• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > La vraie démocratie : les Communes de France. Ne pas y toucher

La vraie démocratie : les Communes de France. Ne pas y toucher

 

En haut lieu, les néolibéraux à tous crins veulent supprimer ce qui fait le tissu même de notre pays : les communes. Foisonnantes, indépendantes, bougonnes parfois, mais hauts lieux de la solidarité, elles sont le reflet de notre particularité française : c'est bien cela qui gêne.

S'il faut supprimer quelque chose dans le mille-feuille de l'administration en France, ce ne sont A AUCUN PRIX les communes et les départements : ils sont exactement, comme à leur origine, la France parlante, la France de proximité (tout le monde n'a pas une voiture). Ces communes peuvent être petites : dans les régions très vallonnées c'est tout simplement nécessaire, pour que le lieu de décision, déjà difficile d'accès souvent, ne soit pas trop éloigné même pour quelqu'un à pied ou en vélo.

En revanche, vu la gabegie qu'on constate déjà, il est puissamment recommandé de supprimer les communautés de communes IMPOSÉES (les communes peuvent fort bien s'organiser ensemble VOLONTAIREMENT en fonction de projets qui n'ont pas forcément les mêmes découpages territoriaux selon la disposition des lieux et les sujets traités : cela s'appelle des syndicats intercommunaux). Dans les communautés de communes il faut bien entendu comprendre les "métropoles", taillées sur mesure pour de nouveaux hobereaux autocrates et obstinés.

Il faut aussi, et cela urge tant c'est une pétaudière, effacer les Grandes Régions qui n'apportent rien et coûtent encore plus cher qu'avant. Là se sont reconstitués des duchés comme il y a mille ans, sauf que souvent ils sont plus grands encore comme l'Aquitaine dont les points extrêmes, par la route, sont à six cents kilomètres. On appelle cela le PROGRÈS. Dans la foulée il faut sortir immédiatement et unilatéralement, parce que NOUS le Peuple Souverain en avons le droit au niveau des institutions internationales, d'une union européenne pour laquelle ces régions souvent démesurées étaient taillées à vif.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 8 septembre 2020 10:34

    Ils ont déjà bien mis à mal la fonction de maire qui est devenu, de fait, un supplétif du préfet

    d’élu décentralisé, il passe au statut d’officier de police et d’état-civil déconcentré

    et pour les plus petites communes, c’est quasiment du bénévolat


    • Clocel Clocel 8 septembre 2020 11:00

      @Séraphin Lampion

      Tout à fait ! Et bientôt les préfets passeront la main aux régions, qui, elles, dépendront directement de Bruxelles laissant à l’État le rôle de police. (bien que là comme ailleurs une large part se privatise, ce sera d’autant plus vrai avec la 5G).

      Le travail des termites se poursuit mais le bon peuple ne s’intéresse qu’aux couleurs des dossards de la comédie démocratique sauce républicaine, autrement appelée, société du spectacle.

      A pleurer...


    • Yann Esteveny 8 septembre 2020 11:47

      La création des municipalités en 1787 prépare la Révolution Française et visait à saper le pouvoir des habitants de la commune au profit d’un maire représentant de l’État.
      Les eurorégions en France sont créées sur la taille des Länder Allemands en conformité avec le projet européen.
      L’identité communale, régionale et nationale vont être administrativement abolis au profit d’un nouvel ordre.


    • babelouest babelouest 8 septembre 2020 12:04

      @Yann Esteveny Le maire est le représentant des citoyens, c’est le préfet qui est représentant de l’État : il y a d’ailleurs souvent des heurts entre les deux en cas de litige. Ce n’est pas forcément le préfet qui gagne.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 8 septembre 2020 12:43

      @babelouest

      ça c’était avant

      mais les préfets viennent d’être investis de nouvelles prérogatives qui constituent en elles-mêmes un véritable coup d’état incolore, inodore et sans saveur (mais qui ne restera pas longtemps indolore), qui passe inaperçu mais transfère tous les pouvoirs à l’exécutif, mais depuis le 8 avril 2020, le décret n° 2020-412 (lien) permet aux préfets de France de prendre des décisions dérogatoires, donc à la place de l’état, dans plusieurs domaines définis pour « renforcer la déconcentration et s’adapter aux circonstances locales ». Ce pouvoir dérogatoire autorise le représentant de l’Etat à prendre des décisions dérogeant à la réglementation, afin de « tenir compte des circonstances locales et dans le but d’alléger les démarches administratives, de réduire les délais de procédure ou de favoriser l’accès aux aides publiques ».

      Après la fin de l’état d’urgence sanitaire intervenue le 10 juillet 2020 à minuit, le pouvoir central repose principalement sur l’article L. 3131-1 du code de la santé publique (CSP) qui autorise le ministre chargé de la santé à prendre toute mesure proportionnée aux risques courus et appropriée aux circonstances de temps et de lieu afin de prévenir et de limiter les conséquences des menaces possibles sur la santé de la population.

      Sur la base de l’article L. 3131-1 du CSP, le ministre de la santé peut donc habiliter un préfet à prendre toutes les mesures d’application de ces dispositions, y compris des mesures individuelles. Les dispositions de l’article L. 3131-1 du CSP donnant un tel pouvoir au ministre de la santé sont issues de la loi du 23 mars 2020 et de la loi du 11 mai 2020.

      La loi du 9 juillet 2020, organisant la sortie de l’état d’urgence sanitaire, à compter du 11 juillet 2020, et jusqu’au 30 octobre 2020 inclus, permet au Premier ministre de réglementer par décret la circulation des personnes et des véhicules, ainsi que l’accès aux moyens de transport collectif et les conditions de leur usage. Le décret du 10 juillet 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans les territoires sortis de l’état d’urgence sanitaire et dans ceux où il a été prorogé, autorise l’édiction de mesures destinées à faire respecter les règles de distanciation sociale et de port du masque (y compris aux personnes de plus de…. onze ans).

      Les lois en question donnent aux autorités de l’état la compétence, pour édicterles mesures générales ou individuelles visant à encadrer la circulation des personnes, règlementer l’accueil du public dans certains établissements et limiter ou interdire les rassemblements sur la voie publique, aux fins de limiter la propagation du virus et préserver la santé publique.

      Le code général des collectivités territoriales (notamment les articles L. 2212-1, L. 2122-2 et L. 2215-1) donne au maire un pouvoir de police générale et l’autorise, y compris pendant la période transitoire de sortie d’état d’urgence sanitaire, à prendre les mesures de police nécessaires au bon ordre, à la sûreté, à la sécurité et à la salubrité publiques dans sa commune. Si toutefois la police spéciale instituée par le législateur fait obstacle à ce que le maire prenne au titre de son pouvoir de police générale à condition de ne pas compromettre, ce faisant, la cohérence et l’efficacité de celles prises dans ce but par les autorités compétentes de l’Etat.


    • Yann Esteveny 8 septembre 2020 13:38

      Message à avatar babelouest,

      Je maintiens mes propos qui doivent être compris dans une vision historique longue. Vous avez des communes partiellement autonomes avant 1787, puis la création en 1787 de municipalité qui représenteront l’État Jacobin localement, puis la mise en place d’élections municipales en 1884 afin fondre deux entités opposées : la commune qui représente le peuple et la municipalité qui représente la structure de l’État pour emprisonner la commune.

      Le terme « citoyen » est la désignation d’un français dans le régime actuel de République qui approuve que son identité dépende du régime en place. Par conséquent votre phrase « Le maire est le représentant des citoyens » est parfaitement exact.

      Le problème demeure entier : Une certaine démocratie effective passe forcément par une commune débarrassée du joug du régime et la municipalité n’est pas la solution mais le problème pour les français.

      Respectueusement


    • babelouest babelouest 8 septembre 2020 16:09

      @Yann Esteveny
      la solution est sans doute ceci, :
      https://ti1ca.com/t8oqg46m-Anarchie-A5-2018-08-Anarchie-A5-2018-08.pdf.html
      .
      Un détail : pour moi le citoyen est l’habitant se sentant co-responsable de sa cité.


    • jef88 jef88 8 septembre 2020 12:44

      Il faut en finir avec des com-com démesurées ( la notre compte plus de 70 communes) 

      Il serait plus intelligent de faire revivre les cantons, ils possèdent une unité à la fois territoriale et historique ....

      Le GRRRANDES régions actuelles sont aussi une aberration !

      Le pouvoir actuel ne désire qu’une seule chose : la CENTRALISATION qui donnera le véritable pouvoir aux instances parisiennes ! ! !

      L’intérêt de la population, ils n’en ont rien à faire ..............................................


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 8 septembre 2020 13:09

        @jef88

        aux instances de Bruxelles (c.à.d de Berlin), voulez-vous dire ?


      • jymb 8 septembre 2020 13:18

        Pas d’accord du tout avec l’auteur

        Pas mal de maires se comportent en roitelets, imposant des mesures absurdes ( fermer une rue à la circulation pour complaire à quelques-un, mettre des casses voitures pour éjecter le trafic ailleurs que devant la maison des copains..) on en voit même se vanter de bloquer la Nationale 7... ou quand l’agrément de quelques personnes écrase l’intérêt pratique d’un pays entier !

        Quand à la la réélection, elle se travaille avec les banquets aux anciens ou les revues municipales sur papier glacé, assorties de photos omniprésentes du maire et de ses merveilleuses réalisations, celles que nous attendions tous...Sans parler des villes à budget conséquent où l’on peut arroser des assocs para politiques et militantes et agiter le spectre du robinet fermé en cas de non réélection

        Je pense pour ma part que les villes devraient être soumis à un cahier des charges limitatifs, strict, avec possibilité de référendum local pour des dépenses hors cahier des charges, et un contrôle permanent de l’intérêt général prioritaire sur l’intérêt d’une poignée de quidams. 


        • babelouest babelouest 8 septembre 2020 16:13

          @jymb vous n’avez sans doute jamais vécu dans un village, où chacun se connaît, et où le maire se retrouve surtout avec une lourde charge.


        • Fergus Fergus 8 septembre 2020 17:48

          Bonjour, jymb

          Nombre de communes sont en effet dirigées par un « roitelet » omnipotent qui impose ses choix à tous. Des choix souvent clientélistes (par exemple goudronnage de chemins agricoles desservant des parcelles d’« amis »). Ou bien des choix absurdes pour dépenser le fric sans réelle nécessité (par exemple des lampadaires genre place des Vosges dans une commune rurale d’éleveurs de porcs, ou bien encore une salle polyvalente utilisée 3 fois par an).

          Autre tare de notre pays : nombre de petites et micro-communes sont de facto dirigées par des maires incompétents. Dans ces communes-là, c’est souvent le préfet ou le sous-préfet qui est contraint d’intervenir pour remettre de l’ordre dans la gestion municipale. 

          La réalité : il y a 20 000 communes de trop en France ! D’où la nécessité de regrouper au maximum les petites et micro-communes dans un ensemble plus grand, et de ce fait plus performant dans le tissu économique.
          A toutes fins utiles : Les « communes nouvelles » ou le renouveau territorial.


        • foufouille foufouille 8 septembre 2020 17:52

          @Fergus

          ensuite c’est exactement pareil mais pour la commune la plus grosse qui a tout et les autres rien.

          genre avec le palais des ordures ménagères hors de prix une fois tous les 15jrs.


        • Fergus Fergus 8 septembre 2020 18:31

          Bonjour, foufouille

          Non, c’est faux ! Renseigne-toi : dans la plupart des communes nouvelles, les réalisations en matière d’équipements, au lieu d’être regroupées au chef-lieu comme c’était le cas avant, sont réparties dans les communes associées périphériques où le foncier est moins cher, ce qui profite à tous !


        • babelouest babelouest 8 septembre 2020 19:02

          Fergus, je pense au contraire que la bonne taille pour une commune avoisine les mille habitants. Beaucoup n’ont pas cette taille. Mais l’important c’est que si des communes doivent se rapprocher, il faut que ce soit non pour la « performance » (je DÉTESTE ce mot), mais pour que ce soit à taille humaine. Ces communautés rassemblées par le fait du Prince me sortent par les yeux, parce que c’est un procédé brutal, et à mon avis à la longue cela ne marchera pas. Mais bien sûr c’est fait pour casser un certain esprit campagnard que doivent abhorrer les technocrates de Bruxelles.


        • Fergus Fergus 8 septembre 2020 19:25

          Bonsoir, babelouest

          Non, c’est à mon avis beaucoup trop petit. Impossible, pour cause de taille trop réduite et de manque de ressources, de se doter d’équipements performants sans être de facto dépendant d’une communauté de communes qui phagocyte de plus en plus de compétences.

          L’idéal est donc de fusionner les communes appartenant à un terroir d’identité logique ou historique afin de pouvoir mutualiser lesdites ressources en gardant au niveau de la commune nouvelle la gestion des équipements. Plusieurs des communes nouvelles récentes ont d’ailleurs purement et simplement été le résultat d’une fusion de toutes les communes d’une communauté préexistante qui, de ce fait, a disparu. Gain : un niveau administratif en moins et une clarté beaucoup plus grande pour les administrés.

          Cela dit, l’urgent est de se débarrasser des micro-communes de moins de 200 habitants qui sont encore près de... 9000  ! Une aberration en Europe.
          Parmi elles, certaines n’atteignent pas les 50 habitants, et il faut faire appel parfois à des vieillards très âgés ou à des quasi grabataires pour atteindre le nombre requis de conseillers municipaux. 
          Il arrive même dans ces communes fantômes que le Conseil municipal soit incapable de se réunir au moins une fois par trimestre comme l’exige pourtant la loi.
          Bref, il y a du ménage à faire, et le plus vite sera le mieux.


        • babelouest babelouest 8 septembre 2020 19:37

          @Fergus
          Quel dommage qu’à nouveau vous me ressortiez le mot « performance ». Soyons clair : la fusion de communes doit être une démarche volontaire, approuvée par les habitants, sinon c’est de la dictature. Je connais même deux communes, et puis aussi deux autres, qui ont fusionné, puis quelques années plus tard se sont séparées à nouveau. Les atomes crochus, ça marche, ou pas.


        • Fergus Fergus 8 septembre 2020 19:39

          J’ajoute que je ne parle pas dans le vide : plusieurs membres de ma famille ont été ou sont encore maire.

          Parmi eux, l’une de mes cousines agricultrice, maire d’une commune rurale de montagne qui compte moins de 250 habitants dans un terroir où la plupart des municipalités environnantes sont encore moins peuplées, plusieurs comptant moins de 100 habitants ! C’est aberrant et dénué de sens !

          A toutes fins utiles, je vous informe qu’il y a moins de 11 000 communes (Gemeinden) en Allemagne et que leurs habitants n’ont pas l’impression du tout d’être plus éloignés des membres de leur Gemeinderat (Conseil municipal). 


        • Fergus Fergus 8 septembre 2020 19:48

          @babelouest

          « la fusion de communes doit être une démarche volontaire, approuvée par les habitants »

          Je suis d’accord. C’est d’ailleurs ce qui se passe dans les faits. Et lorsqu’il y a des blocages, il faut être lucide : ils sont souvent liés aux réticences des maires que contrarie l’idée de n’être plus maire à part entière dans la nouvelle entité, mais maire associé dans un premier temps, puis simple adjoint par la suite. Bref, de nombreux freins sont liés aux ego.

          « Performant » n’est pas à mes yeux un mot choquant. Comme en sport, il est normal que l’on attende des résultats à la hauteur des investissements, tant financiers qu’humains.

          Il est effectivement arrivé que des communes se soient séparées. Mais reconnaissez que c’est rarissime. Dans la grande majorité des cas, c’est l’inverse qui se passe, avec l’apport de nouvelles communes.


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 septembre 2020 19:53

          @Fergus

          Marrant la LFI qui milite pour une proximité elus -électeurs mais là pour les ploucs que dalle .


        • Fergus Fergus 8 septembre 2020 20:12

          Bonsoir, Aita Pea Pea

          Je n’ai rien à voir avec les militants LFI ! Adressez-vous à eux.

          « mais là pour les ploucs que dalle »

          Au contraire
           ! Les communes nouvelles qui intègrent des petites collectivités rurales permettent à celles-ci d’avoir accès à des équipements et à des services dont leurs habitants étaient privés. Mieux : dans de nombreuses communes nouvelles, la fusion permet à certaines ex-petites communes de bénéficier de certains de ces équipements sur leur territoire.


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 septembre 2020 20:22

          @Fergus

          En perdant toutes leurs prérogatives...bref se mettre à genou face aux assoiffés de pouvoir...fuck


        • babelouest babelouest 8 septembre 2020 20:25

          @Fergus j’ai vraiment un problème avec le mot « performance », comme avec celui de sport du reste. Toute compétition est pour moi quelque chose de dangereux, d’aberrant. Réussir sa vie n’a rien à voir avec réussir dans la vie. Cela peut être extrêmement altruiste. C’est pourquoi les grandes villes sont tellement inhumaines, avec ce défi plus ou moins explicite d’être « la meilleure ».


        • Fergus Fergus 8 septembre 2020 22:20

          @ Aita Pea Pea

          « bref se mettre à genou face aux assoiffés de pouvoir »

          N’importe quoi !!! Ne mettez pas dans le même sac des communes de quelques milliers d’habitants avec des villes moyennes et a fortiori des métropoles !


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 septembre 2020 22:42

          @Fergus

          Ecce Omo .


        • Fergus Fergus 9 septembre 2020 09:10

          Bonjour, babelouest

          « Toute compétition est pour moi quelque chose de dangereux »

          Il convient de nuancer, à mon avis. Ce qui est « dangereux », c’est de chercher à gagner à tout prix, quels que soient les moyens employés, aux dépens des autres.
          En revanche, l’émulation est positive dans la mesure où elle pousse chacun à essayer de donner le meilleur de lui-même (que ce soit au service d’un sport ou du fonctionnement d’une collectivité).

          Dans le cadre de la gestion territoriale, j’entends le mot « performant » comme la traduction de la recherche du meilleur rendement possible pour les administrés d’un équipement ou d’une structure de service.  


        • babelouest babelouest 9 septembre 2020 09:23

          D’accord, @Fergus . Dans ce sens plus restrictif, je comprends.
          .
          Pour la performance, aussi, je comprends : il est bon de se mesurer avec soi-même pour donner le meilleur de ce qu’on est. Cela me rappelle mon copain Bernard, qui tentait des trucs impensables, et qui me disait que tout était dans le mental : comme dans des courses à pied de 200 Km sans arrêter par exemple.


        • Fergus Fergus 9 septembre 2020 09:36

          @ babelouest

          Votre copain Bernard a raison : il n’existe en effet pas de grand champion, confronté à des défis physiques hors normes, qui ne soit doté d’un « mental » exceptionnel.


        • zygzornifle zygzornifle 8 septembre 2020 15:47

          La démocratie a ce gout :

          La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader, un système d’esclavage ou , grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude.
          Aldous Huxley


          • Clocel Clocel 8 septembre 2020 18:00

            Je mets ça là... Pour les gourmets only !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité