• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Se laver, un droit essentiel

Se laver, un droit essentiel

JPEG

Nous le savons, il faut des

bains-douches pour les exclus.

Enfant, vivant dans une très vieille bâtisse, nous ne disposions pas de salle de bain jusqu’au jour où il fallut abattre les cloisons de la cave au grenier pour y installer tout le confort dont disposaient alors mes camarades vivant en HLM. Curieux renversement des valeurs en cette époque lointaine. Pour nous laver, il y avait deux solutions : la grande bassine trônant dans la cuisine ou les Bains-Douches.

J’ai raconté dans le passé ce souvenir, la fréquentation d’un lieu qui recevait ceux qui n’avaient pas le confort chez eux mais aussi les chemineux comme on disait en ce temps-là. C’était d’ailleurs un monde qui savait encore donner un nom à ceux qu’on refuse aujourd’hui de voir et pire que tout de nommer. Après les avoir affublés de différentes étiquettes : vagabonds, clochards, pauvres erres, notre belle civilisation de la honte se contente désormais d’un sigle pour dissimuler sa honte et son impuissance : SDF.

Les gens de la rue ne se lavent plus, du moins dans toutes ces villes qui ont fermé les Bains-Douches, un service superfétatoire selon des responsables propres sur eux mais aux pensées malodorantes. La chasse aux exclus est ouverte, il convient d’équiper les bancs publics, les arrêts de bus, les espaces verts, de dispositifs empêchant ces malheureux de pouvoir se coucher. Que la honte étouffe à jamais ceux qui pratiquent pareille saloperie !

La bonne conscience exige cependant de proposer des espaces d'accueil lorsque les frimas suscitent l’émotion chez les citoyens électeurs. Des abris d’urgence sont alors ouverts, des endroits aux horaires si limités qu’au petit jour, la diaspora de la rue retourne vers son invisibilité. Il convient de ne pas se montrer trop généreux afin de ne pas les encourager à demeurer dans cet état qu’ils ont nécessairement choisi. C’est du moins ce que pensent ces élus au grand cœur.

Mais si on se refuse à les voir, on veut également ne pas les sentir. C’est sans doute la raison ubuesque qui leur interdit tout espace pour la toilette, cette exigence élémentaire de l’humanité. Pourtant, dans tous les gymnases, tous les stades, il y a des douches mais rien pour les Sans Salle de Bain Accessible. Quelle misère ! Quelle indignité !

À Orléans, Yves Bodard, un bon Samaritain laïque, un homme qui n’a pas besoin de fréquenter la cathédrale ou défiler derrière la grande héroïne pour avoir du cœur, se bat pour obtenir l’ouverture de Bains Douches. Il est vrai que la grande Métropole a donné délégation à un organisme pour remplir cette mission. La structure dispose de deux douches quand elle reçoit près de cent cinquante personnes par jour, de quoi sans doute satisfaire tous les besoins d’hygiène de la cité…

Nous pourrions lancer, avec notre combattant des causes perdues, un exercice pratique pour les élus du conseil municipal. Deux douches leur seraient attribuées et le temps d’une session, ils passeraient tous à tour de rôle se laver et pas seulement les mains, ce qu’ils font aisément sur un tel sujet. Naturellement, le tour de rôle serait déterminé dans l’ordre protocolaire inverse et c’est monsieur le Maire qui passerait en dernier.

Se laver est un droit inaliénable. Les exclus du logement doivent accéder à cette dignité élémentaire. Il est grand temps qu’un droit des gens de la rue soit établi et respecté quelle que soit la couleur (et les odeurs) politique des équipes municipales. Nous savons que c’est nécessaire même si cette mesure ne permettra pas à ces grands philanthropes de se faire mousser.

C’est en connaissance de cause que je réclame ce que ne cesse de demander l’ami Bodard. Faudra-il brosser dans le sens du poil monsieur l’échevin pour qu’il accède à cette requête. Je peux me munir d’une brosse à chiendent afin qu’il s’imprègne de cette nécessité.

Proprement sien.


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • baldis30 18 février 10:11

     Des élus s’occupant de la propreté des SDF et autres malpropres ?

    Aviez vous pensé qu’ils n’ont pas le temps de laver leur honneur... alors s’occuper de choses aussi bassement matérielles que la propreté corporelle n’est pas à l’ordre du jour !


    • Fergus Fergus 18 février 16:16

      Bonjour, baldis30

      Désolé, mais ce procès est malhonnête  : il existe encore des bains-douches !

      J’ai évoqué ces établissements dans un article d’août 2016 intitulé Paris : les bains-douches du Moyen Âge à nos jours. En voici un extrait :

      « Tous (les bains-douches) n’ont pourtant pas disparu : il subsiste encore à Paris 17 bains-douches municipaux dotés de cabines individuelles. Tous ces établissements sont accessibles gratuitement, à la seule condition d’être muni d’une serviette et d’un nécessaire de toilette personnels. »

      Et ce qui vaut pour Paris vaut également pour la presque totalité des métropoles de province !


    • lala rhetorique lala rhetorique 18 février 16:44

      @Fergus Les bains douches ferment les uns après les autres, certains ont dû conserver leur façade à Paris car le bâtiment étant considéré comme bâtiment de france, mais à l’intérieur, ce ne sont plus du tout des bains douches.... On a de plus en plus de SDF et de moins en moins de bains douches, et aussi de moins en moins de lits et de foyers, et de moins en moins de bancs où les pauvres pourraient dormir et se reposer, tout est fait pour nier totalement cette population qui se monte, rien qu’à paris, à 3800 personnes... un rien..... et qui sont les enfants de la mondialisation sauvage et inhumaine !


    • Fergus Fergus 18 février 17:56

      Bonjour, lala rhétorique

      Non seulement les bains-douches ne ferment plus à Paris depuis belle lurette, mais il est question d’en rouvrir dans des villes de province  notamment à Marseille  où ils avaient presque tous disparu.

      Je vous rejoins en revanche sur le traitement qui est fait aux SDF en termes d’hébergement notoirement insuffisants et de mise en place de dispositifs destinés à leur rendre toute position allongée impossible. C’est évidemment scandaleux !


    • C'est Nabum C’est Nabum 18 février 18:54

      @baldis30

      Je suis bête
      Vous avez raison
      Ils ont déjà le nez et pas que ...


    • oncle archibald 18 février 10:29

      « les chemineux comme on disait en ce temps-là » .... Oui, et ce vocable ne me fais pas penser aux « SDF » d’aujopurd’hui mais à ces gens qui exerçaient un petit métier itinérant, comme les « vitriers » ou les « rémouleurs » ou encore les « chiffonniers » qui passaient de village en village en criant dans les rues pour se signaler. Viiiiitriiiier pour les premiers, couteaux ciseaux rasoirs pour les seconds et peillarot pels de lapins pour le troisième !

      Ma grand mère ne manquait jamais de faire aiguiser les couteaux et le hachoir de la cuisine par le rémouleur installé pour quelques heures au coin de la rue.

      Comme il y avait des bains douches municipaux dans à peu près toutes les cités et qu’ils n’avaient pas l’air particulièrement sales sur eux j’imagine qu’ils en usaient.


      • Julien S 18 février 12:01

        @oncle archibald
        .
        Et : « pôôôô d’lapin pôôôôôô.... », vous vous souvenez ? 


      • oncle archibald 18 février 14:57

        @Julien S

        et oui, chez nous dans le midi en langue d’oc c’était pêêêêls de lapîîîîîns !


      • oncle archibald 18 février 14:58

        @Julien S

        et oui ! Chez nous en occitan c’était pêêêêêls dé lapîîîîns !


      • C'est Nabum C’est Nabum 18 février 18:55

        @oncle archibald

        En ce temps là le travail pouvait se trouver ainsi
        Le SDF n’est plus en capacité de trouver un travail d’un jour


      • oncle archibald 18 février 23:30

        @C’est Nabum

        Mais en ce temps là il y avait aussi des « clochards » qui ne travaillaient pas et habitaient plus ou moins sur un banc public oú sous un porche, la différence avec aujourd’hui c’est que tout le monde les connaissait, leur apportait de quoi manger ou un paquet de clopes.

        Les travailleurs itinérants n’auraient pas aimé qu’on les confonde, ils estimaient avoir une place « honorable » dans la société et vivaient, chichement mais sans mendier, du fruit de leur travail.


      • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 08:35

        @oncle archibald

        La nuance s’impose en effet


      • Nicolas_M Nicolas_M 18 février 10:49

        J’ai traversé les Alpes en plusieurs fois, été comme hiver, en bivouac sauvage uniquement, pas de camping, pas de sanitaires. Ne serait-ce que pour les irritations, il est obligatoire de se laver tous les jours. Vous savez quoi ? Dans tous les villages et toutes les villes de France, il y a des cimetières avec de l’eau gratuite et à volonté et des arrosoirs. Il n’y a pas un jour, un village ou une ville, où je n’ai pas réussi à trouver un endroit un peu isolé avec de l’eau pour se laver et laver ses vêtements avec un bout de savon. Alors certes c’est de l’eau froide, ça demande un peu de volonté quand il gèle dehors de s’arroser avec de l’eau qui approche le zéro degré, mais c’est rien d’insurmontable, le corps s’habitue en réalité très vite. Et au bout de 2-3 jours, on trouve presque agréable de sentir son corps réagir à l’eau froide, la décharge d’adrénaline qui part de la moelle épinière met en forme pour toute la journée.

        Petite question, si l’on rétablissait les bains douches publics, croyez vous que des SDF rendus paranos et asociaux par la rue, souvent déprimés et addicts à de nombreuses substances dont la plus courante est l’alcool, souvent même pas conscient de leur propre odeur, les utiliseraient au risque de se faire violer par un congénère et de voir leurs affaires disparues à la sortie de la douche ?


        • Sergio Sergio 18 février 12:02

          @Nicolas_M

          Bonjour Nicolas
          Pas forcément Nicolas, souvent ils choisissent ce mode d’existence en intégrant le manque d’hygiène qui va avec le manque de tout. Dans les foyers d’accueil d’urgence , c’est parfois la jungle, on y trouve souvent des ’SDF’ de circonstances à savoir, des jeunes en rupture, de sorties de prisons, des maris ou femmes mis et mises à la porte de leur foyer, les SDF de choix n’y sont pas.
          Pour parler des voyages, j’en fais en vélo, comme vous je sais que l’hygiène est essentielle, et bien souvent dans une forme de promiscuité, on apprécie pleinement les choses simples, qui sont banales quand on est dans sa zone de confort. Les voyages forment la jeunesse et voir plus.


        • stef 18 février 12:07

          @Nicolas_M

          Est il vraiment nécessaire de se laver tous les jours hormis les mains le visage et les parties génitales après être allé à la selle ?


        • foufouille foufouille 18 février 13:21

          @Nicolas_M
          faire du tourisme et vivre dehors est différend. dans les villes où les douches gérer par des assos existent, il y a beaucoup de monde qui attend son tour.


        • C'est Nabum C’est Nabum 18 février 18:56

          @Nicolas_M

          Ayant fait la même chose, je sais.
          Maintenant si votre propos signifie que c’est suffisant, je ne peux y souscrire
          Question de point de vue sans doute


        • Sergio Sergio 18 février 11:06

          Le droit de se laver, de pisser, de pouvoir accéder à de l’eau potable, de pouvoir encore téléphoner d’une cabine publique, de garer son vélo, on appelle cela le Service Publique, et on sait quoi. Au final notre fonctionnement de société marginalise ceux qui sont à la limite de la marginalisation.


          • Sergio Sergio 18 février 11:06

            @Sergio

            J’oubliais, bonjour Nabum


          • C'est Nabum C’est Nabum 18 février 18:57

            @Sergio

            Ils ne connaissent que les sévices infligés aux gueux et aux miséreux


          • zygzornifle zygzornifle 18 février 11:28

            Macron va laver son honneur avec le sang des gilets jaunes ....


            • C'est Nabum C’est Nabum 18 février 18:58

              @zygzornifle

              Que fera-t-il du savon ?


            • baldis30 20 février 10:07

              @C’est Nabum
              bonjour,
              « Que fera-t-il du savon  ? »
               Vu le nombre de bourdes réalisées par l’un de ses proches conseillers, fils de Dieu, alias Ben Allah, le passage du savon se fera en lieu clos en cherchant le moindre pou sur une tête dégarnie.
               Et si par hasard les poux étaient trop nombreux il serait possible, en toute discrétion de couper la tête ...


            • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 08:36

              @baldis30

              Fermons les yeux sur ses turpitudes


            • Julien S 18 février 11:59

              Bonjour Cénabum ; c’est joli, le « pauvre erre »car cela le dépeint souvent en effet.


              • C'est Nabum C’est Nabum 18 février 18:58

                @Julien S

                Merci


              • stef 18 février 12:08

                Ne pas sombrer dans l’excès en se lavant trop voire en décapant la peau : les animaux ne font pas leur toilette complète tous les jours fort heureusement pour eux d’ailleurs  


                • C'est Nabum C’est Nabum 18 février 18:59

                  @stef

                  M’auriez-vous dans le nez ?


                • juluch juluch 18 février 12:22

                  En effet, les bains douches ont disparus ainsi que les urinoirs.

                  faut dire que l’hygiène de ces endroits laissaient à désirer et étaient souvent hors services du fait des « incivilités » des gens.

                  Les urinoirs et bains douche sont disparus sur Marseille il y a bien longtemps y compris dans mon petit village ....je me souviens des chiottes publics qui étaient un vrais cloaques !

                  dans les centres pour sdf il y a des sanitaires, mais c’est souvent complet.

                  a quant la fin des sdf promis par notre Président ??


                  • foufouille foufouille 18 février 13:24

                    @juluch
                    c’est vrai que les WC public de toulouse sont souvent crados mais nettoyer régulièrement.


                  • Julien S 18 février 13:32

                    @juluch
                    .
                    Il est normal que les urinoirs publics disparaissent puisqu’ils sont sexistes. Pour peu cher on installe de qui satisfaire les hommes, alors que les femmes qui ont besoin de bien plus coûteuses et encombrantes cabines immobiliseraient un budget public et un foncier public bien plus considérable. Résultat : on le fait peu, si bien que la justice veut qu’on enlève tout. 
                    .
                    Note : ma trisaïeule en 1900 urinait dans la rue comme les autres femmes de son quartier. Sa jupe longue lui servait de cabine. Dans un coin elle écartait les jambes et se soulageait à travers la fente périnéale de sa culotte (j’ai vu l’objet). En ce temps on n’y trouvait pas redire. Le gâchis de l’argent public a débuté plus tard, comme l’illustre Clochemerle centré sur les joutes municipales autour de l’érection d’une vespasienne (vespasienne = vespasien, d’accord, mais au moins c’était pour les impôts !)


                  • Julien S 18 février 13:34

                    @Julien S
                    .
                    « Vespasien » avec majuscule


                  • C'est Nabum C’est Nabum 18 février 18:59

                    @juluch

                    Une régression absolue

                    Le progrès sans doute
                    La théorie du ruissellement ne fonctionne pas en ces domaines


                  • baldis30 18 février 19:15

                    @juluch

                    bonsoir,
                    « les bains douches ont disparus ainsi que les urinoirs »
                     C’est dommage ... dommage pour la culture française !
                    Songez au succès recueilli par une simple affaire d’urinoir à Clochemerle ... !
                    Quel chef d’œuvre littéraire les bains-douches nous eussent donné si leur construction fût réalisée dans une grande ville ?  smiley


                  • Fergus Fergus 18 février 20:22

                    @ baldis30

                    Pauvre Justine Putet, agressée par la vue de cet accessoire ! smiley


                  • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 08:36

                    @juluch

                    C’est désolant

                    Même pour pisser il faut cracher au bassinet


                  • Désintox Désintox 18 février 13:44

                    Merci pour cet article !


                    • C'est Nabum C’est Nabum 18 février 19:00

                      @Désintox

                      C’est nécessaire


                    • zygzornifle zygzornifle 18 février 14:18

                      Les politiques connaissent : se laver de tout soupçons .....


                      • JL JL 18 février 14:30

                        @zygzornifle
                         
                         contrairement à ce qu’on dit, la classe politique ne lave pas toujours son linge sale en famille : DSK et Fillon pour ne citer que ces deux là, en savent quelque chose !
                         
                        Comme disait feu Ceaucescu, dictateur éliminé : « On n’est jamais trahi que par ses amis ».
                         
                        Paroles d’une grande sagesse.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès