• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Arme idéologique : la croissance

Arme idéologique : la croissance

La croissance, ce n'est ni bien ni mal. Il s'agit juste d'une mesure de la valeur ajoutée vendue sur une année. De nombreux facteurs peuvent contribuer à la croissance. D'un côté des hausses d'activités qu'on est en droit de vouloir éviter : la surconsommation, l'obsolescence programmée ou la reconstruction après une catastrophe naturelle. De l'autre la monétisation de la société avec la fin de l'entraide, des associations ou du service publics. Pourtant la croissance est vantée comme le bien absolu, la solution à notre recherche du bonheur. La croissance sert bien réellement quelques individus. D'une part les banques qui contrôlent la monnaie et vivent de sa mise en circulation. D'autre part les idéologues du libéralisme qui considèrent que seul le marché est juste. C'est à dire que toute décision, action doit se faire par un achat de la part d'un individu. Pour eux, le mérite de chacun se mesure par sa capacité à avoir de l'argent. Faire la promotion de la croissance revient finalement à faire le jeu des banquiers et des libéraux (qui bien souvent sont les mêmes).

Les politiques ou technocrates promettent de faire de la croissance. La croissance est devenue un but, c’est comme une bonne note ou un score qu’il faut améliorer pour être le meilleur.

 

Que se cache-t-il réellement derrière la croissance ? Est-ce que tout ce qui améliore ce score est vraiment une bonne solution ?

 

La croissance c’est quoi ?

 

Pour expliquer la croissance, commençons par la valeur ajoutée grâce à l’exemple du boulanger. Pour faire du pain, il s'achète de la farine et paye l’électricité pour son four. Il vend son pain 1€, il consomme 30 centimes de farine et 15 centimes d’électricité pour le produire, la valeur ajoutée de son pain c’est 1€ - (30 centimes + 15 centimes) = 55 centimes.

Faites ce même calcul pour tous les produits vendus en France sur an et vous obtenez le produit intérieur brut (PIB).

La croissance c’est juste l’augmentation du Produit Intérieur Brut (PIB).

Ainsi si en 2018 en France on produit plus et qu’on vend plus qu‘en 2017 alors on dit qu’il y a de la croissance.

Réciproquement, vous entendez beaucoup le raccourci de dire que la croissance c’est le signe que l’économie va « mieux ». C’est faux et ça amène des raisonnements absurdes.

En effet, si l'on constate de la croissance, ça n'est pas forcément parce qu’il y a plus d’activité ni plus de produits à se partager. De nombreux autres facteurs font de la croissance. Certains politiques, pseudo-économistes ou experts veulent tout faire pour obtenir de la croissance sans se soucier de ce qu’il se passe vraiment.

 

La croissance par la destruction

Le moyen le plus simple de faire de la croissance, c'est de détruire ce qu'on a pour reconstruire derrière. Après une tempête ou un tsunami, il suffit d'attendre quelques semaines pour vois fleurir le mot « opportunité ». L'activité générée par la reconstruction va entraîner un pic de croissance. C'est de l'activité « en plus », non prévue dans l'économie habituelle. Doit-on pour autant la qualifier de « bonne chose » ? Si c'est le cas, pourquoi ne pas détruire et reconstruire en permanence ? Probablement parce que c'est plus proche du gaspillage d'énergie, de travail humain et de ressource qu'une réelle avancée.

L'obsolescence programmée correspond au même principe (enfin sans les personnes tuées ou déplacées). Il s’agit de forcer les humains à racheter (et donc à produire) les produits dont ils disposent déjà mais dont on s'arrange pour qu'ils lâchent ou qu'ils ne soient plus compatibles avec les autres.

 

La croissance par la fin de l’entraide

Si vous faites le jardin de votre voisin et que lui répare votre voiture, personne ne créé de valeur ajoutée. Par contre si vous faites payer 20€ votre voisin pour vos services et qu’il vous fait payer 20€ pour les siens, vous venez de créer 40€ de valeur ajoutée.

La deuxième situation est-elle vraiment meilleure que la première ? Vouloir favoriser les transferts d’argent plutôt que la cohésion humaine c’est un choix de société et pas une pure question économique. Dans ce cas, dire que la croissance c’est « bien » revient à dire qu’il faut passer aux échanges payants. C'est vraiment ce que vous voulez ?

 

La croissance par la la fin des associations

Les associations créent du lien social, mettent en œuvre des activités mais avec très peu de vente au final. Elles ne font donc pas de valeur ajoutée. Par exemple, une amicale de coureurs qui organise un 10km ne participe pas au PIB. Au contraire, dans un événement du type jeux Olympiques, les sponsors achètent des droits publicitaires et les spectateurs achètent des places. Dans les 2 cas des gens se mettent sur la ligne de départ et atteignent une ligne d’arrivée 10 km plus loin. Pourtant le premier ne participe pas au PIB et donc à la croissance alors que le deuxième si.La circulation d’argent n’amène pas un « mieux » ni pour les coureurs, ni pour les citoyens en général, c’est un choix. Dans ce cas, faire de la croissance c'est bannir l’association et la gratuité pour la remplacer par un fonctionnement privé et payant.

C’est bien une politique affichée d’essayer de marchandiser le sport. Le gouvernement incite fiscalement des entrepreneurs à ouvrir des salles payantes plutôt que proposer des dotations aux communes pour construire et entretenir des équipements sportifs gratuits à destination des citoyens. Encore une fois ça n’est pas « mieux », c’est un choix idéologique. La croissance générée n’a aucun rapport avec un « mieux » social. Vous remarquerez que par principe, dans une salle payante, ceux qui ne peuvent pas payer sont exclus.

 

On peut faire exactement le même raisonnement avec les services publics gratuits. Dès que ces services deviennent payants, le PIB augmente et on obtient de la croissance. Dégrader l’école publique pour que les riches se dirigent vers des écoles payantes ça fait aussi de la croissance mais en tant que républicain on a tout à fait le droit d’être contre cette croissance là.

 

Les banques veulent de la croissance

La croissance finalement c’est juste plus d’argent qui circule, parfois parce qu’on produit plus, parfois parce qu’on paye pour des choses qu’avant on ne payait pas. S’il y a plus d’argent à circuler d’où vient-il ? Une seule réponse possible : d’une banque.

Une banque privée est le seul organisme qui peut mettre de l’argent en circulation en proposant un emprunt. S’il y a plus d’argent c’est forcément que quelqu’un est allé dans une banque pour demander de l’argent. En contrepartie, la banque a enregistré une dette et demande un remboursement différé avec des intérêts. Mettre toujours plus d’argent en circulation c’est le fond de commerce des banques. Plus il y a d’argent en circulation, plus elles gagnent d’intérêts et plus leur emprise sur la société est grande.

 

Le gouvernement libéral veut de la croissance

Le gouvernement libéral veut gagner son argent à partir de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (T.V.A.), donc pour que les recettes augmentent, il faut de la croissance. Il préfère une taxe qui touche tout le monde sans distinction à l'impôt, qui est progressif. En complète contradiction avec les valeurs françaises, il refuse que le riche contribue plus au fonctionnement de la société que le pauvre. Il considère la richesse monétaire comme la preuve du mérite de chacun et donc que l’impôt est une violence sur le citoyen.

Le gouvernement est également confronté à une dette structurelle (explication ici). Il veut minimiser le poids de la dette pour rentrer dans les clous de Bruxelles. La solution la plus simple n’est pas de rembourser mais de faire que les anciens emprunts d'État soient ridicules par rapport au PIB actuel. Avant on laissait l’inflation faire le travail, la monnaie se dévaluait et les vieux emprunts finissaient par être insignifiants. Sauf que la Banque Central Européenne refuse qu’il y ait de l’inflation. Il ne reste plus qu’à augmenter le PIB en faisant de la croissance.

 

La croissance ça n’est ni bien ni mal pour l’ensemble des citoyens. On peut faire du pire avec de la croissance et faire du mieux avec de la décroissance, tout dépend ce que l’on cherche. Mettre dans la tête des gens que la croissance est nécessaire ne sert qu’un tout petit nombre d’individus : des banquiers et des technocrates libéraux de l’État ou de l’Europe (qui bien souvent sont les mêmes).


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • rogal 9 novembre 09:14

    Dans la détermination du PIB, défini comme somme des valeurs ajoutées, on ne voit pas où vont globalement les dépenses de consommation intermédiaires. Sont-ce les importations ou bien des dépenses internes à la zones considérée contribuant au PIB ?
    Et d’après vous la croissance ne profiterait pas à l’État, via la ponction fiscale ?


    • maQiavel maQiavel 9 novembre 13:32


      « Et d’après vous la croissance ne profiterait pas à l’État, via la ponction fiscale ? »


      ------> Je vais me permettre de rajouter à cette très bonne question : et ainsi la croissance ne serait -elle pas un facteur stratégique de la perspective d’une accumulation de puissance ? Pour le dire autrement , est ce qu’un Etat stratège souverain ne doit pas rechercher frénétiquement de la croissance pour ne pas etre dans une situation de dominé dans ses relations avec les autres nations ? 

    • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 9 novembre 16:21

      @rogal
      Bonjour,

      merci pour votre intérêt.

      Les consommations intermédiaires peuvent être internes à la zone. On les retranche pour ne pas les compter deux fois.

      Partons du blé en simplifiant. L’agriculteur produit du blé sans rien qu’il vend 5 centimes.
      Cela fait 5 centimes de Valeur Ajoutée.

      Il vend son blé au producteur de farine. Ce dernier vend sa farine 15 centimes au boulanger.
      La Valeur Ajoutée du producteur de farine est donc 15 c - 5 c = 10 centimes.
      Si on ne retranche pas les 5 centimes du prix du blé pour la farine, on compte 2 fois le prix du blé dans le PIB (une fois pour l’agriculteur, une fois pour le producteur de farine).

      Ensuite pour notre boulanger on retire le prix de la farine (15c) du prix du pain de façon à ne pas compter 2 fois la farine et 3 fois le blé.
      L’idée du PIB c’est de ne compter que la contribution de chacun au prix final.

      En espérant avoir été plus clair.

      Pierre


    • rogal 9 novembre 18:26

      @Pierre Chaillot
      Merci pour vos explications.


    • Pere Plexe Pere Plexe 10 novembre 09:44

      @rogal
      Merci pour ce bon article.

      Si je peux me permettre une petite critique : il aurait paru judicieux de traiter du fameux rapport dette publique/PIB qui fait souvent les gros titres.
      Une prochaine fois ?

    • Pere Plexe Pere Plexe 10 novembre 09:45

      ...désolé Rogal mais cela s’adresse à l’auteur.


    • mmbbb 11 novembre 17:36

      @maQiavel cet article fait l impasse sur le numerique les GAFA Google Apple Face book et Amazone et son équivalent Chinois capitalisent des milliards De surcroit la croissance de demain sera celle de intelligence artificielle. Nous en France on est pernard apres avoir rater la revolution INTERNET nous ne semblons pas prendre conscience du changement de paradigme puisque ce mot est devenu a la mode Quant a la phrase « services publics gratuits » cela denote une complete deconnexion de cet auteur avec la realite comptable comme le soulignait un chercher anthropologue dans un article de Science et Vie qui employait la meme phrase stupide . Genre de connerie incommensurable N y a t il pas un budget de l education nationale C ’est un des plus gros budget Donc les profs sont payes avec l impôt, il vaut mieux etre dans un pays dont le revcouvrement est bon et dont certaines entreprises en bonne croissance contribuent a la marche de ces services qui ne sont pas gratuits En Grece le salaire des profs a ete divise par deux Lire ce genre d enormite est decevant .


    • JL JL 9 novembre 09:47

      Bonjour Pierre Chaillot,
       
      bravo pour ce bel article.

      Vous écrivez : ’Le moyen le plus simple de faire de la croissance, c’est de détruire ce qu’on a pour reconstruire derrière. Après une tempête ou un tsunami, il suffit d’attendre quelques semaines pour vois fleurir le mot « opportunité ».’’
       
      On ne peut pas ne pas citer ici les guerres et leurs lots rédhibitoires de bombardements.
       
      Très bien aussi les § « La croissance par la la fin de l’entraide » et « La croissance par la la fin des associations »


      • JL JL 9 novembre 09:52

        à ceux qui ont aimé cet article, je leur suggère cette excellente petite vidéo, 5 minutes 35 de bonheur.


      • bob14 bob14 9 novembre 09:53

        +++++++++...Très bon article...

        L’Insee relève de 1,6% à 1,8% sa prévision de croissance pour 2017....mais toujours plus de chômeurs de pauvres et de dette... !

        • francois 9 novembre 13:43

          @bob14

          C’est comme ça au USA. Ca croit mais ça vote Trump....


        • Rmanal 9 novembre 10:27

          Très bon article. Hélas ceux qui remettent en cause la mesure du PIB comme bonne santé d’un pays sont légions, mais la presse aux ordres ne relaient jamais cela.
          Quelques compléments/ remarques :
          - D’abord pour confirmer ce que vous dites sur les asso et l’entraide, cela peut paraitre caricatural mais je me souviens d’une émission politique plus que sérieuse sur TF1 ou TF2, avec son lot d’invités prestigieux costards cravates rolex. Un des intervenants, un économiste, discutait des logiciels gratuits et expliquait très sereinement qu’il fallait les interdire car il était plus profitable à la société que cela passe par le marché... Je suis resté les bras balants, et bien sûr personne pour lui dire que c’était juste un con qui vivait sur une autre planète.
          - Ensuite une des plus grandes farces du PIB est qu’il inclut intrinsèquement l’inflation et l’augmentation démographique. Ainsi si vous avez 10% de population en plus et 5% de croissance, tout le monde va vous féliciter alors qu’en fait le PIB par habitant a juste baissé.


          • Armelle Armelle 9 novembre 12:34

            @Rmanal
            "un économiste, discutait des logiciels gratuits et expliquait très sereinement qu’il fallait les interdire car il était plus profitable à la société que cela passe par le marché. Je suis resté les bras balants, et bien sûr personne pour lui dire que c’était juste un con qui vivait sur une autre planète« 

            Mais le vendre n’est-il pas une garantie de rémunérer un salarié ?
            Et si d’aucun des présents, comme vous dites, lui a dit que c’était juste un con, je pense que c’est sans doute parce qu’ils pensaient la même chose, et sans doute pour la raison que je viens d’évoquer !!! 
            Je pense vraiment que c’est vous qui vivez sur une autre planète, ici nos sociétés fonctionnent à travers l’échange et l’argent n’est qu’un moyen pour le faciliter car si vous en êtes encore à l’idéologie du troc ou du tout gratuit, je doute de la cible quant au »con" que vous qualifiez
            Alors pourquoi Renault ne donne pas ses voitures bon sang ? On se le demande !!! Quelle bande de connards chez Renault !!!


          • foufouille foufouille 9 novembre 12:50

            @Armelle
            la différence est que le logiciel libre vend des services, surtout aux entreprises, mais pas le logiciel qui est d’ailleurs améliorer bénévolement par beaucoup de programmeurs. ceux qui ont les moyens font des dons.
            chaque version de windows a toujours été pleine de bugs avec l’obligation de souvent payer pour avoir la nouvelle version.


          • foufouille foufouille 9 novembre 12:52

            @Armelle
            la plupart des logiciels fonctionnent sur la dernière version contrairement à windows.
            comme pour le matériel.


          • Armelle Armelle 9 novembre 13:23

            @foufouille
            Mais non, mais non voyons, la finalité est la même et cela impacte inéluctablement l’aspect économique qui lui même impacte l’emploi...etc etc...
            Maintenant en ce qui concerne les bugs, je trouve la méthode Apple bien plus exécrable en ceci que le produit est distribué en l’état puis se sécurise ensuite à l’issue des bugs rencontrés par l’utilisateur et les bugs à la maison ne coûte pas chers mais pour une boîte ça coûte un bras !!!
            Il faut arrêter avec cette notion de gratuité, le gratuit n’existe pas, il y a tjrs quelqu’un qui paye et si c’est l’entreprise, ce sont alors de potentiels salaires en moins ou de potentielles augmentations de salaires supprimées, c’est mé-ca-ni-que !!!


          • Rmanal 9 novembre 14:58

            @Armelle
            Les bras m’en tombent une deuxième fois, mais pas la dernière avec des gens comme vous, je le sais bien.
            Si vous voyez un type dans la rue qui change sa roue, vous lui demandez de l’argent pour l’aider ? Lorsque vous déménagez un ami, vous vous faites rétribuer ? Vous avez tort, vous prenez le boulot de quelqu’un.
            Il y a une chose que les économistes et leur vision hyper étriqué du monde devrait faire : sortir et voir que le monde c’est d’abord et avant tout des gens qui vivent ensemble, et que le travail, l’argent ne sont que des moyens, et ne sont pas la finalité de l’évolution.
            Si demain quelqu’un invente un moyen de faire un moteur à eau et fait don de son brevet à l’humanité, pour moi ce sera un héro, pour vous un monstre. Nous avons deux visions de l’humanité complètement opposées.


          • Yvance77 Yvance77 9 novembre 15:53

            @Armelle

            « Mais le vendre n’est-il pas une garantie de rémunérer un salarié ? » 


            Oui et non .... prenez le cas « d’operating system » ... vous en trouvez deux payants et deux gratuits. 


            Les payants : windows (et son cortège d’emmerdes) et IOS de Mac


            Les gratuits : Linux et Freebsd (et tous les dérivés)


            Le fait que des personnes puissent avoir accès à de la gratuité, leur permettra d’avoir une activité sociale et économique même minime.


            Exemple : un citoyen lambda ,sans le sou, s’il a accès à des offres sur le net, plus avantageuses économiquement parlant, via un logiciel gratuit, pourra aussi un peu jouer son rôle d’agent. Alors que s’il n’a accès à aucune offre, et doit se rendre au magasin du coin ou tout se paye très cher, sans doute qu’il fera l’impasse.


            Pour votre information, la majeure partie des serveurs dans le monde sont administrés sous Unix (Linux pour beaucoup) et sont gratuits également. Sans eux, l’on aurait accès à que dalle (bien que l’on peut aussi participer en versant une obole si l’on veut).

            Pour certaines sociétés il y a aussi des solutions payantes bien entendu. 


            Donc, il est faux de dire que le gratuit est un danger, il peut permettre de rémunérer un salarié différemment, voilà tout. 


            Donc oui l’économiste est à caser à la rubrique des abrutis.


          • Armelle Armelle 9 novembre 16:18

            @Rmanal
            "Si vous voyez un type dans la rue qui change sa roue, vous lui demandez de l’argent pour l’aider ? Lorsque vous déménagez un ami, vous vous faites rétribuer ?« 

            HOU Làààà manifestement vous confondez services à titre personnel et services aux entreprises (qui elle verse des salaires pour que les salariés puissent consommer et puissent vivre tout simplement), c’est bien ce qui me semblait, vous êtes totalement à l’ouest !!!
            J’entends bien ce que vous me dites, le souci c’est que votre système (totalement idiot) ne peut s’appliquer de façon systématique et de façon universelle. ça c’est bon quand on a 13 ans !!!
            Et justement vous répétez ce que je dis tel le perroquet !!! l’argent est un moyen évidemment et non une fin, c’est ce que je me tue à vous dire, il a facilité le commerce et rend possible des échanges qui ne le sont pas par le troc !
            Si tous les gens font comme votre »inventeur de moteur à eau« , voudriez vous me dire comment les gens vivront, vous voulez bien m’expliquer votre démarche intellectuelle fabuleuse ? Je suis impatiente !!!
            Vous me faites penser à l’auteur de ce livre intitulé »vivre sans argent« , à la troisième page on comprend vite que le titre n’était pas le bon. Il devait s’intituler »vivre avec l’argent des autres"...
            ...Car ne l’oubliez pas quand même l’argent dont chacun dispose pour vivre est le fruit de leur TRAVAIL Mossieur. Leur TRA-VAIL
            Faites un monde tel que vous le voyez et très vite tout le monde s’entretuera !!!
            C’est d’une utopie plus que puérile
            Il vous manque décidément les règles de base de l’économie...
            Allez, amusez-vous bien dans votre monde bisounours ou de beni ouioui
            A la prochaine


          • foufouille foufouille 9 novembre 16:38

            @Armelle
            microsoft est une grosse arnaque mais simple à utiliser sauf en cas de plantage et de dual boot.
            je connais peu les mac mais c’est moins buggé et plus résistant à la casse avec moins de plantages.
            linux et tous les linux restent encore assez geek avec un besoin de bonnes connaissances informatiques mais tu peut te contenter des nombreux logiciels fournis avec la distribution.
            et ça plante pas ou c’est facilement récupérable sans pertes de données pratiquement.


          • Armelle Armelle 9 novembre 16:46

            @Yvance77
            Je ne peux être en accord avec cela, donc je ne me battrai pas, gardez vos convictions lesquelles je respecte même si je les trouve absurdes
            A tourner dans les boîtes depuis 20 ans en tant que consultante en gestion, j’en ai connu bcp qui face à leur largesse auprès de clients qu’elles souhaitaient absolument garder, mettaient en péril l’équilibre économique de leur structure au risque de rencontrer des difficultés pour payer les salariés, puis d’un autre côté ces entreprises qui bénéficiaient de ces largesses présentaient des résultats nets convenables mais un E.B.E à chier, par conséquent des dispositions débiles qui cachaient la véritable viabilité du process.
            Alors vu de façon pontuelle je peux l’admettre, en revanche, le systématiser est totalement absurde
            A grande échelle, c’est le cas de l’automobile en France que l’on a maintenu sous perfusion pdt des lustres en donnant du pognon à Renault ou PSA, à travers les « jupettes » et autres aides à l’achat, tout ça parce que l’activité n’étaient pas viable et donc présentait un E.B.E catastrophique !!!...On cache la merde sous le tapis, c’est très Français ça !!!

            DONC oui, ceux qui prétendent que cet économiste est un con sont des abrutis, incapables de projeter les conséquences de telles pratiques à grande échelle

            Mais bon, à chacun sa vision

            Bonne soirée


          • Rmanal 9 novembre 16:52

            @Armelle
            Votre niveau intellectuel est à l’image des libéraux : néant total.
            D’abord je ne défend aucun système, j’explique juste à nos lecteurs la stupidité du modèle que vous défendez qui, pour faire tourner la société devrait empêcher le bénévolat, le monde associatif, le monde du gratuit, d’exister puisqu’il empêche les gens de travailler. Ce qui montre d’ailleurs que vous placez bien le travail et l’argent comme une finalité et non comme un moyen. Mais bon vous n’avez pas le niveau d’étude pour le comprendre. Pour revenir sur le bénévolat, cela n’empêche pas le travail : qui a dit le contraire ? D’ailleurs si vous vous intéressiez un peu plus à votre prochain en prenant part à des associations, vous y verriez que la plupart des gens ont un travail rémunéré en parallèle. L’un n’empêche pas l’autre, l’un c’est la vie, l’autre c’est la subsistance. Si vous ne comprenez pas, tant pis.
            Vous avez pour finir le même combat que ceux qui prônent la natalité à tous prix, notamment au travers de l’immigration : « vous comprenez ma bonne dame sinon comment on va payer nos retraites... ». Il suffit d’avoir son bac et quelques notions de math pour comprendre qu’un système qui a continuellement besoin d’un apport jusqu’à l’infini n’est pas un système stable, et comme tout système instable il s’écroulera par intermittence ou complètement.


          • Armelle Armelle 9 novembre 16:57

            @foufouille
            Bah j’avoue je ne connais pas du tout Linux, j’ai été « élevée » à Microsoft et depuis une dizaine d’années je me suis convertie à Mac que je trouve franchement pas mal. D’ailleurs parfois quand je retourne sur Microsoft dans certaine boîte je suis paumée et je trouve ça très compliqué et bcp moins « instinctif »
            « Mac moins buggé » heu dans les nouvelles versions c’est parfois hard !!! Par contre pas besoin d’antivirus, et ça c’est confortable !!!


          • Armelle Armelle 9 novembre 17:06

            @Rmanal
            « Mais bon vous n’avez pas le niveau d’étude pour le comprendre »

            C’est le genre d’argument qui arrivent quand on en manque de plus sérieux, vous semblez être l’incarnation de la bêtise cher Mossieur, car en plus on ne peut plus prétentieux !!!

            Vous connaissez mon niveau d’études ? Qu’il est fort le gars !!!
            Peut-être vous étonnerait-il !!! Il ne faut jamais sous-estimer les gens avec qui on débat...je vois que votre prétention débordante vous l’y autorise. Parfait !!!


          • Yvance77 Yvance77 9 novembre 17:20

            @foufouille

            « Linux et tous les linux restent encore assez geek avec un besoin de bonnes connaissances informatiques mais tu peut te contenter des nombreux logiciels fournis avec la distribution. »


            Putain, les images d’Epinal ont la vie dure. Pour être sous Linux depuis bientôt 15 piges, je trouve que tu en chie moins que sous W$.

            De toute façon, au début il y a toujours une phase galère d’apprentissage et ce peu importe ce que tu prends en mains. Refaire au début les installations de windows n’étaient pas non plus aisées pour tous. L’avantage, c’est qu’il y avait un nombre conséquent d’utilisateurs et tu avais toujours le pote qui te permet de t’en sortir.

            Et Linux depuis maintenant 5 bonnes années je dirais s’est affranchi de nombreuses difficultés que j’ai pu connaitre au début. Là c’est devenu déconcertant de facilité. Même pour un novice. 

            Le souci, c’est que les gens veulent du pré-mâché, ne plus lire, du : tu installes cela marche ... pas cher, et une pipe en plus au cas où.

            Cela existe chez mac mais cela te plombe le portefeuille ... et encore là aussi, Mac n’est pas aussi simple que le veut la légende.



          • Rmanal 9 novembre 17:21

            @Armelle
            Pas besoin d’être prétentieux pour voir qu’au vu de votre culture sur ces sujets, de votre raisonnement ou de votre participation aux groupes des intégristes libertariens cela ne doit pas voler très haut. Après on peut toujours se tromper mais là j’en doute.
            Quant aux arguments je crois en avoir donné par l’exemple, et vous ?


          • Armelle Armelle 9 novembre 17:26

            @Rmanal
            Mais vous êtes totalement out mon pauvre garçon, mon propos initial suivait celui du fameux économiste !!! En l’occurrence il ne me semble pas qu’il était question de bénévolat !!!
            Et puis vous tombez bien mal, ce qui prouve que vous racontez n’importe quoi, n’importe quoi sans savoir, je suis présidente de 2 associations et trésorière dans une troisième !!!
            Qu’est ce que vous me chantez là !!!
            Madame Irma est meilleure que vous !!!
            Vous êtes un parfait rigolo, vous êtes inculte et racontez n’importe quoi, alors ma foi Agoravox vous ira très bien, vous y trouverez plein de potes
            Sinon j’ai bien noté que vous étiez incapable de répondre à la question que je vous pose plus haut, et pour cause...


          • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 9 novembre 17:34

            @Armelle
            Vous faites une remarque très pertinente.
            Je ne sais pas de quel économiste nous parlons. Cependant s’il s’agit d’une grande chaîne hertzienne, il est probable qu’il défende son sujet par idéologie et pas du tout pour des questions de rémunérations.
            Les logiciels libres font énormément de salariés puisque n’importe quel entrepreneur peut monter sa boîte pour installer/développer/maintenir des logiciels ou applications à partir d’un logiciel libre. Pour avoir été quelques années dans le milieu, j’ai suivi des formations professionnelles sur certains logiciels libres menées par des entrepreneurs du domaine.
            Il s’agit juste ici de considérer que seul le marché est légitime. Un logiciel libre ne peut être qualifié de « bon » ou de « mauvais » par le marché puisqu’il n’a pas de prix. Aucune personne ne peut non plus l’acheter pour en faire du capital et donc créer une rente du capital.

            Cela ne revient pas à dire que Renault donne ses voitures mais plutôt ses technologies, ses brevets. Cela permettrait à n’importe quel autre agent économique de faire des voitures. D’ailleurs tous les constructeurs automobiles ont des accords entre eux d’utilisation de brevets et de prise de capital. Il s’agit d’un monopole déguisé en plusieurs marques. Il empêchent juste l’entrée sur le marché des autres acteurs de façon à rémunérer leur capital. Le libre c’est plutôt la R&D collective et partagée.


          • Rmanal 9 novembre 17:37

            @Armelle
            « En l’occurrence il ne me semble pas qu’il était question de bénévolat !!! » mais tout simplement parce que le logiciel libre c’est du bénévolat, comme virtualdub par exemple qui a fait notre jeunesse. D’ailleurs quasi tous les viviers à start up n’utilise que du gratuit, ou au pire du « pubiciel », ce qui prouve que le monde bénévole participe à l’économie, car sans cela il serait très dur de démarrer une boite ou une activité ou même une asso. Mais bon cela vous n’y connaissez rien.

            « Agoravox vous ira très bien » : si vous le critiquez, pourquoi y revenez vous. Vous avez un forum libertarien, vous y retrouverez aussi vos potes intégristes et ignorants.


          • Croa Croa 9 novembre 17:41

            À Armelle,
            T’as pas besoin d’anti-virus non plus avec Linux. Ceci dit il vaux mieux en avoir un par solidarité avec les utilisateurs de Windows même si ces gens sont un peu des pigeons (quoique les clients de la pomme soient, eux, franchement des pigeons smiley )
            En effet ton PC, tes clés USB, etc... Peuvent se révéler infectés tout de même sauf que si t’es sous Linux t’es juste un porteur sain. 


          • Rmanal 9 novembre 17:42

            @Armelle
            "Vous me faites penser à ces ados boutonneux qui n’ont encore rien compris et qui la ramènent constamment pour ne dire que des inepties
            Allez salut amuse toi bien dans ta réalité !!!"
            et c’est moi qui manque de sérieux comme vous l’avez dit : elle est bien bonne, vous m’avez fait bien rire.
            Mais bon cela confirme mon diagnostique sur votre niveau d’étude.


          • foufouille foufouille 9 novembre 18:39

            @Armelle
            l’avantage avec linux est que tu peut essayé sans installer avec un boot cd.
            c’est moins buggé que microsoft.


          • foufouille foufouille 9 novembre 18:44

            @Yvance77
            dsl mais tu as toujurs un paquet de logiciels sans GUI sous linux.


          • Yaurrick Yaurrick 9 novembre 22:28

            @Yvance77
            Encore que Windows a sacrément progressé depuis l’arrivée d’XP et encore plus depuis l’ère Vista/7.

            Si il est vrai qu’installer un GNU/Linux est devenu plus simple, ça reste encore parfois obscur pour les moins avertis, et parfois problématique sur certaines configurations avec des composants parfois exotiques (notamment certains chipset Wifi et puces graphiques). Il faut comprendre que tout les utilisateurs n’ont pas forcément envie de se faire suer avec ça, ils veulent que ça marche point barre.

            Après cela dépend tellement des usages et machines qu’on ne peut à mon avis pas dire que tel ou tel OS est meilleur que l’autre.


          • Yaurrick Yaurrick 9 novembre 22:35

            @Pierre Chaillot
            Le libre n’est pas forcément gratuit, la preuve si vous utilisez un système comme Red Hat Enterprise Linux, vous payez le support technique relatif à ce système.
            Qu’un logiciel soit libre ou pas (et par extension un produit ou service quel qu’il soit), ce qui compte c’est qu’il corresponde aux besoins des utilisateurs.


          • Sparker Sparker 10 novembre 02:24

            @Yaurrick

            « vous payez le support technique relatif à ce système. »

            Avec Windows on paie les deux.


          • foufouille foufouille 10 novembre 02:39

            @Yaurrick
            linux s’installe sur n’importe quoi vu que les drivers sont inclus. contrairement à windaube qui ne fonctionneras pas du tout.
            le support technique n’est pas obligatoire.
            il existe des versions libres.
            pas pour windaube.


          • Yvance77 Yvance77 10 novembre 04:41

            @Yaurrick

            Désolé, on ne parle pas de la même chose concernant cela :


            « Si il est vrai qu’installer un GNU/Linux est devenu plus simple, ça reste encore parfois obscur pour les moins avertis, et parfois problématique sur certaines configurations avec des composants parfois exotiques (notamment certains chipset Wifi et puces graphiques). »

            Ce sont les fabricants qui verrouillent la chose, et en rien cela n’est imputable à l’OS du manière générale. A noter qu’HP est un des rares à jouer le jeu de la compatibilité du matériel.

            Après, cela reste juste une histoire de choix comme toujours. Soit tu veux du pré à digérer et tu prends son cortège d’ennuis donc W$, soit tu paies un prix fou et c’est Mac (mais ce n’est pas aussi simple), soit tu t’intéresses à ce que tu as dans les mains, mais un petit effort de compréhension est demandé, et tu as Linux qui allie robustesse, souplesse.

            Hors jeu, dans la majorité des cas, les gens peuvent faire tranquillement appel à Linux pour de la bureautique classique et du multimédia. Tous est couvert ainsi.

          • foufouille foufouille 10 novembre 07:41

            @Yvance77
            wine permt de faire fonctionner pas mal de jeu et steam aussi.
            par contre, certains logiciels seront juste sous windows ou mac et avec des fichiers propriétaires.


          • mmbbb 11 novembre 21:20

            @Armelle concernant les sytemes d exploitation, vous avez tort, J avais installé en parallèle en 2008 Suze Linux sur mon ordinateur ? il etait nettement plus performant que Windows Vista et Windows 7. Le seul hic la puissance du microprocesseur qui n etait pas a la hauteur Systeme intuitif et syntetique par exemple icone disque dur , vous avez toutes les fonctions associees . Windows a toujours ete lourd et merdique Seul la suite bureautique est aboutie . Pour une application individuelle vous pouvez montez un ordi avec des gratuiciels L administration gere son reseau via Linux Samba et utilise la suite bureautique Libre Office 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires