• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Les autres causes du drame des urgences de Strasbourg

Les autres causes du drame des urgences de Strasbourg

Cet article se propose d'aller plus loin que le lynchage virtuel contre la dame des services d'urgence, et de réfléchir sur les causes profondes du problème. Ce qui est arrivé permettrait d'aller plius loin que la simple réaction émotionelle et épidermique, de réfléchir globalement au problème. Et non de se contenter d'être dans le lynchage même virtuel de ces dames, on se rend compte quand même que leurs photos ont été jeté en pature sur Twitter par des salopards...

Dans la région de Strasbourg, Naomi Musenga, jeune femme de 22 ans est morte en décembre à cause du traitement plus que léger de son cas par la personne qu'elle a eu aux urgences sans parler des railleries qu'elle a subi. Celle-ci serait même allé jusqu'à se moquer d'elle avec d'autres collègues (voir à ce lien). Comme d'autres sur les réseaux dits sociaux, je me suis ému de ce qui est arrivé. La faute est il est vrai inexcusable, il y a là un manque flagrant d'empathie, de simple humanité....

Mais cependant elle peut s'expliquer et se comprendre très bien, sans que je ne cherche à absoudre les fautives. Bien sûr évoquer les vrais questions que cela soulève derrière est encore largement tabou. Ce qui ne veut pas dire que je vais m'arrêter là.

Tous ceux faisant mine de ne pas comprendre n'ont jamais mis les pieds dans les urgences d'un hôpital, que ce soit lors d'une soirée de fête ou un jour comme les autres. C'est un long défilé de personnes venant là pour se faire soigner gratuitement qui un rhume, qui un tout petit bobo. Et particulièrement de personnes dites "issues de la diversité", en grande majorité, voyant là une solution de facilité tellement plus pratique que de se prendre rendez-vous chez un médecin, attendre, se soumettre à un examen, aller chercher les médicaments sans savoir bien lire, etc...

Le problème ne se cantonne pas aux urgences, il est global, et social.

Je ne m'appesantis même pas de ceux n'ayant pas de papiers qui savent très bien qu'ils seront pris en charge quoi qu'il advienne y compris en montrant une pièce d'identité bidon...

 C'est aussi une manière pour les éclopés de la vie de trouver un réconfort et quelqu'un s'occupant d'eux un soir de grande solitude. On peut également tout autant les comprendre. Ce sont toutes ces personnes qui font que les urgences sont surchargées de travail, et que plutôt de prendre du temps pour discerner entre divers symptômes. Il arrive que les soignants, les "écoutants" doivent trancher dans le vif. Ils arrivent aussi qu'ils en aient ras le bol des simulateurs, des lamentations pour rien, des pleurnicheries pour pas grand-chose.

Et aussi donc qu'elles se trompent et se comportent injustement. Ce qui est sans doute dramatiquement arrivé ce soir-là avec Naomi Musenga. "On ne prête qu'aux riches" hélas disait nos grands mères...

Image empruntée ici

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury - Grandgil


Moyenne des avis sur cet article :  2.31/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 17 mai 12:09

    Bonjour, Amaury

    Vous avez raison. Mais cela n’excuse en aucune manière la faute des intervenantes des pompiers er du Samu. Il ne peut y avoir de certitudes dans ce métier de la part de personnes qui ne sont pas qualifiées sur le plan médical. Dès lors et l’appelant(e) n’étant pas connue pour des appels compulsifs comme il s’en produit, il doit y avoir doute, et dans le doute la communication doit impérativement être passée à un médecin.

    Un mot sur les urgences hospitalières : parmi les personnes qui s’y présentent pour des problèmes mineurs, il n’y a pas que des gens qui abusent de la structure, mais aussi - et de plus en plus - des personnes qui sont rejetées de la médecine de ville lorsque les praticiens ne prennent plus de nouveaux clients. C’est le cas de la plupart d’entre eux dans ma propre ville, et cela explique en partie un afflux aux urgences de l’hôpital de gens qui n’auraient rien à y faire !


    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 17 mai 12:22

      @Fergus
      Je ne les excuse pas, j’essaie d’expliquer de manière dépassionnée.


    • V_Parlier V_Parlier 17 mai 17:16

      @Amaury Grandgil
      En tout cas, même si c’est dur, ça correspond en effet à la réalité.


    • Pere Plexe Pere Plexe 17 mai 19:10

      @Fergus
      La standardiste fautive est largement surclassée par l’auteur : lui n’a même pas besoin d’entendre les patient qui ont le bonheur de passer des heures aux urgences.

      Il sait.

      Il sait que ce n’est qu’un rhum ou une égratignure qui les amène.
      Il sait qu’assurément leur place n’est pas là.Qu’ils encombrent indûment les urgences.Qu’ils sont en situations irrégulières. Que leur mal de ventre n’est qu’un banale et bénigne indisposition... 

      Plus fort que House et Colombo réunis !

    • Christ Roi Christ Roi 17 mai 19:25

      Autrefois l’Eglise s’occupait des plus démunis. Maintenant que vous l’avez chassé, chacun de nous se retrouve seul devant la violence de l’athéisme darwinien. smiley


    • otc31 18 mai 11:57

      @Christ Roi
      L’Eglise a été chassée car elle était violente. Donner à manger a une personne qui à faim et elle vous sera redevable. Violente et en plus sournoise ... 


    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 18 mai 13:09

      @otc31
      Quoi ? T’as été sodomisé par un curé petit pour être aussi hargneux ?
      Attaquer l’Eglise, putain le courage ! smiley


    • otc31 18 mai 16:07

      @Amaury Grandgil

      Ta question en dit long aussi sur ce que tu penses de l’église. Quel courage ! Mais d’un coté tu relates toi aussi des faits (les miens étant historique, les tiens étant encore d’actualité). Finalement, tu ne fais que confirmer ce que je dis. D’un autre coté, ton smile a la fin me fait douter sur ton intervention : Ironique ou complaisant avec @Christ Roi, à voir ...

    • Pere Plexe Pere Plexe 18 mai 20:50

      @Amaury Grandgil
      Question hargne vous n’êtes pas mal non plus.

      De là a penser que vous avez multiplié les expériences sexuelles traumatisantes ...
      Pour le courage je ne vois pas en quoi il serait moins grand que le votre ? 

    • Goldored 20 mai 11:04

      @Christ Roi

      C’est vrai que l’église s’occupait tellement bien des indigents !

      Vous participez à un concours dont le but est d’écrire le plus d’âneries ou bien ?

    • Tamer Enchort 17 mai 12:16

      Pour l’auteur c’est encore la faute aux personnes « issues de la diversité » comme il dit gentiment.

      Comment appelle-ton déjà un auteur rejetant sans cesse la responsabilité de tous les maux sur celles-ci ?

      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 17 mai 12:21

        @Tamer Enchort
        Tu es plus prudent que les autres fois ? Dis clairement le fond de ta pensée qu’on rigole.


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 17 mai 12:22

        @Tamer Encornet
        Tu es déjà allé à des urgences d’hôpital un soir, n’importe lequel ? Juste comme ça ?


      • Christian Labrune Christian Labrune 17 mai 15:05

        @Amaury Grandgil

        J’ai dû accompagner deux ou trois fois des proches aux urgences de Lariboisière, et j’ai eu besoin de m’y rendre pour moi-même, il n’y a pas si longtemps.

        La première fois, il y a bien quinze ans, j’avais été surpris par une affiche près du guichet de réception, qui prévenait que tout comportement agressif, verbal ou physique, envers le personnel, donnerait lieu à un dépôt de plainte. Je n’en avais pas cru mes yeux, mais plus tard, j’avais vu la même affichette dans d’autres hôpitaux.

        La dernière fois que je suis allé à Lariboisière, j’ai assisté à une scène extrêmement pénible : des vociférations et des hurlements traversant les portes d’une petite salle, un type en sortant, surexcité, menaçant de « niquer » les infirmières qui s’étaient occupées de lui, s’en prenant ensuite aux employées du guichet, les insultant. Pour quelle raison ? Le « discours » était tellement violent et incohérent qu’il était impossible d’y rien comprendre.

        La placidité du personnel était surprenante : ce n’était sûrement pas la première fois ! Des policiers sont arrivés un peu plus tard. Avaient-ils été appelés ? Passaient-ils là par hasard ou à cause d’une obligation de service ? Je ne saurais le dire. En tout cas, la scène avait été particulièrement insupportable et presque aussi choquante que bien des horreurs déjà rencontrées par moi dans mon lycée de la banlieue à la fin du siècle dernier.



      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 17 mai 15:52

        @Christian Labrune

        Ce que vous décrivez arrive très souvent...
        Mais chht faut pas le dire, ah ben si quand même smiley

      • Tamer Enchort 17 mai 19:27

        @Amaury Grandgil


        Il se trouve que je passe plus d’heures aux urgences que vous n’en passerez jamais puisque je suis de la FPH rigolo !

        Et le manque criant d’effectifs et de lits en nombre suffisant ne m’a jamais permis d’en tirer des conclusions xénophobes !
        La cause de l’augmentation du nombre d’usagers est très bien expliquée par un autre intervenant un peu plus bas. Celui-ci d’ailleurs vous a fait la même remarque que moi mais vous n’osez y répondre, préférant botter en touche...
        Relisez-vous :

        "C’est un long défilé de personnes venant là pour se faire soigner gratuitement qui un rhume, qui un tout petit bobo. Et particulièrement de personnes dites « issues de la diversité », en grande majorité"

        Quand on ne trouve plus d’autres solutions pour se faire soigner, on utilise ce qu’il reste quelque soit son origine.


      • Rincevent Rincevent 17 mai 13:33

        Le problème des urgences viendrait donc de la ‘’diversité’’ et des marginaux… C’est, outre l’appel bien pratique aux boucs émissaires, étaler une grande méconnaissance du sujet. Il ne suffit pas d’y être passé un soir pour appréhender les tenants et les aboutissants de ces dysfonctionnements. Autant prétendre faire une thèse sur la civilisation chinoise parce qu’on a transité deux heures à l’aéroport de Pékin…

        Le problème principal vient du manque de disponibilité de la médecine de ville. Quasiment fini le médecin de famille qui se déplace sans trop compter son temps. Quant aux spécialistes, n’en parlons pas, c’est des mois d’attente. Les nouvelles génération voulant avoir une vie sociale comme les autres, elles ferment plus tôt… D’où un afflux là où il y a quelqu’un quelque soit l’heure et le défilé va de la bobologie aux situations de détresse sociale ou personnelle, engorgeant le service. Tout ça devrait pouvoir être réglé ailleurs. Ajouter à ça les temps d’attente surtout pour être, une fois diagnostiqué, pris en charge dans le service adéquat. Service qui jongle permanence pour avoir des lits de libre (pour les cadres infirmiers, c’est une obsession).

        Alors, soit les médecins de ville font un effort et on trouve une nouvelle collaboration hôpital/ ville (c’est déjà en cours mais assez mollement), soit on agrandit les urgences. Mais, comme beaucoup d’hôpitaux sont à la limite du dépôt de bilan…


        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 17 mai 13:47

          @Rincevent

          Agrandir les urgences, hâter la paupérisation ?

          Plutôt que de placer une ou deux allégations calomnieuses en passant réfléchissez deux secondes c’est une question d’éducation de ces personnes, de carence sur cette question de la par de nos états, de notre société. C’est aussi que c’est plus simple pour les plus précaires de passer par là...

        • Buzzcocks 17 mai 15:10

          @Rincevent
          Quand j’avais 5 ans, en faisant le con, je me suis ouvert l’arcade sourcilière, ma mère m’a emmené chez le médecin de famille qui m’a posé des agrafes.

          Récemment, je parlais de ma mésaventure à l’époux d’une cousine qui est généraliste et il me disait qu’il a appris à faire le geste mais qu’il ne s’occupait plus de ce type de pathologie. Et donc un gamin qui fait le casse coup et s’ouvre, c’est illico les urgences.

          Après, comme j’ai des origines italiennes, je suis surement aussi un diversifié qui encombre le système de santé :)


        • Christian Labrune Christian Labrune 17 mai 15:12
          Alors, soit les médecins de ville font un effort et on trouve une nouvelle collaboration
          ...................................................................... ....
          @Rincevent
          Vous ne le savez peut-être pas, mais il n’y a probablement pas un seul médecin de ville, à Paris, dans les arrondissements les plus à l’Est, qui n’ait été agressé au moins une fois dans son cabinet. Et je parle des généralistes, pas des psychiatres qui ont, en choisissant cette spécialité, ont bien dû assumer d’avance les risques du métier.


        • Christian Labrune Christian Labrune 17 mai 15:22
          pas des psychiatres qui ont, en choisissant cette spécialité, ont bien dû assumer d’avance

          Après correction, j’avais oublié d’effacer le verbe que je souligne ici. Excuses.

        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 17 mai 15:51

          @Buzzcocks

          Donc ce que votre médecin dit, c’est vérité universelle ?
          Vous ètes comme les personnes âgées qui idolatrent LEUR docteur.


        • Buzzcocks 17 mai 16:12

          @Amaury Grandgil Dixit le mec qui à partir d’un anecdote soit disant vécue dans un bus, nous sort un article ici, il y a quelques mois, pour parler de la décadence de notre société en général. Petit comique.

          Et je ne parle pas de mon médecin mais de l’époux d’une cousine.... j’idolâtre tellement mon docteur que je n’en ai plus depuis que mon généraliste est parti en retraite, il y a deux ans. J’ai soigné un ongle incarné en regardant youtube.... même pas besoin d’aller aux urgences de nos jours, pauvre cloche.


        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 17 mai 16:23

          @Buzzcocks

          Donc finalement t’es d’accord ?
          Toujours les injures planqués, hein cloporte ? Courageux mais pas du tout téméraire ? smiley

        • Buzzcocks 17 mai 16:38

          @Amaury Grandgil
          J’ai vachement peur de vous grand père.
          Sinon, non, je ne suis pas d’accord, je confirme juste ce que dit l’autre intervenant.... si les gens vont aux urgences, c’est en partie du, au fait, que les généralistes ne veulent plus faire de la petite chirurgie ou de la bobologie.
          Si on prend mon ancien généraliste, il fallait prendre RDV pour le voir. Donc quand vous avez une plaie qui saigne ou un truc un peu grave, il ne vous prend pas.
          Sans parler des médecins qui vous envoient bouler car ils ne prennent plus de nouveaux clients.

           


        • V_Parlier V_Parlier 17 mai 17:21

          @Buzzcocks
          Le fait qu’on cite une des causes du problème ne veut pas dire que les autres n’existent pas.


        • Tamer Enchort 17 mai 19:41

          @Rincevent


          J’adhère pleinement à votre remarque et n’y voit rien non plus de diffamatoire.
          C’est l’auteur lui-même qui est diffamant en expliquant qu’une des causes du dysfonctionnement des urgences serait l’origine des personnes s’y rendant.
          J’attends toujours qu’il démontre ce qu’il avance..mais j’ai comme dans l’idée qu’il s’en fout des urgences, pretexte pour lui pour distiller sa vision très ciblée des problemes...

        • colibri 27 mai 20:04
          @Buzzcocks

          Et donc un gamin qui fait le casse coup et s’ouvre, c’est illico les urgences.

          Ce n’est pas assez rémunérateur pour le médecin vu le temps passé sans compter les instruments à stériliser .Maintenant que la France a adopté un système comptable et très contraignant le médecin est presque un salarié comme un autre .


        • foufouille foufouille 27 mai 20:36

          @colibri

          non c’est pour le cas où il aurait un os fendu donc radio obligatoire, rappel de vaccin, etc.


        • Rincevent Rincevent 17 mai 14:33

          J’ai calomnié ? Où ça, qui ? Qu’il y ait des problèmes de comportement de certains à l’hôpital, c’est une réalité. (chez moi maintenant, présence de vigiles dans l’établissement). Mais ce n’est vraiment pas que ça qui génère la surcharge actuelle, c’est juste un emm…. supplémentaire. En tant que professionnel, puis maintenant patient de temps à autre, je crois savoir de quoi je parle.

          Agrandir les urgences, hâter la paupérisation ?
          Raisonnement complètement à l’envers ! Sophisme ou paralogisme ? Ce n’est pas parce qu’il y aurait plus d’offre de soin que la pauvreté se développerait : aucun rapport. Par contre, si la misère gagnait du terrain, les urgences seraient pratiquement noyées, c’est sûr. De plus, je n’ai pas privilégié cette solution : pour moi, les moyens existent en ville, il faudrait juste que les médecins abandonnent un peu de leur confort, assez récemment acquis, et retournent à des pratiques qu’on a connu. Possible ? Je ne suis pas très optimiste...

          …c’est plus simple pour les plus précaires…
          Oui, surtout quand des médecins de ville refusent de soigner des bénéficiaires de la CMU (Hippocrate, où es-tu ?). Où voulez-vous qu’ils aillent ?


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 17 mai 14:36

            @Rincevent

            « l’appel bien pratique aux boucs émissaires »
            C’est quoi ça ? C’est bienveillant ?

          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 17 mai 14:47

            @Rincevent

            Ce ne sont pas les pratiques des médecins qui sont en cause. Ou alors vous idéalisez les anciennes. On ne compte pas les gens qui ne savent plus ce que c’est qu’un petit rhume, qu’une petite angine. qui veulent des remèdes de cheval parfois trop forts...
            Tout cela s’éduque.

          • CoolDude 17 mai 15:39
            @Amaury Grandgil

            Un petit rhume :
            Un rhume mal soigné peut se transformer en sinusite chronique, otite chronique, etc...

            Une petite angine :
            Une petite angine n’existe pas si elle est bactérienne... Voir fongique.

            La prévention, vous connaissez ?

            Bref, quand on est malade, on se soigne et quand on n’est pas médecin, on va voir un médecin qui sensé faire correctement son boulot car on le rémunère pour cela.

            Et quand on est malade ou fatigué, on ne travaille pas pour éviter de faire des erreurs et/ou de contaminer (ou blesser) ses collègues ou ses clients.

            Un des problèmes est le sur-présentéisme...

            Mais aussi l’abus de pouvoir de l’ordre médicale qui a tendance à avoir recours de plus en plus au brutalisme et à la culpabilisation des patients, voir à psychiatrisation de ceux-ci, etc...

            Pour moi, c’est un problème d’égo dut à leurs statuts sociaux soi-disant supérieurs. Ils prennent les gens pour des cons...

            Personnellement, plusieurs médecins en ce qui me concerne n’ont pas hésité à remette en doute ce que j’ai essayé d’expliquer... Comment on fait dans ces cas là ?

            Hippocrate explique clairement que le corps humain est le premier outil de diagnostique. Si vous avez mal à un endroit, c’est qu’il y a forcement quelque chose.

            Si tous les médecins ou les urgentistes (un peu comme vous d’une certaine manière) nous considèrent comme des psychopathes, mythomanes, hypocondriaques, autant laisser tomber.

          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 17 mai 15:50

            @CoolDude

            "Mais aussi l’abus de pouvoir de l’ordre médicale qui a tendance à avoir recours de plus en plus au brutalisme et à la culpabilisation des patients"
            Je comprends pas votre logique, pourquoi aller forcément aux urgences ou chez le médecin alors ?

          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 17 mai 15:56

            @CoolDude
            Encore une fois c’est un travail sur l’éducation


          • Rincevent Rincevent 17 mai 16:04

            @Amaury Grandgil


            Bienveillant, non. Pourquoi devrais-je l’être ? Vous avez une fragilité particulière ? Je ne m’en étais pas aperçu. Mais pas de la calomnie non plus. Juste une réflexion sur une évidente stigmatisation de populations particulières qui seraient responsables de ce gros problème. C’est un peu court devant l’étendue et la complexité du problème.

            Par ailleurs, je ne remets pas en cause les pratiques mais la disponibilité. Si tout le monde plie boutique tôt ou impose des délais presque dignes des spécialistes, il ne reste que le service public (vous savez, celui qui coûte trop cher…) et ses urgences, qu’on soit bronzé ou pas.

            Quant à l’éducation, bien d’accord. Mais nous sommes dans une société du tout, tout de suite. Un problème = un produit et rien d’autre. C"est stricto-sensu la démarche du toxicomane.Pour contrer ça, il faudrait que les généralistes prennent un peu de temps (toujours le temps…) pour en parler à leurs patients. Sans trop d’illusion néanmoins : j’en ai connu qui le prenaient mal ‘’ Il me fait des difficultés pour prescrire ce que je prends d’habitude, je vais changer de médecin !’’. Ce n’est pas gagné, là non plus…


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 17 mai 16:26

            @Rincevent

            Mon père qui est pharmacien a des clients qui vont chez le médecin (25 balles) pour se faire prescrire de l’ibuprofène (sans ordonnance), de l’euphytose.
            Et j’en passe et des pires...
            Mon père est de ces pharmaciens qui militent contre la sur consommation de médocs...
            Le problème il est là, une véritable éducation à la santé, et la citoyenneté.


          • CoolDude 17 mai 16:31
            @Amaury Grandgil

            Je comprends pas votre logique, pourquoi aller forcément aux urgences ou chez le médecin alors ?

             ???
            Comment ça, vous ne comprenez pas ?
            Vous vous soignez comment vous ???
             ???

            Il n’y a pas de suivie et de contrôle dans ce secteur. Ces agents peuvent cumuler les erreurs sans qu’ils aient la moindre sanction. Pourquoi changeraient-ils de comportement.

            De plus, j’ai bien peur que dans une logique économique court-termiste, cette logique d’en faire le moins possible soit encourager par la Sécurité Sociale... Et le plus rapide et le plus économique est de ne rien faire. Donc, ils font le minimum du minimum.

          • CoolDude 17 mai 16:33
            @Amaury Grandgil

            Encore une fois c’est un travail sur l’éducation.

            Non, c’est du contrôle... Il n’y a pas que les patients qu’il faut fliquer.

          • Cyrus Cyrus 17 mai 17:40

            @Amaury Grandgil


            Passez mon amical bonjours et mon soutient a votre père qui aurait certainement mérité de pouvoir ouvrir son propre commerce ... 
            C’ est malheureusement très cher d’ obtenir une place dans le « numerus clausus » et il est aberrant que certain Non diplômé de pharmacie puisse en garder le droit d’ usage .

            C’ est un peut comme un artisan taxi qui hériterait de sa plaque , mais n’ aurait pas son permis de conduire .
            Les pharmacien diplômés , même salarié , devrait au moins être prioritaire a un prix raisonnable .

            Je suis de plus effaré , par certaine prescription de drogue très addictive (benzo par exemple ) par certain généraliste qui dépasse très largement la période conseillé par le Vidal .
            passé un certain délai , un spécialiste devrait intervenir et « modérer l’ usage » , cela n’ est pas fait .

            J’ ais souvent entendu certain pharmacien mettre en garde contre des prescription abusive et dangereuse pour s’ entendre répondre la connerie suivante « vous n’ êtes pas docteur » .

            Bonne journé


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès