• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Terrain glissant

Terrain glissant

Tourner sa langue sept fois dans sa bouche.

« L'eau est capable de laver beaucoup de choses sauf une mauvaise langue ! » nous avertit ce proverbe qui semble se méfier de ceux qui ne la tournent pas sept fois dans leur bouche avant de dire une ânerie. Je crois désormais que le terrain est si glissant que toute précaution oratoire est inutile. Quoique vous disiez, quoique vous pensiez, vous allez non seulement déplaire à quelques-uns mais qui plus est, choquer une grande partie des autres, blesser certains et même scandaliser les plus sensibles.

Mais le plus extraordinaire dans la plus grande part des cas, c'est que ceux qui vont réagir d'une manière ou d'une autre n'ont pas pris la peine de vous lire ou de vous écouter. Le temps est venu de la communication réduite au strict minimum. L'auditeur ou le lecteur, trop pressé de retourner à son smartphone prendra un mot, choisira une expression, une formule ou le plus souvent se satisfera d'une image qu'il va habilement monter en épingle pour faire passer une caravane de chameaux dans son chas.

Est-ce parce que le contexte est devenu une notion trop complexe pour les imbéciles qu'ils s'en passent aisément pour fonder leur opinion sur un élément extrait au hasard ? Il y a de fortes chances que la longueur d'un raisonnement rebute ces gens habitués à la simplification extrême des spots publicitaires et des slogans de campagne. La pensée doit suivre le rythme effréné de l’immédiateté. Il convient d'émettre ce qui passe pour une opinion et qui n'est en fait qu'une impression fugace dans l'instant sans prendre ni le temps de la lecture et encore moins celui de la réflexion.

Les sondages d'opinion car c'est ainsi qu'on nomme cette mascarade ont généralisé cette manière de tendre la perche au béotien pour le transformer dans l'instant en expert. On a pu mesurer ce que deviennent ces analystes de l'instant quand une crise se présente et qu'ils continuent de donner leur avis sans même se renseigner et étudier sérieusement toutes les composantes du problème.

Il n'est plus question de développer des arguments. L'ère du tout numérique est à ce titre le paradigme du cliché qui sort sans recul ni mise au point. La banalité se dispute à la vulgarité, l'outrance fait bon ménage avec l'ignominie. La méchanceté est de rigueur, la facilité la règle absolue et pour rester dans la comparaison, la parole se mue en selfie dans lequel l'égo du discoureur occupe le premier plan.

Le terrain est si glissant qu'il n'est pas surprenant que ceux qui tiennent le haut du pavé médiatique sont les plus adroits dans l'art de ne rien dire avec une mauvaise foi sidérante de nature à rassurer les gogos. Les thèses les moins solides, les solutions les plus abjectes se nourrissent de cette forme de déliquescence du raisonnement. Les politiciens sont devenus des têtes de gondole qui présentent bien, font étalage de leur habilité sans jamais élaborer une vision cohérente et un projet conséquent.,

Nous sommes dans l'ère de l'inconséquence, de la vacuité des idées, de l'absence de prospective, du tout tout de suite et maintenant. Tandis que dans le même temps, des idées contradictoires s'affrontent et se divisent, s'opposent et se déchirent sans que nul ne songe à faire débat pour éventuellement trouver un terrain d'entente, un modus vivendi.

La pensée totalement fragmentaire, se focalisant sur une particule élémentaire d'un discours qui de toute manière n'étant jamais ni construit ni abouti, ne peut faire place à un autre point de vue. L'époque fragmente, atomise la société par l'incapacité de chacun des membres de cette masse humaine à ne parler qu'au terme d'une longue réflexion. Puisqu'il faut réagir de suite, autant que ce soit en disant n'importe quoi et de préférence en suivant les thèses les plus détestables. Le terrain est plus que glissant, il nous promet le naufrage collectif.

Complexement vôtre.

Documents joints à cet article

Terrain glissant

Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • CHESNOT Anne 19 mars 22:04

    Merci bien pour cet article dont je partage le fond.

    Je contribue à ma mesure avec Gilles Roullet à essayer de vous faire mentir !

    Nous avons consacré plusieurs années à construire une grille de lecture sur le monde actuel en démontrant comment nous pourrions construire un monde plus juste et plus apaisé. 

    Nous avons veillé à ce que notre discours soit le plus accessible possible tout en prenant en compte la complexité du monde et des humains.

    Cordialement vôtre.


    • C'est Nabum C’est Nabum 20 mars 09:24

      @CHESNOT Anne

      Je vous en félicite

      Merci


    • Aristide Aristide 20 mars 11:00

      Nous nous sommes croisés à de multiples reprises, seulement sur vos textes car vous ne participez pratiquement jamais aux discussions sur d’autres textes que les vôtres. Mais bon, c’est un choix ...

      Souvent, vous ne manquez de désigner quelques menus défauts de vos contemporains, c’est la loi du genre. Et c’est vrai que nous souffrons tous d’une incontestable imperfection, caractère assez commun d’ailleurs. J’en fait partie et pas un des plus démuni en défauts de toutes natures ...Ce qui m’étonne toujours dans ce genre de prose sur l’époque et les « gens », c’est cette propension à se mettre en position d’observateur externe.je reconnais que la situation est assez confortable. Mais là aussi, c’est un choix ...

      Pour en venir donc à votre texte, je ne peux que vous suivre quand vous mettez en avant la vision assez fragmentée que l’on peut avoir d’un text. A mon sens, la raison en est plus souvent l’inattention que la volonté de dénigrement. Enfin, je suis toujours optimiste sur la nature humaine.

      Il me semble que vous concluez donc assez rapidement sur cette manie qui bien qu’elle existe, est à mon sens l’apanage d’une minorité visible qui cache une grande majorité de personnes de bon sens. 


      • C'est Nabum C’est Nabum 20 mars 13:53

        @Aristide

        Ce n’est pas un choix
        Je passe mes journées en écriture,en montages en enregistrements

        Le temps me manque dans pareil cas

        J’en suis désolé

        Je force le trait sans doute, il est vrai que de mon écritoire, le monde réel parfois m’échappe alors que le plus souvent je vogue dans l’imaginaire


      • Aristide Aristide 21 mars 09:12

        @C’est Nabum

        J’en suis désolé

        Vous n’avez pas puisque vous utilisez agoravox comme simple moyen de publier vos textes.

        Je force le trait sans doute, il est vrai que de mon écritoire, le monde réel parfois m’échappe alors que le plus souvent je vogue dans l’imaginaire

        Pour tout vous dire, il ne s’agissait pas seulement de vous. Il existe une mode misanthropique assez désastreuse qui m’excéde . S’il n’y avait que vos textes pour l’illustrer ce ne serait pas trop grave.


      • C'est Nabum C’est Nabum 21 mars 09:21

        @Aristide

        Vous pouvez me juger, la condamnation est déjà rédigée


      • juluch juluch 20 mars 12:29

        La lecture en diagonale, c’est se qui fait le plus.....mais tout dépend du texte à lire.

        Apres le commentaire à chaud sur une lecture « rapide » fait dire parfois des couillonnades.

        ca m’est arrivé souvent....et je me suis fait reprendre.

        Maintenant je relis se que j’ai loupé et du coup me relis aussi.

        il y a des livres que l’on veut lire et que finalement sont pénibles et on se surprend à les parcourir « rapidement ».

        je citerai le grand Charles et ses mémoires par exemple dont je n’arrive pas à voir le bout et pourtant c’est bien détaillées sur plein de choses que nous ignorons sur son combat.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité