• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Éric Zemmour et les enfants en situation de handicap : la mauvaise (...)

Éric Zemmour et les enfants en situation de handicap : la mauvaise conscience ?

« Je pense que l’obsession de l’inclusion est une mauvaise manière faite aux enfants et à ces enfants-là qui sont, les pauvres, complètement dépassés par les autres enfants, et aux enseignants. » (Éric Zemmour, le 14 janvier 2022).

Le candidat Éric Zemmour a créé une nouvelle polémique ce vendredi 14 janvier 2022. Il a dû s’autojustifier, revenir sur ses propos, parfois solennellement devant une caméra pendant tout le week-end où il pédalait dans la semoule, mais à chaque explication, il s’enfonçait encore un peu plus, le fond de sa pensée réelle se dévoilant, ouverte à tout vent, plutôt odieux.

À chaque fois, je m’interroge toujours sur l’intérêt de réagir à ces gros pavés dans la mare, comme c’était le cas pour les prénoms, mais le sujet me tient à cœur et je vais donc aborder ce sujet avec une profonde révolte sur la pensée du polémiste Zemmour qui, je veux bien le croire, n’a pas voulu faire dans la provocation, ce qui me paraît d’ailleurs pire.

Dans la classe politique, les réactions étaient unanimes, de l’extrême droite à l’extrême gauche, ce qui, pour Éric Zemmour, invité le 16 janvier 2022 sur France 3, serait le signe qu’il aurait raison (!). Même Marine Le Pen a été choquée, et elle l’est régulièrement avec la candidature de l’éditorialiste, si bien que dans ses interventions, elle se montre plus consensuelle, voire plus présidentielle que précédemment (mais elle n’a rien changé sur le fond). Éric Zemmour serait "l’idiot utile" de Marine Le Pen que cela ne m’étonnerait pas, mais je connais trop l’importance des ego pour que ce soit réellement le cas, en tout cas de manière concertée.

De quoi s’agit-il ? De l’inclusion des enfants en situation de handicap à l’école. Le mot "inclusion" est un gros mot pour Éric Zemmour, donc, il vaut mieux l’éviter. Il s’agit de considérer qu’une personne en situation de handicap, le plus important, dans l’expression, c’est "personne" et pas "handicap". C’est pour cela que je déteste qu’on parle des "handicapés" car cela réduit les personnes à leur seul handicap alors qu’elles sont beaucoup plus riches que cela. Elles sont d’abord des personnes, et doivent être respectées de la même manière que les autres.

Maintenant, les enfants, c’est encore plus important : les enfants en situation de handicap doivent être respectés comme des personnes, mais plus encore doivent être protégés et aidés, comme tous les enfants. Ils sont riches du devenir. Ils sont une promesse, ils sont plus un avenir qu’ils ont un avenir. C’est cela, la République. Dans la phrase qui a suscité tant de réactions, mise en début d’article et mille fois amendée, justifiée, modifiée par son auteur lui-même, en s’enfonçant, je l’ai dit, au point même d’en donner un aspect même pécuniaire… le candidat polémiste (qui n’a pas volé cette caractéristique) a au fond divisé la société, les enfants, en deux catégories, les "enfants", c’est-à-dire, sous-entendu, les "enfants normaux", et "ces enfants-là", c’est-à-dire, les enfants en situation de handicap, je remarque qu’il en parle avec un "respect" qui en dit long.

C’est important d’introduire la notion de "normalité" avec Éric Zemmour, car tout son problème est là : la normalité a évolué depuis les années 1950 (car il s’est à peu près figé à la décennie de sa naissance, peut-être parce qu’il l’a magnifiée, idéalisée dans l’adolescence ou un peu plus tard ?), et ce qui n’était "pas normal" n’est aujourd’hui peut-être pas devenu "normal", mais "banal". Plein de choses de la société : le divorce, l’homosexualité, le non-mariage, le mariage gay, etc.

Faut-il définir le handicap comme une "non-normalité" ? Peut-être. Mais il y a une certitude : autour de 7% voire 10% des personnes ont une "anomalie" génétique à la naissance, et sans doute autant ont, par accident, maladie, etc., acquis un handicap au cours de leur vie, sans compter ceux qui ont eu un handicap temporaire (une jambe cassée par exemple). Cela en fait beaucoup.

Le handicap inné paraît émané d’une statistique irréductible des espèces vivantes. L’anomalie génétique est même le seul moyen pour permettre l’évolution des espèces, au sens darwinien du terme (Darwin a été très visionnaire, puisqu’à l’époque, il ne savait pas que chaque être avait son empreinte génétique, l’ADN). Le handicap acquis provient plutôt du type de la société dans laquelle on évolue. Une société avec peu d’automobiles comporte des personnes handicapées par un accident de la route en moins grand nombre qu’une société très mécanisée, etc.

Dans une bande dessinée de Guy Deslile qui raconte son séjour en Corée du Nord, le dessinateur observateur évoque une discussion avec son guide. Il ne comprend pas pourquoi il ne voit aucune personne en fauteuil roulant dans les rues de Pyongyang. Son accompagnateur gouvernemental lui explique : c’est parce qu’en Corée du Nord, tout le monde naît parfaitement, sans handicap, parce que tout le monde a une vie saine.

C’est évidemment faux, mais la question, une véritable question de société, c’est de savoir si on accepte de "les montrer" ou pas, pas les montrer comme des phénomènes de foire, bien entendu, mais que les personnes en situation de handicap puissent vivre aussi dehors, comme les autres, avec les autres. Il faut évidemment pour cela que les équipements urbains soient adaptés, ce qui était le cas en Suède il y a déjà cinquante ans : mettre les accès au métro à la même hauteur que le quai, faire un petit bruit différent pour indiquer si le feu est rouge ou vert (c’est le cas aux Pays-Bas), installer les notices de musée en braille, etc. Regardez les rues de Paris, regardez le nombre d’entrées dans les habitations surélevées, avec une ou deux marches pour atteindre le hall, c’est pratiquement 100%. C’est systématique. Et dans les vieux immeuble, inutile de dire que l’ascenseur, pas prévu à l’origine, est trop étroit pour les fauteuils roulants.

Bref, veut-on accepter que la société française soit aussi celle des 12 millions de Français qui sont touchés par un handicap ? ainsi que celle de leurs familles, et je pourrais même élargir aux bébés dans les poussettes et même, car je ne sais pas si elles sont considérées comme en situation de handicap, les personnes très âgées en bonne santé mais qui ont besoin d’un déambulateur pour faire leurs courses (quand j’habitais à Paris, je croisais souvent un homme très âgé, très lent à marcher pour faire ses courses, et j’admirais son courage, sa persévérance et son dynamisme ; pas sûr que dans ces conditions, je fasse une sortie moi-même).

Dans un documentaire qui a été diffusé par France 3 il y a huit ans qui retraçait les débuts politiques de Jacques Chirac en Corrèze, il montrait un Chirac adorable, consensuel, apprécié même des communistes en Corrèze alors qu’il était le jeune loup mordant et tueur à Paris, et on le voyait visiter une ferme corrézienne, il quittait ses hôtes pour aller au fond de la grande salle de vie, un peu à l’ombre, il y avait là le fiston dans un fauteuil roulant, il lui a pris la main avec beaucoup de chaleur humaine et a dit à ses parents qu’il fallait le mettre à la lumière, il avait droit à une vie sociale comme un autre.

Ce n’est donc pas étonnant que Jacques Chirac a été sans doute celui qui a le plus fait pour les personnes en situation de handicap, pour que la société s’ouvre, les accepte et les aide comme les autres, avec la solidarité nationale que sous-tend la devise de la République. Le 14 juillet 2002, il en avait fait l’une des priorités concrètes de son second mandat, ce qui a abouti à la loi n°2005-102 du 11 février 2005 qui a été une avancée sociétale très forte, tant dans les choses concrètes que dans la philosophie politique de rendre solidaire toute la société.

La société a toujours évolué très lentement, et si le mot "inclusion" fait peur car préempté par des mouvements vaguement "wokistes" qui anéantissent la raison par leur idéologie, l’insertion des personnes en situation de handicap dans la vie sociale a été une avancée essentielle des vingt dernières années. Et il faut bien insister : tout le monde peut être touché par le handicap, tout le monde peut devenir en situation de handicap, et du jour au lendemain, il "suffit" d’un accident de la route, ou de faire naître un enfant avec des "anomalies".

Bref, se préoccuper des personnes en situation de handicap, ce n’est pas seulement de la solidarité, de la justice sociale, de la générosité, la main sur le cœur, c’est aussi l’intérêt de chacun, c’est aussi l’intérêt égoïste bien compris de chacun, même des "bien portants", des soi-disant personnes "normales", car cette situation peut changer (comme un jeune devient âgé, un salarié peut devenir demandeur d’emploi, une personne en bonne santé peut devenir malade, etc.).

Alors, comme pour d’autres sujets, Éric Zemmour clive, il y a les "bons" et les "méchants", ou les "à protéger" ("à encourager") et les "ceux qui ennuient" (à "laisser de côté"). En gros, Éric Zemmour affirme que les enfants "normaux" sont ennuyés, freinés, plombés, par les enfants en situation de handicap lorsqu’ils partagent la même classe à l’école. L’élitiste voudrait que les enfants parfaits soient dans des classes parfaites pour aller au sommet de leur "perfectude". Et les autres, ma foi, tant pis, ce sont des laissés pour compte de la société zemmourienne, ce sont des "pas d’chance".

Éric Zemmour parle et pense en idéologue. Il considère que les enfants en situation de handicap sont un frein à son élitisme et que mélanger les genres, ça va deux minutes, mais il faut être sérieux, laissez les "normaux" tranquilles, en gros. Et il insiste sur le fait que c’est l’idéologie de l’Éducation nationale qui veut que les enfants en situation de handicap soient dans les classes "normales".

Ce qui est évidemment n’importe quoi. D’ailleurs, si on parle d’une idéologie du genre pédagogisme, il faudrait dire qu’il y a autant d’idéologies que d’enseignants, c’est-à-dire autour de 2 millions ! Et ce n’est pas du tout l’Éducation nationale qui a été à l’initiative de la démarche, c’est la loi qui l’a contrainte. La plupart des enseignants seraient même plutôt contre, s’ils exprimaient discrètement le fond de leur pensée, théoriquement d’accord mais pas pour eux, car en pratique, c’est très compliqué et il y a un manque de moyens, de personnel, ce qui est vrai.

La démarche, au-delà de la loi, elle provient des parents eux-mêmes qui veulent assurer à leurs enfants un apprentissage comme aux autres, tant que c’est possible. Il y a effectivement des handicaps trop lourds qui ne peuvent pas être en "immersion" dans la vie sociale "normale" et qui nécessitent des structures spécialisées, mais beaucoup d’autres enfants peuvent l’éviter d’être "traités" à part.

Un enfant en situation de handicap voit évidemment sa condition s’améliorer s’il est intégré dans une classe ordinaire à l’école. Car il a besoin de l’apprentissage d’une vie sociale, du contact avec les autres, de l’ouverture par les relations. Mais les enfants qui ne sont pas en situation de handicap sont aussi enrichis par ce contact de quelqu’un de différent. Ils apprennent beaucoup à son contact. Bien sûr, au début, ce sera "l’enfant au fauteuil roulant". Mais ensuite, si celui-ci sait mieux les maths qu’un autre camarade, ce sera plutôt celui qui l’aide en maths, ou celui qui plaisante de la prof avec lui, ou plein d’autres choses, de complicités, de ce qui fait la camaraderie, bref, de la banalisation du handicap qui n’est plus l’unique identité, mais l’une parmi d’autres (ce handicap n’est évidemment pas nié, ne serait-ce que parce que pour vivre, ce n’est pas possible de le nier, il faut des personnes aidant à côté de l’enseignant).

Cet enrichissement, même De Gaulle l’a vécu de manière charnelle très fort. Le Président Emmanuel Macron l’a rappelé lors de la 5e Conférence nationale du handicap le 11 février 2020 : « Le Général De Gaulle avait une fille, Anne, qui était atteinte du syndrome de Down et dans ses mémoires, il a un phrase très belle dans laquelle il disait que sans elle, il n’aurait sans doute pas fait ce qu’il a fait. Cela dit quelque chose aussi de tout ce que les blessures les plus intimes apportent mais aussi de tout ce qu’on appelle aujourd’hui la résilience, en tout cas, la capacité à faire d’une morsure du destin une chance ou une possibilité de faire différemment, peut apporter à un homme, une école, une entreprise, une Nation. ».

Toujours est-il que les zélateurs d’Éric Zemmour pourraient toujours affirmer avec leur mauvaise foi habituelle qu’au moins, leur candidat met les pieds dans le plat et aborde ce sujet essentiel. C’est oublier un peu vite qu’on ne l’a pas attendu pour se préoccuper des enfants en situation de handicap. Heureusement pour ces enfants !

En particulier, le Président Emmanuel Macron qui a impulsé, le 11 février 2020 à l’occasion de cette 5e Conférence nationale du handicap, déjà évoquée, une véritable relance de cette politique d’insertion avec trois objectifs à la clef : que chaque enfant en situation de handicap soit scolarisé ; qu’aucun enfant, qu’aucune famille, qu’aucune personne ne soit oublié ; que tous les personnes en situation de handicap puissent avoir accès à une vie libre et digne, et ici, le mot dignité ne signifie pas euthanasie, évidemment.

Le bilan du quinquennat n’est pas mince en la matière, même s’il y a encore beaucoup à faire, et toutes les familles concernées le savent bien : 400 000 enfants en situation de handicap sont scolarisés, selon la députée Coralie Dubost, présidente déléguée du groupe LREM à l’Assemblée Nationale, soit une augmentation de 35%. Le gouvernement a en outre recruté 11 500 accompagnants scolaires supplémentaires (AESH : accompagnants d’élèves en situation de handicap), soit plus de 20% en plus, ainsi qu’a consolidé leur statut et augmenté leur salaire.

Le principe d’Emmanuel Macron est celui-ci : « Nous ne devons jamais nous habituer à ce que des enfants en situation de handicap soient privés (…) de la chance d’aller à l’école, de la joie d’apprendre et du bonheur de tisser des liens. ». C’était le même principe porteur de Jacques Chirac.

Nul doute qu’entre un candidat nostalgique qui souhaite détricoter toutes les solidarités nationales et les innovations sociales et un futur candidat qui, lui, au lieu de polémiquer, agit, et agit efficacement, il n’y a pas vraiment photo sur ce sujet de l’insertion des enfants en situation de handicap. Un candidat nostalgique et qui va probablement être condamné le lundi 17 janvier 2022 sur des propos haineux concernant les mineurs isolés. Décidément, les enfants ne lui vont pas.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (16 janvier 2022)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :

Le handicap ? Parlons-en !
Éric Zemmour et les enfants en situation de handicap : la mauvaise conscience ?
Le débat Éric Zemmour vs Bruno Le Maire : victoire de la raison !
Bruno Le Maire.
Éric Zemmour, l’imposture permanente ?
Le Théâtre de Villepinte.
Éric Zemmour, l’adolescent retardé.
Faut-il craindre un second tour Éric Zemmour vs Marine Le Pen ?
Jean-Marie Le Pen.
Marine Le Pen et l’effet majoritaire.
Radio Kaboul dans les sondages : Éric Zemmour au second tour !
Bygmalion : Éric Zemmour soutient Nicolas Sarkozy.
Les prénoms d’Éric Zemmour.
Le virus Zemmour.
Le chevalier Zemmour.

_yartiZemmourH03
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.68/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Schrek 18 janvier 09:13

    « À chaque fois, je m’interroge toujours sur l’intérêt de réagir à ces gros pavés dans la mare »

    Ne vous interrogez plus : abstenez-vous !

    Ça laissera la place à un débat sur les vrais enjeux. Depuis le sketch de Timsit sur les crevettes, tout le monde sait que ce truc est un sujet tabou. Le soulever, c’est délibérément remuer le fond de vase pour troubler toute l’eau de l’étang ! Pourquoi voulez-vous continuer à remuer ?


    • phan 18 janvier 10:08

      Eh Rakoto mets le champagne au frais, Omicron est sur le point de dégager LepetiKon et ses pseudo-vaccins dont les effets handicapants sont parmi les effets secondaires...


      • charclot charclot 18 janvier 10:23

        C’est bien on parle du handicap physique et un peu du retard mental ... 2 bons points et un bombon (non yapa faute). Sauf que pour avoir vécu, en d’autres temps certes, cet état comme enfant non diagnostiqué je me souviens surtout de la cruauté de la méchanceté et de l’hypocrisie de la plupart des gosses. Comme j’étais en école privé, alors que je me serais bien privé d’école, en cours, c’était les coups à la moindre question (faut dire que j’en posai beaucoup...) Aujourd’hui je suis comme De gueule j’ai un gamin trisomique et deux bisomiques et je sais que mon gamin ne pourrait pas s’insérer dans une classe ’normale’... Du coup, comme je suis ni-ni, je pense et sais que la réflexion sur la différence et la lutte pour sa reconnaissance passera toujours par les tenants du pouvoir et l’approbation des trompettes de la renommée et que, à moins d’être LGBTetc. et donc proche des pouvoirs, la seule réponse qui nous attend est la chappe de plomb, il suffit de voir comment par le biais de la loi sur la sécurité sanitaire l’état passe une loi sur la contention en milieu psychiatrique... Youpi, la vie continue, l’hypocrisie aussi !


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 18 janvier 11:24

          Par les mêmes qui valident l’extermination des enfants handicapés avant leur naissance (avortement), la polémique sur la séparation des handicapés est idiote. Les jeux paralympiques démontrent que cette solution est tout à fait acceptable. Il y a même des jeux différents entre hommes et femmes. Il y a même des premières divisions et des secondes divisions dans le sport.

           

          Dieu n’a pas demandé à pratiquer l’inclusion :

          « L’Eternel parla à Moïse, et dit : Parle à Aaron, et dis : Tout homme de ta race et parmi tes descendants, qui aura un défaut corporel, ne s’approchera point pour offrir l’aliment de son Dieu. Tout homme qui aura un défaut corporel ne pourra s’approcher : un homme aveugle, boiteux, ayant le nez camus ou un membre allongé ; un homme ayant une fracture au pied ou à la main ; un homme bossu ou grêle, ayant une tache à l’oeil, la gale, une dartre, ou les testicules écrasés. Tout homme de la race du sacrificateur Aaron, qui aura un défaut corporel, ne s’approchera point pour offrir à l’Eternel les sacrifices consumés par le feu ; il a un défaut corporel : il ne s’approchera point pour offrir l’aliment de son Dieu. Il pourra manger l’aliment de son Dieu, des choses très saintes et des choses saintes. Mais il n’ira point vers le voile, et il ne s’approchera point de l’autel, car il a un défaut corporel ; il ne profanera point mes sanctuaires, car je suis l’Eternel, qui les sanctifie. » (Lév 21 :16-23)


          • charclot charclot 18 janvier 11:44

            @Daniel PIGNARD
            des fois dieu il est un peu con... mais des fois non... Mephibosheth ; livre de Samuel. LE traitement des handicapés est généralement le même dans la plupart des communautés primitives et c’est l’euthanasie ; la mère abandonne le petit à la naissance, le père le jette de la roche tarpéienne aujourd’hui on l’avorte dans le ventre de sa mère... C’est une réalité : nains, triso, bec de lièvre. avec une autorisation spéciale jusqu’au 9° mois pour les enfants triso et c’est parait il plus humain. Peut être que je le suis pas parce que je trouve ça degueulasse...
            Bref l’inclusion c’est bien mais pas n’importe comment c’est surtout un question de respect, chose la plus difficile à trouver en ce bas monde 


          • ETTORE ETTORE 18 janvier 12:10

            C’est toujours la même façon de faire du Rakotonanobis.

            Il prend un thème, le dézingue, et peu importe la somme des bavures, tout ce qui compte, c’est qu’il puisse faire émerger son Emmerdeur 1ér, comme étant

            la « providence même » à tous les maux, qu’ils s’est empressé de compiler.

            Juste une chose le Rakotonanobis....

            Quand on se permet de juger le futur, ,il serait de bon ton, de regarder, ce de quoi, hier et aujourd’hui sont fait, et qui y a pris part !

            Et là, on comprend vite, que, la polémique entretenue, est juste un tapis bien crade, servant à garder les miasmes inachevés, bien planqués, en dessous.

            En fait, plus vous jouez les trompettes de Jéricho, plus les murs de la connerie entretenue, semblent épais et résistants.

            On vous l’as déjà dit, à force de lécher, pourlécher, baver, vous finissez par dégouter tout le monde, de votre éleveur de gastéropode.....Elyséen.


            • Buzzcocks 18 janvier 13:28

              Le patriote Zemmour qui aime la France, a pourtant fait valoir ses handicaps pour ne pas faire son service national. Il a tout fait pour être exclu également et ne pas participer à l’effort collectif. Chose qu’il partage avec le grand patriote Chiotti.

              Plus on affiche son patriotisme, moins on l’est.


              • ETTORE ETTORE 18 janvier 15:14
                Buzzcocks 18 janvier 13:28

                Le patriote Zemmour qui aime la France, a pourtant fait valoir ses handicaps pour ne pas faire son service national


                Tout comme le CONpatriote Macronide.

                Pourtant  : Chef des Armées  !

                On peut savoir quels ont été les « handicaps » rédhibitoires du Bel zé buthé Elyséen ?

                Ceux qu’il exprime si bien aujourd’hui, contre le peuple ?


                • Buzzcocks 18 janvier 15:40

                  @ETTORE
                  Macron est né en 1977, or très peu de garçons de cet age, sont partis sous les drapeaux. Car Chirac a voté la fin de la conscription. On peut même dire que pratiquement aucun diplomé de cette classe d’age n’est parti faire son SN.
                  Mais bien essayé.


                • Joséphine Joséphine 18 janvier 17:33

                  Il n’ya aucune polémique dans les propos d’Eric Zemmour. Ce sont les journalistes qui ont créé la polémique. 


                  • Ou-est-le-bec- ? 18 janvier 20:15

                    La balle au centre :

                    La plupart des gens ne savent ni lire, ni comprendre ce qui est dit.

                    Encore une fois, ils ont des oreilles à émotions et interprètent à leur façon les paroles qui sont dites.

                    Ceci est vrai pour toutes les tendances politiques et plus particulièrement pour Z en ce moment.

                    Un bel exemple sera probablement la réaction à mes propos qui vont passer pour la défense des opinions de Z

                    cqfd


                    • zygzornifle zygzornifle 19 janvier 08:41

                      Macron dit et fait des conneries a longueur d’année et on ne l’emmerde pas c’est lui qui nous emmerde .....


                      • Fanny 19 janvier 09:30

                        Encore une dégoulinade compassionnelle et fausse, totalement hypocrite de a à z.

                        Fausse car jamais on n’a autant méprisé les enfants tout en clamant que l’enfance est la valeur suprême à chérir et protéger.

                        D’ailleurs les enfants, on a oublié d’en faire, on ne sait plus, on n’a plus envie. On va les chercher ailleurs parce qu’on a besoin d’esclaves version moderne.

                        Ce mépris de l’enfance tient en 3 mots : analphabétisme, pornographie, drogue.

                        Pour parvenir à faire passer ce mensonge, il faut taper sur un bouc émissaire, peu importe lequel. Ici c’est Z qui a le rôle.

                        On se fiche pas mal de la question soulevée par Z, à savoir s’il faut réunir dans une même classe les enfants souffrant d’un handicap mental léger et les autres. Question difficile, aussi difficile que la question de savoir s’il vaut mieux réunir ou séparer filles et garçons en classe. Difficile donc on évite d’en parler.

                         L’article se contente de dégoulinade compassionnelle en tapant sur un bouc émissaire.

                        Onfray a raison, on est en pleine décadence.


                        • ETTORE ETTORE 19 janvier 19:35

                          Et si cette histoire de handicap ;, était tout simplement la résultante d’un manque de moyens rédhibitoires, de l’institution scolastique ?

                          Donner des moyens, pour l’accompagnement par des adultes spécialisés, intégrés

                          dans les classes....Pour venir en aide et soutenir les besoins de ces enfants.

                          Donner des moyens à des infrastructures spécialisées, pour créer des ponts relationnels, entre les enfants, de tous niveaux, mais en leur assurant un développement adapté, a l’accompagnement de chacun .

                          Mais pensez vous vraiment qu’une société, qui ne se préoccupe aucunement de certains « laissés pour comptes » des « générations à cheveux argentés » qui sont dans des mouroirs payés une fortune, d’enfants qui sont scolarisés dans des écoles insalubres....Le fractionnement de la société, en « ici il y a, ici il n’y a plus rien », ;

                          entre les « méritants » et les « in-intégrables, ingérables » .

                          L’argent est le nerf de la guerre, tout le reste, n’est que prétexte à cacher la honte du système actuel.

                          Qui comme tout le reste, est dépecé, limité, rendu au plus petit dénominateur financier....Et accompagné de pleureuses, afin de rendre le cortège des souffrances plus admissible, mais pas moins douloureux pour autant.

                          Le fractionnement de la société se fait sentir, y compris dans ce domaine, ou pourtant, la dignité et le respect de l’égalité humaine, devrait être le seul comportement, à tenir.

                          Mais non ! C’est sur la même liste des « déshumanisations » à achever !.....

                          Et c’est pitoyable !


                          • Mirlababo 18 février 15:11

                            Pas un seul handicap cité... pauvre ignare inconséquent.

                            ZEMMOUR a raison sur ce point. 

                            Vous ne connaissez rien du sujet mais vous en parlez, c’est à l’image du reste et de l’être humain en général. Des Cancres voulant jouant aux savants.

                            Dernièrement, le candidat Éric Zemmour a partagé une opinion relative au handicap et à son inclusion dans les écoles normales. Les médias ont saisi cette occasion pour créer une énième polémique autour de Zemmour estimant qu’il cherchait à interdire ou à limiter l’accès aux personnes handicapées à une vie normale. Outre les fameuses ULIS évoquées en substance par Éric Zemmour, les écoles réservées et spécialisées pour la prise en charge des enfants handicapés existent déjà en France, ce sont les IME ou les IMP. Est-ce un scandale ? Rappelons aux démagogues ignorants du petit écran que les établissements ou services d’aide pour le travail (ESAT) sont également destinés uniquement aux adultes handicapés. Est-ce honteux, est-ce discriminant, est-ce stigmatisant, faut-il les supprimer ? Enfin, il n’existe aucun EHPAD pour la prise en charge des personnes handicapées mais cela ne semble pas déranger ces bourriquets de l’élite.

                            Éric Zemmour n’est que le porte parole d’un certain nombre de famille française estimant que l’inclusion n’est pas nécessairement la meilleure solution pour leur enfant. Or comme souligné ci-dessus, la problématique évoquée par Éric Zemmour est réelle mais aussi bien plus vaste que celle de l’enfance. Elle concerne également l’adulte handicapé et le vieillissement de la personne handicapée. 

                            Après les experts de la covid19, nous voici avec les experts du handicap. Le sujet abordé par Éric Zemmour était la scolarisation des enfants handicapés en milieu normal. Aucun politique ou journaliste ne possède l’expertise suffisante pour en parler, en passant par Sophie Cluzel ou Damien Abad. Ce dernier est atteint d’arthrogrypose, une maladie rare parmi tant d’autres, faisant de cet individu le premier député handicapé de France. Rappelons aussi que durant la crise sanitaire, la journaliste Apolline de Malherbe avait parlé d’ « établissements psycho-sociaux », une terminologie qui n’existe pas. Il s’agit d’établissements medico-sociaux. Ces établissements medico-sociaux concernent notamment les MAS, les FAM, les IME et même les EHPAD.

                            Une majorité de français appréhende le monde à travers le prisme médiatique, pure fantasmagorie, tandis que d’autres ont l’expérience du terrain et de la pratique quotidienne dans l’accompagnement de personnes dépendantes des actes de la vie quotidienne. Non, le handicap édulcoré et présenté dans nos médias n’est pas la tendance générale. Ainsi, en France, Paul, un vainqueur de l’émission des 12 coups de midi, serait l’incarnation de l’autisme. Or Paul est autonome et autiste Asperger ! Certes son parcours est fort honorable mais son cas relève de la rareté plutôt que d’une tendance générale. De plus, l’autisme est souvent associé à d’autres troubles physiologiques, psychiques ou sensoriels.

                            Citons quelques exemples de handicap en rappelant que le cancer n’est pas un handicap contrairement aux propos tenus le 17 Janvier par des journalistes sur la Radio Mondiale des Cancres (RMC) dans l’émission Estelle Midi. La médiocrité de ces individus n’est plus à démontrer et ce sont pourtant ces béotiens qui façonnent l’opinion publique. Le handicap est un état permanent et incurable, la maladie est temporaire et elle se soigne. Le cancer n’est donc en aucun cas un handicap.

                            Les personnes autistes peuvent être atteintes par le trouble de pica, la potomanie, l’auto mutilation, l’incontinence, un trouble de la communication comme l’écholalie, la vocalisation ou le syndrome Gilles de la Tourette, des troubles psychologiques comme la bipolarité, la schizophrénie ou encore avoir une atteinte à un sens (sourd, muet, aveugle). Outre l’autisme, la myopathie, le syndrome d’huntington, le syndrome de down plus connu comme la trisomie 21, les IMC sont d’autres handicaps qu’il est possible de croiser dans une Maison d’Accueil Spécialisée (MAS).




                             




                            • Mirlababo 18 février 15:14

                              TAISEZ VOUS LES IGNARES !!!!! HONTE A VOUS. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité