pourtant l'objet d'une procédure d'expulsion pour le 30 janvier.

 

Des profs qu'on licencie et des associations qu'on expulse

Tous ont reçu le soutien du député des Italiens de l'étranger, Gianni Farina (Partito Democratico), auteur notamment d'une proposition de loi pour la réorganisation des instituts culturels italiens à l'étranger, venu spécialement de Suisse pour condamner des « méthodes brutales qui ternissent l'image de l'Italie ».

Un point de vue en totale opposition avec celui exprimé deux mois auparavant par Vincenzo De Luca, au nom du Ministère des Affaires Etrangères, dans une lettre en réponse à une élève, Marie-Thérèse Boyer, où il rappelait que le Consul Mazza agissait conformément à la loi italienne, « dans l'intérêt de l'Etat Italien » avant d'inviter poliment les élèves de Marseille ...à rester à leur place.

 

Mais n'est-ce pas justement ce qu'ils font ?

Qui aurait pu imaginer en effet que la révolte automnale des élèves de Sebastiana Frau, Silvia Maiorani, Alessandra Sette et Anna Tartari dont la qualité des cours a permis une progression constante des inscriptions, serait toujours aussi vivace et déterminée, passées les fêtes de fin d'année ?

 

Qui aurait cru que la démission spectaculaire des ces amoureux du Bel paese dépasserait le temps de l'émotion – les deux tiers des 350 élèves ont refusé de renouveler leur adhésion – pour s'installer dans la durée et

pointer la contradiction criante entre les ambitions affichées ces derniers mois en faveur du développement de l'enseignement de la langue de Dante et de la culture italienne - Les états généraux de la langue italienne dans le monde en octobre à Florence et la Conférence des directeurs des Instituts Culturels Italiens dans le monde, en décembre à Rome – et la réalité du précariat auquel l'Italie condamne ses enseignants. A Marseille, comme à Paris, à Bruxelles comme à New York.

 

Au delà des initiatives contestées du Consul Mazza, le conflit de Marseille pose au gouvernement italien la question de son rapport aux communautés italiennes de l'étranger dans la diversité de leurs composantes. Cette diversité ne se limite pas – et c'est une chance pour l'Italie ! - aux seuls nationaux.

Lorsqu'on est convaincu du rôle majeur de la diffusion de la langue et de la culture pour l'économie et le rayonnement de l'Italie, il y a quelque incohérence à traiter par le mépris les concitoyens marseillais de Jean Giono, d'Ivo Livi et de Jean-Claude Izzo. Ces Français, qui pour nombre d'entre eux ont leurs racines de l'autre côté des Alpes, sont les meilleurs vecteurs de ce patrimoine immatériel auprès de leurs familles, de leurs relations professionnelles et associatives.

C'est à un gâchis humain, culturel mais également économique que s'oppose le mouvement de l'une des communautés italiennes les plus importantes de France. C'est ce refus qu'exprime l'affirmation «  L'Italie, c'est nous aussi ! ». Tous les amis de ce pays superbe devraient s'en réjouir.

 

Georges Rey

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • baldis30 26 janvier 2017 08:16

    C’est une des faces du mépris que le gouvernement italien manifeste vis-à-vis de la culture. Pourtant l’article IX de la Constitution italienne est très précis sur la protection et la diffusion de la culture.

    Un exemple vécu personnellement : c’était sous l’un des ministères berlussolini lequel venait de sucrer bien des subventions à l’art lyrique. Passant devant le Regio à Turin j’aperçois une banderole sur une grande partie de la façade faisant référence à cet article IX. Une fois entrés, le chef d’orchestre en place .... « Fratelli d’Italia » comme tous les italiens nous nous levons, et en voix off ... l’article IX ....

    de même quelques semaines après, 120 km à l’Est devant une façade qui ne paye pas de mine des tramways arrêtés par la foule qui écoute ..... un certain Dario Fo après à l’intérieur un concert donné avec l’assentiment du sovrintendante .... pas n’importe qui ....

    Plus connu du public, parce que cela a été télévisé l’intervention de Ricardo Muti lors de la représentation de Nabucco à Rome en présence du président de la République Napolitano et de l’inévtable berlussolini ... Après le chœur des hébreux ... Muti prend la parole pour la culture ... gueule du berlussolini .... qui faisait plaisir à voir ...

    la culture coûte cher , essayez la technocratie ....


    • creditparticulier 20 février 2017 19:35
      Accord de crédit sérieux et rapide entre particulier

      creditserieuxentreparticulier1@gmail.com

      Bonjour Mr / Mme
      Ce message s’adresse aux particuliers, ou à tous
      ceux qui sont dans le besoin d’un prêt particulier pour reconstruire
      leur vie , vous êtes à la recherche de prêt pour soit relancer vos
      activités soit pour la réalisation d’un projet, soit pour vous acheter
      un appartement mais vous êtes interdit bancaire ou votre dossier à été
      rejeté à la banque.
      Je suis une particulière j’octroie des prêts allant de 1.000 à 500.000
      € à toutes personnes capable de respecter les conditions. Mon taux
      d’intérêt est de 2.2% l’an.
      Si vous avez besoin d’argent pour d’autres raisons, n’hésitez pas à me
      contacter pour plus d’informations. Particuliers sérieux et honnêtes.
      Merci de me contacter par mail : creditserieuxentreparticulier1@gmail.com
      Cordialement

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

GEORGES REY


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès