• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Une République par défaut
#72 des Tendances

Une République par défaut

Election après élection, l’électeur finit toujours par se sentir floué, trahi, et il existe d’autres mots plus crus que chacun connait.

Une démocratie en panne pour les uns... Une République monarchique pour les autres.

Mais que pourrait être un autre système de gouvernance, et d’élection, qui nous permettrait d’élire le meilleur et non pas le moins pire ?

En effet, les français préfèreraient probablement choisir le meilleur candidat, et non pas le moins pire... ce qui est le cas depuis longtemps.

C’est donc ce système électoral qui est en cause.

Certains n’hésitent pas à affirmer qu’il faudrait d’abord élire un gouvernement, afin de ne pas remettre tous les pouvoirs dans les mains d’un seul homme, faisant de cette République une monarchie républicaine, car au fond, accepter de faire diriger un pays par des ministres que le peuple n’aurait pas avaliser, n’est-il pas un déni de démocratie ?

Doit-on privilégier l’élection du 1er personnage de l’état, ou plutôt élire les ministres, démocratiquement, sans laisser au président le soin de le faire, lui permettant ainsi d’exercer une influence considérable sur les ministres qu’il s’est choisi ?

D’autant que le président choisit régulièrement des énarques, dont les compétences dans les domaines qu’il leur a attribué sont souvent douteuses.

On pourrait ainsi s’interroger sur les compétences de différents ministres, qui passent allègrement d’un ministère à l’autre : Jean-Yves le Drian, auparavant ministre de la défense sous le gouvernement précédent, le voilà nommé aux affaires étrangères...

Florence Parly est passé du budget aux armées... Jacques Mézard il est passé de l’agriculture à la cohésion des territoires...

Quelle cohérence ?

 

Plus souvent qu’à son tour, le chef de l’état n’hésite pas à risquer le conflit d’intérêt, comme on a pu le constater avec la nouvelle présidence.

Ainsi, dans une République qui prétend se tourner délibérément vers la transition énergétique, le président nomme comme 1er ministre un homme qui a fait carrière dans la promotion du nucléaire.

Il choisit aussi comme ministre de la santé, une personne qui a fait longtemps fréquenté Big Pharma... et si l’on creuse un tout petit peu sur la personnalité des différents responsables des ministères, on s’aperçoit que, pour de nombreux ministres, le risque de conflit d’intérêt est évident.

Quid de Murielle Pénicaud, sortie tout droit de chez Dassault et du groupe Danone, des aéroports de Paris, de la SNCF, du groupe Orange ? 

Si l’on s’intéresse à celui qui dirige l’agriculture, a-t-il jamais conduit un tracteur, ou tenu une pioche, et quelles sont les compétences de la ministre du transport, diplômée de polytechnique et des ponts et chaussée, qui doit être tentée de donner du grain à moudre à tous les bétonneurs du pays, Vinci en tête, et l’on ne s’étonnera donc pas de la voir promouvoir les grands projets inutiles, Lyon/Turin en tête.

Ne vient-elle pas d’annoncer « la fin de la pause » dans les grands projets d’infrastructure pour le plus grand plaisir de Vinci ? lien

Que dire d’un ministre censé défendre l’environnement, Hulot en l’occurrence, dont la fondation est financée par Areva, ou Vinci, et qui avale couleuvre sur couleuvre ?

Et les gouvernements qui ont précédé n’ont pas été mieux...on se souvient encore des millions gaspillés pour des vaccins inutiles de Roselyne Bachelot, laquelle sortait tout droit de l’industrie pharmaceutique, gaspillage estimé à l’époque par le Sénat à plus d’1 milliard et demi d’euros, pour le plus grand profit de big pharma. lien

Au lieu d’avoir des ministres, coupés plus souvent qu’à leur tour des réalités de la vie de tous les jours des citoyens, ne faudrait-il pas avoir à ces postes essentiels, des femmes ou des hommes réellement compétents ?

On se souvient de l’embarras d’un certain Copé incapable de donner le prix d’un pain au chocolat, (vidéo) ou de celui de NKM, ou Jean-Paul Huchon, incapables de chiffrer le prix d’un ticket de métro...lien

Lydia et Claude Bourguignon, qui mènent depuis des années une croisade contre les pratiques agricoles dangereuses ne seraient-il pas des ministres de l’agriculture plus efficaces ? lien

Et au ministère du travail, un ministre issu de ce milieu ne serait-il pas plus efficace qu’un énarque en col blanc ?

Ne serait-il pas des lors judicieux que l’électeur vote pour choisir les ministres ?

De nombreux internautes se posent déjà la question. (lien) d’autant que d’après un modeste sondage réalisé en 2009, ils étaient 34,78% à être pour, et seulement 47,83% à le refuser, alors que 13,04% demandaient à y réfléchir. lien

Dans son « Esprit des Lois », Montesquieu avait tranché : «  ses ministres ne sont pas à lui, s’il ne les nomme : c’est donc une maxime fondamentale de ce gouvernement, que le peuple nomme ses ministres, c’est-à-dire ses magistrats ». lien

D’ailleurs, dans le domaine judiciaire, des 1790, les révolutionnaires avaient décidé que tous les juges, qu’ils soient juges de paix, véritables professionnels du droit, juges des tribunaux de district, des tribunaux criminels ou du tribunal de cassation seraient élus par le peuple : il s’agissait déjà d’établir l’indépendance de la justice face à l’exécutif. lien

En Suède, pays exemplaire ou les ministres ne sont pas là « pour se servir », mais pour servir, ce sont les ministres démocratiquement élus qui gouvernent le pays, et le chef de l’état n’a aucun pouvoir réel, mais uniquement des fonctions cérémoniales, ce qui signifie que toutes les décisions qui sont prises sont basées sur les opinions et les intérêts des électeurs. lien

C’est sans doute pour cela que les ministres suédois déjeunent à la cantine, comme tout le monde, et que « si un ministre oubliait de débarrasser un plateau, vous n’imaginez pas les gros titres le lendemain dans la presse », commente un fonctionnaire.

A part le chef du gouvernement qui se voit octroyer un logement de 175 m², pour lequel il paye un modeste loyer, les autres ministres n’ont aucun logement de fonction, ni de voiture avec chauffeur...ils prennent le train, comme tout le monde, et utiliser un jet privé, prendre une suite dans un palace provoquerait un véritable scandale. lien

Rien à voir avec le luxe de l’Elysée.

A l’évidence, d’aucuns classeront cette proposition d’une nouvelle République plus représentative des désirs du citoyen, de populisme...

C’est en effet le mot qu’utilisent régulièrement ceux qui sont au pouvoir, et qui entendent bien le garder...contre toute légitimité.

C’est en effet la question de la légitimité qui est posée, tant pour le premier personnage de l’état, élu par défaut, pour éviter le drame qui aurait consisté à mettre au pouvoir les racistes du FN.

Il ne faudrait tout de même pas oublier lors du premier tour de la présidentielle seulement 2 français sur 10 ont voté pour celui qui est devenu président. lien

C’est aussi la question de la légitimité des ministres, parfois incompétents, et surtout inféodés au chef de l’état, puisque c’est lui qui les a choisi...

Finalement la dernière présidentielle a montré les limites de l’exercice.

Les primaires à droite ont mis sur les rails Fillon, Sarközi, empêtré dans les affaires que l’on sait, ne pouvait gagner...mais l’heureux élu s’est retrouvé à son tour pris dans la nasse d’autres affaires, entre des soupçons d’emplois fictifs, et des costumes mal taillés.

Les mentors de la droite n’ont pas réussi à le désavouer, tant l’élu était convaincu de sa victoire annoncée... entrainant sa propre chute.

A gauche, le bilan lamentable du sortant, a mis sur le devant de la scène Hamon, soutenu finalement du bout des doigts par son parti, laissant une voie royale au FN... mais aussi à Macron, soutenu par les banques et les grands patrons de l’industrie et des médias.

Quant aux insoumis, faute de n’avoir pas réuni toutes les forces du peuple de gauche, ils ne sont arrivés qu’à la 3ème place.

Lors du débat du 2ème tour, la lamentable prestation de MLP face à un Macron souriant a fait le reste, et il n’a eu qu’à se baisser pour ramasser la mise, dans un bel exercice de « tirage des marrons du feu », pour devenir le président d’une minorité de français, prouvant par-là que cette République mal taillée n’est qu’un pâle reflet d’une démocratie tant espérée.

Et de République en République, nous sommes devenus en réalité les otages d’une monarchie républicaine qui ne dit pas son nom, soumise au bon vouloir d’un président aux ordres des puissances financières du pays, et à la tête de députés godillots et soumis.

Comme dit mon vieil ami africain : « pour qu’un enfant grandisse, il faut tout un village ». 

L’image illustrant l’article vient de malakoffantilberalunitaire

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Macron, un an déjà

Soldes, tout doit disparaitre

Du Macron au Micron

Macron vous fait bien marcher !

Méritons-nous un tel mépris ?

Un Macron très sucré

Un hold-up électoral

Le mélange des genres

Macron tend un piège

En marche arrière toute !

Le peuple ou les élites

Ils font leur nid dans le ni-ni

Lever le mystère Macron

Méritons-nous ces hommes politiques  ?

Je suis le mal aimé

Les bouffons politologues

Choisir entre la peste ou le choléra

Une France mal à droite

La manif des casseroles

Présidentielles, les couples se forment

Annus horribilis pour Fillon

Pénélope, du travail au blanc ?

Méritons-nous ces hommes politiques  ?

Quand Hamon avale Valls

Du smic au smax

Et le gagnant est Nibor Sed Siob

Les bouffons politologues

Choisir entre la peste ou le choléra

Ces dindes qui votent pour Noël

Une France mal à droite

La politique de l’illusion

La grande lessive, à qui le tour


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 16 mai 09:19

    Bonjour, Olivier

    Le problème est que le meilleur des uns est le pire des autres : en matière de politique, il n’y a jamais eu, et il n’y aura jamais, de consensus.

    Personnellement, je regrette qu’il n’y ait pas en France un véritable système parlementaire primo-ministériel tel qu’il existe dans la plupart des pays occidentaux, le chef de l’exécutif étant désigné par les élus du camp vainqueur.

    Un système qui privilégie les programmes aux personnes et qui offre plus de souplesse en cas d’inadaptation au pouvoir du Premier ministre, celui-ci pouvant être remplacé sans forcément recourir à de nouvelles élections générales.


    • olivier cabanel olivier cabanel 16 mai 09:53

      @Fergus
      c’est en effet un scénario intéressant... perso, je penche pour le modèle suédois...mais le débat est ouvert, j’espère que l’article le fera vivre.


    • jmdest62 jmdest62 16 mai 14:53
      @Fergus
      Salut
      « Un système qui privilégie les programmes aux personnes »
      D’accord avec vous sur ce point mais ....si on ne met pas en place un système qui permet de dégager les escrocs et les incompétents..... on n’aura pas avancé d’un pouce.
      La solution pour « décalaminer » notre république c’est de convoquer une constituante ou chacun (tout le monde) pourra apporter sa contribution ...
      @+


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 mai 19:34

      @olivier cabanel

      Vous retardez un peu, le vrai lieu du pouvoir depuis Maastricht, n’est plus à l’ Elysée, mais à Bruxelles.


      A l’ Elysée, on applique ce qui se décide ailleurs.

    • Fergus Fergus 16 mai 09:27

      @ Olivier

      Concernant Fillon, pas d’accord avec cette affirmation : « Les mentors de la droite n’ont pas réussi à le désavouer ».

      La réalité est que c’est bel et bien Sarkozy qui, en privilégiant sa haine de Juppé aux intérêts de son parti, n’a rien fait pour barrer la route au Sarthois, quitte à aller à la catastrophe.

      Sarkozy a même laissé ses lieutenants s’afficher avec Fillon au Trocadéro au côté des intégristes catho de Sens Commun alors que les jeux semblaient déjà faits et qu’un mot de sa part aurait suffi pour évincer Fillon au profit de Juppé, lequel aurait gagné sans difficulté la présidentielle.


      • olivier cabanel olivier cabanel 16 mai 09:57

        @Fergus
        le problème vient quand même du fait que sarko ne pouvait pas barrer la route de fillon, il était trop empêtré dans les affaires que l’on sait (et c’est encore en cours !)...

        donc, les primaires ont fait élire fillon...après il y a eu des coups de billard à trois bande...copé qui voulait revenir, mais qui était cuit...Juppé qui n’avait pas vraiment envie d’y revenir...et fillon qui y a cru jusqu’au bout...aveuglé...et mal conseillé.
        tous faisait double jeu, faisant semblant d’être derrière fillon, mais c’était une posture...
        à leur décharge, ils ont quand même essayé plusieurs fois de remplacer fillon, mais le sarthois est tétu...
        enfin, ce n’est que mon humble avis...
         smiley

      • bob14 bob14 16 mai 09:46
        Une République par défaut ?...non une raie publique par DES FAUX..La représentation politique est la plus grosse arnaque de l’humanité après les religions !

        • olivier cabanel olivier cabanel 16 mai 09:58

          @bob14
          bien vu !

           smiley

        • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 16 mai 10:45

          @bob14


          Salut bob, je te rejoins là dessus...

        • Sparker Sparker 16 mai 11:09
          @bob14

          « La représentation politique est la plus grosse arnaque de l’humanité après les religions ! »


          Ha bobby en a sorti une bonne pour une fois, je plussoie...

        • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 16 mai 11:07
          cela dit res publica, la chose publique donc..

          oui mais que faire avec cela, nous sommes tous persuadés de sortir de la cuisse de Jupiter parce que le maître a voulu que ce soit comme cela, ses raisons sont que il sait que cela aboutit nécessairement à la perte de vue du fait que tout ce qui existe au delà de ce qui est naturel est toujours une œuvre commune , collective, que l’argent n’a jamais rien fait etc..

          le seul métier du maître est voleur du travail des autres, au début l’humain avait encore toutes ses capacités mentales en marche et forcément il était naturellement collectif, partageur, aidant etc et nous avions donc naturellement la production des nécessités vitales par et pour tous qui était obtenu sans problèmes majeurs..
          mais une proportion minime des humains sont des psychopathes, la résultante de leur incapacité à vivre la vie pour ce qu’elle est, elle a un début et une fin ...

          je ne raconte pas ce qui s’est passé entre les deux mais voila , ces psychopathes ont trouvé les moyens pour diviser les autres humains, qui se sont laissé faire ne sachant pas exactement ce qui était en train de se passer...

          les psychopathes ont réussi à diviser la masse, qui tout à coup n’avait plus la sécurité relative physique apportée par le travail collectif volontaire et partageur et s’est retrouvé dans un monde ou éliminer les autres est devenu la règle...le maître a habillé cela avec un joli mot : compétition qui induit que toi aussi tu peux gagner....le maître n’a pas précisé que : tu vas surtout perdre..

          etc

          tout ceci a créé une société verticale pyramidale ou chaque niveau écrase celui d’en dessous

          que faisons nous ?

          rien !

          • olivier cabanel olivier cabanel 16 mai 11:26

            @Hecetuye howahkan
            « le seul métier du maître est voleur du travail des autres »... smiley

            c’est bien vu !
            bon, ceci dit, si on prend l’exemple suédois, ils ont contourné l’obstacle... j’ai encore en mémoire l’histoire de cette ministre qui avait commis le forfait d’avoir payé une barre de chocolat avec sa carte de ministre, et qui a du démissionner !
            quel décalage avec un cahuzac qui échappe a la prison pour avoir planqué des millions !
            la pauvre ministre suédoise a tenté de revenir aux affaires, mais le peuple ne l’a pas voulu.
            vive la Suède !

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 mai 19:29

            @olivier cabanel

            La Suède est un pays protestant, ce qui change tout. Dans un pays protestant, on s’arrête aux passages pour piétons et on contrôle les finances des élus.

            Les pays du sud catholiques, c’est : « Fais ce que je te dis, mais pas ce que je fais ». Et en France, on fait ce qu’attendent les Français, du théâtre royal dans des palais dorés. L’État a été créé par la Monarchie, il y a 800 ans, les Français aiment le faste et le décorum, certains en usent et abusent.

            De toute façon, nos élus nationaux sont bien trop payés pour appliquer en France des décisions prises à la BCE, à la Commission européenne et à l’ OTAN à Washington...Leur travail réel se résume à recopier mot à mot les directives européennes.Une bonne photocopieuse ferait aussi bien, pour très moins cher !

            Mais les Français comprendraient alors qu’ils ont affaire à des marionnettes, et ça ne convient pas aux européistes de Gôôoche et de Drouate, qui font croire depuis 40 ans, que les élus ont un pouvoir de décision. Malgré tout ces mensonges, ils constatent qu’ils peuvent voter pour changer de bourricot, ils ont toujours la même politique économique et sociale, celle de notre belle Europe  !


          • olivier cabanel olivier cabanel 16 mai 19:48

            @Fifi Brind_acier
            ne mêlons pas la religion et la politique, on voit où ça nous emmène... smiley


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 mai 07:37

            @olivier cabanel

            Je ne crois pas, les valeurs données par l’éducation aux enfants ne sont pas les mêmes dans les pays protestants et les pays d’origine catholique.
            Et cela ne donne pas les mêmes adultes.
            Dans les pays protestants, on ne badine pas avec les lois et les interdits.
            Dans les pays catholiques, on passe son temps à chercher à contourner les lois sans se faire prendre.

          • Yaurrick Yaurrick 17 mai 13:16

            @Fifi Brind_acier

            Effectivement il y a une différence assez fondamentale entre catholiques et protestants quant au rapport à l’argent et aux richesses :
            Pour les premiers, la richesse est un vice et est montrée comme un sujet tabou (ce qui n’a pas empêché le clergé de s’enrichir via la dîme et autres privilèges).
            Pour les seconds, la richesse est une grâce divine et encourage la charité.

          • Graal 16 mai 12:18

            "lors du premier tour de la présidentielle seulement 2 français sur 10 ont voté pour celui qui est devenu président".

            Encore ! Voila un an qu’on lit ça sur AV. Va-t-on y avoir droit jusqu’à la fin du quinquennat ?

            Faudrait quand même trouver autre chose

            Laissez donc ça aux raverdidoteurs.


            • olivier cabanel olivier cabanel 16 mai 13:18

              @Graal
              je vais finir par croire que certaines vérités dérangent.

               smiley

            • Graal 16 mai 15:09

              @olivier cabanel

              Bien sur que c’est une vérité…brute.

              Mais c’est inévitable lors d’élections sur la base de candidatures multiples.

              Préférez-vous les pays où les candidatures indésirables sont interdites à priori ?

              Cela me désole de vous voir vous satisfaire de tels arguments.


            • olivier cabanel olivier cabanel 16 mai 16:33

              @Graal
              je ne fais que constater la triste réalité.

              nous sommes gouvernés par des élus qui ne sont pas légitimes... mais c’est le mode de scrutin qui veut ça... et c’est ça qu’il faudrait peut-être changer... non ?

            • olivier cabanel olivier cabanel 16 mai 13:17

              @ tous

              alors que les médias nous amusent avec des faits divers, les dockers mènent une action qui a déjà déplace pas mal de crs... ici

              • Blé 16 mai 13:21

                Une république dont les valeurs devraient être défendues par les élus et les représentants des populations ne sont pas défendus par ces gens là. Au contraire, ils marchent dessus, les piétinent et en plus ils sont fiers de les piétiner car la « République » aujourd’hui c’est « ringard ».

                 Depuis la présidence de Sarko, les élites politiques se moquent royalement de ce que peuvent penser les français puisqu’ils n’ont pas leurs mots à dire sur l’avenir de leur pays.
                Je ne pense pas que ce soit la République qui soit à mettre en cause mais les individus qui s’en servent pour leurs intérêts personnels et les intérêts de leur classe sociale.

                Les paradis fiscaux, les cadeaux fiscaux aux riches et très riches, la casse des services publiques, la diminution régulière des crédits pour la santé (surtout pour le personnel de santé) la baisse effective du niveau scolaire dans les établissements scolaires périphériques des grandes villes, est-ce vraiment compatible avec une République vivante ?


                • olivier cabanel olivier cabanel 16 mai 16:30

                  @Blé
                  j’ai encore un doute à savoir si comme vous le dites, « ils se moquent royalement de ce que peuvent penser les français »... ou s’ils sont simplement coupés de la réalité ?

                  j’ai tendance à penser qu’ils sentent bien que tout ça ne se passe pas très bien... récemment Macron s’est fait huer lors d’un match de foot alors qu’il était venu serrer la main des joueurs...
                  et puis il y a eu cette épisode de l’infirmière qui s’en est pris frontalement à lui, il y a peu...
                  ils font semblant de croire qu’ils n’ont pas été compris, qu’il faut faire de la pédagogie... expliquer toujours et encore, alors que tout le monde a bien compris où ils voulaient nous emmener.
                  j’ai bien peur que tout ça tourne bientôt au vinaigre.
                   smiley

                • yapadekkoaqba 16 mai 13:25
                  élection effective par <50% des inscrits
                  les abstentions,nuls et blancs étant des votes contre

                  • zygzornifle zygzornifle 16 mai 15:06

                    Election après élection, l’électeur finit toujours par se sentir floué, trahi, et il existe d’autres mots plus crus que chacun connait.


                    l’électeur est passé du statut de veau a celui de mougeon , belle évolution pour cette espèce qui n’est pas en voie de disparition ....

                    • olivier cabanel olivier cabanel 16 mai 16:31

                      @zygzornifle
                      c’est vrai pour beaucoup d’électeurs... mais surement pas pour la majorité d’entre eux.

                      attendons pour voir...

                    • Spartacus Spartacus 16 mai 16:36

                      Aux USA, il y a un dicton pour la définir la démocratie :


                      C’est deux loups et un agneau qui votent sur ce qu’il y aura au dîner de ce soir.  smiley

                      • biquet biquet 16 mai 19:15

                        @Spartacus
                        Si l’agneau mangeait les deux loups ce serait original.


                      • olivier cabanel olivier cabanel 16 mai 19:47

                        @biquet
                        mon vieil ami africain aime à dire : « quand tu vois une chèvre dans l’antre d’un lion, aie peur de la chèvre »...


                      • biquet biquet 16 mai 19:17

                        Comment peut-on se sentir trahi ? Au deuxième tour des législatives, il y a eu plus de 70 % d’abstentions, le message est clair, non ?


                        • biquet biquet 16 mai 19:19

                          @biquet
                          Il s’agit du vote dans ma circonscription, certains bureaux de votes n’ont pas atteint 10 % de participation.


                        • olivier cabanel olivier cabanel 16 mai 19:46

                          @biquet
                          oui, très clair... je fais partie des abstentionnistes... 

                          au sujet de la trahison, je parle en général, comme par exemple hollande qui se découvre soudain une vocation libérale... pareil pour chirac qui, élu avec les voix de la gauche lorsqu’il était en face de lepen, n’a pas songé une seconde qu’il aurait pu faire un gouvernement d’alliance... je vais pas refaire l’histoire de chaque élection, mais tous ont trahi une fois ou l’autre.

                        • arioul arioul 16 mai 21:49

                          C’est pas la peine de palabrer , avec 50% d’abstentions aux élections ce gouvernement est illégitime , dans une République moderne , mais pas dans la notre qui est devenue une vieille pute au service de malfaisants.


                          • velosolex velosolex 17 mai 01:03

                            Macron a permis aux chasseurs de s’équiper de silencieux ; On n’a pas saisi ce que cette aberration voulait dire. Je ne parle pas seulement en la possibilité de diminuer encore un peu plus les espèces menacés, mais que ce cadeau voulait dire ; Les copains peuvent s’affranchir des lois , des convenances et de la morale, sans faire de bruit...

                            Entre dépression en envie de démission, Hulot n’a plus qu’à lire sa collection de « la hulotte »...
                            L’écologie semble devenu une gigantesque blague, en France, comme le processus de paix en Israël...
                            ...Un homme moderne ce type ?...Non ! Une raclure de la bourgeoisie, une sorte de Talleyrand opportuniste à la sauce chabrol, sans vue politique, juste attentif à ne pas fâcher les puissants qui l’ont béni. Il est cabotin comme pas un, parle anglais, et on sait que son tailleur est riche avant qu’il l’ouvre, qu’il nous taille un costard, en jurant qu’il travaille pour la république, l’égalité, et bien sûr le sort des femmes, dont il a bien saisi la démagogie à employer.
                            Il ne faut pas désespérer les femmes comme jadis il ne fallait pas désespérer Billancourt. Il vivra sûrement très vieux, comme Giscard d’Estaing dont il partage le même souci de plaire auprès du peuple, et nous joue de l’accordéon à sa manière. 
                            Avons nous mériter cela ? Sommes nous maudits ?..La France est dirigée comme jadis les colonies, en clivant, en jouant les petits les uns contre les autres. Johnny pour tous...Voilà le programme, la nouvelle devise, au casino des bandits manchots...

                            • olivier cabanel olivier cabanel 17 mai 06:44

                              @velosolex
                              pas mieux... je partage et remercie


                            • lloreen 17 mai 08:49
                              « Une République monarchique pour les autres. »

                              Tout à fait. Macron étant l’anagramme de monarc son système est parfaitement monarchique et vire lentement mais sûrement vers la tyrannie.
                              Il est de toutes façons Illégitime selon les dispositions de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui figure en préambule de la constitution française , stipulant dans son Article 16 que " Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution."

                              Il se trouve que depuis le coup d’état du 5 décembre 2016, la France n’a plus de constitution et que sans constitution...il n’y a pas d’élection.
                              Monsieur Macron est donc un usurpateur dont les ordonnances et autres mesures sont nulles et non avenues.



                              • olivier cabanel olivier cabanel 17 mai 11:38

                                @lloreen
                                joli découverte que cet anagramme ! je pense que je vais l’utiliser sous peu.

                                merci de ton commentaire, que je partage

                              • olivier cabanel olivier cabanel 18 mai 07:38

                                @ tous

                                Michel Onfray résume parfaitement en 8 minutes ce qu’est macron. ici

                                • olivier cabanel olivier cabanel 19 mai 08:22

                                  @ tous

                                  quand un haut gradé crs avoue que Boulin, Beregovoy, et Coluche ont été assassinés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès