• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Vers la suppression de la limitation à 80 km/h ?

Vers la suppression de la limitation à 80 km/h ?

« La notion de route dangereuse a la peau dure. Les routes sont des structures inertes, passives, ce sont les usagers qui ont des comportements qui les tuent et il faut admettre l’évidence : si nous ne voulons pas réduire le trafic, l’action sur la vitesse est le seul facteur qui est capable d’agir sur l’ensemble des autres facteurs producteurs d’accidents. Aucun des responsables départementaux qui revendiquent le maintien à 90 de certaines voies n’a produit au cours des six derniers mois une carte de ce type pour son département. Elle ne pouvait que mettre en évidence l’acceptation de tuer un nombre important de leurs concitoyens en faisant le choix de maintenir à 90 les voies où le nombre de tués est le plus élevé. » (Pr. Claude Got, 23 juin 2018).



Certains ont estimé que la colère des gilets jaunes provenait de la décision du gouvernement de limiter la vitesse maximale autorisée à 80 kilomètres par heure l’ensemble des routes à une voie dans les deux sens sans séparateur central. Pourtant, c’est bien la hausse des taxes sur les carburants qui a engendré le mouvement que l’on sait et souvent de manière sage, la sécurité routière est rarement venue dans les sujets de revendication depuis plus de deux mois… sauf depuis la semaine dernière avec le lancement du grand débat national.

Les débats suscités par les gilets jaunes puis le Président Emmanuel Macron sont un peu comme la foire à la saucisse (selon l’expression de l’ancien ministre Gérard Longuet). On dit tout et tout semble bon à dire. Les journalistes semblent considérer la parole des citoyens comme parole d’Évangile, sauf que le peuple des citoyens est très hétérogène.

Le débat sur la sécurité routière revient par la plus mauvaise porte, celle de l’instrumentalisation politique. Même le Président Emmanuel Macron semble prêt à revenir sur cette mesure courageuse et raisonnable.

L’opposition ne cesse de marteler que le gouvernement ne prend pas en compte les problèmes des "territoires" et notamment des zones rurales et la limitation à 80 kilomètres par heure ferait partie de ces problèmes. Pourtant, tout le monde devrait savoir que les problèmes de circulation, ce n’est pas en zones rurales qu’ils se situent, mais en zones urbaines et périurbaines sur les grands axes de circulation, chaque matin et chaque soir, ce sont des centaines de kilomètres de bouchons que doivent endurer urbains et périurbains.

Alors, je voudrais revenir sur le sujet selon trois clefs. La première clef concerne le texte que j’ai mis en tête d’article du professeur Claude Got, grand spécialiste de l’accidentologie routière, publié le 23 juin 2018, à savoir une erreur qui a la vie dure, même parmi les responsables politiques qui ont la meilleure bonne volonté. La deuxième clef, c’est de rappeler le pourquoi de cette limitation. Enfin, la troisième clef est présenter les résultats actuels de la sécurité routière, élément majeur pour savoir si les mesures prises sont efficaces, ou pas.


1. Distinguer les routes et sanctionner les "routes dangereuses"

Le véritable problème du débat sur la limitation de vitesse à 80 kilomètres par heure est cette difficulté à faire comprendre qu’il n’existe pas de routes dangereuses ou pas dans la réflexion sur la sécurité routière.

Même une personnalité comme l’ancien Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin, partisan d’un renforcement de la décentralisation, est capable de dire des boulettes lorsqu’au "Grand Jury" le 20 janvier 2019 sur LCI, il a proposé que ce soient les régions ou les départements qui décident de savoir quelles routes doivent être à 80 kilomètres par heure et quelles autres peuvent rester à 90, en insistant sur le fait que ce sont les responsables territoriaux qui ont une meilleure connaissance du terrain que les bureaucrates de Paris. Sur la dernière idée, il n’a pas tort, mais Jean-Pierre Raffarin n’a pas compris que l’enjeu de la sécurité routière était ailleurs.

Claude Got a posé le problème le 7 janvier 2018 en exprimant la difficulté ainsi : « Faire comprendre la différence entre la mortalité par kilomètre de voie et par kilomètre parcouru. Une "petite" route avec des arbres en bordure, des sorties de propriétés ou de chemins agricoles, des zones où la visibilité est faible du fait de multiples dénivelés peut produire trois fois plus d’accidents au kilomètre parcouru par un automobiliste qu’une "bonne voie" n’ayant pas ces facteurs de risques. Si le trafic est de 300 véhicules par jour sur une petite route et de 9 000 sur la bonne voie, le nombre de tués sur chaque kilomètre de voie sera dix fois plus élevé sur cette dernière. ».

C’est en fait assez simple à comprendre : le risque de la "petite route" est compensé par sa faible densité de circulation. Ainsi, les voies très passantes, à densité élevée de circulation, qui sont généralement entretenues correctement, sont pourtant les plus mortelles car ce qui compte, c’est la densité du trafic et la vitesse de circulation.

Pour s’en convaincre, il faut fouiller dans les bases de données locales. Tous les départements ne proposent pas forcément des données utilisables, mais la Sarthe fait partie de ces départements qui ont su se doter de moyens de mesurer précisément leur infrastructure routière.

Dans un document issu d’une délibération du 14 décembre 2012 du conseil général de la Sarthe, on peut voir les statistiques de la sécurité routière réparties en trois champs correspondant au type de routes : les routes communales (c’est-à-dire, les agglomérations), les routes départementales et les autoroutes. Sur les statistiques concernant la période entre 2006 et 2010, les accidents corporels se produisent majoritairement (62,5%) en agglomération, mais les personnes tuées se localisent principalement (78,1%) sur le réseau des routes départementales, et c’est le cas aussi des personnes blessées qui nécessitent une hospitalisation (53,1%).

_yartiSecuriteRoutiereQC09

Ce que rappelle ce document, c’est que ces répartitions sont « très sensiblement conformes à la tendance nationale » et « soulignent la gravité des accidents se produisant hors agglomération sur le réseau des routes départementales qui relèvent de la compétence du département ».

Une observation plus fine (routes après routes) montre par ailleurs que ce sont les routes les plus denses en trafic qui engendrent le plus de personnes tuées au kilomètre (le risque de mourir sur la route est directement proportionnel au trafic, si par exemple il y a deux fois plus de voitures, il y a deux fois plus de tués au kilomètre).

C’est ainsi que j’en arrive à la raison du 80 kilomètres par heure.


2. Pourquoi limiter les routes départementales à 80 km/h ?

Cela fait au moins dix ans que tous les acteurs de la sécurité routière sont convaincus qu’il fallait prendre cette décision annoncée par Édouard Philippe le 9 janvier 2018. Pour sa part, en avance dans les réflexions (et très audacieux et courageux si l’on se rappelle le contexte de l’époque), Claude Got l’a proposée dès… le 20 avril 1973 dans une tribune du journal "Le Monde".

La raison est principalement donnée par mon premier point : si l’on considère que le nombre de personnes tuées sur les routes doit être abaissé, les deux seuls leviers sont principalement localisés sur ce réseau de routes départementales : ou réduire le trafic, ou réduire la vitesse.

Réduire le trafic paraît impensable et mettrait en cause la liberté de circulation (notons que c’est ce que font régulièrement les gilets jaunes depuis le 17 novembre 2018). Réduire la vitesse de 90 à 80 kilomètres par heure paraît être un compromis acceptable dans l’équilibre toujours délicat à trouver entre liberté et sécurité.

Pourquoi acceptable ? Parce que la perte de temps engendrée par cette réduction de vitesse n’est pas proportionnelle : le trajet moyen d’un automobiliste n’est pas une voie droite à 90 kilomètres par heure sans obstacle, sans stop, sans feu rouge, sans rond-point, sans agglomération. Ainsi, quelques calculs (dépendant donc évidemment du trajet spécifique) montrent que pour des déplacements quotidiens, la perte de temps est relativement minime, et cela tourne autour de 10% du temps de trajet initial (à 90 kilomètres par heure). 10% du temps en plus, c’est vraiment très faible en compensation des 300 à 400 vies sauvées par an que devrait impliquer la mesure.

_yartiSecuriteRoutiereQC02

Pourquoi se baser principalement sur la vitesse et pas sur d’autres facteurs importants de risque pour la sécurité routière ? Je pense qu’il ne faut pas négliger les actions en direction des autres facteurs, et en premier lieu, l’alcool et les drogues, mais il faut bien reconnaître que c’est plus facile de limiter la vitesse (grâce aux radars automatiques) qu’empêcher une alcoolémie trop forte (pour l’ensemble des automobilistes) : les contrôles sont plus difficiles à être systématiques (même s’il y a maintenant des équipements modernes qui empêchent de démarrer en cas de taux d’alcool du conducteur trop élevé).

Petite diversion au sujet des équipements automobiles : les voitures sont beaucoup plus sûres qu’il y a quarante ans, c’est une évidence et chacun a pu s’en rendre compte dans l’éventualité d’une conduite dangereuse de tiers. Airbags, ABS, carrosserie, pare-chocs, tenue de route, pneus, etc. sont beaucoup plus sûrs qu’il y a quarante ans. En revanche, il faut aussi rappeler que l’effet des équipements sur la sécurité routière est très lent, il faut compter une bonne décennie pour remplacer la moitié du parc automobile, cela signifie que cette action, nécessaire bien sûr, ne peut avoir des résultats de court terme. Or, il y a urgence, les familles de victimes auraient préféré des mesures plus efficaces sur le court terme.

Restons sur l’alcool, une des causes majeures d’accidents mortels. Lisons ce qu’écrit Claude Got le 7 janvier 2018 (l’an dernier) : « D’autres facteurs de risques, liés aux usagers, sont peu influencés par le dispositif de contrôle et de sanctions quand il n’est pas automatisable. Un automobiliste peut passer mille fois par an devant un radar automatique et souffler une fois tous les dix ans dans un éthylotest. Ce rapport de risque de 1 à 10 000 explique que la proportion d’accidents mortels avec un des usagers impliqués sous l’influence de l’alcool est stable aux environs de 30%. J’avais déjà observé cette valeur en 1977 (…). ».

Effectivement, il y a une étude très intéressante qui a montré que la courbe du nombre des conducteurs impliqués dans un accident mortel en fonction des années (de 1998 à 2016) ne change pas de pente, que le conducteur ait une alcoolémie trop forte ou pas, ou même qu’il soit responsable de l’accident ou pas. Cela signifie qu’en baissant la vitesse (consécutivement à l’installation des radars automatiques), l’ensemble des automobilistes a suivi le même comportement, réduisant proportionnellement le nombre d’accidents mortels. Cela signifie que le facteur alcool a lui aussi diminué en importance grâce à la réduction de la vitesse.

_yartiSecuriteRoutiereQC06

Plus généralement, c’est le bon sens qui le dit, plus la vitesse est faible, plus il est facile de réagir face à un danger sur la route. Les distances de freinage sont faciles à calculer. En passant de 80 à 90 kilomètres par heure, on gagne 13 mètres. La distance de sécurité passe de 70 à 57 mètres. Si un obstacle était dans cette zone, entre 57 et 70 mètres, la vitesse réduite évite l’accident, pas la vitesse ancienne. C’est le cas aussi de la vitesse lors du choc, comme on peut freiner plus rapidement, la vitesse au choc est ainsi réduite par rapport au 90 kilomètres par heure. Là encore, les conséquences sont moins graves. Au lieu de tuer, on blesse. Au lieu de blesser, on évite l’hôpital à une personne impliquée dans l’accident.

_yartiSecuriteRoutiereQC03

Enfin, terminons l’explication de la limitation à 80 kilomètres par heure par des considérations autres que la sécurité routière, puisqu’elle a également deux effets bénéfiques : elle va coûter moins cher aux automobilistes (on évalue à 120 euros par an l’économie réalisée par chaque automobiliste en moyenne) et elle peut réduire l’émission de polluants jusqu’à 30%, ce qui n’est pas négligeable.

_yartiSecuriteRoutiereQC04

La communication du gouvernement, qui a "oublié" la rubrique économie dans le budget des automobilistes, aurait dû au contraire insister sur ce fait que la réduction de vitesse n’était pas une manière d’augmenter les PV (personne n’oblige de dépasser les limitations de vitesse) mais au contraire de baisser en volume les taxes perçues par l’État par réduction de la consommation. Des études ont d’ailleurs étaient réalisées pour démontrer que sur la période de forte baisse de la vitesse moyenne (entre 2002 et 2010 environ), la consommation de carburant est restée stable alors que le trafic a fortement augmenté.

Certains évaluent à au moins un milliard d’euros le gain en consommation de carburant qu’entraîne cette baisse de la vitesse sur les routes départementales. Cela signifie que du pouvoir d’achat est redonné ainsi aux ménages. Cela correspondrait à au moins 10% des mesures annoncées par Emmanuel Macron le 10 décembre 2018. C’est loin d’être négligeable.

Cela dit, l’argumentation écologique a ses limites. Autant il paraît normal qu’un État protecteur prenne unilatéralement des décisions visant à réduire le nombre de personnes tuées sur les routes, autant il paraît moins normal qu’un même État prenne de telles décisions pour réduire la consommation de pétrole, dans le cadre d’une transition énergétique. Dans ce dernier cas, le référendum me paraît pertinent (choisir les moyens de la transition énergétique) alors que dans le premier cas (réduire le nombre de personnes tuées), je considère que la sécurité routière n’est pas négociable (sinon, défaisons tout notre modèle social par référendum, puisque c’est à la mode : ôtons les radars, abrogeons les impôts, supprimons les taxes, et, évidemment rasons gratis !).


3. L’efficacité du 80 km/h : statistiques de novembre 2018

Donc, gardons le seul argument qui vaille pour défendre la limitation à 80 kilomètres par heure, la sécurité routière. J’ai en ma connaissance seulement les statistiques du mois de novembre 2018 et pas encore celles du mois de décembre 2018 (précisons que les statistiques évoquent le nombre de personnes tuées jusqu’à trente jours après accident, en sachant que les données publiées plus tôt sont corrigées pour tenir compte de ces personnes tuées "en différé" selon l’observation du même mois de l’année précédente). Par ailleurs, toutes les données qui suivent sont uniquement pour la France métropolitaine.

Pour les deux derniers mois, il est très difficile de lire des statistiques de la sécurité routière. D’une part, il faut un peu de recul et ce recul, il doit être au moins de six mois voire douze mois. Mais s’ajoutent à cela plusieurs autres "problèmes" associés aux gilets jaunes.

En effet, la crise des gilets jaunes a entraîné la destruction partielle ou totale de 60% des radars automatiques. Au-delà du coût matériel (il faudra bien les réparer ou les remplacer), à la charge de tous les contribuables, donc gilets jaunes compris, il y a surtout le coût humain : la limitation de vitesse a-t-elle été respectée malgré la dégradation des radars ? Mon observation personnelle qui n’a rien de rigoureux me laisse entendre que le comportement des automobilistes n’a guère varié.

Si les blocages des ronds-points ont entraîné des accidents parfois mortels, ils ont pu aussi réduire la vitesse de circulation et donc réduire les risques d’accidents. Je pense que l’interprétation des statistiques routières à partir du milieu du mois de novembre 2018 sera donc très délicate à faire.

Pour l’instant, ce qui est intéressant à noter, c’est que le changement de comportement, comme c’était le cas lors de l’annonce de l’installation de radars en juillet 2002, se fait plus psychologiquement que techniquement : depuis le début de l’année 2018, on observe une baisse de la mortalité parce que le comité interministériel de la sécurité routière du 9 janvier 2018 a adopté une mesure courageuse qui montrait la détermination du gouvernement. Que cette mesure ne se soit appliquée qu’à partir du 1er juillet 2018 ne change rien au fait que les comportements ont évolué avant par anticipation.

En année glissante, entre la période de décembre 2017 à novembre 2018 et la période de décembre 2016 à novembre 2017, on observe une nette amélioration alors que la situation de la sécurité routière n’avait pas cessé de se dégrader depuis 2013 (François Hollande et ses ministres Manuel Valls et Bernard Cazeneuve ont été particulièrement décevants dans ce domaine, en renvoyant aux calendes grecques les mesures les plus efficaces).

_yartiSecuriteRoutiereQC07

Directement en rapport avec la vitesse au moment du choc lors d’un accident, le nombre des personnes blessées gravement dans un accident (c’est-à-dire de personnes qui ont dû être hospitalisées après un accident de la route) est passé (toujours par année glissante) de 28 003 en novembre 2017 à 22 069 en novembre 2018, soit une réduction de 5 934 personnes hospitalisées (soit 21,2% !). Si on compare uniquement pour le mois de novembre 2018, il y a eu 1 585 personnes hospitalisées soit 30,0% de moins qu’en novembre 2017 (2 265 personnes).

Sur la mortalité, les statistiques sont moins faciles à analyser. En effet, 245 vies humaines ont été sauvées en un an : le nombre de personnes tuées sur les douze mois précédents était de 3 493 en novembre 2017 et il est de 3 248 en novembre 2018, soit 7,0% de moins. C’est donc un résultat très remarquable, mais c’est moins évident de l’imputer à la seule limitation des 80 kilomètres par heure.

Si l’on prend seulement mois par mois, il y a eu seulement 5 personnes tuées en moins en novembre 2018 par rapport à novembre 2017 (moins de 2% d’amélioration), ce qui reste faible (statistiquement pas très notable). La difficulté vient aussi du fait que le mois de septembre 2018 a été très mauvais par rapport à septembre 2017, sans qu’une explication n’ait été encore fournie à ma connaissance.

_yartiSecuriteRoutiereQC08

J’ai donc cherché à affiner ces données et à prendre les différences entre la mortalité de chaque mois pour comparer la période entre juillet 2018 et novembre 2018 avec la période entre juillet 2017 et novembre 2017.

Pendant ces cinq mois d’application de la mesure, il y a eu 1 440 personnes tuées, soit 5,8% de moins (88 personnes) qu’en 2017 pendant la même période, et 10 068 personnes hospitalisées, soit 17,9% de moins (2 185 personnes) qu’en 2017 pendant la même période. Pour l’instant, la limitation à 80 kilomètres par heure semble avoir limité surtout le nombre de personnes hospitalisées (l’évolution est très notable). Pour le nombre de personnes tuées (-5,8%), c’est trois fois moins notable.

Évidemment, ces données globales sont très incomplètes, il faudrait déterminer la localisation des accidents (comme l’a fait l’étude du conseil général de la Sarthe), en distinguant au moins agglomérations, routes départementales et autoroutes. C’est uniquement sur le réseau des routes départementales qu’il faudra évaluer l’influence de la limitation qui ne s’applique qu’à lui.


Ne pas perdre de vue l'objectif : sauver des vies humaines

Dans tous les cas, et malgré la volonté des gilets jaunes de tout remettre à plat, l’évolution statistique est heureuse. Il faut rester sur cette lancée. Elle ne permettra pas d’atteindre l’objectif fixé en 2010, à savoir de descendre en dessous du seuil de 2 000 personnes tuées en fin décembre 2020, mais l’objectif de 3 000 personnes tuées est réaliste. Il faut bien se rappeler que le désagrément est très faible, quelques minutes de perdues dans un trajet quotidien, ce n’est RIEN par rapport aux centaines de vies humaines qui vont être sauvées…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (20 janvier 2019)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Vers la suppression de la limitation à 80 km/h ?
Les gilets jaunes ?
80 km/h : 65 vies déjà sauvées en deux mois ?
L’efficacité de la limitation à 80 km/h.
Guide argumentaire sur la limitation à 80 km/h sur les routes à une voie.
Décret n°2018-487 du 15 juin 2018 relatif aux vitesses maximales autorisées des véhicules (à télécharger).
Rapports sur l’expérimentation de la baisse à 80 km/h (à télécharger).
Documentation sur la sécurité routière (à télécharger).
Argumentaire sur la sécurité routière du professeur Claude Got (à télécharger).
La nouvelle réglementation sur les routes à une voie.
Le nouveau contrôle technique automobile.
Sécurité routière : les nouvelles mesures 2018.
La limitation de la vitesse à 80 km/h.
Documentation à télécharger sur le nouveau contrôle technique (le 20 mai 2018).
Documents à télécharger à propos du CISR du 9 janvier 2018.
Le comité interministériel du 9 janvier 2018.
Le comité interministériel du 2 octobre 2015.
Documents à télécharger à propos du CISR du 2 octobre 2015.
Cazeneuve, le père Fouettard ?
Les vingt-six précédentes mesures du gouvernement prises le 26 janvier 2015.
Comment réduire encore le nombre de morts sur les routes ?
La mortalité routière en France de 1960 à 2016.
Le prix du gazole en 2008.
La sécurité routière.
La neige sur les routes franciliennes.
La vitesse, facteur de mortalité dans tous les cas.
Frédéric Péchenard.
Circulation alternée.
L’écotaxe en question.
Ecomouv, le marché de l’écotaxe.
Du renseignement à la surveillance.

_yartiSecuriteRoutiereQC05


Moyenne des avis sur cet article :  1.49/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

120 réactions à cet article    


  • baldis30 21 janvier 11:28

    aaaaaaaaaaah ......................si vous êtes dans le secret des dieux de l’Olympe nous ne pouvons que vous croire ...

    C’est beau la croyance ...


    • velosolex velosolex 21 janvier 16:39

      @baldis30
      Une mesure simple pour lutter contre la mortalité routière :

      Renationaliser les autoroutes, et les rendre gratuits aux contribuables qui ont assuré leur financement !
      D’ailleurs je pense que notre bon edouard Philippe qui se gargarise de sécurité quand ça l’arrange va sûrement prendre un décret en ce sens. Si ça peut sauver une vie, comme il dit. 


    • baldis30 21 janvier 21:16

      @velosolex

      bonsoir,
       une mesure encore plus efficace : rouvrir toutes les voies ferrées au trafic voyageur ... il suffit de voir l’hécatombe sur des zones où les voies ferrées ont été supprimées quelquefois au profit de voies vertes pour promenades bobo-verts ( la teinte bobo-vert est une variante moderne de la teinte vert-de-gris très utilisée en Europe entre 1933 et 1945 !
       Et ne causons pas des économies d’énergie ...



    • Pere Plexe Pere Plexe 21 janvier 11:37

      Encore un monument de cohérence :
      "Les routes sont des structures inertes, passives, ce sont les usagers qui ont des comportements qui les tuent

      « 

      Plus loin le même :
       »Une petite route avec des arbres en bordure, des sorties de propriétés ou de chemins agricoles, des zones où la visibilité est faible du fait de multiples dénivelés peut produire trois fois plus d’accidents"


      • Clocel Clocel 21 janvier 12:00

        Z’êtes vraiment la Pom-Pom girl du régime mon bon Roko ! smiley

        Blague à part, z’êtes combien pour commettre ces insanités anachroniques ?


        • HELIOS HELIOS 21 janvier 15:55

          @Clocel
          ... je conseillerais à la Pompom girl de garder sa voiture au garage, comme cela la distance de freinage n’existera plus et le temps de voyage également.
          Qu’il n’oublie surtout pas d’en avoir une dans la garage, de voiture, toufeois, faut pas perdre de vue l’industrie.

          Je pourrais aussi lui demander d’écrire le même article en remplaçant la limitation de vitesse par la cuisine et ce qu’il mange.
          Combien de vie, de kilos, de visites chez le medecin et de drames causés par une alimentation inadaptée... cessez de manger trop salé, trop sucré etc... mais remplissez quand même votre frigo avec la malbouffe, faut bien que Spanghero produise ses lasagnes.

          enfin, puisque c’est la periode des considerations diverses et variées... et que nous allons signer le 22 janvier un traité scandaleux avec l’Allemagne pour « etablir une convergence »... ne pouvant rien faire pour ne pas signer, profitons au moins des avantages qu’il peut nous procurer.... 100 km/h sur les routes sans séparateurs, et pas de limites lorsque les autoroutes sont interurbaines hors zones d’entrée-sortie.
          Je constate que les allemands, ni plus ni moins inconscients que nous n’ont pas plus d’accidents... a moins que leur distance d’arret (c’est l’argument phare de notre limite à 80 km/h) n’obeissent pas aux même lois de la physique.

          Enfin, respectueux de moi-même, s’il fallait une mesure, une seule, pour diminuer les accidents de la route dus à la conduite, ce serait, dans la majorité des cas, hors agglomeration, d’éliminer une majorité d’interdiction et de les remplacer par des informations incitatives (panneau de vitesse conseillée) afin que les conducteurs s’adaptent, prennent leurs precautions quitte a les penaliser lors d’un accident si cette vitesse n’a pas été respectée.

          Alors, evidement cette proposition est ruineuse pour l’état, puisque les radars ne serviraient plus a rien hors agglomeration, mais les gilets jaunes auraient perdu beaucoup de leurs forces car, de manière invisible et surtout pas avouée par les analystes de BFM etc, c’est bien la perte de dignité des citoyens qui est un des moteurs de la contestation, .. limitation de vitesses, humiliations administratives, normes ubuesques etc ! Même le secretaire d’état Mahjoubi à parlé de cette perte de dignité, tout en restant tres flou sur les causes.

          Merci Clocel pour m’avoir permis cette remarque.


        • Clocel Clocel 21 janvier 16:47

          @HELIOS

          Plus besoin de bagnole, il va être statistiquement plus risqué de croiser un flic à pince qu’un platane à pleine vitesse ! smiley


        • Fergus Fergus 21 janvier 12:03

          Bonjour, Sylvain

          Je partage très largement le contenu de cet article, très bien argumenté et très pertinent.

          Pour autant, je n’ai pas de position dogmatique sur le sujet. Ce que je souhaiterais, c’est que les pouvoirs soient clairs et audibles. Or, l’on ne peut un jour descendre à 80 km/h au motif  justifié  d’une amélioration de la sécurité routière et revenir sur cette décision quelques mois plus tard comme si l’argument de l’économie de vies sur la route n’avait pas existé.

          Certes, l’on peut envisager des limitations différentielles, et ce serait assez justifié, eu égard à la configuration du réseau. Mais avec à la clé un problème de première grandeur : comment savoir  et garder à l’esprit  qu’en passant d’une région à l’autre, la limitation n’est pas la même ; cela n’aurait aucun sens !


          • vesjem vesjem 21 janvier 16:39

            @Fergus
            tu ne disposes de plus aucun potentiel d’évolution ;
            tu avais déjà les mêmes certitudes qu’aujourd’hui,il y a 50 ans, et dans sur bien des sujets ;
            tu es resté dans des réponses dogmatiques gnan-gnan des années 60 ; je te plains 


          • velosolex velosolex 21 janvier 16:54

            @Fergus
            Les pancartes de limitation ne sont pas faites pour les chiens. On en use on en abuse. On ne sait jamais à quel train rouler. Par contre les camions eux, sont déchainés à mort si vous roulez à 80 sur une route où ils estiment que vous, et eux, peuvent accélérer.
            Appels de phares, collement au cul. C’est l’’expérience « Duel » que plus d’un a fait. On ne parlera pas des effets induits, comme celui ci, et tout autant de l’utilisation majorée du téléphone, forcément, lié au pourcentage de temps supplémentaire passé sur la route ( et autant à l’ennui qui s’en dégage, attirant aussi la somnolence). 
            Les simulations faites dans l’est, avant la loi, n’avaient pas été concluantes. On ne les a pas rendu donc disponibles. Les chiffes de la morbidité ne le sont pas plus depuis cette loi imbécile et uniforme, surtout. On les commentera en prétendant que les radars détruits expliquent ce fait. Affirmation encore partisane, sans étude sérieuse, résultant de l’acte de foi, et tordant au forceps les résultats, quand ils ne correspondent pas aux attentes. Pour qu’une loi soit acceptée, il faut qu’elle soit comprise, admise. Là c’est carrément le contraire. Plus d’un, dont moi, avait prédit que cette stupidité allait avoir des prolongements...Qu’ont ils dans la tête ? La bêtise se disputent au mépris et à la morgue. Un effet indiscutable et attendu : La majoration des flashs, et des amendes. Malheureusement des gens qui ne respectent rien se sont attaqués à ces braves tiroirs caisses. Deux tiers de détruits ;....L’argent ne rentre plus…...On ne respecte plus rien


          • Fergus Fergus 21 janvier 17:46

            Bonjour, velosolex

            « Appels de phares, collement au cul. C’est l’’expérience « Duel » que plus d’un a fait. »

            Plus d’un, je n’en doute pas. Mais ce type de comportement est heureusement rare, et cela existait déjà lorsqu’on roulait à 90 km/h.

            « Pour qu’une loi soit acceptée, il faut qu’elle soit comprise, admise. Là c’est carrément le contraire »

            Je ne suis pas d’accord sur ce point. Après avoir entendu des personnes râler avant l’été, ce n’est plus le cas désormais.


          • velosolex velosolex 21 janvier 18:22

            @Fergus
            « Je ne suis pas d’accord sur ce point. Après avoir entendu des personnes râler avant l’été, ce n’est plus le cas désormais ».

            Etonnant. Un beau déni du réel, très dans l’air du temps Macronien. N’avez vous pas vu tous ces gilets jaunes, qui battent les campagnes ? Et sur les rond points ?...
            Pensez vous que la destruction de 60% des radars est le fruit du hasard ?

            J’entend tout de suite vos hauts cris d’indignation. De fait.. Mais la réalité du ressenti est bien là, qu’on soit d’accord ou pas. 
            La Fontaine a fait bien des contes sur ce genre de choses. Je vous laisse chercher. Il n’y a que l’embarras du choix. Mais cet Edouard Philippe, sûr de son fait, jouant l’arrogant, se drapant dans ses certitudes, est bien rattrapé par la réalité. 
            « Rien n’est si dangereux qu’un ami ignorant
            Mieux vaudrait un sage ennemi.... »


          • Fergus Fergus 21 janvier 18:38

            @ velosolex

            La question des 80 km/h n’était pas présente sur les ronds-points au début du mouvement, elle y est venue après pour charger la barque sur un sujet sans rapport avec le pouvoir d’achat et la fiscalité.

            Et elle est entretenue dans les débats avec les maires par un exécutif qui a compris qu’il pouvait lâcher sans frais du lest au moins sur ce point !


          • velosolex velosolex 21 janvier 18:51

            @Fergus
            Le sujet était bien sûr présent. Il est même très certainement à l’origine du mouvement d’indignation qui pourrait prosaïquement se nommer « Marre d’être pris pour des cons !
            La politique des radars, et des amendes accrochées, font partie de la fiscalité pernicieuse, qui accable tous ceux simplement qui tentent de vivre, et qui se voit ponctionner, ne serait ce que pour construire un cabanon de jardin.
            L’état a mis en avant son manque à gagner, de 400 millions, perdus, dans la destruction des radars, livrant son vrai visage. Comme tant, je reconnais l’utilité des radars. Mais arrive un moment, ou votre intelligence vous force à faire la distinction entre prophylaxie et démagogie. 
            Si agoravox n’est peut être pas un indice certain de l’opinion générale, allez faire un tour sur les ronds points prendre la température, comme je l’ai fait. »Lacher du lest sur les limitations ?...Je doute que cela ne se solde autrement que par une nouvelle facture, dont on comprend que les élus ne voudront pas régler. 


          • Fergus Fergus 21 janvier 19:04

            @ velosolex

            « Le sujet était bien sûr présent »

            Peut-être dans votre coin du Finistère, mais pas chez moi à Dinan où ce sujet ne figurait pas sur les revendications initiales*, directement liées à la taxation du carburant et au pouvoir d’achat.

            * Eh oui, je suis moi aussi allé « faire un tour sur les ronds points prendre la température » !


          • Aristide Aristide 21 janvier 21:11

            @Fergus

            On nous cache tout, alors ! Ils auraient foutus tout ce bordel, montés à Paris ou autre lieux de rassemblement pour cette histoire de 80km/h !!!


          • velosolex velosolex 22 janvier 10:13

            @Fergus
            Vous avez le sens de l’humour. Je ne vois pas pourquoi les habitants des côtes d’armor seraient des moutons par rapport au Finistère et au reste de la France. La popularité des radars abaissée à 80 est si évidente, que dans le 22 comme dans le 29, le 56 et même maintenant le reste de la France, les trois quart des bandits manchots ont grillé, retirant le bénéficie et l’acceptation qu’ils avaient quand ils étaient réglé sur 90...Du reste, même les journaux à l’extrême gauche de la route, comme « Le Figaro », y vont de leur petite étude, et sont très dubitatifs, sur à la fois l’acceptation de la mesure, et des intérêts liés.Les Français respectent-ils le 80 km/h ? - Le Figaro https://bit.ly/2Ua1hFi   

            Leur conclusion est pertinente : « Les relevés d’Auto Plus montrent que les Français sont loin d’êtres inconscients du danger, et savent adapter leur vitesse à leur environnement. Mais quand les limitations sont incompréhensibles ou semblent illégitimes, la situation se dégrade. Elle peut même devenir fortement dangereuse sur des routes fréquentées par les camions, où les usagers s’énervent et sont pris de panique. Une solution logique serait de traiter les limitations au cas par cas, plutôt que de tout généraliser. Car diminuer la vitesse ne sauve pas toujours des vies. »


          • Aristide Aristide 22 janvier 10:24

            @velosolex

            Citation assez ... ridicule : « les Français sont loin d’êtres inconscients du danger,... » et quelques lignes plus bas :« les usagers s’énervent et sont pris de panique. »

            Comment donc ces français qui ne sont pas inconscients seraient pris de panique.



          • velosolex velosolex 22 janvier 12:07

            @Aristide
            Mauvaise foi évidente. Cette phrase est à replacer dans le contexte de l’article, L’article vient du figaro, qui remonte l’exaspération, des conducteurs avec les camions qui leur collent au cul, et qui paniquent. Il y a de quoi quand un ce de ces mastodontes vous menacent.
            Ce sont là les effets secondaires d’un manque d’anticipation des gouvernants, qui décident, avant de refuser les conséquences de leurs actes. 
            Plus d’un a vu que cette mesure stupide, uniforme, venant de Paris, pour la province, a centrifugé la colère. Pas vraiment un scoop. Mais certains de même refusent de constater le réchauffement. 
            Pour mémoire j’avais fait un article à l’époque, dans lequel j’exprimais ce que j’exprimerai ce jour. https://bit.ly/2MpawPc ( Limitation de vitesse, et manipulation sécuritaire


          • velosolex velosolex 22 janvier 12:26

            @velosolex
            Je me marre tout de même, quand je relis cet article, que j’avais écrit à la mi juin, sur les conséquences de cette limitation uniforme, et donc stupide, décidée sans aucune concertation, à Paris, pour les péquenots. Une illustration grandeur nature du mal français, dans le fond, et dans la forme. 

            .« Le libéralisme lui aussi, n’est plus soumis à aucune limitation de vitesse ! On a dérégularisé tout ça ! Il nique le contrôle technique ! Les flics le laissent passer en saluant. On a retiré à peu près toutes les pancartes, et les dos d’âne pour le laisser rouler plus vite, même sur les petites routes . »

            Et pour finir
            « Les ruraux n’ont guère pourtant le choix. Nos dirigeants n’ont absolument pas compris combien cette mesure, on ne peut plus controversée, s’apparente à la goutte d’eau en trop, ou plutôt en moins, dans le radiateur, qui risque d’exploser »

                          Sans autre commentaire


          • Aristide Aristide 21 janvier 12:13

             Il faut bien se rappeler que le désagrément est très faible, quelques minutes de perdues dans un trajet quotidien, ce n’est RIEN par rapport aux centaines de vies humaines qui vont être sauvées…


            Je partage entièrement cet avis. Et je suis opposé à une différenciation des limitations de vitesse sur d’autres critères que la nature des voies : voie dans une commune ( 50 ou 30), route à double sens ( 80 ou 50), route à chaussées séparées ou autoroute urbaine (110) et autoroute (130 ou 110).

            Raisonnable, il me semble..


            • Fergus Fergus 21 janvier 13:09

              Bonjour, Aristide

              La voix du bon sens ! 


            • HELIOS HELIOS 21 janvier 17:38

              @Aristide
              ... hmmm, il faudrait aussi, par exemple, et selon votre organisation, reserver au supermarchés des portes specifiques pour entrer et d’autres pour sortir...
              votre raisonnement raisonnable n’est ni plus ni moins qu’une contrainte inutile.

              Les regles d’organisation s’imposent d’elles mêmes lorsqu’elles sont régit par des systemes techniques... comme la circulation a droite - qui ne souffre pas d’exception sur une route a double sens  ou alors des règles de convivialités qu’on érige en obligation exactement comme les règles de politesse : un savoir vivre obligatoire, en fait.

              En se cachant derriere une sécurité imposée autant qu’illusoire, les autorités qui decident font fi de la frontiere qui separe le comportement dangereux effectif du comportement dangereux supposé : rouler à 90 sur les quais (lorsqu’ils etaient ouverts) a 3h du mat, ce n’est pas rouler a 50 a 16h dans la journée alors que les radars et votre pression dogmatique ne font pas du tout cette difference.

              Il faudrait commencer pas apprendre quelques règles de circulation techniques minimales et comportementales aux conducteurs pour que leur jugement soit plus pertinent et leur responsabilité engagée... ce que sont loin de faire les auto écoles qui preferent vous expliquer ou se trouve le cric ou la consommation avec la clim enclenchée.


            • Aristide Aristide 21 janvier 21:04

              @HELIOS

              selon votre organisation

              Mon organisation ? Ce sont simplement les règles de limitation de vitesse du code de la route qui s’appliquent en France.

              Sur le reste, je retiens simplement cette histoire de jugement du comportement dangereux soumis à une appréciation. De qui ? Quand ? Comment ? Il parait que l’on a inventé ce que l’on nomme lois et règlements qui s’imposent à tous. Égaux devant la loi, facile.


            • Konyl Konyl 21 janvier 12:18

              Pour l’auteur, je partage votre point de vue, par contre poster ça ici, c’est vouloir une mauvaise note à tout prix.

              Vous allez vous faire insulter, traiter de liberticide par des caisseux grincheux qui estiment avoir le droit de rouler plus vite pour leur propre plaisir et bien entendu en diesel !

              Pour moi les 80Km/h sont une bonne chose, et même dans certains cas c’est encore trop vite (vers Saint Pierre de Chartreuse il y a des routes à 80 sur lequel il est dangereux de s’aventurer à cette vitesse). Macron serait bien con de revoir sa copie, sans attendre une année complète d’exploitation à cette vitesse.

              Beaucoup trop de gens ici ne voient que leur jardin, rouler à 80 c’est polluer moins, mais non, il faut prouver à momon qu’on a des couilles et qu’il faut faire usage du 2.7 TDI aidé par l’état. Vous savez ce qu’on dit, grosse voiture...


              • Fergus Fergus 21 janvier 13:13

                Bonjour, Konyl

                « Macron serait bien con de revoir sa copie... »

                Vous avez raison. Surtout que  je ne sais toutefois pas si c’est partout le cas —, les 80 km/h ne sont plus un sujet de conversation ni de contestation dans ma région.


              • vesjem vesjem 21 janvier 16:45

                @Fergus
                le jour où des esprits tordus t’obligeront à rouler à 70km/h sur autoroute (pendant 500km par ex), tu respecteras, j’en suis sûr, comme un faible individu qu’on veut abêtir


              • Fergus Fergus 21 janvier 17:41

                Bonjour, vesjem

                Soyons sérieux, cela n’arrivera évidemment jamais. 80 km/h est d’ailleurs ce que demandaient les associations de prévention routière, précisément parce que cette vitesse leur semble un juste équilibre entre les contraintes de déplacement et la sauvegarde des vies humaines.


              • sophie 21 janvier 18:02

                @Konyl
                "Pour l’auteur, je partage votre point de vue, par contre poster ça ici, c’est vouloir une mauvaise note à tout prix.

                " , il n’y a que sur AVX que l’on peut noter


              • velosolex velosolex 21 janvier 18:32

                @Fergus
                Avec trois quart de radars détruits
                Il est logique que le sujet est devenu moins brûlant. 


              • Gasty Gasty 21 janvier 19:32

                @Konyl

                Je n’arrive pas sur un Stop à 80 km/h. Comme pour le 90 km/h le 80 km/h n’est pas une vitesse à atteindre mais une vitesse limite à ne pas dépasser. Un bon conducteur adapte sa vitesse et ce n’est pas le 80km/h qui va changer un chauffard en bon conducteur.


              • Aristide Aristide 21 janvier 21:07

                @Gasty

                C’est un peu comme l’histoire du bon et du mauvais chasseur. Le code s’impose simplement à tous, et il est bon que le règlement soit le même pour tous.


              • Aristide Aristide 21 janvier 21:13

                @vesjem

                tu respecteras, j’en suis sûr, comme un faible individu qu’on veut abêtir

                Ouahhh, en voilà de la vraie révolte qui nique le radar. Et pis, c’est pas 70 sur autoroute, c’est 50. 


              • baldis30 21 janvier 21:23

                @Konyl

                bonsoir
                 « Vous allez vous faire insulter, traiter de liberticide par des caisseux grincheux qui estiment avoir le droit de rouler plus vite pour leur propre plaisir et bien entendu en diesel  ! »
                 Eh bien j’en fais partie parce que les verts, les macronistes et autres bobos ont fermé les voies ferrées ... et le résultat ... plusieurs centaines de morts qui pourraient être évités ... un seul exemple : téléphoner depuis un train pendant qu’il roule et depuis la partie non assise n’a jamais cause un accident de plus ... 
                je ne fais pas parti des râleurs ... mais plutôt des hurleurs  : « mort aux cons »


              • Konyl Konyl 22 janvier 10:52

                @baldis30

                Hurlez tant que vous voulez, en général on hurle parce que ce qu’on a dire n’est pas constructif, pas réfléchis, un peu comme un mauvais film qu’on pousse avec beaucoup de pub. 


              • aimable 22 janvier 16:17

                @sophie
                Fergus est prudent sur la route , mais il se rattrape sur AV ou la il prend énormément de risques mais il les assument puisque là il ne met la vie de personne en danger . 


              • baldis30 22 janvier 17:18

                @Konyl

                 j’ai passé ma vie à construire et je n’ai pas besoin de vos conseils de philosophie -bidon


              • vesjem vesjem 22 janvier 22:58

                @Fergus
                tu n’as vraiment rien compris au sens de ma remarque, ou tu simules ?


              • vesjem vesjem 22 janvier 23:00

                @Aristide
                observe ton nombril , au lieu de commenter

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès