• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Étienne Chouard : « 80% des citoyens soutiennent les Gilets Jaunes et 80% (...)

Étienne Chouard : « 80% des citoyens soutiennent les Gilets Jaunes et 80% des citoyens sont favorables à l’institution du RIC ». CQFD

Comment sortir par le haut de la crise des Gilets jaunes, c'est-à-dire en obtenant un résultat substantiel, un changement majeur ? Étienne Chouard a peut-être la solution.

Destitution ? Dissolution ?

Le 25 novembre, François Asselineau, président de l'UPR, a proposé sa solution pour sortir de la crise. Il a remis une lettre à la députée LREM Laetitia Avia afin de lui demander de lancer la procédure de destitution du Président Macron, conformément à l’article 68 de la Constitution.

Dans un article du 29 novembre, le JDD nous explique pourtant que "la procédure n'a aucune chance d'aboutir" :

« Pour être examinée, la proposition de résolution sur la destitution doit être motivée et signée "par au moins un dixième des membres de l'assemblée devant laquelle elle est déposée". Théoriquement, 58 députés pourraient donc demander que soit examinée une demande de destitution d'Emmanuel Macron. Mais la requête n'aurait aucune chance d'aller plus loin. En effet, La République en Marche est majoritaire à l'Assemblée. Or, le rejet de la proposition de résolution par l'une des deux Assemblées met forcément un terme à la procédure. Le processus a été construit pour qu'il ne soit pas utilisé pour des motifs politiques. "Il n’est pas question ici de juger la politique menée par un Président mais d’apprécier son rôle comme gardien de la Constitution", confirme le constitutionnaliste Didier Maus.

François Asselineau, lui-même, est bien conscient de l'impossibilité, pour cette procédure, d'aboutir : "On s'en fiche que ça ne débouche jamais. Le principal, c'est que ça serait fait. Pour la première fois dans l'histoire, un président de la République en exercice aura vu des députés mettre en oeuvre cette disposition." »

Ce n'est donc vraisemblablement pas demain la veille que nous assisterons à cette scène...

Si la destitution n'est, semble-t-il, pas à l'ordre du jour, la dissolution de l'Assemblée nationale serait, elle, à peu près inévitable, si l'on en croit l'ancien ministre de l'Éducation nationale Luc Ferry. C'est ce qu'il a déclaré sur LCI le 29 novembre :

84 % des Français soutiennent les Gilets jaunes. Jamais un mouvement de contestation n'avait bénéficié d'un tel appui populaire. En outre, suite au discours d’Emmanuel Macron mardi, 78 % des Français l'ayant écouté n’ont pas trouvé le chef de l’État convaincant. C’est le pire niveau enregistré après une intervention ou annonce de Macron. "La parole présidentielle ne semble plus imprimer dans l’opinion", note à ce propos France Info.

Les Gilets jaunes posent un lapin au Premier ministre

Le 30 novembre, Édouard Philippe, quant à lui, a reçu un véritable camouflet de la part des Gilets jaunes, avec lesquels il devait s'entretenir. Seuls deux "Gilets Jaunes" se sont en effet présentés vendredi à la réunion de concertation avec le Premier ministre. L’un d’eux a même rapidement quitté l’entretien, protestant contre le refus du Premier ministre que la discussion soit filmée et retransmise en direct à la télévision.

Jason Herbert, le Gilet jaune en question, a précisé qu'il s'était présenté à cette réunion "en son nom propre", car il n'avait pas de mandat pour représenter le mouvement dans son ensemble. Ce Charentais de 26 ans a par ailleurs expliqué qu'"il n'attendait rien de cette réunion" et qu'il venait "par courtoisie". Le jeune homme était arrivé à Matignon vers 14h30, une demi-heure après l'horaire prévu. Depuis l'annonce du rendez-vous jeudi matin, le cabinet d'Édouard Philippe n'a jamais été en mesure de dire qui et combien de personnes seraient reçues.

Selon le journaliste Serge July, co-fondateur du quotidien Libération, "la situation que vit Edouard Philippe est inédite. Ça n’est jamais arrivé qu’un Premier ministre de la Ve République fixe un rendez-vous à un mouvement (Les Gilets Jaunes) et qu’en gros personne ne vienne. Ce lapin-là, je l’ai jamais vu", a-t-il déclaré sur LCI. 

Un Président largement désavoué, un Premier ministre snobé, qu'un Gilet jaune vient voir par simple courtoisie, sans rien en attendre... ça sent le sapin pour ce gouvernement.

Au diable les représentants !

A noter que le Gilet jaune que l'on a médiatisé, à sa sortie de Matignon, et qui a dénoncé des pressions de la part d'autres Gilets jaunes, façon de ternir quelque peu le mouvement, n'est pas n'importe qui : Jason Herbert est journaliste et membre de la CGT et de la CFDT, selon La Charente Libre, qui a étonnamment supprimé son article peu de temps après l'avoir publié :

"Jason Herbert n’a pas une mais deux étiquettes syndicales ! CFDT-journaliste d’un côté, CGT territoriale de l’autre ! Le Charentais a réussi à devenir porte-parole national des gilets jaunes malgré son étiquette syndicale CFDT… journaliste, qui plus est. Sacrée exploit. Mais dans le cadre des élections professionnelles de la fonction publique, à GrandAngoulême où il s’occupe de la com’ de la médiathèque, le jeune homme se présente sur la liste… CGT. Scrutin le 6 décembre,

Communicant, journaliste et gilet jaune à la fois, encarté CFDT et CGT dans le même élan, le jeune Charentais va finir par avoir un emploi du temps de ministre."

RIP la Macronie, vive le RIC !

Avec les Gilets jaunes, nous avons affaire à des citoyens qui ne veulent pas céder leur parole à des représentants. Certains y voient leur faiblesse, d'autres leur force. C'est le cas d'Étienne Chouard, qui a publié le 29 novembre un texte sur son site personnel, intitulé "Réflexions sur ce magnifique élan populaire des #giletsjaunes : il ne faut pas accepter d’être représentés, il faut apprendre à constituer" :

"Je crois que, si ce mouvement populaire des #giletsjaunes est représenté, il sera rapidement trahi et dévoyé : quel que soit leur mode de désignation (élection ou tirage au sort ou autre), les représentants ne seront pas achetés, bien sûr, mais INTIMIDÉS ET TROMPÉS (malgré leur honnêteté et leur bonne volonté) par un pouvoir qui sait très bien corrompre, à huis clos, par la PEUR et par le MENSONGE, plus que par l’appât du gain : tout ce qu’il faut au pouvoir pour corrompre cette révolution grandissante de gilets jaunes, ce sont des représentants.

Alors que, si ce mouvement sait refuser toute forme de représentation, il reste insaisissable (et donc invulnérable), ce qui lui donne le temps de faire monter, par éducation populaire, le niveau de conscience et d’exigence au sein de CHACUN des simples citoyens qui composent le mouvement.

Il faut que, sur les ronds-points et sur tous les points de rassemblement, les électeurs se transforment TOUT SEULS en citoyens constituants, de façon autonome, sans sauveur, sans leader, sans intellectuel de référence, toutes personnalités qui seraient autant de talons d’Achille pour discréditer le mouvement.

Cet immense mouvement est une chance historique, pour une *multitude* d’électeurs infantilisés, de se métamorphoser SANS L’AIDE D’AUCUNE AUTORITÉ MORALE RASSURANTE en *peuple* de citoyens dignes de ce nom, c’est-à-dire en constituants.

La colonne vertébrale de ce mouvement volontairement désorganisé (pour rester incorruptible) devrait être une et UNE SEULE IDÉE forte et radicale, qui serait une bonne cause commune, vraiment commune et vraiment capable à elle seule d’entraîner ensuite tous les bouleversements nécessaires de justice sociale.

À mon avis, cette idée centrale et décisive devrait être : « CE N’EST PAS AUX HOMMES AU POUVOIR D’ÉCRIRE LES RÈGLES DU POUVOIR ; SI ON VEUT UNE VRAIE PUISSANCE POLITIQUE POPULAIRE, IL NOUS FAUT UNE VRAIE CONSTITUTION, ET IL FAUDRA APPRENDRE À L’ÉCRIRE NOUS-MÊMES. »

Les gilets jaunes semblent, ces jours-ci, choisir le RIC (référendum d’initiative citoyenne) comme cause commune et c’est déjà tout à fait inespéré et enthousiasmant — même si ce sera sans doute insuffisant (car le fait d’avoir acheté TOUS les médias permet aux puissants d’intoxiquer l’opinion et donc de dévoyer tous les RIC). C’est déjà un pas immense vers la métamorphose en constituants que d’être d’accord pour faire de l’institution du RIC une priorité nationale non négociable.

De la même façon qu’il ne faut surtout pas élire une assemblée constituante (parce que l’élection est une démission), il ne faut pas accepter d’être représenté : il faut exiger de voter.

ÉLIRE N’EST PAS VOTER, c’en est même la négation. Un citoyen digne de ce nom vote lui-même les lois auxquelles il consent à obéir.

Bon courage à tous, le peuple uni ne peut pas perdre : restez soudés sur l’idée.

Étienne Chouard.

#pasdedémocratiesanstirageausort
#pasdedémocratiesanscitoyensconstituants

======

PS : la multiplication des gilets jaunes posés sous les pare-brises des autos est très spectaculaire à la campagne et TRÈS MOBILISATRICE, c’est vraiment une chouette idée 

=====

PPS : si on mélange la revendication du RIC avec d’autres revendications, c’en est fini du RIC ! Les élus savent parfaitement que le RIC est une arme redoutable pour le peuple contre leur tyrannie, et je pense que les politiciens et les « journalistes » préféreraient tous mourir plutôt que l’accepter… DONC, si on défend plusieurs revendications, le RIC sera évidemment mis de côté et enterré par nos maîtres et nous serons « Gros-Jean comme devant »… ALORS QUE nos maîtres ne pourront pas nous tromper de la sorte si le RIC est LA SEULE REVENDICATION, absolument prioritaire et non négociable. Ils ne peuvent pas avouer pourquoi ils détestent le RIC.

Fil facebook correspondant à ce billet :
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10156749878392317&set=a.10150279445907317&type=3&theater 
"

Le 24 novembre, il avait déjà publié ceci sur Facebook :

"Comme Léo, je trouve que ce formidable élan de révolte populaire des « Gilets Jaunes », contre le racket des prétendues « élites », ne peut servir à quelque chose QUE SI tous ces citoyens POLARISENT leurs volontés sur UNE SEULE CAUSE COMMUNE, bien choisie, radicale, décisive.

Or, puisque 80% des citoyens soutiennent les Gilets Jaunes ET QUE 80% des citoyens sont favorables à l’institution du Référendum d’Initiative Citoyenne, il me semble que c’est une occasion en or pour défendre cette idée à la fois très simple et très profondément révolutionnaire du RIC (révolutionnaire **SEULEMENT SI ce sont de simples citoyens et pas des politiciens qui en écrivent les règles**, naturellement, car vous savez bien que, si ce sont des élus qui l’instituent, ils écriront un fake RIC, comme l’actuel article 11 de notre anticonstitution).

Il me semble qu’aucun oligarque, aucun journaliste vendu aux riches, aucun collabo du système de domination parlementaire ne pourra trouver à redire publiquement à cet objectif très évidemment démocratique et irréprochable (« le peuple uni réclame le RIC, le vrai : en toutes matières »). Ils seront obligés de bredouiller de mauvaises excuses pour le refuser et leur malhonnêteté se verra plus que jamais au grand jour, comme par l’effet d’un puissant révélateur.

C’est la première fois, je crois, que je change mon image de profil, et je le fais parce que je trouve ce signe de ralliement intelligent et puissant, opportun. Il devrait devenir une priorité absolue pour les révoltés en jaune, à mon avis :

LE RIC EST UNE BONNE CAUSE COMMUNE DE RÉSISTANCE À L’OPPRESSION

Étienne."

Les Gilets Jaunes se transformeront-ils en Gentils Virus ?

Les médias, le nerf de la guerre

Peut-être faudra-t-il d'abord passer par une étape intermédiaire, que nous suggère Jean Robin, éditeur exilé en Polynésie française, assez agaçant à bien des égards, mais qui n'a pas que de mauvaises idées. Il suggère notamment aux Gilets jaunes d'investir les médias, tant à Paris qu'en province, de manière non violente.

Une fois que tous les médias seront bloqués, les Gilets jaunes seront alors en position de force pour négocier une heure par jour de programmes à la télévision et à la radio publiques, que le peuple lui-même gèrerait de A à Z. Peut-être est-ce dans ce cadre-là que l'idée du référendum d'initiative citoyenne (RIC) pourrait être expliquée et promue.

Voici justement une série de vidéos sur le Référendum d’Initiative Citoyenne, appelé aussi d’initiative « Populaire », que l'on pourrait diffuser durant cette heure de télévision :

Un choc politique pour accoucher du RIC

Il est notable que le RIC séduise tant à l'extrême gauche, où l'on situe souvent Étienne Chouard, qu'à l'extrême droite, avec Henry de Lesquen, ou Yvan Blot dans son ouvrage La Démocratie directe : une chance pour la France. Il est à espérer que le RIC puisse aussi séduire entre les deux... la démocratie n'étant pas un idéal particulièrement extrémiste.

Dans une conférence prononcée l'an dernier, Yvan Blot (décédé le 10 octobre 2018) avait estimé que l'instauration du référendum d'initiative populaire ne pourrait pas survenir "à froid", mais probablement "à l'occasion d'un grand choc politique", comme cela s'est fait dans les autres pays (Suisse, Allemagne, Italie).

Et si les Gilets jaunes étaient ce grand choc politique ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

97 réactions à cet article    


  • math math 1er décembre 10:44

    La politique en France, c’est le monde des « Shadocks »..Toutes ces brèles creusent..creusent sans savoir pourquoi… !


    • JulietFox 2 décembre 21:45

      @math

      Ils étaient où les gilets jaunes quand Flamby détricotait le Code du Travail avec sa loi El Kohmri ? Macron était à l’origine de cette loi.
      Après il s’est senti pousser des ailes, et voilà l’ trwail comme disait Marchais.


    • Ruut Ruut 3 décembre 15:08

      @JulietFox
      Ils faisaient encore confiance a leurs syndicats pour défendre leurs intérêts.
      Et vue le résultat ils ont compris que leurs syndicats c’est du bidon.


    • Arogavox 1er décembre 11:15

      Moins simpliste que le seul tirage au sort,

       reste une autre perspective pour que chaque citoyen puisse réellement partager en continu le pouvoir du peuple, de façon asynchrone (pas de maïtre des hrloges !) :

       Chercher sur le Web : « doléances Kdo »

       ou : https://mind42.com/mindmap/b4c7b420-9669-4b79-8212-4a28006c2c26?rel=gallery


      • Eric F Eric F 1er décembre 12:31

        Je crains que la défection de représentants à la réunion de Matignon soit davantage un bide pour les gilets jaunes qu’un camouflet pour le premier ministre, c’est en train de virer au défoulement radical. En cas de dissolution l’opinion peut basculer pour « l’ordre » comme en 68.

        Quoiqu’il en soit, si le pouvoir avait dès le 18 Novembre pris acte de la revendication contre la hausse des taxes, on n’en serait pas là, ça va couter au pays bien davantage que le manque à gagner fiscal. il était évident que le subterfuge des « aides » au changement de véhicules (mesure de « niche ») n’allait pas satisfaire la masse des protestataires, et le prétexte écologique ne prend plus alors qu’il se construit encore des centrales à charbon ailleurs dans le monde, et que la France représente moins de 1% des rejets du monde (et la voiture encore 4 fois moins).


        • Fergus Fergus 1er décembre 13:03

          Bonjour, Eric F

          « En cas de dissolution l’opinion peut basculer pour « l’ordre » comme en 68. » 

          C’est en effet ce que j’ai rappelé à différentes reprises depuis quelques jours.

          Souvenons-nous qu’à la sortie des événements de 68  très largement pilotés ou récupérés par les partis de gauche et les syndicats — la droite a remporté une écrasante victoire législative fin juin après la dissolution.

          Cela dit, on n’en est pas encore à la dissolution ; il faudrait pour cela une dégradation encore plus accentuée du climat social. Mais cela reste une éventualité dont la probabilité augmente de semaine en semaine.

          S’il vaut éviter cela, Macron aurait tout intérêt à prendre très vite une initiative fiscale significative. Jouer la carte d’un renouvellement de l’Assemblée serait en effet très aléatoire, même en cas de forte vague droitière comme en 68 car celle-ci pourrait déferler en redonnant du poids à LR-UDI au détriment de LREM.


        • titi 1er décembre 13:36

          @Fergus

          « S’il vaut éviter cela, Macron aurait tout intérêt à prendre très vite une initiative fiscale significative »

          Quelle initiative ?

          Le déficit sera encore de 70 milliard cette année.
          Le secteur public consomme de plus en plus d’argent pour un résultat de plus en plus discutable.

          Le jour de « libération fiscal » est fin juillet. Et l’Etat est en banqueroute le 1er novembre.
          C’est très simple : l’Etat a besoin de 80% du PIB pour fonctionner.
          Où va l’argent ?


        • Fergus Fergus 1er décembre 13:57

          Bonjour, titi

          Bonnes questions, en effet.

          Mais Macron paie là, à l’évidence, les cadeaux fiscaux qui ont été faits, sans obligation de contrepartie à finalité sociale, aux riches et aux grandes entreprises (suppression de l’ISF, CICE, Flat tax).

          Or, ce n’est pas aux Français modestes, et a fortiori précaires  qu’ils soient salariés, indépendants ou retraités  de supporter les conséquences de ces transferts de revenus fiscaux.

          A Macron donc de se démerder pour trouver la solution !


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er décembre 14:20

          @Fergus Bonjour. Vouais, tous les timbrés de gauche ont voulu une société de « service » au tournant des 90’ et délaisser la production...tain je trouvais cela a l’époque d’une connerie profonde ...on paye


        • Odin Odin 1er décembre 15:18

          @Fergus

          « A Macron donc de se démerder pour trouver la solution ! »

          Pour lui il n’y a pas de merde. Soit il taxe plus les pauvres et s’il ne le peut il emprunte d’avantage à son ex patron qu’il retrouvera par la suite.

          La merde est pour « es gens de rien » que nous sommes.


        • Croa Croa 1er décembre 16:58

          À Eric F,
          Il n’y a pas besoins de « basculement » pour que soit confirmé l’actuelle majorité !  En cas de dissolution Macron serait gagnant à tout les coups et ce mathématiquement. En effet les gens sont tellement en colère qu’ils ne vont même plus voter. De plus les oppositions existantes sont divisées et leur image est corrompue par plusieurs décennies de médisances des médias. Restent les gens pour qui ça va bien encore mais à tendance pusillanime, c’est à dire avec une certaine peur du changement qui pousse ces gens à voter LREM (ou autre déjà au pouvoir.)
          (Voir le non-étonnant résultat de la partielle de l’Essonne si vous en doutez. )


        • Yanleroc Yanleroc 1er décembre 17:32

          @Fergus

          LREM, LR, PS= DEAD !

          Reste, Abstentionnistes, FI, RN, divers !

          Mais comme le dit E. Chouard, en substance :

          "Rien ne sert d’ élire des maîtres,
          il faut voter des lois, proposée par les citoyens et non pas de soi-disant élus !!


        • Eric F Eric F 1er décembre 17:38

          @Croa
          Les deux phénomènes s’additionnent : détournement des urnes des électeurs protestataires, et meilleure mobilisation des partisans du maintien de l’ordre et de la voie du libéralisme macronien (il y en a style « jeunes cadres » ou encore style terranovistes).
          Macron est inexpérimenté (sinon il aurait lâché sur les hausses de taxe carbone quand il était temps, comme Chirac naguère avec le CPE), mais retors, il ne dissoudra que si « la chienlit » faire revirer l’opinion, d’où la focalisation des média du système sur les débordements. Ceci dit en 68, les protestataires avaient sur le fond gagné l’essentiel : accords de Grenelle et réforme de l’enseignement. Et le plus intéressant pour l’histoire est que le gain de pouvoir d’achat a boosté l’économie pendant les 5 années suivantes, avant la crise pétrolière
          https://www.alternatives-economiques.fr/trente-glorieuses-raisons-dun-age-dor/00061020


        • Fergus Fergus 1er décembre 17:38

          Bonjour, Yanleroc

          « LREM, LR, PS= DEAD ! »

          Vous prenez vos désirs pour des réalités ! Je crains fort que les électeurs de ces partis réunis ne soient encore très largement majoritaires. Nous en aurons d’ailleurs une illustration rapide avec les Européennes.


        • Yanleroc Yanleroc 1er décembre 17:42

          @Fergus

          Vous prenez vos désirs pour des réalités 

          Mes désirs SONT DEVENUS des Réalites !!

          Pour le reste , c’ est noté ! Bonsoir Fergus.


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er décembre 17:51

          @Fergus

          Bonsoir. Je vous salue pour encore croire au parlement européen . Les illusions ne sont pas encore perdues..


        • Fergus Fergus 1er décembre 17:56

          Bonsoir, Aita Pea Pea

          La question n’est en l’occurrence pas de croire ou ne pas croire en ce parlement, mais de se projeter sur ce que risque d’être ce scrutin.


        • Alren Alren 1er décembre 17:58

          @Eric F

          "En cas de dissolution l’opinion peut basculer pour « l’ordre » comme en 68."


          En mai 1968, certes, les manifestations estudiantines furent, du fait de la répression policière, très violentes. Ce qui n’est pas le cas des manifs d’adultes (beaucoup de cheveux gris) des gilets jaunes. Même si les médias ont monté en épingle les petits dégâts sur les Champs-Élysées et insisté sur les blessés victimes en fait d’automobilistes hostiles aux gilets jaunes, ceux-ci ont compris qu’avec les barrages filtrants, ils conservaient la sympathie des gens ordinaires.


          En 1968, la France n’avait pas encore achevé cette période de progrès économique que l’on a appelé plus tard les Trente glorieuses, années pendant lesquelles le capital s’investissait dans l’industrie nouvelle, avec le soutien de grands « plans » de développement.

          Les importations étaient contrôlées aux frontières, le prix du pain et de l’essence étaient uniques pour tout le pays. Le pétrole était abondant et le chauffage central au fioul apportait aux pavillons un confort hivernal bien venu et financièrement abordable.


          En 1968, le pouvoir contrôlait l’information télé et papier. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui avec Internet.


          En 1968, le parti communiste, inexistant aujourd’hui, par l’intermédiaire alors de sa « courroie de transmission » aux travailleurs qu’était la CGT, refusait sur ordre de Moscou qui craignait que les successeurs de De Gaulle soient beaucoup plus atlantistes que lui, tout aventure révolutionnaire, lui qui se disait pourtant « révolutionnaire ». Il a fait en sorte que les revendications salariales habituelles se substituent au grand mouvement populaire que devenait la révolte estudiantine.


          De Gaulle avait des admirateurs inconditionnels comme ancien chef de la France Libre qui avait rendu son honneur à la patrie. Il avait mis fin à la guerre d’Algérie.

          Sa personnalité et notamment son extrême probité personnelle n’était en rien comparable au narcissisme cynique de Macron.


          Bref, tout est différent entre la situation d’aujourd’hui et mai 68.

          La majorité macronnienne est proprement surréaliste au regard des opinions des Français qui votent. Lesquelles oscillent entre le dégagisme et l’hostilité absolue à cette majorité disproportionnée en regard de son assise sociale.

          Ceux qui pensent dans l’entourage de Macron le savent bien. Aussi il n’y aura pas de dissolution de l’Assemblée.


        • Croa Croa 1er décembre 18:17

          À Eric F,
          Il y a plus de deux phénomènes s’additionnant dans le mauvais sens. Il y a en plus une opposition (réelle) très divisée. Et cette opposition pâtit d’une image corrompue par des années de médisances médiatiques. Ces autres phénomènes achèvent la suprématie du système au second tour d’une élection législative (En pratique les électeurs RN ne voterons jamais pour un candidat Insoumis et inversement quitte à voter pour le système !) 


        • Eric F Eric F 1er décembre 18:21

          @Alren
          je suis d’accord que la comparaison avec 68 est, disons, très approximative, j’évoquais juste le revirement de l’opinion après deux mois d’agitation (euphémisme).


        • titi 1er décembre 18:39

          @Fergus

          Parlez de l’ISF comme l’alpha et l’oméga des solutions pour remettre le pays sur les rails c’est une escroquerie.

          L’ISF c’est moins de 5 milliards de recettes par an.
          Moi je vous parle de 70 milliards de déficit.

          Rétablissons l’ISF. OK… mais même en le doublant le compte n’y est pas.

          De plus les riches ont aussi le droit d’avoir un avis sur le consentement à l’impôt.
          L’ISF pour quoi faire ?

          On parle des infirmières, de l’hôpital, …
          La fonction publique hospitalière c’est 1,16 millions de personnes… sur 5,45 millions de fonctionnaires.
          Où sont ils ces fonctionnaires ? Que font ils ? Quelles missions pour quels salaires ?

          Racontez qu’il y aurait une solution « magique », faire payer le riche, pour continuer la gabegie c’est ce foutre de la gueule du monde.
          Il faut revoir le statut des fonctionnaires. La rémunération des élus (élus locaux, présidents de commissions et de comités Théodule)

          Je ne parle pas de l’assurance maladie, car malgré une dette abyssale, cette année la sécu sera pas très loin de l’équilibre...


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er décembre 18:44

          @titi

          Le ministère de la culture ...10 milliards...y’a de sacrées coupes a faire...lol


        • dorian 1er décembre 19:03

          @Aita Pea Pea

          Cher ami le gilet jaune , tu es le maillon faible de cette société , et si tu continues ta propagande immonde , fini le tiercé , fini la ptite auto , fini les vacances au Crotoy , t’auras droit au chômage et son cortège de misère .


        • Eric F Eric F 1er décembre 22:00

          @Croa
          effectivement, Macron peut remporter la mise avec 34% à cause de la division des oppositions, 33% sur sa droite et 33% sur sa gauche qui ne s’additionnent pas.


        • Yanleroc Yanleroc 1er décembre 22:05

          @Eric F
          Abstentionnistes, Fi, RN, divers !
          Le reste c’ est du passé !


        • Croa Croa 1er décembre 23:36

          À Eric F,
          Tu parles en suffrages exprimés là !
          Comme nos merdias.
          *
          En suffrages potentiels LREM conserve sa majorité avec 10% d’électeurs ! Ça suffit largement et Ils les a d’avance (Il s’agit surtout de gens pour qui ça va encore bien et qui ont assez peur des changements pour voter systématiquement partit au pouvoir). Le paramètre déterminant reste l’abstention et comme il y a 80% de gens tellement écœurés qu’ils ne votent plus, c’est foutu.


        • anaxagore500 2 décembre 02:49

          @Aita Pea Pea
          Bonsoir. Remarque d’une grande pertinence. Et le concept d’une société de services a même été promu bien plus tôt, y.c dans les classes de collège des années 60 (on nous parlait alors des merveilleuses promesses du secteur tertiaire), ringardisant toute tentative de défense des métiers de l’industrie (tu finiras à l’usine mon fils).
          Tout çà s’est terminé par la liquidation de notre patrimoine industriel et la multiplication des jobs à cons dans les sacro-saints services, publics comme privés, qu’il nous faut payer, en cash ou à crédit, contents ou pas...
          Au train où vont les choses, la richesse nationale et la valeur ajoutée ne seront bientôt plus, elles aussi, que des concepts foireux.
          Accessoirement, ne manquez pas la note de lecture de Michel Drac sur le sujet des bullshit jobs de David Graeber  youtube.com/watch ?v=8cvPDiWkD6I


        • HELIOS HELIOS 2 décembre 17:47

          @Croa
          apres les evenements qui viennent de se passer, il n’est pas dit que les gilets jaunes et leurs familles s’abstiennent.

          On peut tres bien imaginer exactement le contraire avec une defallance des votes des français aisés qui comme vous pensent que les pauvres sont irresponsables.

          Dans la vraie vie, quand un choix est important, il est fait.

          on se retrouverai probablement avec LREM a 10% et environ 20 a 25% pour les 3 autres groupes, LR, FI et RN ... tout benef pour tout le monde quel que soit l’elu avec une cohabiçtation qui rabattrait le caquet a un certain Manu.

          C’est bien pour cela qu’il n’y aura pas de dissolution. le roi est nu, mais c’est le roi !


        • Alren Alren 2 décembre 17:48

          @Croa

          17% des inscrits ont voté lors de la législative partielle et le candidat élu a obtenu 60% de ce pourcentage soit 10,2 % des inscrits. Ajoutons que ce candidat a joué sur l’ambiguïté de sa véritable orientation politique.

          L’élection n’allait rien changer au déséquilibre de l’Assemblée et voter dans ces conditions pour l’opposition ne pouvait que priver la circonscription des quelques faveurs que le pouvoir central distribue encore de manière discrétionnaire.


          En cas de législatives après dissolution de l’Assemblée, le regard des gens serait tout autre : la volonté de dégager Macron et ses féaux pour les 80% de Français qui soutiennent les gilets jaunes apparaîtrait dans les urnes parce qu’alors elle pourrait devenir réalité.


          C’est pourquoi Macron ne dissoudra pas, indifférent aux souffrances que le pourrissement va infliger aux gens, qu’il déteste, et inconscient de ce que son attitude peut entraîner pour le pays, avec inévitablement une montée de la violence avec le temps et l’impatience, la prise de conscience également du caractère antidémocratique du régime.


        • JulietFox 2 décembre 21:47

          @Eric F
          Essayez de trouver une voiture à essence à 4000 euros. Vous aurez tout au plus une caisse à savon, ou une voiture qui ne sera pas aux normes du CT 2018 et encore moins celui qui arrive l’an prochain.


        • eau-du-robinet eau-du-robinet 1er décembre 14:21

          Bonjour,

          Hier soir j’ai pu suivre le débat entre les gilets jaunes et des députés voire des ministres sur la chaine LCI.

          Les ministres ainsi la plupart des députées n’ont vraiment rien compris.
          La moitié du débat à été détourné par Emmanuelle Wargon vers le thème de la transition écologique... et D. Pujadas à laissé faire .... sans aucune initiative de recentrer le débat au vrai sujet du ras le bol, notamment l’explosion des taxes et des impôts, la privatisation des services publics, les privilèges faites aux ultra-riches, le mépris de toute la classe politique de la population, escroquerie de la dette publique, 50 milliards de nos impôts qui représentent les intérêts annuelles sur la dette publique partent dans la poche des riches, la lourdeur administrative qui « bouffe » une partie de nos impôts, etc.

          La secrétaire d’État à la Transition Ecologique et solidaire, Emmanuelle Wargon, faisait la promotion de voitures électriques, sauf elle n’a na pas compris que les gens avec des revenues modestes, possèdent un véhicule avec un moteur thermique, n’ont pas le moyen pour se payer un véhicule éélctrique. Elle avait ensuite argumente qu’on fait des économies substantielles en économisent l’argent qu’on ne dépense plus pour le carburent.

          Hors plus tard dans l’émission quelqu’un avait fait une remarque très juste qu’il faut payer l’abonnement mensuel de la batterie !

          Et bon il ne faut pas être con pour comprendre que si la plupart de gens se mettait à rouler en électrique le gouvernement augmentera certainement les taxes sur électricité pour compenser la pertes des recettes de la TTPI (taxe flottante)

          La nouvelle Renault Zoé ZE 40 se limite désormais à deux offres :

          Une offre « petits rouleurs » avec un kilométrage annuel limité à 7500 km et un prix de 69 euros/mois
          Une offre « illimitée » avec un montant fixe à 119 euros par mois. Un tarif conséquent qui impose une bonne utilisation de la voiture pour rentabiliser l’investissement mensuel.
          https://www.automobile-propre.com/dossiers/la-location-de-batteries-pour-les-vehicules-electriques/

          En plus les véhicules électriques ont une autonomie se limitant à environ 300 km ... et encore ! 

          Puis ses véhicules aux batteries lithium sont tout sauf écologiques.

          Une étude menée en 2013 par l’EPA (Environmental Protection Agency aux Etats-Unis) et Abt Associates, montrait ainsi que l’extraction de lithium posait un important problème d’éco-toxicité et d’autres problèmes environnementaux, notamment liés aux émissions de CO2 induites par l’extraction.
          https://e-rse.net/batteries-voitures-electriques-impact-environnement-27293/#gs.X7XWpT0

          Puis le temps de recharge qui n’est pas adapté au monde su travail ...

          En plus la France ne possède pas suffisamment de bornes de recharge !

          Une constitution doit être écrite par le peuple et pas par les représentants de l’oligarchie financière qui à pris la possession de toutes les grands médias. Ses grands médias exercent une censure féroce, se livrent au FAKE NEWS voire qui nous n’informent simplement pas sur des « sujets sensibles ». Quand il y à débat à la télévision on y trouve toujours les pseudo-experts trié sur le volé qui ont pour mission d’endormir les gens soit de le faire dégouter de la politique ! Le peuple est écarte par ses pseudo-experts de la politique qui pensent à la place du peuple, le gens passent ainsi en mode passif, je répète, nous sommes écarté de la politique.

          Les grands médias sont le firewall (pare-feux) qui écarte systématiquement les candidats aux élections qui présentent une menacé pour le système, qui présentent une menacé

          pour la secte de la mondialisation, qui présentent une menacé pour

          la secte du néo-libéralisme !

          https://www.election-europe.org

          Il est grand temps de restaurer la démocratie de rendre le pouvoir au peuple et de mettre un terme au système ploutocratique qui est le système ou le riches sont au pouvoir les quelles prennent des décisions à notre place. Ce sont les riches qui ont écrit la constitution qui permet de garantir leur privilèges avec des « pseudo élections », car les gens qui votent, votent sans se rendre compte, pour les candidats présélectionne par les ultra-riches.

          Ce qui est dommage c’est que la plupart de gilets jaunes ne savent pas que les grandes lignes de la politique française sont dicté par la commission européenne à travers les Grandes Orientations Politique et Économique (GOPÉ) qui contiennent les directives de la Commission.

          La la El Khomri par exemple émané de la commission européenne.

          https://www.election-europe.org


          • pipiou 1er décembre 15:18

            @eau-du-robinet
            La manière dont les gilets jaunes s’en sont pris à la secrétaire d’état était proprement ignoble.

            Ces gens critiquaient les voitures électriques car la technologie des batteries induisaient des injustices sociales, encourageait le travail des enfnats.

            Aucun mot sur les monstruosités liées à l’extraction du petrole ; parce que pour ces débiles le pétrole c’est bien !


          • Croa Croa 1er décembre 17:42

            À eau-du-robinet,
            Madame Wargon a par contre parfaitement comprit son rôle qui est de servir les marchands de ferraille. L’écologie elle n’en a rien à foutre en fait.


          • Eric F Eric F 1er décembre 17:53

            @eau-du-robinet et pipiou
            En fait le gouvernement focalise son discours sur la « transition écologique » comme si le climat dépendait seulement de la France, alors que des centrales à charbon continuent de s’ouvrir ailleurs, c’est donc une thématique de théoriciens et de technocrates. Si le CO2 était la priorité, l’état continuerait à préconiser le diésel qui consomme 30% de moins que l’essence. Si les particules étaient la priorité, le kérozène et le fioul maritime seraient fortement taxés et la filière bois serait interdite. Si c’était le climat global, les importations se verraient appliquer une taxe carbone massive. La réalité que tout le monde connait, c’est que qu’il s’agit d’augmenter les taxes sur les particuliers en contrepartie de la baisse des prélèvements sociaux sur les entreprises et la baisse des impots sur les profits.
            Alors allouer de nouvelles allocations pour acheter des voitures électriques (électricité nucléaire à 80%) cela induit encore plus de taxes pour les financer, sans compter le chèque énergie pour compenser le prix élevé du fait des taxes et financé lui-même par d’autres taxes. Le summum c’est que Macron demande aux émirs de baisser le prix du pétrole, alors que l’argument pour la hausse des taxes est que le prix doit être dissuasif pour pousser à économiser ...totalement schizophrène !


          • HELIOS HELIOS 2 décembre 19:51

            @eau-du-robinet

            Vous savez tres bien que l’« écologie » (avec guillemets) n’a rien a voir avec la préservation de la nature, des equilbres du vivants, de la faune et la flore, le climat etc... cette ecologie politique ne sert qu’a piloter des mesures politiques induisants des contraintes de tous ordres aux differents peuples qui les subissent.

            Donc, vous le constatez, il y a bien de Rugy a la reunion de ce matin alors qu’il n’a rien a y faire, la transition energetique n’etant en rien concernée malgré ce qu’on veut bien nous faire croire - par exemple le prix des carburant n’a rien a voir puisque le montant prelevé n’est pas destiné a financer quoi que ce soit d’ecologique

            La démarche Macron et ses augmentations est une manière detournée d’aligner la France dans un contexte de deficit global des pays de la zone Euro. La France n’etant pas la Grece il faut agir avec précaution, pas question de frapper (trop) fort, mais suivez bien et regardez qui sont les victimes de la politique economique et fiscale de Macron.... comme la Grece pour survivre aux décisions des fontionnaires de Bruxelles !!!... il faut tailler dans le gras, même lorqu’il n’y en a plus.

            Alors, le rechauffement climatique, il a vraiment bon dos, car s’il etait du au CO2, c’est justement le gazole qu’il faudrait favoriser puisqu’il est moins émetteur que l’essence.

            Chao et bon dimanche... aujourd’hui 20° et temps nuageux a Valparaiso.


          • Clouz0 Clouz0 1er décembre 15:13

            80%, ou même 84% de soutien ???

            C’est un pourcentage brandit comme une victoire, et pourtant il devrait plutôt inquiéter les « gilets jaunes ».
            À ce niveau d’approbation on peut être certain que tout le monde ne voit pas la même chose dans ce mouvement, que le « soutien » n’a pas non plus la même signification pour tout le monde et que les retournements de tendance risquent fort d’être la prochaine étape.
            À être monté trop vite, trop haut, la décrue est inévitable.

            Dans le Sud-Est, région pourtant (parait-il) fortement mobilisée, les 2/3 aux 3/4 des voitures circulent sans ce fameux gilet jaune et les gens s’organisent assez bien pour éviter les points de blocage, eux-mêmes assez lâches.

            Fort heureusement la plupart des « énervés » sont parmi les bloqueurs.
            Le risque qu’ils reçoivent du plomb dans les fesses reste donc finalement assez limité. Mais il augmente.

            Ces 80 ou 84 % semblent bien bizarres.


            • Xenozoid Xenozoid 1er décembre 15:15

              @Clouz0

              finalement tout est dans les contradictions...cela commence a peser


            • Croa Croa 1er décembre 17:48

              À Clouz0,
              Il faut se méfier des sondages. Ils sont toujours truqués. Je pense que ces chiffres ont été gonflés pour que ça puisse redescendre. (Mais je peux me tromper. Derrière tout ça il y a une stratégie de com que nous ne connaissons pas.)


            • Yanleroc Yanleroc 1er décembre 18:07

              @Clouz0, je suis plutôt d’ accord avec vous, être sympathisant ne veut pas dire grand-chose !

              Cette insurrection à des élans suicidaires qui, paradoxalement peut-être pour vous, lui donne encore plus de sens.

              Aucun calcul (sinon une manipulation), rien qu’ une immense rage, un saut dans l’ inconnu, ce qui est finalement mieux que de sauter dans un précipice connu !! 
              J’ attend les intellos, les philosophes, pour, non pas orienter le mouv, mais pour permettre aux Citrons d’ y voir plus clair, et surtout de les aider à prendre conscience de leur puissance et acquérir les outils nécessaires à sa maîtrise ! 


            • Xenozoid Xenozoid 1er décembre 18:14

              @Yanleroc

              je me mêle a la discusion,en quoi ce cri est il, mal vu ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès