• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Démo..., Dicta..., Démocrature ou Dictacratie ?

Démo..., Dicta..., Démocrature ou Dictacratie ?

Alors que les politiciens incitent à ne réagir qu'en fonction d'une "mémoire courte", un rappel plus fondé du passé ne prouve pas seulement que le sentiment d'une démocratie toujours plus imparfaite n'est qu'une vue de l'esprit. Correspondrait-il au ressenti d'un danger démocratique, quand au nom d'un prétendu désordre, l'homme qui se dit providentiel se lève et assume un autoritarisme déjà qualifié de "démocrature" et porteur potentiel du "plus terrible des enfants" que la République " eût portés dans ses flancs", la dictature ? Plutôt en méditer...

Merci monsieur de La Fontaine et surtout aux contributeurs d'Agoravox qui ne peuvent que nourrir nos consciences (les sources figurent à la fin de l'article).  

Les trois types de dictateurs se ressemblent par certains côtés : 

* le refus du pluralisme. 
* des élections truquées. 
* une propension sanguinaire. 
* la déraison. 
 
A moduler, à nuancer quand :
 
* le pluralisme est inefficient dès lors que les trois pouvoirs sont dans la main du chef (exécutif, législatif, judiciaire) et que, sous couvert d'efficacité, on renâcle à une représentativité plus proportionnelle. 
* les élections sont dévoyées afin d'éviter le blocage : abstention cautionnée, vote blanc non exprimé et de nullité... Bien que légalisé, de quelle légitimité le chef peut-il se prévaloir ?
* le sang versé par la violence d’État : le nombre de blessés, d'éborgnés, d'amputés suite à des manifestations légales. 
* la déraison et l'autisme se manifestent par la fermeté, l'inflexibilité quant à une décision, la fermeture au dialogue, les mensonges de campagne, la distance et le cynisme parce qu'on se veut le dirigeant indiscuté (vojd, führer, duce, caudillo, conducator, lider maximo, guide de la révolution, grand timonier, ... chef de l’État français, et pourquoi pas "great leader" ou "dernier recours"). 
 
Ainsi pour mener la barque malgré les Gaulois réfractaires, les alcooliques, les illettrées, les fainéants, ceux qui ne sont rien ou autres palourdes, attention qu'il n'y ait : 
 
1. LE DICTATEUR dit ÉCLAIRÉ, autoritaire mais en général, contrairement au roi, pour servir le pays et ses gens. 
* gestion rigoureuse du pays. 
* réformes obligées, à marche forcée. 
* mise à bas des institutions sauf si, contournées, non appliquées, non modernisées, elles assurent la légalité du pouvoir. 
 
2. LE DICTATEUR DISCIPLINAIRE quand il n'est pas à la tête d'une junte militaire
* recours à la violence, à des milices de maintien de l'ordre (il suffit de bien les payer). 
* faire peur pour imposer son idéologie dogmatique (lui ou le chaos). 
 
3. LE DICTATEUR GRAND FINANCIER, l'argent. 
* l'argent par l'entreprise, le commerce, les parts de marché, le profit usuraire. 
* la réduction des dépenses sociales, du pognon de dingue... 
* le pillage de la masse des plus ou moins pauvres par la faction au pouvoir, au moyen de lois coercitives, sous couvert d'une fausse concurrence, au profit de l'économie néo et ultralibéralisée.
* une prédation systématique pour amasser et assurer le futur grâce aux paradis fiscaux. 
 
La démocratie phagocytée laisse le champ libre à une dérive autocratique 

* Quand le pouvoir refuse de se limiter dans le temps... (pourquoi pas un seul mandat de 7 ans [demandé par Balladur]),
* quand l'inversion du calendrier de la législative renforce le fait majoritaire (Jospin 2001),
* quand le Non au referendum de 2005 n'est pas respecté (Traité de lisbonne ratifié par l'entremise de Sarkozy en 2007), 
* quand le recours aux pouvoirs exceptionnels (article 16) peut se banaliser, 

* quand la légalité de l'élection (abstention acceptée, vote blanc non accepté comme exprimé) amène à un choix par plébiscite,
* quand la finalité est de vouloir le pouvoir pour le pouvoir et ses avantages, 
* quand malgré les turpitudes personne ne démissionne,
* quand la séparation des pouvoirs n'est pas assurée, 
* quand l'interdiction préventive de manifester a été voulue, 
* quand le fichier Gendnotes prévoit le fichage par décret, 
* quand le président n'assure son maintien que par les armes et les lois, 
* quand les lois favorisent les riches, 
* quand la fraude fiscale n'est plus qu'une "optimisation",
* quand l'inégalité de traitement lèse majoritairement le peuple, 
* quand l'égalité devant la loi n'est pas assurée (Cahuzac, Balkany et plus généralement...), 
* quand les opposants sont réprimés (Gilets Jaunes, Mélenchon...) ou laissés à leur sort (lanceurs d'alertes), 
* quand le principe fondamental du referendum est refusé au peuple, 
* quand en assumant de susciter la crainte ("Qu'ils viennent me chercher !"), on réveille la haine à force de s'en prendre aux biens des mêmes qui ne s'en sortent plus
 
PNG - 26.6 ko
 Illustration autorisée pixabay.
                     
«  ... Mais allez en dictature ! Une dictature, c'est un régime où une personne ou un clan décident des lois..." qu'il a dit le détenteur en exercice d'un pouvoir présidentiel abusif.

« Lorsque Machiavel écrivit son traité du prince, c’est comme s’il eût dit à ses concitoyens, lisez bien cet ouvrage. Si vous acceptez jamais un maître, il sera tel que je vous le peins : voilà la bête féroce à laquelle vous vous abandonnerez." Denis Diderot dans l'Encyclopédie 1755
 
Dix-huit arguments qui font dire qu'on n'y est pas encore mais que la colonne de direction n'est pas loin de casser... Ce ne sont que quelques notes, une réflexion (plutôt écrire sur des sujets plus plaisants comme le carnaval !)... Néanmoins, la bienpensance (la même qui schématise avec son "populisme qui amènerait le pire", la même qui clame la liberté d'aller au boulot mais qui engrange le maintien des acquis et les bénéfices des grévistes) qui, à l'occasion de la calamiteuse réforme des retraites, fait exprès de ne considérer que l'obstruction des uns (opposition parlementaire et de la Rue, ultime possibilité d'exprimer un refus) et le passage en force des autres, devrait se demander si elle ne voit que le doigt quand le sage désigne la lune... 
 
et plus généralement le Net et Wikipedia.

Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • HELIOS HELIOS 6 mars 23:43

    ((( Réaction provençale, ne pas se vexer )))

    ... Putain Dedieu, tu me fais peur Loule ...


    Bon d’accord, c’est un jeu de mot, mais je n’ai pas pu résister...

    J’ai même introduit une référence à notre ami Victor A.


    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 7 mars 05:32

      @HELIOS
      Pas de problème ça détend l’atmosphère et au contraire ça traduit ton acceptation de la diversité !
      Qué ? tu me fais peur ? Le traitement aux 18 symptômes est tout trouvé, il suffirait de l’appliquer ! 
      Victor ? bien sûr que c’est un cousin mais vers l’Espagne plutôt que « fatche » et « fan » qu’on dit un peu, mondialisation oblige, ce sont les « macani » et surtout « macarel » qui fusent. 
      Enfin, l’aïoli (accent tonique sur le « o »), avec l’âge, encore moins de foies supportent même si la rouille passe mieux !
      Al cop qué ven l’amic !


    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 7 mars 05:35

      @HELIOS
      j’oubliais, tu aurais pu m’apporter une voix macarel, que c’est la mode en ce moment !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès