• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Convergence des luttes, corps intermédiaires et autres balivernes…

Convergence des luttes, corps intermédiaires et autres balivernes…

Sous la gouvernance de notre jeune président, les codes explosent, on communication cash et attention à celui qui oserait contredire la parole jupitérienne ou à en appeler à des codes révolus, comme la négociation, il serait traité de has-been, au mieux, voire d’extraterrestre.

La convergence des luttes

L’objectif ultime pour certain ou la grande trouille pour d’autres. Vous aurez peut être remarqué que certains commentateurs utilisent l’expression « coagulation des luttes » afin d’affoler un peu plus le bon peuple comme si on devait en passer par un bain de sang préalable à tout changement non souhaité par le pouvoir.

La question est donc de savoir si les luttes diffuses, compte tenu de leur retentissement sur l’économie du pays peuvent se rejoindre pour aboutir au fameux grand soir.

Tout a été fait pendant des décennies et l’est encore aujourd’hui pour que cela n’arrive plus jamais. L’injonction à consommer avec son corollaire le développement du crédit sous toutes ses formes (on parle désormais de faire ses achats d’alimentation au supermarché à crédit…) est bien sûr un obstacle majeur au développement d’un mouvement social d’ampleur. Les français sont si bien conditionnés par ce système qu’on peut désormais sans crainte de réactions, au choix, baisser leurs APL, augmenter leur CSG, multiplier les augmentations des taxes (essence, gaz, cigarettes, assurances et mutuelles…) ou bien encore imposer un contrôle technique plus onéreux.

Ce qui se passe actuellement (la chasse aux statuts, la réforme du code du travail, la future réforme des retraites,…) va dans le sens d’un accroissement de la mainmise de l’économie sur toute la société avec son asservissement comme objectif final.

Côté salaires, c’est la rémunération individualisée qui a le vent en poupe par le bais de l’intéressement qui prive nos caisses de sécurité sociale de taxes importantes.

Enfin, nos commentateurs trouillards, martèlent, pour dire que toute convergence (ou coagulation) des luttes est impossible, qu’il n’y a aucun intérêt commun entre le cheminot et l’ouvrier, la vendeuse et l’aide-soignante, le fonctionnaire et le technicien et entre les retraités et les actifs.

Voilà, le système est en train de réduire une majorité de la population au simple rôle de consommateur passif qui regarde passer les trains des mouvements sociaux épisodiques sans pouvoir se sentir concerné en raison des traites de fin de mois et des salaires qui n’augmentent plus. Nous sommes passés en moins de 30 ans d’une société de consommation dans laquelle l’ascenseur social fonctionnait encore à une société individualiste dans laquelle le terme de citoyen perd de son sens un peu plus chaque jour, jusqu’au rejet de l’autre.

Macron ne s’y est pas trompé, lui qui a parlé des « illettrés » d’un abattoir en Bretagne ou a encore théorisé « ceux qui ne sont rien » ou stigmatisé ceux « qui foutent le bordel au lieu d’aller chercher du boulot ». Tout cela aboutit à redéfinir une nouvelle hiérarchie sociale dans le but de dire à ceux qui ont un petit peu qu’ils pourraient encore avoir moins, tout en excluant les plus riches du débat et en appauvrissant les classes moyennes.

Les corps intermédiaires

Les partis politiques traditionnels ? Eparpillés façon puzzle ! Une majorité aux ordres priées de voter tout ce qu’on lui demande sans broncher, y compris des mesures restrictives pour les demandeurs d’asile, un nouveau statut de la SNCF, le nouveau code du travail en attendant le reste : que des retours en arrière !

Des élus locaux (trop nombreux) étranglés financièrement, sur lesquels LREM lance une OPA pour se faire une légitimité locale (aux ordres) lors des prochaines élections.

Des syndicats qui ne dialoguent avec personne quand ils ne se concurrencent pas entre eux et des syndicats réformistes qui en arrivent même à se sentir méprisés : exit les syndicats, exit la négociation, bonjour la « concertation » en 24 heures chrono et l’injonction à se conformer à ce que Macron a dit en essayant au passage de monter les usagers de la SNCF contre les grévistes.

Des associations qui colmatent les excès du libéralisme avec toujours moins de subventions parce qu’on veut ignorer en haut lieu qu’il y a 140000 personnes qui dorment dans la rue chaque nuit. 

Tout est en place pour que les corps intermédiaires, ces empêcheurs de tourner en rond dans un monde libéral soient marginalisés et pour les syndicats, en particulier, renvoyés à l’os de la négociation entreprise par entreprise ou par branches sans avoir à dire leur mot au niveau national, domaine réservé de l’omni président.  

Où sont désormais les lieux de dialogue ?

On est aujourd’hui dans le vertical, c’est-à-dire que plus grand-chose n’est décidé par le gouvernement (à part peut-être la limitation à 80 km/h sur les routes à deux voies) et c’est un dialogue entre Macron et lui-même auquel on assiste avec dans le rôle du souffleur le Medef et le CAC 40.

Macron est un corps intermédiaire à lui tout seul et on assiste en sus à la tentation de régulation du corps social par la religion. L’appel du pied de Macron aux éminences catholiques présage un retour à un ordre religieux en vogue avant 1905, garant par ailleurs, sans doute, d’un rôle dans le dialogue interreligieux qui se fera sur le dos des autres et d’un retour à l’obscurantisme en matière de médecine et de fin de vie.

Le pendant de tout cela, c’est-à-dire à la dispersion des lieux de dialogues et à la décridibilisation des acteurs, c’est sans doute l’émergence de la violence telle que celle qui s’est manifestée lors du défilé du 1er Mai ou d’initiatives prises par les identitaires en matière d’immigration dans les Alpes.

Alors, pas de convergence des luttes, dans la forme que l’on connaissait jusqu’à présent, mais peut-être l’émergence d’une violence qui ne sera pas toujours contestée par ceux qui ne sont rien ou pas grand-chose et qui pourraient y trouver un moyen d’expression par procuration de leurs attentes.

Voilà sans doute une situation à laquelle M. Macron sera confronté bientôt.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 3 mai 08:56

    Les convergences des luttes..ou le mistigris des syndicats incapables de défendre les travailleurs pour cause d’incompétence et d’allégeance aux pouvoirs...Les « paillassons » des temps modernes...aussi pourris que les pouvoirs en place...Des grandes gueules mais sans couilles...


    • doctorix doctorix 3 mai 19:03

      @drouet

      Un petit coup de main ?
      Je ne vous ferai pas ce plaisir, cette fois.

      • Blek 3 mai 20:12

        Votre constat de l’état de la société française et de son président est très juste , mais j’ai peur que l’offre politique d’aujourd’hui n’est pas satisfaisant pour faire une politique pour la majorité des Français. Et c’est pour cela qu’on se retrouve avec 50% d’abstentions , à une élection primordiale comme les présidentielles . Il y a trop de démagogie dans l’ensemble des politiques proposées. De plus les français ont peur des extremes.


        • Ruut Ruut 4 mai 08:15

          @Blek
          Je crois surtout que Beaucoup des Abstentionnistes ne font plus confiance aux politiques et ont perdu un espoir envers une amélioration par l’état.
          Notre Président luis même ne porte pas ce projet d’amélioration par l’état souverain.


        • Michel DROUET Michel DROUET 4 mai 08:25

          @Blek
          Bonjour Blek
          Comme je l’explique, le corps électoral, c’est à dire l’ensemble des citoyens a été atomisé pour être réduit à la dimension de l’individu. La notion de solidarité, si elle existe encore, ou celle de projet commun n’ont plus qu’une lointaine ressemblance avec ce qui a fait notre Pays.
          Il est donc normal que l’offre politique ne soit pas satisfaisante pour une majorité de Français qui ont une approche consumériste des élections et du rôle des élus.
          Cela explique sans doute les forts taux d’abstention que nous connaissons aujourd’hui, mais ce phénomène n’est que rarement analysé. On ne retient généralement que le critère de « majorité absolue » obtenus par tel ou tel candidat, sans parler du nombre de voix obtenues par rapport au corps électoral.


        • Michel DROUET Michel DROUET 4 mai 08:27

          @Ruut
          Bonjour Ruut
          C’est pourquoi notre Président s’en remet au monde économique et déroule le tapis rouge en cassant le modèle social français.


        • zygzornifle zygzornifle 4 mai 09:37

          Macron est en train de gagner sur tous les tableaux , il a été mis en place pour mater les partis politiques , les syndicats , les travailleurs et il excelle c’est note héro Français « Super Maton » il n’est par un « Avenger » mais un« Ravager » , il est en marche et je ne vois personne a l’heure actuelle pour lui faire un croche patte .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès