• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Ordonnances : De quoi et de qui Macron est-il en réalité le prête-nom ? (...)

Ordonnances : De quoi et de qui Macron est-il en réalité le prête-nom ? #loitravailXXL

Par  Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF, et de Jo Hernandez, responsable Luttes du PRCF

En ce jour d’annonce du contenu de la 1ère ordonnance Macron, il est important de démasquer le méprisant personnage qui trône à l’Elysée en dénonçant le contenu de classe antisocial, antinational, ultra-atlantique et antidémocratique de l’ENSEMBLE de sa politique.

De quoi et de qui Macron est-il en réalité le prête-nom ?

PNG

Ordonnances Macron : une casse euro-thatchérienne géante est « en marche » sous le nom de « transformation de la France » !

  • La mise à mort du Code du travail national et, dans la foulée, des conventions collectives, puisque dès le 1er octobre, les patrons auront toute licence pour imposer leurs conditions, chantage aux délocalisation à l’appui, entreprise par entreprise. A terme, ce que veulent Gattaz et Cie, c’est un retour à la situation d’avant 1936 et 1945 où les salaires, les conditions de travail et d’emploi, étaient à la discrétion d’un patronat de droit divin ;
  • La possibilité de « VIRER » n’importe qui quand bon leur semblera d’abord par le plafonnement des indemnités pour licenciement abusif, ensuite par le « contrat de chantier » sans durée définie, qui reviendra à licencier du jour au lendemain pour un oui ou pour un non. Cela revient à la mise en extinction des CDI et à la généralisation de la précarité, en attendant de passer à l’ubérisation générale (ce qu’a favorisé MAcron pour les taxis quand il était ministre de l’Economie) ; bien évidemment, la casse des statuts publics suivra si les travailleurs du publics ne sont pas solidaires de ceux du privé et vice-versa. Bref, le CPE pour tout le monde et le retour à l’esclavage salarié le plus brutal.
  • La baisse drastique des indemnités chômage afin que chaque chômeur soit contraint au plus tôt de prendre n’importe quel emploi sous-qualifié, très éloigné de son domicile, etc. : énorme baisse des salaires de tous en vue puisqu’il s’agira d’augmenter la pression sur les salariés (concurrence accrue), le patronat jouant sur du velours ; la suppression des contrats aidés va dans le même sens. Il faudrait évidemment créer des postes statutaires et non des contrats aidés, mais leur suppression directe asphyxie les associations et les collectivités territoriales, jette des centaines de milliers de gens dans la détresse et aggrave brutalement la pression sur l’ensemble des demandeurs d’emploi ;
  • La casse de l’Education nationale qui délivrait jusqu’ici des diplômes nationaux valables sur tout le territoire, qui servaient de référence pour les qualifications, donc pour les conventions nationales de branche. Vivent les établissements scolaires publics rivaux délivrant des « compétences » rechargeables à l’anglo-saxonne, avec en perspective, l’émiettement total du salariat et le chacun pour soi : assurance, là encore d’une baisse sensible des salaires et d’une montée en flèche des profits capitalistes ;
  • La démolition de la Sécu par la suppression des cotisations salariales et patronales, leur remplacement par l’impôt (CSG), donc le dégrèvement total du patronat et du principe du « salaire différé mutualisé » généralisé par Ambroise Croizat en 1946. Avec dans l’immédiat, un appauvrissement sensible des retraités.
  • Le désossage continu de ce qui reste des services publics avec 150 000 emplois de fonctionnaires à supprimer alors que la fonction publique d’Etat et la fonction publique territoriale sont déjà exsangues ;
  • Le saccage des retraites par répartition mises en place par A. Croizat avec le passage à la retraite à points, totalement aléatoire, ce qui permettra le passage insensible, sans décision politique suscitant des réactions, à la baisse continue des pensions et/ou au relèvement continu de l’âge de passage à la retraite (les Accords de Barcelone signés par Chirac et Jospin en 2002 prévoient le passage à « 67 ans en moyenne de l’âge de la retraite au sein de l’UE » et c’est déjà le cas dans ces « modèles » que sont les Pays-Bas, la RFA, etc. ; sont également prévues, par alignement par le bas, la suppression des régimes spéciaux, la prise en compte de la pénibilité de certains travaux, etc.
  • Un acharnement tout particulier contre les fonctionnaires : rétablissement des « journées de carence » en cas de maladie (alors qu’elles devraient être supprimées partout : cette double peine infligée aux salariés malade est une honte !), alignement des retraites des fonctionnaires sur celles du privé (calcul des pensions sur les 25 dernières années et non sur les 6 derniers mois, c’est-à-dire alignement encore et toujours PAR LE BAS), blocage des salaires de la fonction publique pesant sur toutes les négociations salariales, renforcement du « new public management » qui rend le climat des services publics de plus en plus irrespirable ;
  • Baisse des APL étudiantes, sélection à l’entrée des facs, montée des droits d’inscription, déconnexion des diplômes nationaux et des conventions salariales, bref, casse de l’école et de l’université publique « à la française ». L’enseignement public deviendrait alors de plus en plus un lieu de pré-relégation sociale alors que l’école privée accueille déjà de plus en plus les enfants des couches moyennes supérieures ; et tout cela à l’abri d’un insupportable bavardage sur la « réduction des inégalités » et la « bienveillance » de l’institution à l’égard des pires comportements anti-scolaires ;

Le VRAI « JUPITER » a pour nom GATTAZ !

Et dans le même temps, table ouverte pour le grand patronat : division par deux au moins de l’impôt sur la fortune, baisse sensible de l’impôt sur les sociétés, maintien des énormes avantages (CISE, Pacte de responsabilité) aux entreprises (en clair, au patronat), gain moyen de 15 000 € par an aux 280 000 foyers les plus riches de France en termes de cadeaux fiscaux, sans parler des dizaines de milliards de l’évasion fiscale qui continueront à se promener impunément dans les paradis fiscaux que l’UE feint de combattre alors qu’elle organise elle-même, Juncker en tête, le moins-disant fiscal qui permet au CAC-40 de payer proportionnellement moins d’impôts à la France que la moindre PME ! Il faut être du dernier aveuglement, comme le sont hélas par fonction les « journalistes » des grands médias publics et privés (et pour cause, ils sont partie intégrante de l’oligarchie capitaliste ou aspirent à en faire partie) sur la SIGNIFICATION DE CLASSE GROSSIEREMENT ANTIPOPULAIRE ET PROCAPITALISTE de la politique macronienne qui s’avoue d’ailleurs crûment, à la suite de Valls, « business-friendly », c’est-à-dire en bon français pro-capitaliste. Arrachons le masque « social-libéral » de Macron, social EN PAROLES, mais néolibéral, super-maastrichtien et ultra-patronal EN PRATIQUE !

Notons que le petit patronat aurait grand tort de soutenir cette politique par aveuglement idéologique et acharnement antisyndical : si les salaires et les revenus salariaux (retraites, indemnités chômage, remboursements maladie…) continuent de reculer, le marché des artisans, petits commerçants, agriculteurs, continuera de s’effondrer. Par ailleurs, la marche macronienne à l’ « ubérisation » vise aussi les petits patrons comme on le voit déjà dans le domaine des chauffeurs de taxi ou avec la volonté d’accroître les seuils de chiffre d’affaires de l’auto-entreprenariat, ce qui signifie à terme la mort de l’artisanat.

UN POUVOIR FONCIEREMENT ANTINATIONAL

Cette casse sociale à la Thatcher s’accompagne d’une casse géante de la NATION, ce qu’hélas, continuent à ignorer nombre de dirigeants de la gauche politico-syndicale établie, et pour cause : c’est au nom de la « construction européenne » supranationale, de l’euro-austérité parrainée par Merkel au nom de la monnaie unique (c’est-à-dire de l’alignement du franc sur le Deutsche Mark, bien plus « fort »), du Traité de libre-échange transatlantique (« TAFTA ») qui va inévitablement ressurgir une fois passées les élections allemandes, qu’est organisée la casse thatchérienne géante des acquis du CNR, du Front populaire et même de 1905 (repos dominical par exemple) que Macron a reçu mission de mettre en place par Gattaz, cet ennemi juré de l’État nation français et ce fanatique de l’Europe des métropoles, de l’ « Union transatlantique » et des « Etats-Unis d’Europe » (cf le manifeste patronal de 2011 intitulé Besoin d’aire). C’est pourquoi Macron démolit à la fois la « République une et indivisible » issue de la Révolution française jacobine (c’est ce qu’il appelle le « pacte girondin », qui va se traduire par un écartèlement du territoire national venant en appui des baronnies régionalistes dont Gérard Collomb est le chef de file), la langue française totalement livrée au tout-anglais en tous domaines (à marché unique, langue unique), avec une américanisation forcenée de la vie politique nationale (« first lady », Discours présidentiel devant le Congrès, effacement total du Premier Ministre, suivisme aveugle derrière l’OTAN, aventurisme militaire états-unien en Corée, appui aux ingérences de la CIA en Ukraine ou au Venezuela), destruction de la défense nationale (débaptisée par Macron) au profit de l’Armée européenne intégrée à l’OTAN (= remise des clés de la force de dissuasion nucléaire française à Berlin et à Washington) qui est l’arrière-plan de l’affrontement récent entre le chef de l’État et l’ex-chef d’état-major des armées, etc. Ne parlons pas de la cérémonie de St-Etienne du Rouvray où Macron a violé la loi de séparation de l’État et des Églises (« la République ne reconnaît ni ne salarie aucun culte ») en faisant l’éloge – moins du prêtre assassiné que de la hiérarchie ecclésiale, l’évêque du lieu se saisissant de l’occasion pour dénoncer le droit à l’IVG et les revendications sur le droit à l’euthanasie !

 

HALTE AU PSEUDO « DIALOGUE SOCIAL » PERDANT type Berger/Mailly, UNION, ACTION contre les OGM² (Ordonnances Gattaz-Macron-Merkel !).

Dans ces conditions, honte à Mailly qui rejoint de facto la CFDT jaunâtre de Berger dans l’accompagnement de la casse sociale en présentant comme des « vraies discussions » le rideau de fumée dans lequel Macron a enveloppé la préparation des Ordonnances avec l’unique but de freiner la mobilisation estivale, de diviser le front anti-Loi Travail et de gagner du temps.

Plus que jamais, à l’action tous ensemble et en saisissant toutes les occasions de mobilisation possibles, que ce soit le 12 septembre avec la CGT ou le 23 avec la France insoumise, et sur la base de revendications claires et nettes : on ne négocie pas les régressions, retrait des ordonnances et des contre-réformes maastrichtiennes antérieures, défense et reconstruction de l’ensemble des conquêtes du CNR et des ministres communistes de 1945-47, mise en cause radicale, non seulement de Macron-MEDEF, dont le programme est minoritaire dans le pays et dont la légitimité démocratique est plus que suspecte (56% d’abstention aux législatives !), sans oublier de mettre radicalement en cause l’UE et ses organismes d’accompagnement « social », C.E.S. en tête, et de saisir toute occasion pour encourager la renaissance du syndicalisme de classe et de masse en rejetant le « dialogue social » bidon derrière lequel se dissimulent les régressions et les pseudo-syndicalistes traîtres à la classe travailleuse.

Macro-fascisation en vue : Résistance !

Il faut comprendre à temps que ce pouvoir macronien, que la gauche et l’extrême gauche établies ont mensongèrement présenté comme un « barrage antifasciste » face à Le Pen, ou comme un « moindre mal » par rapport à Fillon, sera nécessairement fascisant dans son action antipopulaire.

On le voit déjà quand Macron essaie d’inscrire dans la loi ordinaire les pratiques liberticides de l’état d’urgence et plus encore quand il annonce que la France étant « irréformable », il va falloir lui imposer la « transformation », en clair, le programme euro-atlantico-thatchérien dont la majorité de notre peuple, classe ouvrière et jeunesse populaire en tête, ne veut pas. Le livre de Macron s’intitulait d’ailleurs « Révolution », ce qui – par antiphrase – désigne un ensemble VIOLENT de contre-réformes, voire de « contre-révolution » française (gageons qu’à l’occasion du centenaire de la Révolution d’Octobre, les attaques contre Robespierre assimilé à Lénine vont monter en puissance  : Le Point a déjà donné le la cet été !).

Il faut que le mouvement ouvrier et populaire s’y prépare et pour cela, que cessant d’espérer en un redressement miraculeux des appareils qui continuent de « coller » au PS (à nouveau, le PCF tend la main au PS pour les sénatoriales) et au principe délétère de la « construction européenne », les vrais communistes de ce pays s’unissent dans l’action, associent de nouveau le drapeau rouge au drapeau tricolore, se dotent à nouveau au plus tôt de ce qui leur fait défaut pour passer de la défensive perdante à la contre-offensive gagnante : un VRAI parti communiste, un PC DE COMBAT impulsant le tous ensemble des travailleurs et de la jeunesse, le Front Antifasciste, Patriotique, Pacifique et Ecologique pour sortir de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme tout en combattant à la fois la lepénisation du pays et la macro-fascisation maastrichtienne qu’impulse le « souriant » (pour combien de temps encore ?) Thatcher en place à l’Elysée.

source : https://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/union-action-contre-ordonnances-macron-ue-medef-droits-travailleurs-loitravailxxl-12sept-23sept/


Moyenne des avis sur cet article :  3.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 5 septembre 14:52

    c’était dans son programme, bouffon.
    fallait voter contre macron.
    viens pas couiner, martyr volontaire.


    • Gorg Gorg 5 septembre 15:04

      @foufouille

       C’est vrai à la fin, le PCF a appeler à voter Micron (plutôt que de prôner le bulletin blanc), alors que la gorgone n’avait aucune chance... Qu’est ce qu’ils viennent chouiner maintenant...
      De plus ces guignols ont du croire que c’était également valable pour les législatives... Je me marre...
       Ah, ils ont bonne mine le Pierre Laurent et le Dédé Chassaigne... Les meilleurs ennemis du gandin... Pffff... Des clowns...


    • gogoRat gogoRat 5 septembre 21:19

      « si les travailleurs du publics ne sont pas solidaires de ceux du privé » ?

      Qui va donc se dévouer un jour pour mettre les pieds dans le plat ?

       La France est bloquée dans une guerre civile larvée qui ne peut pas poser le problème qui l’étouffe !

      ----------
      voir les ordres de grandeur des différentes catégories de la population active :

      « Ainsi, sur une population active totale qui s’élève à environ 28 400 000 personnes, l’INSEE
      recense au 31 décembre 2011 :

      3 000 000 non salariés tous secteurs confondus (industrie, commerce, services, ...) et,
      22 800 000 salariés qui se répartissent comme suit :
      . 15 900 000 salariés dans le secteur privé,
      . 1 300 000 salariés dans le secteur semi-public et,
      . 5 600 000 salariés dans le secteur public,
      soit une population active occupée de 25 800 000 personnes à laquelle il convient de
      rajouter :
      - 2 600 000 chômeurs (au sens du BIT). »
      ----------

      Alors pourquoi les Français sont piégés dans ces castes (non égalités en dignité) ? :

      * Les 2 600 000 chômeurs ne font pas le poids devant la « population active occupée » qui les montre du doigt :
       - d’une part par les 5 600 000 salariés du public et les 1 300 000 salariés dans le secteur semi-public qui se doivent de justifier leur palpable immunité contre le chômage par un a priori de mérite sensé justifier cette protection.
       - d’autre part par les 15 900 000 salariés dans le secteur privé qui eux font l’autruche par peur inavouée que le chômage ne les atteigne eux-mêmes ( voir thèse du psy spécialiste officiel du Travail qui avait écrit ’Souffrance en France’ : C. Dejours)
       - et encore par les 3 000 000 de non salariés des industrie, commerce, services, ... pour qui ces indigents sans le sou représentent un manque à gagner pour leurs commerces !

      * les 15 900 000 salariés dans le secteur privé ne font pas le poids devant les 5 600 000 salariés dans le secteur public adossés par les 1 300 000 salariés dans le secteur semi-public
       D’autant plus que, fatalement, statistiquement, la plus grande part de ces 15 900 000 ne peuvent que se mordre les lèvres devant leur conjoint qui apporte du beurre dans les épinards, devant les parents plus ou moins proches, ou devant les amis du public qu’il ne faudrait pas froisser ...

       Alors tout le monde préfère confondre et amalgamer allègrement ’solidarité’ et omerta !


    • gogoRat gogoRat 5 septembre 21:37

       précision :
      les 15 900 000 salariés dans le secteur privé ne font pas le poids devant les 5 600 000 salariés dans le secteur public adossés par les 1 300 000 salariés dans le secteur semi-public
       ... car ces 15 900 000 , sur un siège éjectable, sont à la merci des 6 900 000 généralement aux manettes du pouvoir ou très proches, même quand ce ne sont pas directement des élus (un mandat électoral pour 108 habitants ! et parmi ces élus, chercher le pourcentage privé/public )


    • izarn izarn 6 septembre 01:46

      @Gorg

      Avec un FN plus fort, Gattaz serait devenu livide... Il faut évoluer, ne pas rester 80 ans en arrière... De toute façon, historiquement, le capital en 1939 ne soutenait pas l’extrème droite, ou la droite nationaliste en France, c’est faux. (En Allemagne si, mais c’est une autre histoire !) Quelle droite nationaliste a voté les pleins pouvoirs à Pétain ? Les radicaux, radicaux socialistes, démocrates chrétiens, libéraux de l’époque, ripoublicains, etc... Meme la revue « Action Française » a été mise à l’index par le pape de l’époque. Lire Annie Lacroix Riz sur le sujet...Le sujet du Pape... Pétain c’était qui ? Il entretenait une danseuse... C’était un synarche, style banque Worms, banque d’Indochine, syndicat de la métallurgie...Héhéhé ! Comme dirait Dieudo. Ca des nationalistes ? Alors que tout ces ploutocrates collaboraient avec l’Allemagne depuis des lustres ? Bref, bien entendu, le fachisme, ou le nazisme ont été froidement piloté par le Capital, en Allemagne et en Italie, et de meme en Espagne. Mais pas en France, chez nous ce n’était meme pas la peine ! Au contraire, les nationalistes étaient des emmerdeurs, car germanophobes ! Chez eux, on ne disait pas allemand, on disait boche. Quand Staline a appris que certains communistes voulaient faire un « front antifasciste » avec les radicaux socialos, il a dit non ! « En fait vos pseudos fascistes sont avec nous contre l’Allemagne nazie. » J’imagine ses ordres. Mais c’est ça la vérité, pas l’inverse ! L’inverse n’a aucun sens historique ! En fait le mec communiste viré du parti, a ensuite fondé le PPF, parti archi collabo ! Ben voyons !


    • gogoRat gogoRat 6 septembre 09:25

      ... et puis, c’est pas parce que ça gène qu’il ne faut pas enfoncer le clou :

      privé en France ?

       Reste à distinguer le faux-privé, qui dépend plus au moins fortement des orientations et du pouvoir de la puissance publique (donc, plus ou moins indirectement du contribuable) d’un privé beaucoup plus autarcique.
       Dans ce faux-privé, on peut ranger : les industries liées à l’armement, à l’aerospatial, aux services publics : médical, enseignement, énergie, eau, industries extractives ...
      ou les industries fortement liées au partage d’une activité plus ou moins étatisée ou dépendante des commandes publiques : genre transport ou BTP ...

      ( cf https://fr.wikipedia.org/wiki/Industrie_en_France

      En 2011, les industries françaises ont fait un chiffre d’affaires de 1000 milliards d’euros. Ce chiffre d’affaires se partage de la manière suivante7 :

      • les industries manufacturières (85 %) ;
      • les industries de production et de distribution énergétique (10 %) ;
      • les industries de production et distribution d’eau, d’assainissement de dépollution (4 %) ;
      • les industries extractives (1 %).
      )

       Vu la composition et l’orientation générale de l’industrie en France, il n’y reste donc que fort peu de marge de manœuvre à un vrai secteur privé.

       C’est ainsi que l’Etat actuel n’aura aucune difficulté à ordonnancer sa Réforme qui affecte avant tout les laissés pour compte (d’aucun diront les ’rien’) esclvagisés dans des contrats de subordination du vrai privé, qui est pourtant sensé être la vraie source de phynancement de tout l’appareil étatisé !


    • hervepasgrave hervepasgrave 6 septembre 13:56

      @gogoRat

      • Bonjour autant je ne me fierais pas aux chiffres a qui l’ont fait dire ce que l’on veux et déjà en considérant la bonne mise en pratique de démarrage.
      •  Au minimum tu effleures un sujet que peu de personnes disent dans cette guerre crée de toutes mains pour monter le privé et le public entre eux et surtout pour encore plus démunir tout le monde.
      • Eh ! combien de couples en France sont divisé entre l’un travaillant pour un secteur et l’autre ,là il n’y a pas chiffre ??
      • Pas plus de chiffre de tous ces patrons devenus grâce a cette ressource sécuritaire et qui sont quand la réussite est établie les pires ennemies de ce qu’ils ont profité éhontément par l’entremise du couple.
      •  Voila bien un sujet d’étude, non ? Mais franchement ce la serait bien embarrassant de le faire.Mieux vaut étudier n’importe quelle connerie sans intérêt
      • . Il y a du progrès dans les discours.Est-ce le signe que la raison,le bon sens arrive ? espérons le ! et puis cestpasgrave !

    • taktak 6 septembre 22:09

      @Gorg
      Le PRCF, georges Gastaud ont appellé à l’abstention et au vote blanc ou nul.
      Auparavant, les communistes du PRCF ont pris leurs responsabilités pour battre Macron, Fillon, Le Pen Hamon, la bande des 4 du système, en appelant à utiliser le bulletin de vote Mélenchon.

      Il n’a manqué que très peu de voix pour que Mélenchon soit au 2e tour ce qui nous aurait épargné Macron.


    • JP94 5 septembre 17:04

      Excellent article !

      Il est temps de s’engager dans la lutte et les deux commentaires ci-dessus montrent les vrais alliés de Macron, ceux qui préfèrent ironiser sur ceux qui luttent au lieu de se battre contre le Patronat. 
      Il est vrai que c’est une attitude plus douillette et et qui fera la bonheur de Macron qui surfera sur ces révoltés de pacotille qui sont simplement ds salariés sans conscience de classe,, bien biberonnés au discours anticommuniste de la Classe patronale, qui hameçonne des gogos depuis 150 avec ce hochet, et méprise viscéralement ceux qui en jouent.
      La classe bourgeoise ne craint qu’une chose : un vrai PC puissant. Depuis quelques décennies les pertes du PCF se sont justement accompagnées de régression sociale sans précédent et ça continue.
      Mais elle n’est pas sereine pour autant : Dans son bulletin de Natexis du 18 août, Jean Artus s’inquiète d’une possible « révolution » des salariés suite aux mesures Macron..Un tel recul était inconcevable avec un PCF à 20%, même avec tous ces salariés qui préfèrent cracher sur ceux d’entre eux qui luttent plutôt que de sa mettre à genoux devant le Patronat sitôt l’élection passée.

      Alors FO et la CFDT retournent à leurs antiennes et c’est naturel : FO a été financé par la CIA pour casser la CGT.

      Donc nos aficionados savent-ils qu’ils sont les héritiers de dirigeants tels que Bergeron formés par le collabo Georges Albertini ? ( voir le livre de Jean Lévy) 

      • foufouille foufouille 5 septembre 17:42

        @JP94
        donc tu as voter contre macron ?


      • Gorg Gorg 5 septembre 18:51

        @JP94

        « Il est temps de s’engager dans la lutte et les deux commentaires ci-dessus montrent les vrais alliés de Macron »

        Ah bon... ? P. Laurent n’a pas appelé à voter Micron... ? On m’aurait donc menti... ?
        Drôle de façon de lutter contre lui... Avec des adversaires de ce calibre, il n’a pas besoin d’amis...

        "ces révoltés de pacotille qui sont simplement ds salariés sans conscience de classe,, bien biberonnés au discours anticommuniste de la Classe patronale« 

        Mais mon pauvre vieux, le PC s’est disqualifié tout seul, comme un grand, il n’a eu besoin de l’aide de personne...
        Le PC ne fait que lutter pour préserver ses intérêts propres (Mairies, circonscriptions ...etc...).
        Si il y avait une proportionnelle intégrale lors des élections législatives, il ferait tout juste 2%... et je suis gentil... Mitterand a réussi le tour de force d’envoyer une partie de ses électeurs à l’extrême droite...
        Comme le FN il fait partie des agneaux utiles afin de permettre à ceux qui ont le pouvoir de se faire élire en divisant... C’est pour cette raison qu’il est maintenu en coma artificiel par le pouvoir...

         »Donc nos aficionados savent-ils qu’ils sont les héritiers de dirigeants tels que Bergeron formés par le collabo Georges Albertini"

        Ben voilà, ça y est,... JP94 a fait pschitt... C’est la meilleure celle là... Quand JP94 ne sais pas quoi dire d’intelligent, il éructe... Enfin, libre à toi de te complaire dans ton autisme... Si tu continues, tu vas finir empaillé au musée de l’homme, comme curiosité de la nature... La gloire posthume, en quelque sorte... Homo pécétus...

        Bon, aller, je serais magnanime, je ne vais pas me fâcher avec toi... Pfff


      • Gorg Gorg 5 septembre 18:59

        @JP94

        Heureusement que tous les militants ne sont pas comme toi. La majorité d’entre eux a dit à Chassaigne d’aller se faire voir pour la présidentielle... Un éclair de lucidité... ? Tout n’est donc pas perdu...


      • otc31 5 septembre 17:08

        Comme d’habitude à gauche et à son extrême, une seule proposition : LA GRÉVE. La France est irréformable à cause de gens comme vous. Je ne sais pas si l’effet Macron sera concluant, mais au moins des choses vont être essayées pour sortir le France de cette état léthargique qui a profité jadis à certaines générations qui n’ont surtout pas voulues se remettre en cause. On le paye aujourd’hui, vous persistez et signez sans honte. Restez au placard, c’est moins dangereux pour le travailleur ... Mdr


        • foufouille foufouille 5 septembre 17:44

          @otc31
          vas faire arbeït macht freï pour 3€/h, salopard.


        • otc31 5 septembre 18:24

          @foufouille Pour vous ce sera monsieur. On entre de suite dans la violence verbale avec vous. Finalement pas besoin de longs discours, vous êtes une démonstration à vous tout seul. Bonne soirée.


        • Gorg Gorg 5 septembre 19:04

          @otc31

          Tiens monsieur guignol... cadeau... Ne lésines pas sur la quantité...


        • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 5 septembre 20:10

          @otc31

          Donnez-nous, s’il vous plaît la définition du mot « réformes » selon Macron et le MEDEF, et je vous donnerai la bonne définition. Mais celle là vous ne voudrez pas l’entendre. La France léthargique, c’est bien celle de Macron, non ? Qui stagne depuis des années à essayer de faire de la France un bouilli indigeste uniquement axé sur les stock-options, les dividendes, les marges ! Ah oui, les marges ! Quel programme ! les retraites chapeaux pour les dirigeants des grandes entreprises, et le reste, avec paradis fiscaux, etc... etc... Le dumping social, un salariat réduit à celui de mendigots comme au XIXe siècle,
          Alors, toujours prêt à nous donner la bonne définition du mot « réformes » selon vous, Macron et le MEDEF ? 


        • Dzan 6 septembre 12:05

          @otc31
          Certaines générations ? Tu sais c qu’elles te disent ordure.
          Nous nous sommes troués le cul, pour que vous ayez une société meilleure
          Mais, vous derrière vos smartphones, vosc ordi portable, votre téléréalité ane ounanesque, vous faîtes quoi, pour la présever cette société ? La semaine au ski ? S’empiler comme des sardines sur la cote d’Azur ?
          Marre, de se voir, nous les anciens, qui avons marné depuis nos 14 ou 16 ans, , qui n’avions que 3 semaines de congé", et encore, se faire trainer dans la boue par des petits cons.


        • Petit Lait 6 septembre 14:13

          @Dzan

          Disons qu’en terme de dette, de pollution et de gaspillage des ressources, inconséquence des générations précédentes y est pour beaucoup... Mais c’est effectivement une autre question. 

        • andernaute 5 septembre 17:23

          Plutôt que le nom de Gattaz, Jupiter est le digne représentant des Rothschild et de la franç-maçonnerie représentée par ATTALI


          • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 5 septembre 20:32

            Dernière nouvelle : la hausse de la CSG sera déductible de l’impôt.

            Etant donné que la CSG est déjà un IMPOT ! sera-ce que l’on pourra déduire l’impôt de l’impôt ?
            Sur les feuilles de paye ou les bulletins de retraites, nous voyions deux CSG dont une imposable.
            Donc, si nous lisons bien, nous avons un IMPOT IMPOSABLE, et un IMPOT DÉDUCTIBLE DE L’impot !

            Aux fous, aux fous, lâchez les chiens !


            • Le421 Le421 5 septembre 20:36

              Avec sa demande aux propriétaires de baisser les loyers de 5€, Macron passerait plutôt pour le prête-nom de Pinocchio !!

              Sans déconner.

              Il est carrément grave ce type, non ??


              • Le421 Le421 6 septembre 14:58

                @Le421
                Et les propriétaires vont demander au banquier de baisser le montant des remboursements de 5€ aussi, tant qu’à faire !!  smiley


              • Petit Lait 6 septembre 09:56

                Le problème, c’est que partir du principe que les « patrons » ont pour but de se faire plaisir en virant leurs employés comme bon leur semble, empêche toute réflexion constructive sur la question... 

                L’autre problème, c’est que si il faut bien entendu protéger les salariés en place, il faut aussi (et même commencer par là) faire en sorte que les sans emplois puissent être engagés... Il y a bien entendu de nombreux facteurs à cela, mais assouplir le code du travail en est un.
                Je connais ou ai connu plusieurs petits patrons et commerçants, qui travaillaient comme des fous, parce que 1. ils ne pouvaient pas compter sur un engagement supplémentaire des employés présents (ça c’est pour dire les choses gentiment, on m’a souvent présenté les choses avec plus de véhémence...) . 2. ils ne veulent pas engager car en cas de baisse d’activité ils n’auraient plus aucune souplesse et ils craignent que cela soit la catastrophe. Plusieurs d’entre eux ont d’ailleurs cessé leur activité, car ils n’en pouvaient plus de travailler comme des fous pour plus grand chose et d’être en plus « persécutés » par l’administration. Résultat ? pas de création d’emplois. 
                Ceci n’exclut pas qu’il ait bien entendu des patrons voyous etc etc.. ni des employés véreux, d’ailleurs...  

                • Petit Lait 6 septembre 09:59

                  Les fonctionnaires sont tout de même un caste de privilégiés (ceci dit sans attaque à leur encontre, c’est juste un constat). Il est surprenant que le PRCF (et la gauche d’une manière générale) défendent les privilèges de ces gens là... 


                  • Le421 Le421 6 septembre 15:02

                    @Petit Lait
                    Le service public - les fonctionnaires - sont les seuls vecteurs d’égalité sur le territoire.
                    La gauche voudrais qu’au niveau soins, droits, enseignement, etc, il y ait égalité entre les riches et les pauvres.
                    Bien sûr, la droite voudrait que seuls les nantis soient bien traités.
                    C’est effectivement une différence fondamentale entre droite et gauche.
                    T’es riche, on te soigne bien contre tout.
                    T’es pauvre, vas mourir ta race !!


                  • Petit Lait 6 septembre 15:29

                    @Le421

                    Les fonctionnaires, vecteurs d’égalité.... ’faut vraiment en être un pour commettre une telle idée... Non, sans rire... entre eux sans doute, mais vis-a-vis des autres, ’faut quand même m’expliquer où peut bien se cacher l’égalité ? Dans les régimes spéciaux de retraites ? Dans la garantie de l’emploi à vie ? Dans les jours de congé plus nombreux ? 

                  • CRICRI59 CRICRI59 15 septembre 12:31

                    @Petit Lait
                    Bonjour
                    je comprend pas pourquoi vouloir toujours tirer vers le bas le salaire des travailleurs du public alors qu’il faut au contraire aligner le privé ver les avantages du public


                  • Petit Lait 6 septembre 12:00

                    L’un des auteur ayant le titre ronflant de « Responsable Luttes du PRCF », on se dit que le PRCF va tout de suite être un partenaire objectif et constructif pour tous dialogues... En gros, c’est imposer une vision par la force... super programme en faveur de la démocratie et de la liberté... on comprend mieux pourquoi l’extrême gauche ne s’offusque pas plus que cela du durcissement opéré par le pouvoir de Maduro : Si ça ne passe pas démocratiquement, on cogne, tel est leur devise dirait-on....  


                    • Dzan 6 septembre 12:15

                      Ce qui me gène le plus dans cette contribution, c’est la faucille et le marteau, au nom desquels, ont été commis tant de crimes, contre ceux que vous défendez.

                      De plus, nous sommes à l’ère de la moissonneuse batteuse, et au marteau pilon.
                      Mais, c’est vrai que ça prend de la place sur un drapeau


                      • Le421 Le421 6 septembre 15:03

                        @Dzan
                        Les fermes industrielles, symbole du productivisme capitaliste, empoisonnent vos gamins tous les jours de façon insidieuse.
                        Evidemment, ça ne saute pas aux yeux.
                        Surtout si on est un peu timoré...


                      • jeanclaude 6 septembre 15:18

                        Plus conservateur que là, tu meurs...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès