• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Les gentils automobilistes français

Les gentils automobilistes français

Ils sont gentils les automobilistes ! On leur dit qu’ils polluent (et c’est vrai !) et ils acceptent d’emblée la circulation alternée. Par contre ils s’opposent à une taxation supplémentaire de deux centimes sur le carburant

La manipulation des esprits

Demander à tous les français s’ils sont d’accord ou non pour des mesures qui ne concernent qu’une partie de la population relève d’une première manipulation parce que toutes les personnes interrogées (sondage Odoxa pour « Le Parisien) n’habitent pas dans les métropoles concernées par la circulation alternée (Paris, Lyon, Grenoble,…).

Finalement, tant qu’on peut trouver une mesure qui s’applique aux autres, ça ne mange pas de pain et de toutes les façons, on ne voit pas en quoi une taxation supplémentaire, qui serait par ailleurs discriminatoire, résoudrait la question de la pollution.

Un bon sondage ne serait rien sans un micro trottoir dans les médias et là, la palme de du commentaire indigent revient à cette cycliste casquée déclarant qu’ « il faudrait une pénurie d’essence pour que les automobilistes comprennent » oubliant sans doute que son magasin bio ne pourrait plus être livré de concombres bio en provenance d’Espagne.

Tout et n’importe quoi, donc…

Les médias se livrent goulument à ce genre de manipulation qui accrédite la thèse que les automobilistes seraient les seuls responsables de la pollution, ce qui est faux puisque la circulation automobile représente 28% du total !

Encore faudrait-il déduire de ces 28 % la pollution des camions, celle des autobus urbains, celle des cars interurbains, sans oublier celle des cars « Macron ».

Mais alors me direz-vous d’où proviennent les 72 % de pollution dont on parle peu ? On en parle peu parce qu’il ne faut pas froisser quelques lobbies bruyants, ou influents dans les médias, qui pourraient être vexés d’être montrés du doigt alors qu’ils œuvrent pour l’intérêt général et l’économie : je veux parler des industriels et des agriculteurs qui représentent environ les deux tiers des 72 % de cette pollution.

Ajoutons pour être complet que le derniers tiers des 72 % provient du chauffage (individuel et chaufferies collectives) et là également, sont montrés du doigt les seuls « pollueurs » qui se chauffent au bois avec une cheminée ouverte.

Donc, les automobilistes sont priés de se convertir aux « déplacements doux » et les adeptes du feu de cheminée d’acheter des inserts.

L’écran de fumée des politiques publiques

Il pollue l’espace démocratique aussi sûrement que la pollution aux particules fines le fait pour l’air que nous respirons. Déclinées, les politiques mises en œuvre pour limiter la pollution sont un mélange de laisser-faire (pour les industriels et les agriculteurs) de coercition pour les automobilistes et d’abandon des mesures alternatives au « tout voiture et au tout camion ».

Pour les automobilistes dont c’est souvent le seul moyen de déplacement, la sanction est évidente, d’autant que les politiques en faveur des transports collectifs semblent figées. On se souviendra à cet effet que l’écotaxe destinée à financer des projets de transports collectifs a été abandonnée sous la pression des lobbies cités plus haut. Ne restent donc que les mesures d’interdiction de la circulation, la fermeture d’axes, les plans de circulation, les limitations de vitesse, les obstacles sur les chaussées (ilots, ralentisseurs,…), dont on cherche encore les effets sur la pollution.

On peut parler également du cadeau « Royal » fait aux concessionnaires d’autoroutes qui se traduira par 500 millions d’euros supplémentaires collectés sur le dos des automobilistes pour le plus grand bien des actionnaires de ces sociétés dont les dividendes ont plus que doublé en 2015 pour atteindre 3.3 Milliards.

Localement, cela donne quelques effets cocasses

Lors des enquêtes publiques pour la mise en œuvre des Plans Locaux d’Urbanisme dans les grandes agglomérations, la langue de bois technocratique est de rigueur et pour densifier l’habitat (et donc la population) dans les communes périphériques, sans mesures nouvelles en matière de transports collectifs. On semble se satisfaire de l’accroissement de la circulation avec la ville centre et les bouchons qui vont avec. C’est ce qu’on appelle « la politique du chien crevé au fil de l’eau ». Dès lors, on mise sur la lassitude des automobilistes qui finiront bien par se convertir au vélo : un coup de peinture sur la chaussée, ça ne coûte pas cher !

Second effet en matière d’habitat : la densification et la construction en hauteur dans des zones pavillonnaires et le bourrage urbain : là également on mise sur la lassitude des habitants qui finiront bien par partir (ou mourir) pour continuer à densifier au risque d’avoir à terme une population « exfiltrée de la ville centre » assignée à résidence faute de moyens de transports.

Pourquoi, cette densification me direz-vous ? Et c’est là qu’on boucle avec la protection du lobby agricole puisque la préservation des terres agricoles dicte la politique d’urbanisme et est érigée en dogme « incontournable » par les élus. Ils ne soucient à aucun moment du fait que la pollution agricole est certainement aussi importante que la pollution des véhicules particuliers.

Enfin, pour être complet, soulignons l’hypocrisie d’élus locaux qui font tout pour limiter l’usage de la voiture individuelle avec les mesures évoquées plus haut, tout en donnant des subventions financières directes ou déguisées à un constructeur automobile situé dans leur aire géographique afin qu’il alimente les chaînes de production avec un nouveau véhicule. Le court-termisme électoral est ici à l’œuvre. Le chantage à l’emploi des industriels également.

Le message est clair

Continuez à acheter des voitures, mais surtout ne les utilisez pas !

Laissez l’agriculture productiviste pourrir les terres agricoles !

Continuez à manger du bio, même si votre concombre fait mille Kms en camion pour arriver dans votre assiette !

Acceptez d’habiter loin de votre lieu de travail et allez-y en vélo : de toutes façons, il n’y a plus d’argent pour les transports collectifs !

Continuez à croire ce que les médias vous disent !

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • juluch juluch 15 décembre 2016 13:28

    100% d’accord, rien de plus à ajouter ! 


    • Jeekes Jeekes 15 décembre 2016 14:00

      @juluch
       

      Pareil ! 

    • lautrecote 15 décembre 2016 14:36

      Pas mieux !


      • fred.foyn 15 décembre 2016 15:22
        Les gentils automobilistes français (ou d’ailleurs)..esclaves d’un système imposé par la mafia-politique..Y a pas plus con qu’un automobiliste rivé à son volant, dans la pollution pour aller bosser chez son esclavagiste gagner des clopinettes..en reconnaissance il ira voter pour eux !

        • Michel DROUET Michel DROUET 15 décembre 2016 15:27

          @fred.foyn
          ...Gagner des clopinettes : pour vivre tout simplement. Quant à voter pour eux, les taux d’abstention aux différentes élections montrent qu’ils y a tout de même des réticences, à défaut de révolte individuelle qui ne mène à rien.


        • Dom66 Dom66 15 décembre 2016 15:58

          "Par contre ils s’opposent à une taxation supplémentaire de deux centimes sur le carburant"

           

          Normal rien de plus débile et injuste que nos taxes sur nos carburants.

           

          Je ne sais pas vous, mais moi je roule beaucoup, et je n’arrive plus à supporter d’être derrière un diesel qui fume, ou qui pue, et ceci même en diesel nouveau.

           

          Je suis aller il y a moins d’un an dans une grande ville ou le diesel est interdit, et là quel bonheur.

           

          Il est anormal que pour aller d’un point A à un point B les taxes soit différentes sur l’essence et le diesel. Surtout que pour produire un litre d’essence coute moins cher qu’un litre de gasoil…cherchez l’arnaque.

          OK OK je sais je ne vais pas me faire des amis là…m’enfin…rab. smiley

           

          "des agriculteurs qui représentent environ les deux tiers des 72 % de cette pollution."

           

          Là je n’ai pas vu beaucoup d’agriculteurs en ville, ou alors j’ai des problèmes de vue.


          • Michel DROUET Michel DROUET 15 décembre 2016 16:05

            @Dom66
            Pas plus que d’usines, mais la pollution a une particularité, c’est qu’elle se déplace et c’est là justement l’arnaque : dire que les automobilistes des villes sont quasiment les seuls pollueurs.
            Par ailleurs, je ne sais pas si le diesel pollue moins que le carburant ordinaire, mais ce que je sais, c’est que même une fois le diésel disparu, les automobilistes serviront toujours de boucs émissaires, ne serait-ce que pour faire oublier que les agriculteurs et les industriels polluent également.


          • Croa Croa 15 décembre 2016 22:33

            À Dom66 « produire un litre d’essence coute moins cher qu’un litre de gasoil »
            Faux, c’est le contraire !
            Tu confond avec le cour des produits, l’essence vaut moins hors taxes et en gros parce qu’elle est moins demandée par les acheteurs. (Ça emmerde d’ailleurs les pétroliers que les automobilistes achètent ce gazole qui n’aurait du l’être que par les chauffeurs de poids lourds : Ils ont de plus en plus de mal à écouler cette p. d’essence  smiley )


          • Croa Croa 15 décembre 2016 22:46

            À Dom66,
            Et pour ce qui est de la pollution absente des villes sans diesels c’est tout simplement faux ! La pollution « essence » est encore pire, forcément, vue que la combustion est incomplète. Mais bon pour nos politiques les aérosols d’hydrocarbures et de ses additifs c’est sans importance !


          • redcap 16 décembre 2016 10:44

            @Croa
            Pas d’accord ici, je cherche les sources.


          • Alren Alren 16 décembre 2016 12:28

            @Croa

            la combustion [de l’essence] est incomplète [dans les cylindres des moteurs thermiques]

            Dans tous les moteurs thermiques y compris les turbines à gaz et les réacteurs, le mélange combustion-air n’est jamais optimisé avec une combustion parfaite, car la température ainsi produite, gage pourtant d’un rendement maximum, serait trop élevée pour des pistons, chemises de cylindres ou ailettes de turbines métalliques.

            Seules des céramiques spéciales résisteraient sans problème mais les températures requises pour les produire ainsi que la quasi impossibilité de les usiner font qu’elles ne sont pas utilisées, actuellement.

            Par ailleurs, une température élevée entraîne la synthèse d’oxydes d’azote très toxiques et que les filtres ne peuvent pas éliminer.

            La combustion de l’essence dans un moteur moderne est complète. Pour éviter une température trop élevée, le moteur est réglé pour qu’il y ait un excès d’air dans le cylindre qui absorbe de la chaleur. (on pourrait aussi injecter de l’eau dont la dilatation augmenterait la pression sur le cylindre avec une température basse et l’absence de formation d’oxydes d’azote).

            Cette technique n’est pas utilisable pour le diesel car un excès d’air empêcherait l’allumage spontané du mélange. On règle donc le moteur diesel avec un excès de carburant qui ne trouve pas d’oxygène pour brûler mais empêche partiellement la formation d’oxyde d’azote. Bien entendu ces imbrûlés se retrouvent sous forme de particules fines de carbone pur (comme dans la fumée bleue des cigarettes) qui atteignent facilement le fond des alvéoles pulmonaires des riverains, s’ils ne sont pas arrêtés par des filtres qui s’encrassent donc de carbone, la même suie que l’on doit retirer des cheminées et qui réduisant ainsi l’échappement abaissent le rendement des moteurs diesels.

            Parmi les sources de micro-particules de carbone qui polluent le nord-est de la France, atteignant Paris et une bonne partie de la Normandie, il ne faut pas oublier les centrales à charbon et pire à lignite d’Allemagne, celles de Belgique et sans doute aussi de Pologne.


          • Croa Croa 17 décembre 2016 18:58

            À Alren
            « Pour éviter une température trop élevée, le moteur est réglé pour qu’il y ait un excès d’air dans le cylindre »  FAUX, c’est le contraire !
            *
            Et dans un diesel il n’y a pas mélange préalable, le carburant étant injecté alors que la compression est en cours il s’enflamme spontanément et cette combustion est donc complète (en théorie car comme on en profite pour utiliser de moins bons combustibles, gazole, voire huiles, voire même fuels lourds préchauffés, il reste tout de même des suies.)


          • velosolex velosolex 15 décembre 2016 15:59

            « Laissez l’agriculture productiviste pourrir les terres agricoles !

            Continuez à manger du bio, même si votre concombre fait mille Kms en camion pour arriver dans votre assiette ! »

            Les deux choses me semblent un peu antinomiques. Je retiens bien sûr la première proposition, qui semble correspondre à votre pensée. Mais le bio, normalement, contrairement à ce beaucoup de gens pensent, ce n’est pas seulement manger des produits sains, sans pesticides, c’est avant tout s’engager dans une conception citoyenne et réfléchie, privilégiant aussi les circuits courts, le respect de la terre, et le travail des hommes. Donc, normalement, le concombre bio ne devrait pas faire 1000 kms. Je sais bien sûr que ce n’est pas le cas pour tous les produits.

            Sinon, vous avez raison de souligner cette politique de gribouille, de discours et d’apparence. Mais le ciel se couvre de plus en plus, se fout des belles tirades et des photos d’Arthus Bertrand.

            Maintenant, chacun fait ce qu’il veut des chiffres, les arrange selon sa conscience, et peut s’acheter un 4.4 pour aller chercher des champignons avant la fin du monde, qui normalement ne devrait pas nous concerner. Non ?....

            Bien sûr faudrait arrêter, mais on verra, demain peut être.. Faut vous dire monsieur que chez ces gens là, on roule monsieur, on roule. 

            Enfin moi j’ai jamais écrasé de chat, où c’était y a longtemps.


            • Michel DROUET Michel DROUET 15 décembre 2016 16:16

              @velosolex
              Merci pour ce commentaire. Bien évidemment pour moi, le bio, ce sont les circuits courts mais j’ai pu vérifier l’histoire du concombre qui vient d’Espagne, et pas en « déplacement doux ».
              Autre argument à développer, le nombre de kms parcouru annuellement par un véhicule : est-ce qu’on pollue davantage avec un véhicule de 10 ans qui parcourt 7000 Kms par an qu’avec un véhicule de moins de 5 ans avec 20000 Kms par an ?
              Aujourd’hui, seul l’âge du véhicule est pris en compte pour imaginer les mesures coercitives, ce qui pénalise les « petits conducteurs ».
              PS : Je suis un fan de Jacques Brel


            • LE CHAT LE CHAT 15 décembre 2016 16:36

              @velosolex
              le bio , c’est juste du marketing , c’est du pipeau ! juste pour vous le faire payer le double , le concombre ! et je pense qu’une bonne partie du halal ne l’est pas non plus !

              les boss de l’agroalimentaire prennent les gens pour des pigeons !


            • Michel DROUET Michel DROUET 15 décembre 2016 16:54

              @LE CHAT
              Exact ! Le bio consiste à nous faire manger ce qu’on mangeait il y a trente ou quarante ans avant que la chimie s’empare de l’agriculture avec l’aval de la FNSEA, le tout bien sûr plus cher...


            • velosolex velosolex 15 décembre 2016 17:02

              @LE CHAT
              Mes pommes reinettes clochardes sont bio certifiés. Entendu que je me contente juste de couper quelques branches pour tout entretien. Quand j’en n’ aurai plus, à la fin Mars, j’irai me ravitailler chez un producteur bio, à une bordée de chez moi. 

              Mais mes pommes, et les siennes, je vous garantie que ce sont des délices....J’en laisse quelques unes au pied de l’arbre afin que tous les minuscules à plumes viennent se nourrir. 
              Y a même quelques pigeons. 
              Sinon je viens de terminer un très beau livre, un roman de Tracy Chevalier : « A l’orée du verger », Un bien beau roman qui se passe en amérique, à l’époque des pionniers, quand les pommes étaient synonyme de richesse, de gourmandise, et même de survie, au cœur de l’hiver. 
              Il doit exister des livres bio aussi. 
              Celui ci en faisant partie. 

            • Michel DROUET Michel DROUET 16 décembre 2016 12:11

              @jesuispascontent
              Des légumes pléonasmes ou des légumes oubliés...


            • Alain 15 décembre 2016 19:20

              Ben voyons, les voitures ne polluent pas beaucoup ou si peu... selon l’article dont l’auteur pourrait peut-être nous expliquer pourquoi, lorsque l’on dresse une carte des polluants dans les villes (CF les plans de prévention de l’Atmosphère), on remarque vite que les polluants se concentrent le long des.... autoroutes.
              C’est sans doute de la faute au chauffage au bois et aux agriculteurs ?

              Bien sur que les autos comptent pour beaucoup dans la pollution des villes. C’est même la principale source aussi bien au niveau de l’air, que du bruit et de l’espace. Mais dans ce pays, on ne sait pas décrocher de sa bagnole, les évidences ne peuvent se voir... Alors, des andouilles pondent des articles sur AgoraVox. et un certain types d’andouilles suivent en commentaires.

              Bon, on va me dire que c’est moi l’andouille. Mais voilà, habitant non loin d’une autoroute, j’ai étudié le sujet au delà des médias dont parle l’auteur, je me suis heurté au lobbys des concessions d’autoroute qui contestent n’importe quel vrai chiffre, au travail de la préfecture qui adore noyer les poissons polluants, aux élus qui surtout ne veulent rien faire parce que les automobilistes votent. Ca fait 20 ans que çà dure et les Nox s’accumulent dans les poumons. Pendant ce temps là, je pèse mon mot... bof, disons le quand même... les connards racontent n’importe quoi sur le net et les moutons les écoutent et commentent


              • Michel DROUET Michel DROUET 15 décembre 2016 20:45

                @Alain
                Je ne me permettrais pas de dire que c’est vous l’andouille : l’insulte ne fait pas partie de mes habitudes.
                Pour le reste je vous recommande de relire mon article dans lequel je ne dédouane à aucun moment la pollution automobile. Je la resitue par rapport aux autres sources de pollution, c’est tout.


              • Croa Croa 15 décembre 2016 22:38

                À Alain,
                Sauf que sur les autoroutes il y a surtout... DES CAMIONS !
                *


              • HELIOS HELIOS 16 décembre 2016 01:18

                @Alain


                ... vous savez, il y a plus de gaz d’échappement le long de l’autoroute... comme il y a plus d’humidité dans votre salle de bain...

                Est-ce que cela veut dire qu’il faut supprimer les autoroutes (si vous supprimez les autos ?) comme vous allez arreter de vous laver... l’eau, ça mouille !

                D’accord pour diminuer les camions, s’il existe des moyens de transport plus « doux », mais vous voulez vraiment cesser de vous déplacer ? Vous imaginez sincèrement que dans les années qui vont venir, l’automobile particulière va disparaitre ?

                ... et qui ou quoi accuserez vous, lorsque les autos ne rejeteront plus que de l’eau, si, par exemple, l’hydrogène vient remplacer l’essence ?.. le bruit... le vent... c’était bien « avant », n’est-ce pas, les gens prenaient le bus qui passait le matin, a midi et le soir...

              • velosolex velosolex 16 décembre 2016 10:09

                @HELIOS
                 J’ai vu dernièrement une carte des centres urbains les plus pollués par la pollution aux particules, et on les mieux placés en europe...Allez faire un tour ailleurs, que ce soit à Amsterdam ou à Lisbonne, et vous serez étonné : Pas de poêles à friture roulantes ou bien moins qu’en France, où il devient impossible de marcher dans les centres villes. On peut négliger la pollution bagnole, ou la réduire à néant d’un coup de plume. Mais la réalité est têtue, et les centres d’urgence sont pleins de gamins atteints de problèmes respiratoire. La grande faucheuse roule en diesel, et vous fait un bras d’honneur. Qu’on ne parle pas de diesel propre. On sait ce qu’il en est après le scandale vw...Et il faut savoir que les filtres à particules ne fonctionnent que quand le moteur est chaud, pour le peu que le propriétaire ne l’est pas supprimé...Il suffit d’une volonté politique, et d’engager des réformes, avant qu’on ne crève tous, ce que la plupart des gens évidemment doutent...Eux, les autres, mais pas moi....


              • Michel DROUET Michel DROUET 16 décembre 2016 11:08

                @velosolex
                Bonjour velosolex

                « Il suffit d’une volonté politique » : c’est bien là le problème. Que représente le gouvernement face au lobbies (constructeurs auto, industriels, agriculteurs,...) ?


              • Croa Croa 16 décembre 2016 11:59

                À HELIOS « s’il existe des moyens de transport plus « doux » »
                *
                Les camions ce ne sont pas seulement des transports durs, ce sont surtout des transports INUTILES (au moins à 75%. Certaines fabrications intègrent des sous-produits venant de plusieurs pays différents alors qu’ils pourraient 9fois/10 être fait à coté !). 


              • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 15 décembre 2016 21:44

                Bof.

                C’est l’être humain le pollueur.

                Eliminons l’être humain et la pollution disparaîtra.


                • Alain 16 décembre 2016 08:38

                  Je savais bien que mon commentaire allait provoquer des réactions. Et elles vont dans le sens que je pensais. Aucune prise en compte du pb de la pollution des bagnoles, report du pb sur les camions ou sur autre chose.
                  Si ces commentateurs pouvaient (au lieu de commenter bêtement) se renseigner, ils apprendraient que les autoroutes ont des taux de pollution qui génèrent des risques sanitaires graves dans un rayon de 3 kms.
                  Mais voilà, nous sommes le pays du diesel et de la bagnole qu’on ne doit surtout pas remettre en cause. Helios dans sa splendeur, nous interdit de ne pas nous déplacer. Il ne faut pas remettre en cause la VOITURE. 3000 ans d’histoire (en comptant les premiers empires romains et autres) pour un résultat qui ne veut pas remettre en cause 1,2T de ferraille et de plastique pour transporter UN être humain sur une distance moyenne de moins de 3 kms. Quelle humanité !!!



                  • Michel DROUET Michel DROUET 16 décembre 2016 11:05

                    @Alain
                    Oui, enfin... Ne donnez pas trop d’importance à vos commentaires.
                    Traiter les commentateurs (qui commentent bêtement) d’andouilles ne révolutionnera pas le débat sur ce site.
                    Et surtout, lisez bien les articles avant de faire vos commentaires « avisés ».


                  • aimable 16 décembre 2016 11:11

                    @Michel DROUET
                    vous connaissez le dicton de la paille et de la poutre  smiley


                  • Michel DROUET Michel DROUET 16 décembre 2016 11:29

                    @aimable
                    Oui, très bien, et j’en connais également sur la flatterie...


                  • Alain 16 décembre 2016 19:11

                    @Michel DROUET
                    Je ne donne pas plus d’importance à mes commentaires car votre article. Mais si je devrais relire l’article, vous devriez aussi relire mes commentaires.

                    Il est vrai qu’il ne faut pas dire la vérité : c’est à dire que « si les cons volaient.... », ce n’est pas bon à dire même quand c’est la réalité.

                    Mozart disait déjà que les français ne savaient pas écrire de la musique, encore moins la chanter et qu’ils étaient arrogants. En gros, ils se prenaient pour le centre de la Terre et contestaient la vérité. Vous voyez ce que je veux dire....

                    Dites moi donc combien il existe de cheminées ouvertes en France et combien il existe de voitures ? D’ailleurs, le chauffage le plus répandu en France est-il le bois ou l’électricité ? Tiens ? bizarre, on ne voit quasiment pas de cheminées fumer dans les rues parce que les gens chauffent au gaz et à l’électricité, mais c’est çà qui pollue ?
                    Par contre, on croise des centaines de bagnolards par jour, seuls dans leur boite, à taper sur leur portable en même temps pour beaucoup d’entre eux, mais non, non, monsieur, ils comptent pour si peu dans la pollution ambiante..
                    Faut-il rire ou employer les mots pas bien perçus mais qui sont pourtant vérité première..

                    Allez, je te donne un petit article à lire, tu comprendras toi-même :
                    http://carfree.fr/index.php/2016/12/15/annecy-ville-la-plus-polluee-de-france/


                  • air pur air pur 16 décembre 2016 09:15

                    vous oubliez dans les causes de la pollution celle qui vient d’ailleurs.... curieusement sur les cartes qui vous sont présentées, seule la France y figure mais si l’on s’intéresse un peu à la question et que l’on cherche une carte de l’Europe dans cette période de pollution on s’aperçoit qu’une grande partie de celle ci vient d’Allemagne ou des Pays Bas, elle s’ajoute à celle que l’on fabrique, il serait bon de le rappeler avant de toujours stigmatiser les automobilistes.


                    • Michel DROUET Michel DROUET 16 décembre 2016 10:55

                      @air pur
                      Exact ! La pollution est multi origine et elle ne connaît pas les frontières comme on avait voulu nous le faire croire lors de l’explosion de Tchernobyl. Actuellement, une partie de la pollution sur l’Est et la Région Parisienne vient des centrales à charbon d’Allemagne.


                    • aimable 16 décembre 2016 11:20

                      @Michel DROUET
                      décidément les Allemands quand ce n’est pas la guerre , c’est la pollution
                       ils sont toujours chez nous d’une façon ou d’une autre  smiley


                    • Michel DROUET Michel DROUET 16 décembre 2016 11:46

                      @aimable
                      Il existe également de nombreux proverbes sur l’humour...


                    • Croa Croa 16 décembre 2016 12:04

                      À air pur,
                      FAUX en grande partie : Les vents dominants étant d’Ouest c’est plus nous qui polluons chez les boches et autres pays de l’Est que le contraire !


                    • Michel DROUET Michel DROUET 16 décembre 2016 12:08

                      @Croa
                      Sauf à l’automne et à l’hiver où le régime des vents dominants tourne à l’Est.


                    • air pur air pur 16 décembre 2016 17:03

                      @Croa
                      en moyenne les vents viennent de l’Ouest mais en cette période ils viennent plutôt de l’Est d’ou un temps sec et froid, pour les jours de pollution importante qui vont du 6 au 9 décembre regardez la carte sur le site PREVAIR, il y a un historique, vous pourrez constater que la pollution constitue un vaste croissant qui débute en Hongrie et en Pologne, passe par l’Allemagne et les Pays Bas pour se terminer en France. Ce croissant recoupe l’implantation des centrales à charbon Allemagne 71, Pologne 47, République Tchèque 45, Il est donc un peu trop facile de stigmatiser les automobilistes Français.


                    • julius 1ER 16 décembre 2016 09:29

                      L’écran de fumée des politiques publique Il pollue l’espace démocratique aussi sûrement que la pollution aux particules fines le fait pour l’air que nous respirons. Déclinées, les politiques mises en œuvre pour limiter la pollution sont un mélange de laisser-faire (pour les industriels et les agriculteurs) de coercition pour les automobilistes et d’abandon des mesures alternatives au « tout voiture et au tout camion ».

                      @ M Drouet,

                      en fait la substance de votre article est résumée dans ces quelques phrases...et il montre bien l’abandon de politiques publiques au bénéfice du tout marché !!!

                      au sortir de la seconde guerre mondiale le gouvernement mettait en place un cahier des charges pour l’automobile par exemple ... mais maintenant si jamais vous souteniez un tel projet ... vous passeriez pour un crypto-bolchevik ... et c’est tout là le fond du problème ou autrement dit :

                      «  »la somme des intérêts privés ne fera jamais l’intérêt commun«  »

                      et c’est là le fond du problème et celui du débat citoyen qui devrait avoir lieu si l’on était dans un pays où les gens seraient conscients des vrais enjeux sociaux-économiques !!!

                      mais on est aux antipodes de cela et je pense que l’on va assister à une lente dégradation du bien commun qui ne sera remplacé par rien du tout sauf pour les mieux lotis !!


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires