• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > La République Cyberpopulaire de Chine : « Et si on remplaçait la démocratie (...)

La République Cyberpopulaire de Chine : « Et si on remplaçait la démocratie par la gouvernance de l’intelligence artificielle ? »

Depuis quelques années, les démocraties traversent une crise sans précédent, au point de se demander si la démocratie n’est pas arrivée au bout d’un cycle. L’élection de Donald Trump aux Etats-Unis, le Brexit en Grande-Bretagne, la montée des populismes en Hongrie ou en Italie, l’instabilité politique dans des démocratie comme la France ou l’Allemagne, ont offert à l’élite politique chinoise tous les justificatifs nécessaires pour faire taire les électeurs.

Plus que jamais la Chine étouffe toute tentative de manifestations démocratiques. Les décisions sont prises par un organe central, sur la base non pas de revendications populaires ou de séances électorales, mais à partir données, à l’intelligence artificielle et à la surveillance Web.

Un article publié sur le site iatranshumanisme.com (« Qui a besoin de la démocratie quand on a les données ?) nous apprend, en effet, que la Chine construit un ordinateur semblable à « Multivac », un ordinateur imaginé par l’auteur de science-fiction Isaac Asimov. Dans l’une de ses nouvelles, un seul citoyen (pour la Chine, on imagine le président Xi Jinping) représente la population entière. Un ordinateur, nommé Multivac, interroge cet unique représentant. Multivac recueille les données et calculent les résultats d’une élection qui, conséquemment, n’a plus besoin d’avoir lieu. Or, Isaac Asimov s’était amusé, en1964, à imaginer le monde de 2014. Il faut avouer que, la justesse de son pronostic est telle que cela en est presque effrayant.

Le président chinois, pour comprendre et réagir aux aspirations de sa population de 1,4 milliard d’âmes constitue une base de données gigantesque, le tout combinant surveillance et intelligence artificielle. « Xi revendique une« cybersouveraineté » pour améliorer la censure et exercer un contrôle total sur l’Internet dans les foyers. En mai, il a déclaré lors d’une réunion de l’académie chinoise des sciences que la technologie était la clé pour atteindre « l’objectif ultime d’édification d’une nation socialiste et modernisée » (…) « L’idée d’utiliser la technologie en réseau en tant qu’outil de gouvernance en Chine remonte au moins au milieu des années 80. (…) Par la suite, les avancées technologiques dans le domaine de l’intelligence artificielle et l’amélioration des processeurs ont rapproché cette vision de la réalité. »

Nos démocraties ne sont pas à l’abri de cette mutation politique. Aujourd’hui déjà, nos choix commerciaux sont décryptés par anticipation. Les publicités qui apparaissent sur nos ordinateurs sont de plus en plus ciblées. On peut programmer à l’avance le réapprovisionnement de tels ou tels biens de consommation courante. On est aux portes de voir l’intelligence artificielle anticiper nos besoins (et pire nos envies) avant de les avoir manifestés.

Demain, l’intelligence artificielle décidera de ce qui « fera notre bonheur ». Elle prendra les décisions en fonction d’algorithmes, piochés dans d’immenses bases de données, que nous aurons « librement » alimenté pendant des années. Il convient d’être plus que jamais prudent sur cette évolution sans en rejeter les progrès bénéfiques.


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 8 octobre 08:50
    «  Il convient d’être plus que jamais prudent sur cette évolution sans en rejeter les progrès bénéfiques. »
    et ben voyons .....et demain on mettra en circulation des pièces a une seule face .....
    c’est la rançon du progrès on paye la rançon et ensuite on se demande : « un progrès vers quoi ? »

    • Ruut Ruut 8 octobre 13:41

      L’IA est :
      1. Amorale
      2. Facile a corrompre
      3. N’as aucun remord
      4. ne laisse aucune trace de malversations
      5. est incapable de voir les failles de sa propre logique.

      Choisir une IA comme autorité, a une époque où le codage est plus proche du show que du propre, est juste, suicidaire.

      Celui qui fera la maintenance de l’IA aura le pouvoir absolu.


      • Hervé Hum Hervé Hum 8 octobre 14:06
        L’ignorance est source de tous les fantasmes et de toutes les peurs, l’IA n’y échappe pas.

        La conclusion de Méchant Réac est des plus pertinente et lucide qui soit, l’IA est un outil et non une fin en soi.

        La seule question est de savoir qui contrôle l’IA, car il y aura toujours un être humain derrière et c’est seulement lui ou sa communauté qui dira si l’IA est amorale ou non, peut être corrompu ou non, etc.

        Mais après tout, quand on accepte de voir dans une entreprise ou un Etat, les mêmes attributs qu’une personne humaine, l’IA ne peut que faire penser à un être supérieur. 

        Non, l’IA ne représente pas de danger propre, seulement ceux qui la contrôle

        • V_Parlier V_Parlier 8 octobre 14:16

          @Hervé Hum
          Comme tout ce qui a donné du pouvoir aux hommes en général.


        • V_Parlier V_Parlier 8 octobre 14:21
          L’exemple chinois est le plus à la mode. Mais c’est simplement parce-que là-bas ils ne cachent pas leur jeu. Quand ils disent qu’ils surveillent et influencent, ils surveillent et influencent. Ici on « éduque » le peuple en « luttant contre les fake news ». On surveille aussi (et je ne suis pas naïf, il y a toujours un minimum nécessaire) et on surveillera encore plus s’il y a plus de moyens, mais sans le dire.

          Quant aux élections pré-simulées, on n’en n’est plus très loin avec l’UE et les candidats Bonux sortis du paquet 3 mois avant de devenir président, à grand renfort de publici... euh de campag... euh... d’informations dans les médias en pâmoison. (Même s’ils font un peu la tête à présent, amis bon, ils n’ont pas tout compris on dirait).

          • pemile pemile 8 octobre 14:42

            En France aussi la reconnaissance faciale « intelligente » est annoncée comme une nécessité pour le ministère de l’Intérieur. Le modèle chinois de contrôle et surveillance de la population par des caméras et des algorithmes d’identification des personnes semble inspirer le gouvernement et l’administration française qui lance des expérimentations et des partenariats.



            • V_Parlier V_Parlier 8 octobre 14:44

              @pemile
              D’ailleurs, en soi, le problème n’est pas à ce niveau. J’ai bien d’autres préoccupations que celle d’être reconnu quand je suis dans la rue.


            • pemile pemile 8 octobre 14:53
              @V_Parlier « J’ai bien d’autres préoccupations que celle d’être reconnu quand je suis dans la rue. »

              Même si vous viviez dans un régime dictatorial ?

              Sinon, que pensez vous du fait d’affirmer que c’est une nécessité pour la société française ?


            • pemile pemile 8 octobre 15:02

              @V_Parlier

              PS : dans le genre il y aussi la reconnaissance par posture et démarche


              Quid aussi de l’IA pour repérer un « comportement bizarre » (et les faux-négatifs très fréquents)

              Gérard Collomb dans son bilan « d’un an de maintien de l’ordre », le 8 juin 2018 « L’intelligence artificielle doit permettre, par exemple, de repérer dans la foule des individus au comportement bizarre. »

            • V_Parlier V_Parlier 8 octobre 15:49

              @pemile
              Si ce n’est pas une IA ce sera un flic de toute façon, que le régime soit dictatorial ou pas. Et pour la « mécanisation » de la chose (le truc qui vous embarque, je suppose) on n’en est encore loin. Ce sera de toute façon une intervention humaine. Polémiquer là-dessus ne m’intéresse d’ailleurs pas car je ne considère pas ça comme le fond du problème, étant pourtant sceptique quant au « bonheur promis » mais pour bien d’autres raisons. La reconnaissance faciale, un outil comme d’autres, comme les armes, comme les tests ADN, etc... avec ce qu’on en fait. On a voulu abolir (de fait) les frontières donc maintenant il faut assumer : Une frontière à passer pour visiter chaque lieu touristique, des contrôles partout, etc... Il fallait pleurer avant.


            • pemile pemile 8 octobre 16:08
              @V_Parlier « Si ce n’est pas une IA ce sera un flic de toute façon »

              Non, aucun rapport en capacité de vision et de traitement de données !

              « On a voulu abolir (de fait) les frontières donc maintenant il faut assumer »

              Whaoouu, vous n’exprimiez pas explicitement quel serait d’après vous « le fond du problème », mais ça suinte dans ce commentaire hors sujet ! smiley

              L’article parle de cyber-surveillance en Chine, la Chine a-t-elle aboli ses frontières ?


            • V_Parlier V_Parlier 8 octobre 16:50

              @pemile
              Je répond à votre remarque sur la surveillance en France. Donc déjà à la base, la Chine ne faisait plus partie de la discussion, du fait de votre remarque.


            • L'enfoiré L’enfoiré 8 octobre 18:27
              « remplacer la démocratie par la gouvernance de l’intelligence artificielle »

              C’est tout à fait possible et parfois même préférable.
              Mais il faut connaître le code en « Open source » et connaître les algorithmes de décision.


              • V_Parlier V_Parlier 8 octobre 18:31

                @L’enfoiré
                J’imagine que ceux qui rédigeraient les spécifications paieraient très cher pour ça !


              • L'enfoiré L’enfoiré 8 octobre 18:37
                @V_Parlier

                 Et que la documentation qui l’accompagnerait, ne serait jamais à jour smiley

              • L'enfoiré L’enfoiré 8 octobre 18:43
                Le mythe de l’Intelligence artificielle est actuellement tout à fait surfait.
                Ce qui se trouve dans l’intelligence des machines, n’est absolument pas artificielle.
                C’est de l’intelligence naturelle humaine qui s’est retrouvée dans des chaines d’instructions, bien étudiées sur flow chart sensées répondre à tous les problèmes actuels : question-réponse.
                Il n’y a rien de proactifs, d’intuitifs.
                Là, c’est encore l’homme qui a la prépondérance.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Méchant Réac

Méchant Réac
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès