• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Allemagne et Royaume-Uni ne sont pas les bons élèves du chômage (...)

Allemagne et Royaume-Uni ne sont pas les bons élèves du chômage !

Macron a promis de baisser le chômage avec ses ordonnances. Une grande partie du chômage sera en effet certainement masquée comme en Allemagne ou au Royaume-Uni. Ces pays affichent les taux de chômage les plus bas d’Europe. En réalité, les Britanniques et les Allemands chôment plus souvent que les autres. Ils ont des taux records de travailleurs à temps partiel. Les salariés allemands et britanniques travaillent moins que les français sur une semaine. Le travail est juste très inégalement réparti. Les travailleurs à temps plein y font plus de 40h par semaine et ceux à temps partiel moins de 20h. Il n’est pourtant pas possible de vivre décemment dans ces pays avec des contrats de 20h. L’Allemagne et le Royaume-Uni sont champions des bas salaires. C’est aux Pays-Bas, en France et en Suède qu’il y a le moins de pauvres. Le droit du travail et l’assurance sociale permettent aux travailleurs de négocier leurs salaires. Casser le code du travail rompt l’équilibre des forces. Aujourd’hui, si on partageait le travail entre tous les actifs, on ferait 35h par semaine partout en Europe. Soit on partage réellement le travail entre tous les citoyens, soit on en exclut une partie, chômeurs ou temps partiels. Dès lors, la société doit assimiler les différentes alternatives qui s’offrent à elle. Si elle ne fait pas bloc, elle laissera toute la richesse aux mains des 1% qui détiennent les capitaux.

Les ordonnances Macron vont permettre de masquer le chômage

Les ordonnances Macron sont une aubaine pour les grands patrons et les financiers. Ils commencent à licencier massivement des salariés en CDI et vont pouvoir les remplacer par des contrats à temps partiel. Ces derniers sont beaucoup plus souples pour l’employeur. L’employé est un tâcheron qu’on peut affecter à une seule tâche sans se soucier de lui trouver une activité à temps plein. Les temps partiel sont également moins rémunérés à l’heure que les temps plein, et il n’y a presque pas de progression de salaire (pour un temps partiel à 50 % on met 2 ans avant d’avoir l’ancienneté d’un an).

Ces nouveaux temps partiel vont sortir des radars du chômage.

En France, l’Insee, comme tous les instituts de statistiques européens, donne un chiffre du chômage chaque trimestre. Ce chiffre est calculé grâce à l’Enquête Emploi en Continu. La définition du chômage retenue est celle au sens du Bureau International du Travail, notamment ne pas avoir travaillé la moindre heure dans la semaine. Dès lors, peu importe pour les gouvernements d’obtenir des emplois correctement payés à temps plein. Comme le but c’est juste de baisser le chômage, il suffit d’occuper les gens une heure par semaine. Ils seront travailleurs pauvres mais ça, personne n’en parle. Dans l’imaginaire collectif, travailleur pauvre c’est mieux que chômeur.

L’Allemagne et le Royaume-Uni ont un taux de chômage bas, pourtant Allemands et Britanniques vont très mal

Champions d’Europe pour leurs « bons » chiffres du chômage, l’Allemagne et le Royaume-Uni sont tous les jours cités en exemple. Les journalistes et politiques ne se basent que sur le taux de chômage. Cependant, pris hors contexte, il ne reflète absolument pas la « bonne santé » du marché du travail.

Pour afficher des taux aussi bas, rien de plus simple : contrats à 1 h, même à 0 h en étant juste tâcheron comme au 19e siècle. Ces gouvernements ne cherchent en aucun cas à permettre à leurs citoyens de vivre décemment en exerçant une activité à temps plein. Ils forcent juste les gens à être à temps partiel ou à enchaîner régulièrement des contrats courts.

En réalité, les Britanniques et les Allemands chôment plus souvent que les autres

Un Allemand et un Britannique sur quatre sont à temps partiel. La moitié des Hollandais sont à temps partiel. Les salariés allemands et britanniques « chôment » beaucoup plus souvent que les Français. Mais ils ne chôment pas une semaine complète et ne sont donc pas comptés.

La casse des codes du travail partout en Europe permet cette nouvelle répartition. Mettre tout le monde à temps partiel est exactement le même principe qu’une baisse du temps de travail mais mal répartie dans la population et avec des salaires très bas. Ce sont les salariés qui gagnent moins et les patrons qui gagnent plus. Imaginez qu’au lieu de passer le temps de travail légal en France à 35 h, on laisse 39 h et chaque entreprise passe tous ses salariés à temps partiel à 35 h. Chaque salarié perdrait 10 % de salaire.

Les salariés allemands et britanniques travaillent moins que les français sur une semaine...

Les Allemands qui travaillent, travaillent en moyenne 35,6 h par semaine, les Britanniques 37,2 h et les Français 37,6 h. Pourtant en Allemagne et au Royaume-Uni les durées légales du travail sont en moyenne, supérieures à celle de la France. Une grande proportion de Britanniques et d’Allemands voient donc leurs salaires amputés.

Le travail est juste très inégalement réparti au Royaume-Uni et en Allemagne

En Allemagne et au Royaume-Uni les travailleurs à temps plein font plus de 41 h par semaine en moyenne. Comme la durée légale est plus élevée, il faut faire plus d’heures pour avoir un salaire complet. Mais comme on l’a vu, il n’y a pas assez de travail et relativement peu de travailleurs obtiennent un temps plein.

Les travailleurs à temps partiel en Allemagne et au Royaume-Uni sont sur des temps de travail très courts. Donc avec des petits revenus et une grande précarité. Ils sont obligés de se déplacer à leur travail avec leurs petits moyens. Leur déplacement pèse lourd dans leur budget et leur temps. Plus le temps partiel est court, plus on perd de temps et d’argent.

Par exemple : si vous travaillez 7h30 par jour et que vous habitez à 30 min de votre travail, cela fait 7h30 payées pour 8h30 d’occupation. Donc 90 % de votre temps d’occupation est payée. Par contre si vous ne travaillez qu’1 h par jour, cela vous fait 1 h payée pour 2 h d’occupation. Seulement 50 % de votre temps d’occupation est payé.

Allemagne et Royaume-Uni : champions des bas salaires

Forcément, être à temps partiel c’est voir son salaire amputé. Or, le salaire minimum offre la garantie de vivre décemment de son travail… sur la base d’un temps plein ! Si vous travaillez moins, vous êtes précaire. C’est le cas au Royaume-uni et en Allemagne où les travailleurs à temps partiel ne font que 19h par semaine. En France et en Suède c’est exactement l’inverse : beaucoup de citoyens avec un temps plein et un salaire décent et des temps partiel moins précaires. Par exemple pour un travail à 10€ de l’heure, Allemands et Britanniques à temps partiel gagnent en moyenne 190€ par semaine, donc 760€ par mois. Français et Suédois gagnent en moyenne 240€ par semaine donc 1100€ par mois.

 

C’est aux Pays-Bas, en France et en Suède qu’il y a le moins de pauvres !

La France est un des pays européens avec le moins de personnes pauvres alors que le chiffre mis en avant est toujours son taux de chômage. Une situation qui se détériore à chaque fois qu’un gouvernement casse un peu plus le code du travail, diminue les investissements d’État ou le nombre de fonctionnaires dans un souci de « compétitivité » et pour « favoriser l’emploi ».

Les Pays-Bas compensent leurs bas salaires par un système de protection sociale très développé. C’est ce qu’on appelle la flexi-sécurité. Leur minimum social est à 50€ brut par jour (environ 1 200 € brut par mois) pour une personne seule et 70€ brut par jour (environ 1 500 € brut par mois) pour un couple . Le « libéralisme » y est pensé en permettant aux citoyens d’être protégé en compensant leurs périodes de non-activité par de la redistribution.

Les Pays nordiques comme la Suède, derrière leur tant vanté « libéralisme », ont également de très bons systèmes de protection sociale. En Suède, il est considéré comme normal d’être en « chômage technique », dans le sens où l’on refuse un emploi car l’on considère que le salaire proposé n’est pas assez élevé par rapport aux qualifications demandées. Dès lors on peut prétendre à l’allocation de base d’environ 40€ brut par jour (soit 900€ brut par mois). Ici le libéralisme est pensé en permettant de mettre sur un pied d’égalité le patron et le salarié. Si le salaire proposé est trop bas, le Suédois refuse le travail. Il n’y a donc quasiment pas de bas salaires. De plus les temps partiels trop précaires sont systématiquement refusés.

 

Ainsi, casser le code du travail et forcer les gens à travailler à temps partiel réduit le chômage mais augmente mécaniquement la pauvreté. Le code du travail strict permet aux salariés d’avoir un emploi rémunéré de façon décente. Le libre marché favorise les personnes de pouvoir, actionnaires et dirigeants. Ce code du travail tient aussi par une assurance chômage de qualité permettant aux individus de refuser les travaux indécents ou trop mal payés. Enlever les deux aspects, force tous les individus sans capitaux à se plier au marché, à la loi des plus forts et ils n’en font pas partie.

Privilégier la casse du code du travail pour forcer les gens à travailler dans la misère n’est pas « mieux », c’est encore et toujours uniquement idéologique.

Si on partageait le travail entre tous les actifs, on ferait 35h par semaine partout en Europe

Les innovations techniques et technologiques, la machinisation, la robotisation, ont toujours eu pour but de soulager l’homme du labeur. Autrement dit de permettre à l’humain de ne pas faire certains travaux. Pour produire la même chose, il faut de moins en moins de travail humain. C’est une bonne chose ! C’est censé nous permettre de développer d’autres aspects humains. De l’art ou de la recherche par exemple. Sauf qu’actuellement, le capital est détenu par une poignée d’individus. Ces derniers n’embauchent dans des conditions décentes qu’une petite partie de la population laissant à l’écart de la société le reste.

Si on partageait le travail de manière égale entre tous les salariés et les chômeurs de chaque pays d’Europe, on travaillerait 33,8 h par semaine en France. Faites le même exercice pour chaque pays d’Europe et vous obtenez entre 30 h et 35,5 h par semaine.

Soit on partage réellement le travail entre tous les citoyens, soit on en exclut une partie

Avec l’Intelligence Artificielle et la robotisation, le temps de travail humain ne va cesser de diminuer. Si les citoyens ne se prennent pas en main, le mouvement de privatisation des richesses par les détenteurs de capitaux va s’accélérer.

Détaillons les choix qui s’offrent déjà nous, à l’aide d’un exemple théorique de production de voiture. Pour simplifier, on ne compte pas les matières premières et on garde le prix de vente de la voiture fixe (vous pouvez faire l’exercice en les faisant varier, les conclusions seront les mêmes) Il faut 90h de travail humain pour produire la voiture. Elle coûte 4 000 € qui servent à rémunérer le capital (actionnaires) et les salariés.

 

Mettons qu’une innovation technologique baisse le temps de travail de 90h à 60h

En ce moment, partout en Europe, les financiers dictent les lois. Les gouvernements cassent les différents codes du travail. Les financiers peuvent à tout moment virer les salariés. Cela permet d’économiser leurs salaires et de se les mettre dans la poche. En plus, cela organise une concurrence entre salariés sur le marché du travail qui baisse mécaniquement les salaires. Les financiers, les détenteurs du capital, sont les seuls gagnant des différents gains de productivité. Ils laissent les autres s’écharper sur ce qui reste, ce qui donne la nouvelle répartition suivante :

Autre système, avant en France, nous étions sur un système corporatiste. Les salariés étaient organisés jusqu’à la fin du 20e siècle en syndicats puissants et avaient le pouvoir de négocier avec le patronat les salaires. Les machines étaient achetées, on ne remplaçait pas les salariés qui partaient, mais on pouvait négocier des hausses de salaires au sein de l’entreprise. C’est la méthode utilisée dans la fonction publique notamment. Le nombre de poste de fonctionnaires diminue beaucoup plus vite que la robotisation ne le permet. De nombreux burn-out sont constatés, beaucoup de plaintes remontent du fait que les missions ne peuvent être assurées correctement et les gouvernements distribuent des primes à ceux qui restent. La part négociée au patronat dépend à chaque fois de la capacité des salariés à peser dans la balance, autrement dit à se mobiliser. Le cas extrême complètement utopique est quand les salariés arrivent à obtenir la totalité du gain :

La seule autre manière de partager le gain de temps de travail au sein de l’entreprise, c’est répartir le travail entre les salariés en gardant le salaire. Plutôt que de considérer que 30 h de travail sont nécessaires pour obtenir le même salaire, on considère que 20 h suffisent.

C’est exactement la revendication que l’on observe en Allemagne. Les syndicats de la Métallurgie réclament une baisse de temps de travail car ils n’ont plus besoin de travailler autant qu’avant pour produire la même chose. Le patronat refuse car il veut se garder l’ensemble des bénéfices. La négociation devrait certainement déboucher sur un mélange entre les 3 situations : un gain supplémentaire pour le capital, une hausse de salaire et une petite baisse du temps de travail. Le problème de la négociation par branche est évidemment qu’elle exclut de la table des négociations tous ceux qui ne sont pas assez forts financièrement et assez nombreux pour peser dans la balance. La seule manière d’inclure toute la société, c’est la loi.

Jusqu’alors, on pensait que de nouveaux métiers émergeraient toujours pour remplacer ceux qui disparaissent. Les gouvernements nous font croire que c’est le cas jusqu’ici, le monde de l’entreprise se créant sans cesse de nouveaux besoins (community manager, conseiller en communication et autres bullshit jobs ). Mais cette fuite en avant a déjà pris fin, le chômage explose partout, certains pays le masquent avec le temps partiel. Moins il y aura besoin de main d’oeuvre, moins les travailleurs auront de pouvoir pour négocier face aux détenteurs de capitaux. Dès lors, la société doit assimiler les différentes alternatives qui s’offrent à elle. Si elle ne fait pas bloc, elle laissera toute la richesse aux mains des 1% qui détiennent les capitaux.


Moyenne des avis sur cet article :  4.63/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

149 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 29 janvier 09:14

    menteur....

    Baisse à 4% en 2018 Chômage au Royaume-Uni Les Recettes de la baisse

    Alors que la France connaît un taux de 9,6% à fin 2017, le chômage au Royaume-Uni est descendu à 4,3% à la fin 2017. Il est prévu à moins de 4% en 2018


    • Michel DROUET Michel DROUET 29 janvier 10:02

      @bob14
      Faut lire les articles avant de les commenter.... Vous sauriez que les travailleurs pauvres ont remplacé les chômeurs et que ce sera pareil en France.


    • bob14 bob14 29 janvier 10:09

      @Michel DROUET...Evitez de parler de votre pays au fond du trou...et lisez les médias anglais qui disent le contraire de cet article typiquement dans la ligne française de désinformation.. !


    • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 29 janvier 10:39

      @bob14
      Avez-vous lu l’article ?
      Je ne nie pas que les anglais n’ont presque aucun chômage, au sens 0 activité sur une semaine. Je dis qu’ils le masquent avec le temps partiel. Le temps partiel est aussi du chômage qui n’est pas comptabilisé.
      Au final, il y a plus de temps chômé au Royaume-Uni et plus de pauvres aussi.


    • bob14 bob14 29 janvier 10:43

      @Pierre Chaillot....4% de chômeurs...vous êtes aveugles ou quoi...Faites donc le même constat sur votre pays pour rigoler...


    • bob14 bob14 29 janvier 10:44

      @bob14...La caste politique Agora dans ses oeuvres...le clan des « bobos »


    • foufouille foufouille 29 janvier 11:14

      @bob14
      avec combien de millions qui reçoivent des bons alimentaires ou le minimum vieillesse.


    • bob14 bob14 29 janvier 11:24

      @foufouille....Regardez devant votre porte..des SDF partout et des immigrés qui couchent dans les rues de votre capitale..Calais capitale de la pauvreté bien française voulu par vos présidents successifs... !


    • mikawasa mikawasa 29 janvier 11:35

      @bob14
      Tu es une désinformation à toi tout seul


    • Michel DROUET Michel DROUET 29 janvier 11:58

      @bob14
      L’insulte ultime !
      Au fait, vous devez sans doute vivre dans un pays paradisiaque et non en France ?


    • bob14 bob14 29 janvier 12:32

      @Michel DROUET...hélas en France pays très sale et ou la pollution est partout..dans l’air et dans vos rues !


    • bob14 bob14 29 janvier 12:32

      @mikawasa...c’est une nouvelle marque de biscottes ?


    • foufouille foufouille 29 janvier 12:45

      @bob14
      ils ont pas de bidonville en zunie, ni sdf ?


    • bob14 bob14 29 janvier 13:00

      @foufouille...heu comme à Calais et Paris non !


    • Spartacus Spartacus 29 janvier 13:02

      @Pierre Chaillot


      En Allemagne en Bavière il y a 1.5% de taux de chômage. 
      Les femmes préfèrent les temps partiels culturellement.

      En Allemagne ou Angleterre, une personne peu qualifiée trouve un job en 10 minutes.....

      En France même au SMIC personne n’embauche.
      Embaucher en France c’est s’acheter un problème et une mariage a vie en union forcée...

      Le baratin sur la misère en Allemagne ou l’Angleterre d’une certaine gauche qui refuse le changement et la remise en cause des situations acquises, ça ne marche plus, même si on trafique dans le sens que l’on veut les jolis diagrammes....

      Y’a vraiment plus de possibilité d’embauche dans ces pays...

      Le mieux est que tu t’achètes un billet de TGV pour le constater.... 




    • Michel DROUET Michel DROUET 29 janvier 13:08

      @Spartacus
      « Les femmes préfèrent les temps partiels, culturellement » La bonne blague !
      Il y a très peu de structures d’accueil de la petite enfance en Allemagne et d’autre part, les femmes qui travaillent sont considérées comme de mauvaises mères.
      Il n’y a que vous à croire aux fables que vous débitez sur ce site (avec Bob14...).


    • Alren Alren 29 janvier 13:17

      @Michel DROUET

      « vous devez sans doute vivre dans un pays paradisiaque et non en France ? »

      On voit bien que ce troll se garde bien de dire dans quel pays il vit !

      À mon avis c’est lui faire trop d’honneur que d’entamer un dialogue avec lui. Sa mauvaise foi est totale et il ne mérite que notre mépris.


    • foufouille foufouille 29 janvier 13:22

      @bob14
      quelques secondes de recherches sur google indique le contraire.


    • Alren Alren 29 janvier 13:27

      @Michel DROUET

      Spartacus est visiblement un non-salarié, de petite culture et de petit QI.

      Je me demande bien quelle activité l’a fait ou le fait vivre, quelle qualification professionnelle il a ...

      Le vrai Spartacus a mené une révolte puissante des gladiateurs, élargie aux esclaves de Rome.
       
      Que l’individu qui écrit de pareilles c...ies ait choisi ce nom pour pseudo est une offense à sa mémoire.


    • Fergus Fergus 29 janvier 14:58

      Bonjour, Michel DROUET

      Bien d’accord avec vous dans votre réponse au consternant bob14 !



    • Sozenz 29 janvier 16:34

      Sozenz @ bob

      et pour l Allemagne

      http://www.lepoint.fr/europe/des-jobs-a-1-euro-font-debat-en-allemagne-16-05-2016-2039743_2626.php
      même nos contrats civiques en France ne volent pas aussi bas . et ce n est pas folichon ...


    • Sozenz 29 janvier 16:41

      @Spartacus
      Les femmes préfèrent les temps partiels culturellement.
      vous parlez des femmes qui s’ emmerdent à la maison et qui ont le mari pour compléter ;

      il y a tellement de boulot en allemagne que certaines personnes acceptent de bosser pour un euro de l heure tellement ils se font chier chez eux et qu’ ils croulent sous les tunes ;
      l euro symbolique .


    • Michel DROUET Michel DROUET 29 janvier 17:44

      @Alren
      Je ne dialogue pas, je pulvérise, j’éparpille et comme disait Chirac à propos de Sarkozy : « il faut lui marcher dessus, mais du pied gauche, ça porte bonheur ».


    • Le421 Le421 29 janvier 18:07

      @bob14
      Avec des mois à plus de 300.000 radiés, il est certain que le chômage va baisser.
      A moins que « Mumu » ne se fasse rattraper par la patrouille pour l’affaire Las Vegas.
      Bon, je pense que Jupiter veille au grain, mais, sur un malentendu...


    • roby 29 janvier 20:20

      @bob14
      Comment dit-on âne en yankee ?


    • Steph87 29 janvier 20:33

      @bob14
      Regardez bien aussi en Angleterre le million d’enfants qui doivent bosser comme livreur de lait ou distributeur de journaux pour subvenir au revenu de leur très riche famille au beau pays du chômage qui n’existe pas... ça vous réveillera...

      G
      M
      T
      Détecter la langueAfrikaansAlbanaisAllemandAnglaisArabeArménienAzériBasqueBengaliBiélorusseBirmanBosniaqueBulgareCatalanCebuanoChichewaChinois (Simp)Chinois (Trad)CingalaiCoréenCréole haïtienCroateDanoisEspagnolEspérantoEstonienFinnoisFrançaisGalicienGalloisGéorgienGoudjaratiGrecHaoussaHébreuHindiHmongHongroisIgboIndonésienIrlandaisIslandaisItalienJaponaisJavanaisKannadaKazakhKhmerLaotienLatinLettonLituanienMacédonienMalaisienMalayalamMalgacheMaltaisMaoriMarathiMongolNéerlandaisNépalaisNorvégienOuzbekPanjabiPersanPolonaisPortugaisRoumainRusseSerbeSesothoSlovaqueSlovèneSomaliSoudanaisSuédoisSwahiliTadjikTagalogTamoulTchèqueTeluguThaïTurcUkrainienUrduVietnamienYiddishYoroubaZoulouAfrikaansAlbanaisAllemandAnglaisArabeArménienAzériBasqueBengaliBiélorusseBirmanBosniaqueBulgareCatalanCebuanoChichewaChinois (Simp)Chinois (Trad)CingalaiCoréenCréole haïtienCroateDanoisEspagnolEspérantoEstonienFinnoisFrançaisGalicienGalloisGéorgienGoudjaratiGrecHaoussaHébreuHindiHmongHongroisIgboIndonésienIrlandaisIslandaisItalienJaponaisJavanaisKannadaKazakhKhmerLaotienLatinLettonLituanienMacédonienMalaisienMalayalamMalgacheMaltaisMaoriMarathiMongolNéerlandaisNépalaisNorvégienOuzbekPanjabiPersanPolonaisPortugaisRoumainRusseSerbeSesothoSlovaqueSlovèneSomaliSoudanaisSuédoisSwahiliTadjikTagalogTamoulTchèqueTeluguThaïTurcUkrainienUrduVietnamienYiddishYoroubaZoulou
      Fonction Sound est limitée à 200 caractères

    • Alibaba007 Alibaba007 30 janvier 02:00

      @Alren « @Michel DROUET »

      « Le vrai Spartacus a mené une révolte puissante des gladiateurs, élargie aux esclaves de Rome. »


      Le nôtre a choisi son pseudo car il représente comment doivent finir les employés rebelles qui se révoltent...  smiley

      à savoir comme Spartacus, esclave puis gladiateur refusant de mourir dans l’arène, se révolta contre ses maîtres en fomentant une révolte, qui les amena à finir décimés au combat ou exécutés et mis en exemples sur des croix le long de la Via Appia... en tout cas dans la version de S.Kubrick 

    • bob14 bob14 30 janvier 06:13

      @roby....heu..« roby »...


    • Michel DROUET Michel DROUET 30 janvier 08:39

      @Alren
      Grandeur et décadence !


    • roby 30 janvier 20:40

      @bob14
      C’est sui ki di ki é


    • V_Parlier V_Parlier 31 janvier 15:07

      @bob14
      « lisez les médias anglais qui disent le contraire de cet article typiquement dans la ligne française de désinformation.. ! »
      Les médias anglais sont aussi pourris que les français, et racontent la même m... A défaut de « fake news », comme ils aiment dire, ils s’appuient sur les « fake data », c’est plus subtil parce-qu’on définit soi-même le sens des données qu’on publie.


    • jeanpiètre jeanpiètre 4 février 17:02

      @bob14
      pour etre à la mode, en même temps les migrants veulent aller en angleterre, mais la france par un accord secret et curieux s’est donné le rôle de zone tampon, bref un peu comme un emploi cdi de 0 heure par semaine, ou le statut d’handicapé pour sortir des statistiques de l’emploi l angleterre est depuis longtemps experte en distribution de leçon et en maquillage de la realité. ne leur doit on pas la depenalisation de la corruption en reconnaissant comme activité professionnelle le lobbyisme ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 février 20:47

      @Pierre Chaillot
      Le modèle social français protège encore, mais pas pour longtemps.
      Les Traités européens imposent l’austérité à perte de vue, soit disant pour être « compétitifs ».
      « Les GOPé, ou comment nos gouvernements sont subordonnés à la Commission européenne »


      Tout le modèle social français qui redistribue plus de 50% de la richesse, va passer à la trappe, si nous ne sortons pas de l’ UE.

    • julius 1ER 29 janvier 10:08

      bien sûr que la misère et la pauvreté augmente .... l’indice pour le mesurer s’appelle le « Nutella » !!!


      • gogoRat gogoRat 29 janvier 12:57

         Le rapport avec la choucroute c’est ce qu’il n’est pas permis de divulguer !
         
         
         Comment témoigner de la malhonnêteté foncière de ces ’employeur’ ... et de leurs cabots ! ... qui volent, trichent et abusent de leur situation dominante en demandant à leur subordonnés ( cf contrats de subordination) de ne pas faire état de leurs heures sup.. sous peine d’être virés , puis stigmatisés comme ’fainéants’ ; et donc livrés à la vindicte populaire !
         
         
         Tous celles et ceux qui trouveront abscons ce coup de gueule n’ont aucune expérience des conditions ’modernes’ du dit ’emploi’ dans notre beau pays :
         ce sont elles et eux qui devraient fermer leur gueule sous peine de se faire lyncher en tant que planqués !!


      • nenecologue nenecologue 29 janvier 16:31

        @julius 1ER
        Les « émeutes » du nutella sont plus dues au manque d’intelligence et d’éducation qu’a la pauvreté.


      • V_Parlier V_Parlier 31 janvier 15:12

        @nenecologue
        Ou alors c’est la pauvreté intellectuelle. smiley


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 février 20:58

        @gogoRat
        Les employeurs auraient tort de se gêner, Bruxelles leur offre sur un plateau, et dans un silence de plomb de toute la classe politique, le moyen d’en finir avec le droit du travail, la Sécurité sociale, les services publics...
        Bref, ce dont rêve le MEDEF depuis 1945 !


        « MEDEF- Adieu 1945, raccrochons notre pays au monde ! »

        « ... »liquider" le modèle social français initié alors par le général de Gaulle et mis en oeuvre tout au long de sa vie.(...) statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme…(...)

        La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là . Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !"


        Asselineau est le seul a expliquer que toutes les réformes de Macron viennent de la Commission européenne , de notre appartenance à la zone euro et de l’application des Traités européens.

      • titi 29 janvier 11:08
        @l’auteur

        « . C’est la méthode utilisée dans la fonction publique notamment. Le nombre de poste de fonctionnaires diminue beaucoup plus vite que la robotisation ne le permet. De nombreux burn-out sont constatés, beaucoup de plaintes remontent du fait que les missions ne peuvent être assurées correctement et les gouvernements distribuent des primes à ceux qui restent »

        Le burn out dans la fonction publique...
        Le seul truc qui me vient à l’esprit c’est : lol

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès