• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Un président qui réussit, c’est possible

Un président qui réussit, c’est possible

Il s’appelle Marcelo Rebelo de Sousa, c’est le président du Portugal, et à l’inverse du nôtre, sa cote est toujours au plus haut, et elle progresse... comment fait-il ?

Sa popularité est telle que ses concitoyens l’appellent affectueusement juste par son prénom... c’est dire !

Comment a-t-il fait pour mériter ce succès ?

Pour tenter de le comprendre, un petit retour en arrière est nécessaire.

Il a fallu d’abord la gauche se réunisse avec l’alliance du « bloc de gauche », lequel avait obtenu 10,2 % des voix lors des législatives, avec le parti communiste (8,3 % des voix), faisant alliance sur l’opposition aux politiques d’austérité et au néolibéralisme. lien

Car si, finalement, Marcelo Rebelo est un social-démocrate, alors que son premier ministre, est socialiste, c’est d’abord la volonté de s’opposer au choix de l’Europe qui les a réuni, dans une coalition qui regroupe le bloc de gauche, la coalition démocratique unitaire, le parti social-démocrate et le parti socialiste. lien

Auparavant, le PS s’associait avec le centre, mais cette fois, en refusant l’austérité, il s’est allié avec les forces de gauche, écologistes y compris. lien

Au-delà de ça, l’insolente réussite du Portugal a pris de court l’Union Européenne, prenant le contrepied du choix de celle-ci, tournant délibérément le dos au dogme de l’austérité, cher à Merkel, Macron, (et de quelques autres), et la réussite est au rendez-vous.

Le Portugal se dirige tranquillement vers le plein emploi, tout en augmentant le salaire minimum, en taxant les gros chiffres d’affaire, et en revalorisant les retraites.

En effet, le taux de chômage est en baisse régulière depuis la fin 2015, (même si celui des jeunes reste préoccupant) alors que le Portugal a en même temps crée une taxe pour toutes les entreprises ayant un chiffre d’affaire supérieur à 35 millions d’euros.

Ce taux de chômage est passé en 3 ans de 17,5 % à 6,3 % aujourd’hui.

Pourtant les médias font silence sur ce succès, alors qu’à l’évidence, le gouvernement portugais a stimulé la consommation, permettant ainsi de remplir les carnets de commande des entreprises...lien

On est bien loin des choix de Macron, qui tout en faisant des cadeaux royaux aux plus riches, continue d’appauvrir les travailleurs, sans de réels effets sur le taux de chômage.

On peut s’interroger sur la logique de Richard Ferrand, qui, en octobre dernier, incitait les français à « faire des efforts », alors que lui, avec près de 15 000 euros par mois, n’avait pourtant aucun impôt à payer. lien

En attendant, l’affaire Benalla est passée au second plan, et le gouvernement fait tout pour détourner l’attention du bon peuple, montant en épingle l’affaire Finkielkraut.

Tout semble être fait pour discréditer les GJ, alors que, récemment, un sexagénaire a été pris la main dans le sac, en taguant « Juif » sur des voitures de son quartier... il voulait se faire passer pour victime d’antisémitisme, juste pour changer d’HLM. lien

Mais pour la plupart des médias, tous ces actes antisémites, sont mis, depuis décembre dernier, sur le dos des Gilets Jaunes. lien

Pourtant, quelques éléments nouveaux viennent d’apparaitre dans l’affaire Benalla, et on en sait plus sur la disparition du coffre-fort de l’intéressé, lequel aurait été déménagé par un certain Chokri Wadrim, lequel était sous les ordres de Marie-Elodie Poitout, celle qui vient tout juste de démissionner alors qu’elle était la cheffe de la sécurité du premier ministre. lien

Mais revenons au Portugal et à l’insolent succès de son gouvernement.

Comme le déclarait le 18 février Anthony Bellanger, sur l’antenne de France Inter : « avec 71 % d’opinions favorables, Marcelo Rebelo de Sousa est incontestablement une exception à lui tout seul dans l’univers impitoyable des politiques du monde entier ».

Depuis qu’il a été élu, il y a 3 ans, avec 52 % des suffrages, il atteint des sommets de popularité, avec un score de 89,5 % à l’été 2018...

De quoi faire des jaloux...

Le succès social de la politique menée en est vraisemblablement la raison, mais ce n’est pas tout, car le fait qu’il sillonne les routes de son pays à la rencontre de ses concitoyens est aussi une donnée à ne pas écarter.

Il ne fait pas, comme un certain président français, acte de s’inviter sur une scène pour « distribuer sa bonne parole », car Marcelo, comme l’appellent ses concitoyens, fait ces déplacements pour les écouter...et non pour les inciter à traverser la rue pour trouver du travail.

La semaine, il fait ses voyages en voiture officielle, mais le week-end, il continue avec sa propre voiture.

Lors de ses déplacements, il multiplie des milliers de selfies avec son peuple.

Pour mémoire, lors de sa campagne électorale, il avait dépensé moins de 170 000 euros, bien loin des  17 millions d’euros du candidat d’en marche, en 2017...cent fois moins donc. lien

Des exemples dont l’Union Européenne pourrait s’inspirer.

Pour être plus complet, il faudrait aussi citer José Mujica, ce président uruguayen, qui reversait 90% de son salaire mensuel de 9300 € aux plus pauvres de son pays, et qui circulait dans une vieille coccinelle. lien

Dans la foulée, on pourrait aussi évoquer la république exemplaire suédoise, république dont les membres du gouvernement n’ont que très peu de privilèges...ils mangent à la cantine, et rapportent leur plateau repas, ils n’ont ni appartement, ni voiture de fonction, et leurs frais sont remboursés uniquement par production de justificatif. lien

Nous voilà bien loin des fastes élyséens, quand ministres et présidents s’offrent, à nos frais, des jets privés pour se déplacer. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « celui qui désire la pluie doit aussi accepter la boue ». 

Le dessin illustrant l’article vient de youtube

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Macron, le marchand de sable

la vie en jaune

Benalla à la benne ?

Le loup déguisé en mouton

Macron a peur

De l’humour insolent à l’humour involontaire

2019, l’année des bonnes révolutions

Macron et son bilan 2018

Une autre présidence est possible

Une république par défaut

Macron, un an déjà

Soldes, tout doit disparaitre

Du Macron au Micron

Macron vous fait bien marcher !

Méritons-nous un tel mépris ?

Un Macron très sucré

Un hold-up électoral

Macron tend un piège

En marche arrière toute !

Le peuple ou les élites

Ils font leur nid dans le ni-ni

Lever le mystère Macron


Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

92 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 19 février 11:47

    Bonjour Olivier, certains pays s’en sortent mieux et sont le plus autonome par rapport à l’Union européenne. C’est aussi le cas de la Hongrie. L’Europe devrait se limiter à la défense (l’affaiblissement de l’Europe est un risque par rapport à l’ensemble du monde qui n’attend que de pouvoir mettre l’Europe à genoux : E.U., Chine, Russie,...). Mais les pays devraient rester autonome sur les autres plans : climat, bio-diversité écologique, et le sociétal. C’est aux dirigeants de préserver leur pays. Une personne forte est plus solide qu’un groupe uniformisé et par conséquent affaibli.


    • Fergus Fergus 19 février 12:44

      Bonjour, Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Le cas du Portugal bien illustré par Olivier Cabanel  montre que, malgré les défauts de l’UE et le carcan dans lequel elle enferme les pays membres, il est possible de mener une autre politique que celle de Macron ou de ceux qui sont inféodés à la doxa néolibérale !


    • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 13:14

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      oui, tu as raison, mais finalement, la question que le Portugal pose à l’europe, c’est : avez vous choisi la bonne stratégie ? apparemment, celle du portugal est plus efficace, non ?


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 février 17:37

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Rebelo ou Mujica sont des présidents qui président ou ont présidé un peu en amateurs, sans s’astreindre a de grandes grandes philosophies politique et sans ambitions démesurés. Le bonheur....

      Ceux qui disent vouloir changer le monde ne veulent vraiment que faire un peu de fric, passer à l’Histoire et ne pas trop se les casser.... mais les sornettes qu’ils racontent et les engagements qu’ils ont dû prendre en font au pire des menaces et au mieux des emmerdeurs. Et comme ils ne disent jamais un mot de vrai et que les médias en rajoutent, on vit plus tranquille quand on fait tout pour ne pas penser à eux.

      PJCA


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 février 17:40

      @Pierre JC Allard

      Désolé pour les coquilles. Je suis en mode décontracté... 

      PJCA


    • Odin Odin 19 février 20:08

      @Fergus

      Bonsoir,

       « il est possible de mener une autre politique » 

      Vous rêvez comme d’habitude.

      La ligne est GOPÉ, GOPÉ, GOPÉ. et rien d’autre.

      Arrêtez de vous fourvoyer, l’UE est une dictature et la seule solution pour en sortir est de la quitter. Les portugais peuvent avoir quelques bons résultats, regardez d’où ils viennent. Sans cette petite évolution, ils seraient au niveau de la Grèce.


    • olivier cabanel olivier cabanel 21 février 13:53

      @Pierre JC Allard
      bonjour
      il n’y a pour l’instant que deux routes proposées : la première, celle de l’europe, basée sur l’hypothèse optimiste du ruissellement, à savoir : les cadeaux aux riches vont les inciter à « promouvoir »les pauvres... 
      ou, l’autre hypothèse, partager plus équitablement le gateau de la richesse d’un pays. ça devrait commencer par fixer un « salaire maximum » (quoi de plus logique puisqu’il existe un « salaire minimum »)... en limitant le salaire maximum, on fait fatalement augmenter le salaire minimum, et pour le coup, le gateau, le PIB, d’un pays est redistribué plus équitablement. la croissance est relancée, les carnets de commande se remplissent, et finalement tout le monde devrait y trouver son compte... bon, désolé pour la caricature, mais ça permet de poser peut-être le problème... smiley


    • troletbuse troletbuse 19 février 12:11

      En France, on peut appeler le président par son prénom Hé Manu elle. Mais c’est réservé aux tarlouzes


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 19 février 12:18

        @troletbuse

        DECROISSANTE, je suis opposée au mariage homo, la PMA et la GPA, mais je ne traiterai jamais un homosexuel de tarlouze.


      • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 13:16

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
        bien répondu. <3


      • troletbuse troletbuse 19 février 14:02

        @meluzizine
        Pouvez vous m’inqiquez Votre définition de « décroissante ». Je pense que ca n’a aucun rapport avec un pâtissier.
        Quant à Cabanel <3, ca veut dire inférieur à 3, donc ca ne veut rien dire.

        Delanoë, Philippot, non car ils ne l’ont jamais caché mais un président, si.
        Un président doit être au dessus de tout soupçon qui pourrait entraîner un chantage de la part de services secrets ou autres organisations qui, eux, connaissent tout.
        Regardez la grosse baderne d’Hollandouille : sitôt président, le bouton nucléaire entre les mains, n’a-t-il pas demandé à ses conseillers, si il pouvait s’adonner à son dada, le scooter. Mais avec Closer, on a appris que finalement que son dada, c’était une chèvre, Gayet. Bien que son intérêt pour le cinéma avant, aurait pu nous mettre la puce à l’oreille. Sa marotte s’est arrêtée immédiatement. Il est vrai qu’arrêter un pédalo, c’est plus facile qu’une vedette. Et on a bien vu, qu’ayant menti à SES femmes, il mentait tout autant aux Français : la FINANCE, c’est mon ennemie.
        Quand à Micron qui, à la coupe du monde de foot, essaie de se prémunir contre les avances de la présidente Croate, une belle femme, il n’a pas eu cette retenue avec les joueurs de foot en les étreignant à leur couper le souffle. Il fait la bise à Trump, lui caresse la cuisse le 11 novembre. La photo aux Antilles est le summum, Je me demande bien qu’est-ce qu’il veut dire avec sa main fermée en guise d’étui.
        De plus, il nous dit que Ben Allah n’est pas son amant alors que personne ne lui a rien demandé. Bizarre.
        Mais où est le temps où Giscard percutait un camion de laitier à 5 heures du matin, où Mitterand se tapait un tas de gonzesses comme Chirac avec sa vieille qui n’était pas contente. C’était pas de tarlouzes, eux.
        Micron ment à tous les Français. C’est un nullard obscène.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 19 février 14:11

        @troletbuse

        Je suis une DECROISSANTE sans pour autant être « intégriste », mais la vie m’a appris une chose : pour avoir le minimum, mieux vaut d’emblée taper fort. Cela ne m’empêche pas de rouler en voiture, d’utiliser internénette (réponse de Méluzizine). Mais j’adore la fameuse chronique du Professeur Foldingue. 


      • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 21:52

        @troletbuse
        tout ça est plus que probable.


      • troletbuse troletbuse 20 février 11:52

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
        Vous roulez en voiture ? Oh. Et votre petit vélo ? Ah oui, c’est pour pédaler dans la choucroute ? Attention : pédaler n’est pas utilisé dans le sens présidentiel mais dans l’action de pédaler au sens propre.


      • Julien S 21 février 18:10

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
        .
        Je suis opposée au mariage homo, la PMA et la GPA
        .
        Vous ressemblez donc fort à un membre de la Manif pour tous, et selon madame Schiappa vous présentez donc des convergences avec le terrorisme islamique. 


      • michalac michalac 19 février 12:15

        Qu’est-ce que Benalla et finkielkraut viennent faire soudainement dans les affaires du Portugal ?

        Bref, revenons au sujet qui nous intéresse...

        Le mirage économique du Portugal s’est effectivement produit envers et contre la volonté de la Commission européenne. A grand risque ! Car si les choses avait tourné pour le Portugal comme elles ont tourné pour l’Espagne lorsqu’elle pratiquait une politique de relance par

        les grands travaux dans les années 90, ce petit pays serait aujourd’hui dans une situation bien plus grave. Mais ça a marché et il faut savoir s’en réjouir. N’oublions pas cependant qu’une politique de relance est une tentative et que ses résultats ne sont, par conséquent, pas garantis...

        Aussi nous faut-il avoir la sagesse de ne voir dans la renaissance portugaise qu’un phénomène conjoncturelle. Structurellement, le Portugal reste le même... En quelques mots, ne nous emballons pas...

        Pour que le développement Portugais devienne pérenne, il lui faut inscrire dans la durée la baisse du chomage, spectaculaire, l’augmentation des minimas sociaux et la réduction des disparités de revenu...

        Rappelons que le Portugal n’est ni la France, ni l’Espagne et qu’il surgit d’une période de stagnation qui autorisent la croissance et les améliorations sociales. Jusqu’à il y a trois ans, le pays connaissait les plus fortes inégalités de revenu d’Europe, un rapport de 1 à 15 entre le premier et le neuvième décile !

        Enfin, il convient de considérer la croissance en volume plus que celle nominale pour en connaître la réalité. Sur quoi le Portugal a-t-il réellement fondé sa croissance ? Si c’est sur les prix et les salaires, l’Euro est, pour ce faire, un allié solide mais qui connaît cependant ses limites... Et la dette, à 120 % du Pib en 2018, est là qui guette...

        Attention aux mirages...

        Ne jamais perdre de vue que l’on ne change pas structurellement une économie en 5 ans...


        • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 13:21

          @michalac
          bah, pourquoi s’interdire des sujets, c’est vrai annexes, puisqu’il s’agit de tenter de comprendre la logique de notre pays, et celle des autres.
          c’est entendu, le contexte portugais est éloigné du notre, mais finalement, prouver que l’austérité est une impasse, c’est quand même pas rien ! non ?


        • leypanou 19 février 12:26

          C’est bien tout çà et bravo mais le Portugal fait aussi partie -avec la Hongrie, pour les Orbanophiles des gouvernements européens qui ont reconnu le président fantoche auto-proclamé Juan Guaido pour le Vénézuela (détails ici par exemple).


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 13:21

            @leypanou
            personne n’est parfait, mais l’information mériterait d’être recoupée, voire validée... non ?


          • Lugsama Lugsama 19 février 13:32

            @leypanou

            Le Portugal ne soutiens pas un dictateur, incroyable nouvelle..


          • leypanou 19 février 14:22

            @Lugsama
            ce n’est pas parce que tous les perroquets répètent d’une seule voix que Maduro est un dictateur qu’il l’est.
            Continuez ainsi, les maîtres donnent toujours un petit susucre à leurs toutous.


          • leypanou 19 février 14:34

            @olivier cabanel
            peut-être que cette source vous semble plus digne de confiance.
            Mais je maintiens que ce qu’a fait le Portugal est à saluer : à défaut de grive etc etc


          • Pere Plexe Pere Plexe 19 février 19:47

            @leypanou
            Là bas des socialistes proclamés appliquent une politique le plus sociale possible.
            C’est déjà assez incroyable vu d’ici.
            Leur demander, en plus, de s’attirer les foudres de Washington et sans doute de trop.


          • Pere Plexe Pere Plexe 19 février 19:58

            @Lugsama
            La nouvelle est que comme tous les obligés des USA elle s’assoie sur la démocratie.
            Pour la reconnaissance de dictateur elle à reconnu (comme tous ) MBS, Gourbangouli Berdimoukhamedov ,Erdogan,Sissi et quelques autres.


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 21:56

            @leypanou
            pas assez documenté sur le sujet, mais cet acharnement de trump à vouloir faire tomber le président vénézuélien me questionne.


          • rhea 1481971 20 février 20:50

            @olivier cabanel

            • Vous ne parlez plus de Fukushima, j’aimerai savoir si le combustible
            • était du Mox, la dissémination du plutonium c’est le cancer du 
              • poumon pour de nombreuses personne. Il parait que le
              • corium ( combustible en fusion ) à traverser la cuve et
              • le béton.


          • alinea alinea 19 février 12:45

            Bon, Olivier, vous nous parlez d’un dictateur façon Chavez là, non ? Poutine alors ? qui redresse son pays et en est remercié ? ( ah oui, c’est vrai, vous n’aimez pas Poutine !

             smiley )

            Sinon, il faudra quand même lui souffler de faire attention à ne pas se faire piller par les Européens du nord qui filent tous aux abris d’impôts se mettre au vert d’un pays si accueillant ! Comme dans notre sud, les originaires ne peuvent plus se loger !! alors ils vont au Portugal après être allés au Maroc !

            Quand tous les pays en seront pourris culturellement, il nous faudra tout recommencer, quelle aventure !

            En attendant ce ne sont pas les plus grandes gueules qui avancent le plus vite ! c’est mon ami indien qui me l’a soufflé !

             smiley

            • Cadoudal Cadoudal 19 février 13:06

              @alinea
              Quand tous les pays en seront pourris culturellement, il nous faudra tout recommencer, quelle aventure !

              Dinan, Lisbonne, Budapest, il reste encore quelques refuges en Europe pour les boomers hypocrites...

              Le problème c’est qu’ils voyagent toujours avec leur idéologie morbide, Dinan comme Lisbonne ne tiendront pas longtemps, Budapest est vaccinée et devrait échappée à l’épidémie....

              Sous couvert d’anonymat, ils livrent leurs raisons : « C’est cet islam qu’on nous impose. En France, c’est l’Etat d’urgence. Ici, on a la paix. Juste la paix. On a l’impression de vivre dans la France des années 1960 ou 1970 avec d’autres valeurs. A Lisbonne, même à 2 heures du matin, on ne se sent pas en danger. C’est le luxe suprême. Je suis citoyenne du monde, mais là… Dès qu’on entame le débat sur les femmes voilées, les Belphégor… On nous colle une étiquette. On ne peut plus rien dire. Ici, on n’est pas jugé. C’est pour ça qu’on a quitté la France. » Marie-Claude embraye : « Le marché de Carpentras, qui était un marché artisanal, est devenu un souk. » Et l’on croit comprendre que s’il n’y a pas d’Arabes, ou si peu, au Portugal, c’est « parce qu’il n’y a pas d’allocations. »

              https://www.lemonde.fr/m-actu/article/2017/08/11/ces-francais-attires-par-la-doce-vida-portugaise_5171424_4497186.html#ofP6oC0fVxxK1utt.99


            • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 13:23

              @alinea
              j’aime ton humour... et j’apprécie ta réflexion, mais ça ne doit pas te surprendre.
               smiley
              merci


            • zygzornifle zygzornifle 19 février 13:00

              Ce n’est pas l’équivalent d’un énarque et il n’a pas bossé pour Rothschild voila pourquoi il réussit ....


              • Lugsama Lugsama 19 février 13:51

                @zygzornifle

                Ou parce qu’il ne gouverne pas, c’est plus facile quand on ne prend pas de décisions..


              • Pere Plexe Pere Plexe 19 février 19:52

                @Lugsama
                Vous préférez attribuer le succès au socialiste Costa ? 
                Ça ne change pas grand chose à la démonstration.


              • thierry3468 19 février 13:01

                Attendez le Marcello fait un peu papy déconfit alors que notre Macaron ,c’est du jeune coq à la sauce LGBT haute finance cuvée Rotschild.

                Papy Marcello ne fait pas mousser la ménagère de plus de 50 ans alors que notre président fait vibrer toutes les cagoles de France qui se prennent pour notre Brigitte qui s’effrite.Hommage à Florence qui se reconnaitra...


                • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 13:24

                  @thierry3468
                  je voudrais pas être à la place de cette « Florence »... avoir encore un peu de compassion pour notre jeune coq, ça fleure, sinon la naïveté, voire la démence... en tout cas, l’aveuglement. smiley


                • Lugsama Lugsama 19 février 13:50

                  « Car si, finalement, Marcelo Rebelo est un social-démocrate »


                  Cela porte à confusion, le Partie Social-Démocrate au Portugal est un parti de centre-droit classé libéral-conservateur, écrit comme cela en Français on pourrait croire qu’il est de gauche.


                  A noter qu’il est populaire dans un contexte de cohabitation depuis son élections.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 19 février 13:57

                    @Lugsama
                    bah, au delà des étiquettes, dont finalement on a rien a fout... euh a faire.. ;ce qui compte n’est-il pas qu’une majorité de portugais a décidé de ne pas se soumettre à la volonté européenne, en tentant une autre stratégie... qui semble payante, non ?


                  • McGurk McGurk 19 février 16:28

                    @olivier cabanel

                    Oui enfin...« payante » est peut-être un mot un peu fort.

                    Le marché du travail est partout odieux et je serais étonné qu’ils n’aient pas fait de grandes concessions. Je pense fortement que la baisse du chômage cache un côté noir, inavouable, pour faire croire à « un miracle économique » comme en Allemagne ou en Irlande.

                    Peut-on faire mieux que ces quarante ans de politique affreuse à la française ?

                    Naturellement oui, si on ne trahit pas à la fois sa propre idéologie et ses électeurs pour lesquels ont s’engage quand bien même ça n’a plus de sens pour nos hommes politiques actuels.

                    Il faut, bien entendu, avoir une longue et profonde réflexion pour proposer une véritable programme (politique, économique et social). Etant donné l’état du pays, il ne faut pas s’arrêter à une vision « de parti » et trouver une véritable issue sociale.

                    Pourquoi ça ne fonctionne pas pour nous ?

                    Justement parce qu’ils s’en moquent. C’est, je crois, le fond du problème.

                    On parle souvent de « corruption » de tel ou tel pays, sans même prendre en considération celle de nos propres partis/hommes politiques, de la non transparence (voulue) de la vie publique, du contrôle autoritaire pratiqué sur les institutions d’Etat, de l’objectif non avoué de destruction des acquis sociaux ainsi que de toutes les protections publiques.

                    Si la politique est dans une impasse et en but à la haine, c’est qu’elle ne sert à rien plus au public qu’elle devrait servir qu’à engraisser ceux qui ont les moyens de la financer.

                    Si le pays est lui aussi dans l’impasse, c’est qu’on s’évertue à ne PAS trouver de solution autre que le capitalisme agressif et le chômage de masse. On nous qualifie de « pays d’intellectuels » alors que la pensée publique...est si pauvre ! Sinon, cette fameuse « autre voie », on l’aurait inventée depuis longtemps.


                  • dominique 19 février 14:06

                    Mais voilà pour certains la politique est encore une vocation, non ?


                    • samy Levrai samy Levrai 19 février 14:16

                      Le Portugal n’est vraiment pas une réussite, c’est une vraie catastrophe et si l’auteur avait vu la vidéo d’aout 2018 ci dessous , il n’aurait pas écrit ce truc aujourd’hui... ( à partir de 30’ 36")

                      https://www.upr.fr/actualite/entretien-dactualite-n68-deficit-bercy-air-france-portugal-medias-eu-disinfo-lab-retraites-fake-news/


                      • marmor 19 février 15:09

                        @samy Levrai
                        Asselinau devrait tenter de ne pas mentir à l’instar de tous les autres politicards qui nous inondent de fausses nouvelles, faux chiffres , fausses statistiques etc etc . Le salaire moyen au Portugal est de 800 €, pas de 560 €. En contrepartie, le coût de la vie est 2 à 3 fois moins élevé qu’en France . Deux fois correspondrait à un salaire moyen en France de 1600 € de pouvoir d’achat et 3 fois : 2400 € . J’ai cotisé pendant 2 ans à l’équivalant portugais de la retraite. J’ai eu la surprise de recevoir un virement mensuel de 56 € depuis 2015 et qui est passé à 71 € en 2018, pendant que ma retraite française diminuait de quelques centaines d’euros ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès