• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Auschwitz, l’horreur humaine absolue

Auschwitz, l’horreur humaine absolue

« Il y a eu des mémoires et des histoires, et il fallait un nom et ce fut Yad Vashem. Ici sont conservées les traces du martyr et de l’héroïsme. La mémoire du mal radical et de cet esprit de résistance. C’est pour cela que l’Holocauste ne saurait être une histoire que nous pourrions manipuler ou utiliser ou revisiter. Non ! Il y a la justice, il y a l’histoire avec ses preuves, et il y a l’avis de nos nations. Ne les confondons pas. Au risque de collectivement replonger dans le malheur. Nul n’a le droit de convoquer ses morts pour justifier quelques divisions ou quelques haines contemporaines. Car tous ceux qui sont tombés nous obligent à la vérité, à la mémoire, au dialogue, à l’amitié. Et quel plus beau symbole que celui de nous voir ici tous rassemblés et unis. De faire œuvre utile contre le déni comme le ressentiment ou les discours de vengeance. » (Emmanuel Macron, le 23 janvier 2020 à Jérusalem).

Auschwitz, l'horreur humaine absolue

Depuis quelques jours, la planète entière commémore le 75e anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, en Pologne occupée par les nazis jusqu’à l’arrivée des troupes soviétiques. La libération a eu lieu le 27 janvier 1945. Comment ne pas parler, encore aujourd’hui, de « sidération humaine » selon l’expression du Président Emmanuel Macron venu s’exprimer, devant ses homologues, à Jérusalem ce jeudi 23 janvier 2020 ? Quand on repense à toute cette histoire tragique, les larmes ne peuvent que couler encore et encore.

Certes, on a déjà beaucoup dit de cette tragédie humaine, de cette industrialisation de la mort inédite dans l’histoire de l’humanité. Ce point de singularité qui a montré que l’être humain, tout sapiens qu’il était, pouvait montrer le pire de lui-même. Peut-être pourrait-il y avoir encore pire dans l’avenir, je ne le souhaite pas mais on peut continuer à cauchemarder avec un peu d’imagination : arme nucléaire, bactériologique, chimique, etc. Il y a encore le choix pour faire pire que les nazis. Mais l’humain peut aussi montrer le meilleur de lui-même. Le pire n’est jamais sûr.

Faut-il encore commémorer la Shoah ? La question elle-même est une injure à toutes les victimes. Tous ceux qui tentent de discutailler sur le nombre exact de victimes (on ne le saura jamais exactement, car les nazis, lorsqu’ils voyaient l’Armée rouge progresser, ont partout tenté d’éliminer toutes les traces car ils en avaient honte), qui tentent de pondérer, de comparer, de contester les faits historiques ont de quoi faire peur. Oui, dans les camps d’extermination, il y a eu aussi des personnes en situation de handicap, des gens du voyage, des homosexuels, des prisonniers de guerre, et plus généralement, tous ceux que les nazis considéraient comme des rebuts de la société, mais il est incontestable que la plupart de ces victimes étaient des Juifs et qu’ils étaient là uniquement parce qu’ils étaient des Juifs. Ont péri dans les camps d’Auschwitz 960 000 Juifs sur 1,1 million de victimes. Là est la réalité des faits (établie par l’historien polonais Franciszek Piper). Là est la monstruosité d’une idéologie mécanique qui voulait donner à certains hommes le pouvoir d’un dieu prêt à sélectionner qui devait continuer à vivre et qui devait mourir.

Malgré ces millions de morts, les nazis ont échoué. Ils n’ont pas échoué seulement en perdant la guerre, mais ils ont échoué parce que l’Holocauste a été connu, parce que les rares survivants, qui ont été définitivement traumatisés par cette expérience insensée, qui se sont demandé pourquoi ils en avaient réchappé alors que tant de leurs proches y sont restés, ces survivants sont là, et ont témoigné, pour certains encore, parce qu’ils sont encore vivants soixante-quinze plus tard, ils témoignent encore, du haut de leur grand âge, dans les écoles, dans les associations, chez les éditeurs, chez les cinéastes, chez les metteurs en scène, partout…

_yartiAuschwitz02

La liste des victimes est longue, immensément longue, mais elle est inscrite, elles ne seront pas oubliées. Parmi ceux qui ont été plongés dans cet enfer humain à Auschwitz, on peut citer Simone Veil, Anne Frank, Primo Levi, Elie Wiesel, le père Maximilien Kolbe (canonisé par Jean-Paul II pour avoir offert sa vie contre celle d’une autre personne), les parents du dessinateur Art Spiegelman (auteur de la bande dessinée "Maus"), Henri Krasucki, Édith Stein, Marceline Loridan-Ivens, Irène Némirovsky, Samuel Pisar, le ministre Pierre Masse (sénateur de l’Hérault), Marie-Claude Vaillant-Couturier, la veuve de Paul Vaillant-Couturier (qui fut résistante), etc.

Heureusement, beaucoup de rescapés ont pu et voulu témoigner. Comme l’a expliqué Simone Veil, ce n’était pas facile, beaucoup étaient jeunes (les plus forts) et voulaient d’abord construire leur avenir, et surtout, on ne les croyait pas, on ne les écoutait pas, ils étaient inaudibles et eux-mêmes avaient ce complexe de culpabilité d’avoir survécu, d’être passés entre les gouttes alors qu’ils n’étaient qu’une infime minorité, et cette question obsédante : pourquoi moi ?

Ceux qui protestent contre ces commémorations, quelles sont leurs raisons ? Je crains le pire. Les arrière-pensées les plus profondes ? Il faut commémorer car les générations passent. Plus on s’éloigne d’un événement, plus il faut le commémorer si on pense que c’est fondamental. Or, le génocide perpétré par les nazis a atteint un degré inégalé de l’horreur humaine. Les commémorations ne sont donc pas tournées vers le passé (ce qui est fait est fait), mais pour préparer l’avenir, pour éviter que cela recommence, et les tensions dans la société ou entre les pays sont suffisamment nombreuses pour qu’on y fasse attention, pour qu’on ne plonge pas une troisième fois dans un brasier mondial alors qu’au-delà de l’humain, la nature elle-même, dans ses bouleversements climatiques, est prête aussi à mettre notre survie en péril.

C’était le sens du discours du Président Emmanuel Macron à Jérusalem (qu’on peut lire ici), devant de nombreux chefs d’État et de gouvernement. Cette réunion diplomatique était une vraie réunion, une ré-unité des pays qui se rappellent l’enfer d’il n’y a pas si longtemps.

Emmanuel Macron a salué la présence de son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier : « Quelle fierté pour moi de voir tant de pays d’Europe unis et de me retrouver aujourd’hui avec le Président de la République fédérale d’Allemagne (…) et d’être à vos côtés aujourd’hui et de pouvoir vous entendre. L’Europe doit se tenir unie. Ne jamais oublier, ne jamais se diviser. C’est aussi cela notre enseignement. Et la communauté internationale ne doit rien oublier non plus de ce que la barbarie est née de la négation de l’autre, du droit international et de la sécurité des nations ainsi bafouées. ».

Il a aussi salué son homologue russe Vladimir Poutine : « Je vous rejoins (…). Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies ont aujourd’hui une responsabilité historique, et je partage votre volonté, soixante-quinze ans plus tard, de nous rassembler tous ensemble. (…) Nous sommes, de par cette histoire et depuis la fin du deuxième conflit mondial, les garants d’un ordre international qui tient par le droit, la légalité et le respect de chacun. ».

_yartiAuschwitz03

La Une de "Libération" du 25 janvier 2020 est dans la même tonalité : « "Si tu t’en sors, surtout, raconte…". Des survivants de moins en moins nombreux, des jeunes générations moins sensibilisées… Jusque sur les lieux de l’horreur, la mémoire de la Shoah cherche de nouvelles façons de se transmettre. ». Il n’est jamais inutile de rappeler quelques faits terribles. L’antisémitisme tue encore dans les rues de France aujourd’hui, la liste est elle aussi beaucoup trop longue dans une société en paix et en liberté : Mireille Knoll, Sarah Halimi, Ilan Halimi, etc.

Emmanuel Macron a aussi ce langage de la réalité crue : « L’antisémitisme, je le dis ici avec clarté, n’est pas seulement le problème des Juifs. Non, c’est d’abord le problème des autres car à chaque fois, dans nos histoires, il a précédé l’effondrement, il a dit notre faiblesse, la faiblesse des démocraties. Il a traduit l’incapacité à accepter le visage de l’autre. Il est toujours la première forme du rejet de l’autre, et quand l’antisémitisme apparaît, tous les racismes prolifèrent, toutes les divisions se propagent, que nul ne pense en sortir gagnant. (…) Sans doute avons-nous raté quelque chose. Il nous faut être lucides pour que tant de nos enfants puissent, aujourd’hui, croire ce qu’ils croient, replonger dans l’abjection des pires préjugés et nourrir des haines que nous pensions avoir fait disparaître. Alors, oui, le souvenir est une promesse. ».

Sur les lieux des atrocités, à Auschwitz, a été décidé de construire un musée à la mémoire des victimes. Probablement que les tas de chaussures, lunettes, cheveux des victimes qui sont exposés aux visiteurs sont les plus parlants et symptomatiques de l’effroyable horreur : chaque vêtement, chaque paire de lunettes ou de chaussures fait référence à un être humain qui a été vaporisé dans un four crématoire, ces vitrines font échos aux ossuaires du côté de Verdun, à cela près qu’il n’y avait pas une idéologie d’élimination systématique. On peut comprendre pourquoi l’installation artistique de Christian Boltanski mise en place il y a une dizaine d’années, en janvier et février 2010, dans la majestueuse nef du Grand Palais à Paris a pu si efficacement émouvoir les visiteurs (Monumenta 2010).

Partout dans le monde, ces jours-ci, des spectacles et des événements sont programmés pour continuer à honorer les victimes, pour témoigner, continuer à transmettre les valeurs de tolérance et de paix. Un exemple parmi d’autres : ce lundi 27 janvier 2020 à 20 heures, au Théâtre Antoine à Paris (14 boulevard de Strasbourg dans le 10e arrondissement), l’actrice Léa Drucker et la chanteuse Talila récitent le témoignage vivant de Simone Veil, adolescente rescapée d’Auschwitz.

Simone Veil avait accepté d’être suivie par le cinéaste David Teboul pendant une vingtaine d’années. Cela a donné une quarantaine d’heures d’entretiens et de témoignage qui ont été la matière première de "L’aube à Birkenau" où « Simone Veil s’est livrée telle qu’elle était, sans fard, digne et vibrante ». En présence de Pierre Schaffer, un autre rescapé d’Auschwitz et ami de Simone Veil qui glissa à l’oreille de David Teboul : « Promettez-moi, David, de ne pas oublier Paul, c’est un survivant, un héros aussi. Et puis, vous savez, il était amoureux d’une jeune femme à Bobrek. Cela m’avait fait tellement de bien. Paul m’avait donné l’espoir d’aimer si je sortais vivante de cet enfer. ». Oui, n’oublions pas tous ces héros malgré eux, ils ont prouvé qu’être humain n’était jamais vain.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (23 janvier 2020)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Anne Frank.
Robert Merle.
Boltanski et l’émotion des camps de la mort.
Discours du Président Emmanuel Macron le 23 janvier 2020 à Jérusalem (texte intégral).
Les 75 ans de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau.
Sarah Halimi, assassinée car Juive.
L’attentat de Trèbes.
La lutte contre l’antisémitisme est l’affaire de tous !
Discours du Président Emmanuel Macron au dîner du CRIF le 20 février 2019 (texte intégral).
Alain Finkielkraut, l’antisémitisme et la bêtise.
Rapport sur le racisme de la CNCDH publié le 22 mars 2018 (à télécharger).
L’agression antisémite et le besoin de transcendance.
Maréchal, vous revoilà !
Les 70 ans d’Israël.
La France du colonel Beltrame.
Éradiquer l’antisémitisme.
Marceline Loridan-Ivens.
Simone Veil.
La Shoah.
Élie Wiesel.
Germaine Tillion.
Irena Sendlerowa.
Élisabeth Eidenbenz.
Céline et sa veuve ruinée, la raison des pamphlets ?
Les pamphlets antisémites de Louis-Ferdinand Céline.
Louis-Ferdinand Céline et les banksters.
Charles Maurras.
Roger Garaudy.
Jean-Marie Le Pen et ses jeux de mots vaseux.
Antisémitisme et morale en politique : l’attentat de la rue des Rosiers.
Massacre d’enfants juifs.
Arthur, l’un des symboles stupides du sionisme.
Les aboyeurs citoyens de l’Internet.
La Passion du Christ.
Représenter le Prophète ?
Complot vs chaos : vers une nouvelle religion ?
Le cauchemar hitlérien.
Jeux olympiques : à Berlin il y a 80 ans.
Les valeurs républicaines.

_yartiAuschwitz04
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.69/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

74 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 25 janvier 09:43

    vous êtes dans votre période victimaire en ce moment ?


    • @Séraphin Lampion. Non, Rako suit les événements de l’actualité et quand il n’y a rien de frappant, il fait un article sur un artistes dont les éloges en cas de décès sont déjà prêtes.


    • V_Parlier V_Parlier 25 janvier 21:17

      @Séraphin Lampion
      Ah, j’ai compris. C’est grâce à l’auteur que la Pologne et Israel ont soudain découvert (cinq ans après le coup d’Etat ukrainien) qu’il y avait un portrait de Bandera à Kiev ( https://www.les-crises.fr/tout-en-s-opposant-a-propos-de-l-histoire-de-l-holocauste-israel-et-la-pologne-emettent-une-critique-commune-de-l-ukraine-par-sam-sokol/ ). Ils ont de bons services de renseignements parce-que jusque là ça passait inaperçu... ( https://www.youtube.com/watch?v=cE5zJ7T9bjE ). N’est-ce pas ?
      Mauvaise blague ? Aussi mauvaise que la présence de ce ramassis hypocrite de valets prêts à tous les reniements pour servir l’empire.


    • Raymond75 25 janvier 10:13

      Deux déportés ont réussi à s’évader d’Auschwitz en 1944 et ont pu rejoindre la Suisse. Ils ont contacté les autorités US et Britanniques, ainsi qu’une organisation juive internationale. Ils ont été soumis à un interrogatoire en règle, pour s’assurer qu’ils n’étaient pas des affabulateurs d’une part, et pour recueillir leurs témoignages.

      Ce document est appelé ’Protocole d’Auschwitz’ :

      https://web.archive.org/web/20150929075512/http ://www.holocaustresearchproject.net/othercamps/auschproto.html

      Il peut être traduit (par groupe de 4 000 caractères environ) grâce à l’excellent traducteur Deepl :

      https://www.deepl.com/translator

      La Suisse était entourée de pays nazis ou occupés par les nazis ; seul un résumé crypté a pu être envoyé à l’étranger. Dans un premier temps, ce document ne semblait pas crédible tant il semblait inconcevable.

      Puis la France a été libérée, et le document complet est parvenu à Londres et à Washington. Churchill et le général britannique Spraz, commandant en chef de l’aviation, était favorable à un bombardement. A Washington aussi le sentiment était le même.

      Mais à l’époque, la priorité était donnée à la fin de la guerre et à la reddition de l’Allemagne nazie. Un bombardement par une escadre de bombardiers était très difficile à planifier. De plus un bombardement de précision (chambre à gaz) était impossible à longue distance, et les bombardements se faisaient par des tapis de bombes qui détruisaient tout autour de la cible (une ville était détruite pour détruire une usine). Donc bombarder Auschwitz aurait entrainé la mort de tous les déportés ...

      En étant cynique, on peut dire que cela ne changeait rien à leur sort (désolé de ce cynisme), mais les nazis auraient exploité cela en disant « les alliés tuent les juifs » ! De plus, du côté Russe, l’antisémitisme était répandu et il ne fallait rien attendre de Staline.

      C’est ainsi que, en toute connaissance de cause, ce camp d’extermination continua à fonctionner pendant plus d’un an, à raison de 125 000 morts par mois !


      • Fanny 25 janvier 23:36

        @Raymond75

        « De plus, du côté Russe, l’antisémitisme était répandu et il ne fallait rien attendre de Staline. »

         

        Le non-bombardement d’Auschwitz par les Soviétiques n’a strictement rien à voir avec l’antisémitisme stalinien ou russe.

        Faire de l’antisoviétisme a posteriori (ou de la russophobie) ne coûte pas bien cher par les temps qui courent, mais ça ne vaut pas cher non plus au regard de l’Histoire.

        https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-de-la-shoah-2002-1-page-59.htm#.

        Dans l’article ci-dessus, Laurent Rucker, enseignant à Sciences Po Paris documente la politique de Staline vis-à-vis des Juifs pendant la guerre. Il distingue la période juste avant guerre (territoires concernés par le Pacte de 1939) où environ 150000 Juifs se sont réfugiés en URSS fuyant les nazis, de la suite après juin 1941 où des mesures générales (toutes nationalités soviétiques) d’évacuation ont été mises en œuvre. Il observe que s’il n’y a pas eu de plan spécifique d’évacuation des Juifs soviétiques, ceux-ci ont pu bénéficier plus que d’autres de ces plans du fait, entre autres, de leur qualification, de leur lieu de résidence (villes plus que campagnes) et de leur motivation à échapper aux nazis.

        A confronter à ce qui a été fait (ou pas fait) en Europe occidentale.

        Deux extraits de l’article :

        « Si on établit un bilan à partir des chiffres enregistrés par la Commission d’évacuation à la mi-octobre, environ 900 000 Juifs, soit 55 %, ont été évacués des zones occupées par l’Allemagne (frontières d’avant 1939), ce qui place les Juifs à la deuxième place, après les Russes ; si l’on établit une ventilation par nationalité, ils représentent près d’un quart du chiffre global des personnes évacuées à la mi-août. » (1941) …

        « Ces chiffres montrent que, dans les zones qui n’ont pas été immédiatement occupées par l’Allemagne nazie, une proportion importante de Juifs a pu échapper aux massacres, au moins dans un premier temps. Ceci s’explique par le fait que d’une part les Juifs étaient bien représentés dans les catégories de population évacuées en priorité : habitants des grandes villes, personnes qualifiées, et que, d’autre part, ils étaient probablement mieux disposés à partir, compte tenu du sort qui les attendait, que d’autres groupes de la population. »

        L’Histoire a condamné le Soviétisme, mais cela ne justifie pas de la réécrire.


      • Raymond75 26 janvier 09:00

        l’@Fanny

        Je n’ai pas dit que Staline a massacré les Juifs (comme l’ont fait les Allemands), mais que l’antisémitisme de Staline était réel, et qu’il n’a pas cherché à détruire les camps qui étaient à la porté de ses chasseurs bombardiers, et donc de bombardements de précision.

        D’autre part il y a eu de nombreux pogroms dans la Russie (et dans les pays de l’Est), et les ’procès de Moscou’ ont visé surtout des Juifs.

        Je ne généralise pas à l’ensemble de la population russe, tout comme la conduite indigne de la collaboration en France, et sa ’participation active à la Shoah’ (J. Chirac) n’est pas représentative des sentiments de la population française dans son ensemble, qui désapprouvait mais ne pouvait agir, et qui a permis à de nombreux enfants et adultes d’être cachés.


      • Fanny 26 janvier 16:19

        @Raymond75

        « l’antisémitisme de Staline était réel »

         

        Discutable.

        L’article de Wikipedia à ce sujet (vision occidentale d’aujourd’hui) est assez confus, truffé de contradictions.

        Coller à Staline, dictateur effroyable, tout ce qu’on exècre actuellement (misogyne (suicide de sa femme), antisémite (assassin de Trotsky ..), petit « père » des peuples (on cherche aujourd’hui à effacer la notion de « père ») … est une facilité.

        En réalité, pas d’antisémitisme « privé » chez Staline. Il eut un grand nombre de collaborateurs juifs, son gendre et sa bru étaient Juifs. En revanche, il a géré la nationalité juive comme les autres nationalités soviétiques, au gré de ses intérêts de dictateur, avec toute sa brutalité, surtout à la fin de sa vie où ses penchants paranoïaques se sont exacerbés. Le Parti domine et écrase tout, dont les nationalités, la juive comme les autres.

        Staline n’a pas bombardé Auschwitz, pas plus que les camps de prisonniers soviétiques où ses compatriotes (dont son fils aviateur, si j’ai bonne mémoire) mouraient par centaines de milliers.

         

        « et qu’il n’a pas cherché à détruire les camps qui étaient à la porté de ses chasseurs bombardiers, et donc de bombardements de précision. »

        Encore vision avec les lunettes d’aujourd’hui. Les bombardements de « précision » n’existaient pas à l’époque. Et pas sûr que Staline disposait de « forteresses volantes » à l’instar de celles qui ont rasé Dresde.

         

        « les ’procès de Moscou’ ont visé surtout des Juifs »

        Au prorata des leur représentation dans les instances dirigeantes soviétiques. Poutine (dirigeant plutôt philosémite) a rappelé la forte présence de l’élite juive dans les instances dirigeantes du Parti.


        « Je ne généralise pas à l’ensemble de la population russe »

        A l’antisémitisme traditionnel du temps des Tsars s’est ajouté, en Ukraine en particulier, un antisémitisme ciblant le « judéobolchévisme ».

        Laurent Rucker (cf. lien plus haut) écrit à ce sujet :

        « En effet, les premières semaines qui ont suivi l’attaque allemande en juin 1941 avaient fait la preuve de la faible légitimité reconnue au pouvoir soviétique dans certaines régions, en particulier en Ukraine, où la révolution d’Octobre était perçue comme une victoire des Juifs. Donc, souligner les crimes commis contre les Juifs dans des régions où l’armée allemande avait agi avec la complicité de supplétifs locaux présentait, aux yeux du Kremlin, non seulement le risque d’affaiblir l’effort de guerre qui nécessitait la mobilisation de tout le corps social, mais également celui de compliquer un peu plus la reprise en mains de ces régions qui devrait s’opérer après la défaite allemande. »

        Staline antisémite ? L’Histoire, c’est pas simple.

         


      • Xenozoid Xenozoid 26 janvier 16:47

        @Fanny

        détail.

        les bombardements de précision existaient déjà mais il fallait voler plus bas comme dans le pacifique,contre des bateaux, mais aussi en europe contre des ponts et autre barrage dit stratégiques,mais voler bas veux dire aussi plus exposé a la dca

        détail fermer


      • Fanny 26 janvier 17:34

        @Xenozoid
        D’accord.
        Mais sans doute par des chasseurs emportant une charge limitée de bombes, au contraire des forteresses volantes et leurs tapis de bombes.
        De l’aviation stalinienne, je garde le souvenir de l’escadrille Normandie Niemen. Les Soviétiques ont-ils bombardé Berlin par les airs ? Avec quels types d’appareils ?


      • Xenozoid Xenozoid 26 janvier 17:41

        @Fanny

        i have spoken


      • Cyril22 26 janvier 18:20

        @Raymond75
        « Donc bombarder Auschwitz aurait entrainé la mort de tous les déportés »
        C’est exact, et comme vous l’indiquez la propagande nazie aurait exploité l’évènement en accusant les alliés de crimes de guerre. En outre, ça n’aurait servi à rien, les Juifs auraient été acheminés vers d’autres centres d’extermination, comme ce fut le cas aux toutes dernières heures du nazisme mi 45, les derniers trains nazis n’acheminaient pas des munitions vers le front, mais des Juifs vers les derniers camps.

        La seule manière d’arrêter le génocide était de se concentrer sur la guerre totale pour éliminer le nazisme, des centaines de milliers de soldats y ont laissé la vie, à l’Est comme à l’Ouest. Donc les mauvais procès sur cette question sont un honteux chantage historique de ceux qui étaient loin du front.

        PS : même avant la connaissance des camps d’extermination, les dirigeants et même les populations on peu à peu acquis la conviction que les Juifs étaient envoyés vers des camps dont la plupart ne reviendraient pas -sans savoir l’aspect délibérément systématique-. Cela était perçu alors comme un drame dans le drame, dans une guerre avec des bombardements sur les villes, des représailles de masse, des armées décimées dans de gigantesques batailles...
        Après la guerre, il était globalement question des déportés, des camps, des victimes et des rescapés. https://www.herodote.net/1941_1945-synthese-76.php


      • JL JL 26 janvier 18:28

        @Cyril22
        @Raymond75

         
        ’’  bombarder Auschwitz’’ aurait été un vrai faux false-flag. Oui, je sais 3è degré.


      • Fanny 27 janvier 14:00

        @Xenozoid

        Spoken suffit pas faut aussi cherchen et written.

        Trêve de charabia, Internet éclaire tout ça : les Soviétiques avaient des chasseurs bombardiers bimoteur pour l’essentiel (à l’exception du quadrimoteur Petliakpv Pe-8 emportant 4 tonnes de bombes mais mis hors service de combat avant la fin de la guerre) emportant environ 2 tonnes de bombes. Les forteresses volantes quadrimoteur des Anglo-saxons (B17) emportaient près de 3 tonnes de bombes. Wikipedia cite un militaire soviétique : 40 000 tonnes de bombes auraient été larguées sur Berlin en 2 semaines par les Soviétiques ( ??? donc par 20 000 bombardiers ? paraît fantaisiste, ces 40 000 tonnes incluent sans doute les bombardements par l’artillerie terrestre).

        Ceci pour conclure que les Soviétiques (et les Occidentaux) auraient pu effectivement bombarder au moins les voies de chemin de fer d’accès à Auschwitz et désorganiser la machine à tuer nazie. Avec cependant des résultats incertains pour la survie des détenus.


      • Xenozoid Xenozoid 28 janvier 17:43

        @Fanny

        je disais simplement qu’on pouvait, mais c’est la querre et donc il y aura eu des victimes innocente, je continu dans le détail que les bombardement de précision existait....c tout


      • Xenozoid Xenozoid 28 janvier 17:52

        @Fanny

        on devrait même les remercier qu’il n’aient pas bombardé le camp, et qu’il soit vide de prisonnier ...a notre époque c’est surtout touristique... mais l’entré du camps fait peur car on ne peut que penser au travail (forcé) et la liberté a une époque ou les banques ont remplacér les nazis, pour le plus grand bien des multinationales


      • Fanny 28 janvier 23:55

        @Xenozoid
        « pour le plus grand bien des multinationales »

        et pour notre plus grand bien aussi, enfin je crois.

        NB : avis de Boomer qui a eu une vie tranquille et qui est pris d’effroi quand il se retourne : un grand-père condamné à mort (mais pas exécuté), un autre grand-père disparu à jamais dans les camps (pas les nazis, les autres, ceux de l’autre moustachu). Beaucoup de chance pour ma génération, mais je suis inquiet pour la suite, pour mes petits-enfants, c’est pourquoi je traîne sur les forums.


      • Raymond75 25 janvier 10:22

        si le lien ne fonctionne as correctement, tapez ’protocole d’auschwitz’ dans votre moteur de recherche.


        • Si Auschwitz a atteint le summum de l’horreur, c’est par son caractère « industriel ». Il est difficile d’imaginer que les plus hautes autorité intellectuelles (passons Hitler qui était un plouc) ont participé à cette tentative d’extermination. En résumé : nous,..Et nous serions en conséquence capable de reproduire la même chose. C’est ce qui est horrifiant. Avec la GPA et la PMA nous nous rapprochons de la ligne rouge (Lebensborn).


          • Allexandre 25 janvier 12:05

            @Mélusine ou la Robe de Saphir

            Chaque fin de janvier, a lieu l’hommage aux juifs exterminés dans les camps nazis. Un hommage appuyé et toujours centré sur Auschwitz. 

            Cette année, comme tout a été dit, redit et encore redit, on en remet une couche sur la montée de l’antisémitisme. Evidemment, l’émission « C’est à vous » est en tête de ligne. Et pour cause.

            Il y en a ras-le-bol de faire passer les Français non-juifs pour des « antisémites » et d’ajouter, pour bien les culpabiliser, que ce sentiment est en recrudescence. Et de comparer avec l’époque de la sortie des camps, ce qui est d’une malhonnêteté absolue. Si le lobby judéo-sioniste tient à nous en remmetre encore et encore une couche, il faudrait comparer ce qui est comparable et ne pas se contenter des juifs :

            • Les camps de concentration et d’extermination étaient nombreux (autour de 20, dont 7 d’extermination situés en Pologne). Par ailleurs, il serait décent de rendre hommage à TOUS ceux qui ont souffert de la barbarie nazie, et ne pas faire de ce génocide, un génocide uniquement juif. Norman Finkelstein le crie et le hurle aux Etats-Unis à ses dépens car les sionistes ont une vue de l’Histoire très particulière et souvent falsifiée pour leur plus grand intérêt.
            • Si le chiffre de 12 millions est admis pour les morts dans les camps, cela veut dire que plus de la moitié n’étaient pas juifs. Quand leur rend-on hommage ? Jamais. C’est scandaleux et indécent.
            • La malhonnêteté de cet article paru dans le JDD du 19 janvier, réside dans des chiffres et autres pourcentages bruts, sans comparaison aucune. L’enquête du JDD doit être au moins aussi fiable des les sondages électoraux, et comme nous n’avons accès à rien, nous devons croire sans voir ce que dit cet article.
            • Dans l’émission « C’est à vous », l’un des invités pose la question de savoir comment cette montée de l’antisémitisme est possible 70 ans après la sortie des camps. Un peu comme si la situation était la même aujourd’hui qu’en 1945. Il y a eu la création de l’Etat hébreux dont on connaît les pratiques et l’impunité avec laquelle tout lui est permis, car soutenu par les Etats-Unis et par les Etats occidentaux apeurés par l’arme nucléaire détenue par Israël (bien qu’entre 1960 et 1963, Kennedy s’y soit nettement opposémenaçant Israël ; Hélas son successeur n’a pas suivi cette politique..). Il y eut aussi la montée du CRIF et de la LICRA, dont on connaît les accointances avec Israël, et le fameux « dinêr du CRIF » ô combien ambigü, mais preuve de l’impact des sionistes et d’Israël sur la politique française. Mais ceci n’est pas à dire sans prendre le risque d’être taxé d’antisémite, arme suprême, même si un peu éculée, des « chiens de garde ».
            • Le rôle des sionistes et de l’Etat hébreux dans le choc des civilisations sort de plus en plus de l’ombre et nombreux sont les Français qui ne veulent plus se laisser manipuler, stratégie dans laquelle le sionisme excelle.
            • Enfin (mais c’est très loin d’être exhaustif), vouloir absolument accréditer la vérité selon laquelle les Hébreux et les juifs auraient été des persécutés perpétuels des autres peuples. Non seulement cela est faux, mais en plus c’est un des mythes fondateurs d’un « peuple juif » dont Shlomo Sand a bien démontré l’imposture dans son livre paru en 2009 Comment le peuple juif fut inventé.  Si l’on se penche sur l’Histoire, il est clair que le différend entre juifs et Gentils, ne fut pas seulement initié par les seuls Gentils, et les juifs refusaient d’être compromis avec eux. Encore aujourd’hui, une loi israélienne interdit le mariage entre juif et non-juif. Il est donc trop facile de relire l’Histoire avec une vision aussi manichéenne que falsifiée. Je laisse les lecteurs réfléchir sur cette question. Les responsables ne le sont jamais à 100%, ni les victimes persécutées de bout en bout !

            Par pitié, si l’on veut honorer les victimes des nazis, faisons-le dans son entiereté.

            P.-S.

          • @Allexandre. Votre réponse est étrange. Je ne parle même pas de Shoah et vous vous « excitez » parce que j’insisterais trop sur le caractère juif d’Auschwitz. Une telle sensibilité est suspecte.


          • Allexandre 25 janvier 20:29

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            Rassurez-vous, il n’y a rien de suspect ; à moins que la dénonciation de l’injustice et la réalité le soit.


          • Cyril22 26 janvier 18:35

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            « passons Hitler qui était un plouc »

            Plouc n’est pas le mot, c’était un exalté, et tous les haut dirigeants du premier cercle qu’il avait désigné partageaient son exaltation et jusqu’au boutisme. Après, il y a le redoutable problème de la déresponsabilisation dans la chaine de commandement/obéissance.

            A propos d’exaltation, lorsqu’un forcené commet un crime en état d’imprégnation aux substances hallucinogènes, on le déclare pénalement irresponsable. Or cela devrait au contraire constituer une circonstance aggravante, exactement comme l’alcoolisme en cas d’accident mortel. Il est impératif que la loi soit révisée en ce sens, les « haschischins » s’engouffrent dans cette aberration législative.


          • @Cyril22. Hitler n’était pas un intellectuel. Il a piqué des idées à gauche et à droite chez des penseurs, avec un versant ésotériste (Thulé,..) et en a fait un mélange au service de sa folie.


          • Quand l’être humain ne peut plus jouir du progrès, il jouit de la destruction (sadisme). Ce sont les cycles de la civilisation. Pour le moment, nous sommes dans la phase destructrice. Toutes les voies sont sans issues (dystopie). Même l’écologie ne convainc pas.


            • Old Dan Old Dan 25 janvier 20:37

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
              ... ne convainc pas les décideurs, les financiers, les bas-du-front, les anciens qui refusent le changement radical de vie, et ceux qui, pépères, n’ont vu qu’à la télé ce qu’est un incendie, la déforestation massive ou une inondation soudaine !
              .
              Etre parmi les files de bagnoles surchargées de matelas, sans savoir où se réfugier et manquer d’eau, voir sa maison détruite (comme en 42), etc... Ca calme, même les détracteurs épidermiques des messages de GT...


            • JC_Lavau JC_Lavau 25 janvier 21:30

              @Old Dan. Mais wi, et vive la JUSTE dictature de l’émotion !



              • Doume65 25 janvier 12:08

                Bonjour.

                Citer macron risque d’être contre-productif. N’existe-t-il pas d’auteur plus sérieux ?

                Je ne parle évidemment pas de BHL ou de faussaires de son espèce, mais de vrais penseurs.

                Cordialement.


                • V_Parlier V_Parlier 25 janvier 16:59

                  @Doume65
                  BHL est peut-être encore occupé à participer aux retraites aux flambeaux à Lvov, ayant pris goût depuis Maidan. Le présenter ici serait vraiment... comment dirais-je...


                • jef88 jef88 25 janvier 12:10

                  Et les internés non juifs ?

                  Pourquoi les ignorer ?

                  Mon père est mort le 17 janvier 1945, e Bohème-Moravie, dans un train qui le conduisait d’Auschwitz vers un autre camp ....


                  • Jeekes Jeekes 25 janvier 17:12

                    @jef88
                     
                    ’’Et les internés non juifs ?’’

                     
                    Ah oui, mais non.
                    Ceux-là, ils comptent pour des prunes.
                     
                    Voyons qu’on soit clair, holocauste, shoah, 6 millions, toussa...
                    Les autres on s’en branle !
                     
                     


                  • Et hop ! Et hop ! 25 janvier 17:49

                    @jef88

                    Il y avait à peu près la moitié de Juifs à Auschwitz, les autres étaient des communistes, des droits comuns, des coupables de résistance, etc..

                    Ils vivaient et travaillaient ensemble, ils n’étaient pas séparés, mais seuls les Juifs étaient exterminés.

                    Seuls les Juifs avaient des enfants avec eux.


                  • jef88 jef88 26 janvier 14:15

                    @Et hop !
                    Si je vous comprend, les non-juifs avaient la même vie, mais n’en mouraient pas !
                    Soyez sérieux ! !



                    • njama njama 25 janvier 14:34

                      Que des personnes aient péri à Auschwitz et dans d’autres camps je ne permettrai jamais de le contester, mais le complexe IG-Farben se situait bien là donc camps de travail, conditions de travail esclavagistes inhumaines, etc...
                      Un document de la Croix Rouge Internationale fait état de quelques 270.000 morts dans les différents camps, la plupart probablement décédés d’épuisement, de sous-nutrition, de diphtérie, de choléra,...
                      Usines IG Farben au camp de Monowitz-Buna


                      En novembre 1943, les SS déclarèrent que les camps d’Auschwitz II (Birkenau) et d’Auschwitz III (Monowitz) seraient des camps séparés. Le capitaine SS Heinrich Schwarz fut nommé commandant de Monowitz de novembre 1943 à janvier 1945. Les détenus trop épuisés pour continuer à travailler étaient ensuite envoyés dans les chambres à gaz de Birkenau afin d’y être exterminés.
                      Monowitz a été bombardé à 4 reprises durant l’année 1944 par les alliés : le 20 août, le 13 septembre et les 18 et 26 décembre1. Si lors de l’attaque du 13 septembre 1944 des bombes perdues tombèrent sur d’autres sous-camps d’Auschwitz, Monowitz fut le seul sous-camp d’Auschwitz à avoir été bombardé par les Alliés2. Ces bombardements entraient dans la stratégie alliée visant à affaiblir les espaces de production allemands 2.
                      https://fr.wikipedia.org/wiki/Monowitz-Buna


                      • njama njama 25 janvier 14:37

                        Le complexe d’IG Farben à Auschwitz : l’essence de la guerre

                        https://reseauinternational.net/le-complexe-dig-farben-a-auschwitz-lessence-de-la-guerre/


                        • Désintox Désintox 25 janvier 15:59

                          Cet article rappelle ce qu’est le nazisme. J’ai du mal à comprendre la note qu’il a reçue.


                          • sophie 25 janvier 17:56

                            @Désintox
                            c’est une bonne note pour cet auteur non ?


                          • @Désintox

                            Beaucoup de trolls aujourd’hui,...


                          • zak5 zak5 26 janvier 08:23

                            @Désintox
                            c’est simple, ce site est infesté d’islamistes


                          • Cyril22 26 janvier 18:55

                            @Désintox
                            Je partage votre incompréhension, il semble que la « note » sanctionne souvent un auteur davantage que le contenu. Et si dans le cas présent c’est le contenu, c’est préoccupant sur l’état d’esprit général sur ce site. On peut avoir des points de désaccord et les exprimer, mais sur la question générale abordée, on ne peut pas tergiverser.


                          • norbert gabriel norbert gabriel 28 janvier 00:33

                            @Désintox Il me semble que c’est clair, les antisémites honteux n’assument pas .. 


                          • norbert gabriel norbert gabriel 28 janvier 00:34

                            @sophie Question : vous notez l’auteur mais pas l’article ??


                          • Eschyle 49 Eschyle 49 25 janvier 17:25

                            À présent, voici un fait historique, documenté et aisé à authentifier :
                                https://www.jewishgen.org/ForgottenCamps/Witnesses/NickolsFr.html

                            Le cliché illustrant cet article représente les trois principaux généraux de la seconde guerre mondiale, Eisenhower, Bradley et Patton, le 12 avril 1945, à Ohrdruf, tout premier camp libéré sur le front ouest, après celui libéré sur le front est (https://fr.wikipedia.org/wiki/Camp_de_Majdanek) ?

                            Première explication, estampillée « politiquement correcte » : ils étaient là en touristes mélomanes (Jean-Sébastien Bach y a vécu de 1695 à 1700) ;

                            Seconde explication, non estampillée « politiquement correcte » : de Colleville sur Mer à Ohrdruf, Eisenhower, Bradley et Patton avaient parcouru "in summa diligentia" 1.048 km, pour récupérer avant les russes la pièce manquante du Projet Manhattan (source : Général Patrick Jardin, conseiller nucléaire auprès de l’État-major des armées ; les 60.000 pages de notes de Staline, déclassifiées sous Boris Eltsine ; et les confidences que m’a faites Henri Borlant, seul survivant des 6.000 enfants juifs de France de moins de 16 ans déportés à Auschwitz en 1942), à savoir le détonateur atomique, expérimenté à Peenemunde en octobre 1944, puis sur le site souterrain de Crawinkel, dans la nuit du 3 au 4 mars 1945 ; avant d’être réutilisé , tant à Alamogordo , qu’à Hiroshima et à Nagasaki .


                            • San Jose 25 janvier 21:05

                              @Eschyle 49
                              .
                              Votre roman technologique est intéressant. On croirait du Tom Clancy. Un autre contributeur d’Agoravox pense que l’uranum 235 de la bombe d’Hiroshima a été livré aux Etasuniens par des Allemands après leur défaite. Pour vous, c’est plutôt le détonateur. 
                              L’implosion du coeur de plutonium dse bombes d’Alamagordo et Nagasaki requiert le fonctionnement simultané de plusieurs dizaines de détonateurs spéciaux synchronisés à la microseconde. Avant Alamagordo fut cependant réalisé un certain nombre d’essais d’implosion sur un métal inerte. Il faut croire que les détonateurs made in USA ne donnaient pas satisfaction !
                              .
                              Il est cependant exclu que le même détonateur ait servi à Hiroshima dont la bombe de type canon n’a besoin que d’un seul détonateur même du modèle le plus banal puisqu’il n’est besoin de rien synchroniser. Il n’y a qu’à allumer une cartouche unique propulsant un bloc d’uranium. Corrigez votre roman en conséquence. 


                            • Auschwitz a signé la fin de l’utopie du progrès. L’époque actuelle n’est qu’un retour de ce qui fut le plus grand échec de la civilisation ;


                              • Raymond75 25 janvier 18:38

                                Certains commentaires disent « il n’y a pas que les juifs qui ont été exterminés à Auschwitz » ; c’est vrai : il y a eu aussi des déportés politiques, homosexuels, tsiganes, et des déportés condamnés à mort.

                                Mais il y a une énorme différence de nature entre ces deux exterminations : les Juifs étaient exterminés en tant que tels, sans autre motif politique ou d’opposition. Ils étaient exterminés avec la volonté de faire disparaitre tout un peuple, enfants, femmes et vieillards compris, pour le détruire, et non pour vaincre, terroriser ou punir des opposants.

                                La ’solution finale’, mise en œuvre de manière industrielle, visait les Juifs du monde entier si c’était possible, et ce le fut en Europe occupée ou alliée des nazis. A Sobibor, il y eut 1 600 morts par jour tous les jours pendant 18 mois environ. A Teblinka deux trains par jour. A Auschwitz pendant l’extermination des Juifs de Hongrie 125 000 morts par mois.

                                C’est ce qui distingue un génocide d’un régime ultra répressif : la nature du meurtre de masse n’est pas la même.


                                • Cyril22 26 janvier 19:17

                                  @Raymond75
                                  « la nature du meurtre de masse n’est pas la même »
                                  Ce qui diffère effectivement c’est l’intention, mais vu des victimes, le résultat est le même. Parfois on parle de « victimes innocentes », comme si les personnes déportées en tant qu’otage (il y en a eu un dans ma famille) ou comme combattants méritaient en quelque sorte leur sort. Il y a eu lors de cette guerre des victimes civiles de bombardement intentionnels sur des villes ennemies, la « guerre totale » est une horreur, et dans le cadre de cette horreur les nazis ont progressivement mis en oeuvre un génocide qui n’aurait pas été possible hors de ces circonstances.
                                  On lit souvent des « reproches » concernant les années d’immédiat après guerre, de ne pas avoir suffisamment « spécifisé » le génocide des Juifs par rapport aux autres horreurs. Mais il semble que désormais on tende, à l’inverse, à considérer l’ensemble de la seconde guerre mondiale sous le focus du génocide. Ainsi, parlant de Churchill ou Roosevelt, ce n’est pas l’effort de « guerre totale » qui est mis en exergue, mais la question d’avoir dénoncé insuffisamment le génocide en cours. Or s’il n’y avait pas « spécifisation » des exterminations dans leurs déclarations, c’est que toutes rendaient plus ardente la nécessité de guerre totale.


                                • Oceane 25 janvier 23:05

                                  @l’auteur,

                                  « ...de lhumanité » comme « communauté internationale » ?


                                  • Jonas Jonas 26 janvier 01:58

                                    Je vois que la sujet est sensible. Mes commentaires sont censurés sous cet article.
                                    Mr Rakotoarison, où est la liberté d’expression ?


                                    • Raymond75 26 janvier 08:49

                                      @Jonas

                                      Vos répugnants commentaires négationnistes ne sont pas une opinion, mais de la manipulation de l’histoire, et un délit puni par la loi.


                                    • JC_Lavau JC_Lavau 28 janvier 12:15

                                      @Jonas. La censure a été très très féroce. Comme si ce medium appartenait au lobby-qui-n’existe-pas.


                                    • Massada Massada 26 janvier 07:57

                                      J’aime la France. Le français est une langue que j’adore et que je porte partout ; quand on m’apostrophe en anglais — comme si cela allait de soi — je mets un point d’honneur à répondre en français.
                                       
                                      Mais bon Dieu comment la France a-t-elle pu en arriver là , tomber si vite, si bas ? Le bilan de la colonisation est contrasté. Mais assimiler la guerre d’Algérie À LA SHOAH ?! Au nom de la France ?!!



                                      • papat 26 janvier 08:05

                                        @Massada
                                        auschwitz dachau GAZA


                                      • Massada Massada 26 janvier 08:13

                                        @papat
                                         
                                        L’imbécilité est difficile à définir mais on peut toujours donner des exemples !
                                        Merci pour votre apport.


                                      • papat 26 janvier 09:29

                                        @Massada
                                        quelle différence entre dachau et gaza ?
                                        aucune , un peuple supérieur assassine un peuple inférieur !
                                        l’enferme dans un camp , lui tire dessus , l’affame, le prive de liberté etc etc ...


                                      • papat 26 janvier 09:30

                                        @papat
                                        et c’est aujourd’hui... pas il y a 75 ans ! 


                                      • Pierre Régnier Pierre Régnier 26 janvier 09:42

                                        @papat

                                        Vos présents commentaires son odieux. Si vous êtes un gamin de 15 ans qui n’a pas encore appris à observer, raisonner, comparer... - dans les actuelles écoles françaises il y en a énormément à cet âge - s’il vous plaît, faites un effort et commencez, c’est utile dans la vie. 


                                      • Raymond75 26 janvier 09:59

                                        @papat

                                        Vos propos stupides illustrent bien cette perte de sens que la ’libération de la parole’ grâce à Internet et aux réseaux poubelles a permis ; dans le meilleur des cas vous en êtes victime, sinon vous en êtes un complice actif.

                                        Israël pratique bien l’occupation, la spoliation et la répression en Palestine, ce qui entraine depuis 70 ans de nombreuses victimes ; il y a bien une démarche coloniale.

                                        Mais les Palestiniens ne sont pas exterminés, ni réduits en esclavage qui les conduirait à la mort en quelques semaines. Il n’y a pas d’organisation industrielle de la mort qui conduirait les Palestiniens dans un abattoir ... sinon depuis 70 ans il n’y aurait plus aucun palestinien !

                                        Vos propos grotesques sont de plus complètement contre-productifs : c’est grâce à eux que les Israéliens cherchent à assimiler toute critique de la politique d’Israël à de l’antisémitisme.

                                        Comme toutes les libertés, la liberté d’expression suppose la responsabilité et un niveau culturel qui fait que l’on sait de quoi l’on parle, et ce que signifient les mots.



                                      • cétacose2 26 janvier 10:40

                                        ...et toujours et encore :négasionnisme quand tu nous tient !......


                                        • papat 26 janvier 12:17

                                           c’est assez rigolo de voir que les mêmes qui se font enc..par le « peuple élu » le défendent bec et ongles .

                                          et il te dise à toi d’ouvrir les yeux !LOL


                                          • DACH 26 janvier 19:15

                                            @papat=@QAmonBraracourci=un célèbre penseur juif allemand, “ce ne peut être que par erreur qu’ils ont reçu un cerveau ; une moelle épinière leur suffirait amplement”. Vous en faites partie ? 


                                          • papat 27 janvier 11:54

                                            @DACH
                                            Rothschild t’as volé la creation monétaire le 3 janvier 73 et Rothschild va te faire crevé au boulot en 2020 par l’intermédiaire de son sbire macron ! 
                                            ton problème c’est que tu n’as pas de vaseline ! 


                                          • Massada Massada 26 janvier 17:50

                                            Alors qu’il venait de participer à une cérémonie mémorielle en souvenir des six millions de Juifs assassinés, le président français Macron compare « la guerre d’Algérie » à la Shoah !

                                             

                                            Du point de vue historique, le président sait naturellement que la comparaison est absurde et scandaleuse. Mais son objectif n’est pas de faire œuvre d’historien. Macron est un homme politique : son métier est de ramener des voix vers sa personne et son parti et faire le plein de l’électorat racialo-islamo-gauchiste devient nécessaire.
                                             

                                            Je suis troublé et même choqué que la seule personnalité politique française qui ait réagi aux inepties de Macron soit MLP... c’est effarant.



                                            • Xenozoid Xenozoid 26 janvier 18:07

                                              @Massada

                                              oui,on se demande qui il soutient

                                              car en fait il ouvre des portes déja enfoncées.

                                              les récits des autorités ou/et autorisés n’ont pas besoin d’avoir de sens ou de résister à n’importe quel examen approfondi. Leur but premier n’est pas de tromper, mais plutôt de délimiter un territoire idéologique acceptable, d’expression et d’émotion auquel les gens « normaux » doivent se conformer. Au-delà des limites, se trouvent les ténèbres extérieures de « l’anomalie » et de « l’extrémisme », dont aucune personne « normale » ne veut. Pour éviter d’être jeté dans cette obscurité extérieure, les gens se conformeront aux absurdités les plus absurdes et paranoïaques que vous pouvez imaginer. 
                                              Les classes dirigeantes le savent, et c’est pourquoi elles s’en moquent si vous réfutez leurs récits sur Twitter ou sur un site web « déshonorant » qu’ils ont rendu pratiquement invisible de toute façon. Ils ne discutent pas des faits ou de la vérité ... ils marquent les limites de ce territoire « normal » et attirent des gens effrayés. 


                                            • Raymond75 26 janvier 19:05

                                              @Massada

                                              E. Macron est un homme brillant, cultivé, intelligent, séducteur (il a séduit sa prof de français à 15 ans) ... mais chaque jour on prend conscience qu’il n’est qu’un petit singe savant, le premier de la classe, mais qui ne connait rien à la réalité de la société ... Gosse de riches, études dans des établissements privés de riches, ENA, bête à concours ... mais expérience de la vie faible.


                                            • papat 27 janvier 11:56

                                              @Massada
                                              gaza c’est aujourd’hui alors arrête de chouiner !


                                            • Pierre Régnier Pierre Régnier 27 janvier 14:56

                                              @Raymond75

                                              Dans la matière la plus importante pour l’humanité, la spiritualité, Macron n’est pas un individu cultivé, il est inculte. Mais lui et sa compagne ont compris très tôt que, s’ils saisissaient toutes les occasions de faire de la démagogie, ils pourraient monter très vite très haut.

                                              Ils avaient raison sur un point : ça marcherait parce que nous vivons une époque dans laquelle la démagogie est très populaire.


                                            • agent ananas agent ananas 27 janvier 14:05

                                              L’horreur est humaine ...


                                              • robert robert 27 janvier 14:19

                                                Samudaripen

                                                les tziganes sont certes moins nombreux que les juifs mais on occulte toujours leur tentative de génocide

                                                seraient-ils considérés encore de nos jours comme des sous hommes ??

                                                n’y a-t-il pas encore de nos jours des sous hommes dans d’autres parties du monde ??


                                                • phan 27 janvier 16:24
                                                  Le plus grand génocide de l’histoire de l’humanité .... Les Indiens d’Amérique

                                                  A l’arrivée des Européens en Amérique, les natifs Amérindiens ne se doutaient pas de ce qu’ils allaient subir. Le génocide est estimé entre 80 et 100 millions de victimes. Encore à l’heure actuelle. L’extermination des Indiens d’Amérique du Nord s’est faite méthodiquement sur une longue période ; Les Indiens des Plaines avaient depuis le début adopté une attitude défensive contrairement à ce que voudrait nous faire croire toute cette propagande savamment orchestrée par l’industrie cinématographique hollywoodienne.
                                                  Ils étaient constamment menacés par l’installation de nouvelles colonies et leur expansion. La baisse énorme de la démographie indienne s’explique par l’interaction néfaste des colons blancs. Ces colons ont amené différentes maladies avec eux comme le choléra, la grippe, la variole, et d’autres maladies contre lesquelles les Indiens des Plaines n’avaient aucune immunité. Les épidémies ont ravagé ces populations indiennes pendant tout le 19ème siècle particulièrement dans les années 1850 et 1860. Les combats avec les troupes Us et les colons ont également contribué à décimer ces populations.
                                                  L’introduction de la « civilisation » occidentale, et de l’économie de marché ont-elles aussi contribué à détruire la culture et les modes de vie des Indiens des Plaines. Cette économie a détruit le mode traditionnel de subsistance guerrier/chasseur. D’immenses troupeaux de buffles ont été détruits par des « chasseurs clandestins » encouragés par l’armée américaine
                                                  Le processus de « mise en réserves » a finalement complété le processus de destruction de la société indienne et de sa population au cours d’un lent processus, une mort lente génocidaire. Le système de réserves a isolé les Indiens, détruit leur culture, leurs modes de vie et de subsistance...


                                                  Conan Doyle :
                                                  « Beaucoup d’entre nous en Angleterre considèrent le crime qui a été commis sur les terres congolaises par le roi Léopold de Belgique et ses partisans comme le plus grand crime jamais répertorié dans les annales de l’humanité. Je suis personnellement tout à fait de cette opinion. »

                                                  • ung do 27 janvier 22:22

                                                    Et le génocide : inca ; atztèque , philippin , malgache , camerounais , algérien , angolais , sud africain , kenyan mau-mau , indien , irlandais , vietnamien , palestinien , irakien , etc . etc . ......sont -ils imprescriptibles ? ou il n’y en a qu’un seul qui a ce droit ? et de quel droit ?


                                                    • Xenozoid Xenozoid 29 janvier 15:30

                                                      Est-il donc bienveillant ? dites « fascisme » à n’importe qui vous rencontrez et on vous évoquera les images de ces casques et de ces nazis botte-talons cliquant à l’unisson terrible dans les rues de Berlin et d’ailleurs, pendant les jours sombres que seul un petit nombre restant parmi les vivants n’oublierons pas. Chaque jour, les membres de la génération qui a entendu ces talons se meurent, emportant avec eux murmure de paroles d’avertissement. Je l’ai vu pour ma part, ils chuchotent avant de passer a trépas. Voit ce numéro tatoué ? Voit cette cicatrice ? C’est arrivé. C’était vrai.

                                                      Dire « fascisme » à n’importe qui, et vous serez accueillis avec la réponse passe-partout de l’allègrement présomptueux : une telle chose ne peut pas arriver ici. C’est la democratie, terre des êtres libres et égaux. C’est une nation de lois, de contrôle et d’équilibre, de justice et de décence. Nos lois et traditions se tiennent comme un rempart contre la montée de la folie totalitaire. Cela ne peut arriver ici. Ainsi nous sommes endoctrinés dans l’école de notre grandeur présumé.

                                                      « Nous devons nous-mêmes, être insoummis », a déclaré Abraham Lincoln, et il le faut donc, parce que ça peut arriver chez nous. C’est déjà le cas. Tous les récitations du parfait démocrate du civisme élémentaire ne peut pas effacer le fait qu’un nouvel ordre est en hausse. Appelez-le « fascisme secret » ou « fascisme smiley face. » Appeler le une dictature tranquille. Appelez cela ce que vous voulez, mais il est ici avec nous aujourd’hui, et il est de plus en plus présent.

                                                      Certes, il n’y a aucun casque aligné en rangs dans nos larges avenues, aucun Tonton Macoute ravagent les dissidents, aucun Khmers rouges qui n’abattent que les intellectuels et les citoyens des villes pour mourir par millions sur les routes jonchées de crânes. Les principaux atouts de notre nouveau fascisme est qu’il parle doucement. Il ne se présente pas de manière aussi évidente que ceux qui subsistent les dogmes que notre grandeur peut pointer et dire là, ça y est, je le vois.

                                                      Ce nouveau fascisme n’est pas alimenté uniquement par des mensonges, même si bien sûr les mensonges sont là en abondances et absurdes. Ce nouveau fascisme est alimenté par les mythes, nos mythes, les mythes que nous absorbons nous-mêmes pour dormir. Ce nouveau fascisme est en vérité un fascisme élémentaire, qui renaît aujourd’hui par une confluence d’événements ; le zèle des rares, en combinaison avec la passivité du plus grand nombre, ont donné un signal a ce nouvel ordre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès