• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > FREXIT : La procédure de sortie de l’Union Européenne pour les (...)

FREXIT : La procédure de sortie de l’Union Européenne pour les nuls

Ceci est une analyse complète de l’article 50 du Traité sur l’Union Européenne. Comme dans tous traités, il existe une porte de sortie. Les annotations en italique entre parenthèses sont, d’une part les explications du texte de l’article 50 (Qui a une rédaction volontairement complexe pour les profanes du droit), d’autre part des remarques personnelles avec du bon sens.

La sortie unilatérale de la France sans passer par les règles juridiques en vigueur (article 50) amènerait la France dans un état conflictuel avec ses voisins. Ce qui n’est ni tolérable, ni raisonnable et qui nous ferait tomber sous le coup de dommages et intérêts majeurs (Bien supérieurs aux dédommagements qui ressortiraient des négociations ; négociations qui prouvent que nous sommes civilisés et qu'il existe des rapports juridiques : simple rappel pour ceux qui croient que les lois et les traités sont de la confiture...).

 

En effet quand on ne respecte pas une loi, un traité ou une convention, il y a des sanctions. Le traité est la loi entre les parties (en l’occurrence, une sortie sans l’article 50 du TUE nous amènerait devant la Cour de Justice des Communauté Européennes, et il ne serait plus question de négocier quoi que ce soit, juste à payer la somme prohibitive qui nous serait demandée).

Donc NON ! On ne sort pas d’un traité sans passer par les règles de sorties pré-existantes (Le traité est la matérialisation de la volonté des parties).

Ceux qui vous racontent que l’on peut sortir comme ça, d’un coup de baguette magique avec une cape, ne sont que des menteurs, voire au mieux, des ignorants. (Il convient de rappeler que le droit est là pour fixer nos rapports en société entre individu ou encore entre Etats)

L’article 50 stipule (TUE disponible ici) :

 « 1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union (Donc nous pouvons décider unilatéralement de partir : OUI ! Nous n’avons pas besoin de l’accord des autres États membres pour décider de sortir d’un traité… Le traité est comme un contrat : il n’est que la formalisation de la rencontre de la volonté des différentes parties en présence).

2. L’État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen (Une simple lettre avec accusé de réception de préférence) À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 218, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. (art 218 paragraphe 3 : En général, le Conseil a le pouvoir d’ouvrir les négociations, d’arrêter les directives de négociation, de signer et de conclure les accords). Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen (nous reviendrons sur le vote à la majorité qualifiée plus tard).

3. Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2 (soit deux ans après la notification par lettre), sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai. (Donc au bout de 2 ans après la notification, le TUE ne sera plus applicable, sauf si le Conseil Européen va à l'encontre à cet article 3 en prorogeant le délai des 2 ans et ce à l’unanimité en plus de l'accord avec l’Etat sortant. Donc la règle est l’automatisme de sortie au bout de 2 ans, sauf si à l’unanimité le Conseil Européen décide d’une prorogation délai, en accord avec l’Etat sortant)

4. Aux fins des paragraphes 2 et 3, le membre du Conseil européen et du Conseil représentant l’État membre qui se retire ne participe ni aux délibérations ni aux décisions du Conseil européen et du Conseil qui le concernent (le sortant ne participe pas au vote de la délibération, ce qui est logique vu qu’il se sort de l’UE et qu'il n'y sera plus).

La majorité qualifiée se définit conformément à l’article 238, paragraphe 3, point b), du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE disponible ici)

- L'article 238 stipule : A partir du 1 novembre 2014, et sous réserve des dispositions fixées par le protocole sur les dispositions transitoires, dans les cas où, en application des traités, tous les membres du Conseil ne prennent pas part au vote, la majorité qualifiée se définit comme suit :

o a) La majorité qualifiée se définit comme étant égale à au moins 55 % des membres du Conseil représentant les États membres participants, réunissant au moins 65 % de la population de ces États. Une minorité de blocage doit inclure au moins le nombre minimum de membres du Conseil représentant plus de 35 % de la population des États membres participants, plus un membre, faute de quoi la majorité qualifiée est réputée acquise.

o b) par dérogation au point a), lorsque le Conseil ne statue pas sur proposition de la Commission ou du haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, la majorité qualifiée se définit comme étant égale à au moins 72 % des membres du Conseil représentant les États membres participants, réunissant au moins 65 % de la population de ces États)

5. Si l’État qui s’est retiré de l’Union demande à adhérer à nouveau, sa demande est soumise à la procédure visée à l’article 49. »

 

Pour conclure :

Toute sortie sans l’activation de l’article 50 est déraisonnable, voire irréaliste, nous exposant à des dommages et intérêts colossaux de la part de la Cour de Justice des Communautés Européennes (Que nous serrons obligés de payer car le père Noël n’existe pas !).

La sortie du Traité sur l’Union Européenne se fait par notification au Conseil Européen. Le TUE cesse d’être applicable :

  • Soit quand un accord de sortie est trouvé (avant 2 ans de délai à partir de la notification)
  • Soit au bout de 2 ans après la notification de sortie au Conseil Européen (délai automatique)
  • Soit au-delà de 2 ans, si le délai est allongé (ce qui ne peut se faire qu’à la double condition :
    • Unanimité des états membres de l’UE
    • Accord de l’Etat sortant)

L’accord de sortie est lui, voté à la majorité qualifiée (point b de l’article 238 du TFUE) de États membres restant au Conseil Européen, après approbation du Parlement Européen.

____________________________________________________________________________

 

Voilà ! J’espère avoir été le plus clair possible sur cette procédure de sortie de l'Union. Je ne vous dis pas que la sortie de l'Union Européenne sera une partie de plaisir, mais qu'il est le seul moyen de récupérer la souveraineté nationale que nous avons transférée à Bruxelles. Car en effet, nous n'avons plus la maîtrise de notre législation.

Aucun candidat ne peut changer la législation nationale soumise au droit communautaire, et donc appliquer un programme national (article explicatif), sauf dans des domaines de compétences minables. Car les domaines importants sont contrôlés par le droit communautaire (domaine de compétence du droit communautaire).

Il serait donc judicieux d'arracher la France des griffes l'Union Européenne. Mais pour cela, les français vont devoir mettre de côté leurs divisions idéologiques primaires et s'unir derrière un seul candidat.

Ce qui n'est vraiment pas gagné d'avance...


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

259 réactions à cet article    


  • JL JL 8 avril 09:06

     

     C’est article nous explique qu’on ne peut pas sortir de la maison sans passer par la porte.
     
     Je ne vois pas de rapport avec l’actualité, ni avec les grandes idées du siècle.
     
     
     

    • Leonard Leonard 8 avril 09:14

      @JL

      En effet cet article t’expliquer que dans une pièce on peut pas sortir par le mur.

      Mais je ne suis pas étonné que tu n’ai pas compris le rappel en lien...

    • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 8 avril 09:14

      @JL
      C’est article nous explique qu’on ne peut pas sortir de la maison sans passer par la porte.

      Et bien c’est très utile à l’heure où Mélenchon nous explique qu’au lieu de passer par la porte on va sortir en sautant par la fenêtre du troisième étage.


    • Leonard Leonard 8 avril 09:16

      @riff_r@ff.93

      D’une maison en feu et pas de pompier a l’horizon...

    • JL JL 8 avril 09:23

      @riff_r@ff.93
       

       ’’Mélenchon nous explique qu’au lieu de passer par la porte on va sortir en sautant par la fenêtre du troisième étage. ’’
       
      Mais non, ça ce sont vos vessies que vous voulez nous faire prendre pour des lanternes.
       
       D’ailleurs vous vous mélangez les pinceaux en disant le contraire dans votre com précédent de 9:11, je cite : ’’Sortir en dehors de l’article 50 serait une folie pure et nous exposerait à toutes les rétorsions possibles et imaginables. Mélenchon le sait ’’.
       
       Dire tout et son contraire c’est ajouter de la confusion à la confusion.

    • Fergus Fergus 8 avril 09:24

      Bonjour, Leonard

      C’est en sortant de la maison que le feu se propagerait !

      D’où la nécessité de renégocier les traités. Et compte tenu du poids de la France, il est évident que, face à la menace d’un Frexit, cela serait validé par le Conseil européen sous peine de mort de l’UE.


    • Leonard Leonard 8 avril 09:28

      @Fergus

      Oui c’est vrai, regardez l’UE à imploser avec le BREXIT...

      D’où la nécessite d’être réaliste... Vous croyez que les 26 autres, pour qu’on est plus d’avantages et eux moins, vont signer en bas du traité...

      Vous êtes d’une naïveté irresponsable mais ça ne m’étonne pas vu que vous trouvez les articles de Verdi basés sur les sondages BFM de nuit : BIEN...


    • JL JL 8 avril 09:35

      @Leonard
       

       ’’Vous croyez que les 26 autres, pour qu’on ait plus d’avantages et eux moins, vont signer en bas du traité...’’
       
       Ce discours là qui dit que nous ne sommes que 1 sur 27 est un discours de looser qui utilise le langage et les concepts de ceux qui nous dominent et qu’il prétend détruire. 
       
       Et ça, ça ne trompe pas : Asselineau est un faux révolutionnaire qui n’a pas l’étoffe pour engager un frexit.

    • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 8 avril 09:37

      @JL
      Sortir en dehors de l’article 50 ça veut dire sortir sans mettre en oeuvre l’article 50, je crois que c’est clair dans ma phrase, ne vous faites pas plus bouché que vous n’êtes.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 avril 09:38

      @Fergus
      L’expérience a déjà été faite par Cameron : « Changez les Traités ou je fais un malheur, et je sors ! » Résultat : 0 changement dans les Traités. C’est con, hein !


      Vous savez que la PIB de la GB est équivalent à celui de la France ?
      Mais l’expérience des autres ne vous sert à rien.

      Bruno Guigue vient d’écrire un article sur Mélenchon et Asselineau sur ce sujet.


    • JL JL 8 avril 09:45

      @Fifi Brind_acier
       

      ’’L’expérience a déjà été faite par Cameron : « Changez les Traités ou je fais un malheur, et je sors ! » Résultat : 0 changement dans les Traités. C’est con, hein !’’
       
       Mais non ! Résultat : Brexit ! 
       
       C’est bien ce que vous espérez pour la France, non ?
       
       La France n’est pas la GB. Les partenaires se réjouissent du Brexit ; ils ont tout à perdre d’un Frexit. 
       
       Votre déni de réalité est ce qu’il convient d’appeler la contradiction rédhibitoire de vote raisonnement.
       


    • JL JL 8 avril 09:51

      @Fifi Brind_acier
       

       voir ma réponse là : JL 8 avril 08:56 
       
       
       
      @riff_r@ff.93, 
       
       puisuqe vous me retournez la métaphore, je vous retourne le compliment. Mais comme je ne miserai pas un kopeck sur votre finesse, je vais préciser : il est clair sauf pour l’auteur et vous-même au moins, que le plan B de Mélenchon n’est pas de jouer les passe-murailles. Seuls les affabulateurs peuvent tenter de le faire accroire.

    • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 8 avril 09:56

      @JL
      il est clair sauf pour l’auteur et vous-même au moins, que le plan B de Mélenchon n’est pas de jouer les passe-murailles
      Hein ? Sans blague ça veut dire quoi ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 avril 10:26

      @JL
      La France n’est pas la GB. Les partenaires se réjouissent du Brexit

      C’est ce que vous dites maintenant ! J’ai suivi jour après jour la campagne pour le Brexit. Il a été annoncé par tous les médias et les Mamamouchis européens comme un cataclysme, un désastre planétaire, que dis je, la 3e guerre mondiale, la fin de la nature et particulièrement des blaireaux !


      Vous deviez être en méditation dans une grotte pour ne pas avoir suivi la liste des désastres annoncés !L’importance de la France n’est que dans votre imagination ! Le couple franco allemand est un mythe soigneusement entretenu, il ne correspond à rien dans la réalité !

      Le vrai couple, c’ est l’ Alliance germano américaine pour le 21 e siècle.


    • Fergus Fergus 8 avril 11:24

      @ Leonard

      Ne comparez pas la France, pays fondateur de l’UE et intégré à tous ses rouages, avec le Royaume-Uni qui n’en est partisan que du libre-échange et qui ne fait partie ni de la zone euro ni de l’espace Schengen.

      Et qui vous parle de plus d’avantages pour nous et moins pour d’autres ? Ce n’est pas cela qui est en cause, c’est le mode de fonctionnement de l’UE - il faudrait aller vers la généralisation de la majorité qualifiée - et le principe de subsidiarité ascendante, sans oublier une réforme du fonctionnement de la Banque centrale.

      Où avez-vous vu que je m’appuie sur les « sondages BFM de nuit » ? N’est-ce pas plutôt les militants de l’UPR comme eau-du-robinet qui les relaient ?


    • Fergus Fergus 8 avril 11:28

      Bonjour, JL

      « La France n’est pas la GB. Les partenaires se réjouissent du Brexit ; ils ont tout à perdre d’un Frexit. »

      C’est ce que les militants de l’UPR ne comprennent manifestement pas. Ou plutôt font semblant de ne pas comprendre.

      Fort heureusement les Français sont plus lucides, et c’est pourquoi, malgré les interventions d’Asselineau dans les médias et le matraquage de propagande sur le web, le candidat de l’UPR ne convainc pas au-delà de ses habituelles groupies.

       

    • Leonard Leonard 8 avril 11:34

      @Fergus

      Vous n’avez pas pris position sur cet article ?

      Vous êtes d’une mauvaise foi Fergus...

      Vous parler de changer l’UE, vous êtes pathétiquement naïf c’est tout...

      Quand à venir attaquer des militants de l’UPR, on à l’habitude, surtout de gens au raisonnement aussi insignifiant que le programme qu’ils défendent e qui ne pourra être appliqué en fonction du droit communautaire...

      Donc Fergus, SVP, retournez sur les articles de Verdi pratiquer votre onanisme pseudo-intellectuel

      MERCI

    • Leonard Leonard 8 avril 11:35

      @Fergus

      De toute façon je ne peux rien pour vous...

      Vous êtes dans le déni devant cette situation que vous n’arrivez même pas a comprendre...

      Allez un peu plus loin avec vos camarades de jeux... MERCI

    • JL JL 8 avril 11:41

      @Fergus bonjour,

       
       
       ’’malgré le matraquage de propagande sur le web, le candidat de l’UPR ne convainc pas au-delà de ses habituelles groupies..’’
       
       Ses habituels groupies auxquelles sont venus se joindre dans le Mélencon-bashing les frontistes qui voient dans JLM le candidat le plus susceptible de battre Marine Le Pen vu, que si l’un des deux europhiles de droite est en lice, ils croient qu’elle pourra rameuter tous les europhobes de gauche.
       
       
       
       

    • JL JL 8 avril 11:43

      @Leonard
       

       ’’De toute façon je ne peux rien pour vous...’’
       
       Oh mais si vous pouvez : arrêtez vos salades et insultes, ça sera déjà très bien.



    • Osis Osis 8 avril 12:58

      @Fergus


      Fort heureusement les Français sont plus lucides, et c’est pourquoi, malgré les interventions d’Asselineau dans les médias et le matraquage de propagande sur le web, le candidat de l’UPR ne convainc pas au-delà de ses habituelles groupies.

      « les interventions d’Asselineau dans les médias »

      Oh !!!! la mauvaise foi.

       


    • doctorix doctorix 8 avril 13:06

      @JL
       Ses habituels groupies auxquelles sont venus se joindre dans le Mélencon-bashing les frontistes 


      Eh bien vous ne savez pas lire. Chaque fois qu’ils tentent de débarquer, ils s’en prennent plein la figure de la part de nos amis.
      Le FN est l’ami de tous les partis, à titre d’épouvantail, mais pas le nôtre. Et nous ne voudrions pas d’une seule des voix du FN, sauf celles de ceux qui l’ont rejoint par désespoir.
      Nous n’avons pas du tout le même combat. Ils sont tout aussi hypocrites et aussi peu motivés que vous pour nous sortir de l’Europe.

    • jjwaDal jjwaDal 8 avril 13:11

      @Leonard

      « Il est évident que... ». Ce n’est nullement évident mais un point qui n’est pas négligeable malgré tout. Le RU donnait en gros ce qu’il recevait au budget de l’UE, pas le cas de la France, contributeur net à hauteur de 9 G€ qu’en pratique l’Allemagne devrait seule assumer (vu les finances de l’Italie comme l’Espagne.), assumant alors près du tiers du budget européen (essentiellement pour arroser les pays de l’est et la Grèce). En fait le bilan d’un Frexit serait assez mitigé pour l’Allemagne et sans doute pas une catastrophe pour eux (ni pour nous d’ailleurs). En fait rester dans l’UE c’est accepter les règles du jeu imposées par l’llemagne (acceptées par nos dirigeants, ce qui me semble fort ressembler à une trahison de nos intérêts), et la FI veux juste imposer par un bras de fer une UE dont ne veulent pas les allemands (un détail sans doute) et l’immense majorité des gouvernements de l’UE (je ne parle pas des peuples mais bien des dirigeants). En regardant le monde tel qu’il est on choisit le Frexit d’abord et on voit après si la majorité de nos citoyens sont mûrs pour appliquer la politique de la FI. J’espère que la FI finira en tête pour démontrer l’inanité de rejouer la scène du passage sous la table de Tsipras. Renverser la table semble bien la seule option pour refaire ici de la politique.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 8 avril 13:11

      @ JL

      Bonjour,

      Le FREXIT est une nécessité vitale. Il faut absolument rompre définitivement avec L’UE, L’OTAN, l’EURO, trois pièces d’un même puzzle.

       Le FREXIT permettra à la France de rompre définitivement avec cet état larvaire où elle se trouve, en tant que membre de l’UE, cette calamité ! !
       
      La France n’est peut-être pas la GB, mais elle aura retrouvé un poids non négligeable dans le concert des nations, économiquement, et psychologiquement parlant, lorsque le peuple français aura retrouvé la confiance en son gouvernement, en ses institutions, en ses valeurs, ses principes, ses codes ! Il est urgent que la France retrouve son indépendance économique, la possibilité de commercer avec qui elle veut ! je rappelle en outre, que la Bourse française n’est plus à Paris mais se trouve à Londres, à la CITY ! Est-ce normal ? est-ce naturel ? Est-ce légitime ? Les deux présidents quinquénaires précédents ont passé leur temps à démanteler la France, et de cela, nous ne le voulons plus.

      Il est donc impératif de retrouver notre Etat-Nation et rompre avec les dérégulations permanentes financières qui ont valeur d’Economie depuis 2005 ce qui ne pourra se faire qu’en sortant défijitivement de l’UE, par l’article 50 ! Et de rompre également avec le complexe militaro-industriel combiné à la réintégration de la France dans l’Otan qui nous entraîne dans des guerres malpropres pour des intérêts aux antipodes des intérêts des Peuples.

      Le FREXIT aura donc le privilège de rompre définitivement avec cette politique minable qui prédomine depuis Maastricht.


    • doctorix doctorix 8 avril 13:12


      Un bon conseil à tous.

      Chaque fois que vous entendez « celles et ceux » ou bien « les françaises et les français », les femmes et les hommes de ce pays", fuyez comme la peste.
      C’est de la pure démagogie.
      Et c’est absolument horripilant, j’ai envie de filer des claques.
      Je ne pense pas que les femmes se sentent oubliées quand on parle des Français.

    • troletbuse troletbuse 8 avril 13:16

      @Leonard
      Pas naïf mais faux-cul. Il va voter Macaron smiley


    • manu manu 8 avril 13:38

      @Tous les adeptes

      Ça s’arrange pas pour vous, bon il ne reste que ceux du début de la campagne à par leonard, les autres ont du comprendre que c’était juste un pion.

      Sinon pour ceux qui veulent comprendre trois débats sur la situation de l’UE.



    • doctorix doctorix 8 avril 14:06



      Pour les p’tits nouveaux qui en viendraient à découvrir Asselienau un peu tardivement (les ouvriers de la dernière heure ne sont pas les plus mauvais), j’ai retrouvé cet article de Moderatus qui venait de découvrir ce personnage hors du commun en Décembre dernier.
      Son témoignage reste d’actualité, en ce qu’il représente la découverte d’un homme qui ne ressemble à personne.
      Bien sûr, on nous reproche d’être « en extase » devant un type qui ressemble si peu à ce qu’on a l’habitude de voir, mais après un moment, on se prend à rêver à un président qui casserait la logique du prêt -à-porter dont on se croyait irrémédiablement prisonniers pour l’éternité.
      C’est un phénomène qui nous a touchés, et qui peut toucher des millions.
      Il s’agit d’un homme vrai, sincère, hors norme.
      J’ai dit qu’un homme comme ça, on en trouvait un par siècle, et je ne me renierai surement pas, bien au contraire, au fur et à mesure que je connais mieux le personnage :

    • lahuge79 8 avril 14:11

      @fergus.
      Bonjour fergus
      Le poid de la France est égal à celui de son vote. Mais admettons que les 27 autres états le prennent en compte . Cela voudrait dire que ces mêmes états, à l’unanimité, devraient trahire leurs intérêts nationnaux légitiment aux profits de la france, non ?! C’est à dire que l’on deviendrait les allemands que l’on critique aujourd’hui, non ? c’est quand même un peu le sketch de la chauve-souris de Bigard ce que vous proposer. Car il y aurait de forte chance : l’histoire nous le montre que les traités originellement proposés par la France soient vidés de toute leur substance par des milliers d’amendements.
      Certains parlent de désobeir aux traités : c’est le meilleur chemin soi pour la guerre, soi pour que les autres membres ne respectent pas les nouveaux traités signés par la suite.
      Un internationalisme ?On dit souvent aussi que cela passe par l’armonisation fiscale et sociale de tous les pays : Le smic de la bulgarie doit être de 150 euros, celui du luxembourg 1480 euros, dans quelle sens iront-t-elles ?! c’est infaisable car cela portera encore une fois préjudice à certains pays qui n’ont pas la même démographie, le même consensus sociale, le même tissus économique et cela commence à ressembler à une dictature style l’URSS, non ?


    • doctorix doctorix 8 avril 14:28

      @lahuge79
      Bienvenue à toi sur ce site.

      Trois bonnes interventions de ta part, qui montrent qu’Asselineau fait naître des vocations à la liberté, et de l’enthousiasme. En particulier parmi les gens qui réfléchissent.
      Tu fais partie, je suppose, de ces gens qui ne pouvaient plus croire en rien, et qui découvrent que la politique peut être autre chose qu’un show au scénario falsifié, pratiquée par des acteurs minables et corrompus, aux ordres d’une oligarchie dont ils sont les marionnettes.
      Comme la plupart des soutiens d’Asselineau, en fait.
      Ce temps des illusions et des faux-semblants est peut-être révolu.
      Nous, on veut y croire.


    • corsairebzh 8 avril 14:50

      @Fergus
      Tu sembles vraiment certain que l’UE ne peux pas se passer de la France, et que l’Allemagne souhaite mordicus sauver l’UE
      Je vois bien le cas ou jlm va se pointer avec son programme de « convergence sociale et fiscale » , Merkel va dire Nein, les autres pays de l’est et du nord les suivront et le Portugal, l’Espagne, l’Italie et la Grece quitteront eux aussi l’UE.


    • doctorix doctorix 8 avril 15:14

      @corsairebzh
      L’Allemagne veut sauver l’UE.

      Elle veut surtout sauver son Euro surévalué afin de maintenir sa domination totale sur 27 pays.
      Un mark à 1,30 francs, comme c’est logique et probable, et elle ne vend plus rien à personne.
      Comme Cameron et Tsipras, Mélenchon ira demander à la Madame de changer les traités, et la Madame elle va dire non.
      Il rentrera en France la queue entre les jambes, comme Cameron et Tsipras, pour nous dire : « La madame elle a pas voulu ».
      Et tout le monde dira alors : mais pourquoi on a choisi ce tocard alors que nous avions un Asselineau sous la main ?

    • doctorix doctorix 8 avril 15:18

      C’est alors que le président Mélenchon, jurant mais un peu tard qu’on ne l’y prendrait plus, appellera Asselineau comme Premier Ministre et retournera inaugurer les chrysanthèmes, comme c’est sa vocation et sa compétence.

      Un grand moment !

    • rmusic rmusic 8 avril 16:24

      @Fergus

      Je tiens à vous remercier pour m’avoir conforté dans ma décision de voter pour François Asselineau le 23 avril.

      En effet, grâce à vous j’ai définitivement compris l’incompétence des « gros » candidats qui parlent depuis 25 ans de changer l’Europe. Si j’en crois ce que vous dites, depuis 25 ans eux ou leurs partis avaient la possibilité de le faire mais ne l’ont pas fait soit par incompétence soit en « enfarinant » les Français.

      D’ailleurs vous donnez un argument de premier ordre au Front National et à JLM qui prouve le bien-fondé de leur volonté de renégocier les traités.

      Encore merci, continuez comme ça, je peux, enfin, décider ma famille et mes amis.

      Cordialement et reconnaissant.

      René ARNAUDET »


    • Onecinikiou 8 avril 16:30

      @Fergus


      Déclaration hier de J. Généreux, principal conseiller économique de Mélenchon : 

      « Nous prévenons nos partenaires européens que ce que nous voulons ce n’est pas de détruire l’Union européenne. La sortie de l’Union et de l’Euro ce n’est une solution à rien, ce serait une catastrophe, ce serait l’échec ». 


      Définitivement les gauchistes, par tropisme pro-fédéraliste européen et croyant naïvement l’avènement d’une patrie européenne et donc d’un patriotisme nouveau, qui n’existe que dans leur délire utopique d’universalistes bornés, façonné par l’humaniste franc-maçon, sont incapables de penser la politique sur la base du réel. D’où leur déni permanent, et leur inneficience manifeste. D’où leur inconséquence. 

      Les dirigeants de la « France Insoumise » mettent en évidence leur incompréhension dramatique du rôle structurant de la monnaie, qui ne peut que correspondre aux aspirations et intérêts d’un peuple et d’un seul. Or n’y a pas de nation ni de peuple européen, il ne peut donc y avoir que des monnaies nationales. Cqfd.


      Il en va de même du « protectionnisme solidaire », escroquerie équivalente à celle du développement durable. C’est un oxymoron, tant il est vrai que tout protectionnisme se fait au préjudice de celui qui le subit, et qu’il ne peut par conséquent en aucun cas être solidaire. Là encore cela témoigne de l’incapacité fondamentale de penser le monde en terme de rapport de force. 

      Nos gauchos sont extrêmement mal à l’aise avec l’idée de protection, et plus encore avec celle de frontière. Encore une fois l’intérêt de Mélenchon et consorts n’est pas de protéger en priorité le prolétaire français, mais l’ensemble des prolétaires où qu’ils soient et d’où qu’ils viennent. Raison pour laquelle Marine Le Pen écrase Mélenchon parmi l’électorat ouvrier, et chez toux ceux en première ligne des ravages occasionnés par la libéralisation des échanges.

      Ce qu’il faut comprendre c’est que, par principe, des mesures protectionnistes, si effectivement elles permettent de sauver les emplois et salaires des travailleurs français (le mot important est français en l’occurrence), cela se fera au prix d’une moins-value sociale et économique des pays en voie de développement, et de leurs « prolétaires en haillons ».

      Voilà qui est propre à mettre définitivement à mal la vision internationaliste puérile de nos idéalistes bornés, de nos croyant en l’intérêt supra-national d’une multitude de prolétariats, de la communion à l’échelle mondiale de l’ensemble des travailleurs, et qui est une révoltante aberration tant géopolitique, historique, qu’anthropologique, pourtant largement partagée parmi nos thuriféraires gauchistes, encore une fois aveugles aux plus simples et évidentes réalités.



    • jjwaDal jjwaDal 8 avril 19:42

      @Fifi Brind_acier
      Je n’ai pas entendu ça...
      Il ne faut pas prendre la phrase au pied de la lettre. Oui, il faut l’accord de tous pour modifier les traités, mais si par ex l’Allemagne accepte de rogner sur ses intérêts pour mieux prendre en compte ceux de la France (sinon on se casse), sachant que les deux pays alimenteront le budget européen à hauteur de la moitié après départ du RU, un « deal » est concevable avec les autres. « Vous signez en bas de page, ou on cesse d’être contributeurs nets au budget européen et donc votre bénéfice financier à être membres tombera à presque rien... ». Le RU l’a fait puisque deuxième économie de l’UE il avait négocié de récupérer « sa mise ». Cela ne violerait en rien les traités existants...
      Je pense que c’est du rêve car les Allemands on démontré qu’ils n’estiment nullement leur problème de voir la France sombrer pour cause de monnaie trop forte pour leur économie,
      trouvent normal d’accumuler des excédents budgétaires énormes (pendant logique de déficits massifs chez les voisins) et font du dumping social,à charge aux autres de les imiter.
      Donc, amadouer les Allemands relève du même rêve qui a vu M. Jospin ou M. Hollande s’en aller tout penauds après avec osé manifester des vellétiés de désaccord avec nos amis allemands...


    • gimo 9 avril 09:13

      @Fifi Brind_acier
       

      En voyant ces com de tous

      QUEL GACHIS de temps perdu avec des comportements puerils
      des vanités doublees d’orgueil néfaste improductif pour défendre son fond de commerce pour vendre mieux ces tapies EN  final EN oubliant le principal et important de ne pas etre des moutons serviteur devos des politiques de tous bord 
       le monde a toujours ete malade et continue a l’etre         triste humain :: :: :,,

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires