• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > À votre service…
#74 des Tendances

À votre service…

JPEG

Une standardiste de la Métropole !

Si le maire et les services municipaux continuent de disposer d'une belle cote d'amour pourvu que ce soit dans les petites communes, le risque est grand pour eux de perdre leur âme et sans nul doute, le sens du service public dès qu'ils se rangent sous la bannière lointaine et hautaine d'une entité plus grande. C'est ainsi que l'idée même de Métropole, au lieu de fédérer les énergies semble tout au contraire diluer le sens des responsabilités et du service public.

D'ailleurs, ne nous y trompons pas, nous nous voyons souvent retourner la réplique imparable alors que nous émettons une remarque ou une critique : « Ça dépend de la Métropole, nous n'y pouvons rien ! » Ne soyons pas plus royaliste que le roi, un peu plus tard, il sera tout autant possible de se voir répliquer : « Ça, c'est du domaine du Département ! ». Encore heureux alors que ne surgisse pas la parade : « Ceci relève des compétences de la Région » pour achever le tour de défausse par un somptueux : « C'est du domaine de l'État ! ».

Naturellement je force un peu le trait et j'omets les organismes intermédiaires, structures diverses ou syndicats intercommunaux qui vont permettre de prendre un peu d'argent et de diluer plus encore les responsabilités. Au bout du compte, le contribuable n'est certain que d'une chose, il n'aura pas sa réponse.

Fort de ces arcanes dignes de Kafka, le subalterne qui est chargé de recevoir les appels du malheureux usager a toute latitude pour lui aussi jouer le jeu de la patate chaude, refilant le bébé à un robot ou à un autre service, qui celui-ci, ne sera pas joignable. On ne dit jamais assez l'angoisse des citoyens qui des heures durant, attendent le bon interlocuteur au bout du fil…

C'est dans ce contexte que je tiens tout particulièrement à saluer une standardiste particulièrement efficace qui se charge de donner une réponse directe, imparable et sans contestation possible, plutôt que de repasser le bébé à un collègue ou un supérieur hiérarchique. Son sens de l'efficacité n'a d'égal que sa capacité à clouer le bec à l'importune qui vient interrompre ses cogitations personnelles.

La personne qui m'a rapporté ces faits est mal voyante, en situation de handicap et d'un âge qui l'autoriserait à recevoir un peu de mansuétude dans une société encore humaine. Son premier appel au service compétent de la Métropole avait pour objet l'obtention d'un renseignement. La chose peut vous paraître étrange, vous qui avez vos yeux pour quérir sur la toile ce qui ne demande que quelques clics pour obtenir résolution. Elle voulait connaître la prochaine date du passage des encombrants.

Son aimable interlocutrice lui répondit sèchement que toutes les dates étaient dans le dernier magazine municipal, qu'il suffisait d'un simple regard pour le savoir. La pauvre dut admettre que son handicap ne lui permettait pas ce rapide coup d'œil, réplique qui lui valut un conseil des plus avisés de la part de cette fonctionnaire : « Vous n'avez qu'à vous mettre au braille ! ». Sans doute ravie de sa saillie, la délicate informatrice coupa la conversation.

Cette fois, la dame appelle le même service et reconnaît sans hésitation la voix de la charmante ! Elle suggère à ce service municipal qui délaye ses responsabilités dans un grand maelstrom métropolitain de relever les poubelles jaunes une fois par semaine au lieu que ce soit tous les quinze jours à la belle saison pour éviter les odeurs. L'aimable créature, soucieuse de donner toujours satisfaction à ses quémandeurs lui conseille d'user de l'autre poubelle, dont la fréquence de ramassage est plus grande. Une solution durablement efficace et qui permettait de couper court à ce dérangement inopportun.

Voilà deux exemples qui sont hélas véridiques. Que dire ? Appeler une fois encore pour obtenir réparation ? Chacun sait qu'en dehors de la période électorale idoine, l'opinion du citoyen est nulle et non avenue. Faire savoir tout simplement que c'est dans une ville entre Loire et Forêt de la Métropole orléanaise, tenue par une première magistrat ayant une sensibilité prétendument réformatrice que se tiennent de tels propos. Des excuses seraient pour le moins fort appréciées et la publicité faite à ces deux incidents mineurs permettra peut-être de les obtenir.

Aveuglement leur.

Photographies de Patrick Loiseau

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • juluch juluch 10 juin 21:23

    pas mal ça !!

    c’est qui ces trou du c** ???

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires


Publicité