• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Un tout petit rien

Un tout petit rien

Le vide absolu.

Moi qui ai toujours prétendu n’être rien qui vaille, je découvre avec stupeur que la sentence tombe désormais des plus hauts sommets de l’état et concerne la grande majorité des pauvres misères que nous sommes devenus. Il est vrai que dans cette classe, proche le plus souvent des hauteurs abyssales de la pensée dialectique et inclusive, les petits vermisseaux que nous sommes, n’ont jamais été grand chose.

J’ai connu le rejet d’un blog il y a quelques années, par une presque première dame de France si son époux n’avait fauté dans un hôtel américain. En dépit d’un lectorat très important à l’époque, la grande professionnelle de la presse télévisuelle avait jeté l’anathème sur ceux qui n’avaient pas un nom connu, dont naturellement votre serviteur. Dans son logiciel, la notoriété vaut talent, l’anonymat condamne à la médiocrité.

Rien n’a vraiment changé puisque je viens de me faire pousser dehors de la plateforme de l’Obs, qui, en ces temps de reprise en main idéologique, n’a pas voulu laisser la plume ouverte à tous ces gens de peu qui critiquaient déjà vertement sa majesté l’Empereur. Laissons donc la plèbe s’exprimer dans ce qu’elle pense encore un espace de liberté, ces fameux réseaux sociaux qui seront bientôt mis à la raison.

Il est vrai que la déconsidération va à grande vitesse. Du petit caporal qui traita un quidam énervé de Pauvre Con, au gentil capitaine de pédalo qui allait tellement en roue libre que nous n'étions pour lui que des sans-dents, voilà que soudain, nous franchissons un nouveau pas vers le néant en n’étant plus rien. Fort heureusement, ce sont encore tous ces Rien qui parviennent à entretenir cette espèce nuisible et mal-embouchée qui compte ainsi nous réduire en poussière.

Notre nation serait donc devenue par la grâce de son nouvel « Impérator » un vaste ensemble vide Ø qu’il convient de ramener à la raison par des mesures toutes tournées contre ces gredins de rien qui, sans le savoir, sont malgré tout, des profiteurs, des privilégiés, des assistés, des trop protégés, des craintifs, des manque d’ambition, des casaniers, de redoutables et déplorables parasites. En somme trois fois rien qui font bien moins que rien. L’arithmétique s’y perd mais les comptes seront bons au final de cette somme à facteurs pourtant nuls.

C’est donc sur les Rien qu’il convient de taper pour faire fructifier le grand tout des amis du président : entrepreneurs cupides, sociétés obscures, groupes pharmaceutiques, banques et autres groupuscules intrigants qui ont financé sa campagne fulgurante et magnifique. Tout pour les seconds et rien pour les Rien, c’est donc sur un tapis de Rien promptement écrasés que se fera la grande marche du bonhomme.

Les ordonnances pour potions magiques autorisent dans une vaste euphorie clientéliste à imposer 11 vaccins pour notre santé mise à mal par les perturbateurs endocriniens autorisés pour complaire aux obligés. La potion est certes difficile à avaler mais comme nous ne sommes rien, tout cela ne sera que pour notre bien.

Quel beau départ ! Un départ en fanfare et à grands coups de poudre aux yeux. Le bonhomme, qui se prend pour le grand Manie-Tout nous écrase de son mépris de premier de la classe, nous enfonce la tête dans le marigot de ses promesses vaines. Il n’est que le représentant de commerce des puissants et nous le fait comprendre de ce trait fulgurant du Rien qui n’aura plus rien à dire durant ces cinq années de carnage social.

Tout est bien dans la meilleure des Républiques qui retrouve en majesté son lustre monarchique et sa sublime domination de classe. Un petit progrès quand même, le tiers état a subi une fulgurante réduction de sa valeur puisque grâce à une singulière augmentation de son diviseur, de pas grand chose, il est passé à vraiment Rien. Les bras m’en tombent avant que de rage quelques têtes ne suivent le même chemin. Au moins maintenant nous avons un signe de reconnaissance que nous brandirons fièrement :  Ø .

Néantement sien.

Documents joints à cet article

Un tout petit rien

Moyenne des avis sur cet article :  4.04/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 11 juillet 09:49

    Vaut mieux être rien au moins on est quelque chose même si c’est rien que le néant ou il n’y même pas de rien ....


    • C'est Nabum C’est Nabum 11 juillet 15:33

      @zygzornifle

      Rien c’est déjà ça !


    • Aristide Aristide 11 juillet 09:56

      A la lecture de ce « billet » , on sent une certain dépit de l’auteur à ne pas en être. C’est bizarre ce besoin de reconnaissance. N’est il point de salut sans paraitre, etre reconnu, célèbre dans son quartier, ...


      Je serai toujours étonné de cette plainte sans fin de toutes ces « non-célébrités » en manque de succès. Même en local, leur créations musicales sont malheureusement refusées, le talent est ignoré jusqu’en ces profondes contrées.

      Voilà donc que le simple fait d’avoir clos tous les blog de l’Obs devient pour l’auteur une attaque personnelle à son talent, quel meilleure défense que d’associer tout le monde à cette plainte bien personnelle.

      Non, votre obsession de reconnaissance n’est pas partagée, les français sont surement bien plus modestes dans leurs aspirations, et pour tout dire, ils ne s’offusquent pas de sentir « rien » quand ce sont des gens qui se croient « tout » qui le disent.





      • rogal 11 juillet 14:04

        @Aristide
        Au moins l’ensemble des soi-disant riens n’est pas vide.


      • C'est Nabum C’est Nabum 11 juillet 15:34

        @Aristide

        J’aime assez cette idée de n’être rien qui vaille et je suis assez étonné de mériter vos quolibets, vous les grands tout de l’endroit


      • babelouest babelouest 11 juillet 23:43

        @C’est Nabum

        PAR TOUT A TIS !

        Cela me rappelle un vieux livre de lecture d’autrefois, où un mandarin chinois voulait appliquer la torture à un pauvre voyageur :
        « Qu’on enfonce un rien-tout-nu dans son oreille droite, et qu’on le ressorte par l’oreille gauche ! »

        ( Ernest PÉROCHON, Contes des Cent Un Matins )


      • Robert Lavigue Robert Lavigue 11 juillet 10:21

        Amusant...
        Un mastulu mitoyen qui n’est pas en manque de supports (médiapart, agoravox, centpapiers, facebook, blog perso, etc) chouine...
        L’Unique et sa propriété ?

        Et curieuse façon de refaire l’histoire avec son nombril !


        • C'est Nabum C’est Nabum 11 juillet 15:35

          @Robert Lavigue

          Ce n’est rien. Oubliez-moi !


        • baldis30 11 juillet 10:40

          bonjour,

          Comment  ? Ne seriez-vous rien ?

          En sortant les mots de leur contexte n’abuseriez-vous pas un rien du concept de néant ...

           Car si j’ai bien compris il allait de pair dans la déclaration initiale que c’est dans les gares que l’on croise les gens de rien et ceux qui font des réussites.

          Seriez-vous donc un arpenteur de gares pour ne répondre de rien, ce qui serait une réussite ?

          On attend que vos lumières réussissent à ne rien nous sortir y compris les vers du nez ...


          • C'est Nabum C’est Nabum 11 juillet 15:36

            @baldis30

            Je crains que seules les verres me sortent du nez


          • juluch juluch 11 juillet 13:35

            Rien de rien, non je ne regrette rien......



            merci Nabum  smiley

            • C'est Nabum C’est Nabum 11 juillet 15:36

              @juluch

              Fort heureusement vous êtes là pour relevez le niveau


            • alain_àààé 11 juillet 13:52

              excellent article mais dont l auteur a oublié de dire que la nature n aime pas le vide.alors il faut trouvé un mot pour remplir ce vide. avec on était les sans dents avec Hollande puis Raffarin qui disait il y a ceux qui sont du bas et ceux qui sont dans haut du peuple.puis toi l auteur il y a les sans rien sous Macron


              • C'est Nabum C’est Nabum 11 juillet 15:37

                @alain_àààé

                La Nature n’aime pas non plus les Politiques qui le lui rendent bien


              • bob14 bob14 11 juillet 15:07

                Un petit rien chez soi vaut mieux qu’un grand chez les autres !


                • C'est Nabum C’est Nabum 11 juillet 15:38

                  @bob14

                  De Rien l’ami


                • Taverne Taverne 11 juillet 19:08

                  Les sans-dents, il n’y en aura plus si le gouvernement applique la promesse de remboursement des prothèses dentaires. Voilà du concret. Tout comme le doublement des effectifs d’enseignants dans les écoles des quartiers prioritaires : on permet à des enfants qui n’auraient été rien de devenir quelque chose. C’est l’égalité réelle des chances.

                  Quand à Emmanuel Macron, on ne sait pas pas à la date d’aujourd’hui s’il réussira son quinquennat. S’il le loupe, on pourra lui retourner le « compliment » : il y a ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien.

                  Le coup de nous feindre de nous accorder une faveur (réforme - étalée - de la taxe d’habitation) alors que la promesse était inscrite dans du marbre pendant la campagne (donnant-donnant), ce n’est pas, à mon avis, un exemple de « réussite ». Il y a du progrès à faire.

                  Le coup d’annoncer un budget rééquilibré et de n’envisager finalement aucune recette ni économie importante, là aussi, cela ne me semble pas tendre vers la réussite. Sauf si la croissance revenait. Prions, mes frères, mettons des cierges ! Pas sérieux.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 11 juillet 20:23

                    @Taverne

                    J’admire encore les analystes qui se persuadent que l’on peut juger un homme sur ce qu’il dit alors que nous savons tous depuis longtemps qu’il y a si loin des paroles aux actes


                  • L'enfoiré L’enfoiré 12 juillet 16:36

                    @Taverne,
                    Salut Paul,

                     J’ai beaucoup souri avec cette première phrase sur les prothèses dentaires.
                     En fait, d’égalité, il n’y a qu’une dans la vie.
                     Dommage, elle arrive souvent un peu tard, à la fin où c’est perpette pour tout le monde sans distinction.
                     C’est peut-être pour cela qu’il y a des impatients et qui se suicident.
                     Vous avez reçu comme moi, la nouvelle du fils de Sheila qui s’est suicidé à l’âge de 42 ans.
                     La célébrité tout comme l’intelligence ne se transfèrent pas dans les gènes.
                     Les « fils et les filles de... » sont peut-être plus à plaindre que les autres parce qu’ils font partie d’une lignée.
                     La croissance dépend de tellement de paramètres que je n’ose en parler si on ne veut pas que je m’égare dans des élucubrations du style d’Antoine...
                     Lui, a compris que le métier d’ingénieur l’empêcherait de vivre comme il le désirait.
                     Il est loin d’être le seul... smiley  .


                  • FritzTheCat FritzTheCat 11 juillet 20:11

                    @C’est Nabum
                    Merci pour ce texte.
                    .
                    En tout cas, si nous avions un doute sur la nature de ces dernières élections nous voilà définitivement avisé. Le vote de classe et le mépris qui l’accompagne sont au rendez vous, et le rendez vous en question n’est pas un rendez vous entre amis.


                    • C'est Nabum C’est Nabum 11 juillet 20:58

                      @FritzTheCat

                      Vous doutiez du contraire ?

                      Nous ne sommes pas invités


                    • Bernie 2 Bernie 2 11 juillet 22:12

                      Zut, ouin ouin 2 (ben oui, votre comparse rosemar nous a déjà fait le coup du ballonnement de la liberté d’expression), a perdu une tribune pour ses diarrhées quotidiennes.

                      Sans intérêt, surtout à s’écouter parler pour essayer de ne pas être rien pour correspondre au volume du bonnet. On crie à l’injustice, trop acerbe, on me fait taire. Euhh... Plus prosaïquement vous venez de perdre 214 lecteurs et 23 commentateurs. Rude coup, je le conçois. Mais faut s’y faire quand on n’intéresse pas grand monde. On réduit la voilure, comme pour l’édition. Faut pas chercher de la censure, vous êtes un gros gros pénible qui fait de l’onanisme scriptural.

                      Pour refaire un lien avec rosemar, faut croire que bon nombre de profs ou ex profs se sentent toujours des pivots incontournables de notre société. Vous ne vendez pas bien le produit, et ce pour le moins.

                      Pitoyablement votre.


                      • C'est Nabum C’est Nabum 12 juillet 07:13

                        @Bernie 2

                        J’apprécie votre franchise

                        Osez la demande d’interdiction à mon encontre
                        Je ne vois pas en quoi je vous dérange à ce point mais puisque votre état nécessite mon ablation, faites


                      • babelouest babelouest 12 juillet 10:21

                        @C’est Nabum
                        mais l’ablation ça fait mââââaaaaaaal....


                      • C'est Nabum C’est Nabum 12 juillet 16:34

                        @babelouest

                        il faut souffrir pour vous ravir


                      • Armand Simon Armand Simon 12 juillet 16:04

                        Vous êtes durs avec Mr Nabum quand même. Moi, c’est la première fois que je comprend parfaitement un de ses articles. Il écrit sans fards pour une fois !


                        La boutade sur le hall de gare est très logique selon l’échelle de valeurs du nouveau chef de l’Etat. Le problème, c’est cette échelle de valeur elle même, carrément Orwellienne, qu’il incarne, et qui est de plus en plus à la mode : Le capitalisme au stade terminal. Au milieu de cela, cette culture du narcissisme -en plus d’être à moitié gerbante- semble aussi faire office de levier, le star-system étendu aux foules anonymes fait office de vaseline dans la finalisation du basculement culturel. C’est terrifiant. La marée monte doucement mais sûrement. Il s’agit d’avoir l’air. C’est très Américain ça, ayez l’air d’avoir du succès, et cela vous apporteras du succès. Ensuite, se vautrer avec complaisance dans l’idéologie dominante sera de très bon goût. Il ne faut pas seulement se contenter de ne pas égratigner les dogmes de la pensée unique, il faut les épouser littéralement, les porter, les venter, les faire grandir. Il faut faire éructer l’ogre sophiste, engranger les bénéfices et se gausser ensuite avec élégance et détachement, ahaha, ohohoh « un autre Martini Paul ? ». Mais surtout, surtout, il faut du piston. N’oubliez pas le piston, c’est la première base à « mettre en marche ».

                        • C'est Nabum C’est Nabum 12 juillet 16:36

                          @Armand Simon

                          L’art et la manière de prendre une défense qui n’en est pas vraiment une

                          Merci quand même

                          Accordez moi au moins le bénéfice du doute depuis le départ sur la marionnette banquière


                        • Armand Simon Armand Simon 13 juillet 16:42

                          @C’est Nabum

                          Je pensais surtout à l’atmosphère ambiante... Mais ce paragraphe n’était pas contre vous. Je ne comprend pas toujours tout à fait votre angle d’approche, ça c’est vrai. En tous cas vous gérez l’antagonisme de façon exemplaire. Chapeau.

                        • C'est Nabum C’est Nabum 13 juillet 17:40

                          @Armand Simon

                          Je vous prie de m’excuser

                          L’ambiance ici n’est pas sereine, c’est le moins que l’on puisse dire
                          Alors je suis souvent sur mes gardes


                        • L'enfoiré L’enfoiré 12 juillet 16:26

                          Bonjour Nabum,
                           Cela faisait longtemps depuis que je suis venu par ici quand je suis tombé sur votre article que je reprendrais bien dans le mien qui paraitra samedi sur mon blog qui ne cherche pas être chose qu’un journal personnel d’un espace-temps donné.
                           Je vous rappellerai d’un sketch excellent de Raymond Devos « Parler pour ne rien dire ».
                           Ce que vous racontez est bien connu dans l’histoire.
                           L’histoire d’Erostrate est tellement caractéristique qu’il faut la rappeler.
                           Aznavour l’a très bien repris « Je me voyais déjà » et prouve qu’il y a moyen de passer la barre.
                           En écriture, il n’y a pas plus de miracle.
                           Il ne faut même pas l’espérer.
                           Faire semblant d’écrire, c’est parfois remarqué qu’on est lu en dehors de toutes frontières.
                           Sur Avox, pas moyen de se mettre au parfum, mais là où vous êtes seul maitre à bord, vous avez ce « magnifique » outil qu’est Google Analytics.
                           smiley
                           
                           


                          • C'est Nabum C’est Nabum 12 juillet 16:38

                            @L’enfoiré

                            Merci
                            Vous faites ce que bon vous plaira de mon article

                            Quand à Google Analytics en dépit des accusations d’égocentrisme et d’orgueil qui me reviennent souvent, je n’utilise pas cet outil. Je me fiche de l’audience


                          • zygzornifle zygzornifle 14 juillet 10:13

                            A quoi pensez vous :


                            A rien c’était pour faire avancer le schmilblick ......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires