• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > À la sauce Catalane

À la sauce Catalane

Une drôle de corrida.

Comment ne pas y perdre son latin dans cet étrange imbroglio ibérique ? L’observateur distant qui ne veut pas prendre parti s’interroge sur les soubresauts d’une agitation qui dépasse l’entendement quand les tenants et les aboutissants nous échappent. Les picadors se font face, les coups tordus pleuvent et de vieux relents du passé viennent fausser le tableau.

Tout ce qui parvient à être décrypté de ma petite lucarne ce sont les agitations des pouvoirs européens en place, comme si désormais plus rien n’était possible pour les peuples dépourvus de leur souveraineté. Il convient de défendre l’Espagne et de montrer du doigt les aventuriers de l’indépendance, de mauvais citoyens bons à être jetés aux chiens. Posture de principe, solidarité de ceux qui sont en place et craignent la contagion, contrat tacite dans ce vaste ensemble informe ? J’avoue ne pas savoir sur quel pied danser …

Tout ce que je constate c’est qu’en Europe on peut jeter en prison des gens qui ne pensent pas comme le pouvoir, qu’une élection peut être jugée hors la loi ce qui ne va pas favoriser le retour en grâce de la démocratie dans ce fatras de nations et qu’en prime, les canailles se tiennent les coudent à l’image de cet ancien premier ministre français qui vient jeter de l’eau sur le feu. Quelle pagaille !

Pire encore, des arguments sont assénés comme des vérités immuables. La Catalogne n’a pas légitimité à réclamer son indépendance car dans l’histoire, jamais ce cas de figure n’était advenu. Voilà une position qui réjouira certains peuples passés sous le joug d’autres et qui doivent entendre le droit historique à effacer ce qui les a contrariés depuis longtemps. C’est à contrario une bien commode argutie qui empêchera toute émergence nouvelle.

Nos responsables sont particulièrement doués pour sortir de leur chapeau des justifications scabreuses dès qu’il s’agit de nier le peuple. Nous l’avions déjà remarqué avec les référendums européens qu’il convient de voter selon les injonctions communautaires, nous le constatons une fois encore avec l’usage honteux de la force pour nier le suffrage universel en Espagne. Nous savions les cartes biseautées, nous découvrons que les croupiers sont non seulement tricheurs mais de parfaite mauvaise foi.

De ce nouvel épisode de la farce européenne, nous devons en conclure que nous n’avons absolument pas notre mot à dire s’il diffère de ce que nous devons valider. Nous sommes bien dans un vaste ensemble qui a gommé la souveraineté nationale, qui méprise le peuple, qui se moque des principes démocratiques. C’est bien la seule chose que j’arrive à comprendre dans cette sauce catalane que je trouve fort amère.

C’est donc à distance et sans véritablement voir plus loin que le bout de mon nez que je viens ici affirmer ma sympathie pour ceux qui ont été jetés dans les geôles de l’Espagne nostalgique du franquisme, qui ont été contraints à l’exil ou bien à la clandestinité. L’Europe est une zone de non citoyenneté, il faut s’en souvenir en Espagne comme dans toutes les autres nations qui la constituent.

Pour le reste, c’est bien sûr une situation qui échappe totalement à mes modestes capacités d’analyse. Je prie même ceux qui disposent d’informations et d’une parfaite connaissance de ce dossier, de venir m’expliquer les véritables motivations des uns et des autres, leurs intentions cachées, les motifs réels de ce micmac qui me laisse pantois. Je ne pense pas que les informations qui parviennent jusqu’à nous soient de nature à remplir cette mission. Merci à d’éventuels experts de l’émancipation catalane.

Mystérieusement vôtre.

Documents joints à cet article

À la sauce Catalane

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

92 réactions à cet article    


  • Aristide Aristide 28 décembre 2017 11:10

    Une brève de comptoir ?


    • C'est Nabum C’est Nabum 28 décembre 2017 11:14

      @Aristide

      Une brève de conteur


    • Aristide Aristide 28 décembre 2017 11:35

      @C’est Nabum


      Comptoir, sauce catalane, ... tapas peut être, la perche était trop grosse. 

    • Diogène diogène 28 décembre 2017 11:27
      « Le bonheur n’est pas pour qui le cherche ; il est pour qui le trouve. »
      (La sort no ès de qui la cerca ; ès de qui la troba).

      Dicton catalan

      • C'est Nabum C’est Nabum 28 décembre 2017 11:40

        @diogène

        Je ne trouve rien à redire


      • Diogène diogène 28 décembre 2017 11:45

        @C’est Nabum

        « - Quelle est la blague à ne jamais faire à un Catalan ?

        - N’importe quelle blague avec le mot »catalan« . Juste ça.  »


        Mathieu Madénian

      • C'est Nabum C’est Nabum 28 décembre 2017 12:22

        @diogène

        Désolé


      • McGurk McGurk 28 décembre 2017 12:05

        * "De ce nouvel épisode de la farce européenne, nous devons en conclure que nous n’avons absolument pas notre mot à dire s’il diffère de ce que nous devons valider.« 

        Justement si. Ce »parti de l’indépendance et de la liberté« a installé depuis quelques temps un »cheval de Troie« dans le sud de la France pour faire péter tout le sud-ouest qu’ils considèrent comme »faisant partie de leur territoire« .

        * »Quelle pagaille !

        Pire encore, des arguments sont assénés comme des vérités immuables. La Catalogne n’a pas légitimité à réclamer son indépendance car dans l’histoire, jamais ce cas de figure n’était advenu« 

        Non en fait la situation est extrêmement claire, mais les indépendantistes la travestissent en »bordel compliqué« pour paralyser le jugement et décisions des pays frontaliers.

        La question la plus intéressante n’est pas »la région peut-elle devenir un pays ?« (question stupide pour moi), mais »A-t-on le droit de fonder un « pays de riches » [parce qu’au fond il ne s’agit que de pouvoir et d’argent] au détriment d’un pays tout entier et sans consultation des citoyens dudit pays ?3.

        La réponse est, ici également, très claire et parfaitement concise : NON.

        Le fait d’avoir relâché des fous qui vont encore plus semer le chaos comme Hitler et son parti de dégénérés en puissance ne fera qu’affaiblir la démocratie espagnole, qu’on affuble de tous les mots les plus horribles alors que le gouvernement a eu une patience d’ange, au profit...d’une mafia (ce n’est pour moi pas un parti).

        * "affirmer ma sympathie pour ceux qui ont été jetés dans les geôles de l’Espagne nostalgique du franquisme, qui ont été contraints à l’exil ou bien à la clandestinité.« 

        J’ai du mal à vous comprendre, parce que vous affirmez tout et son contraire.

        Ceux qui ont été arrêtés ne sont en rien »de pauvres victimes d’une semi-dictature« , mais bien les auteurs de l’affaiblissement de l’Espagne pour une simple question d’argent. Ils n’y sont donc pas par hasard et la liberté, dans toutes ses formes, ne permet en aucune manière de plonger le pays - ainsi que ses millions d’habitants - dans une merde noire parce que des bourgeois catalans, qui haïssent comme des scorpions ceux ne parlant pas leur dialecte, l’ont décidé ainsi.

        La liberté a également ses limites et il faut bien le préciser à tous ceux qui clament sur ce site »la liberté sans bornes". Parce que les droits impliquent aussi pas mal de devoirs, comme ici soutenir son pays dans des moments d’adversité créés artificiellement par une élite dangereuse et sectaire.


        • C'est Nabum C’est Nabum 28 décembre 2017 12:23

          @McGurk

          Il n’y a rien à comprendre

          J’exprime mon incompréhension la plus totale et rien de plus


        • jaja jaja 28 décembre 2017 12:50

          @C’est Nabum

          L’incompréhension de McGurk est bien supérieure à la votre... Sur la Catalogne « riche » il faut savoir que :

          « La région, qui compte 7,5 millions d’habitants contribue pour 21% du PIB du pays mais ne reçoit que 11 % des investissements publics du pays. Le déficit fiscal de la région, calculé selon la méthode des flux monétaires, est communément estimé à environ 16 milliards d’euros, autour de 8% du PIB de la Catalogne. Le système de redistribution des recettes fiscales entre l’État et les communautés autonomes espagnoles est considéré inéquitable dans la mesure où il ne respecte pas le principe d’ordinalité : le classement des régions selon la richesse par habitant avant redistribution se trouve fortement altéré après redistribution, la Catalogne étant par exemple rétrogradée du quatrième au onzième rang des 17 communautés autonomes.

          En outre, certaines communautés autonomes comme le Pays basque et la Navarre bénéficient du concert économique, c’est-à-dire qu’elles prélèvent elles-même les impôts, sans passer par l’agence tributaire de l’État. »


        • McGurk McGurk 28 décembre 2017 13:55

          @jaja

          Je trouve cela surprenant de votre part de me dire que je ne comprends pas ce pays alors que vous n’arrêtez pas de le qualifier de « franquiste » et « monarchique ». Vous l’apôtre de « la liberté à tout prix et on s’en fout des conséquences ».

          Que le système soit inégal je le savais déjà même si je n’ai pas de connaissances approfondies à ce sujet. Mais ce n’est à l’évidence très certainement pas le fond du problème qui n’est, en voyant les pseudo partis « indépendantistes », rien d’autre qu’une histoire de pouvoir et de pognon.

          Vous raisonnez en terme d’argent et de statistiques sans savoir exactement pourquoi le système de redistribution ou d’impôts est ce qu’il est. En cela, vous êtes tout aussi « ignorant » que moi, pas la peine de vous ridiculiser en pointant les autres du doigt étant donné l’idéologie absurde qui vous ronge.


        • Diogène diogène 28 décembre 2017 14:35

          @jaja

          Donc, pour vous, l’équité fiscale consiste à redistribuer proportionnellement à la contribution ?

          Alors, le gouvernement Macron doit vous satisfaire : il donne davantage à ceux qui paient l’ISF qu’à ceux qui ne paient pas d’impôts .

        • jaja jaja 28 décembre 2017 15:05

          @diogène

          Vous savez comme moi que l’argent collecté n’est pas redistribué aux régions les plus pauvres d’Espagne mais qu’il permet d’engraisser les capitalistes castillans et la monarchie corrompue issue du franquisme...
          Ces chiffres ne sont là que pour donner une idée de ce qu’il en est de la fiscalité en Catalogne qui ne permet pas de combler le trou de la dette après ponction par Madrid. C’est tout !

          Et sachez que les indépendantistes n’ont rien contre une redistribution équitable des richesses, y compris après l’indépendance...


        • McGurk McGurk 28 décembre 2017 15:27

          @jaja

          Je trouve culotté que vous utilisiez encore l’argument du « bourgeois », lorsqu’on voit à quoi servent les impôts des Catalans. A savoir nourrir l’extrémisme bourgeois local et payer des campagnes destructrices pour l’Espagne, le rejet de son propre pays pour une histoire de gros sous, le salaire de types déconnectés de la réalité qui détestent leur propre pays et qui promettent la lune aux premiers losers qui voteront pour eux.

          Votre autre éternel argument du « franquisme » devient franchement lassant en plus d’être tellement hors de propos, trouvez autre chose.

          * "Et sachez que les indépendantistes n’ont rien contre une redistribution équitable des richesses, y compris après l’indépendance..."

          C’est sûr qu’une fois entre riches, redistribuer le fric ne posera plus de problèmes à qui que ce soit.


        • Diogène diogène 28 décembre 2017 15:36

          @jaja

          les indépendantistes catalans sont de tous les bords, mais la majorité d’entre eux n’est pas particulièrement progressiste ! au contraire !
          ce que vous décrivez est le diagnostic d’un pays capitaliste , comme la France, et l’autonomie des régions n apportera pas de solutions sur l’accaparement des richesses par quelques uns
          l’habileté des indépendantistes est de faire croire aux électeurs qu’ils défendent leurs intérêts, comme les industriels français et allemands faisaient croire à leurs soldats respectifs qu’ils se battaient pour la «  »patrie" !



        • jaja jaja 28 décembre 2017 15:53

          @Diogène

          La monarchie franquiste (pour refaire plaisir à McGurk) est bien défendue par toute la presse à la botte des capitalistes sans que ça n’éveille chez vous le moindre doute. Sont vent debout contre l’indépendance catalane, outre Rajoy, Juncker et Trump, Macron May et le patronat catalan qui a voté et fait voter Ciutadans, tandis que les banques transféraient leurs sièges en Espagne ainsi que des centaines d’entreprises et que l’armée espagnole et la Garde civile était envoyée en Catalogne, des dirigeants emprisonnés si pas en exil...

          Tout ça sans que ça fasse bouger un cil à nos « progressistes » d’Agoravox !


        • C'est Nabum C’est Nabum 28 décembre 2017 16:28

          @jaja

          Il y a là-dessous des fantômes du passé qui me dépassent

          Je ne perçois pas la clarté


        • jaja jaja 28 décembre 2017 17:09

          @C’est Nabum

          Est-ce qu’en tant que citoyens nous acceptons une violation des droits de l’homme par un État au sein de l’UE, à commencer par le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et à l’autodétermination qui est pourtant inscrit au chapitre 1 de la Charte des droits de l’homme de l’ONU que l’Espagne a également signée.

          L’argument de l’illégalité du Référendum catalan au titre de la Constitution espagnole de 1978 (présentée comme intouchable par Rajoy et la monarchie corrompue), ne tient pas la route car cette Constitution est parfaitement en contradiction avec le droit des peuples à l’auto-détermination...

          Il faut bien comprendre que l’indépendance ça s’arrache et qu’elle n’est jamais donnée. Et que pour l’obtenir il faut bien sûr passer outre la légalité du pays qui la refuse pour une Nation qu’il occupe... rappelons « l’illégalité » des indépendances des États-Unis, de l’Inde, du Vietnam, de l’Algérie etc...

          Dénigrer l’indépendantisme catalan au titre d’un supposé égoïsme économique, voilà une façon bien cynique de lui nier ce droit inaliénable des peuples à disposer d’eux-mêmes.

          On ne cesse ne nous marteler dans les médias que les indépendantistes sont ultra-minoritaires (alors qu’ils ont obtenu la majorité absolue au Parlement catalan, dans des conditions d’une élection déloyale)....
          Dans ce cas, et s’ils sont minoritaires, pourquoi les descendants du franquisme qui manifestent bras tendus et mains ouvertes sont tous vent debout contre l’organisation d’un Référendum ?


        • McGurk McGurk 28 décembre 2017 17:10

          @jaja

          * « tandis que les banques transféraient leurs sièges en Espagne ainsi que des centaines d’entreprises »

          Franchement, c’est bien la seule fois que je vois des entreprises agir de manière rationnelle smiley .


        • Diogène diogène 28 décembre 2017 17:13

          @jaja

          votre raisonnement :

          - l’état espagnol est mauvais
          - les indépendantistes sont contre l’état espagnol
          - donc je suis pour les indépendantistes

          ça revient à peu près au même que de dire

          - Trump est un enfoiré
          - Soros est contre Trump
          - donc il faut soutenir Soros

        • jaja jaja 28 décembre 2017 17:21

          @diogène Ce serait un raisonnement bien simpliste... Pour vous sur cette question de l’indépendance des petites Nations celui de Lénine qui me convient bien :

          « Croire que la révolution sociale soit concevable sans insurrections des petites nations dans les colonies et en Europe, sans explosions révolutionnaires d’une partie de la petite bourgeoisie avec tous ses préjugés, sans mouvement des masses prolétariennes et semi-prolétariennes politiquement inconscientes contre le joug seigneurial, clérical, monarchique, national, etc., c’est répudier la révolution sociale. C’est s’imaginer qu’une armée prendra position en un lieu donné et dira « Nous sommes pour le socialisme », et qu’une autre, en un autre lieu, dira « Nous sommes pour l’impérialisme », et que ce sera alors la révolution sociale ! C’est seulement en procédant de ce point de vue pédantesque et ridicule qu’on pouvait qualifier injurieusement de « putsch » l’insurrection irlandaise.

          Quiconque attend une révolution sociale « pure » ne vivra jamais assez longtemps pour la voir. Il n’est qu’un révolutionnaire en paroles qui ne comprend rien à ce qu’est une véritable révolution. »

          https://www.marxists.org/francais/lenin/works/1916/07/19160700k.htm


        • Diogène diogène 28 décembre 2017 17:56

          @jaja

          combien de « petites nations » en France ?

          - les Corses
          - les Catalans (enfin,... les-nôtres)
          - les Basques
          - le Bretons
          - les Alsaciens (qui donnent plus qu’ils ne reçoivent, comme les Catalans)
          - les Occitans 
          - les Provençaux
          - les Bourguignons
          - les Picards
          - les Normands
          -les Flamands
          - les Champenois
          - les Lorrains...
          - les Lorrains

          et pour certains, il y a des subdivisions :

          - les Nivernais ne sont pas vraiment de Bourguignons,
          - les Nantais, et les Rennais ne sont pas les mêmes Bretons
          - Les Toulousains n’on pas la même histoire que les Montpelliérains





        • jaja jaja 28 décembre 2017 18:03

          @diogène

          C’est stupide... qui, en France, à part peut-être les Corses, peut se dire majoritairement pour l’indépendance comme les Catalans ?
          C’est ce qui fait la différence, la volonté d’un peuple et donc son droit à l’autodétermination...


        • Aristide Aristide 28 décembre 2017 18:18

          @jaja


          La vrai question est comment le NPA pourrait se joindre comme le CUP en Catalogne avec les nationalistes catalans aux droitiers bretons, savoyards, ...

        • jaja jaja 28 décembre 2017 18:32

          @Aristide

          ça c’est une vraie question à la con mais signée Aristide ça n’a rien d’étonnant smiley


        • Aristide Aristide 28 décembre 2017 18:39

          @jaja

          Ben oui, quand le CUP, l’équivalent des allumés du NPA, se rallie aux nationalistes, c’est une question qui dérange. 

          Nationalistes catalans dont le programme n’a rien à voir avec celui des anti-capitalistes locaux, mais bon, pour exister ... il faut bien passer par des alliances les plus étonnantes.

        • C'est Nabum C’est Nabum 28 décembre 2017 18:44

          @jaja

          Je ne capte rien au premier sens du l’expression

          J’avoue ne rien comprendre à ce micmac


        • jaja jaja 28 décembre 2017 18:52

          @Aristide

          Il n’y a pas que la CUP : Anticapitalistes, qui est à la fois membre de Podemos et de la IVème internationale, reconnaît la République catalane... Ce qui fait que compter Podem Catalogne dans le camp des unionistes pro-monarchie est une imposture :

          http://www.inprecor.fr/article-Espagne%20Catalogne-D%C3%A9fendons%20la%20R%C3%A9publique%20catalane%20et%20ouvrons%20le%20processus%20constituant?id=2080


        • McGurk McGurk 28 décembre 2017 18:55

          @jaja

          * « Pour vous sur cette question de l’indépendance des petites Nations celui de Lénine qui me convient bien »

          Bien joué, une magnifique antithèse. Intéressant de citer un bourreau d’idéologue à la con responsable de la mort de milliers de personnes et d’une des pires dictatures de l’humanité pour parler d’indépendance des nations...


        • McGurk McGurk 28 décembre 2017 18:57

          @jaja

          Ca vous serait possible d’écrire « stroumph » au lieu de « monarchie » ? Ca serait tout aussi stupide j’en conviens, comme l’introduction de ce sujet à chacune de vos réponses, mais ça serait moins chiant à lire.

          Et puis ce serait plus marrant des « unionistes pro-stroumphs ».


        • jaja jaja 28 décembre 2017 18:58

          @McGurk

          Je ne suis pas léniniste mais votre sortie qui fleure bon l’anticommunisme primaire est d’une imbécillité confondante...


        • McGurk McGurk 28 décembre 2017 19:01

          @jaja
           
          C’est grave de confondre le communisme et le bolchevisme...


        • Aristide Aristide 28 décembre 2017 19:10

          @jaja


          Vous répondez aux questions à la con ? 

          La CUP et Podem(os) soit 4 et 8 sièges, alliés à la gauche modérée et les nationalistes soit 32 et 34 sièges. La Cup qui a perdu plus de la moitié de ses représentants, comme quoi il faut en avaler des défaites.

          Sur Podem, nul ne sait ce qu’ils décideront, pour le moment, une sorte de calme ...

        • jaja jaja 28 décembre 2017 19:13

          Je ne suis pas bolchévique... du moins pas après Cronstadt mais c’est une autre question. D’ailleurs pour ce qui est de la Révolution russe voyez ce qu’en a dit Besancenot à Toulouse bien loin de vos inepties :

          https://www.facebook.com/1536506946585351/videos/2007795786123129/


        • jaja jaja 28 décembre 2017 19:31

          @Aristide : Je vous fais remarquer que les indépendantistes républicains ont 70 sièges sur 135, soit la majorité absolue : 34 pour Juntsxcat, le parti de Puigdemont, 32 pour pour les indépendantistes de gauche, de l’ERC, dont le vice président du Parlement catalan emprisonné, Oriol Junqueras, est membre et 4 pour la CUP qui a subi le vote utile...

          Podem et ses 8 sièges n’est donc pas nécessaire pour constituer une majorité, les partis unionistes pro-monarchie espagnole allant du PS au Parti Populaire en passant par Ciutadans ne totalisent que 57 sièges...

          Quant à Podem, il est certain que sa tendance Anticapitalistes a déjà reconnu la République et d’ailleurs ses militants étaient en protection des bureaux de vote à Barcelone le 1er octobre. C’est sûr que ça ne plaît pas à Pablo Iglésias, mais c’est comme ça...


        • Lugsama Lugsama 28 décembre 2017 22:57

          @jaja

          Avec moins de voix et 5 députés delinquants qui ne rentrent pas se rendre a la Justice pour assuler leurs actes. Donc au jour d’aujourd’hui rien ne permet de donner le futur gouvernement local, surtout qu’ERC a déjà signalé qu’eux ont assumés leurs actes devant la Justice et qu’il n’accepterai pas d’investiture de quelqu’un en fuite. Et de toute façon on ne peux pas voter a distance pour l’investiture ou prendre les fonctions de presidents du parlement sans ceremonie d’investiture au sein de ce même parlement.. reglement qui ne peut être changé sans gouvernement local constitué.


        • jaja jaja 28 décembre 2017 23:29

          @Lugsama

          Il est faux de dire avec moins de voix. Les indépendantistes ont gagné avec 1 957 348 voix en 2015 et avec 2 063 361 voix en 2017 soit 106 013 voix de plus qu’en 2015. Pourquoi mentir ?

          2015 :
          https://eleccions.ara.cat/parlament-27s
          2017
          https://www.elnacional.cat/ca/politica/resultats-eleccions-catalunya-2017_218478_102.html


        • placide21 29 décembre 2017 07:35

          @jaja
          Oui ,nous avons bien compris que les catalans ne veulent pas redistribuer l’argent aux autres provinces espagnoles, et si l’UE avait fait de même au moment de l’intégration de l’Espagne dans l’union ? N’oubliez pas que vos infrastructures ont été construites en grande partie avec notre argent. Et si Paris ne voulait pas financer la creuse ? Vous vous référez a de l’histoire ancienne comme alibi a votre égoïsme (1641 c’est loin).Que devrions nous dire ,nous avec les Allemands ?Pourtant je ne vois nul esprit revanchard de ce coté -ci du Rhin.Votre attitude est très semblable a celle des flamands envers les wallons ?Vous sentez vous supérieur ? Vous recherchez juste l’enrichissement et profitez d’une position privilégiée dans l’accès a la péninsule(comme Constantinople sur le Bosphore).


        • jaja jaja 29 décembre 2017 10:48

          @placide21

          Vous avez l’air de penser que je suis catalan, ce qui n’est pas le cas, juste partisan du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes !

          D’autre part vous êtes victime de la propagande des forces politiques de la monarchie espagnole, relayée ici par nos médias. La question catalane n’est pas une question fiscale. Elle a ses racines dans l’histoire passée et récente.

          Curieux de voir les descendants des sans-culottes défendre une monarchie issue du fascisme contre une République issue de scrutins démocratiques...


        • Mmarvinbear Mmarvinbear 29 décembre 2017 13:06

          @jaja


          Et sachez que les indépendantistes n’ont rien contre une redistribution équitable des richesses, y compris après l’indépendance...

          Alors là vous vous faites des illusions...

          Prendre aux riches pour donner aux pauvres.

          Dans les faits, ceux qui prennent se définissent aussi comme pauvres et gardent le pognon en fin de compte...


        • placide21 29 décembre 2017 16:02

          @ JAJA Vous pensez que je suis une victime , suis-je responsable de mes pensées de mes actes  ? Vous utilisez la même dialectique pour me disqualifier que les féministes de genre envers les femmes qui ne pensent pas comme elles , mais dans votre cas l’homme , le macho est remplacé par la monarchie ,le fascisme .Y aurait-il les mêmes officines derrière tout cela ? L’aliéné n’est peut -être pas celui auquel vous pensez.


        • McGurk McGurk 29 décembre 2017 16:23

          @jaja

          Ce n’est pas en utilisant un élément historique n’ayant rien à voir que vous démontrez quelque chose. En fait vous ne démontrez rien même si vous en faites des tartines.

          Vous faites certes des phrases mais avec les mêmes mot répétitifs n’ayant aucun lien les uns avec les autres pour former votre idéologie où les bourreaux deviennent les victimes et inversement. C’est franchement pitoyable d’inverser les valeurs pour ne faire que de la rhétorique.


        • jaja jaja 29 décembre 2017 16:30

          @McGurk

          Heureusement que je ne suis pas le seul à inverser vos valeurs pourries : -))

          https://www.youtube.com/watch?v=yi-XW3V9xqI


        • Xenozoid 29 décembre 2017 16:34

          @jaja

          mais accepté une république bourgeoise, (comme quoi ?) est « révolutionaire » ?

          je comprend pas @jaja,tu deviens un robot , un peux comme @foufouille et les vegetaryens...

          vous avez tous les 2 un syndrome,celui du trou dans le ventre,et, pour le combler vous devenez obsessif et vous ne vous grandissez pas dans la caricature


        • jaja jaja 29 décembre 2017 17:49

          @Xenozoid

          Juste pour toi... à lire 4 thèses sur la crise catalane, histoire de savoir de quoi il est réellement question :

          http://www.inprecor.fr/article-Catalogne%20et%20%C3%89tat%20espagnol-Quatre%20th%C3%A8ses%20sur%20la%20crise%20catalane?id=2084


        • Xenozoid 29 décembre 2017 17:52

          @jaja

          mais on peut pas etre tous bourgeois, these #5


        • McGurk McGurk 29 décembre 2017 18:01

          @jaja

          C’est votre droit.


        • jaja jaja 29 décembre 2017 18:03

          @Xenozoid

          Ni défenseurs d’une monarchie corrompue aux relents fascistes ! (comme il est dit dans les 4 thèses que tu n’as pas lu...

          « la réaction autoritaire et répressive est typique pour la classe dominante capitaliste – l’oligarchie financière – au cours des moments de rupture de l’ordre social ; elle a été remise en pratique au cours des cinq dernières années dans tous les pays impérialistes regroupés dans l’OTAN. La fraction espagnole de cette oligarchie est représentée politiquement par la monarchie, qui s’est historiquement distinguée en maniant efficacement les moyens répressifs à travers les appareils coercitifs de l’État protégés par les appareils idéologiques, en particulier par l’Église catholique – aujourd’hui efficacement remplacée par les réseaux sociaux de communication....

          Des secteurs importants de l’État, tels l’armée ou la justice, de même que d’importantes institutions privées, comme l’Église catholique, sont contrôlés par des minorités fascistes et le Parti populaire lui-même a en son sein une fraction dominante de caractère pro- ou para-fasciste. L’évidente intention d’humilier les institutions catalanes d’autogouvernement est une provocation visant à étendre et à rendre plausible l’usage de la répression politique, qui a déjà été largement employée pour contenir la mobilisation populaire dans tout l’État espagnol. »


        • Lugsama Lugsama 29 décembre 2017 18:09

          @jaja

          Moins de voix en pourcentage et toujours bien en dessous des 50% de totues façon..

        • Xenozoid 29 décembre 2017 18:46

          @jaja

          1ere partie :

          Le charme discret de la bourgeoisie

          ou, La tyrannie du Sèche-cheveux
          [adapté de George Orwell : Hommage to Catalonia ]

          Est-ce que vos proches changent de passe-temps comme de chemise, cherchant en vain à donner un sens a leur « temps libre » après leur travail ? Est-ce que votre compagne redécore sans cesse la maison, allant d’une pièce à l’autre jusqu’à ce qu’elle puisse recommencer à nouveau depuis le début ? Agonisez-vous en permanence à propos de votre avenir, comme s’il y avait une sorte de voie tracée à l’avance pour vous et que, si vous vous en détourniez, cela signifierait la fin du monde ? Si la réponse à ces questions est oui, vous êtes alors tombé dans les affres de la bourgeoisie, les derniers barbares.

          La loi martiale de l’opinion publique

          L’opinion publique est la valeur absolue pour l’homme et la femme bourgeoise parce qu’ils savent qu’ils vivent dans un troupeau : un troupeau d’animaux effrayés, qui se tournera contre n’importe qui n’est reconnu comme sien. Ils frissonnent de peur quand ils se demandent ce que « les voisins » vont penser de la nouvelle coiffure de leur fils. Ils s’emploient à trouver des moyens pour paraître plus normal que leurs amis et collègues. Ils ne manqueront jamais de tourner leurs tuyaux d’arrosage le samedi ou de porter une robe appropriée pour les « vendredis décontractés » du bureau. Tout ce qui peut les faire glisser hors de leur routine est considéré comme suspect au mieux. L’Amour devient, potentiellement mortelle, comme le sont toutes les autres passions qui pourraient signifier l’expulsion du troupeau. Parquez-les en quarantaine, comme des affaires secrètes et autres dates adolescentes, dans des boîtes de nuit et clubs de rencontres - pour l’amour de Dieu, ne contaminez pas le reste d’entre nous. Devenez sauvage quand « votre » équipe de foot gagne un match, Saoulez-vous à mort dans l’oubli quand le week-end arrive, louez des films obscènes si vous voulez , mais ne vous avisez pas de chanter ou faire l’amour ici. En aucun cas, admettez des sentiments qui n’ont pas leurs places dans la salle du personnel ou au dîner mondain. N’admettez en aucun cas vouloir quelque chose de plus ou de différent de ce que « tout le monde » veut, quoi que ce soit et quel qu’il soit.

          Et bien sûr, leurs enfants ont appris cela, aussi, même parmi les plus rebelles et radicaux des non-conformistes, les mêmes règles sont en place : ne mettez pas en doute votre place dans le groupe, n’utilisez pas de mauvais signes extérieur et ne souscrivez pas aux mauvais codes. Ne dansez pas quand vous êtes censé être tranquille, ne parlez pas quand vous êtes censé danser, n’oubliez pas vous êtes surveillé. Assurez-vous que vous avez assez de fric pour participer aux différents rituels. Pour garder votre identité intacte, identifiez-vous aux sous-cultures et styles, alignez vous à des bandes et des modes et à la politique qui en sont associées. Vous n’oseriez pas risquer votre identité, n’est-ce pas ? C’est votre seule protection contre une mort certaine aux mains de vos amis. Sans identité, sans frontières pour vous définir, vous devenez du vide, dans le néant . . . n’est-ce pas ?

          Le Fossé des générations

          Les vieilles générations de la bourgeoisie n’ont rien à offrir aux plus jeunes parce qu’elles n’ont rien en premier lieu. Tous leurs normes sont creuses, toutes leurs richesses sont des prix de consolation, aucune valeur ne se référent à la joie ou la plenité. Leurs enfants le sentent, et se rebellent en conséquence, chaque fois qu’ils le peuvent en tout cas, ceux qui n’ont pas déjà été battus dans une terrifiante soumission..

          Alors, comment cette société bourgeoise continue à se perpétuer à travers tant de générations ? En absorbant cette rébellion comme une partie d’un cycle de vie naturel. Puisque à tous les

          enfants rebelles, cette rébellion est présentée comme une partie intégrante de l’adolescence et donc, qui veut continuer sa rébellion à l’âge adulte se sentira restant toujours un enfant.

          Cette rébellion perpétuelle de la jeunesse crée également des vagues profondes entre les différentes générations de la bourgeoisie, qui jouent un rôle crucial dans le maintien de l’existence de la bourgeoisie en tant que tel. Et parce que les adultes semblent toujours être les responsables de l’application du statu quo, et les jeunes n’ont pas encore la perspective de voir que leur rébellion a également été absorbée dans le statu quo, génération après génération, ils font la même erreur d’identifier les personnes plus âgées comme la source de leurs propres malheurs plutôt que de se rendre compte que ces malheurs sont le résultat d’un système de misères beaucoup plus vaste et complexe.
          Ils grandissent et deviennent des bourgeois adultes eux-mêmes, incapables de reconnaître qu’ils ne font que remplacer leurs anciens ennemis, et toujours pas en mesure de combler le fossé et d’apprendre de l’expérience des plus âgés... et encore moins d’établir une sorte de résistance unifiée avec eux. Ainsi, les différentes générations de la bourgeoisie, se battant entre eux en apparence, travaillent en fait main dans la main harmonieusement en tant que composants de la machine sociale plus large pour assurer l’aliénation maximale pour tous.

          Le mythe de la normalisation

          L’homme bourgeois dépend de l’existence d’un courant mythique pour justifier son mode de vie. Il a besoin de ce courant parce que ses instincts sociaux sont aussi biaisées que la démocratie elle-même : il pense que quel que soit ce que veut ou fait la majorité, cela doit être vrai. Rien ne pourrait être plus terrifiant pour lui que de sentir aujourd’hui : qu’il n’y a plus une majorité, si toutefois elle ait une fois vécue

          Notre société est tellement fragmentée, si divers, qu’à ce stade, il est absurde de parler d’une « majorité ». C’est un mythe en partie créée par l’anonymat de nos villes. Presque tout le monde que nous croisons dans la rue est un étranger : on relègue mentalement ces chiffres anonymes à la masse sans visage que l’on appelle le grand public, à laquelle on attribue quelque propriétés on pense à des étrangers comme possédant. Ils doivent faire partie de la majorité silencieuse, cette force invisible qui fait que le monde est ce qu’il est, on suppose que ce sont les mêmes « gens normaux » vus dans des publicités télévisées.
          Mais le fait est, bien sûr, que ces publicités font référence à un idéal inaccessible, afin de garder tout le monde exclu et insignifiant. Le « grand public » est analogue à cet idéal, car il tient tout le monde en laisse sans jamais faire une apparition, et possède le même degré de réalité que la famille parfaite dans la dernière réclame du dernier dentifrice.
          Personne ne se soucie de cette masse absente, plus que les enfants bohème de la bourgeoisie. Ils se chamaillent sur la façon d’orchestrer leurs manifestations pour rallier " la masse » a leurs idées radicales, comme s’il y avait toujours une masse à appeler !
          Leur société est désormais composé de nombreuses communautés, et la seule question est quelle communauté ils devraient approcher ... et s’habiller conforme, parler correct, n’est probablement pas la meilleure façon de faire appel aux éléments les plus potentiellement révolutionnaire de la société.
          En dernière analyse, la soi-disant audience « grand public » qu’ils s’imaginent, pour déguiser leurs manifestations et événements politique n’est probablement que le spectre de leurs bourgeois de parents, gravée au fond de leur inconscient collectif comme un symbole d’adolescent en manque d’estime et de culpabilité qu’ils n’ont jamais quitté. Ils feraient mieux de couper leurs liens avec la bourgeoisie tout en se sentant libre d’agir, de regarder, et de parler, peu importe qui les regarde, même quand ils essaient de faire avancer une cause politique : sans objectif politique atteint avec des militants en tenue de camouflage, il pourrait être plus important de commencer la lutte pour un monde dans lequel les gens n’auront pas à déguiser pour être pris au sérieux.

          Cela ne veut pas dire pardonner ces bohémiens en manque d’estime qui utilisent leur activisme non comme un moyen de tisser des liens avec les autres, mais plutôt comme un moyen de se démarquer : en désespoir de cause ils s’achètent une identité, ils croient qu’ils doivent payer pour cela et pour se définir contre les autres. Vous pouvez les reconnaître par leur propre justice, leur spectacle pompeux de certitude idéologique, la manière ostentatoire de se déclarer, « activistes » à chaque occasion. Cet « activisme »politique est presque exclusivement leur sphère aujourd’hui, et « exclusif » est le mot clé ... tant que cela ne changera pas, le monde restera ce qu’il est.

          (affaire)
          Mariage . . . et autres substituts de l’amour et de la Communauté

           


        • Xenozoid 29 décembre 2017 18:48

          @Xenozoid

          2eme partie

          La reproduction est un gros problème pour l’homme et la femme bourgeoise. Ils ne peuvent avoir des enfants que dans des circonstances très précises, tout le reste est « irresponsable », « idiot », « une mauvaise décision pour l’avenir. " Ils doivent être prêts à donner jusqu’à la dernière trace de leur jeunesse, de leur liberté égoïste pour avoir des enfants, car mobilité que leur entreprise leur demande et la concurrence vicieuse qui va avec, ont détruit le réseau communautaire qui depuis longtemps était utilisé pour partager l’éducation des enfants. Maintenant, chaque unité familiale est un minuscule avant-poste militaire, fermé et verrouillé à l’extérieur à la fois dans leurs cœurs et dans la paranoïa de leurs banlieues, chacun de ces foyers est une économie émotionnellement isolée sur elle-même où la rareté est le mot clé. Le père et la mère doivent abandonner leur moi pour les rôles prescrits de soignant et gagne-pain, car dans le monde bourgeois, il n’y a pas d’autre moyen. Ainsi leur propre fécondité est une menace a leur propre liberté, et une partie naturelle de la vie humaine est devenue un mécanisme de contrôle social.

           Ensemble, ils vivent dans un enfer de non-accomplissement. Ce qu’ ils ont besoin est une véritable communauté autour d’eux, de sorte que leur parentalité ne les force pas dans d’indésirables « respectabilité », de sorte qu’ils seront toujours libres d’avoir des aventures individuelles dont ils ont besoin pour maintenir leur temps réelement ensemble, de sorte de ne jamais se trouver eux-mêmes si perdu et désespérément seul.

          De la même façon, leur approvisionnement régulier de nourriture, de commodités, le confort,et autres diversions ne changeront rien, ces choses acquièrent leurs valeurs par leurs abscences, et peuvent offrir une véritable joie comme un luxe qui arrive aprés la poursuite de quelque chose de plus. Un accès constant au sexe, à la nourriture, à la chaleur et a un abri désensibiliser l’homme aux plaisirs mêmes qu’ils offrent. L’homme bourgeois a renoncé à sa chance de poursuivre les enjeux réels de la vie pour l’assurance qu’il aura tout cela, mais sans véritables enjeux de sa vie, ceux-ci ne peuvent lui offrir la joie autres que la compagnie de ses codétenus.

          Les joies a la substitution de la vie

          Vous pouvez faire une rapide liste de tous les désirs de l’hommebourgeois juste en allumant​ sa télévision ou entrer dans une de ses salles de cinéma. Il passe le plus clair de son temps comme il peut dans ces diverses réalités virtuelles, car il sent instinctivement qu’ils peuvent lui offrir plus d’excitation et de satisfaction que le monde réel. Le plus triste est que, tant qu’il y demeure, cela peut effectivement être vrai. Et tant qu’il accepte le déplacement de ses désirs dans le marché en payant pour des imitations de leur réalisation, il sera lui même pièger dans ce vide qu’ il croit combler avec des illusions.
          Ces désirs ne sont pas toujours joli à voir, joué en Technicolor et surroundsound : les rêves et les appétits de l’homme bourgeois sont comme infectés par la fétichisation de pouvoir et de contrôle que sa société offre. Il semble être en mesure d’offrir à une expression de la liberté, le désir libéré et le fantasme de tous les consommateurs de destruction qui apparaît encore et encore au coeur noir de ses rêves les plus fous sous inflence d’une fièvre cinématographiques. Cela a un sens après tout , dans un monde de rien, a part les centres commerciaux linéaires et les parcs à thème, quelle est la chose à faire, si ce n’est détruire ?

          L’homme bourgeois n’est pas équipé pour afficher ses désirs comme autre chose que des faiblesses, il les repousse avec des placebos parce que sa vie n’a jamais été la poursuite du plaisir, il a passé plusieurs siècles a atteindre des normes de plus en plus élevées de survie au détriment de tout autre. Ce soir, il est assis dans son salon entouré par des ordinateurs, décapsuleurs, détecteurs de radar, les systèmes de divertissement à domicile, cravates fantaisie, dîners de micro-ondes, de portables et autres smartphones, avec aucune idée sur le pourquoi.

          L’homme bourgeois n’existe qu’en vertu des œillères qu’il porte et qui l’empêchent d’imaginer que tout autre mode de vie est possible. Pour lui, tout le monde depuis les travailleurs migrants pauvres de sa nation aux moines du Tibet, tout le monde devrait être bourgeois, si seulement ils pouvaient se le permettre. Il fait de son mieux pour maintenir ces illusions, sans celles-ci, il aurait à faire face au fait que sa vie ne vaut pour rien.

          L’homme bourgeois n’est pas un individu. Il n’est pas une personne réelle. Il s’agit d’un cancer à l’intérieur de chacun de nous. Il peut maintenant être guéri. Il suffit d’y croire comme un placebo.

          Il y a 150 ans un écrivain écrivait ,« la démocratie a pour principe d’élever le prolétaire au niveau de bêtise du bourgeois »


        • zygzornifle zygzornifle 28 décembre 2017 15:30

          allez hop un catalgine et au lit .....


          • C'est Nabum C’est Nabum 28 décembre 2017 16:28

            @zygzornifle

            Merci

            J’ai suivi votre prescription et j’ai l’esprit plus embrumé encore au réveil


          • marmor 28 décembre 2017 19:55

            Un article qui ne parle pas de l’auteur ! tellement rare, donc à signaler. De plus il avoue modestement ne pas en connaître beaucoup à ce sujet . Que se passe - t -il Nabum une décision d’humilité pour 2018 ?


            • McGurk McGurk 28 décembre 2017 19:57

              @marmor

              Au moins un auteur humble c’est déjà pas mal. Sur le sujet de Verdi, auquel j’ai répondu par une contre-argumentation, on m’a non seulement banni pour « non respect de la charte » mais en plus supprimé mon post et celui de la personne qui m’a soutenu.

              Vive la liberté d’expression sur Agoravox, le site où on est censé s’ « exprimer ».


            • C'est Nabum C’est Nabum 29 décembre 2017 08:05

              @Robert Lavigue

              Décentrez-vous
              Ne venez pas vomir sur ma modeste personne


            • C'est Nabum C’est Nabum 29 décembre 2017 08:06

              @marmor

              N’est-ce donc pas votre cas ?


            • nono le simplet nono le simplet 29 décembre 2017 08:18

              @Robert Lavigue
              mon petit roro, il faut vraiment que tu consultes ... un psy, un radiesthésiste, un rebouteux, un véto ... je sais pas mais ça urge, ton état s’aggrave ... vla que tu radotes maintenant ...


            • Yanleroc Yanleroc 29 décembre 2017 14:29

              @Robert Lavigue«  Premier Contributeur du Site.. », mais pas le plus lu non plus, Lulu !


            • Lugsama Lugsama 28 décembre 2017 22:51

              Comme l’a deja dit l’ONU entre autre il n’y a pas de prisonnier politique en Espagne puisque personne n’y est incarcéré pour ses idées, seuls ceux qui ont violé délibérément la loi (en faisant les zozos devant la television avant de fuir comme des laches comme l’ex president « j’assumerai ») et en utilisant des fonds publiques pour cela, ce qui dans tous les pays du monde vous conduit au tribunal. Après reste la litterrature.

              Sinon la grande affaire de l’espagne actuellement est la demande de sortie symbolique du « Tabarnia » de la Catalogne. En gros les grandes villes qui sont le centre des unionistes disent l’independance se fera sans Barcelone et Tarragona, en reprenant les arguments et affiches des independantistes.


              • C'est Nabum C’est Nabum 29 décembre 2017 08:06

                @Lugsama

                Argutie des institutions mondiales


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 29 décembre 2017 13:03

                Tout ce que je constate c’est qu’en Europe on peut jeter en prison des gens qui ne pensent pas comme le pouvoir 

                Faux. Les nationalistes catalans n’ont jamais été inquiétés pour leurs écrits et leurs paroles. C’est leur passage à l’acte qui les a conduit en prison.


                qu’une élection peut être jugée hors la loi

                Cela devrait vous réjouir au contraire. Un scrutin ne vaut que s’il est organisé selon certains critères. Vous ne pouvez pas organiser une présidentielle dans votre coin, pas vrai ? 

                Et cela vous réjouit quand une cour indépendante annule un scrutin organisé par une junte au détriment du reste de la nation, non ? 

                Eh bien ici c’est pareil.


                La Catalogne n’a pas légitimité à réclamer son indépendance car dans l’histoire, jamais ce cas de figure n’était advenu.

                L’histoire de la Catalogne est riche, ancienne et complexe. 

                Mais elle n’a presque jamais été une nation souveraine au sens actuel du terme car la Catalogne a toujours fait partie d’un ensemble plus vaste : province romaine puis coeur du royaume wisigoth, la Catalogne est ensuite passée sous domination musulmane, faisant partie d’ Al-Andalus puis de l’ Emirat de Cordoue avant de rejoindre l’empire carolingien.

                La Catalogne fait sécession de la Francie Occidentale au Xè siècle car les rois de France n’ont pas les moyens de défendre le pays contre les incrustions musulmanes.

                C’est le seul moment de l’histoire ou la Catalogne est indépendante. Cette indépendance cesse dans les faits au XIIè siècle avec la fondation du royaume d’ Aragon dont elle devient une division. Depuis, la Catalogne est dans l’orbite espagnole à l’exception du court passage au sein de l’empire français de Napoléon Ier.

                S’appuyer sur une indépendance datant de mille ans n’est pas d’un bon argument sur le plan juridique ou politique : dès lors, la France a autant de droits sur Barcelone, ayant été à deux reprises territoire français par le passé, il y a 1200 et 200 ans !

                Qu’est-ce qui légitimerait une indépendance catalane ?

                La seule chose admissible sur le plan du Droit international serait que la région soit pressurée et discriminée, de même que ses habitants.

                La voix du citoyen de Gérone pèse autant que celle de Cadix, le citoyen catalan n’est pas mis en prison ou pire s’il ne parle pas castillan dans la rue.

                La vie et la carrière de Puigdemon en sont l’illustration. ce politique est né et a vécu ses premières années sous Franco.

                La dictature fasciste de l’époque justifiait une volonté d’indépendance pour acquérir une liberté refusée à toute l’ Espagne. C’est sur cette base que Puigdemon a construit sa visée politique et son idéologie.

                Mais en 1975, Franco meurt. Juan Carlos lui succède et en 4 ans fait de l’ Espagne une démocratie moderne. Libertés publiques, syndicales et politiques, constitution ratifiée par le Peuple. En 1981, Juan Carlos met fin à une tentative de coup d’Etat.

                Le pays entier est une démocratie mais Puigdemon ne tient pas compte de cela et continue à militer pour l’indépendance catalane qui n’a depuis plus de raison d’être.


                • McGurk McGurk 29 décembre 2017 13:34

                  @Mmarvinbear

                  On a beau critiquer Marine Le Pen, ce type est largement pire en soutenant des contre-vérités basées sur des faits tronqués. Il a cru que l’Espagne foncerait dans le tas avec l’armée pour en faire des « pauvres victimes d’un gouvernement criminel » mais ils ont été plus malins que lui en les déboulonnant jusqu’à la « tête » (sans cerveau) du mouvement.

                  Manipuler l’histoire en vue de créer sa propre version a toujours existé, mais avec l’avènement des médias - surtout « récents » - cette stratégie prend une ampleur catastrophique car elle est capable de toucher en un temps record toutes les personnes concernées par cette propagande bourgeoise et xénophobe.

                  Pour autant, ça a l’air de marcher à fond étant donné les milliers d’inconscients qui sont tombés dans ce piège grotesque et encore plus avec les fous qu’on a libéré sous je ne sais quel prétexte alors que ce sont eux qui ont semé les graines de la destruction pure et simple de l’Espagne et allumé à leurs fins un conflit totalement artificiel entre « Espagnols » et « Catalans » - un peu comme si on faisait une vraie différence entre les « franciliens » et les « parisiens ».


                • C'est Nabum C’est Nabum 29 décembre 2017 17:14

                  @Mmarvinbear

                  La prison est-elle la réponse la plus adaptée ?


                • McGurk McGurk 29 décembre 2017 18:02

                  @C’est Nabum

                  Sans les leaders extrémistes qui vont en remettre une couche, ce groupe politique fondrait comme neige au soleil en plus de l’embrigadement des partisans. Ouais, j’y crois fortement.


                • Mmarvinbear Mmarvinbear 30 décembre 2017 14:44

                  @C’est Nabum

                  Certains leaders sont en détention préventive, d’autres sont toujours en liberté, c’est selon leur degré d’implication.

                  La justice espagnole fait donc preuve de discernement entre ceux qui sont les plus impliqués et ceux qui n’ont fait que suivre ou qui ont décidé de rebrousser chemin.

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 décembre 2017 13:09

                  Ma patrie, c’est la langue française. Thot-Hermès : « je suis l’Eternel...Je suis celui qui a créé la Verbe,...je suis le Verbe,... ». Dieu ne pouvait être que Juif et Soufi. L’islamisme a signé la mort de celui-ci. Lire Shmuel Trigano. Les juifs savent que ce bout de terre (un simple Nom : Qui sera elle ? ou la castration) ne leur appartient pas. La millième pièce du puzzle, celle qui nous rappelle que la terre n’appartient à personne.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès