• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Au Panthéon de la République, Emmanuel Macron défend le droit au (...)

Au Panthéon de la République, Emmanuel Macron défend le droit au blasphème

« La liberté dans notre République est un bloc. (…) C’est la liberté de conscience, et en particulier, la laïcité, ce régime unique au monde qui garantit la liberté de croire ou de ne pas croire, mais qui n’est pas séparable d’une liberté d’expression allant jusqu’au droit au blasphème. (…) Être Français, c’est défendre le droit de faire rire, la liberté de railler, de moquer, de caricaturer, dont Voltaire soutenait qu’elle était la source de toutes les autres. Être Français, c’est être toujours du côté des combattants de la liberté. » (Emmanuel Macron, le 4 septembre 2020 au Panthéon).



À l’occasion du 150e anniversaire de la proclamation de la Troisième République par Gambetta (le 4 septembre 1870), le Président de la République française Emmanuel Macron a prononcé ce vendredi 4 septembre 2020 un discours assez attendu dans l’enceinte même du Panthéon, à Paris, où est honorée la mémoire de grandes personnalités qui ont fait la France (dont on peut lire ou écouter l’intégralité ici).

Ce fut l’occasion, au-delà d’attribuer la nationalité française à six nouveaux Français, de donner les mots sans faux-semblants et sans hypocrisie, à un moment clef de la nation française puisque depuis quelques jours, a lieu le procès des auteurs des attentats islamistes de janvier 2015. Le point le plus fort, c’est d’avoir défendu le droit au blasphème ; c’est la première fois qu’un Président de la République, depuis la loi du 9 décembre 1905 sur la laïcité, l’a explicitement dit, avec ce mot si fort, pour qu’il n’y ait plus aucune ambiguïté, même si, pour être précis, on ne peut parler de "blasphème" que lorsqu’on est soi-même croyant.

Le discours d’Emmanuel Macron a donc zigzagué entre le présent direct, la montée des séparatismes, la cohésion républicaine en question, la naturalisation de nouveaux citoyens, et les leçons de l’histoire, des cent cinquante ans d’histoire de notre République, en citant de grands noms : Voltaire, Léon Gambetta, Marie Curie, Joséphine Baker, Félix Éboué, Gisèle Halimi, disparue récemment et qui va prochainement être honorée à la cour des Invalides, Charles De Gaulle, Victor Schœlcher, Charles Péguy, Jean Jaurès, Léon Blum, Pierre Mendès France, Marc Bloch, Albert Camus, Victor Hugo, Alexandre Dumas, Émile Zola, André Malraux, Aimé Césaire, François Mauriac, l’abbé Grégoire, Jean Bodin, Condorcet, Jean-Jacques Rousseau. D’autres figures ont été associées à cette cérémonie : Adolphe Crémieux, Maria Deraismes, Georges Clemenceau, Germaines Poinso-Chapuis, Jacques Chaban-Delmas, Germaine Tillion...

Emmanuel Macron a défini ce qu’est devenir puis être Français, notamment : « Devenir Français, c’est avoir ancré en soi-même la conscience que parce que la République est toujours fragile, toujours précaire, elle doit être un combat de chaque aube, une conquête de chaque jour, un patriotisme républicain de chaque instant. La République n’est pas donnée, jamais acquise, et je le dis ici aussi pour nos jeunes. C’est une conquête. Elle est toujours à protéger ou à reconquérir. ». En somme, la République est une création permanente.

Il a décliné la devise française. La liberté, notamment la liberté d’expression (voir plus haut). L’égalité : « Cette idée simple au fond : chaque citoyen, quel que soit le lieu où il vit, le milieu d’où il vient, doit pouvoir construire sa vie par son travail, par son mérite. Nous sommes encore loin, trop loin de cet idéal. Combien encore d’enfants de France sont discriminés pour leur couleur de peau, leur nom ? Combien de portes fermées à de jeunes femmes, de jeunes hommes, parce qu’ils n’avaient pas les bons codes, n’étaient pas au bon endroit ? L’égalité des chances n’est pas encore effective aujourd’hui dans notre République. C’est pourquoi elle est plus que jamais une priorité de ce quinquennat. ».

Cette égalité, elle est aussi pour tous, face aux lois de la République : « L’égalité devant la loi implique ainsi que les lois de la République sont toujours supérieures aux règles particulières. C’est pourquoi il n’y aura jamais de place en France pour ceux qui, souvent au nom d’un Dieu, parfois avec l’aide de puissances étrangères, entendent imposer la loi d’un groupe. Non, la République, parce qu’elle est indivisible, n’admet aucune aventure séparatiste. ». Ce mot "séparatisme" reprend la notion d’islamisme politique mais aussi d’aide des puissances étrangères qui est une accusation très forte.

Enfin, la fraternité : « Notre Nation a ceci de singulier qu’elle a développé un État providence, un modèle de protection sociale qui ne laisse personne au bord du chemin. Or, ce système unique au monde ne tient que par les liens toujours fragiles qui unissent nos concitoyens, liens du respect et de la civilité qu’à tout moment, la violence et la haine peuvent briser. C’est pour cela qu’en République, les policiers, les gendarmes, les magistrats, les maires, les élus de la République, plus largement, toutes celles qui luttent contre la violence, contre le racisme et l’antisémitisme jouent un rôle déterminant, et que, par symétrie, ceux qui s’en prennent à eux doivent être lourdement condamnés. ».

Ce sont des références communes qui peuvent lier les Français : « Le partage d’un commun est décisif et je ne peux en effet consentir des sacrifices pour mes compatriotes que si je me sens lié à eux non seulement par un contrat social, mais par des références, une culture, une histoire commune, des valeurs communes, un destin commun dans lequel nous sommes engagés. C’est cela, la République. ».

C’est pour cette raison qu’il ne faut pas déboulonner les statues, comme celle de Colbert : « Entrer en République française. Aimer nos paysages, notre histoire, notre culture en bloc, toujours. Le Sacre de Reims et la Fête d la Fédération, c’est pour cela que la République ne déboulonne pas de statues, ne choisit pas simplement une part de son histoire, car on ne choisit jamais une part de la France, on choisit la France. La République commence, vous l’avez compris, bien avant la République elle-même, car ses valeurs sont enracinées dans notre histoire. Et devenir Français, c’est l’épouser tout entière et c’est aussi épouser une langue qui ne s’arrête pas à nos frontière (…), mais qui fut aussi l’un des ciments de notre Nation. ».

Emmanuel Macron a voulu remettre la République et la citoyenneté dans son contexte historique, certes, mais aussi dans le réel d’aujourd’hui qui n’est pas "rose" : « La République, c’est une transmission. La République est une volonté jamais achevée, toujours à reconquérir. Et si elle tient depuis la Révolution, c’est parce qu’entre ceux qui l’ont rêvée,ceux qui l’ont fait advenir, ceux qui l’ont défendue parfois dans les heures les plus tragiques de notre histoire, ceux qui l’ont renouvelée dans le projet européen, entre toutes ces femmes et tous ces hommes s’est nouée une scène des temps qui a traversé les siècles. Et en ce jour anniversaire, ce n’est pas tant la joie qui domine, je dois bien l’avouer, qu’une forme de gravité lucide, face aux menaces qui pèsent sur elle. ».

Cette gravité, ce sont les multiples événements, parfois symboliques (les militants qui déboulonnent Colbert, les malfrats qui taguent le musée d’Oradour-sur-Glane, les menaces de dirigeants pakistanais contre "Charlie Hebdo", etc.), et parfois dramatiques (le chauffeur du bus assassiné pour non port du masque, le maire assassiné dans l’exercice de ses fonctions, les attentats islamistes, ceux commis et les plusieurs dizaines de tentatives déjouées depuis quelques années seulement, etc.).

_yartiMacron2020090402

Emmanuel Macron, dans un environnement quasi-religieux (les lieux résonnaient comme dans une église, ce qu’était le Panthéon à l’origine), a toujours su manier les mots : « Être Français n’est jamais seulement une identité. C’est une citoyenneté. Ce sont des droits qui vont avec. Ce sont aussi ses devoirs, c’est-à-dire l’adhésion à ses valeurs, à une histoire, à une langue, à une exigence qui tient la République debout, car elle dépend de chacune et de chacun d’entre nous à chaque instant. ».

On pourra reprocher au Président de la République de n’avoir rien fait d’autre que marquer un petit pas, que commenter une actualité très bouillonnante où la cohésion nationale a atteint un équilibre très fragile et toujours instable. On pourra regretter que la référence historique, la seule qui tenait en cet anniversaire, la proclamation de la République, n’ait pas été exploitée assez profondément, il aurait fallu rappeler que cette Troisième République si oubliée désormais était nos racines dans les valeurs républicaines, la liberté de la presse, la liberté d’association, la laïcité sont toutes issues de cette révolution pacifique que fut la chute du Second Empire.

Et bien entendu, la révolution par l’instruction. L’école obligatoire et gratuite fut une singularité dans l’histoire nationale. Elle provient d’une réflexion de Gambetta et d’autres républicains qui faisaient campagne dans les campagnes et qui voyaient que les non instruits s’en remettaient plus aisément aux monarchistes. Par une éducation éclairée, ils pourraient au contraire choisir la République et les libertés. Après un siècle d’horribles cafouillages institutionnels et sociaux (le pire étant la Terreur, à mon sens), la France s’est trouvé, avec la République, son système permettant enfin de mettre en pratique l’esprit des Lumières, celui de Voltaire et Montesquieu.

Ce discours du 4 septembre 2020 au Panthéon ne sera donc pas un grand discours référence sur la République et la laïcité, sur l’ordre et la justice. Il n’est qu’un petit jalon, parmi les sept ou huit autres, qu’Emmanuel Macron a posé pour bâtir une stratégie régalienne dont Gérald Darmanin (plus qu’Éric Dupond-Moretti) est sans doute la pièce maîtresse.

Malgré ces réserves que je viens de formuler, ce discours aura peut-être un effet salutaire : Emmanuel Macron a nommé un droit qu’il fallait nommer dans le contexte actuel, le droit au blasphème. Cette expression est malheureuse car le blasphème ne concerne que les croyants, mais la liberté de se moquer des religions, tout en respectant la dignité de ceux qui ont la foi, est un élément majeur du vivre ensemble. Pas étonnant qu’Emmanuel Macron, sans tradition politique historique clairement identifiée, puisse prendre siennes les quelques belles phrases de Marc Bloch qu’il a rappelées dans son discours : « La France est la patrie dont je ne saurais déraciner mon cœur. J’ai bu aux sources de sa culture. J’ai fait mien son passé. Je ne respire bien que sous son ciel et je me suis efforcé à mon tour de la défendre de mon mieux. ».


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (04 septembre 2020)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Discours du Président Emmanuel Macron le 4 septembre 2020 au Panthéon à Paris (texte intégral et vidéo).
Au Panthéon de la République, Emmanuel Macron défend le droit au blasphème.
150 ans de traditions républicaines françaises.
Discours du Premier Ministre Jean Castex le 3 septembre 2020 à Paris (texte intégral).
France Relance, 100 milliards d’euros pour redresser la confiance française.
Jean Castex et France Relance.
Roselyne Bachelot, la culture gaie.
Éric Dupond-Moretti, le ténor intimidé.
Barbara Pompili, "l’écolo" de service.
François Bayrou sera-t-il le Jean Monnet du XXIsiècle ?
Secrétaires d’État du gouvernement Castex : des nouveaux et des partants.
Nomination des secrétaires d’État du gouvernement Castex I.
Gérald Darmanin, cible des hypocrisies ambiantes.
Relance européenne : le 21 juillet 2020, une étape historique !
Discours du Premier Ministre Jean Castex le 16 juillet 2020 au Sénat (texte intégral).
Discours du Premier Ministre Jean Castex le 15 juillet 2020 à l’Assemblée Nationale (texte intégral).
La déclaration de politique générale de Jean Castex le 15 juillet 2020.
Interview du Président Emmanuel Macron le 14 juillet 2020 par Léa Salamé et Gilles Bouleau (retranscription intégrale).
Emmanuel Macron face aux passions tristes.
L'enfant terrible de la Macronie.
Composition du gouvernement Castex I.
Le gouvernement Castex I nommé le 6 juillet 2020.
Jean Castex, le Premier Ministre du déconfinement d’Emmanuel Macron.
Discours du Président Emmanuel Macron devant la Convention citoyenne pour le climat le 29 juin 2020 à l’Élysée (texte intégral).
Après-covid-19 : écologie citoyenne, retraites, PMA, assurance-chômage ?
Édouard Philippe, le grand atout d’Emmanuel Macron.
Municipales 2020 (5) : la prime aux… écolos ?
Convention citoyenne pour le climat : le danger du tirage au sort.
Les vrais patriotes français sont fiers de leur pays, la France !
Le Sénat vote le principe de la PMA pour toutes.
Retraites : Discours de la non-méthode.
La réforme de l’assurance-chômage.
Emmanuel Macron explique sa transition écologique.

_yartiMacron2020090403


Moyenne des avis sur cet article :  1.4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 5 septembre 10:43

    L’égalité : « Cette idée simple au fond : chaque citoyen, quel que soit le lieu où il vit, le milieu d’où il vient, doit pouvoir construire sa vie par son travail, par son mérite.

    Macron définit l’égalité : « tu dois pouvoir aller bosser, où que tu sois, c’est comme ça qu’on « construit » sa vie. »


    • JPCiron JPCiron 5 septembre 22:20

      @Opposition contrôlée
      .
      Macron définit l’égalité chaque citoyen, quel que soit le lieu où il vit, le milieu d’où il vient, doit pouvoir construire sa vie par son travail, par son mérite.> 

      Ce truc, ça marche aussi dans le 93 ? Ou bien c’est juste des ’’paroles verbales’’ ?
      .
      Macron dit que < la laïcité c’est la liberté d’expression > 

      Aussi dans la Presse ? Pourtant, ils racontent tous les mêmes bobards !
      Et si je l’ouvre sur Facebook, c’est le modérateur US qui m’efface...

      .


    • zygzornifle zygzornifle 5 septembre 10:50

      Défendre le droit au blasphème dans un cimetière même si c’est le Panthéon , franchement il aurait pas pu aller ailleurs ?


      • zygzornifle zygzornifle 5 septembre 10:51
        Dis, papa, c’est qui, Macron ? 

        Ce n’est pas compliqué fiston...

        La masse musculaire de Macron et supérieure à son poids total.
        Si la lumière va plus vite que Macron, c’est qu’elle a peur de lui.
        Macron ne ment pas, c’est la vérité qui se trompe.
        Macron n’essaie pas. Il réussit !!
        Quand Macron scrute l’horizon, il voit son dos.
        Quand Macron va au restaurant, c’est le serveur qui laisse un pourboire.
        Quand Macron s’est mis au judo, David Douillet s’est mis aux pièces jaunes.
        Macron est le seul homme à posséder une Bible dédicacée.
        Macron peut encercler ses ennemis. Tout seul.
        Macron a déjà compté jusqu’à l’infini. Deux fois.
        Certaines personnes portent un pyjama Superman, Superman porte un pyjama de Macron.
        Macron ne porte pas de montre. Il décide de l’heure qu’il est.
        Dieu a dit : « que la lumière soit ! » et Macron répondit « on dit s’il vous plaît »
        La seule chose qui arrive à la cheville de Macron… c’est sa chaussette.
        Quand Google ne trouve pas quelque chose, il demande à Macron.
        Macron fait pleurer les oignons.
        Macron sait parler le braille.
        Il n’y a pas de théorie de l’évolution. Juste une liste d’espèces que Macron autorise à survivre.
        Macron et Superman ont fait un bras de fer, le perdant devait mettre son slip par-dessus son pantalon.
        Un jour, au restaurant, Macron a commandé un steak. Et le steak a obéi.
        Macron connaît la dernière décimale de Pi.
        Macron peut taguer le mur du son.
        Quand la tartine de Macron tombe, la confiture change de côté.
        Dieu voulait créer l’univers en 10 jours. Macron lui en a donné 6.
        Macron est capable de laisser un message avant le bip sonore.
        Une larme de Macron peut guérir du cancer, malheureusement, Macron ne pleure pas.
        Si Macron dort avec une lampe allumée, ce n’est pas parce qu’il a peur du noir mais parce que le noir a peur de lui.
        Le Big Bang était la première éjaculation de Macron.
        Macron était le seul trader a la banque du sperme.

        • Septime Sévère 5 septembre 10:52

          Oui, oui, droit au blasphème à condition de ne froisser personne sinon procès en racisme et appel à la haine.


          • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 5 septembre 11:11

            @Septime Sévère
            Et la mère Avia qui te retire ton permis internet...


          • Jonas Jonas 5 septembre 11:11

            La république, ça repose sur du vide. Liberté, Égalité, Fraternité, sont des mots vides de sens derrière lesquels on peut mettre ce qu’on veut, et surtout justifier la république universelle, la gouvernance mondiale, qui implique de détruire l’identité, la culture et le savoir-vivre français.
            La civilisation européenne qui depuis des siècles s’est construite sur le Sacré, l’Humilité, la Contemplation, le sens du Sacrifice, l’Incarnation du souverain en son Peuple, a été lentement et progressivement détruite par la secte maçonnique républicaine pour la remplacer par Mammon, le Dieu argent.

            Le président Macron méprise la France et les Français, en expliquant dans ses meetings « qu’il n’y a pas de culture française », « l’art français, je ne l’ai jamais vu ».Pour lui et pour toute une bande de profiteurs, de banquiers et d’industriels, ce pays n’est qu’une gigantesque entreprise qui ne sert qu’à faire de l’argent (économie, croissance, bénéfices, etc...), destinée à devenir à terme une succursale de l’oligarchie mondialiste prônant une immigration de masse pour satisfaire les besoins du capitalisme, détruisant l’harmonie et l’identité culturelle, cultuelle, morale et ethnique du pays.

            Il n’y a pas de direction, pas de repères dans la république, ses militants sont incapables de discerner l’héritage catholique de la France et préfèrent magnifier l’Islam, une religion étrangère, incompatible avec notre mode de vie et notre culture.

            Macron a par exemple le 8 mai 2016 à Orléans, réussi le tour de force de prononcer un discours de 18 minutes sur Jeanne d’Arc, sainte martyre de l’Église catholique ayant offert la France au roi Charles VII au nom du Christ Jésus, sans prononcer le mot « Dieu », « Jésus Christ », « chrétien », « christianisme » « Église » ou « catholique », mais est capable de tenir un discours politique où il glorifie l’Islam à Abu Dhabi !


            • troletbuse troletbuse 5 septembre 11:15

              @Jonas
              Micron, le camélèon (tiens, ca rime) qui glorifie la religion du pays où il se pavane ;


            • Jonas Jonas 5 septembre 11:20

              @troletbuse « Micron, le camélèon (tiens, ca rime) qui glorifie la religion du pays où il se pavane ; »

              Il ne glorifie que les religions anti-catholiques.


            • troletbuse troletbuse 5 septembre 11:23

              @Jonas
              Juste. Mais en France il ne se pavane pas sauf avec 2000 policiers autour.  smiley


            • HELIOS HELIOS 5 septembre 19:59

              @Jonas

              @Jonas

              ... oui, Macron, comme beaucoup d’autres confond une fois de plus la « nation », c’est à dire la France avec la république qui n’est qu’une forme d’organisation plus ou moins fugitive.

              Sur les presque 2000 ans d’existence, combien de temps cette organisation a été effective ?

              Si le modèle républicain — version française — nous apporté beaucoup, il reste des points où cela a même été nocif pour notre histoire. Il n’y aura pas de bilan direct, mais les vrais conséquences nous les mesurons au quotidien, partout sur le territoire et surtout dans les banlieues... mais pas que... il n’y a qu’a voir comment se comportent nos « multinationales », nos banques, notre administration envers notre peuple et les autres.

              Les règles généreuses que nous avons instaurées dans un contexte européen ancien n’ont plus de valeurs actuellement... et au nom d’une humanité sans mesure nous acceptons tout, jusqu’à nous appauvrir, nous affaiblir nous dévaloriser, nous soumettre face a des peuples conquérants qui viennent accoucher chez nous pour le droit du sol sans la volonté ni l’obligation de faire société avec nous...

              ... pauvre de nous.... Macron est comme les autres, la France n’existe pour lui que comme tremplin a son ambition : il n’aime ni la France ni les français, et le Panthéon ce n’est juste que le bureau de ses mensonges, ses erreurs et sa veulerie.


            • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 5 septembre 20:32

              @HELIOS
              Des radicalisés de la secte républicaine.

              « J’existe en dehors de la carte d’identité que la bureaucratie m’a délivré.
               Horreur, il viole les lois sacrées de la république, terroriste ! Au nom de la laïcité tu dois être puni pour ce blasphème envers notre sainte bureaucratie ! »


            • Xenozoid 5 septembre 20:38

              @Opposition contrôlée

              c’est d’ailleur comme cela que l’on retrouve la carte d’identité des térroristes,comme pour le covid19 ils ont des papiers


            • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 5 septembre 21:01

              @Xenozoid
              Non, rien à voir. Tu trimbales une kalashnikov dans ton coffre  certes, vendue par un mouchard de la gendarmerie—, tu prends tes papier pour ne pas te faire griller en cas de contrôle de routine par la police, sur la route. J’en vois beaucoup fantasmer sur ce détail, je me dis qu’ils n’ont pas fait beaucoup de coups tordus dans leur existence... Le co-vide-19 c’est une autre histoire.


            • Xenozoid 5 septembre 21:04

              @Opposition contrôlée

              on retrouve l’identité de tout le monde,alors dis moi a quoi ça sert ?


            • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 5 septembre 21:11

              @Xenozoid
              A l’opinion public. Le flic de base est pas dans les combines... Tu va pas laisser « pinot simple flic » te foirer ton opération psychologique, parce que Mouloud a oublié ses papiers.


            • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 5 septembre 21:12

              @Opposition contrôlée
              Publique, mais je n’en suis plus à une faute d’orthographe près. 


            • Xenozoid 5 septembre 21:16

              @Opposition contrôlée

              en plus on’t ils diffuses le numero des kalashnikovs, ou était elle límés,ils auraient pu présenté les armes a la police avec un numéro légal,pourquoi prendre une carte d’identité légale pour leur offrire une porte de sortie en cas de controle ?, a ce niveau tout sera illégale ou pas, tu comprend ?


            • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 5 septembre 21:27

              @Xenozoid
              Non. Tout ce que je comprends, c’est que si tu as un truc illégale à faire, et que tu dois te déplacer pour aller le faire, t’as intérêt à être réglo jusqu’au « lieu du crime » pour ne pas prendre le risque de te faire griller avant. Que ta carte d’identité soit dans la boite à gant de la bagnole ou à Bagdad, on saura qu itu es à un moment ou a un autre. Et généralement, on sait qui tu es bien des mois avant que tu partes pour l’opération. Parfois ça arrange de te laisser partir, parfois on te retient...


            • Xenozoid 5 septembre 21:30

              @Opposition contrôlée

              a chaque fois qu’on retrouve une carte d’identité ou un passeport sur le terroriste apres l’attentat , c’est la preuve qu’il était humain ?


            • Jelena Jelena 5 septembre 21:42

              @Opposition contrôlée : Je suis à peu près certaine que tu sois « le prince ».



            • Jelena Jelena 5 septembre 21:58

              @Opposition contrôlée : Ce sont des choses qui arrivent... Tirons le rideau.


            • mmbbb 6 septembre 09:38

              @Jonas l Islam est la religion du future Votre pape est un fervent adepte d une immigration je me repete n voir ses 21 propositions .
              https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/08/22/01016-20170822ARTFIG00186-le-pape-francois-propose-21-mesures-pour-l-accueil-des-migrants.php

              Evidemment pas de tente Quechua dans les jardins du Vatican 

              Quant aux cathos si respectueux des lois de la Republique, l eveche de Nantes accueille , un africain cher a votre Pape , en situation irreguliere et qui fout le feu a cette cathedrale

              Votre eglise est décadente !
              voir les affaires de pedophilie et le livre SODOMA ! 
               


            • mmbbb 6 septembre 09:50

              @Xenozoid nos gentils sauvageons puisque le ministre DU CON Moretti refute le sentiment d insecurite, sont tous inscrits au fichier « S » . 

              Comme je l ai signifie a Jonas , dans un autre domaine, le gentil Rwandais ayant foutu le feu a la cathedrale de Nantes etait en situtaion irregumliere et aurait du etre expulse 

              L essentiel est que notre élite nous affirme a longueur d annee , que nous soyons dans un etat de « droit » 

              Un droit qui est un droit relatif et tres circonstancie et ne s applique selon le bon vouloir des décideurs .

              Une republique de merde ! voir les clandestins et les droits d asile deboutes qui ne sont jamais expulses !

              les francais sont des cons ! 


            • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 6 septembre 13:28

              @Jelena
              C’est qui (ou quoi) « le prince » ? Finalement la curiosité me rattrape...


            • Jonas Jonas 6 septembre 13:38

              @mmbbb «  Votre pape est un fervent adepte d une immigration »

              Vatican II a fait énormément de mal à l’Église catholique, et il sera très difficile de réparer les dégâts, mais pas impossible, l’Église catholique a connu pire.

              L’infiltration de l’Église par la franc-maçonnerie a permis d’abaisser toutes les barrières qui protégeaient les peuples européens : islamisation par l’immigration de masse, droit au mariage pour tous, droit à l’avortement, destruction sans limites de la Nature, don de Dieu, promotion de l’individualisme, de la cupidité, de l’égoïsme qui ont jeté à bas le Bien Commun, garant de la prospérité de l’identité culturelle, ethnique et cultuelle des peuples et du patrimoine des nations.


            • Jelena Jelena 7 septembre 08:06

              @Opposition contrôlée : Le rideau est tiré, il n’y a plus personne sur scène pour répondre à la question. ^^


            • agent ananas agent ananas 5 septembre 11:59

              Être Français, c’est défendre le droit de faire rire, la liberté de railler, de moquer, de caricaturer, dont Voltaire soutenait qu’elle était la source de toutes les autres. Être Français, c’est être toujours du côté des combattants de la liberté.

              Qu’en pense Dieudonné ?


              • Jonas Jonas 5 septembre 12:06

                @agent ananas « Qu’en pense Dieudonné ? »

                La république est à géométrie variable, elle doit être intolérante contre les intolérants.
                Voltaire, emblématique représentant de la philosophie des Lumières et de la république naissante était raciste, intolérant, misogyne, et un antisémite obsessionnel.
                Il n’hésitait pas à calomnier dans ses pamphlets ceux qui le critiquaient (Maupertuis en sait quelque chose).
                Tous ceux qui ont tenté de le critiquer par écrit, ont été harcelés et incarcérés, Voltaire conduisant parfois PERSONNELLEMENT, avec le commissaire, les opérations policières d’arrestation ou d’audition de ses contradicteurs (Phélizot, Mairault, Pierre-Charles Roy, Louis Travenol).
                Voltaire était un fervent antichrétien, car il n’admettait pas l’idée « ridicule » qu’un noir puisse être à l’égal d’un européen, comme le prétend l’Église, qui considère tout Être humain aimé de Dieu.
                Voltaire plaçait en effet sur l’échelle des races, le noir africain comme inférieur au macaque.
                De ce type de doctrine (Lumières) qui ont fait table rase de la religion chrétienne, ont émergé tous les totalitarismes athées du XXème siècle (marxisme, communisme, léninisme, trotskisme, socialisme, national-socialisme, stalinisme, castrisme, maoïsme,...) ayant engendré plus de 80 millions de morts (extermination de femmes, enfants, vieillards) en moins d’un siècle.


              • binary 5 septembre 12:36

                Connaissez vous le mot « hypocrisie » ?

                 C’est ce qui permet à la fois d’autoriser des millions de personnes à faire, sans risque, tout ce qu ’elle veulent en dehors des lois de la République, et de l autre déclarer solennellement son attachement irrévocable à la Loi et à la morale républicaine.


                • Samson Samson 5 septembre 12:51

                  « ... mais qui n’est pas séparable d’une liberté d’expression allant jusqu’au droit au blasphème. »

                  Au moins s’il faut en juger des impitoyables et très cruelles peines de mutilation et d’éborgnement directement prononcées et infligées « pour l’exemple » et sans autre forme de procès par ses cerbères, la défense par Mutilator 1er d’une liberté d’expression allant jusqu’au « droit au blasphème » ne s’étend manifestement pas jusqu’à l’outrage de lèse-majesté à sa très immature et narcissique petite personne que constitue En Marche vers Nulle Part le port du gilet jaune.

                  Quant à la notion même de blasphème, portant sur la divinité ou ses représentants, elle ne peut pour ce que j’en comprends qu’émaner du croyant, comme s’y est avec génie adonné en son temps Charles Baudelaire - frappé plus tard d’aphasie en pleine messe ! - dans ses sublimes « Fleurs du Mal ».

                  Sinon insulter par là ses adeptes, quel sens ou vain plaisir peut-on donc éprouver à ridiculiser ce à quoi on ne croît pas, et qui en l’occurrence et toute logique ne mériterait à tout le mieux qu’indifférence polie ???
                  Je suis donc - fut-elle même outrancière - partisan de la liberté d’expression mais, quoique fan inconditionnel de Cabu (Paix à son âme !), je ne me reconnais en aucun cas comme « Charlie » !!!


                  • macchia 5 septembre 12:51

                    Que pensez vous du droit au blasphème au Pakistan ?


                    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 5 septembre 13:25

                      @macchia
                      Il ne se porte pas plus mal que la liberté d’expression pour Dieudonné en France.


                    • macchia 6 septembre 12:52

                      @Opposition contrôlée
                      Dieudonné risque la peine de mort ?


                    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 6 septembre 14:21

                      @macchia
                      La peine de mort non, mais la mort oui. Il y a peu un 4x4 voulais l’aplatir, blessant plusieurs techniciens. 
                       


                    • Jonas Jonas 5 septembre 14:28

                      « Être Français, c’est défendre le droit de faire rire, la liberté de railler, de moquer, de caricaturer, dont Voltaire soutenait qu’elle était la source de toutes les autres. Être Français, c’est être toujours du côté des combattants de la liberté. » (Emmanuel Macron, le 4 septembre 2020 au Panthéon). »

                      Voltaire parlait de SA liberté à lui, pas de celle des autres !
                      Voltaire était radicalement opposé à toute forme de liberté d’expression, surtout quand elle s’attaquait à lui.


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 septembre 14:47

                        « réel d’aujourd’hui qui n’est pas »rose". Ah, parce que la république a tenu compte de ceux qui étaient clairement opposés au mariage homosexuel. Non Monsieur Macron, la France n’est plus unie par des valeurs communes. 


                        • Pierre Régnier Pierre Régnier 5 septembre 16:19

                          Ni le président de la République dans son discours (que je trouve bon), ni l’auteur de cet article dans ses réserves ne prend conscience de la très grave incomplétude de la laïcité, laquelle en fait aujourd’hui une cause importante de l’islamisation de la France et des massacres de Charlie Hebdo et du Bataclan, parmi beaucoup d’autres, qui en sont des résultats logiques.

                          L’insuffisante laïcité a laissé aux religions le droit de justifier et d’enseigner la prétendue « bonne criminalité commandée par leur Dieu pour de prétendues bonnes raisons ».

                          Si l’on en croit la loi de 1905 toujours pas complétée depuis, appeler à massacrer au nom d’un Dieu mais « à côté de l’État », après que les religions en aient été « séparées », c’est tout à fait acceptable pour la République.


                          • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 5 septembre 16:30

                            @Pierre Régnier
                            Oui, seule la bureaucratie qui constitue le corps de la république à le droit de décréter la « bonne criminalité », et devrait redoubler de censure et de surveillance. L’état s’est séparé de Dieu pour devenir le seul vrai dieu. 


                          • Octave Lebel Octave Lebel 5 septembre 18:23

                            Rassurez-nous, il n’a pas supprimé l’ISF ni décidé de s’attaquer sérieusement à la fraude fiscale de 100 milliards l’an ?


                            •  C BARRATIER C BARRATIER 5 septembre 19:18

                              oui, le mot blasphème est mal venu dans la bouche d’un président qui a assez d’intelligence pour comprendre que c’est un mot qui n’a de sens qu’entre adeptes d’une religion. Un athée où qu’il soit dans le monde critique parfois, mais il ne s’agit pas de blasphème. Emmanuel et Brigitte ne peuvent pas raisonner comme s’ils n’étaient pas catholiques. C’est normal.


                              • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 5 septembre 19:25

                                @C BARRATIER
                                Il n’y a pas que des catholiques dans cette histoire de défense du blasphème, mais vous avez parfaitement résumé la situation : comment, au nom de la laïcité, on en vient à défendre un concept qui n’existe pas en dehors des religions.


                              • ETTORE ETTORE 6 septembre 00:06

                                Avec MONARC 0.0, vous avez le droit au blasphème .

                                Mais sur ordre uniquement, et à condition d’avoir déposé vos blasphèmes pour une pré lecture, ou seras indiqué la bonne orientation, à votre naïveté contrariée.

                                Bon....après, ce tripatouillage aurait bien un autre nom....MENSONGES à REPETITION !

                                Un mensonge répété mille et une fois, devient vérité ( pour certains...après, pour le créateur....avant )

                                Mais que voulez vous, la néo langue fait parfois un retour en arrière en se targuant « d’avancée constructive »

                                Il faut savoir faire entrer le religieux dans le laïc. ( le contraire marche aussi)

                                Un peu comme le doigt dans le fi.... ! Car se contenter du geste, semble, à un doigt près, représenter trop « d’honneur » pour les êtres sensibles !

                                Vous verrez, d’ici peu, Monarc 0.0, recevras à confesse, pour l’instant, il distribue les « indulgences », en sachant que lui, l’est....très peu !


                                • vesjem vesjem 6 septembre 08:19

                                  macron n’est pas le centre du monde en matière d’autorité morale ou philosophique ;


                                  • zygzornifle zygzornifle 6 septembre 09:07

                                    La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader, un système d’esclavage ou , grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude.
                                    Aldous Huxley


                                    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 6 septembre 16:42

                                      Non, il n’y a pas en France la liberté de blasphémer, mais le blasphème a été transféré de la transgression des valeurs chrétiennes aux transgressions des valeurs gauchistes qui sont l’antiracisme, l’homophilie, les lois liberticides, la shoah inattaquable, l’avortement favorisé, la défense des coupables plutôt que les victimes (Suppression de la peine de mort), l’immigration musulmane.


                                      • cétacose2 6 septembre 20:31

                                        « c’est d’avoir défendu le droit au blasphème ;  ».....et bien sûr pour toutes les confessions , mais surtout pas les hébraïques.......


                                        • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 7 septembre 06:10

                                          Vous vous foutez de la gueule des gens, comment un texte comme cela a pu être validé à la parution. 
                                          C’est une véritable propagande au bénéfice de Macron .

                                          Macron sert autant les intérêts des Franc-mac que les intérêts des puissants et riches donateurs anglo-saxons à sa campagne de 2017.

                                          Chaque fois qu’il lui plait , il ment, manipule la république jusqu’à un tel niveau que les Retailleau , Ciotti ont souligné la perversité de son action . Bien évidemment puisqu’ils se sont fait piègés comme des débutants .

                                          Pour aller plus loin
                                          , une série de références glorieuses au Macronisme .


                                          AgoraVox est un site web de journaliste citoyen alimenté par des rédacteurs volontaires et non professionnels,,,,,,,,,,,MDR

                                          Qui paie le rédacteur Rakoto , car sa production est quasi professionnel ?


                                          • Ruut Ruut 8 septembre 13:33

                                            @SPQR Sono Pazzi Questi Romani, c’est probablement une IA Macronienne, un Bot rédacteur.

                                            Il ne réagi JAMAIS aux commentaires, comme si il ne pouvais pas les comprendre.


                                          • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 7 septembre 14:31

                                            Dans ce tripatouillage macronien que devient le traité d’Aix la Chapelle ..

                                            https://www.touteleurope.eu/actualite/qu-est-ce-que-le-traite-d-aix-la-chapelle.html

                                            Qui est français ?

                                            Qui devient Allemand ?

                                            Qui n’est pas français et ne sera pas reconnu par les allemands ?

                                            Qui devient Allemand et ne sera pas reconnu par les français ?

                                            Qui est de nationalité française ou allemande mais n’est pas reconnu comme ayant une appartenance nationale française ou allemande ?

                                            La covid 19 a fait explosé l’Europe, rétablit les frontières et nationalités .
                                            Les citoyens allemands et français se sont menacés de part et d’autre de la frontière .

                                            Macron pschitt .... Merkel boff...

                                            Le sépara-tripatouillé Macron/Merkel est une machine à tuer les chats, les poules, les lapins, les chiens et le reste .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité