• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Budget 16.32 €…

Budget 16.32 €…

Un peu de calcul mental, pour commencer la journée. Tout au long de mon existence, le calcul et moi auront été histoire de contrariété, un oubli de virgule, une envie trop insistante, un pépin survenu, bref des petites choses qui rendent la vie moi monotone et un brin aventureuse, parlez-en à mon banquier, il sera vous raconter cela, mieux que moi.

Mais depuis quelques temps, c’est certain, cette vie sans monotonie, s’est transformée en calvaire mathématique, faussant un peu l’humeur. Ce n’est pas par choix, non, ni malheureusement une envie d’épargner, juste une commodité éteinte par la tournure des choses qui me sont offertes, sans même les avoirs priées de venir à ma rencontre, comme quoi tout arrive, même les surprises étonnantes. Me lamenter ne servirait à rien, surement pas de toute manière à engraisser le « crapaud », mais l’effort à faire est bien de ne pas le laisser dépérir.

Pour étayer mes propos, sans vous dévoiler plus mon parcours, depuis un temps déjà trop long, m’accommoder de mes 16.32 € par jour est devenu, l’intrigue et le défi proposé à mon quotidien. Il me reste donc ce petit pécule, pour mener grande vie chez les indigents de notre belle France, quoiqu’elle devienne terne cette patrie, et le dire par expérience n’est pas mentir. Dans ce malheureux état, on m’a dit avoir de la chance, cela me laisse perplexe, et un peu enragé, comment donc de la chance ?

Le fait de ne pas pouvoir prétendre à un travail, vu mon jeune âge de presque retraité, ne pas avoir pu mettre dans mon bas de laine, un monceau d’écus ou le dépenser à petit bout de survie, ou encore passer pour un fainéant vivant au crochet de la société, c’est cela la chance, c’est un peu l’image toute faite des bien-pensants. Il me faut donc, là, maintenant, tout de suite, mettre le Holà… À quoi bon se justifier, il n’y a pas de délinquance avoué dans mes propos, ni même une once à regretter ou à m’excuser, ou pire invoquer la chance !

Mais quand la lecture d’un article, dit : « Pour mettre fin aux rassemblements de personnes alcoolisées qui se regroupent "tôt le matin jusque tard le soir" dans sa ville, le maire LR de Pont-Sainte-Maxence, dans l'Oise, fait en sorte qu'ils se voient privés de leur RSA. » ou « Dans le Nord, 15 000 personnes auraient vu leur Revenu de solidarité active raboté car ils n’étaient pas inscrits à Pôle Emploi » (*), il me faut l’avouer, même si l’alcool ne m’accompagne pas, ma colère reste entière, mes compagnons d’infortune, nous sommes quelques 7 millions en France, brave terre sociale, à pratiquer la disette à 16.32 € par jour, il me parait bien normal que quelques-uns arrivent à ne plus se supporter, et ne plus supporter le cadeau étatisé d’un minimum à ne pas mourir, et devenir parasite de la société, parias de la bonne bourgeoisie, en tentant d’éteindre leur peine et leurs peurs.

Les autres pas encore pointés, par ces maires policiers, vivent en silence, se cantonnant dans leur disgrâce, hochant la tête au grand bonheur de quelques euros offerts, filant et rasant murs et haies, comme des ombres, la peine au cœur, la haine en tête. Mais tout n’est pas honteux, ni malheureux, quand dans le désespoir, un regard s’arrête et prend le temps, d’entendre, d’écouter la litanie d’une histoire tragique, et toucher dans ses sentiments, donne le coup de pouce pour avancer, d’une parole, d’un sourire, d’un coup de fil, sachant bien que la solution n’est pas aussi simple à trouver, mais ne pas s’arrêter est devenu important, crucial et noble tâche à ne pas oublier.

Pas de lamentation, juste une rébellion, une constante colère, qui ont l’effet, de ne pas se laisser arrêter en cour de procession, car la punition à ne plus avancer est toujours douloureuse. Alors, s’il vous plait, ne jugez pas les têtes baissées, les sourires éteints, les regards fuyant, les désolés en caisse de magasin, ayez la bonté de n’être que passager d’un instant croisé, et méditez ce que cela peut être de navrant à porter.

De tous ces gens, communs à cet état, nous souhaitons du travail à vivre, pas de la survie en guise de mendicité, de la reconnaissance et un peu de bonheur, et bonne humeur à partager, car peu ont choisi d’être ainsi, la société, notre société a décidé pour eux !

 

* Sources : http://rmc.bfmtv.com/emission/il-prive-les-ivrognes-de-sa-ville-de-rsa-toucher-l-aide-de-l-etat-pour-la-picoler-c-est-intolerable-1162452.html

http://www.liberation.fr/france/2017/05/12/allocataires-prives-de-rsa-une-fois-de-plus-on-tape-sur-la-misere_1569237


Moyenne des avis sur cet article :  4.96/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Robert Lavigue Robert Lavigue 13 mai 18:07

    Merci.
    Voilà un billet qui fait la paire avec celui de Monolecte... De la littérature, dans le sens le plus noble du terme.

    PS : Votre sincérité pèsera toujours plus que le verbiage creux d’un Nabum.
    N’essayez pas de l’imiter, vous avez tout à y perdre. Votre honneur et vos qualités d’écriture !


    • mollard lionel mollard lionel 13 mai 19:23

      @Robert Lavigue Imiter n’est pas mon but, mon honneur et mes qualités, ne sont n’y a perdre, ni a galvauder, c’est juste un épisode de vie, à comparer avec d’autres mieux menés..


    • zygzornifle zygzornifle 13 mai 18:30

      a un moment en fin d’ASS je suis descendu a 5 Francs par jour ....et on n’a pas arrête de me casser les bonbons , convocation a la direction départementale du travail a la préfecture .....


      • mollard lionel mollard lionel 13 mai 19:24

        @zygzornifle En espérant ne pas arriver à votre expérience, en espérant que ça aille mieux !


      • foufouille foufouille 14 mai 07:38

        @zygzornifle
        ça m’est arrivé aussi, il y a longtemps en fin de droits assedics, 2200F juste sous le RMI de l’époque. j’étais venu avec mon dossier médical.


      • foufouille foufouille 14 mai 07:42

        il faut ajouter que l’alcool est un bon anti douleur et peut aider à supporter la société de merde du ripoublicain qui a tous les droits, lui.


        • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 14 mai 13:09

          @foufouille

          Quoique, lire ses propres commentaires sur Agoravox le lendemain, c’est douloureux !


        • foufouille foufouille 14 mai 13:29

          @La Voix De Ton Maître
          ça dépend pour qui.
          tu n’as pas besoin d’être bourré.


        • zygzornifle zygzornifle 15 mai 08:19

          @foufouille


           a la rue Solférino on soigne les bobos de la vie au caviar champagne ....

        • foufouille foufouille 14 mai 08:40

          ce ripoublicain est un gros cumulards avec plusieurs temps plein.
          maire, vice président de la comcom, président de l’opac. conseiller départemental.
          club de foot.


          • foufouille foufouille 14 mai 09:02
            Arnaud DUMONTIER

            Originaire de Pont-Saint-Maxence, Arnaud Dumontier y a grandi et a fait partie pendant longtemps de l’équipe de football de la ville. Diplômé de Sciences politiques. Il est secrétaire général de l’autorité de la qualité de service dans les transports au Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.

            A 42 ans, il est également Vice-président de la Communauté de Communes des Pays d’Oise et d’Halatte et vient d’être élu conseiller départemental du canton de Pont-Sainte-Maxence.


            • mollard lionel mollard lionel 14 mai 19:55

              @foufouille Politique jusqu’au bout des ongles, un coté humain certainement oublié !!!


            • velosolex velosolex 14 mai 12:19

               On ne sait quoi dire après un tel témoignage sans avoir peu de froisser les gens, en étant maladroit dans la réponse. Genre : Toute pauvreté est relative. C’est vrai, certains seront misérables toute leur vie, même riches à millions. A l’opposé , citer Diogène dans son tonneau philosophant richement est une sorte de tête à queue qui revient toujours dans ce genre de relativisme un peu facile.

               Où vivez vous, que faites vous, avez vous un jardin, un réseau ? Je parle d’amis, de famille aimante, bien sûr, des choses finalement qui comptent bien plus que l’internet. J’espère que c’est le cas pour vous. Apparemment vous avez la tête bien faite, vous savez écrire, et vous êtes sensible à ce qui vous entourent. Des choses qui n’entrent pas dans un porte monnaie mais qui sont des pare chocs utiles, voir indispensables.
               Le dénuement rend au moins quelques services : Il vous éloigne des courtisans, et fait le tri entre l’indispensable, l’utile et le superficiel magnifiant surement l’essentiel. 
              Il surligne les gens d’intérêts. Je ne parle pas de ceux qui sont penchés sur leurs seuls intérêts. Bien à vous

              • mollard lionel mollard lionel 14 mai 19:54

                @velosolex
                Merci de votre bon mot, rassurez-vous, mon entourage est conciliant et bien présent. M’étendre sur Internet est un exutoire pour l’expérience à partager, mais aussi les commentaires rattachés, qui parfois me font fuir, tellement la bêtise semble animer quelques esprits mal-tournés.

                Cordialement. 

              • jjwaDal jjwaDal 14 mai 20:15

                Ouais... J’avais fait remarquer déjà qu’une société incapable de s’imposer un revenu maximal et ayant en permanence les minimas sociaux dans le collimateur est forcément dirigée par des psychopathes. Comment des salauds (bah les mots me manquent pour les qualifier...) peuvent imposer des revenus de survie quand le premier prix Nobel venu, vous dit qu’à 1000€/mois tout est réinjecté dans l’économie (nos dépenses sont le salaire des autres) et qu’au delà de disons 2000/3000€ tout est thésaurisé au mieux et au pire va, via le casino, servir à planifier les futurs licenciements pour augmenter la marge bénéficiaire servie aux actionnaires...
                L’individu qu’une majorité de ... vient de placer au sommet va vous expliquer comment vivre avec moins que ça, lui qui claqua plus d’un million d’euros dans des conditions qui indifféraient tout les grands médias.
                A la louche on me promet ça par jour, si je bosse jusqu’à 67 ans. M’en fous disait Desproges, l’essentiel de ma richesse est intérieure et donc pas imposable... Tout le mal que je vous souhaite est d’en avoir à revendre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires