• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Ils sont tombés par terre, c’est la faute à Colbert !

Ils sont tombés par terre, c’est la faute à Colbert !

« Pour nous, héritiers des Lumières et de Rousseau, la liberté est un droit naturel, elle est constitutive de la définition même qu’on se fait de l’homme. C’est pourquoi l’esclavage est un crime contre l’humanité. Mais le XVIIe siècle, dans la lignée du droit romain, ne raisonne pas ainsi : pour lui, la personnalité juridique d’un individu n’est pas consubstantielle à son humanité. Il ne voit pas de contradiction à ce qu’un esclave soit en même temps une propriété et un homme. (…) La qualification comme "bien meuble" par l’article 44 ne signifie pas que le Code noir l’assimile à une chose ou à un animal (…), mais traduit qu’il peut être vendu, acheté, loué ou prêté. L’article 2 stipule que l’esclave doit être baptisé et catéchisé. Il serait absurde d’enseigner le catéchisme à un meuble (…). Le Code noir ne donne absolument pas tous les droits aux maîtres. Il les oblige même, en principe, à prendre soin de leurs esclaves. Ils sont tenus de les nourrir et de les vêtir (article 22 et 25). » (Jean-François Niort, décembre 2017).

Ils sont tombés parterre, c'est la faute à Colbert !

Incontestablement, Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) est un personnage majeur de l’histoire de France. Bras droit du roi Louis XIV quand ce dernier a pris son indépendance et son envol, successeur du puissant Mazarin, pseudo-rival de Louvois, Colbert a gouverné et organisé la France pendant plus d’une vingtaine d’années. Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, son sens de l’État était incontestable et remettre en cause son importance dans l’histoire de France est aussi stupide que remettre en cause Napoléon, par exemple.

Mais la "mode" est maintenant au déboulonnage de statues. Il y a un côté dérisoire et stupide dans cette démarche. J’écris la "mode", mais c’est le fait d’une infime proportion de la population, des activistes qui, peut-être plus par provocation que réflexion, veulent faire bouger des choses. Les lacunes de plus en plus évidentes en cours d’histoire se font ainsi jour sur la place publique.

Certes, il y a parfois des justifications aux déboulonnages de statues : celles de Lénine ou Staline, celle de Saddam Hussein… partout dans les dictatures où le culte de personnalité faisait des statues des totems, les renverser, c’était symboliquement renverser ces dictatures. Mais en France, nous sommes en démocratie et en pays de libertés. Tout le monde peut s’exprimer, même pour dire qu’il ne peut pas s’exprimer !

Soyons clairs : le mouvement initié par la mort scandaleuse de George Floyd est sain en ce sens qu’il a fait prendre conscience de faits-divers qui ne doivent plus se répéter aux États-Unis. Un mouvement qui ne serait pas très éloigné, dans la forme, du mouvement MeToo, avec un combat contre le racisme au lieu du harcèlement.

En France, le débat a été préempté par des organisations identitaires qui tentent de faire de la récupération et de l’amalgame. Amalgame avec la mort tout autant regrettable d’Adama Traoré dont les circonstances seraient très différentes de celles de George Floyd, amalgame entre des actes de racisme individuels et un supposé racisme d’État dans les forces de l’ordre. Tout cela ne sent pas très bon, car à vouloir mélanger tout, on rend confus les enjeux. C’est surtout contreproductif pour une juste cause.

J’expliquais que le communautarisme est un racisme, surtout en France biberonnée à l’idéal républicain qui se fonde sur l’égalité des personnes que seul le mérite peut distinguer. Notre culture française est aux antipodes du communautarisme tel qu’il peut se pratiquer dans des pays à influence anglo-saxonne, particulièrement en Grande-Bretagne, aux États-Unis, mais aussi en Afrique du Sud voire en Inde et au Pakistan.

Vouloir transformer le combat contre le racisme en guéguerre entre "Noirs" et "Blancs" est stupide, et concourt aussi à la dégradation de la cohésion nationale (en même temps qu’à la dégradation du niveau intellectuel des débats publics). De toute façon, tout ce qui éloigne cette cohésion nationale et ce vivre ensemble est un allié au racisme, même si c’est véhiculé par des soi-disant ligues antiracistes. La paix n’a jamais été la victoire d’un "camp" contre un autre, fût-il le "camp" des "opprimés", et surtout quand il n’y a pas de "camps" à l’origine. C’est l’acceptation et le respect de tous, dans leurs différences comme dans leurs points communs.

Cela écrit, je reviens sur un acte de délinquance durant la nuit du 23 au 24 juin 2020 à Paris : la statue de Colbert trônant devant le Palais-Bourbon, en face de la Seine et de la Concorde, a été tagguée d’une peinture rouge sur son corps, représentant du sang qu’il aurait dans ses mains, et sous-titrée de la même peinture avec l’inscription "Négrophobie d’État".

Je m’étonne d’abord du terme, étant convenu que "Nègre" est une forme péjorative de "Noir" voire "Black". À quand la "bougnoulphobie" (ou "bougnoulophobie" mais c’est un peu long) ? Rien que ce terme est stupide et dérive de l’oxymore. Quant à "d’État", la vraie question est plutôt : qu’est-ce que l’État ? qui est l’État ? Colbert a eu une influence déterminante sur l’État en France mais depuis sa mort, beaucoup d’eau a coulé. Bref, parler "d’État" en 2020 et s’en prendre à Colbert, c’est une erreur de raisonnement et de discernement.

Concrètement, je trouve dérisoire ce fait-divers, même si je préfère un attentat contre une statue à un attentat contre des personnes vivantes, prises au hasard ou ciblées. Colbert est mort depuis plusieurs siècles et s’en remettra. Le problème, c’est que ce genre d’actions est stupide car cela n’impactera pas sur des supposées victimes du racisme. On ne s’occupe pas des conditions des hommes, on en est juste à de l’activisme militant sans effet réel. Sans volonté d’amélioration commune, sans recherche du bien commun.

S’en prendre à Colbert pour fait de racisme, c’est au moins l’expression d’une triple bêtise. C’est d’abord l’incapacité à contextualiser l’histoire. C’est vrai que certains disent aujourd’hui avec les connaissances d’aujourd’hui ce qu’il aurait fallu faire en mars dernier contre la pandémie. Dans les années et décennies qui viennent, nous aurons sans doute de nombreuses thèses en sociologie sur le sujet.

La contextualisation est importante. Il faut essayer de comprendre quelles étaient les idées dominantes, ou même considérées comme normales à une époque donnée. Il y a plus de retard en France dans l’attention portée aux femmes (elles n’ont voté qu’en 1945 !), que dans la lutte contre le racisme et l’esclavage (ce sont deux choses distinctes) à partir du moment où la Révolution française a considérablement fait bouger les lignes.

Colbert n’est pas la première victime mémorielle de la décontextualisation. Ainsi, Hergé a été fustigé, toujours après la mort évidemment (la lâcheté, c’est de ne pas laisser la personne se défendre), pour avoir sorti "Tintin au Congo". C’est indiscutable que la manière très paternaliste et infantilisante des rapports entre Tintin, pourtant petit jeune, et les Africains, parfois âgés, qu’il rencontre, est particulièrement écœurante avec la vision d’aujourd’hui. Hergé n’en était pas fier, et encore moins du "Tintin au pays des Soviets" dont il interdisait la réédition (trouvant sa description de l’URSS un tantinet simpliste). Il faut imaginer le double contexte : la peur des Soviétiques et aussi la jeunesse, tout simplement, de l’auteur de bande dessinée, dont la pensée n’avait probablement pas atteint la maturité souhaitable. Faut-il brûler Hergé ? Pas plus que n’importe quel auteur dont on trouvera toujours des tares par rapport à la doxa du moment.

Au-delà de la contextualisation, il y a aussi l’idée qu’une personne, dans sa complexité, est un tout (comme Clemenceau le disait de la Révolution française) et qu’il faut faire la part des choses entre le positif et le négatif. C’est le débat perpétuel de l’auteur sulfureux, son génie excuse-t-il ses dérives ? Exemple marquant : Céline.

_yartiColbert02

Mais au-delà de ces deux écueils, décontextualisation et globalité d’une personne, il peut aussi y avoir un jugement un peu hâtif sur les faits. Les avocats de Colbert pourraient se prêter au jeu et plaider non coupable. Car que lui reproche-t-on ? Le Code noir.

D’abord, il a été achevé après la mort de Colbert, l’homme d’État a donc bon dos d’en être considéré comme le responsable. Le Code noir fut le nom donné en 1718 à l’ordonnance (ou édit) de mars 1685 signée de Louis XIV. On le voit, Colbert était déjà mort (en septembre 1683) lors que ce texte fut signé en mars 1685 et appliqué d’abord en Guadeloupe, puis Martinique et ailleurs. Si effectivement Louis XIV lui a demandé le 30 avril 1681 de préparer les 60 articles qui constituent ce texte législatif, Colbert (qui avait en charge notamment la Marine et les Colonies) n’a pas eu le temps de terminer ce travail de recherche juridique et de rédaction et ce fut son fils, le marquis de Seignelay, qui lui a succédé au Ministère de la Marine et des Colonies, qui a terminé le texte.

Colbert, dans tous les cas, n’est pas à l’auteur complet du texte et il n’a fait qu’un travail technique sur une demande politique, celle du roi. Le premier responsable, c’était donc bien Louis XIV. Pourquoi préfère-t-on s’en prendre à Colbert plutôt qu’à Louis XIV ? Parce que ce serait un symbole trop fort ? Une réduction intellectuelle qui se verrait trop simpliste pour le coup ?

Ensuite, il s’agissait de structurer, d’organiser, certes une honteuse pratique, mais pour en éviter les excès, pour remplacer l’arbitraire des maîtres par la puissance de l’État et du roi. Cette démarche peut se discuter, évidemment, certains déjà à l’époque, trouvaient l’esclavage scandaleux. Colbert, lui, ne regardait que la raison d’État. Rappelons d’ailleurs sa devise : « Pour le roi, souvent. Pour la patrie, toujours. ».

C’est intéressant de lire quelques historiens. Ainsi, André Larané, centralien et journaliste scientifique, explique le 14 juin 2020 dans Herodote (site qu’il a fondé, dont il dirige la rédaction) : « Le ministre, comme la plupart de ses concitoyens, réprouve l’esclavage. Celui-ci n’est-il pas prohibé dans le royaume depuis Louis X le Hutin ? Il en va autrement dans les lointaines îles à sucre où l’esclavage s’est mis insidieusement en place au fil des décennies. Le roi Louis XIII n’a pu faire autrement que de l’autoriser comme une étape vers le baptême et l’affranchissement, ce dont les colons n’ont eu cure. ». Louis X le Hutin avait en effet signé une ordonnance le 11 juillet 1315 pour affranchir les serfs du domaine du roi moyennant finance.

Et il poursuit sur la responsabilité du ministre : « Colbert, en homme d’État responsable, choisit la solution qui lui paraît la moins mauvaise [entre trois solutions] : [1°] Le statu quo revient à autoriser tous les abus de la part des colons. [2°] Abolir l’esclavage dans les colonies est inenvisageable, sauf à se mettre à dos la riche bourgeoisie (…) et surtout à provoquer la rébellion des colons. [3°] À défaut de mieux, le ministre envisage donc de codifier cette institution ou plutôt, de réunir dans un même opus sanctifié par le sceau royal les règlements qui se sont multipliés dans les îles de façon désordonnée. » (14 juin 2020).

Spécialiste du Code noir et auteur de deux ouvrages de référence sur le sujet, l’historien Jean-François Niort évoque dans la revue "L’Histoire" numéro 442 de décembre 2017 ce texte législatif : « On l’assimile trop souvent aux textes racistes qui l’ont suivi au XVIIIe siècle, alors qu’il ne s’inscrit pas encore tout à fait dans cette logique. (…) À l’époque de Colbert, il n’existe donc que deux catégories juridiques dans les îles : soit libre, soit esclave. C’est le XVIIIe siècle, avec l’établissement d’un troisième statut, celui de "libre de couleur", qui opère un basculement racial : la couleur conditionne désormais le statut (…). Colbert souhaite profiter de ce que ces territoires sont vierges (les Amérindiens ont été chassés, massacrés ou dominés) pour y fabriquer une société très moderne, où il n’y a plus d’ordres, et pas de vénalité des charges et des offices. Mais en même temps, une société extrêmement archaïque, puisque l’esclavage y est toléré, puis légalisé. » (Propos recueillis par Lucas Chabalier).

Et de préciser la responsabilité de Colbert : « La démarche législative de Colbert (…) consiste à prendre le droit tel qu’il est, et à le transposer sous la forme d’une loi royale pour signifier la présence et la force de l’État. (…) L’édit de mars 1685 autorise certes le maître à fouetter son esclave avec des verges ou des cordes, et à l’enchaîner, mais il lui interdit formellement de le mutiler ou de le torturer (article 42). S’il le tue, il sera poursuivi criminellement (article 43), ce qui signifie qu’il encourt la peine capitale. (…) Les militants mémoriels ont érigé le Code noir en symbole des horreurs de l’esclavage. Pourtant, ce n’est pas lui qui autorise la torture et la mise à mort des esclaves par leur maître, pas plus qu’il ne les livre à l’arbitraire et à la cruauté de leurs propriétaires. (…) Ce sont d’abord et avant tout les colons qui ont infligé aux esclaves des traitements que l’édit [de 1685] lui-même tenait pour inhumains. » (décembre 2017).

En réfléchissant un peu plus profondément, on pourrait même dire que Colbert aurait pu être bonapartiste sous Napoléon et même républicain sous la République, à condition qu’il puisse toujours servir la patrie en faisant de l’État sa principale expression. C’est pour cette raison que les récentes déclarations de l’ancien Premier Ministre Jean-Marc Ayrault ont de quoi me faire bondir.

Dans une tribune publiée dans le journal "Le Monde" le 13 juin 2020, Jean-Marc Ayrault, qui a évoqué un "racisme anti-Noirs" (il n’y a ni "racisme anti-Noirs", ni "racisme anti-Blancs", il y a juste racisme, ou pas), a en effet surfé sur cette mode très malsaine : « Comment comprendre que dans les locaux de l’Assemblée Nationale, le cœur battant de notre démocratie, une salle porte encore le nom de Colbert, qu’on ne savait pas être une figure de notre vie parlementaire ni de la République. ».

Dans cette phrase, au moins trois stupidités : la première, c’est que Colbert, comme je l’écris plus haut, ne pouvait pas être républicain faute de Révolution (donc, c’est un anachronisme de dire cela) ; la deuxième, c’est qu’il s’en prend à la Salle Colbert (qui est un amphithéâtre assez coquet), alors que la statue qui trône devant l’Assemblée Nationale est quand même plus voyante et plus symbolique ; enfin, troisièmement, c’est justement la force de la République d’avoir voulu reprendre l’histoire de France au-delà de 1789 et s’approprier toute la France, y compris celle royaliste. C’était la condition pour atteindre le consensus républicain.

C’était en effet la seule solution pour rassembler une grande majorité derrière la République à une époque où celle-ci n’était pas une "évidence" pour tout le monde. Pourquoi Jean-Marc Ayrault, d’habitude si mesuré et plus inspiré, est-il tombé dans le travers communautariste ? L’âge ? la perte de tout mandat ? Mystère et boule de gomme. Lui qui a créé 30 milliards d’euros de nouvelles taxes et nouveaux impôts entre 2012 et 2014, il devrait au contraire rendre hommage au serviteur de l’État partisan d’une fiscalité rationalisée et centralisée. Rappelons ce qu’a dit Colbert non sans ironie : « L’art de l’imposition consiste à plumer l’oie pour obtenir le plus possible de plumes avant d’obtenir le moins possible de cris. ».

Il ne s’agit donc pas ici de faire l’allégorie de Colbert. Il fait partie des bâtisseurs de la France, qu’on l’aime ou qu’on le déteste, il a fait des réalisations auxquelles on peut s’opposer ou au contraire, qu’on peut louer. Et il en est ainsi de tous les grands hommes d’État, ils auront toujours des cadavres dans les placards. Certains plus que d’autres. Les bilans seront toujours contrastés. On peut reprocher à Colbert l’étatisation à outrance de la France, mais plus difficilement l’esclavage de fait qui se pratiquait hors de tout contrôle royal dans les colonies. L’action de Colbert a surtout été que le roi puisse reprendre de l’influence et c’est sans doute cette évolution qui a permis d’abolir efficacement l’esclavage un siècle puis deux siècles plus tard car l’État a pu avoir une réelle influence même dans ses territoires lointains.

Tant qu’à lutter contre l’esclavage, restons à notre siècle et luttons réellement et efficacement contre les "encore esclaves" qu’on peut trouver scandaleusement même à Paris. Ce n’est pas le vandalisme stupide d’une statue ancienne qui va améliorer leurs conditions…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (27 juin 2020)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Ils sont tombés parterre, c’est la faute à Colbert !
Mort d’Adama Traoré : le communautarisme identitaire est un racisme.
La guerre contre le séparatisme islamiste engagée par Emmanuel Macron.
Deux faces des États-Unis : George Floyd et SpaceX.

_yartiColbert04
 


Moyenne des avis sur cet article :  2.03/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Dans vingt on estimera que laisser des enfants être élevés par des homosexuels était une monstruosité. Quand des enfants souffrants réclameront des comptes,...Rasons tout le passé patriarcal, il était vertical, hiérarchique, dominateur, conquérant, transgresseur et trouvait normal que les plus faibles restent à leur place. Certes. Nous verrons ce que donnera le matriarcat horizontal et égalitaire. L’assistanat pour tous. Rappelons-nous la superbe maison en pain d’épice d’Hans et Gretel : des « ogres » en étaient propriétaires. Chaque choix a son versant négatif, son ombre....


    • Fergus Fergus 2 juillet 09:30

      Bonjour, Sylvain

      J’ai été tenté de faire une plaisanterie en ajoutant ce deuxième vers à votre titre : ... Le nez dans le dit vain, c’est la faute à Sylvain.

      C’eût été une erreur car votre texte remet parfaitement les pendules à l’heure concernant Colbert. Il est donc utile.

      Utile car, au delà de la personnalité de cet homme d’Etat  dont il faut effectivement remettre les actes dans le contexte de l’époque — votre article pointe la consternante « hystérisation » à laquelle nous assistons actuellement.

      Hélas ! Notre temps est celui des héros  un peu trop facilement désignés comme tels —, mais également celui des boucs émissaires qu’il faut jeter à la vindicte populaire. Triste époque !


      • freud

        La colonisation en Belgique, c’était au temps où Bruxelles bruxellait (Brel),...La Belle époque qui préférait ne se poser aucune question sur l’origine de l’argent qui leur permettait un tel train de vie. Pourquoi se poser des questions quand tout brille. Mais c’était aussi l’époque de Freud. La femme, ce continent noir auquel LE PERE de la psychanalyse ne comprenait pas grand. Il estimait d’ailleurs que c’était bien ainsi. Ces petites choses fragiles avaient besoin de l’aile protectrice de leur mari,... Pourquoi les libérer de l’esclavage de la domesticité. Laissant aux galantes, les vapeurs du mécontentement. Alexandre Le Grand était son idole. Longtemps, qui s’en serait choqué ? Une petite lettre « ambiguë » à Mussolini pour le féliciter,...Sauf qu’à fouiller dans les zones sombres du passé on finit par soulever aussi le refoulement, ou le voile noir du continent noir. La boîte de Pandore et le passé resurgit comme le diable de sa boîte. 


        • Sait que FLOYD signifie : LA VOLONTE DE DIEU, ;; ;;à méditer...


          • Pourquoi lui, pourquoi Léopold II, pourquoi Fillon (alors que tant d’autres ont fait la même chose) ? C’est bien là la question.


            • troletbuse troletbuse 2 juillet 09:46

              @troletbuse
              Rototo alors aurait sorti des articles à la gloire de Fillon.


            • Fergus Fergus 2 juillet 09:57

              Bonjour, Mélusine ou la Robe de Saphir.

              « pourquoi Fillon (alors que tant d’autres ont fait la même chose) ? » 

              Non, c’est faux, archi-faux !!!
              D’autres élus ont effectivement employé des membres de leur famille. Et les ont parfois plutôt grassement rémunérés pour les services rendus. Mais ces personnes-là ont, de fait, effectué un travail d’assistant(e) parlementaire. Rien de tel avec Penelope Fillon dont les enquêteurs n’ont pas trouvé la moindre trace d’activité, que ce soit à Paris ou dans la Sarthe.
              Elle n’avait d’ailleurs ni carte professionnelle, ni compte web dédié, ni quoi que ce soit qui puisse montrer, ne serait qu’un semblant de travail dédié à son élu de mari. Elle l’a d’ailleurs naïvement avoué dans une vidéo tournée par un journal britannique.
              Cela fait une énorme différence avec les autres cas. Ne tombez pas dans le panneau !!!


            • @troletbuse Fillon, c’est l’Opus Dei et le thatcherisme. Il a déçu de nombreuses personnes (surtout la Manif pour tous qui mettait en lui beaucoup d’espoir dont celui de revenir sur la loi du MPT de Taubira). Rien que parce qu’il a déçu, son destin me laisse froide,...


            • troletbuse troletbuse 2 juillet 14:47

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
              La loi AVIA a été retoqué mais AV l’applique malgré tout. On a censuré lon message.
              Tarlouzette, c’est un mot qui n’est pas dans le dictionnaire donc dont on ne connaît pas la signification.
              Ai-je le droit de dire que lorsqu’une mouche s’aventure chez moi, j’utilise une tapette à mouches ?  smiley


            • troletbuse troletbuse 2 juillet 14:49

              @Fergus
              Donc je disais Fergus, vous surgissez de votre tour de guet dès que les mots Sarkozy, Fillon ou Asselineau apparaissent. Beaucoup moins pour Micronimbus sauf pour tempérer les critiques  smiley


            • Fergus Fergus 2 juillet 17:21

              Bonjour, troletbuse

              « Beaucoup moins pour Micronimbus »

              Ah bon ? Vous parlez de celui que je qualifie régulièrement dans mes commentaires de « serviteur zélé du grand capital » ?

              De celui dont j’ai dressé une sorte de portrait dans cet article de mars 2020 intitulé Actuellement en tête de gondole : Macron de A à Z ?

              De celui qui a bien voulu répondre à mes questions en septembre 2019 dans cet article : Quand Macron répond au questionnaire de Proust  ?

              De celui qui a élaboré le menu d’un repas à l’Elysée en mars 2018 : cf. Quand Macron régale, les invités trinquent !  ?



            • troletbuse troletbuse 2 juillet 17:40

              @Fergus
              Je me rappelle l’article sur Proust : un petit truc gentillet tout plein  smiley
              Tout comme les autres articles
              En revanche sur LFI dont vous vous réclamez, plus dur, dur


            • Fergus Fergus 2 juillet 18:47

              @ troletbuse

              Je ne me suis jamais « réclamé » de LFI : je suis un électeur de ce mouvement pour ses propositions socio-économiques, rien de plus.


            • Reprocherions-nous un jour l’anthropophagie de nombreuses peuplades africaines. Les femmes qui se font mettre enceinte alors qu’elles n’ont que la peau sur les os et leurs seins desséchés,... ????


              • raymond 4 juillet 17:57

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                vous croyiez qu’elles sont demandeuses ?


              • bernard29 bernard29 2 juillet 10:04

                Très bon article .

                Ayrault , ancien premier ministre quand même, a sans doute voulu poser sa petite crotte dans l’actualité pour faire croire qu’il vit toujours médiatiquement à défaut de politiquement. Mais en effet sa tribune est scandaleuse à plus d’un titre et à mon avis est responsable de l’acte délinquant qui a suivi. De fait, Ayrault est retourné dans son trou. C’est triste. 



                  • vesjem vesjem 4 juillet 11:17

                    @François Vesin
                    il est certain qu’il existe des tricheurs « multi-comptes » qui se votent de nombreux (+) en modération, de nuit, car on n’a même pas le temps de les lire, que leurs articles sont déjà édités
                    il faudrait qu’ A.V. trouve le moyen de réguler cette arnaque et ces flux de filous


                  • François Vesin François Vesin 6 juillet 23:37

                    4 + 4 = 8 

                    .

                    .

                    Et de nouveau 4 articles de Monsieur ROKOTOARISON

                    dans l’édition du 6 juillet 2020 = combien de contributeurs

                    doivent-ils se taire pour que nous subissions les infamies

                    de cet éructeur précoce ? 

                    Trop c’est trop — bon vent AGORAKOTOARISON, mais sans moi !!!

                    1— 

                    De la théocratie à la démocratie laïque

                    2— 

                    Ennio Morricone, le Professionnel !Jean Castex, le Premier Ministre du déconfinement d’Emmanuel Macron

                    3— 

                    Jean Castex, le Premier Ministre du déconfinement d’Emmanuel Macron

                    4— 

                    Vladimir Poutine se prépare à un avenir confortable

                    ____________________________________________

                    Pour mémoire :

                    Quatre « articles » de S. ROKOTOARISON dans l’édition du 2 juillet

                    Ce sont au minimum 3 de trop = bon vent à la « presse libre »

                    1)

                    Les trois sources d’amélioration du système de santé selon Pr Karine Lacombe

                    2)

                    Ils sont tombés parterre, c’est la faute à Colbert !

                    3)

                    Municipales 2020 (5) : la prime aux… écolos ?

                    4) 

                    Après-covid-19 : « écologie citoyenne », retraites, PMA, assurance-chômage ?


                  • Sur un plan astrologique, c’est assez limpide. Le Noeud sud VIENT de quitter le capricorne (sud, faiblesse). Le capricorne est le signe de la pierre par excellence (la montagne, le squelette dans le corps, les « vieilles pierres »,...). Celui qui monte une montagne ne veut pas regarder derrière. C’est le signe de la verticalité, de l’érection phallique, de la montée. Il déteste toutes forme de faiblesse,est austère, déteste la nostalgie et le passé. IL FAUT AVANCER (sinon on recule). En face nous avons l’opposé, le signe du cancer (la lune, le féminin, l’enfance,le peuple, la nourriture, l’émotion, la nostalgie, les racines, l’eau, la vie,...aussi la stagnation, le regression, le repli). Le noeud NORD se trouvait donc en cancer. Quand le capricorne (avec Pluton qui force le signe à faire émerger le passé, l’inconscient) va trop loin, il doit plier devant la lune, le signe opposé du cancer. Le faible bat le fort, la pierre est vaincue, le père met le genou dans le sol de ses erreurs passées. Contraint. Mais en astrologie, tout bouge sans cesse. Le Noeud nord actuellement est en gémeaux. Après la dialectique : Père-mère, l’adolescent farceur (mercure) face à l’adulte,..(Jupiter). Les jeunes se rebiffent,....


                    • Lire : le signe opposé du capricorne, le cancer,...


                    • La dialectique gémeaux-sagittaire, c’est l’attaque contre les boomers, ceux qui ont trop bien profité des trente glorieuses. https://www.youtube.com/watch?v=1Mw5ADaHyFo


                      • Aimable 2 juillet 15:10

                         L’anti-racisme aujourd’hui en France , c’est la chasse au fric en essayant de créer le chaos , c’est tout ce qui motivent les anti-racistes , ne rien chercher d’autre comme motivations .


                        • zak5 zak5 2 juillet 19:22

                          Voltaire : « Les Blancs sont supérieurs à ces Nègres, comme les Nègres le sont aux singes, et comme les singes le sont aux huîtres » Montesquieu : « On ne peut se mettre dans l’idée que Dieu, qui est un être sage, ait mis une âme, surtout une âme bonne, dans un corps tout noir. (…) Il est impossible que nous supposions que ces gens-là soient des hommes, on commencerait à croire que nous ne sommes pas nous mêmes chrétiens »

                          David Hume : « Je suspecte les Nègres et en général les autres espèces humaines d’être naturellement inférieurs à la race blanche. Il n’y a jamais eu de nation civilisée d’une autre couleur que la couleur blanche, ni d’individu illustre par ses actions ou par sa capacité de réflexion… Il n’y a chez eux ni engins manufacturés, ni art, ni science. Sans faire mention de nos colonies, il y a des Nègres esclaves dispersés à travers l’Europe, on n’a jamais découvert chez eux le moindre signe d’intelligence. »

                          Emmanuel Kant : « La nature n’a doté le nègre d’Afrique d’aucun sentiment qui ne s’élève au-dessus de la niaiserie (…) Les Noirs (…) sont si bavards qu’il faut les séparer et les disperser à coups de bâton. »

                          Jules Ferry : « Je vous défie de soutenir jusqu’au bout votre thèse qui repose sur l’égalité, la liberté, l’indépendance des races inférieures. Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures. »

                          Il y aussi Victor Hugo et bien d’autres

                          Donc tout dit disparaitre


                          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 6 juillet 18:04

                            On peut donc affirmer devant ces citations que la liberté de parole et d’opinion s’est bien restreinte.

                            Elle est pourtant garantie dans les articles 10 et 11 des droits de l’homme de 1789.


                          • Sylv1 2 juillet 20:03

                            Pour une fois, un article assez juste. Après pour l’écriture c’est autre chose.


                            • ETTORE ETTORE 2 juillet 21:21

                              Il (Ils) est étonnant quand même, ce RAKOTO !

                              A force de continuer à initier ce virage, il finiras par se retrouver face à lui même.

                              Et que se passeras t-il donc à se moment là ?

                              Annihilation, fusion, ....

                              Il m’étonne actuellement !

                              De plus en plus, je le vois comme une figure fractale, et cela m’inquiète tout autant ! lol !


                              • ETTORE ETTORE 2 juillet 23:31

                                Et que se passeras t’il donc à CE moment là ?

                                RElire, RElire, RElire......


                                • vesjem vesjem 5 juillet 09:33

                                  @ETTORE
                                  c’est l’excitation et l’exaltation au cours de l’écriture, qui nous fait fêre tout ses fôtes ; on a hâte d’expédier


                                • Baobab 3 juillet 08:10

                                  Du grand n’importe quoi. L’auteur devrait se contenter de son domaine de prédilection, la nécrologie et éviter de s’essayer sur des terrains qu’apparemment il ne maitrise pas. Venant de la part d’un Malgache dont on sait combien son peuple a souffert de la colonisation française (des millions de morts entre le 19ème siècle et l’insurrection de 1947, avec toutes les atrocités commises ; tortures, exécutions sommaires, éjection des soutes des avions etc), on ne peut être qu’étonné de cette position « pure nègre de maison ». Pour ma part, originaire d’une toujours colonie française, et vivant avec une Malgache qui m’a raconté l’Histoire de son pays, j’ai préféré me tourner vers des Historiens professionnels et dignes de ce nom.

                                  Le racisme d’état, systémique existe bel et bien en France. Ce pays est un pays colonialiste, et ne l’oublions pas le colonialisme est une doctrine qui est basée sur le racisme pur. Des peuples européens, auto-jugés supérieurs se sont arrogés le droit d’aller porter la « bonne parole civilisationnelle » aux peuples qu’ils jugeaient inférieurs dans les conditions effroyables que l’on connait et dont les conséquences se font sentir encore de nos jours.
                                  Qu’il vienne faire un tour aux Antilles encore sous domination coloniale pour s’apercevoir à quel point le racisme est institutionnel. Le préfet, les hauts fonctionnaires, les magistrats, les commissaires de police et les gradés de gendarmerie sont tous blancs. Chaque semestre les pelotons de gendarmerie sont renouvelés dans les colonies, histoire de bien faire appliquer les lois coloniales et de s’en prendre à tous ceux qui oseraient manifester leur opposition. Les magistrats ne sont pas en reste et font montre d’une servilité totale en condamnant lourdement les réfractaires à l’ordre colonial. Il y a peu, ils avaient même autorisé l’érecction d’un monument à la gloire des premiers colons malgré l’opposition de la population. 
                                  Quand les syndicats indépendantistes lancent des mouvements de grève et appellent par exemple à des blocus de centres commerciaux ou de soicétés, les gendarmes français blancs bloquent l’accès de ces lieux aux populations noires et laissent passer les blancs. J’en ai été plusieurs fois témoin. Mais peut-être n’ai je pas bien évalué le contexte !!

                                  Nous avons encore et toujours des rues Schoelcher, Lamartine, Faidherbe, Ferry, des cours Napoléon du nom du tyran qui a rétabli l’esclavage, et même des avenues de Gaulle, auteur du massacre de Mè 67 (Mai 67) qui a fait des centaines de morts non revendiqués par la France en Guadeloupe.

                                  Contentez-vous de vos rubriques sur les stars décédées, que je ne lis pas d’ailleurs et laissez l’Histoire aux Historiens.


                                  • chantecler chantecler 3 juillet 16:54

                                    Marrant que personne n’est noté que Colbert était un enculé de première .

                                    Fayot , en admiration devant Louis XIV , il a largement contribué à la chute et à l’embastillement de Fouquet son concurrent au départ , qui lui était un grand bonhomme , gestionnaire et commerçant hors pair .

                                    Il a pris des mesures pour développer des manufactures certes et donc permis les échanges commerciaux , il a favorisé la création d’une flotte de navires militaires et marchands ruineuse mais pour ce faire il a sacrifié des centaines de forêts multicentenaires : il fallait du bois pour les charpentes , les mats , mais aussi pour fondre le bronze des quilles et des canons .

                                    La population était très pauvre sous ce roi de droit divin mais il ne s’est jamais opposé à ses dépenses somptuaires de tant en constructions qu’en équipant des armées pour mener des guerres permanentes .

                                    Quant à l’esclavagisme il l’a favorisé mais cela on en a assez parlé .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité