• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > La sécurité des machines à voter n’est pas vérifiée : c’est (...)

La sécurité des machines à voter n’est pas vérifiée : c’est prévu !

Au nom de la démocratie, le vote électronique a été adopté par nombre de municipalités tranquillisées par le fait que les machines à voter dont elles s’équipent ont reçu l’agrément du ministère du l’Intérieur.

Cet agrément est conditionné par la conformité de chaque modèle avec le « règlement technique fixant les conditions d’agrément des machines à voter ». Ce document de quarante-trois pages présente la procédure à suivre pour contrôler les machines ; il détaille en particulier 114 exigences, certaines assorties d’un mode opératoire, c’est-à-dire de tests précis à effectuer pour les vérifier.

C’est une société de certification qui joue le rôle d’organisme de contrôle et qui effectue les tests demandés. Elle produit un rapport que consulte le ministère de l’Intérieur pour délivrer, ou pas, son agrément. Le modèle testé doit franchir les tests sans dommages.

En voici quelques exemples. Pour la résistance aux chocs, il faut lâcher cinq fois le modèle rangé dans sa mallette d’une hauteur de 80 cm sur un sol en béton. Concernant l’humidité, il faut placer pendant 24 heures la machine à voter, normalement alimentée, dans une atmosphère de degré hygrométrique égal à 80% et à température de 40 °C. La résistance à un écoulement est testée en laissant l’équipement, en configuration de fonctionnement, sous un dispositif laissant écouler des gouttes d’eau (séquence de 30 gouttes à la minute durant deux heures). Pour les vibrations, il faut qu’il résiste à une heure de vibrations perpendiculaires de fréquence 20 Hz et d’amplitude 0,8 mm. Il doit également franchir l’épreuve de la température : 20 °C pendant 30 min, puis élévation à 45 °C en 30 min et maintien à cette température pendant deux heures.

Les modes opératoires concernant l’alimentation électrique (normale ou de secours), l’absence de claquage des diélectriques ou la résistance à des conditions de stockage dans une atmosphère humide sont tout aussi précis : l’organisme de contrôle peut procéder aux tests requis en suivant scrupuleusement les directives.

On peut encore trouver quelques précisions concernant la taille des touches ou des boutons, le nombre de scrutins ou le nombre maximum de candidats que la machine doit être capable de gérer.

Il n’échappe à personne que la partie la plus sensible, la plus importante de ces nouveaux dispositifs de vote reste quand même l’informatique puisque c’est là que s’effectuent les traitements puis les enregistrements des suffrages : ce sont les programmes de la machine qui sont chargés de la dématérialisation du vote puis de la sincérité du dépouillement.


Pourtant la précision des exigences se dégrade brusquement lorsque sont abordés les organes cruciaux, ceux qui concernent la sécurité, puisque les modes opératoires des tests ne sont pas énoncés. Ainsi, « les bulletins de vote doivent être enregistrés de façon aléatoire », mais il n’est pas dit comment contrôler qu’ils le sont vraiment. Or, c’est plus difficile qu’on ne le croit  : un ordinateur, par principe, n’a rien d’aléatoire.

Ou encore, « les votes enregistrés doivent être conformes aux votes sélectionnés par les électeurs. Le respect de cette exigence doit être vérifiable par des tests de conformité. » Mais les tests (de conformité) censés vérifier cette exigence essentielle ne sont pas donnés  : est-ce aux autorités de contrôle, sociétés privées, de les inventer  ?

Encore pire : « La machine à voter doit être protégée durant les opérations électorales contre tout type d’intrusion frauduleuse, à l’aide de multiples dispositifs de sécurité. » La nature des multiples dispositifs de sécurité n’est pas précisée, il n’est fait mention d’aucun mode opératoire ayant pour but de vérifier que la machine est effectivement protégée. La seule présence de "multiples dispositifs de sécurité" semble suffire, pas besoin de tester leur efficacité. Il n’est fait mention d’aucune exigence concernant la protection des dispositifs de vote électroniques hors des périodes électorales. Pourtant c’est hors des périodes électorales que les machines courent le plus grand risque d’être corrompues en vue de fausser les résultats de futures élections  : il n’y a aucun assesseur pour les surveiller.


Pour couronner le tout, il est impossible de connaître la nature des tests de sécurité effectués éventuellement par les organismes de contrôle puisque la consultation des rapports qu’ils ont délivrés n’est pas autorisée au motif que «  l’utilisation des rapports d’agrément pourrait compromettre le bon déroulement des élections », ce qui est une information très inquiétante : le bon déroulement des élections sur les machines à voter dépend donc de la non-divulgation de ces rapports. Espérons donc qu’ils n’ont pas été divulgués et que les personnes qui les ont lues (qui sont-elles ?) sauront garder le secret.


La sécurité des machines à voter est donc loin d’être prouvée. L’État ne semble pas avoir compris à quel point il est difficile de sécuriser un système informatique et de vérifier qu’il n’y a point de failles.

Comme, en plus, du fait de la nature anonyme du vote et de l’opacité de l’informatique, il n’y a pas possibilité de vérifier la conformité des résultats des dépouillements automatiques avec la volonté réelle des électeurs, dès le soir du premier tour, on sera bien en peine de prouver de manière incontestable la sincérité des résultats obtenus sur les ordinateurs de vote.


Signer la pétition

Aujourd’hui 18 avril,.12h, plus de 68 000 signatures.

Consulter le "règlement technique fixant les conditions d’agrément des machines à voter".


Moyenne des avis sur cet article :  4.94/5   (187 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • Avatar 19 avril 2007 09:54

    Mais non, mais non,

    Ayez Confiance...

    Les machines à voter sont aussi efficaces que le système de notation des commentaires d’Agoravox !!!

     smiley


  • Yohan92 19 avril 2007 09:00

    Je pense en effet que dans les villes n’ayant plus le choix, le seul vote possible est l’abstention. Il faut boycotter ce déni de démocratie, j’ai vu ce matin au journal de France2 qu’en Belgique une machine avait été invalidé car elle avait donné à un candidat plus de voix que d’inscrits !!!! Quand la bourde est énorme, on ne peut la cacher, mais si un petit malin met un code genre : TOOTALBAYROU/10 = BONUSSARKO TOTALBAYROU=TOTALBAYROU-BONUSSARKO TOTALSARKO=TOTALSARKO+BONUSSARKO

    Là on voit rien, le nombre des votants et des suffrages exprimés est exact et hop -2 pour Bayrou +2 pour Sarko.


    • fb 19 avril 2007 09:03

      Effectivement, comme Forest Ent l’avait fait remarqué, il n’y a aucune norme technique imposée par la législation, comme par exemple la certification exigeante de type aéronautique. Plus inquiétant, comme votre article le démontre, l’exécutif se réfugie derrière un modèle de sécurité obscurantiste - ce qui est une hérésie et un anachronisme pour qui s’y connaît un tant soit peu en sécurité informatique -.

      Toutefois, est-il vraiment possible de faire un système de vote qui garantisse à la fois la confidentialité du vote, l’intégrité des suffrages exprimés et la transparence du processus ? La réponse est définitivement non. Le principe du vote papier est certainement la meilleure solution approchante apportée à ce problème, d’ailleurs ce n’est pas un hasard si les fraudes se produisent en amont (listes électorales)...


      • Forest Ent Forest Ent 20 avril 2007 23:41

        J’avais traité ce « réglement » de gag sans faire le détail. L’auteur enfonce le clou en détaillant. Un système techniquement fiable est possible, mais serait très cher. Et comme vous le précisez utilement, ca ne change rien à la majorité des fraudes. Ca ajoute juste le risque de nouvelles. Et on ne voit pas du tout ce que cela va apporter de mieux.


      • pipocratie 19 avril 2007 10:03

        J’en ai rien à faire que çe soit sécurisé ou pas. Avec le vote papier, un gamin de 5 ans sait comment ça marche et chaque citoyen peut faire un sitting toute la journée et constater
        - qu’en début de journée, l’urne est VIDE.
        - En fin de journée, il peut également participer au dépouillement

        En un mot, avec le vote papier, c’est le CITOYEN qui CONTROLE l’élection. Demain avec le vote électronique ce sera QUELQU’UN D’AUTRE qui contrôlera le vote (le gouvernement, une boite privée ...) !!!

        Sarkozy en IMPOSANT le vote électronique a simplement RETIRE CE DROIT DE FORCE, sans informer les gens et sans aucun débat !

        CE N’EST PAS ACCEPTABLE ! Si les gens ne comprennent pas les dangers, il méritent bien un Sarko, celui à l’origine de cette mesure.


        • jako jako 19 avril 2007 10:07

          Bonjour, il me semble que la plupart des mairies qui vont l’utiliser sont socialistes (Brest par exemple)


        • Marie Pierre 19 avril 2007 10:12

          @ Jako,

          La liste des bureaux de vote équipés de machines électroniques.


        • jako jako 19 avril 2007 10:17

          Super Marie Pierre, merci de cette info et ouf !! ma commune n’est pas encore dessus.


        • nasko 19 avril 2007 10:42

          Pourquoi etes vous rassurés ? Une voie est une voie, qu’elle soi la votre ou celle de votre voisin. En fait vous etes rassurés parce que vous n’aurez pas à baisser l’échine en allant voter. La mienne n’y est pas, je suis déçu, j’aurais bien voulu la bourrer à coups de marteaux. La réaction que vous vennez d’avoir, malgré qu’elle soit honnête, est très dangeureuse. Si on attend que le voisin fasse qqchose contre ce procédé, personne ne fera jamais rien. IL faut s’organiser. IL FAUT S ORGANISER. ET AUJOURD’HUI SERAIT LE MIEUX. organison une manifestation devant chaque mairie ce samedi. DIFFUSONS LE MESSAGE. SINON CA SERT A QUOI DE SE LA LOUER MEDIA INDEPENDANT. SI JAI PLUS DE 100 VOTES POSITIFS, JE BALANCE UN MAIL A TOUS CEUX QUE JE CONNAIS, EN ESPERANT QUE VOUS FERREZ DE MEME. ON AURAIT DU LE FAIRE AVANT ? MAIS IL N EST PEUT ETRE PAS TROP TARD


        • nasko 19 avril 2007 11:04

          Je rajoute qu’à 18 heures, si au moins 100 votes positifs ont été déposés, j’envoi une lettre type plus bas, faites en de même, on vote pour choisir la meilleur. A 19h le vote est clos, nous prenons celle qui est la mieux notée et nous la balançons à tout va. S’il n’y a pas 100 votes positifs, c’est que personne ne s’est donné du mal pour inviter d’autres personnes à venir voter, alors ne bougeons pas, personne ne se donnera du mal pour relayer la lettre type. Alors chiche, jouons je jeu et voyons voir qu’elle peut être la force de mobilisation au nom d’un combat juste et urgent. CHICHE


        • Chantal Enguehard Chantal Enguehard 19 avril 2007 12:36

          En fait, non, les municipalités socialistes sont loin d’être majoritaires dans les mairies qui ont fait le choix du vote électronique. Il y a un peu toutes les tendances politiques.

          Voir http://www.ordinateurs-de-vote.org/Toutes-les-villes.html


        • nasko 19 avril 2007 18:19

          Bon, tant pis les copains. La prochaine fois on s’y prendra plus tôt.


        • jako jako 19 avril 2007 10:05

          Bonjour Madame et merci de vos nombreuses intervention motivées sur ce gros problème. Je pense ( suis certain même) que personne de bonne foi ne peut affirmer que ce vôte est sans risques mais le problème au dela de ce système est le fait que quelques dizaines de personnes arrivent à imposer au pays une absurdité sans que le « peuple » ne puisse rien faire. J’ai entendu que l’Italie avait abandonné ce système ???? Moi j’aime bien l’ambiance bureau de vôte avec dépouillement manuel ( je l’ai pratiqué de nombreuses fois) c’est convivial et on a un résultat instantanné pour son quartier ce qui est très interessant.


          • Marie Pierre 19 avril 2007 10:07

            Merci encore pour toutes ces précisions.

            N’oublions pas que 2 voix par bureau de vote séparaient Jospin de Le Pen.....


            • JL JL 19 avril 2007 10:37

              Il est clair qu’on assiste à une course contre la montre engagée par les partis de l’argent contre la démocratie.

              Ces partis qui contrôlent les principaux médias ne savent pas contrôler l’internet. Peut-être faut-il voir dans les pratiques de tall & co des tentatives pour décrédibiliser les blogs qui leur posent pb.


              • JL JL 21 avril 2007 08:37

                De toutes manières, la question de la fiabilité de ces machines est un faux débat.

                Plus elles seront suspectes, et plus le but de ses promoteurs sera atteint : quel est ce but ? décrédibiliser la démocratie, ni plus ni poins. Dégouter un peu plus les gens de la politique. Combien disent déjà qu’ils n’iront pas voter ?

                Une autre façon de dégouter les gens de la politique c’est par exemple, la ’lutte’ contre le chômage. Cette ’lutte’ contre le chômage n’a pas vocation à réussir, pas plus que ces machines. Le but là encore, c’est de décrédibiliser les politiques.

                Soyons adultes, arrêtons de nous laisser berner !


              • Radix Radix 19 avril 2007 10:39

                Bonjour

                Ma commune s’est équipée de machine à voter, si je n’ai pas le choix entre ce système et le buletin papier : je ne voterais pas et je crois que je vais faire un sacré foin.


                • Chantal Enguehard Chantal Enguehard 19 avril 2007 12:44

                  Je comprends votre réaction : c’est très désagréable de se faire priver de son droit de vote.

                  Cependant, je vous recommande un exercice de zen particulier : soyez ferme, mais restez toujours correct. N’oubliez pas que les mairies sont avant tout des victimes (elles ont acheté de bonne foi, en se fiant à l’agrément du Ministère de l’Intérieur, ce qui est NORMAL).

                  Expliquez votre opposition tranquillement, avec quelques arguments simples, sachez en faire des alliés, plutôt que des ennemis. smiley

                  Soyez prudent : troubler les élections est un délit.


                • nasko 19 avril 2007 14:00

                  Je comprend votre modération madame, vous ne voulez pas vous sentir impliquée dans l’action que pourrait susciter un article tel que le votre. Seulement à quoi cela sert il d’écrire un article s’il n’est pas suivi d’une réflexion, et à quoi sert la réflexion si elle n’est pas suivie d’action.

                  Alors certe vous nous dites qu’en guise d’action nous pouvons toujours expliquer nos désaccords aux mairies. Mais pensez vous que les personnes qui ont mis au point ces systèmes de vote ont le souci de la discussion ? Vous dites que les mairies sont victimes... victime de quoi ? de leur naïveté ? de leur corruption ?

                  Aprés tout, les personnels municipaux seraient peut etre les plus heureux de tous si des personnes bien avisées venaient déterliorer le matétiel. Madame, il faut avoir le courrage de ses convictions. Ce n’est pas comme si il y avait un débat.... tout le monde est d’accord...Si maintenant on a peur du gendarme qui tout autant que nous a peur du gendarme c’est qu’en fin de compte nous sommes prés à rentrer de pleins pieds dans le monde qu’on nous prépare.

                  Vous vous imaginez ? 95% des gens en désaccord...Mais qu’est ce que vous croyez, qd vous irez discuter dans vos mairies, tout le monde sera d’accord avec vous.....Mais vous ne casserez pas cette machine car il faudra choisir entre un idéal et un confort (la prison, c’est moins confortable qu’un petit chez soi).

                  Et pourtant on sait bien ce que cela représente à terme cette machine. On sait qu’on veut nous imposer un vote, on sait que c’est parce que nous risquons de mal voter, ils savent qu’on va mal voter parce que nos conditions de vie se déterliorent... Notre confort, nous savons où nous pouvons nos le mettre a court terme pour certains, à moyen pour d’autres.

                  Et puis, sauf votre respect, vous n’etes plus toute jeune ; Mais pour qqun de 20 ans qui ne peut plus aller en ville en voiture parce que dorénavant c’est payant...qd il veut sortir le soir, il ne peut pas, sinon c’est le retrait de permis, il irait bien en bus mais il n’y en a pas aprés 20h...qui ne peut plus faire de foot sur les terrains de foot (on abime l’herbe destinée à ceux qui ont payé leurs licence)....

                  Et puis sortir, on veut bien, mais pour aller où ? On ne peut plus fumer....plus boire (donc)....Et maintenant on nous dit qu’on ne peut plus voter. Et vous voulez qu’on discute....

                  Les précaires essayent de mettre en garde ceux qui arrivent encore à s’en sortir tant bien que mal, mais la politique de l’autruche tient encore le haut du pavé, tel les deux personnes qui plus haut dans les posts sont rassurés par le fait que ce ne seront pas elles qui voteront sur des machines électroniques.......On à l’occasion de se faire violence sur des machines....n’attendons pas que le système soit complétement bouclé et que la seule tentative pout le bouger soit la violence contre des personnes. Enfin c’est ce que je pense.


                • nasko 19 avril 2007 14:54

                  Je nous vous ai meme pas lu convenablement mme enguehard. En fait vous n’etes pas du tout contre l’action, vous nous conseillez juste d’etre prudent et poli ^^.


                • Chantal Enguehard Chantal Enguehard 19 avril 2007 17:40

                  J’entends bien votre colère.

                  Vous êtes jeune. Avec le temps j’ai appris que l’on ne gagne pas avec des actions illégales (la prison, ce n’est pas une victoire).

                  à méditer :

                  D’abord ils vous ignorent

                  Ensuite ils rient de vous

                  Ensuite ils vous combattent

                  Alors, vous gagnez

                  Gandhi


                • nasko 19 avril 2007 19:40

                  Madame, la révolution était illégale. La commune était illégale...la résistance était illégale....


                • Gasty Gasty 19 avril 2007 10:39

                  Si le despotisme passe en Mai , en 2012 il repassera haut le vote électronique (99%)(1% de bugué).


                  • tvargentine.com lerma 19 avril 2007 11:26

                    Oui 666( smiley) assure la sécurité de tout et de tous le monde

                    Oui,nous deja des machines qui prennent plein de photos pour envoyer plus de PV et nous aurons prochainnement plein de machines à voter qui voteront automatiquement pour 666 ( smiley) (seulement pour 2012 si il est élu en 2007)

                    Ne vous inquiétez pas Madame ,666( smiley) vous aime !

                    Et vous ,allez vous voter pour lui ??????,


                    • Christophe Christophe 19 avril 2007 11:30

                      Il est dommage que ma commune n’ai pas opté pour ce principe électronique de vote.

                      Je me serais appuyé sur le PV du bureau puiqu’il retrace le déroulement des opérations et comporte :
                      - le nombre des électeurs inscrits
                      - le nombre des votants
                      - le nombre de suffrages exprimés
                      - le nombre de suffrages recueillis par chaque candidat ou par chaque liste
                      - le nombre d’électeurs qui n’ont pas retiré leur carte électorale alors qu’elle était tenue à leur disposition au bureau de vote
                      toute réclamation des électeurs ou des délégués des candidats ou des listes, ainsi que les décisions motivées prises par le bureau sur les incidents qui ont pu se produire

                      L’expression d’une réclamation aurait pu prendre cette forme (en restant uniquement dans l’environnement propre au citoyen votant) : Jusqu’à présent, par un acte citoyen de vote, je garantissais que mon choix était celui qui était présent dans l’urne. Aujourd’hui, tant qu’aucune preuve me garantissant que mon choix est bien celui qui est stocké dans l’urne et m’assurant que mon acte citoyen n’a pas été détourné à des fins délictueuses entre le moment de mon choix et le dépôt dans l’urne, je maintiendrais cette réclamation.

                      Compte tenu qu’aucune preuve ne peut être fournie, si un nombre significatif de réclamations est porté au PV, il faudra revoter dans les bureaux concernés. smiley


                      • JL JL 19 avril 2007 12:02

                        Très bien. Je propose que ceux qui auront à voter avec ces machines distribuent ou affichent à l’entrée du bureau de vote ce conseil.

                        Ou par exemple, cet autre texte : « J’ai voté conformément aux indications qui m’ont été fournies par les assesseurs, mais rien ne me prouve que c’est mon vote qui est vraiment enregistré dans cete ’boîte noire’ qui remplace l’urne transparente habituelle. En conséquence je dépose une réclamation pour ’détournement possible’ et porte plainte pour ’préjudice causé par cette incertitude’. Cette incertitude fait qu’il me sera impossible d’accepter en confiance le résultat de ce scrutin. »


                      • plume plume 19 avril 2007 13:43

                        et avec les machines à voter, si il n’y a plus d’électricité on vote comment ???


                        • nasko 19 avril 2007 14:39

                          On prendra les anciens dépouilleurs, et on les fera pédaler


                        • Dilettante 19 avril 2007 16:52

                          Je n’avais jamais songé à ça : si la machine cesse ponctuellement d’être alimentée au cours de la journée, tous les voix déjà enregistrées peuvent être perdues ! Il suffit d’une microcoupure. Ces machines sont-elles équipées d’une alimentation autonome de réserve, qui puisse se déclencher suffisamment vite, et de suffisamment de réserves pour garantir le fonctionnement jusqu’à la fin du scrutin ? Leur mémoire de fonctionnement est-elle préservée pendant une longue coupure électrique ? Ce genre de vulnérabilité peut donner lieu à toutes les magouilles et surtout à toutes les contestations.


                        • Christophe Christophe 19 avril 2007 17:35

                          Il serait étonnant que le vote, une fois validé, ne soit pas stocké sur un support non volatile (type disque dur). Dans ce cas, une coupure de courant n’annule pas les votes précedents puisque sauvegardés.

                          Cependant, ce qui peut poser problème consiste à savoir si, quand un citoyen est en train de voter et que la panne arrive à ce moment là, son vote a ou pas été stocké. smiley


                        • jako jako 19 avril 2007 17:38

                          Oui apparement c’est prévu dans le cahier des charges, il est très simple aujourd’hui de maintenir un petit PC en autonomie pendant plusieurs heures


                        • Aldoo Aldoo 19 avril 2007 17:41

                          En fait, pour la confidentialité, ce serait peut-être même mieux, tant qu’à faire, de fonctionner sur batteries pendant toute la journée. Comme ça on n’est sûr qu’aucune information n’est échangée sur le réseau électrique (via un adaptateur réseau CPL ou équivalent).


                        • Jean-Philippe Immarigeon Jean-Philippe Immarigeon 19 avril 2007 17:54

                          L’hypothèse d’une coupure ou d’une extinction écran comme cela arrive sur n’importe quel PC avec la perte des toutes dernières informations enregistrées, me semble l’incident le plus simple a invoquer (et à inventer, vous êtes dans l’isoloir, personne ne peut mettre en doute le fait que vous prétendez que l’écran s’est éteint quelques secondes au moment même où vous validiez votre vote).

                          De toute manière il faut soulever l’aporie de ce ce système, qui est soit vérifiable à postériori, mais alors c’est que le processeur a conservé toutes les informations nominales (c’est bien cela qui se passe) et viole le secret, soit le processeur a tout brouillé immédiatement, et le Code électoral est en échec. Le juge de l’élection ne peut répondre à ces recours sans, soit annuler parce qu’il ne peut vérifier (ou fait semblant de ne pas pouvoir vérifier), soit soumettre la loi à la technologie, c’est-à-dire abdiquer tous les principes républicains.

                          Mais attention : pour m’être coltiné de front le Conseil Constitutionnel et tous les juges compétents en matière électorale il y a dix ans dans l’affaire des frandes électorales du 5ème arrondissement de Paris, il ne faut pas partir au lendemain des élections paré de sa seule indignation : le Conseil n’attend que cela pour débouter les contestants. Il faut qu’il y ait des incidents, les décrire, et exiger une enquête contradictoire pour, si elle est refusée, pouvoir ensuite monter à la Cour Européenne des Droits de l’Homme qui ne prend pas le contentieux électoral... sauf qu’en l’espèce il y aura eu violation des règles d’un procès équitable (Article 6 de la Convention européenne de 1950).


                        • Jean-Philippe Immarigeon Jean-Philippe Immarigeon 19 avril 2007 18:04

                          En complément et pour reprendre une image forte, le problème posé par le processeur est que, soit il invente n’importe quel chiffre, tant de participation que de voix pour chaque candidat, soit il garde trace de ce qui est enregistré mais alors cela reviendrait à attacher chaque bulletin exprimé devant le nom du votant sur la liste d’émargement. Or tout le mécanisme du vote urne-papier, c’est que le vote est transparent (même les urnes le sont) et que le dépouillement permet de rapprocher, mais de manière anomyne, ce qui est sorti de l’urne de ce qui est émargé sur la liste des électeurs.

                          Et même dans les bureaux du 5ème arrondissement de Paris il y a 10 ans, lorsque assesseur dans le bureau centralisateur au coeur de la mairie (et accessoirement avocat contre Tiberi dans les dossiers judiciaires en cours du fait des fraudes révélées auparavant), j’ai fait « chier », Code électoral à la main, pour que toutes ses dispositions soient scrupuleusement respectés, nous avions toujours les résultats consolidés, sur une liste électorale contentieuse de 60.000 électeurs, avant minuit. Quatre heures, au pire, pour avoir les résultats, c’est insupportable ? Gagner 240 minutes au prix du sacrifice du droit de vote, est-ce qu’on ne marche pas un peu sur la tête ?


                        • Chantal Enguehard Chantal Enguehard 19 avril 2007 18:04

                          MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR, DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE ET DES LIBERTÉS LOCALES

                          RÈGLEMENT TECHNIQUE FIXANT LES CONDITIONS D’AGRÉMENT DES MACHINES À VOTER

                          Exigence 78 :

                          Elle doit supporter les coupures de tension inférieures à 500 millisecondes sans altérer le fonctionnement de la machine ou provoquer des pertes d’informations.

                          But :

                          L’épreuve est destinée à vérifier le bon fonctionnement de la machine à voter aux tensions limites définies par le constructeur et à vérifier l’absence d’incidence des microcoupures.

                          Mode opératoire :

                          Alimenter les équipements constituant la machine à voter aux tensions limites maximales et minimales durant deux heures, puis effectuer l’ensemble des opérations nécessaires pour la mise en oeuvre et le déroulement d’un scrutin (chargem ent des logiciels, chargement des éléments représentatifs d’une élection, 50 opérations de vote, clôture et restitution des résultats). Provoquer des microcoupures de la tension d’alimentation jusqu’à 500 millisecondes, utiliser la machine durant cette période et vérifier que les résultats obtenus ne sont pas altérés.


                        • fpietri 19 avril 2007 18:50

                          Juste une petite chose en complément du message de Jean-Philippe. Rien n’indique non plus que le vote papier dans l’urne soit secret. A l’heure des analyses ADN, il est tres facile de relier un bulletin de vote à un nom par le biais de cellules récuperées sur ce bulletin par des personnes mal intentionnées. Ces memes personnes pouvant également retracer un vote électronique mais en plus le truquer.

                          Conclusions :
                          Ne votez pas sur les machines à voter.
                          Mettez des gants lors d’un vote papier.
                          faites comme bon vous semble.


                        • jako jako 19 avril 2007 19:07

                          oui c’est vrai mais faut pas non plus paranoier trop vous savez à Montigny les cormeilles j’ai vu de simples voles d’urnes transparentes et tou juste avant le depouillement et donc vote annulé pour tout le bureau ( qui bien sur était connu comme votant contre le maire mr Hu Robert.............


                        • Chantal Enguehard Chantal Enguehard 19 avril 2007 21:45

                          La fraude a donc éte vue et sanctionnée.


                        • Jean-Philippe Immarigeon Jean-Philippe Immarigeon 19 avril 2007 21:54

                          Bis repetita : attention à ne pas mélanger deux choses. D’une part le mythe du vote parfaitement sincère, d’autre part la nécessité des contrôles citoyens. Un vote papier n’est pas idéalement parfait, la preuve dans les dossiers qui ont défrayé la chronique politique et judiciaire ces dernières années, mais précisément ces fraudes ont pu être identifiées à défaut d’avoir été sanctionnées comme elles auraient dû l’être. Pourquoi ? Parce que le contrôle citoyen et judiciaire a pu être mis en oeuvre.

                          Dans le cas des machines, ce contrôle est rigoureusement impossible, et le citoyen et la loi sont sommés d’abdiquer. Dans un cas, des fraudes papier identifiables et sanctionnables, dans l’autre cas, un apriori technologique. Et encore, même pas : ce qu’on nous demande, c’est de faire confiance à ceux qui nous gouvernent. On mélange la foi et la loi.


                        • lorgnette 19 avril 2007 15:52

                          Ne pensez vous pas, enfin, que de nombreux hackers ont pris la machine à voter comme dernier défi et planchent déjà sur la meilleure façon de la pirater ?

                          Pour ma part, je refuse de voter grâce à un système aussi opaque.


                          • jako jako 19 avril 2007 17:40

                            impossible à « hacker » il faut une connexion sur la machine et là impossible durant le vôte, par contre comme le souligne un intervenant le vrai danger est durant le stockage de la machine avant le prochain vôte......


                          • Dilettante 19 avril 2007 16:32

                            Machines à Voter ES&S : une nouvelle faille de sécurité découverte aux USA :

                            http://contreinfo.info/article.php3?id_article=847


                            • Aldoo Aldoo 19 avril 2007 17:11

                              Bonjour, est-il possible de faire invalider l’agrément au vu de la non-satisfaction à l’exigence numéro 67, qui n’est tout bonnement pas satisfaisable !

                              (C’est l’exigence qui dit que le décompte doit-être certifié par des tests de conformité. Or test non exhaustif ne peut en aucun cas fournir cette garantie, et un test exhaustif est tout bonnement impossible.)

                              Peut-on porter ce genre de mention sur le PV ?


                              • ZJP ZJP 19 avril 2007 20:47

                                « une nouvelle faille de sécurité découverte aux USA »

                                Il y aura de toute les façons des failles dans un système opaque pour le citoyen lambda. IL me semble de plus, que l’Etat a le DEVOIR de « rassurer » le plus que possible le citoyen et le but est loin d’etre atteint avec « un truc » dont on ignore « comment cela fonctionne ».


                                • NEUF 19 avril 2007 22:07

                                  Je suis de ceux qui, pour différentes raisons que d’autres ont exposé mieux que je pourrais le faire, pensent que le processus actuel du vote doit-être conservé, donc par conséquent une enveloppe et un bulletin.

                                  Proposition : Ce dernier serait muni d’un code barre imprimé qui serait lu à l’entrée dans l’urne. Encore plus simple, puisqu’il n’y aurait qu’un nombre restraint de « produits » (douze pour la prochaine élection) que le passage à la caisse du supermarché. L’urne étant généralement équipée d’un compteur, une première vérification immédiate serait de comparer les 2 totaux. En cas de contestation, il resterait le dépouillement classique.

                                  Autre moyen de contrôle pour rendre imposssible certaines fraudes (bourrage des urnes...)le compostage des enveloppes au passage dans l’ouverture de l’urne.

                                  Des systèmes simples, des techniques éprouvées, fiables, non traficables, bien moins coûteux à l’achat et à l’entretien que les machines sophistiquées. 19 Neuf


                                  • goc goc 20 avril 2007 02:11

                                    juste une petite info technique

                                    la machine à voter est très robustes électroniquement et surtout très rudimentaires sa fonction de base consiste à scruter une dizaine de boutons et à afficher un texte, puis à ajouter 1 (un) a un compteur correspondant au bouton appuyé, et C’EST TOUT.

                                    imaginez que le premier collégien en électronique est capable de créer une machine a voter avec n’importe quel kit de micro-contrôleur à 100 euros. Un micro-contrôleur est plus petit et plus simple qu’un micro-processeur, il n’y a même pas d’OS genre Window. Par comparaison, une machine à café ou un ascenseur est 100 fois plus compliqué

                                    ceci veut dire qu’il n’est pas nécessaire d’avoir Bac+15 et 20ans d’expérience en informatique de haut niveau pour « modifier » le programme d’une machine à voter

                                    alors quand on me dit qu’il y a des systèmes de securité qui protègent le tout, c’est une énorme blague. Un système de sécurité ne vaut que par la complexité du traitement initial et la capacité du dit système à etre intégré au sein meme du processus. Or dans le cas d’une machine a voter, le processus est trop simple pour pouvoir etre securisé : une action sur une touche, puis sur une autre pour valider, et cela déclenche l’incrémentation d’un compteur et l’affichage d’un texte pré-programmé ; que voulez-vous sécuriser dans cette séquence ??

                                    Et puis il ne faut pas oublier que plus un système est simple plus sa sécurisation est simpliste : imaginez un panneau de digicode avec 16 boutons, que voulez-vous faire pour le securiser ?, sachant que cela ne doit pas se faire au détriment d’une complexité accrue

                                    une machine à voter doit rester simple : si on doit appuyer sur 3 boutons en même temps dans un laps de temps de 123,2 millisecondes, on va vers l’echec.

                                    donc plus c’est simple, mieux c’est, mais aussi, plus cela devient facile à « travailler »

                                    il suffit de 2 ou 3 instructions machines pour fausser les résultats, et si l’opérateur est malin, il se fera une joie de modifier le système de sécurité pour que ce dernier ne s’aperçoive pas de la supercherie

                                    bref faire simple et sur, sont deux concepts incompatibles


                                    • jako jako 20 avril 2007 07:56

                                      Les machines dont nous parlons (et qui seront utilisées en Fr) ne sont pas de ce type mais de vrais ordinateurs avec OS et DB


                                    • ZJP ZJP 20 avril 2007 15:26

                                      La VRAI question est :

                                      Pourquoi remplacer un système simple, accessible, compréhensible et « vérifiable » par tout le monde, transparent (sans jeu de mots), etc... par un « machin » ?. QUI a y gagner ?


                                    • goc goc 21 avril 2007 00:47

                                      j’ai vu les images de l’interieur, et je confirme qu’il s’agit bien d’une machine tres simple, meme s’il y a un tas de circuits inutiles autour.

                                      d’ailleurs, dire qu’il y a un OS et une Base de Donnée, alors qu’il n’y a que 12 candidats et aucun periperique lourd, c’est comme pretendre qu’il y a un V6 sur un velo.

                                      un Os comme son nom l’indique, sert a gerer des operations (ou processus), or vu qu’il prend du temps machine, il n’a d’interet que s’il est plus leger que les processus qu’il doit gerer, ce qui n’est pas le cas dans la machine a voter

                                      et que dire de l’utilisation d’une Base de donnée..., gerer une dizaine de compteurs occupe meme pas 50 octets, alors que la moindre base de donnée fait au minimum plusieurs milliers d’octets pour la gestion d’index, et autant pour les chainages, avant meme d’y mettre la moindre donnée

                                      bref os et Bd c’est comme le systeme de haute securité, du bidon pour justifer les milliers d’euros que ce doit couter


                                    • Chantal Enguehard Chantal Enguehard 21 avril 2007 22:00

                                      pouvez-vous préciser quel modèle de machine vous avez inspecté ?


                                    • goc goc 21 avril 2007 23:58

                                      voici deux photos de l’interieur, que j’ai trouvé sur le net

                                      http://ordinateurs-de-vote.org/IMG/jpg/260730122_8f43c01899.jpg http://ordinateurs-de-vote.org/IMG/jpg/nedap_-_CEV.jpg

                                      la presence des deux Prom, prouve bien la simplicité du système


                                    • jako jako 22 avril 2007 11:38

                                      je ne suis pas d’accord, il s’agit juste d’un OS embarqué et la BD est systématiquement utilisée par tous les programmeurs à tout propos et souvent (comme ici ) sans raison valable. De toutes façons comment expliquez vous alors les erreurs manifestes déja constatées dans nombre de pays (Italie Belgique States etc....)


                                    • jako jako 23 avril 2007 11:42

                                      qui va y gagner ? bin la boite qui les vend déja ..............


                                    • maxim maxim 21 avril 2007 14:36

                                      c’est là que le « élections piege à cons » prend tout son sens.....


                                      • Nono Nono 21 avril 2007 17:50

                                        @ Chantal,

                                        Très bon billet. Merci.

                                        Il faut faire confiance :

                                        Tout est reglo

                                        Vérifié et sûr,

                                        La Democratie digitale

                                        Est en marche, le vote sera

                                        Une formalité aiséé

                                        De quoi avons-nous peur ?

                                         smiley

                                        Cordialement,

                                        Noah Norman


                                        • Iris Iris 21 avril 2007 21:43

                                          Puisque apparemment il est trop tard pour faire annuler les votes par ces machines, pourquoi ne donnerions-nous pas sur un site tous les résultats de chaque bureau de vote ayant utilisé ces machines ... on remarquerait peut-être des choses bizarres !


                                          • nasko 22 avril 2007 08:45

                                            Idée excellente


                                          • Gilles Gilles 22 avril 2007 11:20

                                            De toute façon, si le citoyen n’a pas entièrement confiance dans les machines à voter, s’ils pensent qu’une force occulte pourrait détourner son vote ou truquer le résultat, il commencera à se détourner du processus électoral.

                                            De plus, vu que la population croit que l’informatique est quelque peu compliqué, pas forcément fiable et reste un domaine d’experts, il est facile de penser que les machines puissent être détournées, sans compter les gens désemparés devant tout systéme avec écran et boutons...

                                            Donc, que les machines soient fiables ou non importe peu ; ce qui compte c’est la perception des utilisateurs du processus. A mon avis pour nombre de gens (dont moi)le vote papier et dépouillement humain est fiable alors que le vote machine recelera toujours une incertitude.

                                            Il suffira ensuite qu’un incident surgisse sur une machine ou dans un bureau de vote (comme aux usa), et hop, cela acréditera toutes les craintes


                                            • jako jako 23 avril 2007 11:44

                                              il y a eu des incidents ce week end (comme prévu) dans plusieurs grandes communes........... Reims, Villeneuve Issy et aucun dans les bureaux papier.


                                              • Chantal Enguehard Chantal Enguehard 23 avril 2007 16:51

                                                Si vous êtes témoin direct, merci de consulter http://www.ordinateurs-de-vote.org/Temoignages.html


                                              • TONIOBM 7 mai 2007 16:55

                                                Bonjour,

                                                J’ai bien lu votre article sur les exigences des machines à voter. Evidemment, il serait intéressant de se plonger directement dans le règlement technique (ce que je vais peut-être faire). Cependant, je tiens à réagir en tant qu’ingénieur électronicien. En effet, je travaille sur la conception et la réalisation de systèmes industriels.

                                                Il me semble donc important d’évoquer deux choses :

                                                Les critères que vous citez au début sont des critères de TEST pour contrôler la solidité et la robustesse des machines à voter. J’ai déjà travaillé sur des systèmes industriels dont la robustesse devait être vérifiée par des tests du même type et notamment des tests de température pour les systèmes devant fonctionner dans des conditions sévères. Les critères que vous citez semblent être issus de normes de contrôle de la solidité de matériels industriels : tests de vibration, fonctionnement dans des conditions atmosphériques sévères... Il n’est donc pas surprenant que ces critères soient très précis. Cependant, ces critères ne sont pas propres aux machines à voter.

                                                Dans la suite de l’article, vous citez des critères qui semblent être assez imprécis en comparaison des critères de tests susnommés, et en concluez que la fiabilité de l’application elle-même n’est pas assurée, au vu de ces critères.

                                                Pour moi, une autre interrogation se pose : les critères donnés dans le règlement technique sont-ils des critères fonctionnels vus par l’utilisateur de la machine, ou bien des règles de conception mécanique, électronique, informatiques ? En ce qui concerne les critères de robustesse mécanique, il s’agit très clairement de modes opératoires de TEST. On aurait pu aussi écrire : « les machines doivent répondre à la norme XXXX d’essais mécaniques de robustesse, à la norme YYYY d’essais en température... » Cela n’entrave en rien la précision du critère dans la mesure où la norme en question est citée.

                                                Pour les autres critères, peut-etre s’agit-il de critère purement fonctionnels vus de l’utilisateur mais auxquels aucune norme ne peut être rattachée, aucune machine de vote n’existant à ce jour.

                                                Lorsque le ministère de l’intérieur décide de faire fabriquer de machines à voter, il doit fournir un appel d’offre à des constructeurs avec un cahier des charges contenant les critères fonctionnels auxquels doivent répondre les machines à voter. C’est au constructeur de concevoir un système répondant à ces critères fonctionnels. En réponse, le constructeur fournit une proposition technique (plans, schémas, calculs...) qui doit montrer clairement la conformité aux critères. En outre, le constructeur fournit aussi un plan et des outils de test permettant de prouver que le système répond aux critères. C’est cette proposition technique ainsi que le plan de test qui sont validés par le ministère de l’intérieur.

                                                Ayant déjà travaillé sur de nombreux projets techniques industriels, j’ai déjà compulsé un certain nombre de cahier des charges. Ceux-ci contiennent aussi bien des critères fonctionnels et qualitatifs que quantitatifs. Exemple : Critère qualitatif : « L’appareil doit s’affranchir de toute coupure intempestive d’électricité ». Critère quantitatif : « La consommation électrique ne doit pas dépasser 200 W ». Dans le cas du critère qualitatif, c’est au constructeur de proposer une solution technique avec calculs à l’appui : « Utilisation d’une batterie cadmium-Nickel de capacité X mAh permettant une autonomie de 5 heures pour une consommation de puissance 150 W - La recharge de la batterie est assurée en 8 heures ». Doit venir ensuite une discussion avec l’auteur de l’appel d’offres qui juge si l’autonomie en question est acceptable ou non. Dans ce cas l’auteur de l’appel d’offre ne modifie pas forcément ses critères, mais discute de la proposition technique puis la valide en concrtation avec l’utilisateur final et le constructeur.

                                                Ce qui serait intéressant concernant les machines à voter, ce serait de savoir si les propositions techniques ont été analysées de manière objective, s’il y a eu des discussions sur les points peu précis et les éventuels points durs, si les plans et outils de tests ont été contrôlés, si de véritables tests ont été effectués par un organisme indépendant... Peut-être entrons nous ici dans un domaine qui ne nous serait « pas totalement accessible »...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès