• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > 2 mesures d’urgences pour redistribuer l’argent

2 mesures d’urgences pour redistribuer l’argent

Le problème auquel nous sommes confronté actuellement dans nos sociétés modernes, c'est qu'il n'y a plus assez d'argent en circulation, et ce pour une raison toute simple : certains en conservent des quantités de plus en plus importante sur des comptes en banques ou même parfois sous forme de billets dans des coffres.

A la base l'argent sert à échanger des choses, c'est un principe fondamental, mais quand trop de personnes conservent l'argent comme une richesse, en tant que "fortune", alors cet argent est immobilisé, inutilisé, inactif, et donc il n'est plus disponible pour que les autres puissent échanger des choses, le rôle normal de l'argent à la base.

 

Il y a par exemple des gens "fortunés" qui possèdent tout ce dont ils pouvaient rêver, une ou plusieurs maison, un bateau, pourquoi pas un avion, leur richesse "matérielle" n'est pas un problème, ça donne envie mais le vrai problème c'est qu'ils n'achètent plus rien car ils ont tout ce qu'ils désiraient, et maintenant ils accumulent l'argent sur des comptes, pour augmenter leur fortune (il ne veulent pas refuser de l'argent qu'ils gagnent évidement).

 

Dans un autre genre il y a des groupes financiers qui spéculent, des banques d'investissement, des hedge funds, qui détiennent des sommes très importantes sur des comptes, de l'argent qui est prêt à être investi dans des opportunités de placement. Si par exemple le Dollar chute sur les marchés internationaux alors ces investisseurs en achètent avec des Euros pour les revendre plus tard... Ici on est très loin du rôle initial de l'argent : échanger des choses ! On achète de l'argent avec de l'argent pour le revendre plus tard plus cher... Si trop d'argent en circulation est utilisé pour ce genre d'activité alors il n'y a plus assez d'argent pour "échanger" des biens, il n'y a plus assez d'argent pour acheter du pain...

 

En zone euro si on compte tout l'argent disponible (jusqu'à M3) cela fait environ 36 000 € par citoyen. Ce n'est pas si énorme que ça si on y pense et on peut facilement dépasser une limite d'argent immobilisé au-delà de laquelle le système se trouve en difficulté pour continuer de fonctionner normalement. C'est le cas actuellement bien sûr, ce serait difficile de le nier.

 

Certain vont vous dire que l'argent n'est pas immobilisé mais que c'est de l'épargne et que c'est bénéfique car cet argent sert de réserve au banques pour prêter de l'argent aux entreprise et aux ménages. C'est en partie vrai tant que les entreprises et les ménages ne sont pas trop endettés. De nos jours tout le monde est très endetté (même les pays) et la banque centrale Européenne à même récemment introduit des taux négatifs pour forcer les établissements bancaires à prêter...

 

Ces taux négatifs sont une très bonne chose et à terme les personnes qui détiennent des sommes faramineuses vont certainement décider de "libérer" cet argent en achetant de l'or, des diamants, que sais-je, des choses qui se dévalueront moins que l'argent à taux négatif.

 

Le problème c'est qu'il y a urgence et le processus prend du temps, surtout avec des taux négatifs de seulement 0,3 % et qui ne s'applique d'aux réserves obligatoire des banques placées à la BCE. Il faudrait que ces taux s'appliquent à tous les comptes supérieurs à cent mille euros par exemple. Et à des taux de deux pourcent (ou plus ?), les chiffres sont à déterminer, en douceur, il ne faut pas faire exploser le système, ça donnerait juste une guerre ce qui n'est pas souhaitable.

 

Un des signe qui révèle à quel point une partie importante de l'argent est immobilisé, c'est l'inflation qui ne monte pas. On a même eu peur d'entrer en déflation à un moment, la baisse des prix !!... L'inflation ne dépend pas de la masse monétaire "brute" mais seulement de la partie "en circulation" de l'argent. En effet si un tiers de la masse monétaire est immobilisé alors les prix ne sont influencés que par les deux tiers "actifs".

 

Il faudrait donc redistribuer (d'urgence) cet argent pour relancer la machine.

 

Mais le hic c'est qu'on ne reprend pas l'argent à ceux qui l'ont "gagné" et s'ils le désirent ils ont tout à fait le droit de le bloquer sur des comptes. Bref on est tous d'accord : ils font absolument ce qu'ils veulent de leur argent.

 

Pourtant on arrive à un point critique, il faudrait d'urgence redistribuer même un tout petit peu de cet argent immobile car le système commence à avoir vraiment du mal à fonctionner pour un nombre croissant d'entre nous, et on sent monter la révolte des peuples qui souffrent partout dans le monde sous la forme de mini révolutions et de votes extrêmes...

 

Le Pen au pouvoir c'est à terme un désordre social important, une guerre civile peut-être, et même potentiellement bien pire on le sait tous, mais de plus en plus de gens ont encore plus peur de la pauvreté qui les menace en se répandant inévitablement puisqu'il y a de moins en moins d'argent disponible. Ils croulent sous les dettes, n'arrivent plus à finir le mois, et craignent de se faire expulser, de finir dans la rue, avec leurs enfants !... Comme tous ces SDF qu'on voit de plus en plus partout... C'est inutile d'essayer de les raisonner, ils "préfèrent" une révolution, espérant que ça ne les tue pas, plutôt que de dépérir et mourir en silence dans la misère. Et on les comprend bien sûr.

Donc le Brexit, Trump, Le Pen, c'est idiot ils le savent mais c'est leur seule "issue", ils en sont "là"... Et nous serons de plus en plus nombreux à en être là étant donné qu'il y a de moins en moins d'argent "disponible".

 

Une des seule solution viable comme je l'ai dit c'est de baisser les taux de rémunération des placements, et même de les rendre négatifs à partir d'un certain seuil, il ne devrait pas être admissible qu'une personne "bloque" impunément des Millions d'euros ! (des centaines de fois l'argent disponible moyen par citoyens donc !).

 

Rendre négatif les taux d'intérêts au-delà d'une certaine somme détenue par citoyen permettrait de "motiver" ceux qui immobilisent cet argent massivement à l'utiliser et le remettre dans le système ! Ils pourraient acheter de l'or, du pétrole, des diamants, mais qu'ils nous rendent notre moyen de fonctionner  !

 

Les taux négatifs ne sont pas le seul moyen d'action, il existe une autre solution bien connue à notre problème : créer de l'argent, la fameuse planche à billets. Ça permet de "redistribuer" un peu d'argent neuf là où il n'y en a presque plus. Ce nouvel argent est produit et dépensé par l'état pour ses "frais de fonctionnements", donc il "arrose" toute la population, directement ou indirectement. En plus l'état ne s'endette pas pour le produire, bref, comme l'état c'est tout le monde, c'est équitable et très sain.

 

Le hic c'est que ceux qui ont accumulés l'argent n'aiment pas du tout ça car pour eux c'est un "appauvrissement", et en substance c'est vrai, après une émission monétaire ils possèdent une "part" moins importante du "gâteau", ils sont moins riches... Alors eux ils veulent zéro "nouveau billet" !! C'est tout ! Ils le disent, haut et fort, et comme ils possèdent les médias on les entend bien. Ils disent que la planche à billets utilisée "massivement", "sans compter", provoque des catastrophes, comme dans les républiques "bananières", et c'est vrai, il faut bien le reconnaître, et puis toute chose faite avec excès est mauvaise de toute façon, mais ils se gardent bien de dire que si c'est fait de manière "raisonnable" c'est bénéfique, salutaire même !!

 

Ils rallient (ou payent) des économistes à cette cause extrémiste et tout le monde finit par y croire, même les pauvres !! C'est le comble !... Mais ils possèdent les médias alors ils ont une influence importante... Le pire c'est qu'ayant également une influence importante sur le pouvoir ils ont réussi à limiter légalement cette pratique de la "planche à billets" en 1973, c'est la loi dite Pompidou-Giscard-Rothschild (ça en dit long comme titre). En 1993 ce fut complètement interdit au niveau national, et puis carrément interdit à l'international avec l'article 104 du traité de Maastricht repris par l'article 123 du traité de Lisbonne... Riches de tous les pays unissez-vous !

 

Cerise sur le gâteau : non seulement les états ne produisent plus d'argent pour leurs dépenses ce qui "rééquilibrait" les "écarts de fortunes" mais en plus ils doivent emprunter à la place ! Et à qui les états empruntent-ils ? Et bien à ceux qui ont tout cet argent qui ne leur sert pratiquement plus à rien bien sûr, ce qui leur fait gagner des intérêts (gigantesques) et accélère leur enrichissement... Tout est fait pour que l'argent soit "fructifié" comme on dit, l'enrichissement de ceux qui ont de l'argent est inévitable, c'est une machine infernale, la "crise" empire donc de plus en plus.

 

On se demande presque comment ils ont réussi à faire gober ce "système" à tout le monde c'est presque incroyable...

 

A force le système présente de graves carences, il y a de moins en moins d'argent pour le faire fonctionner, pour "échanger". La production n'est plus achetée, donc elle régresse, il y a des fermetures d'entreprises, des licenciements, une hausse du chômage, les pauvres sont de plus en plus pauvres et les riches de plus en plus riches, il n'y a pas d'autre évolution possible... Jusqu'au moment où les conditions de vie d'un nombre trop important de gens deviennent insupportables et que l'ordre public soit menacé... Les gilets jaunes !

 

A ce moment si le peuple prend les choses en mains c'est la révolution... Et si ceux qui possèdent l'argent, les médias et influence le pouvoir prennent les devants, comme c'est le plus souvent le cas, alors c'est la guerre.

 

Il faut donc, tant qu'il est encore temps, avant la révolution ou la guerre, deux choses :

 

1 - généraliser les taux négatifs a -2% aux comptes supérieurs à cent mille euros.

 

2 - permettre aux états de financer leur fonctionnement par la création monétaire (comme dans le temps) mais limitée à hauteur d'un certain pourcentage de leur PIB, autour de 10 % par an sans doute donc pour la France 250 milliards d'Euros.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.06/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • michalac michalac 19 janvier 19:38

    " Si trop d’argent en circulation est utilisé pour ce genre d’activité alors il n’y a plus assez d’argent pour « échanger » des biens, il n’y a plus assez d’argent pour acheter du pain...« 

    Mais non... mais non... mais non...

    La monnaie utilisée pour »ce genre d’activité" est une monnaie, au plus liquide, scripturale et, qui plus est, prédestinée à ce genre d’activité...En aucun cas elle ne vient en diminution de la masse monétaire consacrée à la monésitation des échanges de biens et de services.

    La BCE et les banques centrales nationales possèdent suffisamment de réserves en euros pour assurer la demande en liquidité des agents économiques à des fins de transactions commerciales.

    Il s’agit là d’un raisonnement fondé sur le postulat d’une masse monétaire fixe et immuable. Ridicule.


    • Fabien Sabinet Fabien Sabinet 20 janvier 10:52

      @michalac
      Ha tiens c’est nouveau il y a différent type « d’argent » smiley Qu’il y ait différente forme d’argent ça d’accord, sur des comptes ou en billets, mais différent type je ne connaissais pas...

      Non sérieusement il y a L’ARGENT, la monnaie, sous quelque forme que ce soit, et quand trop de cet argent est utilisé pour spéculer sur les marchés monétaire (acheter des devises comme le Dollar et le revendre plus cher après) et bien il n’y en a plus assez pour « échanger » des biens, c’est tout, n’essayez pas de nous embrouiller avec votre bla bla économique (que plus personne ne gobe) en vous faisant passer pour un expert, si les « grand » économiste y comprenaient quelque chose on en serait pas là aujourd’hui.

      Quand au réserves dont vous parlez elle sont en effet énorme, mais plus personne ne peut emprunter, tout le monde est au maximum, même les états, donc il est inutilisé, immobile.


    • michalac michalac 20 janvier 12:23

      @Fabien Sabinet

      « La vérité c’est que la BCE met à disposition des liquidités pratiquement sans limite A QUI PEUT LES EMPRUNTER ! »

      Evidemment ! Elle ne peut pas s’y prendre autrement !
      La Banque centrale refinance les banques commerciales en charge de l’octroi de crédit. Ca ne peut pas se passer autrement.

      Vous confondez apport en liquidités des banques centrales avec création de revenu !

      Aucun agent économique ne peut recevoir de liquidités sans contrepartie ! Le cas inverse provoquerait le discrédit des actifs monétaires et une dévalorisation de grande ampleur de la monnaie.

      On ne peut obtenir de la monnaie de la part d’une banque que par voie d’emprunt ou par dépôt en compte de revenus, quel que soit l’origine de ces revenus !


    • michalac michalac 20 janvier 13:07

      @Fabien Sabinet

      Où voyez vous que j’évoque l’existence de « différents types d’argent » ?
      Il n’y a que différentes formes de monnaie, d’actifs monétaires.

      Jamais les liquités allouées à « la spéculation », c’est à dire converties en actifs financiers, ne viennent manquer à l’offre de liquidité des banques à des fins d’apport en trésorerie ou de dépenses de consommation !

      La preuve en est le solde créditeur moyen du compte courant des français qui culmine, ces derniers temps, à plus de 14000 euros !

      C ’est là la preuve de réserves importantes disponibles à la monétisation des échanges. Autrement dit, il y a là tout l’argent qu’il faut pour s’acheter du pain ! Et en grande quantité !

      Une fois encore, vos confondez le manque de liquidité avec l’arbitrage des agents économiques entre épargne et consommation, entre investissements financier et dépenses de consommation finale.

      On a bien compris que vous ne compreniez rien à ce dont vous traitez ici ! Et que le « le bla bla économique » vous échappe.
      Seulement, les mécanismes économiques et monétaires ne sont pas ce que vous souhaitez en faire. Encore moins la vision d’ignare que vous en avez. Ils sont avant tout d’ordre comptable et échappent, à ce titre, à toutes considérations politiques fussent-elles révolutionnaires.

      Ne privez pas, cependant, ceux qui y entendent quelque chose d’apprendre ce qu’il faut savoir et surtout, de ne pas croire ce qu’il ne faut pas...

      N’importe quel élève de classe de Terminal économique sait tout ça ...


    • Fabien Sabinet Fabien Sabinet 20 janvier 13:30

      @michalac
      le « solde créditeur moyen » voila bien un argument complètement nul, Un compte à 100 millions, 499 à zéro et hop une « moyenne » sur « les » comptes de 200 mille euros sur les comptes ! Comme si ça prouvait quoi que ce soit... Allez dire au gens au bord de la misère dans la rue ces derniers temps que les comptes sont créditeurs « en moyenne » de 14 000 euros et qu’ils devraient s’en réjouir vous allez être bien reçu...

      Mais vous n’êtes pas au courant de cette misère peut-être ? Pour vous tout va bien, l’économie est parfaite, il y a plein d’argent, on est dans un monde parfait ? Avec vos oeillères de petit expert économiste à deux balles vous n’avez pas remarqué que le système déconne à fond ? Vous pensez que ça fonctionne ? Désolé de vous décevoir, mais le système déconne a plein tube, et ce n’est pas fini si on continue de suivre des conseils « d’experts » comme les vôtres.


    • michalac michalac 20 janvier 14:05

      @Fabien Sabinet

      " Un compte à 100 millions, 499 à zéro et hop une « moyenne » sur « les » comptes de 200 mille euros sur les comptes ! Comme si ça prouvait quoi que ce soit..."

      Vous évoquez vous-même un manque de liquidité de l’économie globale ! A cet effet, rien de plus probant, au contraire, que le niveau moyen de dépôt en compte courant.

      Les avoirs en compte des plus pauvres n’attestent en rien d’une carence monétaire. Ils ne témoignent que de la faiblesse de leurs revenus !

       De plus, un niveau moyen d’avoirs en compte courant élevé atteste irréfutablement d’une préférence des français pour la monnaie au dépens de l’investissement et de la consommation.

      Je prends le parti d’en rire...


    • michalac michalac 20 janvier 14:52

      @Fabien Sabinet

      " quand trop de cet argent est utilisé pour spéculer sur les marchés monétaire (acheter des devises comme le Dollar et le revendre plus cher après) et bien il n’y en a plus assez pour « échanger » des biens, c’est tout, "

      Lorsque qu’un agent économique, quel qu’il soit, fut-ce le plus pauvre, achète des Dollars à l’aide d’Euros, il ne fait que convertir un stock d’Euros en un stock de Dollars...Bien.

      Autrement dit, il ne fait qu’affecter une partie de ses réserves en Euros à l’achat de Dollars... Bien.

      Doù il vient, qu’avant même d’avoir faire le choix d’achat de Dollars, l’agent économique en question avait fait celui de ne pas consacrer sa réserve d’Euros à l’acquisition de biens ou services de consommation... Bien.

      Il ressort donc que les Euros convertis en Dollars n’ont manqué à la monétisation d’aucune autre transaction économique.
      Et si notre agent souhaite après coup investir ou dépenser les Euros auparavant convertis en Dollars, il conserve toute liberté de réaliser l’opération de conversion inverse, et de récupérer ses Euros.

      Plus généralement, tous les avoirs en devises se valent en liquidité car ils sont convertibles les uns en les autres à chaque instant...

      Et la conversion d’Euros en Dollars est ni la disparition des euros convertis, ni l’apparition des Dollars en contrepartie. Il ne s’agit que d’une transaction qui fait s’échanger les devises entre un agent et un autre. Les Euros comme les Dollars restent en circulation.

      Il en va au niveau macroéconomique comme au plan microéconomique...

      Enfin, une banque centrale conserve toujours la possibilité de créer de la monnaie pour assurer la monétisation des échanges réels. Elle ne connaît pas de limite de ce côté là.
      Le défaut de monnaie nationale aux dépens de l’activité économique nationale et des besoins des agents économiques nationaux n’est donc qu’une vue de l’esprit... Et encore...


    • Fabien Sabinet Fabien Sabinet 20 janvier 16:37

      @michalac
      Je vais faire simple pour vous j’ai l’impression que vous avez du mal avec les chiffres : s’il y a 10 milliards (d’une monnaie) dans un pays

      et que 9 milliards sont utilisés par un Hedge fund pour spéculer sur les marché monétaire alors il ne reste plus qu’1 milliard pour les habitants de ce pays pour échanger des biens de consommation. Et c’est insuffisant, pour que le système fonctionne il faut 10 milliards, avec un seul milliard le système étouffe.


    • doctorix doctorix 20 janvier 18:40

      La seule solution consiste en la récupération de notre monnaie, afin de la gérer au mieux de nos intérêts.
      Il faut donc quitter l’euro, c’est impératif.
      Au lieu de subir une inflation faible imposée par Bruxelles et qui n’avantage que ceux qui possèdent déjà tout, il faut pouvoir la moduler avec raison.
      Deux des avantages d’une baisse de notre monnaie (qui s’ensuivra, de l’ordre de 10% comme en GB) sont d’une part une facilitation des exportations par une meilleure compétitivité, et d’autre part qu’une inflation fait perdre l’intérêt de thésauriser, et donc ceux qui ont de l’argent sont obligés de le dépenser de peur de voir sa valeur fondre : cet argent remis en circulation permet de créer de l’emploi.
      Mais il y a bien d’autres avantages.
      Je conseille d’écouter les dernières conférences d’Asselineau sur ces sujets, personne ne vous en parlera plus doctement, tout en faisant en sorte que vous compreniez, ce qui le différencie des experts économistes qui continuent à pérorer et à nous prendre pour des ânes alors que ça fait des années qu’ils se plantent sur tout.
      Par exemple, ce duo Asselineau-Todd est simple à suivre, et en plus on rigole souvent...
      https://www.youtube.com/watch?v=nr_xbTXYNqY


    • assouline 20 janvier 22:38

      @doctorix

      « Au lieu de subir une inflation faible imposée par Bruxelles et qui n’avantage que ceux qui possèdent déjà tout »

      Non ! Bruxelle n’impose pas d’inflation faible aux nations européennes. Bruxelle n’impose qu’une maîtrise de leur inflation aux pays candidats à l’entrée dans l’Union.

      Et, bien au contraire, l’Europe par la BCE cherche depuis 2011 à faire remonter le taux d’inflation de la Zône Euro à 2%.

      Enfin, à l’inverse d’avantager « ceux qui possèdent déja tout » et qui n’ont donc plus de dépenses à réaliser, un faible taux d’inflation avantage ceux qui possèdent peu et ont encore et toujours des dépenses en biens de première nécessité à assurer.


    • Fabien Sabinet Fabien Sabinet 20 janvier 23:04

      @assouline
      Un faible taux d’inflation avantage en effet ceux qui possèdent peu dans le sens ou les biens de premières nécessités n’augmente pas trop, mais il avantage aussi les très riches car ils restent très riches !

      Une inflation normale voir un peu au dessus de la normal signifie que de l’argent est injecté dans l’économie réelle, dans l’échange de bien, et que les prix s’ajuste, donc que les pauvres payent un peu plus cher leur baguette mais au moins ils ont de quoi l’acheter ! Et surtout ca veut dire que les plus riches (en argent) s’appauvrissent ! ce qui est aussi un des but important recherché, réduire les écarts de richesse, car le problème c’est qu’ils sont vraiment de plus en plus riches les riches, ce n’est plus un secret pour personne.

      Entre la peste (une inflation faible ou les pauvres n’ont plus d’argent pour acheter leur baguette qui n’augmente pas) et le rhume (une inflation au dessus de la normale et des pauvres qui peuvent se payer du pain qui augmente) on doit choisir le rhume.


    • michalac michalac 19 janvier 20:00

      " une limite d’argent immobilisé au-delà de laquelle le système se trouve en difficulté pour continuer de fonctionner normalement. C’est le cas actuellement bien sûr, ce serait difficile de le nier."


      Non ! N’importe quoi ! C’est tout le contraire !


      Depuis 2011, la BCE à inonder l’économie de liquidité dans l’espoir de faire remonter l’inflation à 2%. Ce qui n’a pas fonctionné parce que la monnaie ainsi créée a été investie dans des actifs financiers au lieu d’être affectée, comme on l’espérait, à la consommation de biens et services. Le crédit à l’investissement comme à la consommation n’a d’ailleurs repris que de pâles couleurs.

      Il ne peux donc y avoir de carence en monnaie.

      Ce que l’auteur interprète comme une insuffisance de la masse monétaire n’est en fait que le résultat d’un arbitrage entre placement financiers et consommation de biens et services.

      Et rien d’autre !




      • Fabien Sabinet Fabien Sabinet 20 janvier 11:40

        @michalac
        « la BCE à inonder l’économie de liquidité » c’est simplement un mensonge, rien moins... La vérité c’est que la BCE met à disposition des liquidités pratiquement sans limite A QUI PEUT LES EMPRUNTER ! C’est à dire personne. La planche a billet tourne mais uniquement pour éponger les bêtises des banques avec les subprimes, donc c’est normal qu’on ne retrouve pas cet argent dans l’économie.

        Si on veut vraiment injecter de l’argent dans l’économie réelle il faut comme dans le temps, que la planche a billet soit une simple ressource financière pour l’état, limité à un certain pourcentage du PIB, 10% me parait raisonnable. Après tout c’est l’état qui est le garant de la monnaie dans le pays, c’est grace à sa police que l’argent est « protégé », ou encore grace à ses huissiers et à nouveau sa police qu’il est récupéré quand il doit l’être, donc c’est normal qu’il soit « rémunéré ».


      • michalac michalac 20 janvier 16:26

        @Fabien Sabinet

        la réponse est plus haut...

        https://www.agoravox.fr/commentaire5408317


      • michalac michalac 20 janvier 16:30

        @Fabien Sabinet

        « Après tout c’est l’état qui est le garant de la monnaie dans le pays »

        Prévenez le Président Macron ! Il n’est pas au courant...
        Il croit même avoir entendu parler d’une « indépendance de la banque centrale » imposée par la Loi...


      • Fabien Sabinet Fabien Sabinet 20 janvier 17:18

        @michalac
        C’est justement ce qu’il faut changer (c’est l’idée principale de l’article), il faut autoriser les états à se financer, en petite partie, avec de la création monétaire, donc la bonne vieille planche a billet.

        En 2014 pour l’ensemble des finances publiques les dépenses était de 1226 milliards d’euros et les recettes de 1141 milliards d’euros, donc avec 200 milliards de création monétaire on équilibre le budget, on récupère une marge de manoeuvre, et de l’argent neuf et réinjecté directement dans l’économie. Tout bénef.

        Mais encore une fois les très riches n’aiment pas ça du tout, pour eux c’est un appauvrissement, et il vont se battre bec et ongle pour faire croire que c’est une très mauvaise chose avec des arguments du genre de la série de commentaire de michalac, des phrases techniques, vagues, qui tentent de faire croire que c’est trop compliqué, que tout est pour le mieux comme c’est actuellement...

        Et le pire, comme je le dit dans l’article c’est que même les plus pauvre vont y croire smiley C’est vraiment le comble.


      • Le421 Le421 20 janvier 18:18

        @michalac

        Depuis 2011, la BCE à inonder l’économie de liquidité

        La BCE a filé du fric aux banques qui ne l’ont pas réinvesti dans l’économie réelle car les taux d’intérêts sont trop bas... Donc, elles ne prêtent pas et préfèrent spéculer sur les valeurs boursières.
        Et faut pas avoir fait HEC pour le comprendre...


      • doctorix doctorix 20 janvier 18:48

        « Mais encore une fois les très riches n’aiment pas ça du tout »
        C’est tout à fait ça : l’inflation est le seul moyen de piquer de l’argent aux riches, celui qu’ils ne veulent pas payer sous forme d’impôt.
        Là, on ne leur demande plus leur avis, et ils peuvent mettre en place tous les Macron du monde à coup de pognon et d’intox, s’arranger pour échapper aux prélèvements fiscaux par mille moyens, il faudra bien qu’ils y mordent.
        Certes, le pauvre perdra quelques centaines d’euros, mais les riches perdront des milliards, qui pourront alors être justement redistribués.


      • JL JL 20 janvier 18:51

        @doctorix
         
         ’’ l’inflation est le seul moyen de piquer de l’argent aux riches, ’’
         
        Certes, mais à quel prix !


      • foufouille foufouille 20 janvier 18:56

        @doctorix
        tu es de retour de la terre creuse ?


      • doctorix doctorix 20 janvier 19:04

        Encore un mot : certains prétendent que l’inflation fera exploser la dette : c’est complètement faux, selon ce que j’ai compris.
        Bien au contraire, l’équivalence franc-euro actuel fera baisser d’autant notre dette. 
        Notre dette de 2,300 milliards d’euros deviendra 2,300 milliards de francs. Si le franc perd 10% par rapport à l’euro actuel, la dette perdra automatiquement 230 milliards de sa valeur, et finira par fondre...
        Il faut comprendre que notre monnaie est une monnaie allemande, un pays dont la dette est de 64% du PIB contre 97% chez nous. Chez eux elle diminue, malgré le chocs de la reconstruction, puis du rattachement de l’Est. Chez nous, elle augmente, non par des gabegies budgétaires (encore que...) mais parce que nous sommes plombés par une monnaie qui ne correspond pas à nos possibilités, et par un déficit bloqué arbitrairement à 3%, ce qui n’arrange aucun pays européen, excepté l’Allemagne.


      • assouline 20 janvier 22:43

        @doctorix

        Les prix pour les riches sont les mêmes que pour les pauvres...
        Donc, l’inflation est autant le moyen de faire couler les pauvres que de piquer de l’argent aux riches...


      • Yaurrick Yaurrick 21 janvier 12:50

        @assouline
        Je dirais même que l’inflation va certainement plus toucher les pauvres que les riches (ces derniers ont souvent les moyens de se prémunir contre les effets de l’inflation)... D’ailleurs, ce sont bien les plus pauvres qui se font l’écho de l’inflation au lieu des plus riches.
        Mais bon, l’idéologie anti-riche semble toujours d’actualité chez nous... même si cela a des effets collatéraux sur les plus pauvres.


      • Fabien Sabinet Fabien Sabinet 21 janvier 15:39

        @Yaurrick
        Ce n’est pas anti-riche de demander a ce que les gens convertissent leur « richesse » en monnaie sur leur comptes dans des biens quels qu’ils soient ! Franchement je ne suis pas d’extrême gauche, je ne propose pas de mettre les riches contre un mur et tatatatatata ! Non, je leur demande juste de s’acheter des trucs ! De l’or, des diamant, des avions, des chateaux, ... des bateaux. Ce qu’ils veulent ! Ca va, c’est pas trop horrible non ?...

        Et je pense que les pauvres préfèrent une inflation même un peu au dessus de la normale plutôt qu’une révolution ou une guerre civile... Par contre les Riches ne peuvent pas tant que ça se prémunir contre l’inflation, ça les touche infiniment plus que les pauvres même si ça ne les met pas du tout en difficulté par contre, et ils se moquent bien des révoltes et même des guerres car à la limite ça leur donne l’occasion d’aller voir du pays, de voyager un peu. Il reviennent quand c’est fini pour prendre les marchés de la reconstruction.

        Il y en a même qui reste carrément chez eux, dans leur « ghetto doré », j’avais rencontré une vieille dame (très gentille par ailleurs) qui disait qu’elle ne l’avait pas vu, elle, le révolte de 68 dans sa ville, à Sevres... Elle disait que ce n’était pas arrivé jusque là... Presque déçue on aurait dit smiley


      • Yukimuras 21 janvier 16:45

        @assouline
        L’inflation est bien plus nocive aux très riches qu’aux pauvres. Surtout si le taux d’inflation est plus élevé que les taux d’intérêt. C’est pour cela que le seul but de la BCE est de la limiter à 2% max.
        L’inflation bénéficierait aux pauvres et leur serait indolore si les salaires étaient indexés sur ce taux comme avant.
        Aujourd’hui, les pauvres se plaignent d’une perte de pouvoir d’achat car l’inflation est bien plus élevée que ce que prétend l’INSEE (voir leur méthode de calcul plus que discutable) et que les salaires stagnent.


      • Montagnais Montagnais 19 janvier 20:59

        Vous êtes Expert Diantre ! mais pas en ortografe dites ..

        Bon, à vous lire, tout devrait s’arranger, les fondamentaux sont là


        • ASTERIX 20 janvier 10:10

          @Montagnais

          DU GRAND DEGAT : DU GRAND BLABLA les elus marcharriere n ’ont rien compris tous plus minables les uns que les autres  !!!!!
           il faut :
          -augmenter le smic a 1500 EUROS PUIS 1800 EUROS le salaire de GHOSN qui n’est pas indispensable pour faire tourner RENAULT SUFFIRAIT !
          -doubler les indemnites et APL des mères isolées avec enfants !!!!!
          -augmenter de 10% LES RETRAITES EN DESSOUS DE 1500 EUROS
          virer MME BUZYN DE la santé et y interdire tout LOBBYISTE

          ON PAYE COMMENT  ? EN SUPPRIMANT L’ ARME ATOMIQUE QUI N EST PAS
          INDISPENSABLE CAR PAS D ARMEE EUROPEENNE ET LES IMPOTS SUR LE REVENU DES GROS (1%°) ET SURTOUT PAS DES ENTREPRISES !!!!!!!!!!
          ET EN REMPLACANTS 90 % DES COMMUNES PAR 3600 COMMUNAUTES sinon ils feront toujours du blabla comme AU GRAND DEGAT
          fumisterie !!!!!!!!!!!!!!! petis élus a vendre §§§ CAMPAGNE EUROPEENNE = GRAND DEBAT STOP A L ABUS DE POUVOIR DE ROTSCHILD !!!!!!!!!


        • aimable 19 janvier 21:16

          n

          Les gros investisseurs volent les économies des petits , alors que les petits préfèrent garder leurs économies avec eux cela me semble logique , même s’ils perdent du pouvoir d’achat tous les mois , c’est toujours moins que d’en perdre presque la moitié .

          j’ai investi dans un contrat dépendance de 18000 euro , 3ans plus tard il avait perdu 7000 euro , puis plus de 10ans plus tard je n’ai pas encore récupéré cette perte tout cela parce qu’il y avait dans ce contrat une partie en actions qui comme de bien entendu se sont écroulées et si j’ai bien compris n’ont presque rien repris, seule la partie sans actions a continué de progresser pendant quelques années , elle est aujourd’hui descendue a 0% de rendement , j’espère que cette « banque » ne va pas grignoter mon capital pour ses frais de gestion .

          vive le non investissement de sa poire pour la soif .


          • michalac michalac 19 janvier 23:53

            @aimable

            « Les gros investisseurs volent les économies des petits »

            N’importe quoi. C’est comptablement et légalement impossible. Si vous investissez dans des produits d’actions, acceptez en les risques. Ce n’est pas là du vol.

            Mais surtout, faites attention à ce que vous achetez !

            Certains titres composites sont de constitution si complexe qu’il est difficile à l’achat d’en prévoir l’évolution. Le vendeur lui même ne sait pas toujours quelles valeurs sont inclues au titre proposé.

            C’est ainsi que sont apparus les actifs toxiques en 2008.


          • doctorix doctorix 20 janvier 19:14

            Il fallait acheter des autoroutes françaises...
            Vendues 14,5 milliards il y a dix ans, il faudrait aujourd’hui 30 à 40 milliards pour récupérer notre bien, largement payé par 40 ans de péage...
            Mais chaque année, 1,5 milliards sont reversés aux actionnaires, soit 10% du capital investi, ce qui s’ajout au doublement minimum du capital.
            Et qui viendra nous dire que les autoroutes sont un placement risqué, et qu’il faut bien rémunérer ce risque ?


          • HELIOS HELIOS 19 janvier 22:13

            ... le taux negatifs sur l’argent immobilisé (dans des banques, evidement) s’appelait ISF !

            ce taux negatifs agissait a partir de 1 300 000 Euros.... Macron en a extrait la partie immobiliere et a justement supprimé la partie bancaire. Il n’y a donc plus de taux negatifs pour les plus riches qui vont continuer a accumuler, sans pouvoir dépenser, ce que Macron appelle le « ruissellement »

            Devant la montagne d’argent accumulée, puisqu’il n’y a plus rien a a faire avec en France, les super riches se tournent vers l’etranger, les paradis divers et variés... mais ces paradis ne sont pas loin d’être dans la même situation.

            En fait, les seuls qui tentent de resoudre le problème, ce sont Bezos (Amazon) et Elon Musk (Tesla) qui decident de depenser ces même fortunes pour des projets aussi fous que chers, a la mesure de l’intelligence humaine... recreant ainsi le ruissellement... aux Etats Unis !!!

            Un peu de bon sens...


            • Julien S 20 janvier 00:19

              Lire les articles « scientifiques » déjà publiés par M. Sabinet et ses commentaires personnels pour se faire une idée de sa valeur... !


              • michalac michalac 20 janvier 00:20

                « 1 - généraliser les taux négatifs a -2% aux comptes supérieurs à cent mille euros. »


                Mais c’est un non-sens, une aberration !


                D’une part, l’argent en comptes est disponible pour la consommation. Il circule parfaitement par simples jeux d’écriture et est pleinement convertible en numéraire par simple retrait en DAB. Pour cette raison, il n’y a pas lieu de vouloir l’en sortir et de priver, menaçant frais, les détenteurs de liquidités d’un service bancaire sécurisé.


                • Fabien Sabinet Fabien Sabinet 20 janvier 12:33

                  @michalac
                  Vous n’avez pas compris, j’allais commencer a vous expliquer et je me suis rendu compte que je ré-écrivais l’article... Finalement le mieux c’est que vous le relisiez attentivement.


                • assouline 20 janvier 22:48

                  @michalac

                  Ca fait plaisir de vous lire...
                  Depuis le début de cet article et des commentaires qui suivent, j’ai l’impression d’être dans Alice au pays des merveilles.
                  Surréaliste !

                  En même temps, dommage que tout ça ne soit pas aussi simple. Imaginez ! La france et les français seraient riches comme Crésus.


                • Fabien Sabinet Fabien Sabinet 20 janvier 23:20

                  @assouline
                  Mais heureusement qu’il y a des expert comme assouline et michalac car grace à leurs analyses et les solutions fantastiques qu’ils proposent on va s’en sortir ! Tout ira bien, les gilets jaune vont rentrer chez eux et tout le monde sera heureux.

                  C’est moi qui est l’impression d’être dans Alice au pays des merveilles plutôt avec des « experts » comme vous deux aux commandes et des tas de gens désespérés dans la rue ! C’est moi « Surréaliste » ! Et en plus vous vous permettez encore d’être méprisant du haut de l’échec cuisant de vos théories économiques universitaire qui répandent le malheur et la guerre ! Tout ça pour favoriser quelques puissant et ultra riches... Non mais je rêve... smiley


                • michalac michalac 20 janvier 00:43

                   2 - permettre aux états de financer leur fonctionnement à hauteur d’un certain pourcentage de leur PIB, autour de 10 % par an sans doute donc pour la France 250 milliards d’Euros.« 

                  A priori, ça ne veut rien dire. A posteriori, non plus...

                  Qu’appelle-t-on ici » financer leur fonctionnement", en l’espèce, celui des états ?

                  S’agit-il d’un apport de trésorerie ? Ou d’un taux d’imposition globale de 10 % ? Ce qui est déjà autorisé puisque le budget de l’Etat est de l’ordre de 310 milliards, déficit inclus, pour l’exercice 2018.

                  Et qui prévoit-on de ponctionner ?

                  Précisons que 10% du PIB français ne représentent qu’environ 230 milliards en 2018.

                  A-t-on jamais vu théorie plus fumeuse et revendications plus grotesques ?


                  • Fabien Sabinet Fabien Sabinet 20 janvier 12:37

                    @michalac
                    Ha oui pardon en effet c’est pas clair (même si après avoir lu l’article on comprend de quoi je parle comme financement) mais c’est vrai j’aurais dû écrire plutôt :

                    2 - permettre aux états de financer leur fonctionnement par la création monétaire (comme dans le temps) mais limité à hauteur d’un certain pourcentage de leur PIB, autour de 10 % par an sans doute donc pour la France 250 milliards d’Euros 


                  • michalac michalac 20 janvier 16:02

                    @Fabien Sabinet

                    Une opération de création monétaire n’est pas une opération vierge. Elle exige une contrepartie. Et une banque centrale est le garant ultime de la contrepartie de la masse monétaire et, donc, de la création monétaire.

                    Une opération de création monétaire par émission de crédit à destination de l’Etat est ni plus ni moins que la création d’une créance de la banque centrale sur l’Etat
                    Dans le bilan de la Banque Centrale, cela revient à augmenter l’actif. Ce qui implique d’ augmenter le passif d’autant. Il ne s’agit là que d’un transfert de dette de l’Etat vers la banque centrale. Un truchement qui met en péril l’efficience des mécanismes de régulation de la stabilité monétaire, mission première d’une banque centrale.

                    Par l’emission de titre, La Banque centrale se trouve être alors l’organisme collecteur de fonds en lieu et place des marchés financiers.

                    Or, une dette, qu’elle soit détenue par la Banque de France ou contractée sur les marchés financiers n’est jamais détenue que par les détenteurs de titres d’emprunts émis.
                     
                    Et une dette, quelles que soient les formes de son financement, est toujours à rembourser !

                    Autrement dit, la banque centrale ne peux pas s’endetter plus que l’Etat lui-même.


                  • Fabien Sabinet Fabien Sabinet 20 janvier 16:30

                    @michalac
                    En fait vous n’avez pas lu l’article.. ? smiley Je ne parle pas d’emprunt dans la 2 eme proposition, je parle de création monétaire, la planche à billet si vous préférez... L’état crée de la monnaie pour son fonctionnement, pour son financement, capito ?

                    Mais depuis Pompidou-Giscard-RothschildMaastricht et Lisbonne c’est interdit, c’est ce qu’il faudrait changer donc.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Fabien Sabinet

Fabien Sabinet
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès