• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Sécurité routière : sauver des vies avant tout !

Sécurité routière : sauver des vies avant tout !

« Je sais que si nous annonçons cette mesure, je serai critiqué. Mais je sais qu’elle va sauver des vies, et je veux sauver des vies. Je comprends les arguments, et même la mauvaise humeur, mais je ne le fais pas pour augmenter les recettes de l’État, d’ailleurs, nous annoncerons des choses à ce sujet. Et si pour sauver des vies, il faut être impopulaire, j’accepte de l’être. » (Édouard Philippe, "Journal du dimanche" du 7 janvier 2018).

 

_yartiSecuriteRoutiere2018A01

La sécurité routière, en France, est un sujet très sensible et très passionnel. Normal : la plupart des Français (pas tous) ont une voiture et conduisent quotidiennement. La voiture, parfois attribut de puissance, certains diraient même de virilité, est un symbole de liberté. Cette liberté, j’en bénéficie et j’en use, mais comme toute liberté, sans responsabilité, elle ne vaut rien.

L’histoire de la conduite automobile se confond avec l’histoire de la sécurité routière en France. Tout est une question de nombre : lorsque cela ne concerne qu’une petite minorité, les mesures à prendre ne sont pas les mêmes que lorsque cela concerne une quasi-unanimité de la population. On le retrouve aussi avec la télévision, devenue un outil de communication extraordinaire dès lors que plus de 90% de la population en possède une. Entre les deux guerres, quand l’État a institué le permis de conduire, mon arrière-grand-père, furieux qu’on empiétât ainsi sa liberté de circulation et refusant de passer l’examen, rangea sa traction-avant dans son garage et ne reconduisit plus une seule fois.

Comme on le voit, l’argument de la liberté n’est pas nouveau et sera probablement ressasser cette semaine très importante pour la sécurité routière. Pourquoi ? Parce que ce mardi 9 janvier 2018, le Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) se réunit et va probablement adopter la réduction de la vitesse limite de 90 à 80 kilomètres par heure sur les 400 000 kilomètres du réseau des routes à une voie dans les deux sens. On imagine que l’argument de la liberté va encore se déployer.

Mais comment parler de liberté sans parler de responsabilité ?

En 2016, il y a eu 3 477 morts sur les routes françaises : c’est encore beaucoup trop. Les statistiques de la mortalité sur les routes de France entre 1960 et 2016 (le nombre de morts en 2017 devrait être connu à la fin du mois de janvier 2018) sont assez éloquentes : hausse continue, sans doute en proportion des kilomètres roulés (plus de voitures en circulation, plus de routes disponibles). Jusqu’à un pic d’environ 16 500 morts pour l’année 1972. Ce qui était très élevé (45 morts par jour !).

_yartiSecuriteRoutiere2018A02

Ce fut le gouvernement de Jacques Chaban-Delmas qui a pris les premières mesures "contraignantes" applicables en juin 1973 : l’obligation de la ceinture à l’avant (sur route) et la limitation de vitesse en ville et sur le réseau routier. Ces premières mesures, ainsi que d’autres de moindre importance ont permis progressivement de faire baisser la mortalité, mais toujours trop lentement.

La deuxième mesure très efficace pour accentuer cette baisse a été prise en juillet 1992 par le gouvernement de Michel Rocard avec l’instauration du permis de conduire à points, points qui seraient retirés à chaque contravention.

Enfin, la troisième mesure forte fut en décembre 2002 l’installation de milliers de radars automatiques et surtout, l’automatisation de la sanction des excès de vitesse (et la fin des amnisties présidentielles à partir de 2002). Ces dernières mesures ont été très efficaces puisque la mortalité a baissé de moitié dans une période courte de cinq ans. Certes, d’autres causes ont renforcé cette tendance (l’amélioration technique des véhicules et l’amélioration du réseau routier), mais les experts en accidentologie ont montré scientifiquement que ces causes, réelles, avaient une part assez faible (de l’ordre de 20 à 30%) dans les causes d’une si forte baisse.



À la peur du gendarme, qui était une sorte de jeu du chat et de la souris (les plus rusés gagnaient), s’est substituée la certitude que l’infraction sera systématiquement verbalisée avec, en enjeu, des retraits de points jusqu’au retrait du permis de conduire (ce qui n’empêcherait cependant pas certains automobilistes de continuer à conduire).

Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy ont ainsi montré, entre 2002 et 2012, que la sécurité routière pouvait être renforcée par un véritable volontarisme gouvernemental et n’était pas soumise à une sorte de fatalisme, de "pas d’chancisme" que rien n’arrêterait. La fermeté paie toujours.

Cependant, la courbe de la mortalité s’est infléchie de manière inquiétante à partir de la fin de l’année 2012 et est à la hausse jusqu’à maintenant : certes, sur les cinq dernières années (2012 à 2016), il n’y a jamais eu aussi peu de morts sur la route dans l’histoire récente de l’automobile, mais en fait, la tendance est à la hausse durable depuis quatre années, ce qui est tout à fait inédit depuis 1972 (et donc très inquiétant). Pire : il a fallu attendre le 2 octobre 2015 pour que fût réuni le seul CISR du quinquennat de François Hollande (le précédent avait eu lieu quatre ans et demi auparavant). En 2012, Manuel Valls avait pourtant fixé l’objectif d’atteindre moins de 2 000 morts par an d’ici à 2020 : on en est encore très loin en 2018.

Cela donne la mesure de l’importance du CISR de ce 9 janvier 2018. Cela fait plusieurs années qu’une seule mesure phare pourrait être vraiment efficace pour réduire considérablement la mortalité sur les routes, c’est cette diminution à 80 kilomètres par heure sur les routes secondaires.

Cette mesure est du bon sens pour deux raisons : d’une part, c’est sur ces routes à une voie que la moitié des morts ont eu lieu ; d’autre part, c’est un fait que la réduction de la vitesse moyenne réduit mécaniquement le nombre de morts.

_yartiSecuriteRoutiere2018A04

Un très léger bagage en mécanique suffit pour savoir que l’ampleur des dégâts provient de l’énergie cinétique des véhicules, qui s’exprime par la moitié du produit de la masse par le carré de la vitesse. Cela signifie que si l’on double la vitesse (par exemple, passage de 50 à 100 kilomètres par heure), on quadruple les énergies en cause et donc, l’exposition aux risques corporels en cas d’accident s’amplifie considérablement (ce n’est pas linéaire !).

Sur ce dernier point, si l’on va à la limite, en réduisant à 0 kilomètre par heure (donc, en interdisant tout mouvement, c’est-à-dire toute circulation), on réduirait sans doute à néant la mortalité. Bien entendu, cela remettrait en cause justement les principes de la liberté de circulation. Le rôle du gouvernement, c’est de toujours veiller à un juste équilibre entre liberté et sécurité. Réduire le nombre de morts n’a jamais été impopulaire, étrangement, dans les familles qui ont été touchées de plein fouet par un accident de la route : 3 500 personnes en meurent chaque année, et 70 000 personnes sont hospitalisées plus d’une journée pour cette raison. Quel gâchis humain !

Certains voudraient mettre en avant d’autres morts, les suicides, les accidents domestiques, etc. : quelle idée de comparer les morts ! N’est-il donc pas possible de lutter sur plusieurs fronts pour augmenter la sécurité de tout le monde ? N’est-il pas non plus possible d’imaginer que certains malheurs seraient liés ? Comme ce père de famille qui se suiciderait parce qu’il a perdu ses enfants et son épouse dans un accident de la circulation ?

Rappelons d’ailleurs que dans ce domaine, les mesures les plus efficaces ont été prises dans le domaine des accidents du travail, parce qu’en faisant payer les entreprises très fortement en cas d’accident, celle-ci, pour la plupart, ont pris des mesures internes très efficace pour renforcer au maximum la sécurité de ses employés (qui, eux, ont le droit de ne pas travailler s’ils considèrent que le risque est trop élevé pour leur sécurité ou celle de leurs collègues ou usagers, c’est le droit de retrait).

_yartiSecuriteRoutiere2018A03

Revenons à la politique. Encore une fois, la gouvernance du Président Emmanuel Macron montre le contraste avec celle, indécise, de son prédécesseur. Le Premier Ministre Édouard Philippe avait déjà annoncé la couleur le 11 décembre 2017 : « Je suis favorable aux 80 kilomètres par heure sur les routes bidirectionnelles nationales et départementales : deux tiers des accidents se concentrent sur ces tronçons de route. », complétant aussitôt, lors d’un déplacement à Coubert, en Seine-et-Marne : « À titre personnel, j’y suis favorable. ».

Sur France Info le 11 décembre 2017, le délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe a justifié une telle mesure : « Le fait que cela ferait baisser le nombre de morts et le nombre d’accidents ne fait pas l’ombre d’un doute. (…) C’est une donnée scientifique qui a été mesurée par de nombreuses études dans le monde. Si on fait baisser de 10% la vitesse moyenne, on obtient une baisse de 4,6% du nombre de morts. ». Cela explique d’ailleurs pourquoi le Conseil national de la sécurité routière avait recommandé cette mesure dès 2014 (comme pour l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, François Hollande a toujours voulu repousser.sans arrêt la décision pour de bien navrantes raisons électoralistes).

Il y a d’ailleurs une relation entre la baisse de la vitesse limite autorisée (notamment par le fait que la sanction devient inéluctable) et la baisse de la vitesse moyenne réelle : entre début 2002 et fin 2008, la vitesse moyenne estimée des véhicules légers, tous réseaux confondus, a chuté de 91 à 80 kilomètres par heure, tandis que la mortalité a suivi la même pente, de 7 720 morts annuels au bout de 30 jours, en janvier 2002, à 4 275 morts en janvier 2009. 300 personnes par mois ont été sauvées !

Emmanuel Barbe ne comprenait d’ailleurs pas la raison de la polémique : « C’est tout à fait logique. Si les vitesses baissent, on a plus de temps pour éviter des accidents. C’est ce qui va faire soit qu’on peut éviter un accident, soit qu’il sera moins grave. C’est du simple bon sens (…), c’est assez mécanique et c’est curieux comme cette constatation fait l’objet d’un déni. » (11 décembre 2017).

La mesure de réduire à 80 kilomètres par heure a aussi d’autres justifications que celle, principale, de réduire la mortalité des routes : elle pourra mieux fluidifier certains tronçons et ainsi, aucun ralentissement pénalisant n’aura lieu (l’expérimentation, pendant deux ans dans la Drôme, la Nièvre et la Haute-Saône, qui s’est achevée en juillet 2017 semblerait le démontrer). Par ailleurs, elle aura un impact très positif tant économique (réduction de la consommation de carburant) qu’environnemental (moins de pollution).

Le professeur Claude Got, grand expert en accidentologie, faisait d’ailleurs remarquer sur France Inter le 5 janvier 2018 que la vitesse moyenne sur le périphérique parisien a paradoxalement augmenté depuis que la vitesse limite a été réduite en janvier 2014 de 80 à 70 kilomètres par heure, car cela a fluidifié la circulation et réduit les bouchons. Donc, l’argument de "l’homme pressé" n’en est pas un pour refuser la mesure préconisée qui devrait, selon les associations de sécurité routière, sauver entre 350 et 450 vies par an.

Certaines personnalités ont lancé un appel ce vendredi 5 janvier 2018 pour mettre en œuvre cette mesure d’abaissement à 80 kilomètres par heure : « Plus d’un tué sur deux, le tiers des blessés hospitalisés plus de 24 heures, voilà le triste bilan de l’accidentologie du réseau bidirectionnel. Il n’y a aucun argument pour renoncer à cette mesure, sauf à considérer que l’on peut se priver d’un gain de 350 à 400 vies chaque année. (…) Tous les travaux des experts, les éléments d’analyse en situation confirment que la réduction des vitesses de circulation entraîne une réduction du nombre et de la gravité des accidents : moins de perte de contrôle ou de trajectoire, réduction des distances d’arrêt, énergie cinétique moindre lors d’un choc donc lésions corporelles moindres, voilà quelques évidences scientifiques qu’il ne faut pas oublier à l’heure de décider. ». Parmi les signataires de l’appel, l’ancien Premier Ministre Manuel Valls (qui n’a rien fait d’efficace à ce sujet quand il était au pouvoir), mais aussi Frédéric Péchenard, ancien directeur général de l’UMP (et proche de Nicolas Sarkozy) qui fut également délégué interministériel à la sécurité routière.

Le Premier Ministre Édouard Philippe s’est exprimé plus récemment encore, dans une interview au "Journal du dimanche"du 7 janvier 2018 : « Il y a 3 500 morts et 70 000 blessés par an. 70 000 ! Après des décennies de progrès, nos résultats se sont dégradés. Eh bien, je refuse de considérer cela comme une fatalité. Chaque fois qu’un responsable politique a eu le courage de s’engager, les résultats ont été spectaculaires. ». Cela a le mérite de la franchise et de la clarté. Et aussi du courage.

Il a en outre assuré que l’idée du gouvernement n’était pas de remplir les caisses de l’État (l’augmentation du gazole le 1er janvier 2018 a été bien plus rentable !). D’ailleurs, l’argument pécuniaire est assez odieuse et provient des chauffards et des "cancres" de la route : il suffit de respecter le code de la route pour ne pas avoir à payer d’amende et ne pas financer l’État plus que les impôts et taxes habituels. Les trois quarts des automobilistes n’ont jamais eu de points retirés sur leur permis de conduire et 90% ont gardé au moins dix points sur les douze de leur permis, ce qui prouve bien que ceux qui râlent avec cet argument pécuniaire sont certes bruyants mais ultra-minoritaires, et chauffards par-dessus le marché puisqu’ils ne respectent pas le code de la route (et en semblent même fiers).

Dans le même temps, certains se demande combien va coûter le remplacement des panneaux de limitation de vitesse, un argument totalement contraire à l’État qui spolierait les automobilistes. Quand on veut critiquer, on trouvera donc toujours un angle. Mais quand on veut sauver des vies ?

Au-delà du respect des limitations de vitesse, il y a bien sûr d’autres recommandations à suivre pour respecter la vie sur la route : mettre sa ceinture (en 2016, 345 personnes mortes sur la route n’avaient pas mis leur ceinture), augmenter la distance avec le véhicule de devant, signaler un changement de direction avec le clignotant, ne pas absorber de substance qui altère les réflexes ou la perception de la réalité, comme l’alcool, le cannabis et d’autres drogues (ou médicaments parfois contre-indiqués), etc.





La réalité, c’est que chaque nouvelle mesure contraignante (ceinture de sécurité, contrôle technique, radars automatiques, etc.) nécessite de changer son comportement personnel. Moi comme les autres, j’ai eu aussi envie de rouler plus vite que la musique, j’ai cru aussi que la vitesse était un élément de ma propre liberté. Mais c’était sans compter sur les autres, sans compter que je ne suis pas seul sur les routes, que le respect des autres, mais aussi de moi-même, de mes proches, m’oblige à changer mon comportement.

Ce changement de comportement, c’est aussi un changement de mentalité. On passe de l’inacceptable fatalité qui mène à la passivité des pouvoirs publics (c’était assez marquant sous De Gaulle) à l’indispensable série de mesures qui pourraient empêcher cette fatalité, du moins pour en réduire les plus néfastes effets. C’est un changement "sociétal" radical, comme il y en a eu pour le tabac où il a fallu une vingtaine d’années pour que tous les fumeurs respectent les non fumeurs sans énervement. Notons le changement inimaginable : avant 1992, les non fumeurs étaient des rabat-joie et des tue-liberté. Il suffit de revoir des films des années 1970 ou 1980 pour prendre conscience de cette révolution silencieuse (on fumait même dans les avions en plein vol !).

Respecter la vie sur la route aussi nécessite un changement de comportement personnel. Depuis 2002, la sagesse l’a emporté sur la vitesse : personne n’a jamais remis en cause l’existence des radars automatiques, et la plupart des automobilistes (à part une proportion de hors-la-loi irréductibles qui se croient tout permis et plus forts que les autres) maintenant respectent les limitations de vitesse, ce qui a permis de sauver des milliers de vies et d’éviter de traumatiser à vie des dizaines de milliers de personnes.

Perdre quelques minutes dans un trajet de plusieurs heures, d’un côté, sauver une ou plusieurs vies, d’un autre côté : l’enjeu est suffisamment grave pour que la sagesse, en définitive, après peut-être le temps de la "mauvaise humeur", l’emporte sur l’irresponsabilité. C’est d’ailleurs la condition de cette liberté tant mise en avant : être responsable pour respecter les autres, tous les autres.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (08 janvier 2018)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Le comité interministériel du 9 janvier 2018.
Le comité interministériel du 2 octobre 2015.
Documents à télécharger à propos du CISR du 2 octobre 2015.
Cazeneuve, le père Fouettard ?
Les vingt-six précédentes mesures du gouvernement prises le 26 janvier 2015.
Comment réduire encore le nombre de morts sur les routes ?
La mortalité routière en France de 1960 à 2016.
Le prix du gazole en 2008.
La sécurité routière.
La neige sur les routes franciliennes.
La vitesse, facteur de mortalité dans tous les cas.
Frédéric Péchenard.
Circulation alternée.
L’écotaxe en question.
Ecomouv, le marché de l’écotaxe.
Du renseignement à la surveillance.

_yartiSecuriteRoutiere2018A06
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.69/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

94 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 9 janvier 11:24

    Bonjour, Sylvain

    Globalement d’accord avec la tonalité de votre article. Le graphique sur l’évolution des décès sur la route est suffisamment éloquent pour démontrer l’utilité des mesures prises en matière de sécurité routière. Perdre quelques minutes sur un trajet de 100 km, où est le problème ? Telle est la question que devraient se poser les automobilistes.

    Nul d’entre nous n’est seul sur la route, et la moindre faute de notre part peut avoir des conséquences dramatiques pour soi-même et pour les autres. En limiter la gravité potentielle devrait faire consensus !


    • sweach 9 janvier 13:27

      @Fergus
      *Perdre quelques minutes sur un trajet de 100 km, où est le problème ?*

      Sur une route sinueuse, pas très large, avec un vieux bitume, rouler moins vite je peu le comprendre.
      Mais quand vous avez deux fois deux voies séparé par un terre plein, sans piéton, ni feu, ni stop, là j’ai beaucoup plus de mal.

      La vitesse a son importance, il est ridicule de croire le contraire, grâce à de belle route il est parfois possible de s’éloigner de son lieu de travail, sur un trajet de 30 min vous parcourez 45Km à 90Km/H, vous en faite plus que 40 à 80Km/H
      Ça limitera ceux qui souhaite s’éloigner des villes pour vivre à la campagne et travailler à la ville.

    • jymb 9 janvier 14:14

      @Fergus
      Les quelques minutes ou les yeux se ferment

      La minute de trop 
      Une voiture arrivée et garée n’ a que rarement un accident
      Chacun ajoutant son obligation de lenteur absurde, son bouchon organisé, ses casses voitures répétés « sa » minute qui n’est « qu’une » minute et au final parleur multiplication un trajet sans fin ...j’espère pour vous que le prochain qui s endormira ne sera pas en face de votre véhicule 

      Peut -etre qu’un jour l’intelligence reviendra au goût du jour et qu’on cherchera à aller rapidement et en sécurité d’un point à un autre. Pour l’instant on en est aux antipodes 

    • zygzornifle zygzornifle 9 janvier 14:15

      @Fergus


       Edouard Philippe choppé il y a peu a 150 au lieu de 110 info entendu ce matin sur la radio BFM ....



    • Fergus Fergus 9 janvier 17:34

      Bonjour, sweach

      « quand vous avez deux fois deux voies séparé par un terre plein, sans piéton, ni feu, ni stop, là j’ai beaucoup plus de mal »

      La limitation ne concernera pas ces tronçons séparés par un terre-plein ou un rail !


    • sweach 9 janvier 17:47

      @Fergus
      Vous n’avez pas compris la proposition de loi, ni la réalité de nos limitations de vitesse.


      Actuellement je prend tout les jours un tronçons séparés par un terre-plein qui est limité à 70km/H et j’en connais qui sont limité à 50km/H

      On atteint le domaine de l’absurde.

      Pour le moment j’ai de la chance, ça fait 7 ans que j’emprunte cette route à 90Km/H et je roule comme tout les autres conducteurs, mais si une entreprise « privé » à le pouvoir de contrôler la vitesse, ils iront dans ces zone de limitation absurdement basse.

    • aimable 9 janvier 18:24

      @Fergus
      question posée a ceux qui ne respectent pas la limitation de vitesse , que fait vous de ce temps gagné en roulant plus vite  ?
      je suis sur que peu de ces conducteurs peuvent répondre honnêtement a cette question !


    • pemile pemile 9 janvier 18:34

      @aimable « que fait vous de ce temps gagné en roulant plus vite ? »

      Un vrp dira qu’il fait plus de client par jour, un livreur qu’il finit sa tournée plus vite et rentre chez lui plus tot, etc, etc, non ?


    • Pere Plexe Pere Plexe 9 janvier 18:39

      @Fergus
      ...du coup nos voisins qui roulent plus vite et tuent moins sont des gros cons ?



    • aimable 9 janvier 18:50

      @pemile
      ils sont rentrés plus tôt d’accord , mais que font ils qui soit si urgent et qui mérite de prendre de tels risques  !  smiley


    • Doume65 9 janvier 19:01

      @sweach
      « Mais quand vous avez deux fois deux voies séparé par un terre plein, sans piéton, ni feu, ni stop, là j’ai beaucoup plus de mal. »
      Je ne défends pas du tout cette loi (voir plus bas), mais en l’occurrence elle ne s’appliquera pas aux tronçons dont il est ici question.


    • Aristide Aristide 9 janvier 19:42

      @sweach

      La vitesse a son importance, il est ridicule de croire le contraire, grâce à de belle route il est parfois possible de s’éloigner de son lieu de travail, sur un trajet de 30 min vous parcourez 45Km à 90Km/H, vous en faite plus que 40 à 80Km/HÇa limitera ceux qui souhaite s’éloigner des villes pour vivre à la campagne et travailler à la ville.


      Ouahh, la vitesse d’un trajet calculé sur la seule base de la vitesse maxi !!! Comme si le moindre conducteur ne savait pas que la vitesse moyenne d’un trajet est largement plus lié aux type de trajet urbain, campagne ou mixte, de l’encombrement, des conditions météos, ... enfin tout ce qui fait que la limitation de la vitesse maximum a très peu d’impact sur la vitesse moyenne et donc de la durée d’un trajet.

      De plus, une personne raisonnable ne calcule pas en km mais en temps nécessaire, en ajoutant toujours une marge de sécurité pour éviter de transformer le trajet domicile travail en course contre la montre. 

    • exocet exocet 9 janvier 19:53

      @Fergus
      Bonsoir, à votre raisonnement je devine en vous un retraité.
      .
      Pour deux raisons :
      1) ça ne vous dérange pas de rouler lentement, c’est même la vitesse certainement à laquelle vous pouvez conduire en sécurité.
      2) vous avez tout votre temps. Ce n’est pas le cas des gens qui travaillent, et ont en plus des enfants, pour eux chaque jour est une course contre le temps, aussi, je les comprends, eux en pleine forme capables de rouler plus vite, lorsqu’ils ne veulent pas perdre de temps à rouler lentement.
      .
      D’autre part, tout un tas de comportements accidentogènes sont bien plus dangereux que rouler à 90 kilomètres-heure : ne pas mettre son clignotant, téléphoner au volant (ça apparemment Philippe 1° l’a prévu), coller au c.. de celui qui précède, rester en phares en croisant une autre voiture, couper un rond point sans ralentir, se disputer avec son épouse dans la voiture, rouler avec un gros 4X4 sans tenir sa droite...bref tout un tas de comportements sans gêne et dangereux que chacun d’entre nous a pu voir un jour sur la route....mais tous ces comportements ne sont pas radarisables....Dans son discours Edouard Philippe nous a dit que l’argent supplémentaire engrangé par les radars serait investi dans la sécurité routière. Vous y croyez, vous ?


    • Garibaldi2 10 janvier 07:57

      Il en a du temps de libre le Sylvain pour nous pondre autant d’articles !

      En 1990 il y avait :


      28 millions de véhicules en circulation en France (donc sans compter les touristes)

      et il y en avait 39 millions en 2016 !

      A comparer aux nombres de morts en 1990, soit 11000, à celui de 2016, qui est de 3500.

      Donc les Français sont de bons conducteurs, quoi qu’on en dise, et il suffit de faire quelques milliers de kilomètres par an pour se rendre compte que les chauffards sont une minorité, dont les habitudes de conduite ne seront pas modifiées par cette nouvelle restriction de la vitesse.

      Vous aurez remarqué que les conditions climatiques ne sont jamais évoquées pour expliquer la variation faible du nombre de morts, ni la longueur des ’’ponts’’ type 1er mai, ou autres, permettant plus de départs concentrés sur une courte période. De même le nombre de kilomètres parcourus n’est jamais évoqué, alors que de plus en plus de salariés sont contraints de faire en voiture des trajets de plus en plus longs pour aller au boulot, à cause de la gentrification des centres villes.

      Je vous invite à lire cet article : https://www.monde-diplomatique.fr/2016/08/GROSSETETE/56078

      qui va éclairer le problème d’un autre angle, ce qu’est bien incapable de faire notre Sylvain, spécialiste en tout, et souvent de la brosse à reluire !


    • Anatine 10 janvier 08:43

      @Garibaldi2

      Merci pour le lien.


    • sweach 10 janvier 09:35

      @Aristide

      *tout ce qui fait que la limitation de la vitesse maximum a très peu d’impact sur la vitesse moyenne et donc de la durée d’un trajet.*
      Sur un long trajet, (l’exemple que je prend) cela n’est pas vrai, vous parlez d’un trajet en proche banlieue vers le centre, moi je parle d’un trajet extra urbain.

      *De plus, une personne raisonnable ne calcule pas en km mais en temps nécessaire,* 
      Je suis totalement de votre avis, je dénonce juste qu’une limitation de vitesse plus basse rapproche la distance maximal que les gens accepte de parcourir pour aller travailler. Mécaniquement ça diminue le prix des logements qui sont éloigné des zones d’activité.

    • Fergus Fergus 10 janvier 09:39

      Bonjour, exocet

      Je suis effectivement retraité, mais j’ai toujours roulé dans le respect des limitations de vitesse depuis que j’ai mon permis. Et c’est ce qui m’a permis, en 600 000 km parcourus sur tous types de route dans différentes régions de France et de l’étranger de n’avoir été verbalisé qu’une seule fois pour excès de vitesse (je n’avais pas vu le panneau de 110 sur l’autoroute A6 près de Paris en doublant une file de camions).

      Mon statut de retraité n’est donc pas en cause !

      Cela dit, je suis évidemment d’accord avec vous sur les multiples comportements à risque que l’on peut observer. Mais cela n’ôte rien à ce constat : une vitesse moindre lors d’un accident engendre des conséquences moins graves pour les victimes !


    • Fergus Fergus 10 janvier 11:16

      Bonjour, FreeDemocracy

      Je dis « bonjour » à tous mes interlocuteurs, quelles que soit leurs opinions politiques ou sociétales. Cela relève de la courtoisie élémentaire !

      Concernant l’auteur, je lui exprime mon soutien lorsque je suis en accord avec lui (par exemple sur cette question de sécurité routière) et mon opposition lorsque je suis en désaccord avec lui (par exemple sur les lois concernant la fin de vie). Cela s’appelle le débat, et je n’ai pas d’a priori pour ou contre un auteur, je m’exprime uniquement sur ce que je lis ponctuellement.

      Bien sûr que la vitesse est avant tout un « facteur aggravant » et je n’ai jamais dit le contraire. Mais, ne vous en déplaise, elle peut également être une cause d’accident lorsqu’elle occasionne des pertes de contrôle, par exemple sur route accidentée ou sur chaussée glissante !

      Les feux rouge grillés relèvent des fautes de conduite graves qui n’ont rien à voir avec le débat sur les 80 km/h !

      Enfin, d’accord avec vous sur l’amélioration de la qualité des voitures. Mais hélas, l’amélioration de la qualité du respect des règles par les automobilistes a toujours dû passer en France par la répression. Je le regrette, mais c’est un fait : nous ne sommes pas des Scandinaves et le civisme n’est pas spontané dans notre pays !


    • velosolex velosolex 10 janvier 11:30

      @Fergus

      Les chauffards ne roulent pas à 90, mais beaucoup plus vite. Il faudrait légiférer sur le portable, les stupéfiants, les anxiolitiques, et bien sûr la vitesse, bien sûr, mais aux endroits adaptés. 80 sera encore trop pour certaines routes, alors que sur d’autres, toutes droites, larges et dégagées, c’es une connerie soporifique. 
      De plus ça ne sert à rien d’enrager sur les chiffres. Les morts ont été divisés par 5. Bons derniers il y a 30 ans, nous sommes dans une moyenne européenne. Acceptable n’est pas le mot adapté quand il s’agit de morts, mais alors peut être peut être faudrait il supprimer la voiture, si nous sommes si hypocrites. Pourquoi pas demain la limitation à 50 sur tout le secteur, et pourquoi pas à l’arrêt. 0 mort assuré.





    • velosolex velosolex 10 janvier 11:56

      @sweach
      Le ton est donné, comme l’a fait l’auteur, se moulant dans son suaire. Il est l’archange de la vérité, de la sécurité à s’attend comme les premiers chrétiens à être sifflé. 

      C’est dire que si vous n’êtes pas d’accord, on vous affuble de cette image du beauf...La question que pose ce genre de débat est qu’il est donc confisqué par une vertu surjoué, propre à vous culpabiliser et pourquoi pas à vous mettre en colère. 
      On vous écoutera patiemment, d’un air compréhensif, comme un alcoolique qui prétend qu’il tient l’alcool, et qu’il peut rouler pied au plancher.
      Quel que soit les arguments que vous donnerez pour vous opposez à cette connerie, vous serez disqualifié. La seule chose que je peux dire, en dehors de ce que je dis plus bas, c’est qu’elle est totalitaire, sans nuances, et à ce titre totalement stupide. 
      Dans ce débat sans débat, personne ne dit la réalité des chiffres, mais les arrange. Si le nombre de morts a augmenté, statistiquement, c’est négligeable. Nous sommes dans la bonne moyenne européenne, pour une pays champion d’Europe des routes de campagne....Qui parlera du danger des camions roulant à tombeaux ouverts, et qu’on laisse sans légiférer ni taxer, une fois démontés les portiques. ?

    • velosolex velosolex 10 janvier 12:11

      @Fergus
      La limitation à 80 uniforme sera une mauvaise réponse à une vrai problème. Quelque peu dramatisée au vu de la division du nombre de morts pas 5 en 30 ans tout de même. Cette expérience expérimentale non publiée est tout de même intéressante dans ce qu’elle nous dit. On ne publie pas les chiffres qui peuvent être dérangeant, alors qu’on les proclame dans le cas contraire. Voilà la vérité d’état dite avant tout débat. On décide au nom d’un lobby et ensuite on trouve les justifications. Des techniques totalitaires, tentant de convaincre le bon peuple par de la manipulation. 


      Je me souviens tout de même de cette tentative de mettre un éthylotest obligatoire dans chaque voiture, au nom de la sécurité, tout en ayant donné le marché à un copain....
      Le serpent de mer de l’ethylotest
      ..Ai je des mauvaises pensées tout de même....Tiens je n’ai pas entendu parler des portiques retirés, qui devaient limiter le fret des camions, et limiter ces mastodontes, coupables de bien des accidents graves, très graves même. 
      Sans parler de la politique qui pousse les trains à se changer en autobus....Ah oui, et ces autoroutes dont le prix augmentent de façon insensé, alors que leur gratuité serait un gage de sécurité.....C’est vrai qu’ils nous appartiennent plus alors qu’on les avait payé...Au moins cette limitation aura l’effet de pousser les derniers récalcitrants vers les péages. Vinci sera content. 

    • vesjem vesjem 10 janvier 19:36

      @Fergus
      dans ma ville moyenne de 70000 habitants, les neuneus ps au pouvoir ont décrété qu’il fallait insécuriser les rues pour faire peur aux autos, avec des couloirs de bus spécifiques et des autos qui restent derrière tout le temps et des rues toutes tordues pour elles ;
      résultats , en 2 mois 4 accidents corporels et matériels très graves (blessés très gravement atteints)
      tout comme il y a des intégristes musulmans, ou écolos, on a affaires à des intégristes de l’insécurité autos en ville ; sans même penser que dans les autos, ils y a des gens qui peuvent être pressés ou distraits, ou fatigués
      Notons que cette insécurité auto a été fomentée officiellement par les instances politique il y a une vingtaine d’années


    • Garibaldi2 11 janvier 02:50

      @Zip_N

      Je pense que vous avez une certaine difficulté à comprendre ce que j’ai écrit !

      Donc, je reprends : le nombre de morts entre 1990 et 2016 a baissé de façon très importante alors qu’il aurait du suivre la courbe croissante du nombre de véhicules en circulation (et vous, vous suivre ?), donc les conducteurs sont plus prudents et maîtrisent mieux la route. La qualité des véhicules en 2016, bien que meilleure que celle des véhicules en 1990, ne peut pas expliquer TOUTE la baisse du nombre de morts.

      Pour le reste de votre post, j’avoue que je me perds en conjectures !!!!!!!!!


    • Stellar7 9 janvier 11:54

      Quelle bonne idée de faire rouler les voitures à la même vitesse que les camions... !

      Plus de léger différentiel 80 vs 90 km/h permettant de ne pas rester entre deux poids lourds, avec risque beaucoup plus élevé de se faire doubler par ces mêmes mastodontes...

      L’expérimentation 80mk/h pendant 2 ans sur quelques RN a été un fiasco, malgré les aménagements de la voirie qui ont été fait en même temps et auraient pu/du améliorer la situation.

      Après plus de 15 ans de mesure uniquement axées sur la répression et les amendes, nous allons franchir aujourd’hui un nouveau cap : Pour gagner encore plus de sous avec les radars privés, on met en place des mesures accidentogènes.

      Vous allez en avoir des « cartons » supplémentaires à cause de cette mesure absurde. Ce gouvernement m’écœure... smiley


      • Saint Rata de l'himalaya Ratatouille 9 janvier 12:58

        @Stellar7 ....et plus si affinité

        • " Plus de léger différentiel 80 vs 90 km/h permettant de ne pas rester entre deux poids lourds, avec risque beaucoup plus élevé de se faire doubler par ces mêmes mastodontes..."

        .
        .Et oui,certain ne supportent pas celui qui respecte les distances de sécurité et l’espace devant vous est le leurs,l’on vous pousserai bien dans les décors j’en ai vu un qui est resté à 3m derrière moi avec 2 lampes stroboscopiques encastrées, allumés sur 5 km,m’obligant à me garer pour le laisser passer,un à fait plusieurs manœuvre de dépassement dangereuse et à réussi à gagner les trente mètres devant moi ,pour rien ,nous roulions en convoi,je fait 3000 km part an,et c’est ce comportement stressant que je rencontre le plus souvent.
        Les automobilistes ne supportent pas que tu respect les distances de sécurité,et aussi si tu roule en dessous de la vitesse autorisé .à 85 km/h l’on te colle au cul et t’ ’empêche tout freinage d’urgence dans un virage par exemple.Sinon pour le reste je trouve que ça va surtout si vous roulez en infraction avec les autres à 95,100 sur les grandes lignes droites bien dégagées .

        Un conseil ,n’aillez jamais d’accident dans les zones franche ,de toute façon vous êtes en tord et je vous plein,c’est pas facile de remplir un constat qui ne sera pas à l’amiable avec les yeux au bord noir,si tant est que vos agresseurs sachent ce que sait qu’un constat à l’amiable et vous serré bien obliger de le signer avec 5 types menaçant autour de vous.
        bonne route.


      • Saint Rata de l'himalaya Ratatouille 9 janvier 12:03

        ces morts et blessés sont ’ils comptés
        https://www.youtube.com/watch?v=pG8d-WysqA0


        • Choucas Choucas 9 janvier 12:26

           
           
          le colon aime son maître qui l’a adopté.
           
           
          Privatiser les radars et encaisser
           

          PAS TOUCHE AUX SHITEUX BOBO ET LEURS DEALERS COLONS !
           


          • sweach 9 janvier 13:13

            *la courbe de la mortalité s’est infléchie ... à .. la fin de l’année 2012 et ... la tendance est à la hausse durable depuis quatre années, ce qui est tout à fait inédit depuis 1972* 

            Personne ne se demande POURQUOI ?

            Il n’y a pratiquement plus rien à gagner avec l’effet radar et la peur du gendarme, globalement les gens respectent les limitations, augmenter la répression sur ce point n’a pas de sens autre que faire de l’impôt masqué.

            Réduire la vitesse de 90 à 80, ça n’aura aucun impact, la vitesse n’est pas le seul facteur, on est en plein lobbying des autoroutes, certaine étude pense même que le passage augmentera le nombre de mort le temps de s’adapter.

            Pour moi nous arrivons a un stade ou la répression devient délétère, car le nombre de gens qui roulent sans permis explosion, idem pour ceux qui roule avec des fausses plaques, augmenter la répression finira par tous nous rendre « illégal »

            Mais le plus gros facteur qui explique l’augmentation du nombre de mort c’est « Entretien du réseau routier », dont les budgets sont en chute libre depuis 2007, (j’ai un peu de mal à trouver des chiffres mais j’ai vu -30% entre 2007 et 2014 pour un département sur le net.)

            C’est principalement les communes et les Départements qui n’ont tout simplement pas les moyens d’entretenir les routes, on leur supprime la taxe professionnel puis les dotations, le premier poste de dépense qui subis de plein fouet cette coupe budgétaire c’est l’entretien des routes.

            • velosolex velosolex 10 janvier 11:44

              @sweach
              Effectivement, vous avez raison. J’ajouterai quand est totalement maintenant dans la bonne moyenne européenne, et que vu l’état important de petites routes en france, c’est plutot une bonne performance. 

              on surjoue totalement la colère dans cette polémique, pour créer un effet de sidération, nous culpabilisant si jamais vous tentez de réfléchir, et de vous culpabiliser si vous donnez le bémol..
              « .Quoi ! vous êtes opposé à une amélioration de la sécurité »...Vieil adage pour les décérébrés..... La voiture restera dangereuse, et on peut continuer à faire des morts....Mais l’évolution a été manifeste : Division par cinq du nombre de morts en trente ans, alors que le nombre de voitures a été multiplié par trois, et que le nombre de semi remorques hantant les routes à lui vu une croissance extraordinaire. 
              Qui parle de cela. On a abandonné le fret pour laisser ces mastodontes faire leur loi sur le traffic routier. On a abandonné les portiques, éléments de sécurité entre autres, puisque leur présence devait limiter le fret. Chacun ici , pour l’avoir vécu, sait le danger qu’ils représentent pourtant ...Dans le discours politique, ils ont disparu....
              On devrait porter plainte contre l’état, demander des explications !...Je ne parle pas des mécanismes qui devraient être mis en route pour empêcher les portables, une poule aux oeufs d’or qu’il ne faut pas déranger. 

            • sweach 11 janvier 12:44

              @velosolex
              *« .Quoi ! vous êtes opposé à une amélioration de la sécurité »*

              En fait cet argument ne tient tout simplement pas, car après divers test et observation à l’étrangé, une diminution des limitations de vitesse n’engendre pas une diminution du nombre de mort, au contraire même car le changement engendre une augmentation le temps de s’adapter.

              Ce qui est efficace c’est le changement de comportement, qu’on a observé entre avant et après l’usage des radars par exemple.
              Là le risque c’est d’augmenter les changements de comportement mais dans le mauvais sens, avec plus de gens qui assument d’être en infraction, moi même je roule en excès de vitesse sur des routes qui ne devraient pas avoir une limitation aussi faible, alors que je ne suis en aucun cas un fou du volant, une répression trop agressive ne me pousserait pas à lever le pied mais à trouver des solutions (autocolant anti-flash, détecteur de radar, ...)

              *Chacun ici , pour l’avoir vécu, sait le danger qu’ils représentent pourtant*
              Même si les chiffres ne le montrent pas, je suis de votre avis, je trouve extrêmement dangereux les poids lourd sur nos routes et rouler à une vitesse équivalente voir inférieur à eux m’effraie un peu.

              Car nos compteurs de voiture moderne sont 5 Km/H en dessous du réel, ce n’est pas le cas des camions.

            • Cateaufoncel 9 janvier 13:45

              De toute façon, du moment que la mesure se traduit par des mécontents supplémentaires, elle est bonne à prendre.


              • berry 9 janvier 18:10

                @Cateaufoncel
                Excellent !
                Vivement qu’on mette une limitation générale à 30 à l’heure, pour en finir avec cette insécurité routière !


              • Le421 Le421 10 janvier 09:07

                @berry
                30 ? Non. 25.
                Pourquoi ?
                Les crash-tests sont effectués à 50 Km/H.
                Or, c’est la vitesse de contact de deux véhicules à 25 face à face !!
                Tant qu’à être complètement con.
                Et j’espère que les ambulances et les flics respecteront toutes ces limitations.
                On n’est plus à trois minutes près dans les hôpitaux, actuellement !!
                Hein ?
                Je vous le dis. Complètement cons.


              • Aristide Aristide 10 janvier 11:35

                @Le421

                Insoumis débile plus proche des thèses FN tout ce qui limite sa liberté pour le bénéfice de tous. 

                Rouler bourré et à grande vitesse, une caricature de vieux bidasse ...

              • jymb 9 janvier 14:04

                Et bien on en a trouvé un, un gogo qui avale sans broncher toute la propagande étatique, et celle des pseudo experts et des réunions où sont présents toujours les mêmes personnes qui peuvent étaler leur radicalité militante sans contradiction et répéter en boucle leurs mantras en refusant toute remise en interrogation de leurs dogmes

                Exit les pétitons qui ont atteint un niveau historiquement élevées. On ne parlera même pas de consulter la plèbe qu’il vaut mieux écraser de suffisance et de propos hypocrito-paternalistes

                Soyons tout clair, ce gouvernement qui devait être « novateur » recycle encore et encore l’autophobie rance, n’a pas le courage de remettre à plat la monomanie des prédécesseurs.

                Là on va encore au delà en rajoutant un sur-risque de somnolence, cette nouvelle obligation de lenteur étant intenable sur une route un peu large et droite, c’est régulateur obligé...et les fatidiques minutes en plus qui tuent, le conducteur endormi ou la famille dans la voiture en face 

                Seule petite consolation, les benêts qui ont voté à 4 reprises pour cette clique doivent se sentir un peu mal...l’histoire a démontré que voter les pleins pouvoirs se terminait toujours en catastrophe. Incorrigibles.... 



                • Le421 Le421 10 janvier 09:09

                  @jymb
                  Exactement.


                • vesjem vesjem 10 janvier 20:04

                  @Le421
                  t’aurais pas fait « barrage » par front ripoublicains neuneu , toi, par hasard


                • zygzornifle zygzornifle 9 janvier 14:14

                  20 000 morts par an dans les accidents domestique , on s’en tamponne car on ne peut pas piquer de pognon au familles ....


                  Par contre notre 1er ministre c’est fait chopper il y a très peu a 150 kmh au lieu de 110 (entendu ce matin sur la radio BFM ) et ça vient nous donner des leçon ? pour cela qu’il prend l’avion a 350 000€ .....

                  • vesjem vesjem 10 janvier 20:07

                    @zygzornifle
                    10000 suicides/an réussis, peut-être 100000 tentatives ; çà cause, çà !
                    j’en prédits d’autres avec ces mesures débiles qui rendent les gens dépressifs


                  • Odin Odin 9 janvier 14:23

                    E.P. « et je veux sauver des vies »

                    Comme sa ministre de la santé avec les 11 vaccins

                    Qui se ressemble s’assemble.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès