• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > D’huloterie en huloterie, comme la France ruine son image face aux (...)

D’huloterie en huloterie, comme la France ruine son image face aux climato-sceptiques et à Donald Trump

Tandis que le temps s’accélère face au changement climatique et à la destruction des espèces, Monsieur Hulot paraît dépassé par la stratégie médiatique des industriels et des poids lourds du gouvernement. L’homme semblait pourtant au fait des stratégies d’image. Naïveté, cynisme ?

19 mai 2016 : « A l’occasion de cet anniversaire, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme et EDF, partenaire fondateur, renouvellent leur engagement par la signature d’une nouvelle convention de partenariat pour une durée de trois ans. » Comme tous les Français, le Groupe EDF sait que Monsieur Hulot est « ministrable ». (Nicolas Hulot et Monsieur Lévy, président du Groupe EDF). (Pour le communiqué de presse complet : https://www.edf.fr/sites/default/files/contrib/groupe-edf/espaces-dedies/espace-medias/cp/2016/cp_20160519_fnh.pdf).

 

ACTE 1 : NON-SORTIE DU NUCLEAIRE, EDF AU SECOURS DU SOLDAT HULOT

 « C’est une erreur de casting », disait en 2003 Nicolas Hulot de Roselyne Bachelot lorsqu’elle fut nommée au ministère de l’écologie. Alors conseilleur de Jacques Chirac pour l’environnement, Nicolas Hulot jugeait ce président « imprégné de sincères convictions écologiques » (voir ici), même s’il regrettait sa « solitude » face aux lobbies de l’agriculture productiviste et du nucléaire. Comment gommer le désastre en termes d’image quand le ministre annonce le mardi 7 novembre que l’objectif de réduction ou sortie du nucléaire est abandonné ? Dès le 11 décembre 2017, le Groupe EDF vole au secours de la communication énergétique du gouvernement Philippe : son PDG, Jean-Bernard Lévy annonce le « Plan solaire » du Groupe EDF. En termes de couverture médiatique, c’est le jack-pot , toute la presse spécialisée et généraliste est présente : le chiffre annoncé, 25 millliards, est énorme. Le PDG développe ensuite ses intentions dans Ouest France : « Avec 1,5 % de la production, cette énergie était marginale. A terme, ce sera 15 %, 20 %, 25 %. Le journal insiste sur les 35 milliards de dette du Groupe : « C’est une vraie préoccupation », reconnaît le PDG. La Cour des comptes estime à 80 milliards le « grand carénage » des centrales nucléaires, indique l’intervieweur. C’est moins, rassure le PDG : « Les investissements sur 2014-2015, c’est bien 48 milliards ». Différence : 32 milliards ! Et le PDG de préciser : « Nous avons réduit les coûts d’investissements du grand carénage de 13 % par rapport à ce que nous annoncions en 2014 » (soit seulement 48). Pour l’EPR de Flamanville, maintien des positions : « La situation s’est (même) améliorée ». « Ce sera bien une vitrine technologique ». Mais, entre les lignes, on comprend bien l’effet de ciseau dans lequel est pris le groupe : baisse structurelle du photovoltaïque, augmentation structurelle du nucléaire. Il faudrait un prix plancher à l’électricité non-carbone. La solution est trouvée : fixer un coût supérieur à la tonne de carbone, un « prix plancher pour le C02 », nous dit le PDG. Or, aujourd’hui, le coût de la tonne est de 5 dollars. Monsieur Macron voudrait le voir à 30. Les ONG, elles, préconisent 80, voire 120 dollars, l’idéal pour rendre définitivement non rentables le charbon et le fuel. Mais la création d’un grand marché du carbone ne peut être qu’internationale : en l’absence des USA, du Canada et de la Russie, une telle régulation est inenvisageable. Et ce d’autant plus que ces pays en partie au-delà du cercle arctique voient le réchauffement comme un atout. Jusqu’à présent, la décision puis la régulation étatique, ont imposé et protégé le nucléaire : immergé par le vœu même de l’état dans un contexte international, le Groupe EDF ne peut compter sur aucune régulation pour empêcher le scénario de la faillite. La seule solution serait de cantonner ses actifs quelque part dans un hors bilan, à l’image de ce qui a été fait pour la crise du Crédit Lyonnais. Plus que jamais, éviter le désastre climatique impose de faire disparaître le passif financier de la France.

En tout cas, en termes d’image, le baromètre Statista, pour BFM.com, le montre : Nicolas Hulot reste une des personnalités préférées des Français : 46 %, en remontée de 1 %. La remontée d’Emmanuel Macron est spectaculaire : + 9% ; + 11 % pour Edouard Philippe. 46è place dans le baromètre Journal du Dimanche/Europe1 , juste après Madame le Pen (et 34 pour Monsieur Macron). A l’évidence, Emmanuel Macron n’a pas fait d’erreur de casting en promouvant cette personnalité comme ministre ; les reniements de celui-ci semblent en plus montrer l’indifférence de l’opinion par rapport à l’écologie. Quel prix devra-t-on payer jusqu’à ce que cette dernière envisage l’importance de la crise biologique ? Il est clair que Monsieur Hulot, en reniant le rôle d’ambassadeur naturel qu’on lui avait attribué, participe à cette occultation. Et cela s’amplifie…

ACTE 2 : MONSIEUR HULOT, VOUS REPRENDRIZ BIEN UN PEU DE GLYPHOSATE ?

Etats généraux de l’alimentation : chef d’orchestre, Emmanuel Macron ; maître de ballet, Edouard Philippe. Dans le premier rôle, le ministre de l’agriculture « et de l’alimentation ». Nicolas Hulot n’ira pas à la journée conclusive. C’est l’occasion pour le commentateur de noter qu’entre juillet 2017 et décembre 2017, le fossé entre Stéphane Travert et Nicolas Hulot s’est profondément creusé. En juillet, les deux ministres affichaient encore à Versailles une unité de façade en lançant ces « états généraux », malgré une passe d’arme feutrée sur les insecticides tueurs d’abeilles. Ex socialiste frondeur, réélu député de la Manche, donc d’une circonscription plutôt rurale, pour Yannick Jadot « le discours deTravers est dicté par la FNSEA ». En effet, quand on focalise plus précisément, on voit le ministre se réjouir que l’autorisation du glyphosate ait été raménée à 5 ans, au lieu des 10 prévus, en omettant de dire son alignement complet sur la position allemande dénoncée comme agro-business. Si on lui fait remarquer que Monsieur Macron voulait trois ans, le ministre fait remarquer sur LCI : « Je n’y vois ni cafouillage ni quoi que ce soit d’autre (...). Si je n’étais pas soutenu, je ne serai pas là ce matin devant vous. » La seule constante du ministre de l’agriculture semble donc être son soutien aux pesticides. Sa position se renforce au fil des mois contre la position de Monsieur Hulot, si toutefois celui-ci en a une.

ACTE 3 : AEROPORT-NOTRE-DAME-DES-LANDES, FAIRE PORTER LA COMMUNICATION D’UNE REPRESSION DEJA PLANIFIEE A MONSIEUR HULOT ?

On sent bien là encore l’effritement de la position de Monsieur Hulot. Le ministre des affaires étrangères, Yves Le Drian, jette soudain son poids dans la balance des pro-NDDL. Monsieur Le Drian, c’est le poids des socialistes ralliés à En Marche dans le Grand Ouest ; poids sans lequel En Marche existerait difficilement seul dans cette région, qui est clé quand on analyse les votes régionaux Front national/Monsieur Macron aux présidentielles. Quant au porte parole du gouvernement et secrétaire général d’En Marche, Christophe Castaner, celui-ci déclare dans Le Parisien du vendredi 1er décembre : « 200 à 300 Zadistes se préparent au combat ». Et ce n’est pas le Journal du dimanche qui dira le contraire : dans « Les photos secrètes de la ZAD », il montre l’entrée d’un inquiétant souterrain qui servirait de repli aux Zadistes… Mais d’où viennent les photos ? Du journal ? Très vite, Libération les met en cause (voir ici). Pire, pour Arrêt sur images, il s’agirait de photos données par la gendarmerie elle-même (je pencherai pour cette hypothèse : dans l’une, on voit sur une image une collection de talkies-walkies, un ordinateur, des prises USB, etc., un plan de la zone et autres objets difficilement discernables typique des collections issues des perquisitions. On ne voit vraiment pas les Zadistes rassembler eux-mêmes ce tableau de chasse, ou un(e) journaliste le faire. Confronté à tout ceci, le JDD reconnaît que, eh non, les images ne viennent pas d’eux… Et de modifier le titre de l’article, qui devient : « Des photos de Notre-Dame-des-Landes qui inquiètent les forces de l’ordre ». Mais peu importe pour le train de l’information : des chaînes d’information en continue à France 5, des journalistes parfois presque effrayés reprennent les menaces que feraient peser les Zadistes sur l’ordre public.

 

« Surveiller, se cacher, blesser, communiquer » : tel est l’un des sous-titres du Journal du Dimanche qui surmonte la photo présentant une collection hétéroclite d’objets. La phrase semble issue du manuel d’instruction d’un service de répression. Pourquoi ne pas ajouter « tuer » ? Après tout, à Sivens… Pourquoi ne pas présenter aussi des témoins cachés derrière un rideau et qui réciteraient le même texte écrit par le ministère de l’intérieur ? C’est quoi ce journalisme ?

CONCLUSION

Nicolas Hulot se sentira-t-il contraint de démissionner si Notre-Dame-des-Landes reçoit l’aval d’Emmanuel Macron ? Que fera-t-il ce dernier choisit de préserver le bocage, mais de profiter de la présence de 200 ou 300 Zadistes pour se donner une image d’intransigeance sur le plan sécuritaire ? Comment Nicolas Hulot peut-il accepter le soutien affiché par Monsieur Le Drian pour un aéroport à NDDL ? Dans la relation que nous entretenons avec notre planète, même le ministre des affaires étrangères semble avoir choisi de parler contre celle-ci, enfermé dans des références d’un autre temps. Conséquence directe : si Emmanuel Macron veut jouer durablement face à Donald Trump la « carte » bio-climatique, la crédibilité de sa politique environnementale intérieure rendra cette aspiration vaine sur le plan international.

 

Pierre-Gilles Bellin

Documents joints à cet article

D'huloterie en huloterie, comme la France ruine son image face aux climato-sceptiques et à Donald Trump D'huloterie en huloterie, comme la France ruine son image face aux climato-sceptiques et à Donald Trump

Moyenne des avis sur cet article :  2.59/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • sarcastelle sarcastelle 25 décembre 2017 10:33

    Hulot se déconsidèrerait devant l’écologie radicale. 

    Et alors ? Que croit-elle au juste ? Pour qui se prend-elle ? 

    • Choucas Choucas 25 décembre 2017 10:38

       
       
      GÉNIAL PAPE DES BONOBOBOS VERS
       
      Record de monde de conso perso de kérosène

      La vertu hypocrite du gôôôchiste biobio, anti-raciste, sans-frontièriste,
       
      bobo vert va à l’aéroport prendre son Boeing en Prius ... le pauvre en diesel interdit dans la capitale bobo

      Hors-bord 225 cv, 6 cylindres essence, 160 litres à l’heure tranquille à 5000 tr/mn
      6 voitures, 2 motos, 105.000 euros 

      http://www.bfmtv.com/politique/patrimoine-des-ministres-les-six-voitures-de-nicolas-hulot-1328760.html
      http://www.letelegramme.fr/debats/hulot-faites-ce-que-je-dis-pas-ce-que-je-fais-18-12-2017-11784245.php


      • sarcastelle sarcastelle 25 décembre 2017 12:26

        @Choucas a écrit :  225 cv..............160 litres à l’heure

        .
        Vous êtes lourd. On croirait fifi brindacier avec ses 10% d’huile de vidange dans la salade. 
        Deuxième édition : 
        160 litres d’essence font environ 115 kg (en prenant densité 0,72)
        115 kg à l’heure pour 225 chevaux supposés plein pot font : 115 / 225 = une consommation spécifique de 510 grammes de carburant par cheval et par heure. 
        Le plus vorace des moteurs à deux temps n’arrive pas à ce chiffre. Ici nous avons affaire à un moteur à 4 temps qui par nature tourne aux environs de 40% de la consommation que vous prétendez.
        .
        La gauche, la droite ou les écolos, quand il y a une sottise scientifique, je suis impartiale. 
        .
        Je ne dis pas que vous avez inventé ces chiffres. Vous les aurez lus sous la plume d’un journaliste. Bon, eh bien, hein... !


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 décembre 2017 09:22

        @sarcastelle
        Fifi vous informe que l’environnement, la défense des consommateurs, la mer, la pêche et l’agriculture ne font plus partie depuis le Traité de Maastricht, des compétences des Etats...
        Et pour la PAC, depuis 1962, c’est dans le Traité de Rome.


        Si notre belle classe politique était honnête, elle expliquerait qu’elle n’a plus la main en matière d’environnement, elle n’aurait plus de Ministres dans ces domaines, qui sont pilotés par la Commission européenne.

        Tout ce qu’ils peuvent faire, et ils ne s’en privent pas, c’est de remuer de l’air pour faire du vent...


      • vesjem vesjem 26 décembre 2017 12:23

        @sarcastelle
        225 cV essence en bateau « plein pot » # 60 l / h


      • flourens flourens 25 décembre 2017 11:28

        M le ministre Hulot ne veut plus de véhicule fonctionnant avec du pétrole d’ici 2040, soit, adonc toutes seront remplacées par des véhicules électriques, 39 000 000 (aujourd’hui) sont en circulation, il n’est pas insensé de dire qu’en 2040 il y aura 39 000 000 de véhicules électriques, sauf inventions radicales, ces voitures n’auront qu’une autonomie réduite, imaginons que 50% s’en servent pour le travail, alors cela ferait près de 20 000 000 de conducteurs qui, en rentrant chez eux, rechargeraient EN MÊME TEMPS leurs batteries, je vous laisse calculer la quantité d’électricité qu’il faudrait en simultané pour faire face, pour moi il va falloir au moins 20 centrales nucléaires en plus, en effet l’hiver il fait nuit de bonne heure, les gens rentrent après 18h donc pas de solaire, dites moi M Hulot, comment on fait alors, je sais que vous mettez cette question sous le tapis, mais on aimerait vous entendre sur ce sujet


        • sarcastelle sarcastelle 25 décembre 2017 12:10

          @flourens

          .
          Les voitures à pétrole ne seront pas remplacées une pour une par des électriques
          On bourrera le crâne de la génération montante et on empêchera de conduire la génération descendante. Si cela ne suffit pas on prendra des mesures plus draconiennes. 

        • izarn izarn 25 décembre 2017 13:11

          @flourens

          Hulot est fou....A cette époque, il n’y aura pas assez de véhicules élèctriques d’occasion pour les « sans dents » qui risquent d’augmenter... Heureusment les ministres ont des plans qui ne marchent jamais.... Ensuite Hulot doit faire face à ExxonMobil, Total, BP.....A coté c’est un nain dérisoire. Ensuite le CO2 n’est pas responsable du changement climatique qui risque fort de se refroidir smiley C’est de la com pour les crétins. C’est à dire son élèctorat.


        • izarn izarn 25 décembre 2017 13:18

          @izarn Je ne nie pas l’interet de l’auto éléctrique. Mais les contraintes sur ces autos sont telles, qu’y croire en Occident est un fantasme d’alcoolique. Par contre la Chine et l’Inde sont bien plus crédibles sur le sujet. Vu la norme des abrutis qui hurlent parcequ’on les limite à 80 km/h : Mon pauvre Hulot ! Et justement les autos éléctriques sont valables en autonomie en dessous de 80 km/h ! Hé oui !


        • Attilax Attilax 25 décembre 2017 22:05

          @izarn

          Bien que toutes les marques en sortent à grand frais, c’est un fait : les voitures électriques ne se vendent quasiment pas. Les gens ne sont pas dingues, acheter une bagnole entre 20 et 40 000€ pour n’avoir que 150 à 300 kms d’autonomie, LOUER en plus la batterie et attendre 5h pour pouvoir repartir, franchement faut être complètement con, riche, ou n’avoir que peu de trajet journalier à faire, sans ça ça ne le fait pas. Du coup, ce sont les flottes des états qui raquent : la Poste, les hostos, etc... C’est pour ça à mon avis qu’ils sont en train de légiférer pour nous obliger à acheter ces merdes, pas pour l’environnement mais bien pour toutes ces pauvres sociétés qui n’arrivent pas à vendre leur production et qui pleurnichent. Solution choisie : interdire progressivement les moteurs thermiques, comme ça les gens n’auront pas le choix. À l’heure actuelle, le seul qui ne pollue pas en voiture électrique, c’est le conducteur. En amont, l’extraction du lithium est une catastrophe pour les sols et les sous-sols, on dirait Mordor, et en aval, sachant que la durée de vie moyenne d’une batterie est de 900 cycles, au bout de 3 ans d’utilisation journalière, on obtient donc un joli déchet final et faut changer la batterie. 3 ans, c’est à dire pas grand-chose... On pollue toujours, mais les sols au lieu de l’air et pas chez nous. J’appelle ça s’acheter une bonne conscience, mais certainement pas « sauver » la planète. Et je ne parle même pas de la saturation des centrales si tout le monde s’y met !
          Je croirai à l’électrique le jour où ils permettront que les voitures produisent elles-mêmes leur énergie. Un truc comme ça, par exemple :
          https://www.usinenouvelle.com/article/salon-de-geneve-quant-une-voiture-electrique-qui-roule-a-l-eau-salee.N245839
          L’hydrogène est de loin la meilleure piste. D’ailleurs tous les constructeurs s’y intéressent également, BMW a même un modèle avec piles à combustible sur le marché. Hélas, pour une raison qui m’échappe, ce n’est pas la solution qu’ils ont privilégiée...

          On va donc continuer à massacrer des régions entières pour fabriquer des petites batteries par milliards avec une durée de vie de 900 cycles... Ce n’est pas viable (pour le moment en tous cas).


        • baldis30 25 décembre 2017 22:47

          @flourens
          bonsoir,

          ’« rechargeraient EN MÊME TEMPS leurs batteries, »

          Tout à fait d’accord pour le côté recharge de votre réponse ! Mais en plus le mot magique « batterie »... magique parce qu’on parle à tort et à travers de progrès , d’inventions de géniaux petits inventeurs coincés par les grands groupes etc... etc...

           S’il y avait tellement d’immenses progrès et des inventions aussi géniales que des journalistes le croient il y a longtemps que bien des malades souffrant d’insuffisance respiratoire en auraient profité pour le matériel portatif dont ils disposent .... c’est là où le mensonge politicard transparait le plus .... On ne le souligne pas assez ...


        • Enabomber Enabomber 26 décembre 2017 01:08

          @Attilax
          Et l’autonomie par une nuit noire à -10°C, je préfère ne pas l’imaginer...


        • markos 26 décembre 2017 08:03

          @sarcastelle
          je poste mon interrogation sur ce sujet et pas forcément en direction vous, sarcastelle.
          admettons que la population joue le jeu et se dote de véhicules électriques, ce qui n’est pas totalement utopique.
          c’est surtout la question du transport de marchandises qui m’intrigue.
          est-ce qu’il y a un plan pour limiter ces transports là ?
          j’entends peu de politique exprimer leur point de vue la dessus alors que d’évidence, il faut raccourcir les trajets entre les lieux de production et les lieux de consommation.
          relocalisation serait le terme adapté mais il n’est pas trop dans l’air du temps.
          peut être que l’écologie à la sauce UE montre ses limites face à la liberté de création d’entreprise sur tout son territoire et la libre circulation des marchandises.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 décembre 2017 09:34

          @markos et les autres...
          Ne vous disputez pas... Ce qui est très moche, c’est le CO2, et pas le nucléaire !
          Le nucléaire, ah que c’est vachement bien, ça produit pas de CO2...
          C’est d’ailleurs ce qu’explique EDF : « Le Nucléaire, une énergie faiblement émettrice en CO2 »


          C’est pour remplacer le pétrole et le charbon par le nucléaire que Tchatcher a mis un gros paquet d’argent sur la table, pour que le GIEC démontre, par n’importe quel moyen, que le CO2, c’est caca boudin.
          « Le réchauffement anthropique, un mensonge qui arrange »

        • markos 26 décembre 2017 10:52

          @Fifi Brind_acier
          je ne sais pas d’avis définitif sur les deux, le nucléaire ou le co2.
          alors c’est sur que pour le nucléaire, il y a des exemples terribles qui peuvent nous donner de sérieuses craintes, mais je ne connais pas d’incident majeur en europe de l’ouest qui ait causé des dizaines de morts.
          pour le co2, je ne sais pas non plus ça joue tant que ça sur le réchauffement, je ne sais pas plus si 2 degré de plus dans 40 ans, ça rendra notre planète invivable.
          depuis que je suis petit, on nous promet des catastrophes. c’est une fâcheuse tendance humaine que de jouer à se faire peur.


        • Croa Croa 26 décembre 2017 11:19

          @izarn
          « Et justement les autos éléctriques sont valables en autonomie en dessous de 80 km/h ! Hé oui ! »
          *
          Si la préoccupation du gouvernement était celle-là pour son projet de limitation à 80 il aurait prévu de baisser aussi la vitesse sur les autoroutes, par exemple de 130 à 100km/h. Or rien de tel n’est annoncé.


        • vesjem vesjem 26 décembre 2017 12:18

          @flourens
          au pif : capacité batterie pour une voiture moyenne pouvant parcourir 500 km maxi = 50 KWh
          au pif : 5h de charge pour les 20 000 000 de véhicules électriques en même temps la nuit : ( 50/5 ) x 20 000 000 = 200 000 000 000 W soit 200 MW installés disponibles
          au pif : puissance d’une centrale nucléaire : 1000 MW


        • foufouille foufouille 26 décembre 2017 12:52

          @vesjem
          200 000 000 000 W = 200 GW.


        • foufouille foufouille 26 décembre 2017 12:56

          @vesjem
          ( 50/5 ) x 20 000 000 = 5000 000 000 kw soit 5TW de conso totale.


        • vesjem vesjem 26 décembre 2017 16:20

          @foufouilleoui, 200GW


        • vesjem vesjem 26 décembre 2017 16:24

          @foufouille
          50/5=10 10x20 000 000=200 000 000Kw= 200 000 000 000W=200GW


        • vesjem vesjem 26 décembre 2017 16:25

          @foufouille
          idem, centrale nucléaire : 1 000GW


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 décembre 2017 17:38

          @markos
          Le CO2 n’est pas un poison, il est recyclé par la végétation et les océans.
          Ils nous prennent pour des truffes.


          Il n’y a jamais eu aussi peu de CO2 dans l’atmosphère, depuis 600 millions d’années. On le sait grâce aux carottages dans les glaces, on peut analyser les bulles d’air contenues dans la glace.

          Par contre, ce qui est toxique, et pas qu’un peu, ce sont les pollutions de l’air, les particules fines, les pollutions de l’eau, des terres, les rejets toxiques dans les mers et les océans etc . Mais là, silence radio, on touche à des intérêts financiers.

          Tandis que le CO2, ça permet d’augmenter les taxes sur les énergies fossiles, en culpabilisant les citoyens.  Cf Augmentation du prix du gaz au 1er janvier 2018. Ce n’est pas le prix des énergies qui augmente, ce sont les taxes.

          Pour le nucléaire, adressez-vous à Berniolles.

        • FreeDemocracy FreeDemocracy 26 décembre 2017 18:21
          @Flourens
          le mensonge est si gros qu’il passe comme une lettre à la poste...

          QUELLE SOURCE DE PROFIT dantesque RENOUVELER UN PARC AUTOROUTIER A L’ECHELLE MONDIALE, UNE PREMIERE.

          merci citoyen abruti par l’eau chaude grâce à vous moi PATRON DE MULTINATIONALE je vais m’en mettre plein les fouilles car votre VOITURE ELECTRIQUE ELLE MARCHERA PAS A L’EAU AHAHAHAHAHAHAH et ça polluera TOUJOURS DONC ?

          sinon le vélo ça ne pollue pas c’est simple non ? faut pas être ingénieur hein 

          im B cile

        • foufouille foufouille 26 décembre 2017 18:25

          @vesjem
          c’est 50kwh x 5 = 250 surtout pour 500 km .............


        • vesjem vesjem 26 décembre 2017 19:51

          @foufouille
          50kWh divisé par 5 (heures de charge de nuit) pour avoir la puissance nécessaire dispo à la charge des 20 000 000 d’autos pendant 5 heures


        • velosolex velosolex 31 décembre 2017 17:02

          @markos
          Tant qu’on laissera toute l’attitude aux gens, en tentant de les responsabiliser, faut pas croire qu’on va évoluer. Les gens se cramponneront à leur diesel tant qu’on leur aura pas interdit d’accés. Je parle de ça comme je pourrais parler du carbone, de la possibilité de prendre l’avion 50 fois par an. On n’a pas demande aux alcooliques de tenter de boire un peu moins « soyez gentils les gars faites un effort avant de prendre la route »....L’écologie donc, c’est « à vot’ bon coeur messieurs dames »...

          Hulot la dedans fait ce qu’il peut , pas ce qu’il veut. Un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne, ou ça se fait démissionner. Toujours la dernière roue du carrosse, méprisé, nié, etc...C’est comme ça qu’on a fait toutes ces centrales qu’arrivent en fin de vie, avec le mode d’emploi du démontage qui manque, sans compter ce truc foireux et adipeux de notre dame des landes....
          La terre s’en fout de nos problèmes. On va doucement vers la catastrophe finale, au lieu du grand soir à venir. Pas la peine de vous biler pour dans un demi siècle les gars. ON tentera de survivre, de faire du surf sur la vague ; Et confiance, ça fait décoiffer, Trump et Hulot ou pas !

        • JC_Lavau JC_Lavau 25 décembre 2017 12:51

          « face aux climato-sceptiques ». Faut dire qu’il s’y connais vachement en climats, en physique de l’atmosphère, en océanographie, etc : il lui suffit de recopier ce que lui dicte la presse aux ordres.

          Pierre-Gilles Bellin est suffisamment ignare pour gober ça.

          • JC_Lavau JC_Lavau 25 décembre 2017 15:59

            @JC_Lavau. Faut dire qu’il s’y connait vachement en climats...


            Des fautes de frappe qui m’échappent.


          • Alcyon 25 décembre 2017 21:44

            @JC_Lavau vu ton niveau inférieur à celui nécessaire pour le bac, tu es mal placé pour dénigrer.


          • JMBerniolles 26 décembre 2017 10:11
            @Alcyon

            Déniaiser plutôt... Et si justement il est très bien placé pour cela

          • JC_Lavau JC_Lavau 26 décembre 2017 15:23

            @Alcyon. Aux Glenmuches, ils avaient une recette infaillible pour évaluer la force du vent avec justesse :

            Quand vous estimez la force du vent à 3 Beaufort, retranchez un degré.
            Quand vous estimez la force du vent à 4, retranchez deux degrés.
            Quand vous estimez la force du vent à 5, retranchez trois degrés.
            ...
            Et neuf fois de suite com’aco.
            C’est ainsi qu’ils arrivaient à chavirer n’importe quoi par force deux.

            Ils avaient aussi un beau proverbe :
            Si une connerie est possible, on l’a déjà faite, aux Glenmuches.
            Et si elle n’est pas possible, ça ne va pas tarder.

            On peut transposer à Agoravox.
            Si une connerie est possible à écrire, on l’a déjà écrite sur Agoravox.
            Et si elle n’est pas possible, l’anonyme Alcyon va bientôt la faire.
            Et pourtant la concurrence est rude chez les niaiseux malveillants !

          • zygzornifle zygzornifle 25 décembre 2017 13:40

            Hulot le bulot avec ses 6 bagnoles ses 2 motos et son bateau .... un écolo « bobo iphono macrono » qui a souillé la planète pendant des décennies et qui veut nous faire croire qu’il peut faire quelque chose hormis s’en prendre au dieselistes qui se lèvent très tôt le matin pour travailler et faire sa paye argent de poche ....


            • baldis30 27 décembre 2017 09:54

              @zygzornifle
              bonjour,

              certes je suis d’accord mais une chose me gêne essentiellement .... la comparaison avec le bulot !

              En effet cet animal est consommable et nourrit une population humaine ... alors que le male de la hulotte ne parait pas tellement comestible ! faudrait peut-être mordre dedans .... pour tester !


            • JMBerniolles 25 décembre 2017 21:16
              C’est un texte bâti sur les formules formatées du type « sauvons la Planète » (est-ce que son utilisation à tout va la rend moins ridicule ?), des stéréotypes creux tel ’climato sceptiques’ (pour qualifier des personnes, dont beaucoup de scientifiques reconnus du climat, qui ne nient pas le fait que le climat évolue depuis la nuit des temps, mais contestent avec des arguments scientifiques l’impact anthropique sur le climat) et qui n’assimile pas que les quotas CO2 ont été rapidement transformés en produits boursiers.... (Pour leur imposer une valeur il faudrait déjà les sortir de là)

              D’ailleurs cette dérive financière d’une politique soi-disant établie pour ’maitriser’ le climat, dont la ligne générale est naturellement liée à la source de chaleur solaire (il y a aussi le chauffage depuis le noyau terrestre avec ses singularités dans les fosses océaniques notamment dans le Pacifique où oscillent les phénomènes El Niño et La Niña à l’impact important en température moyenne du globe terrestre,) avec ses instabilités, ses éruptions ..., qualifie pleinement toute la réalité de cette propagande sur le climat, les énergies dites vertes ....  

              Quelques pantins genre Nicolas Hulot qui tire sa fortune personnel de ce commerce, sont chargés d’un emploi d’illusionniste pour faire gober aux gens toute cette construction purement financière. 

              Evidemment avec un tel aveuglement idéologique on ne peut comprendre que ce qui s’affirme aujourd’hui en France c’est l’aspect incontournable, pour les centaines d’années à venir ; de l’énergie nucléaire. 

              • Attilax Attilax 25 décembre 2017 22:19

                @JMBerniolles

                ’ce qui s’affirme aujourd’hui en France c’est l’aspect incontournable, pour les centaines d’années à venir ; de l’énergie nucléaire. ’

                Oui, enfin jusqu’à l’accident qui arrivera tôt ou tard. Entre nos centrales vieillissantes dont on ne cesse d’allonger la durée de vie initiale et l’UPR qui n’est même pas fini et dont on sait déjà que les cuves ont été mal construites, il paraît évident que ça finira par merder. Rajoutez à ça l’excellente idée de bâtir ITER, le projet international de réacteur à fusion, à Caradache, dans une zone sismique à risque, et on a une petite idée de l’épée de Damoclès en suspens au dessus de nos têtes... Notez que pour ITER c’est toujours moins pire qu’au Japon qui concentre 80% des tremblements de terre mondiaux (ils hésitaient entre les deux, décidément nos dirigeants n’ont que de bonnes idées !)


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 décembre 2017 09:43

                @Attilax
                Je suppose que c’est un lapsus : « l’UPR qui n’est même pas fini et dont on sait déjà que les cuves ont été mal construites... » , vous parliez sans doute de l’ EPR !?


                Sinon, il y a bien provisoirement un réchauffement climatique, mais dans une courbe qui depuis 7000 ans, va vers un refroidissement de la planète...

                L’utilité de tout ce bazar médiatique, c’est d’augmenter les impôts, mais sous un vocabulaire écolo, pour mieux faire passer la pilule : « Taxe carbone » , « fiscalité verte », qui peut être contre la nature, hein ?
                Mais ça va nous coûter un bras.

              • JMBerniolles 26 décembre 2017 10:08
                @Attilax

                Un lapsus révélateur .... L’UPR n’est pas fini. Heureusement pour ses nombreux soutiens qui s’expriment sur ce site.... c’est plutôt le début il me semble. 

                L’EPR, celui de Flamanville ainsi que ses deux frères chinois de Taishan, sont construits et sont entrés dans les phases d’essais, à froid puis à chaud, qui précédent la phase décisive du chargement du cœur et la criticité.

                le vieillissement des réacteurs nucléaires, particulièrement au niveau de la cuve réacteur, est étudié et fait l’objet de mesures. Au départ on n’avait pas une idée exacte de la durée de vie d’un REP (les problèmes de vie sont liés aux types de réacteur). Avec les études, les mesures et les cas pratiques de PWR, on arrive à une durée de vie qui va sans problème jusqu’à 60 ans et peut atteindre 80 années.

                Après une phase de renforcement de la sûreté appelée « Fukushima » en liaison avec les problèmes rencontrés à Fukushima Daiichi, EDF lance un grand carénage dont le budget atteindra sans doute les 80 milliards d’euros, pour permettre la prolongation de vie des réacteurs nucléaires. Dont le caractère indispensable a été vérifié il y a peu avec la remise en route en catastrophe de la centrale nucléaire de Tricastin arrêtée par l’ASN sous un prétexte que l’on va carrément qualifier de bidon.

                Outre le fait que l’on sait parfaitement concevoir des installations complexes résistant aux séismes, ITER c’est un fonctionnement de quelques minutes au mieux avec des émissions radioactives contrôlées et peu d’activation de structures et pas de chaleur résiduelle...  








              • Attilax Attilax 26 décembre 2017 11:47

                @Fifi Brind_acier

                LOL énorme lapsus. Oui il fallait bien lire EPR et pas UPR, lapsus involontaire mais rigolo. Aucun rapport avec la choucroute, et j’espère que les cuves de l’UPR seront plus aux normes que celles de l’EPR...


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 décembre 2017 17:23

                @Attilax
                Tout va bien à l’ UPR, rassurez-vous !
                Bonne soirée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



-->