• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Investir dans le service public pour sortir du chômage de masse

Investir dans le service public pour sortir du chômage de masse

Une bonne nouvelle : l’Etat dispose de 40 milliards d’euros destinés au pacte de responsabilité.

Autre bonne nouvelle : le Medef refuse toute contrepartie dans le cadre de ce pacte.

Conclusion : On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif et le gouvernement doit utiliser efficacement cette manne financière pour lutter contre le chômage et sortir de la crise.

Gattaz le provocateur

Avec son pin’s fabriqué hors de France agrafé à la boutonnière, il nous promettait 1 million d’emplois. Désormais, il ne veut plus entendre parler de contrepartie aux 40 milliards versé par l’Etat aux entreprises. Au passage il milite pour la dérèglementation du travail en proposant un sous smic alors que lui-même a augmenté sa rémunération de 29 % l’an passé.

Il nous propose donc rien d’autre qu’un remake de « prends l’oseille et tire toi » à l’instar de ce qui s’est passé lors de la diminution de la TVA dans la restauration En fait, Gattaz est le porte-parole des grands groupes qui profitent en général pleinement des accords signés et des financements qui vont avec, alors que dans le même temps des PME et des artisans sont à la peine et voient leurs carnets de commandes fondre comme neige au soleil.

Les 40 milliards sont de l’argent public

Ils proviennent des économies réalisées sur les dépenses de l’Etat et des collectivités locales et des recettes fiscales supplémentaires engrangées depuis que Bercy s’est aperçu qu’il devenait rentable de faire la chasse aux fraudeurs, notamment ceux qui détiennent des comptes non déclarés en Suisse.

Notons au passage que la fraude fiscale et sociale s’élèverait actuellement au bas mot entre 30 et 50 milliards supplémentaires ce qui donne des perspectives intéressantes en matière d’équilibre budgétaire et de réduction de la dette, à condition qu’on s’en donne les moyens.

Investir sur la seule initiative privée est une erreur

Quels seraient les effets des 40 milliards du pacte de responsabilité donnés aux entreprises sur la réduction du chômage et sur la croissance ? 

Le précèdent de la baisse de la TVA sur la restauration sous le règne de Sarkozy est éclairant : où sont les emplois crées ?

Il y a trois effets au versement de la manne publique : le premier consiste à embaucher mais on voit que cela est très limité surtout si les carnets de commande des entreprises ne se garnissent pas. Le second effet porte sur l’investissement destiné à accroitre la rentabilité de l’entreprise (et aussi parfois à supprimer des emplois). Le troisième effet bien connu consiste à toucher l’argent et à en reverser un maximum aux actionnaires et aux dirigeants des entreprises dont certains iront résider dans des pays fiscalement accueillants avec l’argent des contribuables français.

Au final, c’est-à-dire après que Gattaz nous aura affirmé mordicus que l’argent public aura permis de supprimer moins d’emplois que prévu, que nous nous apercevrons, mais il sera trop tard, que ce pacte de responsabilité est un marché de dupes pour les Français.

Sortir du dogme libéral en soutenant l’activité publique

A entendre les libéraux, les banquiers et la commission européenne, il n’est de bon investissement que privé, or que peut-on espérer des 40 milliards que le gouvernement s’apprête à donner sans contreparties formelles, surtout en terme d’emplois ? 100 ou 200 000 emplois au plus ? C’est-à-dire un rendement de la somme investie de seulement 10 % par rapport au million d’emploi promis antérieurement.

Le dogme en vigueur consiste à diminuer drastiquement la dépense publique pour favoriser l’activité privée. On voit que les résultats escomptés ne seront jamais là et que le faible taux d’activité de notre économie provoque de surcroit l’abandon de toute progression des salaires.

Il faut par conséquent réorienter ces 40 milliards vers l’investissement et l’emploi public.

Investir dans de l’emploi public, c’est être certain qu’il n’y aura pas de perte en ligne et que les milliards consacrés ne seront pas détournés de leur objectif par des patrons peu scrupuleux ou pas intéressés.

C’est également être certain que les sommes versées sous forme de salaires seront soumises à l’impôt et aux cotisations sociales, d’où une perspective d’amélioration des comptes sociaux, une baisse des prestations chômage versées actuellement et, par exemple, un recentrage des conseillers de pôle emploi vers le conseil aux demandeurs d’emplois.

C’est aussi de l’honneur retrouvé et des capacités d’avoir des projets de vie qui se concrétiseront par une demande auprès des entreprises (achat de biens et de services,…).

C’est enfin remettre en état des pans entiers de notre secteur public ou para public actuellement en déshérence : la police qui se plaint des commissariats délabrés et des véhicules pourris, les personnels soignants des urgences, la justice qui tarde trop souvent à la rendre, les services de l’inspection du travail de l’Urssaf qui doivent trouver leur place en matière de respect du droit du travail et du combat contre la fraude aux cotisations sociales, sans oublier les services chargés de combattre la fraude et l’évasion fiscale ou les crédits pour la recherche dans les universités.

Un part non négligeable de ces recrutements, rentables pour la collectivité, se traduira par des effets induits sur l’économie privée et lui permettra de se remettre à flots pour les plus en difficulté et enfin de créer d’autres emplois.

Enfin, toujours dans l’idée de doper l’activité privée, une part des 40 milliards aujourd’hui disponible devra être attribuée pour combattre l’exclusion et favoriser l’intégration : je pense à cet égard aux mesures d’accessibilité pour les handicapés sans cesse honteusement repoussées, à des mesures d’accompagnement de l’emploi de services pour les personnes âgées en établissement ou non, ou bien des financements d’emplois pour les associations qui favorisent la cohésion sociale dans les villes ou le milieu rural.

 

Il faut pour cela que nos gouvernants ouvrent les yeux, qu’ils fassent enfin le constat que la société se délite, qu’elle participe de moins en moins au barnum politique et que ce n’est pas en donnant de l’argent les yeux fermés que l’état du pays s’améliorera.

Pour compléter le dispositif, un coup d’œil sur les 60 Milliards actuellement distribués aux entreprises au travers les quelques 6000 dispositifs serait le bienvenu. Une étude sérieuse de l’impact de ce magma administratif satisferait certainement les entreprises qui se plaignent, à juste titre, des contraintes administratives qui leurs sont imposées.

Pas sûr que M. Gattaz soit d’accord avec ce qui précède, mais on s’en fiche : c’est l’intérêt collectif qui est en jeu, pas la somme des petits intérêts particuliers et financiers de quelques dogmatiques égoïstes qui plombent le pays. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.79/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

102 réactions à cet article    


  • Robert GIL Robert GIL 12 décembre 2014 11:08

    si au lieu de donner des milliards sans contrepartie ades gens sans competence ( car depuis que l’on leur distribue de l’argent, a part augmenter les dividendes des actionnaires, force est de constater qu’ils sont incapable de creer le moindre emploi) on en gardait un peu pour l’ensemble de la population ...
    .
    voir : QUE FAIRE AVEC 46 MILLIARDS D’EUROS ?


    • Michel DROUET Michel DROUET 12 décembre 2014 11:43

      Bonjour Robert GIL
      Merci pour ce lien que je découvre et qui précise et complète utilement mon propos


    • 4A+++ 12 décembre 2014 18:39


      DÉFICIT BUDGÉTAIRE DE L’ÉTAT FRANÇAIS 70 MILLIARDS POUR 2014 EN HAUSSE PAR RAPPORT A 2013.

      Ne pas augmenter l’augmentation des couts des services publics.

      Pour renforcer l’économie il faut s’attaquer aux véritables causes :

      Au niveau Européen :

      - La mondialisation, provoqué par l’arrêt des taxes douanières aux frontières et la libre circulation des capitaux,
      il ne vous a pas échappé qu’il est préférable d’investir et produire dans les pays en voie de développement (Chine, Inde, Mexique, Afrique) pour qu’en suite ces produits soient revendus dans les pays en voie de développement prenant au passage des bénéfices prodigieux, imaginé cout de production d’un smartphone 10€ revendu de 200 € à 600€ pour les Gogos que nous sommes malheureusement... Qui profite évidemment aux grosses multinationales dirigés par quelques personnes très très riches je ne citerai pas de noms à vous de réfléchir.

      - Les banques.
      il ne vous aura pas échappé non plus qu’il est plus intéressant de mettre une partie du capital dans les banques qui s’ amuserons à le faire fructifier dans le casino financier de la planète, il faut savoir que si la bourse monte ou qu’elle baisse dans tous les cas si vous avez assez d’argent pour payer le ticket d’entré cela vous rapportera au minimum de 7% jusqu’à 13% pour les meilleurs traders, pourquoi se lever tôt et créer des nouvelles entreprises en Europe.
      - Il ne vous aura pas non plus échappé qu’en France sur 10 ans que nous sommes passés de 16% d’industrie à 11% et c’est la un des problèmes majeurs, pouvez vous me dire comment peut on être compétitif fasse à un montant de salaire d’un chinois de 150 € par mois qui ne paie ni caisse de retraite ni caisse de sécurité sociale sans parler des cause environnementale.
      Concernant l’ Allemagne il faut savoir que si son industrie est florissante c’est qu’elle s’est attaché à faire des produits de luxe très chers à forte valeur ajoutée de bonne Qualité qu’elle n’a jamais laissé tombée son industrie même lors des tempêtes (voir machines outils, automobiles, électroménager etc...) et qu’en plus elle s’est vendre contrairement à la France, sans parler de son système éducatif basé sur l’apprentissage que nous avons abandonné en France.

      - Supprimer les paradis fiscaux.

      - Harmoniser les impôts au niveaux de l’ Europe pour éviter le dumping fiscal qui bénéficie aux entreprises.

      - L’ ARGENT QUI DORT SUR LES COMPTES SERAIENT ALORS BIEN OBLIGES DE REVENIR DANS L’ÉCONOMIE RÉELLE.

      Conclusion :

      - Diminuer l’attrait des bourses et mouvement financier en tous genre pas plus de rendement pour les plus riches 1 à 2% identique à nos rendements que nous percevons type livret A.
      - Casser les cartels bancaires et multinationales en les redécoupant pour éviter qu’elle ne puissent plus gouverner les états qui sont censés représenter les citoyens.
      - Remettre les taxations intelligentes aux frontières comprenant analyse des déficits extérieurs pour obtenir des balances équilibrées si un secteur est absent mettre des taxes définies à hauteur du manque à gagner le thème utilisé vis à vis du monde absence de prise en compte des problèmes environnementaux et sociétal ces taxes seraient alors remises pour la création de nouvelles entreprises (chaussures, habillement, électroménager, hifi, smartphone, téléviseur etc...) Oui mais vous allez me dire que devient la vente des Airbus et autres technologies performantes, quand on est leader et que l’on sait vendre il n’y a pas de problème.
      - Dès lors que la réindustrialisation revient des nouveaux emplois sont crées il y a une création de richesse, rendant du pouvoir d’achat, permettant la rentré des impôts et le remboursement de la dette, et en diminuant le chômage.
      Surtout ne pas tomber dans l’assistanat.

      Mais je pense que la voie qui a été décidé au niveau Européen est la déflation pour que les salaires diminues afin d’être compétitif vis à vis du monde qui nous entoure.
      Alors attention aux mouvements humains futurs ...


    • taktak 13 décembre 2014 23:08

      Bonjour Michel Drouet

      Merci pour cet article qui rappelle de façon très didactique quelques évidences totalement tues par les médias (du Medef)

      voici un article publié sur le site du PRCF il y a un an qui fait également les comptes. Le millions d’emploi, on l’aurait et tout de suite. Le fond de l’affaire c’est de remplir les poches de la classe capitaliste

      http://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/hollande-la-guerre-aux-salaires-les-cadeaux-au-medef-en-chiffres/

      "Hollande a annoncé la suppression des cotisations patronales d’allocation familiale alimentant la branche famille de la sécu. 35 milliards d’euro. 35M€ de salaire différé mutualisé que doivent verser les employeurs aux salariés en rémunération de leurs travail.

      C’est une nouvelle déclaration de guerre contre nos salaires.

      Parlons concret et gros sous. Supprimer ces 35 milliards d’euros de cotisations patronales – idéologiquement rebaptisées charges par des patrons pour qui les salaires sont TOUJOURS trop élevés – qu’est ce que cela représente.

      Cela représente une baisse de salaire de près de 1250 € chaque années par actif français. Rien que ça. Partant de votre poche pour aller dans celle des actionnaires au plus grand plaisir du MEDEF.
      Les quelques 50 milliards de baisse de salaire par la suppression de cotisation patronales viennent qui plus est s’ajouter aux 20 milliards déjà donnés avec le CICE. Pour combattre le chômage soit disant.

      Pour fixer les idées, 50 milliards c’est le budget de l’éducation nationale qui permet d’employer près de 1 millions de personnes. Logiquement les 20 milliards du CICE auraient donc du se traduire en la création de près d’un demi millions d’emploi !"



      • dithercarmar dithercarmar 13 décembre 2014 03:03

        Preuve que cette article n’est qu’un bourrage de mou, et que la france (et autres) est dans la merde :

        Nous avons déjà parlé de ce qui s’est passé à Chypre en avril dernier, c’est-à-dire la confiscation des comptes bancaires de plus de 100.000 euros pour renflouer les banques locales en faillite. Nous avons aussi expliqué que cela présageait du mode de règlement futur des crises bancaires : se servir directement dans les comptes des épargnants. Et effectivement, il a été lancé dans la foulée un projet d’une directive européenne pour formaliser ce procédé.
         

        Redisons-le : il ne s’agit rien d’autre ici que d’un vol pur et simple, d’une remise en cause du droit de propriété. Que les actionnaires soient mis à contribution, rien de plus normal. Et si cela ne suffit pas, et bien il faut remettre en cause la loi bancaire et séparer les banques de dépôt des banques de marché, de façon à éviter que les dépôts ne soient mis en danger. Rien de tel ici, on n’empêche pas les banques de grossir et d’accumuler des risques (on fait confiance à Bâle 3 qui n’est pourtant pas du tout à la hauteur des enjeux), et en cas de problème il suffira de puiser dans les comptes des déposants ! L’ensemble des clients de ses banques seront-ils prévenus ? Surtout pas ; cela déclencherait un mouvement de panique.

        Dans la nuit du 11 au 12 décembre, les 28 Etats membres ainsi que la Commission et le Parlement européen se sont mis d’accord sur le texte de cette directive. Elle entrera en vigueur le 1er janvier 2016 ; désormais chacun est prévenu.

        Beaucoup pourraient se dire qu’avec un plancher de 100.000 euros, ce n’est pas la peine de s’inquiéter. Lourde erreur. Effectivement, à Chypre, les comptes en dessous de cette somme n’ont pas été touchés, mais uniquement parce que l’Union européenne et le FMI ont apporté 10 milliards d’euros dans le cadre d’un plan d’aide. Pour un pays comme l’Espagne, l’Italie ou la France, il faudrait des centaines de milliards pour protéger ces comptes. Qui pourrait apporter cette somme ? D’autant que la directive proscrit ce type d’aide extérieure (le bail out) pour justement obliger le pays à résoudre par lui-même la crise qui le frappe (le bail in). C’est bien sûr TOUS les comptes qui seraient ponctionnés.

        C’est d’autant plus évident qu’à l’annonce de cette directive, tous ceux qui détiennent plus de 100.000 euros, et jusqu’à, disons, un million, ouvrirons plusieurs comptes pour se retrouver sous cette somme. Les multimillionnaires, eux, partiront ou feront des montages pour protéger leur patrimoine. Ne resteront alors que les entreprises. Mais qu’est ce que cela signifie de ponctionner tout ou partie des comptes des entreprises, c’est à dire leur trésorerie, sinon les empêcher de faire la paye les mois suivant et les mettre en grave difficulté ou en faillite, et ainsi de provoquer une crise économique majeure ?

        Ce chiffre de 100.000 euros est un pur effet d’annonce destiné à faussement rassurer 95% de la population (les électeurs !) mais il ne tiendra évidemment pas en cas de crise bancaire. Avec cette directive, voici une raison supplémentaire de penser à se mettre à l’abri du système bancaire.

        https://www.goldbroker.fr/actualites/alerte-directive-europeenne-ponctionner-comptes-bancaires-signee-388


      • Michel DROUET Michel DROUET 13 décembre 2014 07:31

        Précision :
        A Chypre, cela visait principalement les comptes étrangers, en particuliers ceux des oligarques russes.


      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 13 décembre 2014 07:36

        Michel Droute,
        Ce n’est pas l’avis du FMI : «  Il est temps de mettre une taxe opaque sur l’épargne »


      • eric 12 décembre 2014 11:21

        Ah la, la...

        L’argent récupère des "fraudeurs, ce sont les 3 à 4 milliards que le pouvoir hollande va offrir a ses riches électeurs (seuls les 50% les plus riches payent l’impôt sur le revenu et les 3 ou 4 millions de nouveau exonérés recoupent étrangement sa base sociale, pendant que de facto, les 11 millions de pauvres votent peu...

        Les 40 milliards, sur on ne sait trop combien d’année, etc.. ; ne sont qu’une partie de l’argent des entreprises que l’état socialiste leur a soulevé depuis son avènement. Il est vrai que le dit état va faire payer ces sommes par les ménages au lieu d’économiser lui même puisqu’il s’agît de baisses de charges, donc, en aval, de prestations sociales et non de dépenses des administrations.

        Cela étant augmenter les dépenses publiques, dans l’absolue, pourquoi pas. Le problème est que notre état a fait la preuve durable de son incapacité à transformer des dépense croissantes en des services utiles et de meilleur qualité.

        Si vous ne me croyez pas, allez lire les rapports de tous les syndicats de la fontion publique sans exception. Depui plus de trente an, une hausse règulière des dépenses, du nombre d’agent et des impôts, se sont soldées d’après eux, par une dégradation profonde et continue de la qualité des services offerts aux populations.

        Envisager des hausses supplémentaires sans avoir fait le point la dessus est tout simplement irresponsable...


        • Michel DROUET Michel DROUET 12 décembre 2014 18:02

          Bonjour Eric

          Pour vous répondre je vous dirai également : envisager de verser 40 milliards aux entreprises sans avoir fait le point sur l’utilisation des aides précédentes est tout simplement irresponsable.

          Il en va des mêmes problèmes dans le public ou le privé : il y a des profiteurs partout qui masquent le travail réellement fait par les autres.


        • eric 12 décembre 2014 19:42

          Absolument pas.
          1 Ce n’est pas le versement d’une aide mais un moindre prélèvement sr ceux qui leur ont été imposées en plus par le PS depuis 2 ans
          2 Si le PS le fait, c’est parce qu’il commence vaguement à voir ce que cela a donné comme résultats, notamment en matière d’emploi et de croissance que ces prélèvements délirants.
          3 Le PS est absolument incapable de juger de l’utilité ou pas d’une aide quelle qu’elle soit. Du reste, on en a un bon exemple avec les emplois sans avenir, qui dans un premier temps réservés au public et parapublic, n’ont en rien amélioré la qualité de leurs service mais à couts exorbitant.
          4 Une entreprise qui crée de la richesse, et à qui on en prend un tout petit peu moins pourl’e,pécher de faire faillite, ce n’est pas le même type de profiteur qu’un partis qui taxe à mort pour arroser ses clientèles électorales.


        • Pere Plexe Pere Plexe 12 décembre 2014 20:25

          Les 40 milliards, sur on ne sait trop combien d’année,

          si on sait : tous les ans !
          ne sont qu’une partie de l’argent des entreprises que l’état socialiste ...
          Non. 

        • eric 13 décembre 2014 09:26

          Oui...........


        • Lucide bdpif@laposte.net 12 décembre 2014 13:26

          « et des capacités d’avoir des projets de vie qui se concrétiseront par une demande auprès des entreprises (achat de biens et de services,…). »


          Hélas, trois fois hélas,on sait par expérience que cet argent partira dans des biens de consommation acheté en Chine ou dans les sociétés du grand capital.

          Trés peu de reinjection de cet argent dans l’économie.







          • Michel DROUET Michel DROUET 12 décembre 2014 18:13

            Bonjour bdpif

            On peut également avoir des projets immobiliers (achat d’un appartement, par exemple...)

            Tout l’argent réinvesti n’ira pas chez les chinois ou dans les sociétés du grand capital, sinon il vaut mieux ne rien faire du tout et laisser le pays s’enfoncer encore plus


          • Lucide bdpif@laposte.net 12 décembre 2014 19:22

            Oui, vous avez raison. L’achat d’un appartement ou d’une résidence secondaire, comme j’ai eu à en faire justement pour des fonctionnaires dans le cadre de mon ancienne boite de peinture Batiment.


            Des emplois de fonctionnaires, cà fait vivre des corps de métier à coté : Petits peintres, femmes de menages comme j’ai vu chez certains, etc ...

            Ces gens là m’ont exploités joyeusement d’ailleurs. Et j’ai fermé par la suite.

            Ce que j’essaie de vous dire, c’est que vous avez raison sur le papier, en pratique, c’est PLUS DECEVANT. Je n’ai vu que des gens parmis ces fonctionnaires qui fraudent, essaient d’acheter au moins chers, exploitent pour certains.

            Donc trés sceptique sur le coté « retour à l’economie par l’augmentation des fonctionnaires »

            Ce qui explique qu’autrefois j’avais votre discours et j’en suis revenu amérement.

            DOnc, je n’y suis pas trés favorable, je préferais qu’on coupe les emplois à vie de ces gens en demi - vie, pour partager les années de fonctionariat avec les salariés fatigués du privé. Ainsi, on pourrait doubler l’emploi de fonctionnaires et reserver le poste aux gens qui ont déjà travaillés dans le privé.

            Mais l’idée de partage de travail n’a pas l’air d’entousismer grand monde, sic ...

            Fonctionnaire ou pas, il en reste des humains, dont l’humanisme comme tout à chacun s’arrette à la fiche de paye.

            Difficile pour moi de se battre pour ces gens là.

            Cordialement ;)





          • Michel DROUET Michel DROUET 13 décembre 2014 21:15

            Bonsoir bdpif

            La tendance à la globalisation fait des ravages : vous stigmatisez les fonctionnaires comme d’autres pourraient stigmatiser les entreprises privées. Dans ce milieu, il existe aussi des charlots et des escrocs et j’en ai rencontré qui arnaquaient joyeusement les contribuables tout en crachant également sur les fonctionnaires.
            Il faut arrêter de fonctionner de manière binaire : tout n’est pas blanc, tout n’est pas noir, c’est beaucoup plus subtil.


          • Pi@h 12 décembre 2014 14:06
            Investir dans le service public ?

            Comme la Mairie de Paris par exemple ? Qui embauche à tour de bras des « animateurs », comprenez par la des lascars totalement déconnectés du marche de l’emploi payés entre 1 400e et 1 600e/mois a rien foutre, et qui de toute façon n’ont envie de rien foutre ! Je le sais un de mes clients en fait partie... Et vous voulez qu’on parle des horaires ? Il me racontait en se marrant qu’il pouvait pas venir en RDV avant midi car il faisait la grasse mat, ha nan je suis mauvaise langue ça lui arrive de faire des chantiers au black avec son cousin pour boucler les fins de moi difficile...
            On passera sous silence le logement qu’il vient d’obtenir de la Mairie..Je peux vous dire que la manne est bonne le gars est en train de faire embaucher tous les branleurs de son quartier...

            J’ai une collègue dont la mère bosse a la mairie de Bobigny c’est le même tarif !

            Ha c’est sur il est beau l’investissement public.

            Non n’investissons surtout pas sur les artisans et les commerçants qui sont bien trop idiots a se taper des horaires et un stress de malade quand on peut etre paye a rien glander.

            • Michel DROUET Michel DROUET 12 décembre 2014 15:17

              Bonjour Pi@h
              Vous posez la question du management et en premier lieu de la capacité des élus à être de bons gestionnaires de personnels et non pas des supports de clientélisme.
              Ceci étant, dans le privé il y en a pas mal qui profitent su système : les salaires stocks options et autres retraites chapeau sont là pour nous le démontrer, sans compter les incompétents qui ruinent leurs entreprises...


            • Pi@h 12 décembre 2014 15:41

              Bonjour

              Je suis d’accord avec vous.
              Seulement je pense que si il y a bien un secteur ou on peut et ou on doit arbitrer (exceptes les services regaliens) aujourd’hui c’est bien le secteur public. 

              Cela n’excuse en rien les pratiques scandaleuses que vous denoncez (stocks options , retraites chapeaux etc...)

              Après les tirs flancs il y en partout, le fonds du problème c’est surtout une question d’éducation et de mentalité. Il faut se poser de bonnes questions ! Qu’encourage- t-on aujourd’hui ? La prise de risque, l’ambition, le culte de la réussite ? Je n’en suis pas persuadé... C’est plutôt jouons « petit bras » et restons planqués. Quand on a 20 ans et qu’on envie de rien glander et aucune envie même un peu utopique et naïve de construire quoique soit on peut voter toutes les lois qu’on veut ça ne changera rien. Je suis effaré du nombre de jeunes diplômés qui cherchent par tous les moyens a rentrer dans l’administration pour s’y planquer, et c’est parfaitement assumé.

              Et dans tout ce marasme croyez moi que l’education national et les parents ont une grosse part de responsabilité.

            • soi même 12 décembre 2014 14:43

              Et bien non, c’est finie le communautarisme de la fonction public, elle a eux son heure de gloire, avec Courteline, passons franchement le cap pour aller vers une société équitable et solidaire pour temporisé l’orage de destruction qu’est le néolibéralisme,de toute façon avec le degrés de délabrement et de corruption de nos institutions, votre proposition restera est un vœux pieux pour les moutons de Panurge !


              • Michel DROUET Michel DROUET 12 décembre 2014 18:16

                Bonjour soi même

                Il s’est passé quand même des choses depuis Courteline.... Il ne faut tout de même pas caricaturer...
                Maintenant, la corruption existe aussi dans le privé : voir le scandale Dassault qui arrose ses électeurs et également les casseroles de Balkany, pour ne citer que ces deux cas.


              • soi même 12 décembre 2014 18:52

                Oui bien sur, seulement à vouloir reprendre des veilles recettes ne fait en rien avancer vers une résolution du problème, nous sonnes tenues à repensez tous la société sur des bases nouvelles , si en vous êtes pas convaincus lisez, le déclin de l’Occident de Oswald Spengler et vous comprendrez ce n’est pas avec des organisations issus du passé que l’on va enrayer ce qui est prédit d’une manière scientifique , la barbarie qui est en train de venir !


              • Antenor Antenor 12 décembre 2014 14:55

                Le problème est moins de savoir s’il faut investir dans le public ou le privé que de déterminer quels sont les secteurs d’activité qui en ont vraiment besoin. En résumé : faire des choix et les assumer.


                • Michel DROUET Michel DROUET 12 décembre 2014 15:14

                  Bonjour Antenor

                  En réalité, il faut pouvoir investir dans les deux secteurs sur la base de contrats clairs et précis sinon c’est un marché de dupes.


                • franc tireur 12 décembre 2014 15:00

                  Ce qui me fait toujours tiquer dans ce pays c est que lorsqu un gouvernement matraque entreprises ou particuliers d impots et qu ensuite essaie de diminuer la facture certains parlent de « cadeaux » .

                  Bah non, ca n’est pas un cadeau de monter une entreprise dans ce pays .35 milliards de hausses d impots depuis 3 ans, et un CICE étalé sur 3 ans dont ne voit toujours pas couleur la tres large majorité du tissu economique ( PME/TPE) ..

                   Non ces 40 milliards ne sont pas une « manne » puisque déja ils ne sont pas financés .
                  L Etat est totalement fauché et si ce gouvernement de fonctionnaire a consenti ces 40 milliards c est vraiment parce qu il a compris que les entreprises francaises ne pouvaient etre les plus fiscalisées du MONDE, avec les marges les plus faibles d’europe.

                  L’erreur a été d inclure tous type d entreprises, donc grande distri, banques etc , des firmes déja les doigts de pied en eventail et non soumis a concurrence l export. Mais ca n etait pas constittutionnel de différencier les type d activité .

                  Sortir du dogme libéral ? mais on y est jamais entré ! En France ca fait 30 ans qu on baigne dans un jus de relance par la consommation financée par les impots donc pesant toujours plus sur les entreprises. On est arrivé au bout, on a déja assez financé l industrie chinoise !
                  Relancer l investissement public ? on est déja pas mal , plus que nos voisins en tout cas . On ne peut plus s endetter , il faut attirer le privé .

                  Je comprends que pour la gauche ce soit la fin des haricots,elle sent et voit son monde s ecrouler

                  • Michel DROUET Michel DROUET 12 décembre 2014 18:22

                    Bonjour Franc Tireur
                    Je suis d’accord avec vous sur un point : l’inclusion de tous types d’entreprises pour les aides à l’économie. Les PME et les artisans tirent la langues pendant que le secteur bancaire se goinfre.

                    Admettez cependant que la relance par l’offre est également un fiasco et que c’est la combinaison des deux avec ciblages pour les secteurs en difficultés (public ou privé) qui devrait être expérimenté, mais avec contreparties lisibles pour tous !

                    Enfin, ce n’est pas une question de gauche ou de droite c’est une question d’intelligence, et c’est tout, mais c’est une denrée rare parmi les décideurs et les partenaires sociaux.


                  • Claude Simon Gandalf 12 décembre 2014 15:15

                    Avec tout les dumpings sociaux, monétaires ou écologiques dont la France est victime, nous sommes bel et bien forcés de vivre au-dessus de nos moyens.


                    Cependant, entre les économies qui construisent pour construire (Chine), qui impriment pour imprimer (Japon, US jusqu’à Octobre), la sagesse keynésienne nous enseigne qu’il s’agit d’imprimer pour construire et embaucher.


                    • Tillia Tillia 12 décembre 2014 17:33
                      Est-il raisonnable de verser ces 40 milliards dans le tonneau des Danaïdes du Public ... 

                      • Michel DROUET Michel DROUET 13 décembre 2014 07:33

                        Bonjour Tillia

                        En remplaçant « public » par « privé » votre commentaire marche aussi : question de point de vue...


                      • Nycolas 12 décembre 2014 18:32

                        Tant qu’on considèrera le chômage comme un problème alors qu’il est le symptome d’un problème, on n’avancera pas. On pourrait créer 1 million, 2 millions, 3 millions d’emploi, le problème ne sera pas résolu car le chômage étant structurel et intrinsèque à une société capitalo-libérale (ouvrez les yeux, c’est blanc bonnet et bonnet blanc) basée sur l’économie de marché, il reviendra toujours, comme le naturel, et au galop.

                        Il faut remettre en cause les fondements mêmes du système. Quand un pneu en est à 32 rustines et qu’il fuit de toute part, mettre d’autres rustines ne fait que retarder l’inévitable. Vous savez de quoi je parle : il faut trouver un pneu neuf. Le temps perdu à boucher les trous est de l’énergie gâchée.

                        Ce ne sont pas les propositions qui manquent. Ce qui manque, c’est le courage politique.


                        • Claude Simon Gandalf 12 décembre 2014 18:44

                          Il y a 4 théories principales en économie (triés par ordre d’influence) :

                          - libéralisme ;
                          - keynésianisme ;
                          - protectionnisme/corporatisme ;
                          - communisme ;

                          Tout cela étant une forme ou une autre de capitalisme, de pneu neuf, je n’en vois pas. Mais peut-être peux-tu nous éclairer à ce sujet.

                        • lsga lsga 12 décembre 2014 18:49

                          le communisme, c’est la sortie du Capitalisme, c’est à dire l’abolition de la propriété privée des moyens de production (ce qui n’a RIEN À VOIR avec la nationalisation... et tout à voir avec la COLLECTIVISATION).

                           
                          Mais bon, c’est sûr qu’après 50 ans de PCF stalinien et d’une « extrême » gauche keynésienne, les français ne sont plus habitué à entendre le point de vue authentiquement communiste.

                        • lsga lsga 12 décembre 2014 18:58

                          et puis pour info, Keynes est économiste libéral, tout comme Marx. 

                           
                          Keynes était membre du Parti Liberal, Marx a été le rédacteur en chef du journal Libéral « Rheinische Zeitung », a repris et corrigé les théories du très libéral Ricardo sur la valeur, et a pris position pour le libéralisme dans son texte « Libéralisme et Révolution », et dans son discours sur la question du libre échange .
                           



                        • Claude Simon Gandalf 12 décembre 2014 19:15

                          Le stalinisme est un capitalisme d’état. Toute la propriété et la décision stratégique est du ressort de l’état.


                          La SCOP est une entreprise où tout les salariés ou presque sont propriétaires de leur boîte avec un gestionnaire et non un patron et ont des produits à mettre sur le marché, dans une économie de marché, avec concurrence, satisfaction client, marketing, pub. Bref, leur environnement n’est pas différent d’une entreprise privée standard. Ils doivent, comme les autres, accumuler du capital (épargne, emprunt, obligations, subventions) pour faire tourner leur affaire.

                          Bref, le communisme est bien un capitalisme.

                        • Nycolas 12 décembre 2014 19:23

                          Je ne sais pas si on doit faire du neuf avec du vieux (théories économiques dominantes que vous citez), ou du neuf avec du neuf (théories économiques novatrices émergentes qu’on ne considère pas, pour différentes raisons), mais ce que je déplore, c’est qu’on fait du vieux avec du vieux qui ne marche pas, et ce par frilosité, par soumission au diktat actuel, atlantiste.

                          Je pense pour ma part que parler de résoudre le chômage sans parler de la délocalisation (des industries mais aussi des compétences), est vraiment parler dans le vide. Or cette délocalisation est un mécanisme du capitalisme libéral. Si ces délocalisations sont possibles, c’est en effet parce qu’elles sont possédées par des industriels qui en font ce qu’ils en veulent et les mettent où ils veulent, d’où une destruction des états eux-mêmes, d’où une concurrence entre travailleurs qui conduit à un nivellement général par le bas, qui produit un affaiblissement des couches prolétaires, ce qui engendre un déséquilibre de plus en plus grand des rapports de force et des rapports de richesse (ce qui revient au même).

                          A partir de ce constat, qui forme un embranchement, on peut facilement déduire des perspectives de changement.

                          Mais de toute façon, le problème n’est pas qu’économique, il est sociétal, civilisationnel, même. Et c’est surtout là que le courage politique manque, avec la vision qui devrait aller avec. On entend toujours les mêmes choses dans le paysage politique corrompu, il y a une sclérose général des idéologies à cause de la soumission au statu quo vécu comme un état supra-naturel que rien ne saurait remettre en cause.

                          Je ne suis pas économiste, juste citoyen et auteur. Je n’ai pas de force de proposition sur ce sujet qui ne me passionne pas beaucoup, et ça n’a pas d’importance : ce que je pourrais en dire ne serait jamais relevé par une personne compétente pour l’appliquer, de toute façon, en l’état de la politique actuelle en occident. Pourtant, j’observe qu’avec le peu de connaissance que j’ai du sujet, le manque de vision de nos dirigeants est patent et nous a conduit dans la crise civilisationnel que l’on connait, alors que les alternatives existent, et existaient.

                          Pour commencer il est vrai que la collectivisation des biens de production serait un début pour que chaque entité territoriale ne puisse pas en être arbitrairement privée, avec un minimum vital pour en finir avec le travail comme fondement unique de ce système sociétal en perdition : avec l’automatisation, et l’informatisation, le travail est en voix de disparition, et les débats sur comment en finir avec le chôme sont donc, de facto, un combat d’arrière-garde, perdu d’avance qui plus est.

                          Il faudra tout réinventer, un jour ou l’autre, peut-être quand on aura suffisamment épuisé les ressources pour que tout se casse la gueule au moment où un effet de seuil critique se produira. Raisonner avec les principales idéologies encore en vigueur, quand elles sont toutes basées sur l’utilisation de ces ressources, c’est ce que j’appelle faire du vieux avec du vieux. Il faut se faire à l’idée que seul un changement radical sera adapté à cette nouvelle donne.

                          Cela se fera probablement par une méga-crise, car l’homme moderne n’est pas suffisamment prévoyant pour anticiper un tel choc : 7 milliards d’êtres allant dans un mur à la vitesse du son. Pour ne pas en passer par là, il faudrait ce courage politique dont je parlais. Mais je doute qu’on rencontre un courage d’une telle ampleur, à une époque où le peuple français en est réduit à choisir entre les deux incompétents qu’on connait, totalement asservis à l’atlantisme. Aussi, disserter sur les alternatives qui existent n’a pratiquement pas d’intérêt. Je n’ai pas d’espoir dans le pouvoir politique de notre époque, dans le contexte d’une démocratie factice et soumise à un pseudo ordre naturel de la finance et de l’économie.

                          En un sens, mon commentaire est, je l’admets, aussi vain que l’article qu’il commente. Dans un cas comme dans l’autre, nous nous débattons dans l’eau saumâtre d’un état des choses sur lequel nous ne pouvons que nourrir des espoirs et des désespoirs. Autant se préoccuper d’autre chose. Je tenais néanmoins à faire remarquer ce point fondamental : prétendre lutter contre le chômage dans une société de chômage structurel, c’est lutter contre le naufrage dans un bateau déjà coupé en deux. Il faut un nouveau bateau, un nouveau pneu, peu importe, et aucune force de proposition ne pourra abattre la tyrannie économique actuelle, qui ira simplement au naufrage d’elle-même. Reste à savoir l’étendue de la violence de ce naufrage.


                        • lsga lsga 12 décembre 2014 19:34

                          pour rappel, le communisme, c’est l’abolition de l’État. Cf : Marx & Engels. 


                        • Nycolas 12 décembre 2014 19:48

                          Personnellement, je ne suis ni pour ni contre l’état. Il faut voir de quel type d’état on parle. L’état peut-être la source de l’aliénation, comme il peut être le garde-fou contre bien des dérives, et il est généralement les deux à la fois.

                          Dans le contexte actuel, l’état est juste le relais d’une oppression déshumanisante, et donc aliénante, d’un ordre économique mondialisé, dans lequel il ne sert en quelque sorte que de police locale... L’état n’est pas nécessairement ce qu’il faut abattre, mais aujourd’hui il est clairement un des maillons de la déshumanisation de masse. Son apport en terme de garde-fou est quasi nul, comme le prouvent les percées de loi de type HADOPI ou LOPPSI. Il en devient même, comme pour le reste, le relais et un agent policier de contrôle.

                          L’état est réduit, aujourd’hui, à un rôle d’accélérateur du chaos.


                        • lsga lsga 12 décembre 2014 19:51

                          La production est mondiale, donc les États Nations sont incapables, physiquement, de normer la production. En revanche, une démocratie directe mondiale... basée sur des conseils... qui décident ce qu’on produit et comment on le produit et le distribue... sur la base de débats scientifiques...



                        • Claude Simon Gandalf 12 décembre 2014 19:55

                          C’est évident Isga.

                          Staline nous manque, il nous faut un stalinisme mondial (avec goulags type guantanamo et tout et tou).

                        • lsga lsga 12 décembre 2014 19:59

                          Nous avons besoin d’une démocratie directe mondiale. C’est le strict opposé du Stalinisme, qui est un nationalisme. Pour rappel, la grande théorie de Staline, c’est que le socialisme est possible à l’échelle d’un seul pays, alors que Lénine et Marx insistaient lourdement sur la nécessité qu’il soit planétaire, et démocratique.


                        • Claude Simon Gandalf 12 décembre 2014 21:51

                          Dans le distributivisme avec lequel j’ai des affinités, plus c’est petit, plus c’est beau.


                        • lsga lsga 12 décembre 2014 21:57

                          oui oui : le Capitalisme d’État quoi. C’est pas vous qu’étiez soit disant contre Staline ? Parce que je vous le dis comme ça, le Capitalisme d’État, National, basé sur le distributivisme : c’est une forme de stalinisme. Et puis votre plus c’est petit, plus c’est beau : je vous le rappelle comme ça, on vit dans un monde où la production est mondialisée depuis des siècles. 


                        • Nycolas 12 décembre 2014 20:09

                          « Staline nous manque, il nous faut un stalinisme mondial (avec goulags type guantanamo et tout et tou). »

                          Finalement, n’est-ce pas que ce qu’on a déjà ? Avec les USA dans le premier rôle ? Mais on n’a pas encore trouvé de formule médiatique choc pour le dénoncer, peut-être parce que les médias occidentaux sont tous à leur solde ?

                          Je n’entends jamais parler de Bushisme, d’Obamisme ou de « fauconisme ». Il me semble pourtant que c’est la caricature qui s’impose, en la circonstance.


                          • lsga lsga 12 décembre 2014 20:12

                            Pour rappel, il n’y a aucun organisation mondiale de la production : c’est l’anarchie des marchés qui règne aujourd’hui.


                          • Claude Simon Gandalf 12 décembre 2014 20:11

                            Nycolas :


                            Ton analyse des déséquilibres est juste. 
                            Concernant l’atlantisme que l’on nous sert, il n’est là que pour défendre la pensée américaine stipulant que celui qui s’oppose à leur niveau de vie est terroriste.

                            La collectivisation des biens de production, je n’y crois pas du tout, sauf si elle est librement consentie (cas des SCOP). Elle se doit d’être incitée au même titre que l’entreprise privée, mais ni plus ni moins.

                            Ensuite, concernant les inquiétudes écologiques que tu mentionnes, c’est bel et bien celles-çi qui remettent en question la croissance et par voie de conséquence l’emploi.
                            On peut sous certains cieux considérer qu’économie et écologie peuvent être conciliés, la mentalité français très idéologique mène évidemment au clash (et même à la violence, l’opposition féroce) entre intérêts écologiques et économiques.

                            Concernant la raréfaction des ressources, la pensée libérale stipule qu’en l’absence d’un bien, on peut le remplacer par un équivalent. La science aurait tendance à lui donner raison, sur le long terme.
                            Concernant la raréfaction des espèces, et donc la raréfaction des sujets d’études que la nature nous apporte, en lecture optimiste, on pourrait en espérer de même.

                            Mais tant que le lièvre n’est pas levé, l’inquiétude est justifiée.

                            • lsga lsga 12 décembre 2014 20:14

                              ah d’accord : vous vous défendez le Capitalisme bec et ongle en fait... ok.


                            • Claude Simon Gandalf 12 décembre 2014 20:20

                              Pas exactement, Isga, puisque mon dernier papier évoque ce que j’appellerais un travaillisme monétaire.


                              Disons que je me préoccupe beaucoup pour l’économie.

                              Concernant une démocratie mondiale, j’y suis opposé, étant, par nature, opposé à tout ordre mondial, sauf cas du droit international, pour la simple et bonne raison que les dérives seraient pires que ce que l’on connait aujourd’hui dans les démocraties occidentales.

                            • lsga lsga 12 décembre 2014 20:23

                              Tu apprends les définitions des concepts parfois ? 

                               
                               
                              Tu défends la propriété privée des moyens de production, cad, tu défends le Capitalisme. Un capitalisme sous sa forme nationale en plus...

                            • Claude Simon Gandalf 12 décembre 2014 20:36

                              Oui, mais je n’ais absolument rien contre les SCOP, le fait que les infrastructures en situation de monopole soient publiques, le fait que des entreprises à risque systémique (centrales nucléaires, banques) soient propriétés ou controlés par l’état, l’égalité d’accès sur le territoire à des services, donc forcément publics, etc


                              L’accumulation de capital est nécessaire à l’entreprise privée, tant qu’il s’agit de la condition sine qua none de sa survie. Je ne considère pas celà comme sa finalité, mais plus sa durée dans le temps.

                              Bref, je suis économiquement farouchement franchouille, Isga. Même si je me sens trahi tout les jours par les privilèges, les scandales, l’évasion fiscale, les dumpings, les idéologues, etc.

                            • lsga lsga 12 décembre 2014 20:44

                              bref : tu es un Capitaliste, simplement, tu voudrais que le Capitalisme ne dépasse pas l’échelle nationale, ce qui est strictement impossible. D’ailleurs, ça fait juste plusieurs siècle que le Capitalisme est internationale, et la France du 20ème siècle reposait entièrement sur un Capitalisme colonialiste...

                               
                              Bref : tu rêves d’une chimère impossible et réactionnaire.
                               
                              Le Capitalisme est MONDIAL, la production est MONDIALE, et la seule manière d’en sortir, c’est de passer à un SOCIALISME mondial. 

                            • Claude Simon Gandalf 12 décembre 2014 21:09

                              Mais oui Isga, prends-moi pour un idiot.

                              Tout les jours, je me renseigne sur l’économie internationale, vois-tu.
                              Et si tu suivais la situation du commerce international, tu saurais que celui-çi a baissé depuis 2008 (cf BDI).


                              Mais vois-tu Isga, la loi a un périmètre national. Et une économie est régie par des lois. Là dessus on peut jouer, le reste n’est pas de notre ressort.
                              On n’est évidemment pas seul au monde, mais, dans une certaine mesure, on peut contrecarrer les dumpings étrangers. En nous protégeant des dumpings sociaux, on équilibrerait la concurrence avec les économies fonctionnant sur le moins-disant social.

                              Désolé Isga, mais tu es un dangereux megalo pour moi. La souveraineté des autres peuples, elle ne compte pas ? La plupart des économistes de renom stipulent que l’on aurait une situation économique satisfaisante à 1 euro pour 1 dollar.

                              Toujours ce rêve socialiste de tout régir qui finit en cauchemar.

                            • Claude Simon Gandalf 12 décembre 2014 21:16

                              Au passage, les colonies étaient un gouffre.


                              La preuve, la période de décolonisation a été la plus florissante (mais pour d’autres raisons également).

                            • Claude Simon Gandalf 12 décembre 2014 21:23

                              Isga, ta mission, si tu l’acceptes, est de lisser tout les salaires minimum mondiaux (donc 183 pays à mettre d’accord, si je ne m’abuse) en fonction de leur compétitivité.

                              Il faudra également aligner tout les régimes retraites, les indems chômage, maternité, famille, etc.

                              La mienne est de voter Sapir ou partie politique adéquat.

                              On verra bien qui ira le plus vite, ok ?

                            • lsga lsga 12 décembre 2014 22:05

                              bon je vois que tu parles tout seul, ça t’a choqué que je t’apprenne que tu étais pour un Capitalisme National qui est impossible.

                               
                              Le départ du commerce international, c’est le 16ème siècle, avec la découverte des Amériques. C’est dire si c’est vieux. La concurrence entre les ouvriers à l’échelle internationale ? Elle bat son plein dès le 19ème siècle, avec par exemple les USA qui vont couler l’industrie textile Lyonnaise en cassant les prix. 
                               
                              Les « peuples » ? c’est quoi ça ? T’as une définition ? On fait comment pour savoir qui appartient à quel peuple ? 
                               
                              La « souveraineté » ? ça veut dire quoi ça ? Les français sous la Vème République étaient souverain peut-être ? C’étaient eux qui décidaient ce qu’on produisait et comment on le produisait ? 
                               
                              Pour info, la mission que tu m’assignes, ce sont les libéraux qui l’accomplissent. Aujourd’hui, le salaire d’un chinois est comparable au salaire d’un européen. 


                            • Claude Simon Gandalf 13 décembre 2014 00:03
                              Ce n’est pas parce que l’on est souverain que l’on peut faire fi de toute concurrence étrangère, tout comme il est idiot de déconsidérer tout périmètre national de l’économie, ce que tu appelles capitalisme national.

                              « Pour info, la mission que tu m’assignes, ce sont les libéraux qui l’accomplissent. »
                              Les libéraux, appelons les plutôt ultra-libéraux, ont compris qu’il fallait préserver des clivages entre nations afin de conserver leurs marges. Il en va de même sur les marchés monétaires. Le meilleur exemple est la récente paupérisation forcée des pays d’Europe du Sud.
                              Désolé pour ton espoir de lissage automatique, mais j’ai bien peur de devoir te vendre ton bâton de pèlerin.

                              « Aujourd’hui, le salaire d’un chinois est comparable au salaire d’un européen. »
                              Oui, sauf que pour le même prix , j’ai un ordinateur chinois pour un panneau français avec écrit dessus STOP (à Isga).



                            • berry 12 décembre 2014 20:29

                              Quelle brillante idée.
                              Relancer les dépenses publiques pour sortir du chômage de masse....il suffisait d’y penser !
                               
                              On appelle ça aussi « creuser un trou le matin, et le reboucher l’après-midi » (autrement dit créer des emplois publics inutiles).
                              Le problème, c’est que le secteur public est déjà obèse et que ces dépenses ne vont créer aucune richesse. Elles vont au contraire détériorer un peu plus la compétitivité de nos entreprises, alors que certaines sont déjà au bord du dépôt de bilan.
                              En fait, vous nous proposez exactement le contraire de ce qu’il faut faire.
                               
                              dans le registre des fausses bonnes idées de gauche, il y a aussi :

                              - Passer aux 35 heures. (pourquoi chipoter d’ailleurs, passons rapidement aux 20 heures par semaine, des millions d’emplois vont être créés).
                              - Nous enrichir de la diversité du monde et faire venir des millions d’africains (ou comment transformer la france en pays du tiers-monde).
                               
                              Etre de gauche, c’est refuser de voir la réalité en face.


                              • eau-du-robinet eau-du-robinet 12 décembre 2014 20:33

                                Bonjour,
                                .
                                « Une bonne nouvelle : l’Etat dispose de 40 milliards d’euros destinés au pacte de responsabilité. »
                                .

                                Le élancement de notre économie passes par les PME et les TPE qu’il faut prioritairement soutenir. Le passe à montre que les aides précédentes accordé aux entreprises ont bénéficié aux grandes entreprises sans retour de l’investissement.
                                .
                                Il ne faut plus de tout investir de l’argent publique dans des multinationales, car c’est de l’argent des contribuables jeté par la fenêtre !
                                .
                                Les PME peuvent relancer l’économie française .... à condition ....
                                .

                                Les dirigeants de petites et moyennes entreprises s’estiment freinés par le poids des charges, mais aussi la lourdeur des règles administratives et sociales.
                                .
                                Le développement des PME passe par une simplification administrative et un changement d’état d’esprit, pour valoriser davantage la prise de risques.
                                .
                                Tous les gouvernements disent vouloir aider ces PME à fort potentiel. Aucun d’entre eux n’a pourtant, jusqu’à présent, réussi à mettre en place une politique qui les place au centre du dispositif. Un chiffre parle  : l’Allemagne compte aujourd’hui plus de 10 000 entreprises de taille moyenne (250 à 5 000 salariés), et la France seulement 4 500. Comment aider ces entreprises à grandir et se consolider ?
                                .
                                La première demande des chefs d’entreprise porte sur une baisse massive des impôts et des charges. Le Groupe des fédérations industrielles (GFI) chiffre à 50 milliards d’euros l’allègement annuel nécessaire pour que les entreprises françaises retrouvent leur compétitivité. Un tel effort est difficile à imaginer. Mais il existe bien d’autres freins qu’il serait possible de lever, comme le deuxième sujet de préoccupation : la complexité des réglementations et leur instabilité.
                                .
                                Les petites entreprises souffrent aussi de relations tendues avec les plus grandes, qui leur imposent de réduire sans cesse leurs marges. Fondateur de Kayentis, et président du Comité Richelieu qui rassemble des entreprises innovantes, Philippe Berna raconte avoir été alerté sur le cas de plusieurs sociétés travaillant en sous-traitance.
                                source et suite : http://www.la-croix.com/Actualite/Economie-Entreprises/Economie/Les-PME-peuvent-relancer-l-economie-francaise-2013-04-29-954340
                                .
                                Une une baisse massive des impôts et des charges pour les TPE et les PME peut et doit être financé par un rééquilibrage des charges et taxes qui sont actuellement en faveur des très grandes entreprises qui échappent notamment à la taxation des des bénéfices due à l’optimisation fiscale c’est à dire un tour de passe passe en transfèrent l’argent aux paradis fiscaux !

                                L’état propose 40 milliards d’euros destinés au « pacte de responsabilité » hors pour relancer les PME’s par les quelles passeront forcement les vrais créations d’emplois il faudrait un allègement de 50 milliards .... !!! Ce que propose le gouvernement Hollande est largement insuffisant ....
                                .
                                Les TPE et les PME en mal de crédit et de trésorerie
                                .

                                De la dialectique stérile entre relance et austérité, le débat économique s’est insensiblement recentré sur la lutte plus concrète contre les frictions inutiles qui brident l’économie : loi de simplification, loi Macron, révision du compte pénibilité. Dans ce domaine, un chantier crucial n’a pas fait l’objet d’une telle relecture, c’est celui de l’accès au financement des PME. Sur ce thème, on attend encore que le gouvernement range le télescope du macro-économiste keynésien et sorte la loupe du micro-économiste.
                                .
                                L’état moderne doit assumer avec plus d’intelligence et d’audace son rôle de chef d’orchestre de l’information individuelle. La difficulté est de surmonter à la fois l’inquiétude du public sur le fichage et le poids des lobbies. L’enjeu est de taille. Les PME sont durement touchées par la crise avec 60.000 défaillances cette année (un plus haut historique). De plus, l’entreprise individuelle est une voie de résorption du chômage pour les moins qualifiés. Il faut que ces TPE, de plus en plus nombreuses et de plus en plus fragiles, puissent accéder au financement pour investir et se développer.
                                source et suite : http://www.lesechos.fr/journal20141211/lec1_idees_et_debats/0203982230718-relancer-le-credit-aux-pme-cest-possible-voici-comment-1073897.php
                                .
                                Pour relancer notre économie il faut avoir une fondation solide
                                .

                                L’Euro pénalise notre économie ainsi le traitée européen de Lisbonne qui est oriente vers une politique européenne ultra-libérale, politique qui est bénéfique pour l’oligarchie mais destructeur d’emplois. Depuis 2008 le nombre des chômeurs monte sans cesse de manière ininterrompu !
                                .
                                L’Euro combiné aux traité de Lisbonne ainsi liée à la politique financière de la TROÏKA sont un poison pour notre économie et contribuent à élargir le faussée entre les pauvres et les riches.
                                Les Hommes politiques ne remplissent plus leur rôle républicain pour veiller à un équilibre équitable de la partition des richesses !
                                .
                                L’austérité débridée qui a été mise en place en Grèce, au Portugal, en Irlande, en Espagne, en Slovénie, à Chypre et en Italie sous la pression des autorités européennes n’est pas une de ses politiques économiques que l’on peut rapidement inverser. Ces effets (dégâts) seront longuement durables si on ne sort pas rapidement de l’Europe et de l’euro ! La sortie de l’euro est notamment préconisé par 8 économistes prix Nobel !
                                .
                                Par ailleurs, les revenus des ménages et des entreprises ont considérablement souffert de ces politiques. Une fois le « rattrapage » de certaines dépenses incontournables et longtemps repoussées à plus tard effectué, la capacité et la volonté de consommer et d’investir est durablement atteinte.
                                .
                                Mais les conséquences ne sont pas qu’économiques, elles sont aussi sociales et politiques. « L’ajustement » économique conduit à un chômage durablement élevé, tandis que les « réformes structurelles » alimentent souvent une précarisation de l’emploi et une fragilisation des revenus. Naturellement, les populations sont victimes de cette politique !!!
                                .
                                L’UPR explique comment l’envol de l’endettement public est directement lié à
                                l’interdiction posée par l’article 123 du TFUE de tout financement à taux nul, par la Banque de France, de l’État et des collectivités locales.
                                http://www.dailymotion.com/video/xxk59v_programme-upr-proposition-n-6-articles-123-63-du-tfue_news
                                .
                                L’UE notre alliée ?
                                De qui se moque-t-on ? Elle ne solutionne pas les problèmes, elle les créée !
                                - dette publique (article 123),
                                - chômage avec les délocalisations inscrites dans le marbre (article 32 et 63),
                                - démantèlement du secteur de la Santé (articles 168 et 169),
                                - retraites plus tardives avec une durée de cotisation plus longue (articles 5, 121),
                                - services publics démantelés (article 106),
                                - politique internationale subordonnée aux décisions de l’OTAN (article 42) avec à la clé des guerres illicites et illégales, sans parler de la liquidation des droits sociaux et du Droit du Travail...
                                .
                                La pauvreté explose, avec 125.000.000 d’Européens dans le dénuement.
                                https://www.youtube.com/watch?v=Ea1XsrybxBU#t=24
                                .
                                Il est primordial de quitter l’Europe pour redresser notre économie !


                                • Claude Simon Gandalf 12 décembre 2014 20:52

                                  C’est juste.


                                  Les politiques, impuissants volontaires ou non face aux multinationales dont les sièges sociaux sont dans des paradis fiscaux, font peser sur les TPE et PME tout l’impôt, alors que celles-çi sont celles qui créent le plus d’emploi.

                                  Sapir diagnostique, que, sans dévaluation et donc sans sortie de l’euro, la France n’arrivera pas à se relancer. 
                                  Qui sait, la Grèce va peut-être, sans tarder, décider du sort de l’Europe. 

                                • Bruce Baron Bruce Baron 12 décembre 2014 20:49

                                  Pensez-vous réellement que c’est la solution ?


                                  • Spartacus Spartacus 12 décembre 2014 22:28

                                    Dramatique gauchistes Le rêve du gauchiste 

                                    L’argent des autres.
                                    Mais le gauchiste de 2014 est encore plus fort. Il rêve de l’argent qui n’existe pas et passe sa vie à se convaincre qu’il existerait des montagnes d’argent dans des pays sous les palmiers. 

                                    Sauf que les 40 milliards n’ont jamais été donné et n’existent pas
                                    C’est beau la vision gauchiste statutaire à charge sur l’argent des autres......
                                    Te rendre un petit bout de ce qu’on te prend c’est un « cadeau ». For-mi-dable ! C’est donner ! 

                                    On rêve de voir à quel point les statutaires sont Marxisés et à quel point eux et leurs familles sont irrécupérables. Inemployables. 

                                    Sauf que les milliards des paradis fiscaux sont 10 fois moindres.
                                    Comme les prévisions du budget, Bercy vous dit ce que vous avez envie d’entendre. Inventer des milliards invérifiable, c’est donner aux Marxistes des raisons de rester à gauche et d’atiser la haine de gauche envers le secteur privé.

                                    C’est beau la vision gauchiste statutaire à charge sur l’argent des autres......
                                    Il croit que ses cotisations alimentent un régime en équilibre. A mourir de rire.

                                    C’est beau la vision gauchiste statutaire à charge sur l’argent des autres......
                                    Qui ne comprend pas qu’il est une charge sur le secteur marchand et que c’est lui qui est responsable de la destruction du pays....

                                    C’est beau la vision gauchiste statutaire sur l’argent des autres...

                                    • izarn izarn 13 décembre 2014 02:19

                                      Va te faire foutre. Inutile de répondre...
                                      Je suis content que tu payes !
                                      Souffre ! Arrgh J’adore !


                                    • Pyrathome Pyrathome 14 décembre 2014 12:09

                                      Spartachiotte le haineux primaire.......
                                      Faut l’excuser, il a pas l’eau et le gaz à tous les étages, car étant petit sa maman l’a bercé contre un mur.....


                                    • Michel DROUET Michel DROUET 14 décembre 2014 12:35

                                      Bonjour Sampiero

                                      Je partage pleinement cette analyse.
                                      Il ne faut surtout pas le censurer !


                                    • Trelawney Trelawney 15 décembre 2014 14:31

                                      Spartacus est très utile pour faire définitivement détester capitalisme et libéralisme.

                                      Vous aurez beau détester le capitalisme et le libéralisme, le fait est qu’il est bien en place et restera bien en place pendant encore longtemps. le monde entier qu’il soit social, politique, économique à fonctionné, fonctionne et fonctionnera selon ses règles. Vous aurez beau proposer de nouveaux concepts, pour soit vous donner l’illusion que vous pouvez encore maitriser la destiné d’un pays, d’un continent ou d’un civilisation, le capitalisme sera toujours là pour vous dire comment marche le monde.

                                      Vous pouvez toujours croire comme l’auteur que s’il y a plus de travailleurs fonctionnaires et moins de travailleurs dans le privé, notre monde sera plus joli et nous seront plus heureux, je vous répondrais que pour qu’un arrosoir arrose, il faut penser de temps en temps à le remplir. Notre arrosoir français ne nous arrose plus car il est vide, alors on utilise l’arrosoir des autres pays en leur disant qu’un jour on va le remplir. Ca s’appelle faire de la dette. Le jour où il s’apercevront qu’on leur a menti et que jamais on remplira leur arrosoir, ils arrêteront de nous le prêter et là on sera vraiment à sec

                                      Pour l petite histoire, j’ai toujours travaillé dans le secteur privé et maintenant je suis entré dans la fonction publique. Je suis retraité ! C’est un peu la définition que vous vous faites du public


                                    • BA 12 décembre 2014 22:33

                                      Vendredi 12 décembre 2014 :

                                      ALERTE - Fitch abaisse la note de la France à AA en raison du dérapage budgétaire.

                                      http://www.romandie.com/news/ALERTE—Fitch-abaisse-la-note-de-la-France-a-AA-en-raison-du/545688.rom


                                      • izarn izarn 13 décembre 2014 02:16

                                        Mais ferme la ! Tu sais bien que le public c’est de la pourriture !
                                        Ton argent public y va dans la poche du privé ! Par exemple GDF-Suez...
                                        Vérifie...Ca existe plus le fonctionnaire qui construit un pont dugland !
                                        .......Bon t’as compris ?
                                        Arrete tes conneries, les oligarques sont la dans toutes les régions, les conseillers généraux, les sénateurs...
                                        Fermes la !
                                        Fous une bombe et casse toi....
                                        C’est irrécupérable.


                                        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 13 décembre 2014 07:46

                                          L’auteur devrait prendre le temps de lire le billet de Charles Sannat « Le contrarien matin », qui analyse le contenu de la Loi Macron.... , l’auteur reviendrait rapidement sur terre !


                                          La Loi Macron c’est le démantèlement des protections sociales exigé par Bruxelles, privatisations et autres joyeusetés, qui ne créeront pas d’emploi, et aggraveront la situation.


                                            • eau-du-robinet eau-du-robinet 13 décembre 2014 20:32

                                              Merci CHALOT pour ce lien.

                                              J’ai signé la pétition.


                                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 14 décembre 2014 07:05

                                              Je ne signe plus aucune pétition d’Avaaz .

                                              C’est une ONG de propagande basée aux USA.
                                              Elle a fait la promotion des guerres en Somalie, Libye, Syrie, Soudan etc.

                                              Son créateur vient des Fondations Gates, Rockefeller...

                                              Kokopelli a eu affaire à eux, et pas en bien !


                                            • Pierre-Joseph Proudhon Pierre-Joseph Proudhon 13 décembre 2014 17:10

                                              Mais il est con ce Michel Drouet !!!

                                              Et comment les actionnaires vont-ils pouvoir aller placer judicieusement leur argent gagné à la sueur de leur fronts dans les pays qui reconnaissent leur calvaire s’il n’ont plus rien à investir ?

                                              Et comment les partis politiques seront-ils financés s’il n’y a plus de Généreux Donateurs pour les soutenir dans leurs efforts désintéressés ?

                                              Si la France Éternelle a réussi à se débarrasser des Robespierre et autres pisse-vinaigre empêcheurs de travailler honnêtement ce n’est pas pour que des « blogueurs à la petite semaine » viennent ruiner ces beaux efforts Voltairiens...

                                              Les pauvres n’ont d’ailleurs rien d’autre à faire de leurs vies et s’ennuieraient énormément si nous ne leur offions pas l’honneur d’être à notre service.

                                              Qu’ils se contentent de ce que leurs Maîtres veulent bien dans leur grande mansuétude leur donner.

                                              Si nous continuons à oeuvrer dans cette voie, à DONNER de l’argent durement gagné à des gueux en échange de menus services sans importance ils en demanderont ENCORE plus !!!

                                              Bientôt, ils exigeront que nos modestes revenus soient imposables, que les écarts de rémunérations soient limités à 10, de continuer à bénéficier HONTEUSEUSEMENT de notre bienveillance pour garantir des soins presque gratuits, de continuer à être payés à rien foutre alors qu’il pourraient avoir l’honneur de nous servir gratuitement, de continuer à toucher des congés luxueux de fin de vie alors qu’il pourraient très bien faire du bénévolat 24 heures par jour, 365 jours par an et jusqu’à leur mort.

                                              Ces pauvres, on leur donne l’aumône et ils ont le culot de la prendre !!!

                                              Et ce Michel Drouet qui vient insidieusement insuffler dans une population ignare des idées néo-communistes !!!

                                              Avec les vrais bolchéviks nous pouvions au moins nous entendre pour partager entre nous le fruit d’un dur labeur.
                                              Avec lui cette voie semble compromise.
                                              Quelle honte !!!


                                              • Michel DROUET Michel DROUET 13 décembre 2014 19:07

                                                Je l’avoue et je me flagelle. Je suis découvert !


                                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 13 décembre 2014 20:21

                                                Michel Drouet,
                                                La privatisation des services publics va se faire grâce à l’article 106 du TFUE.
                                                Si nous ne sortons pas de l’ UE, vous pourrez remiser tous vos beaux projets.


                                              • Michel DROUET Michel DROUET 13 décembre 2014 21:02

                                                Bonsoir fifi

                                                Si je vous suis bien, il vaut mieux donner les 40 Milliards aux entreprises privées, et cela sans contreparties ?


                                              • Spartacus Spartacus 13 décembre 2014 23:10

                                                Mais vous n’avez jamais vu une feuille de paye ?????

                                                Vous faites un article sur une illusion et un dossier que vous ne connaissez pas.

                                                Vous ne savez même pas comment les 40 milliards sont prélevés.

                                                Les 40 milliards c’est juste la fin des cotisations URSSAF sur les salaires. C’est pas un don c’est de l’argent qui n’est pas pris. 

                                                Les 40 milliards ne sont qu« un agrégat comptable. Ils sont physiquement inexistants.

                                                En fait ces milliards n’appartiennent pas à »l’entreprise« mais aux salariés, qui la repaieront par des impôts et taxes supplémentaires.

                                                Cette fin de cotisation URSSAF est TOTALEMENT ENSEVELIE sur les augmentations comme les augmentations d’impôts sur les sociétés, d’impôts sur les cessions sur parts sociales, augmentation des taxes indirectes de la TVA et la fin de plusieurs déductions fiscales.

                                                A cela s’ajoute les augmentations de cotisations retraites, et vraisemblablement les prochaines augmentations de cotisation sécu partie santé et cotisations pole emploi.

                                                A cela s’ajoute 2 nouvelles cotisations : la nouvelle cotisation syndicale et la nouvelle cotisation »pénibilité« .

                                                Appeler cela un »cadeau" relève de l’ignorance et la bêtise absolue sur la connaissance de l’entreprise et ses charges de gestion

                                                Chez nos concurrents les cotisations qui vont disparaître d’URSSAF n’existent même pas !

                                                En Allemagne ou en Angleterre, les ressources des CAF sont prélevées sur les impôts locaux. Eux ça fait longtemps qu’ils ne supportent pas comme nous cette charge de 40 milliards......

                                                La fin des prélèvements des 40 milliards c’’est le retour à une normalité. Ce n’est pas à l’entreprise de faire le percepteur de la collecte des CAF mais bien à l’état

                                                Les 40 milliards sont de l’enfumage, juste une posture, juste un rattrapage sur les autres pays qui concurrencent les entreprises Françaises.

                                                Vous êtes des gens dra-ma-tiques. Vous méritez des baffes tellement vous avez une haine du secteur privé qui correspond à la main qui vous fait vivre.

                                                Vous vivez dans une bulle entre consanguins de gauche dans une ignorance en servitude et vous ne savez ni gérer ni lire un bilan d’entreprise.


                                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 14 décembre 2014 07:21

                                                Michel Drouet,
                                                Vous prenez les choses par le petit bout de la lorgnette. C’est bien pire que ce que croyez !!


                                                Le Gouvernement accorde aussi 173 milliards de niches fiscales aux entreprises.
                                                C’est l’application de la politique Tchatchérienne de l’ Union européenne !

                                                La politique qui consiste à donner des milliards aux entreprise s’appelle « la politique de l’offre », elle n’est pas tombée du ciel, c’est la conséquence de l’euro.

                                                C’est l’inventeur de l’euro qui explique comment les Gouvernements, ne maîtrisant plus ni la monnaie, ni le budget mis sous tutelle, sont obligés de liquider les services publics, la Sécurité sociale, le droit du travail, et « d’envoyer les Etats providence aux égouts ».

                                                « Le capitalisme du désastre » comme dit Naomi Klein, dépasse de beaucoup les 40 milliards sans contreparties !!

                                              • Michel DROUET Michel DROUET 14 décembre 2014 08:34

                                                Bonjour Fifi

                                                Je sais tout cela, fifi ! mais ce qui me gêne c’est cette constance à mettre cela uniquement sur le dos de l’Europe : nos financiers, nos patrons véreux, et tout ceux qui profitent du système n’ont pas besoin de l’Europe pour commettre leurs méfaits et ils s’y sont mis il y a bien longtemps. Aujourd’hui, ils mettent en avant l’économie mondialisée, demain, si l’Europe s’écroule ou bien si la France s’en retire, ils trouveront d’autres arguments pour nous plumer et casser le service public. Ils veulent simplement tout privatiser et nouent des alliances au gré des circonstances, afin d’accumuler sans cesse plus de fric.


                                              • Jeff84 14 décembre 2014 08:35

                                                Spartacus, n’oubliez pas le pire : l’Etat ne nous rend (une très faible partie de) l’argent qu’il nous a pris, SEULEMENT si nous faisons tout ce qu’il nous ordonne.

                                                Le but d’un Etat socialiste est de tout contrôler. Quand il nous prendra 100% de ce que nous gagnons, et nous en rendra une partie dans son infinie générosité, il aura atteint son but ultime : la constitution d’un véritable état communiste. Nous en sommes de plus en plus proche.

                                              • Michel DROUET Michel DROUET 14 décembre 2014 09:01

                                                Bonjour jeff84
                                                Vous êtes sérieux, là ou bien vous avez un peu trop forcé sur la tisane hier soir ?
                                                La France proche du communisme ? Alors que tout le monde s’accorde à dire que le gouvernement actuel n’a jamais été aussi proche des libéraux comme Merkel.
                                                Mais que suis-je bête : Merkel est née en Allemagne de l’Est et c’est un agent dormant du PC soviétique. Bientôt les chars russes à Paris ? Vite, il est temps d’aller planquer nos économies dans un paradis fiscal !


                                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 14 décembre 2014 09:11

                                                Michel Drouet,
                                                Nous sommes bien d’accord. Sauf que c’est la Commission européenne qui le demande, à tous les pays européens, pas seulement en France !

                                                En Italie, il vient d’y avoir des manifs partout, contre la réforme du droit du travail.


                                                L’article 121 du TFUE donne le droit à la Commission, de définir les politiques économiques des Etats européens, les GOPé, ça s’appelle. Voilà la feuille de route pour les 28 pays.

                                                Comme elle le pouvoir de décision en matière économique, ce ne sont pas des recommandations , mais des ordres. Voici la feuille de route pour la France 2014/2015.


                                                - privatisations +++
                                                - réduction des dépenses publiques, donc asphyxie de ce qui reste des services publics
                                                - privatisation progressive de la Sécu, gel des retraites
                                                etc.

                                                Les services publics font partie de la redistribution de la richesse nationale, cela grignote les profits, et pour la « compétitivité » des entreprises, comme ils disent, il va falloir les supprimer.

                                                La loi Macron s’inscrit dans la mise en place de ces mesures structurelles demandées par Bruxelles.
                                                Que dis-je ? Exigées par Bruxelles ! « La France est sommée de se réformer »

                                                Hollande, Macron, Valls, Moscovici, ne sont que des marionnettes consentantes, pour appliquer ces directives, ils n’en sont pas les auteurs !

                                              • Spartacus Spartacus 14 décembre 2014 10:32

                                                @jeff

                                                Nous sommes la nouvelle URSS.
                                                Tous les jours des lois de contraintes et d’atteintes aux libertés. Il n’est plus possible d’entreprendre maintenant. Ils veulent mettre toutes les population en servitude. 
                                                Comme dans toutes les arrivées de Bolchevique les gens fuient le pays. 

                                                Ils n’arrivent pas à intellectualiser ce que sont les cotisations sociales.
                                                Ils n’arrivent pas à distinguer la différence entre l’impôt et l’assurance. On ne leur a jamais appris à lire des bilans d’entreprises. Ils croient que l’état c’est la société. C’est dramatique.

                                                Ils sortent des âneries et bétises et sur les charges, les aides mais que voulez vous répondre quand on part avec de si faible formation économique.
                                                C’est une génération perdue intellectuellement. Très ignorante des fondamentaux de l’économie et de la gestion.
                                                A les lire on croirait des enfant de 5 ans nous expliquer les rudiments de la relativité.

                                                @Fifi N acier

                                                Je vais vous apprendre un truc incroyable !
                                                1-Les cotisations sociales sont de l’assurance. La sécurité sociale ne construit rien et n’a jamais soigné personne. C’est juste un système qui intrusif qui est censé gérer des flux financier.
                                                 
                                                2-Les cotisations sociales sont une partie intégrante des revenus.

                                                3-L’entreprises n’est pas propriétaire des cotisations sociales. Elle n’est que le percepteur pour le compte des assurances sociales.

                                                4-Les cotisations sociales sont intégrées dans la masse salariale à l’actif. Pas dans le passif de l’entreprise et les ressources de l’entreprise.

                                                Quand vous expliquez qu’il y a des cadeaux aux entreprises, et comme vous ne savez pas lire ou faire un bilan ni gérer vous n’arrivez pas faire la distinction entre actif et passif.

                                                La masse salariale est à l’actif de l’entreprise. Les ressources de l’entreprises sont au passif.
                                                Donc une déduction sur une cotisation n’est pas un cadeau à l’entreprise mais une remise de l’assurance du salarié à l’actif. 
                                                De la même manière les aides de l’état sont composées de remises sur les cotisations sociales. 

                                                Si Free vous fait un meilleur prix que Orange allez vous dire que orange vous fait un cadeau s’il s’aligne ?

                                                @Drouet 
                                                Profiter du système ???
                                                Mais gardez donc votre système. Sauf que nous avons la nouvelle URSS en France
                                                La France URSS vient de voter une loi pour empêcher les gens de quitter la sécu.....

                                                Moi je comprend pas. Pourquoi ne profitez vous pas du régime général ?
                                                Pourquoi en « solidarité » vous ne cotisez pas au chômage ?

                                              • Michel DROUET Michel DROUET 14 décembre 2014 11:03

                                                Bonjour Spartacus

                                                Je pense que vous êtes en dessous de la réalité : nous ne sommes pas en URSS mais en Corée du Nord !


                                              • Jeff84 14 décembre 2014 18:56

                                                Oh non, la nouvelle loi n’interdit pas du tout de quitter la sécu. C’est ce que les socialistes voudraient, mais c’est illégal. Elle interdit juste de ne pas prendre d’assurance maladie, ce qui ne change absolument rien au droit actuel. Tout français est toujours libre de prendre une assurance-maladie privée.

                                                Mais évidemment, ils entretiennent la confusion autant que possible, pour arnaquer le plus de gens possible.

                                              • Jeff84 14 décembre 2014 19:01

                                                Ah oui, et évidemment, dire que Macron est un libéral est absolument ridicule. Aucun libéral qui se respecte ne voudrait serrer la main de cet enarque étatiste pur jus.


                                              • Spartacus Spartacus 14 décembre 2014 22:52

                                                @Jeff

                                                Nous sommes bien d’accord. µ
                                                Mais déjà qu"il voient de l’argent qui n’existe pas ils voient du libéralisme qui n’en est pas.



                                                • marmor 14 décembre 2014 14:58

                                                  Georges Clemenceau : « plantez des fonctionnaires, vous récolterez des impôts »


                                                  • Michel DROUET Michel DROUET 14 décembre 2014 15:46

                                                    Bonjour marmor
                                                    Le débat a beaucoup avancé avec votre contribution......


                                                  • smilodon smilodon 14 décembre 2014 15:14

                                                    La France est un pays d’immigrés assistés, de jeunes désoeuvrés et de vieux à la rue !...Depuis Mitterand en 1981 et jusqu’à aujourd’hui !.... Y’a ceux qui o,nt la « chance » de bosser encore, et qui donc ont 3 sous pour payer des impôts, des taxes et des retenues sur salaires (de moins en moins nombreux, mais toujours aussi « chanceux » ), et y’a le pays qu’on veut céer, celui qui veut rassembler toutes les misères humaines !... CMU, RSA, DAL, etc ........Viendra un jour où, tous ceux qui voudront vivre ici ayant compris le « deal », ne restera que les « mendiants » de tous bords !.... Pour survivre ou juste manger mieux qu’ailleurs !.... Sauf que ceux qui alimentaient le système, trop vieux, trop jeunes ou moins cons, auront compris !..... Et seront partis !... Soit pour vivre mieux (les jeunes), soit pour mourir mieux (les vieux) !... Et ce pays (ou ce qu’il en restera), finira entre « lui » !..Un « assisté » ne pouvant plus « assister » !..... La « boucle » sera bouclée !..... Bonne chance et bon vent !.. Adishatz.


                                                    • BA 15 décembre 2014 11:10

                                                      Selon la Cour des comptes, le régime de retraite complémentaire des cadres, l’Agirc, sera en faillite en 2017.

                                                      Et le régime de retraite complémentaire des non-cadres, l’Arcco, sera en faillite lui-aussi.

                                                      Lundi 15 décembre 2014 :

                                                      Retraites complémentaires : la faillite, c’est demain.

                                                      Un rapport de la Cour des comptes, qui sera publié jeudi, sonne l’alarme concernant les retraites complémentaires du privé et préconise un allongement de deux ans de la durée du travail.

                                                      Le régime de retraite complémentaire des cadres, l’Agirc, en possible cessation de paiement d’ici fin 2017, c’est-à-dire demain.

                                                      Celui des non-cadres, l’Arcco, lui aussi menacé à brève échéance...

                                                      Voilà deux des constats chocs que la Cour des comptes s’apprête à dresser, jeudi, dans un rapport public thématique, qu’elle a pour la première fois décidé de consacrer à l’avenir des retraites complémentaires des salariés du privé.

                                                      http://www.leparisien.fr/economie/retraites/retraites-complementaires-la-faillite-c-est-demain-15-12-2014-4375149.php


                                                      • leatitia 15 décembre 2014 11:37

                                                        Vous pensez un jour être licencié ? Vous voulez une bonne assurance chômage complémentaire pour vous aider en cas de licenciement ? Pensez à /goo.gl/PYKhUf">http://goo.gl/PYKhUf 


                                                        • leatitia 15 décembre 2014 11:42

                                                          L’assurance chômage /assurancefrance.fr/devis-pour-assurance/">http://assurancefrance.fr/devis-pour-assurance/  : Une bonne chose pour tous les salariés !


                                                          • France Républicaine et Souverainiste Signal d’alarme 15 décembre 2014 13:07

                                                            Mieux vaut travailler et s’investir pour la collectivité et le bien de tous que de trimer pour enrichir un patron et ses actionnaires... on finira par regretter le communisme, dû moins ses bons côtés.


                                                            • Michel DROUET Michel DROUET 15 décembre 2014 14:03

                                                              Bonjour Signal d’alarme

                                                              Entièrement d’accord avec votre commentaire


                                                            • babadjinew babadjinew 15 décembre 2014 14:08

                                                              Tiens les Gogos du 20eim siècle sévissent toujours !?!?!?!?


                                                              Toujours pas conscient qu’en cette triste époque nous payons des impôts pour garder l’idéologie obsolète du travail ?????

                                                              La solution est pourtant simple on vire toutes ces aides aux emplois qui de toute façon ne servent qu’aux grands groupes et jamais aux artisans ou PME/TPE

                                                              On vire aussi tous ces nouveaux flic sociaux qui coûtent bombons et qui à rien ne servent hormis à pousser au désespoir remplissant de fait et les HP, et les prisons, et les CHRS qui eux aussi coûtent bombons ² 

                                                              Grace à cette manne on met en place un planché social, et avec le reste on construit demain en songeant à une économie basé sur les ressources (pérennes) et non plus sur le profit (Suicidaire)

                                                              Mais bon comme c’est Moise qui en ligne directe avec le dieux des juifs, musulmans, et chrétien nous à pondu notre logiciel primordial : « Travail croit et procrée » on est pas sortit de l’auberge

                                                              • Ruut Ruut 15 décembre 2014 15:36

                                                                Le libéralisme n’est viable qu’en concurrence loyale.
                                                                Or la concurrence loyale, c’est les taxes douanières d’importation qui alignent les prix des produits importés sur le prix d’un produit identique 100 % fabriqué en France.

                                                                Tant que la concurrence sera faussée, le libéralisme ne fonctionnera pas.
                                                                C’est au gouvernement de faire des lois qui protège notre production nationale.

                                                                Au pire une autre solution serais d’imposer le salaire max de l’entreprise = 10 fois au maximum le salaire le plus bas de l’entreprise, sous traitance internationale incluse. Sans quoi sur le territoire national la différence sera multipliée au prix de vente du produit et remis a l’état Français pour compenser la concurrence déloyale avec la production nationale. (une amende / produits vendus)
                                                                (notons que les primes cumulées ne pourraient pas dépasser 2* le salaire)

                                                                Si l’une de ces 2 mesures voyait le jour, le plein emplois arriverait vitre en France.


                                                                • zygzornifle zygzornifle 21 décembre 2014 10:07

                                                                  le service public ne vends rien de fabrique rien et est payé par nos impôts , donc créer ce genre d’emploi augmentera encore plus la dette colossale ....


                                                                  • Michel DROUET Michel DROUET 21 décembre 2014 19:22

                                                                    Donner 40 milliards aux entreprises ne créera pas d’emplois non plus et contribuera encore plus surement à augmenter la dette


                                                                  • gogoRat gogoRat 23 décembre 2014 13:50

                                                                     Relancer les dépenses publiques.
                                                                    Voilà une belle pétition de principe. Ce qui importe, c’est comment, et pour faire quoi ?

                                                                     Merci d’avoir évité l’écueil et le tabou des statuts de la fonction publique. Mais quand le ciel est bas l’air vicié chassé par la porte revient par la fenêtre.

                                                                     Pour ce qui préoccupe concrètement un pourcentage significatif de Français, les détails de la mise en pratique de cette belle idée, se limitent quasiment dans ce texte à cette lumineux souhait :
                                                                    « un recentrage des conseillers de pôle emploi vers le conseil aux demandeurs d’emplois. »

                                                                     Savez-vous comment les « conseillers de pôle emploi » croient justifier l’autorité dont il s’arrogent pour prétendre « conseiller » les chercheurs d’emploi dans des professions dont ils ne connaissent rien ? - hé bien, ils vous diront classiquement que s’ils ont, eux, abandonné leur carrière initiale pour de sombres raisons pas forcément dues à leurs compétences, ils ont, eux, réussi à se faire embaucher par « pôle emploi » !
                                                                      Ce mauvais exemple, provocateur, n’a pas pour but « d’opposer entre eux les travailleurs du public et du privé » . L’idée est plutôt de montrer concrètement comment il ne suffit pas d’éviter d’évoquer le problème fondamental des statuts, (voire de cette idée foireuse que la fonction publique doive être incarnée par des citoyens pas comme les autres) ... pour donner de la hauteur à l’idée d’une « relance des dépenses publique ».

                                                                     Le fond du problème est humain et s’appelle honnêteté.

                                                                     Lorsque les Français prétendent vouloir une égalité en dignité et en droit, nous nous parjurons en refusant d’être cohérents.
                                                                     


                                                                    • gogoRat gogoRat 23 décembre 2014 14:02

                                                                      Une idée qui fait son chemin, (et qui est maintenant suffisamment présentée sur Internet pour que je n’aie pas la prétention de la détailler ici) peut utilement être évoquée ici par ces mots : "Revenu Minimun (donc inconditionnel) d’existence.

                                                                       Pour faire le lien avec l’impératif démocratique évoqué précédemment, juste cette remarque :
                                                                       - pour qu’il puisse y avoir égalité en dignité et en droit avec l’autre, il faut d’abord que l’autre puisse vivre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès