• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Arkéa : un conflit révélateur

Arkéa : un conflit révélateur

Prétendant défendre l’emploi en Bretagne, le patron d’Arkéa, Jean-Pierre Denis, entraîne en réalité sa banque loin des idéaux mutualistes et coopératifs. Et menace dangereusement l’avenir de ses salariés.

L’indépendance. C’est le rêve que caresse Jean-Pierre Denis pour sa banque Arkéa, qu’il veut voir s’affranchir de la tutelle du Crédit Mutuel. Selon lui, il en irait de la préservation de l’économie et des emplois bretons. En somme, les velléités d’indépendance de Jean-Pierre Denis seraient purement altruistes. À y regarder de plus près, cependant, ses ambitions sont loin d’être compatibles avec l’intérêt général.

Jean-Pierre Denis, un homme d’affaires avant tout

S’il prétend haut et fort vouloir défendre les valeurs mutualistes et coopératives de sa banque, Jean-Pierre Denis affiche davantage le profil d’un requin de la haute finance. Haute finance dont il a adopté les revenus : en 2017, sa rémunération s’est élevée à 1,7 million d’euros. Soit plus du double de son homologue au Crédit Mutuel, Nicolas Théry (700 000 euros), et davantage que le patron d’ArcelorMittal, Lakshmi Mittal (1,4 million d’euros) ou que le PDG d’Orange, Stéphane Richard (1,5 million d’euros). De très confortables émoluments, donc, pour diriger ce qui ne reste qu’une « petite banque » régionale.

La haute finance, Jean-Pierre Denis la fréquente aussi au sein des nombreux conseils d’administration auxquels il siège – et dont il touche de très généreux jetons de présence. Notre homme siège ainsi au conseil de surveillance de Kering, l’empire du luxe de la famille Pinault : quelques réunions qui lui ont rapporté la jolie somme de 104 842 euros en 2016. En tant qu’administrateur de Nexity, Jean-Pierre Denis gagne également plus de 31 000 euros par an. Sans compter les jetons de présence qu’il touche en siégeant aux boards d’Altrad, de Paprec, ou encore de JLPP Invest.

Pour le journaliste de Mediapart Laurent Mauduit, « Jean-Pierre Denis est devenu en très peu de temps un homme richissime, en usant de modalités de rémunération qui sont plus dans la tradition des banques cotées au CAC 40 que dans celles des établissements attachés à l’idéal mutualiste ». Et de soupçonner Jean-Pierre Denis de vouloir mener en réalité sa banque « vers des rivages très éloignés du mutualisme ».

Une chose est sûre : ce n’est pas chez Tikehau Capital, un fonds d’investissement parisien, chez qui il siège aussi au conseil d’administration et chez qui il a participé à recruter un certain François Fillon après sa déroute présidentielle, que Jean-Pierre Denis doit cultiver sa « passion » mutualiste. Ni auprès de la papesse de la communication du CAC 40 et patronne d’Image 7, Anne Méaux, qui le conseille. Autrement dit, Jean-Pierre Denis évolue bien plus dans les arcanes du capitalisme parisien le plus élitiste que dans celles du mutualisme breton.

« Sous couvert de défense de l’emploi, un pillage financier hors norme »

C’est pourtant au nom de la défense de l’économie et des emplois bretons que Jean-Pierre bataille pour l’indépendance d’Arkéa. Pour celui qui s’auto-proclame « bonnet rouge de la finance », en référence au mouvement de protestation apparu en Bretagne en 2013, quelque 4 500 emplois seraient menacés si Arkéa n’obtenait pas son indépendance. Un avis que ne partagent ni la Banque Centrale Européenne (BCE) ni l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), qui ont toutes deux mis en garde Jean-Pierre Denis contre ses projets.

Le conseil d’administration de la Confédération nationale du Crédit Mutuel (CNCM) a lui aussi tenu à exprimer « sa vive inquiétude vis-à-vis d’un aventurisme lourd de risques pour les sociétaires et salariés du Crédit Mutuel Arkéa et pour le mutualisme ». Des inquiétudes partagées par l’ancien gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, selon qui « le maintien de l’unité serait nettement préférable, tant pour la stabilité de l’ensemble du monde bancaire mutualiste français (…) que d’un point de vue prudentiel ».

Et par un collectif de mutualistes bretons, qui a lancé une pétition sur le site Change.org, dénonçant « le peu de cas fait des avis négatifs de la BCE et du gouvernement français sur ce projet de séparation » — Bercy ayant, en effet, indiqué « partager » les conclusions alarmistes de Christian Noyer. Roger le Bris, retraité d’Arkéa et ancien syndicaliste CFDT, s’offusque lui aussi des raisons invoquées par Jean-Pierre Denis pour soutenir l’indépendance : « on ne peut défendre ce projet de scission au nom de l’emploi », les salariés de la banque, sous pression, n’étant pas assurés de conserver leur poste. « L’opération de Jean-Pierre Denis est un véritable enfumage, tonne le syndicaliste ; sous couvert de défense de l’emploi, totalement surréaliste, nous sommes en situation d’un pillage financier hors norme ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Ruut Ruut 7 juin 16:13

    Concrètement, c’est quoi le problème et les risques ?
    C’est quoi le soucis actuel dont il essaye de se soustraire ?


    • Attila Attila 8 juin 13:28

      @Ruut
      Le risque est sans doute que Arkéa soit gérée comme le Crédit Agricole :
      Le Crédit Agricole mauvais élève des 124 banques de l’ Eurozone

      .


    • Attila Attila 8 juin 13:19

      Merci pour ces informations qui ne courent pas les rues, Louis.

      .


      • zygzornifle zygzornifle 8 juin 13:46

        « Sous couvert de défense de l’emploi, un pillage financier hors norme »


        C’est devenu une habitude ....

        • Ruut Ruut 8 juin 17:06

          Tant que les banques pourront prêter de l’argent qu’elles n’ont pas ça restera une arnaque.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Louis


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès